ZEMMOUR tout une histoire…

Spread the love

Immigration, délinquance et mineurs isolés. Des journalistes d’Ouest-France attaquent Éric Zemmour… et confirment globalement son analyse

Sur la question des mineurs isolés étrangers et des bandes venues d’Afrique du Nord qui pourrissent la vie des commerçants et des habitants du centre-ville de Nantes, les consignes semblent désormais données à la presse mainstream d’enfin en parler.

Après des années d’omerta – Breizh-Info étant le seul journal de Bretagne à évoquer clairement ce phénomène depuis des années – les dossiers sortent, toutefois de façon timide. Après l’hebdomadaire Le Point la semaine dernière, c’est donc Ouest-France qui se lance dans un dossier signé par Agnès CLERMONT, Thomas HENG et Jean-François MARTIN, qui sont tous les trois journalistes à Ouest-France, rédaction de Nantes, et qui écrivent pour évoquer sobrement des « petits voleurs  »fantômes » » (là où n’importe quelle manifestation dénonçant la présence de ces individus serait qualifiée de rassemblement d’extrême droite avec des jeunes gens aux cheveux ras).

Une attaque contre Zemmour, mais la confirmation du fond de son argumentation

Un dossier qui débute par une leçon de moraline, et une attaque visant Éric Zemmour – coupable pourtant de lever le voile sur ce que ces journalistes ont sciemment caché des années durant : « Il y a des polémistes qui, pour faire leur beurre, leur buzz, sont prêts à raconter n’importe quoi. À assurer sur des plateaux télé que les mineurs étrangers dans les rues sont tous des violeurs, des voleurs. Paroles toxiques à l’emporte-pièce, qui polarisent le débat, interdisent la réflexion, comme si on avait à se positionner, bêtement, pour ou contre des enfants en errance ».

Une attaque… suivie immédiatement après de la confirmation globale de l’analyse d’Éric Zemmour : « La vérité, c’est que loin des racontars d’estrade, un phénomène infiniment complexe obsède les pouvoirs publics des grandes villes, comme Nantes. Oui, des jeunes étrangers isolés, pas toujours mineurs, très souvent venus du Maghreb, commettent des délits à tours de bras. Des vols de colliers, des vols de smartphone, des cambriolages. Intense réalité. »

Suivent six articles, cherchant à « comprendre » ce que les journalistes osent appeler des « enfants en errance » (il faudrait leur montrer les photos des individus interpellés, peut-être arrêteraient-ils de parler d’enfants de façon éhontée). Pour les trois complices d’Ouest-France, les exactions commises par ces individus ne seraient presque pas de leur faute : « Population fragile, souvent abîmée avant même le départ par une consommation effrénée de psychotropes, comme le Rivotril, qu’ils ingurgitent aussi en grande quantité en France ». Le décor est posé d’entrée. Le responsable, c’est la drogue, pas eux (rappelons que dans le Code pénal, l’usage de stupéfiants ou d’alcool pour commettre un crime ou un délit est une circonstance aggravante et non pas atténuante).

Journalistes à oeillères
et Etat impuissant

Au final, les articles décrivent ces envahisseurs (comment appeler autrement des individus entrés illégalement sur le territoire français, et qui se livrent à des exactions) comme des victimes de réseaux organisés (qu’ils y appartiennent et l’alimentent, c’est incontestable) face à qui la police, la justice, seraient impuissantes. Comme si cette dégradation de notre qualité de vie, cette rupture du contrat social à partir du moment où la sécurité des nationaux n’est plus assurée, était une fatalité, qu’il fallait s’y habituer.

Un constat, et une tentative constante d’atténuer la violence et la responsabilité de ces individus aux mœurs et aux cultures par ailleurs si différentes (incompatibles ?) d’avec les nôtres. Nos trois journalistes, visiblement pétris de bons sentiments, n’ont tout simplement pas le courage d’Éric Zemmour – dont les énoncés se confirment à quiconque marche dans les rues de Nantes (ou de Rennes) le soir, depuis des mois. Non, ces trois journalistes se sont donc contentés de faire le travail pour lequel ils sont payés par un journal qui, il faut le rappeler, vit en partie des subventions de l’État qui, quotidiennement, s’avère impuissant à trouver une solution définitive à la question des « migrants » et des « mineurs isolés étrangers ».

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

https://player.vimeo.com/video/483226924?title=0&byline=0&portrait=0

Face à l’info 24 Novembre 2020 HD (CNews) from Jean-Claude on Vimeo.


Comment empêcher les téléspectateurs de penser?

Après ses propos sur les mineurs isolés, Eric Zemmour est à nouveau la cible de ses adversaires. Dont ceux qui accusent les citoyens non seulement de regarder son émission, mais encore de penser.

Par Sophie

2eric-zemmour-17-septembre-2018.jpg

Voici la vidéo de l’édito d’Eric Zemmour dans « Face à l’info » du 29.09.2020. Edito (dernier éditorial, en fin d’émission) qui a déclenché de nouvelles plaintes contre lui et de nombreuses réactions dans les médias, y compris de la part de Dupond-Moretti, le garde des Sceaux français qui en a oublié son nouveau statut.

Cet éditorial faisait suite à l’attentat commis devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, par un mineur qui n’en était pas un.

Personnellement, suite à cette émission, mon fil de pensée a été le suivant: 

Effectivement, les lois sont faites avec un temps de retard, comme si nous étions encore au temps de Joseph et Maurice Joffo fuyant seuls Paris et la France occupée par les nazis pour rejoindre la France libre. Je doute que la situation de la majorité de ceux qui se présentent aujourd’hui comme « mineurs isolés » soit comparable à la leur, mais ce sont ces lois, conçues pour ces situations spécifiques, à une époque spécifique, qui sont aujourd’hui utilisées par certains immigrés.

Ensuite j’ai à nouveau pensé à la Déclaration des droits de l’homme de 1948, qui elle aussi a été écrite au sortir de la deuxième guerre mondiale, en réaction à ce qui s’était passé alors. Déclaration qui elle non plus n’est plus adaptée à ce qui se passe actuellement, car elle cherche avant tout à défendre les droits des individus contre un Etat supposé à tendance totalitaire, mais pas les Etats contre les individus qui les mettent en danger. 

On pourrait ajouter que les juges l’ont progressivement instrumentalisée pour défendre les droits de certains individus seulement, et de certaines idéologies seulement… Ou que la Déclaration est trop souvent utilisée à leur avantage par ceux qui cherchent à détruire ces mêmes droits de l’homme: l’égalité homme-femme, l’égalité devant la loi, la liberté de pensée, la liberté d’expression, etc… »

Les grandes gueules pointent notre responsabilité

Je réalise aujourd’hui que ce faisant, je me suis peut-être rendue coupable de crime de la pensée. En effet,  par la suite, j’ai eu l’occasion d’écouter l’émission «Les grandes gueules» sur RMC qui a abordé le sujet en première partie d’émission. 

La question posée dans cette émission de RMC, était: « Eric Zemmour a-t-il encore sa place à la télévision? »

Dès le début de l’émission (minute 7’35’),  vous entendez le journaliste observer:

 » Il y a aussi la responsabilité  de ceux qui écoutent  Eric Zemmour chaque soir, parce que c’est trop facile, c’est une émission qui  cartonne… »

Nous voici avertis: si nous regardons « Face à l’info », cela pourrait poser la question de notre « responsabilité ». Responsabilité dans quoi? Dans quels crimes? Dans quels meurtres?  Dans quels attentats? 

Ne posez pas ces questions: notre responsabilité pourrait être engagée par les propos tenus par Eric

mineurs isolés, crime de pensée 

Zemmour, et donc par ce que nous pourrions en penser, tout simplement.

Une menace en l’air, sans aucun fondement, mais bien une menace. Pour crime de pensée.

Mais il y a mieux. A la minute 12’50’’, l’invité Mourad Boudjellah, ancien patron du Rugby à Toulon, demande clairement le retour du crime de pensée, le fameux  » Thought crime » de George Orwell. 

« Pour moi, le plus important n’est pas de l’empêcher de le dire, l’important est de l’empêcher de le penser. On peut le faire taire mais beaucoup de gens pensent comme lui. Donc les faire taire ne réglera pas le problème puisqu’ils continueront de le penser.«    

Eh oui, il a osé: il faut empêcher Zemmour et ceux qui l’apprécient non seulement de s’exprimer, mais également de penser…. Je suis étonnée que personne n’ait eu l’idée de lui demander comment il pensait s’y prendre pour empêcher les gens de penser.

En minute 20′ 00 », on téléphone à l’avocat Gilles-William Goldnadel, qui remet un peu de bon sens dans ce nouvel et unanime procès en inquisition. Il rappelle que «migrants», «immigrés» ou «mineurs isolés » ce n’est pas une race. Et que donc une loi interdisant les propos  racistes ne peut pas être invoquée contre Zemmour.                      

                                                Goldnadel libère -un peu- la pensée

Le journaliste essaie de le faire taire avec un bon gros chantage affectif. Sachant que Goldnadel est juif, il cherche à faire passer les migrants ou les mineurs isolés pour les nouveau juifs.

Mais il est trop tard… Goldnadel semble avoir rassuré certains intervenants. Après son intervention, les langues des invités, qui semblaient au départ tous d’accord pour casser du sucre sur Eric Zemmour, se délient un peu: «N’importe quel flic parisien va te dire qu’il y a un problème avec les  mineurs isolés». «Je rappelle que tout cela part quand même de l’attentat, ça part pas de rien» … «Qui a été accueilli chez nous, pris en charge par la France, la France est généreuse, quelqu’un qui avait menti sur son âge, qui s’est fait passer pour un mineur, et qui finalement se retourne contre la France».

Tout d’un coup c’est la cacophonie, tout le monde parle en même temps, c’est la Libération! 

Mais cette libération de la parole est aussitôt recadrée par les producteurs de l’émission qui introduisent l’intervention d’un auditeur, « Ali » (29’03 »). Ali voudrait que l’on fasse taire Zemmour, et en profite pour dire qu’il n’aime pas non plus Goldnadel, ni Zohra Bitan, ni Zineb El Rhazoui, qu’il voudrait ne plus les entendre… mais précise en même temps qu’il « ne veut pas de censure ». Sauf semble-t-il pour ceux qui sont critiques envers une certaine idéologie, qu’il ne précise pas mais que tout le monde comprend. Ouf, on avait failli passer tout près de la malpensance, heureusement qu’Ali est intervenu pour nous rappeler l’essentiel et fermer le bec de ces invités qui s’étaient tout d’un coup cru autorisés à s’émanciper. 

Juste après (min. 32), on apprend qu’à la question posée par l’émission: « Eric Zemmour a-t-il encore sa place à la télévision ? « …

71 % des auditeurs ont répondu « Oui » sur RMC.fr , et  64 % ont répondu « Oui » sur Twitter…. 

Ali n’est donc pas vraiment représentatif des auditeurs, mais c’est le seul à avoir pu s’exprimer. Les émissions politiques ne sont donc pas représentatives de leurs auditeurs, ou bien les journalistes sont terrorisés d’être à leur tour accusés de malpensance comme leur collègue Zemmour, le Goldstein (ennemi public dans 1984) de notre époque.  

Les adversaires de Zemmour arriveront peut-être à censurer « Face à l’info », à faire taire un jour Zemmour, et à faire taire tous ceux qui pensent comme lui.

Mais comment vont-ils faire pour empêcher les gens de penser ?

Dupond-Moretti.jpg

Eric Zemmour va avoir la partie difficile, car même le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti,s’est mis de la partie pour la chasse au Zemmour.

Regardez l’extrait jusqu’au bout: Dupond-Moretti, qui a oublié qu’il n’était plus avocat mais garde des Sceaux, raconte avoir été un jour confronté à Zemmour qui lui parlait du coût de l’immigration. Il semble très fier d’être parti indigné en disant: « Mon taxi arabe m’attend ».

Ouf!  Tant qu’on sera assez riche pour se déplacer en taxi (arabe), l’immigration restera une chance pour la France. 

Il parait, oui il parait, que M. Dupond-Moretti est un homme de gauche. Pourtant malgré mes doutes, j’admets que ça doit quand même être vrai, puisque pour lui, chercher à empêcher les gens de penser autrement que lui, semble aller de soi. Mao ou Staline auraient abondé dans son sens. Nous vivons vraiment une époque formidable. 

Une pétition:  https://damocles.co/zemmour-censure-liberte-expression/

Immigration. Près de la moitié des jeunes Arabes et Maghrébins veulent quitter leur pays

42 % des 18-24 ans dans les pays arabes et maghrébins souhaitent immigrer dans un autre pays et quitter leur terre d’origine selon un sondage. Le Royaume-Uni et l’Allemagne font partie des destinations favorites.

Maghreb et Moyen-Orient : une jeunesse sur le départ

Une grande partie de la jeunesse du Maghreb et du Moyen-Orient serait candidate à l’émigration, principalement en raison d’un contexte économique défavorable dans les pays d’origine. C’est en substance ce qui ressort d’un récent sondage réalisé par l’agence ASDA’A BCW basée à Dubaï. L’enquête a ainsi été menée dans 17 pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient auprès d’un panel de 4 000 individus (autant d’hommes que de femmes) âgés de 18 à 24 ans.

Le résultat indique que 42 % de ces sondés souhaitent tenter leur chance dans un autre pays que le leur. À l’avant-garde de cette volonté d’émigrer, 15 % auraient déjà débuté les démarches nécessaires afin de quitter leur terre natale. Mais, en valeur absolue, compte tenu d’une population avoisinant les 200 millions d’habitants pour l’ensemble des 17 pays couverts par l’enquête, voilà donc 30 millions de personnes qui seraient sur le point de gagner un autre État.

Quant aux raisons invoquées pour justifier cette volonté d’aller vivre ailleurs, le chômage, touchant un jeune sur trois dans les pays arabes, est la première cause citée. Particularité de ce sondage à relever, il a été effectué en deux temps avec une première série d’entretiens menés avant la pandémie de Covid-19, au mois de janvier 2020, puis une seconde série durant le mois d’août dernier. Lors de cette deuxième session, la situation économique des sondés est apparue nettement dégradée suite au coronavirus selon leurs dires avec un marché de l’emploi encore plus difficile. Sur le plan financier, 35% de ces 18-24 ans interrogés ont indiqué s’être endettés afin de payer études ou voiture. Une proportion qui n’était « que » de 20 % dans les enquêtes antérieures.

Hormis le critère économique, c’est la corruption dans les pays d’origine qui apparaît comme le deuxième facteur incitant au départ la jeunesse de ces pays arabes et maghrébins. 77 % des sondés ont cité ce phénomène.

Partir d’où ? Pour aller où ?

À la tête des pays les plus pourvoyeurs de candidats à l’émigration, on retrouve le Liban où 77 % des jeunes interrogés souhaitent quitter cet État à la situation générale chaotique avec, en dernier lieu, la très forte explosion ayant frappé le port de Beyrouth au début du mois d’août dernier. Le pays étant déjà secoué par ailleurs par des manifestations à répétition depuis 2019, en raison de la crise économique qui y sévit. La corruption et l’état des infrastructures étant aussi des motifs de protestations…Parmi les autres pays dont la jeunesse est tentée par l’exode, la Libye, le Yémen, l’Irak ou encore les territoires palestiniens voient approximativement 60 % des sondés indiquer leur envie d’aller voir ailleurs.Seuls les États du Golfe parviennent à maintenir un espoir quant à l’avenir pour leurs jeunes. Les candidats au départ ne sont que 3 % aux Émirats Arabes Unis, 6 % en Arabie Saoudite.Face à ces pays d’émigration, quels sont les terres d’immigration de prédilection ? Les Émirats Arabes Unis sont la destination favorite. Vient ensuite l’Occident avec les États-Unis, le Canada, le Royaume Uni et l’Allemagne. La France n’est plus apparue dans ce top 5 depuis 2013. Toutefois, d’autres sources indiquaient en 2019 que la France était devenue le premier pays d’Europe devant l’Allemagne pour le nombre de migrants demandeurs d’asile. Quant aux pays de provenance, les migrants venus d’Afghanistan et de Guinée étaient les plus nombreux.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Défendre Zemmour, même s’il clive

C’est la réalité qui est déplaisante, pas que ses propos!

parCharles Rojzman – 4 octobre 2020

Christine Kelly et Eric Zemmour. Image: capture d’écran Cnews.

La réalité que vivent bien des Français est plus déplaisante que les propos virulents de l’éditorialiste de Cnews


Les prises de position radicales et parfois essentialisantes d’Eric Zemmour suscitent l’adhésion enthousiaste d’une partie de la population et sa diabolisation par une autre partie. En ce sens, il est effectivement clivant, ce que je lui reprocherais personnellement, n’ayant pas la même approche. Mais Eric Zemmour est un polémiste. Il grossit le trait parfois parce qu’il est en guerre contre ceux qui pratiquent un déni de réalité. Il répète sans cesse qu’il n’éprouve pas de haine contre les personnes immigrées, légalement ou illégalement ou issues de l’immigration, mais qu’il combat un système qui crée une situation intenable pour tous et préjudiciable à son pays. Ce que dit Zemmour, Boualem Sansal le dit et aussi Kamel Daoud, Ayaan Hirsi Alli, Ahmad Mansour en Allemagne et tant d’autres lanceurs d’alerte venus de pays musulmans ou y vivant encore. Ceux-là ont connu de l’intérieur l’islam radical ou ses versions plus « soft », mais qui ne sont pas moins dangereuses pour nos sociétés.

A voir, Elisabeth Lévy sur Sud Radio: La chasse à la sorcière Zemmour est de nouveau ouverte!

Zemmour attaque de front avec outrance parfois parce qu’il sait que les mots peuvent être désormais détournés et vidés de nos contenus : laïcité, république, démocratie, populaire… comme au temps de l’union des républiques socialistes du national-socialisme et des démocraties populaires. Le totalitarisme vit du mensonge et meurt de la vérité, au contraire de la vraie démocratie qui vit de la vérité et meurt du mensonge.

Le succès grandissant de Zemmour malgré les procès pour incitation à la haine raciale ne vient pas de son racisme, car alors il faudrait qualifier de raciste une bonne moitié de la population française qui pense et parle comme Eric Zemmour mais de son aptitude à trouver les mots pour décrire la réalité que vivent beaucoup de Français aujourd’hui. Cette réalité n’est pas plaisante, j’en conviens. Les mots de Zemmour heurtent la sensibilité et l’humanisme de beaucoup de nos concitoyens, surtout d’ailleurs ceux qui sont protégés des aléas d’une mondialisation pas toujours tendre pour d’autres ; ils heurtent également le désir de paix et l’habitude de tolérance qui sont nés en Europe à la suite et en raison des horreurs de la Seconde guerre mondiale et de la persécution des juifs. Mais les temps changent et la brutalité oratoire de Zemmour et de ses compagnons de route en Europe mais aussi au Maghreb, en Iran, et ailleurs dans le monde musulman nous invite à réfléchir par nous-mêmes à l’évolution du monde vers des tentations totalitaires qui risquent d’exclure de nos vies la liberté de conscience, de parole et le débat véritablement démocratique.


Signez la pétition !Le gouvernement Macron veut détruire votre liberté d’expression. 

Agissez maintenant contre la censure

.

Madame, Monsieur,
Vous sera-t-il bientôt interdit de parler d’immigration, d’insécurité, de fraude sociale… ?
La pression est déjà si grande quand on ose à peine les évoquer en famille ou au bureau, de peur de « choquer », voire d’être violemment rejeté.
Mais ces derniers jours, le gouvernement augmente la pression contre notre liberté.
Il veut couper des têtes, pour l’exemple.
Éric Zemmour est en train d’en faire les frais aujourd’hui, pour avoir osé dire franchement ce qu’il pensait des immigrés « mineurs isolés » aussi appelés « mineurs non accompagnés »…
Et des vols, et des viols, et des meurtres qui en découlent.
En Île-de-France, ils débarquent par centaines du Maroc et les habitants n’en peuvent plus !
Et cette invasion ne se cantonne pas aux banlieues : partout en France, ils rôdent, cherchant des victimes faciles.
À Bordeaux, par exemple, la moitié des agressions au couteau sont commises par des « mineurs isolés », selon la préfecture de Police !
Le statut de « mineur isolé » offre une telle protection légale qu’elle pousse ces « migrants » à frauder sur leur âge. Et à attaquer les Français en toute impunité.
On parle tout de même de 50 000 euros par « mineur isolé » et par an !
Et évidemment c’est vous qui payez avec vos impôts…
Les médias de propagande s’émeuvent pour ces « jeunes » et oublient soigneusement ces Françaises qui se font violer, ces personnes âgées qui se font agresser…
Alors, le faux « mineur isolé » au hachoir, ce terroriste islamique qui voulait incendier Charlie Hebdo, c’est la goutte d’eau !
Il n’avait pas 18 ans, mais 25 ans. C’était facile à voir.
Mais un juge avait refusé de demander les examens médicaux pour vérifier l’âge de ce faux mineur…
Et ce Pakistanais avait déjà commis plusieurs délits.
Venu pour mettre le feu dans les anciens locaux de Charlie Hebdo, il a attaqué au hachoir et au marteau deux victimes qui se trouvaient là.
Faux « mineur isolé »… Vrai terroriste islamique.
Et sa famille au Pakistan est fière de cet attentat contre la France.
Elle l’a même annoncé en vidéo !
Seulement, voilà : il ne faudrait surtout pas en parler…
Quand Éric Zemmour dit sur CNews que « la responsabilité du gouvernement, ce n’est pas l’humanisme pour les étrangers ; c’est la protection des Français », les immigrationnistes voient rouge.
La très grassement subventionnée SOS Racisme s’étrangle sur Twitter.
Et porte plainte.
Le ministre Élisabeth Moreno s’entend avec le président du CSA pour faire pression sur CNews.
Et, chose inédite, elle ordonne immédiatement à la « Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT » (DILCRAH) de saisir le procureur de la République…
Eric Dupond-Moretti, censeur
Quant à Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, il préfère parcourir les plateaux TV pour insulter et mépriser Eric Zemmour…
… au lieu d’affronter l’insécurité en France.
Vous rendez-vous compte ?!
Le gouvernement Macron est en train de soutenir une procédure de censure pour faire taire un opposant politique.
La Censure est en marche.
Et il faut à tout prix s’opposer fermement à chacune des tentatives du gouvernement de limiter notre liberté d’expression.
C’est précisément pour contrer cette censure que Damoclès a lancé la pétition qui vient de passer la barre des 100 000 signataires : https://damocles.co/zemmour-censure-liberte-expression/

Le gouvernement avait déjà fait passer la « Loi Avia », qui lui donnait un pouvoir inouï de censure sur Internet.
Heureusement, après la mobilisation éclair des Damoclésiens au printemps dernier, le Conseil constitutionnel avait invalidé la loi. Et ridiculisé ses promoteurs.
Mais le gouvernement tient vraiment à vous faire taire.
Depuis quelques mois, il milite auprès de l’Union européenne pour faire passer ce que la Constitution française ne lui permet pas de faire.
Le gouvernement a très mal pris le camouflet et se démène comme un diable…
Aujourd’hui, Éric Zemmour est dans son viseur.
Et à travers lui, tous ceux qui oseraient parler de sujets brûlants comme l’immigration, la fraude sociale, l’insécurité…
Vous avez comme moi signé la pétition pour défendre la liberté d’expression des Français.
Encore un immense merci.

Ce nouveau scandale qui menace Éric Zemmour doit nous pousser à mobiliser d’autres milliers de Français contre la censure.

Et j’ai plus que jamais besoin de vous !

Diffusez à nouveau la pétition contre la censure. 
Voici le lien : https://damocles.co/zemmour-censure-liberte-expression/

C’est un acte courageux, qui ne vous prendra que quelques minutes.
C’est un acte de guérilla culturelle et votre rôle est essentiel pour la victoire.
En effet, les idéologues sont de plus en plus hargneux en ce moment dans les médias. Ils cachent de moins en moins leurs intentions totalitaires.
Prenez par exemple le « sociologue » gauchiste Geoffroy de Lagasnerie, qui proclame sans complexe sur France Inter qu’il aspire à la censure :« Je pense que la politique est de l’ordre de l’antagonisme et de la lutte et j’assume totalement le fait qu’il faille reproduire un certain nombre de censures dans l’espace public, pour rétablir un espace où les opinions justes prennent le pouvoir sur les opinions injustes. »Évidemment, les « opinions justes » sont celles qu’il veut imposer aux Français. Un stalinisme décomplexé, où le meurtre médiatique devient la norme.
Combattez la censure tant que c’est encore possible.
Défendez la liberté d’expression maintenant !


Diffusez la pétition : https://damocles.co/zemmour-censure-liberte-expression/

Pour la France !
Samuel Lafont et l’équipe Damoclès

PS. Les Damoclésiens l’ont déjà prouvé à plusieurs reprises : vous avez un réel pouvoir sur les politiques. Vous pouvez choisir ce que la France sera demain.
C’est pourquoi je compte sur VOUS pour agir maintenant.
Partagez la pétition : https://damocles.co/zemmour-censure-liberte-expression/ 

ZEMMOUR

RIME avec AMOUR

L’AMOUR de la FRANCE

Oui Zemmour est circoncis

Zemmour est dans l’impossibilité de s’imposer physiquement, car il cumule la laideur du crapaud avec la maigreur de la sauterelle et le rire sournois du hibou… Rapace qui confortablement installé vous observe dans votre nuit de brouillard tout en analysant si bien la situation qu’il va plonger direct sur le mulot qu’il a repéré. Pendant ce temps, le béotien ne voit ni sauterelle, ni crapaud, ni mulot et encore moins le  hibou si laid, doté de la qualité de vue d’un totem… alors qu’il se tortore le mulot. C’est la différence entre un handicapé en danger et un béotien béat. Le handicapé qui serait le hibou, doit stimuler ses dons de perception pour survivre. Le béotien qui serait un ours, ignore totalement les fourmis et autres bestioles qu’il écrase en se déplaçant lourdement vers la rivière pour taper dans le tas de saumons qu’il va massacrer… c’est un non circoncis.

Zemmour porte sur lui les stigmates de douleurs du circoncis et son dysfonctionnement hormonal… Sa laideur physique et la déformation du visage, du nez, de la bouche et ses rictus convulsifs sont ceux du nourrisson trahi par la mère au 8° jour et par le circonciseur que je décris dans “PRÉPUCE mon AMOUR“. La coupure de l’hypophyse crée des difficultés d’apports de calories pour les muscles qui peinent à se développer… ce qui en fait un malingre maladif, qui courbe facilement le dos en signe d’acquiescement de sa faiblesse physique.

Quand l’obligation de s’exprimer avec les codes masculins lui est impartie et imposée en tant que pingouin en costume cravate, et que ça lui semble trop compliqué,  il compense avec les codes féminins qui sont plus souples. Codes qui paradoxalement sont très valorisants, car il s’agit de pédagogie, de douceur, de lâcher prise et de diplomatie. Ou se rajoute l’énergie salvatrice de l’ambition qui dope l’utilisation rusée de la diplomatie et de la pédagogie puisqu’in fine c’est lui qui doit avoir raison. Surtout dans un consensus populiste ou c’est le dernier qui a parlé qui est entendu. Et là Zemmour fait fort car il est le champion toute catégorie du dernier qui a parlé vu son incroyable performance en heures de présence sur les médias !

Mis à part son semblant d’homophobie latente et de sa misogynie incontournable, il a globalement raison. Il a même raison d’être homophobe et misogyne pour que sa thèse reste fortement vertébrée sur la “famille“ qui est le socle d’une nation. Moi-même, qui suis visée et rejetée dans son schéma social je comprends très bien son raisonnement et je ne lui en veux pas car je sais très bien qu’in fine les intellectuels de bon niveau n’écartent pas de leur cercle les homos et les femmes… bien au contraire, c’est leur présence exceptionnelle qui en confirme la règle… un monde parfaitement correct et lisse n’interpelle pas l’esprit d’analyse… Ce qui est normal est tellement banal qu’il n’interroge pas la recherche…   alors qu’il faudrait se poser la question sur ce qui est normal ? Donc à bon niveau il n’y a pas d’amalgame possible entre l’observation d’un phénomène et son implication personnelle. La critique autorisée des homos et des femmes ne fait pas de Zemmour un homophobe ou un misogyne sauf que pour éviter la langue de bois il doit sans détours percer un abcès. Il est bon pour les homos de se remettre en question et pour les femmes de bien définir leur rôle dans une société qui souffre de leur castration. Seuls les imbéciles qui sont susceptibles et bornés… vont nier par exemple que la majorité des homos sont contre le mariage homo qui est ridicule mais paradoxalement utile car il fait avancer les mentalités chez ceux qui sont figés sur les lois officielles. Ceux qui critiquent systématiquement le visible et ne croient que ce qu’ils voient. Alors que c’est bien plus compliqué. Il est tout à fait humain de s’interroger sur les maladies mentales des homos qui débouchent sur un taux record d’isolements et de  suicides… comme d’être effrayé par la souffrance des femmes globalement névrosées… Notre société est un grand corps malade avec ses perfides qui trichent en faisant semblant d’aller bien… dont la seule issue c’est de s’interdire de réfléchir en se voilant la face. 

Il est socialement contre productif de confondre ce qui fait avancer globalement la société avec son intérêt personnel. Pour qu’une société évolue il faut une dose d’abstraction de soi et beaucoup de générosité. Jamais le LGBT ne feras avancer la société, mais si l’ensemble de la société évolue les LGBT en bénéficieront. Je n’imagine pas être respectée par la famille si je ne la respecte pas… et réciproquement. Je comprends le rejet de la gay pride si elle est prise uniquement pour une provocation et non une fête de défoulement. La lutte salvatrice n’est pas frontale mais dans l’union des intérêts. Sauf avec les Arabes dont Collomb dit que le “côte à côte“ va se finir en face-à-face, puisque nos intérêts divergent totalement et que la racaille ne sais qu’agresser! Dans une évolution français/françaises si la “famille“ évolue elle acceptera d’avoir des homos dans son sein, sans les rejeter comme actuellement… car plus le niveau d’intelligence s’élève plus les béotiens communiquent dans une bonne  “intelligence de vie“. Pour les Arabes comme je l’explique dans PRÉPUCE mon AMOUR il n’existe aucune solution sinon le retour au bled, car leur circoncision en pleine adolescence en fait des Aliens au pays des Gaulois… des extraterrestres incapables de se civiliser. Le juif est dangereux de par son aliénation de circoncis, mais il fait des efforts pour se mettre au même niveau que les non circoncis… et si un non-circoncis intelligent éprouve le besoin de se faire du fric, il lui suffit de copier le juif… travailler dur, économiser et faire levier avec ses biens et son pouvoir. La fable de la cigale et la fourmis…

Zemmour a raison d’aimer la France car en même temps il se sauve lui-même… il a fait un choix particulier qui va à l’encontre de sa communauté qui piétine la France tout en s’enrichissant… c’est complexe… Il a fait ce choix car passionné de son histoire il a compris que le cœur de la France et le cœur des Français ne faisais qu’un et que ce cœur est éternel et bat toujours… les gilets jaunes en sont la preuve éclatante… la France redevient la France au Français et le phare révolutionnaire du monde… ce peuple qui sait souffrir et supporter l’indicible comme l’invasion incroyable d’Africains, mais qui sait aussi dire STOP !… On en peut plus et on en veut plus ! Le génie français est bien vivant et Zemmour l’a inclus dans sa sensibilité à travers la lecture fine qu’il en a faites de la mentalité française. Car en non circoncis les Français évoluent et conservent intact leur inné… leur héritage intellectuel… c’est scientifique et biologique, mais Zemmour l’a senti d’instinct… de l’instinct du handicapé qui cumule les tares du mulot, du crapaud, de la sauterelle et du hibou… car le génie du circoncis comme je le ressens moi-même c’est la capacité d’additionner des carottes avec des chaises, des lampes avec des avions qui n’ont aucun rapport et d’en faire un calcul algorithmique qui inclut vingt paramètres… qui moulinés comme dans un cerveau de circoncis donnent une vision qui permet un choix, des décisions, des sensations… avec en prime une superbe montée hormonale. Oui, ça ressemble à de la folie et c’est fou, mais ce sont les choix les plus fous qui font avancer un projet et l’humanité… Einstein est un circoncis qui aurait pu inspirer Hergé pour en faire le professeur Tournesol… un fou sympathique et généreux.

Qu’est-ce qui pousse un homme tranquille à inventer et à créer, sinon ses montées hormonales jouissives dues aux émotions. La folie est là, dans le cocktail de dizaines d’hormones qui une fois mélangées irriguent le cerveau en créant des flashs de lucidité ou de créativité. Alors, de jouer gagnant sur la France qui s’enfonce dans l’invasion des mosquées et de la violence africaine c’est un sacré pari ! Et Zemmour a eu ce flair car depuis les gilets jaunes, la France se reconstruit reprend espoir, redevient française et parle d’Initiatives Citoyennes… Zemmour sait que le français supporte d’être insulté, mais quand le Français dit stop, des étrons comme Macron vont gicler… et les étrangers envahisseurs feraient bien de téléphoner aux cousins du bled pour réserver une part de coucous et un divan… la France redevient française !

Zemmour a donc compris à travers l’histoire de France qu’il pouvait se rendre utile à chasser de France tous ses démons, ses profiteurs et ses traîtres. Voir les millions de cartes Vital distribuées à des non cotisants et ces politiques qui ne font rien ! Fraude à la Sécu additionnée aux fausses retraites et aux régularisations de cafards qui ont déserté leur pays pour venir nous pourrir la vie. Zemmour a bien perçu que ce que nous vivons est criminel et injuste… mais il n’en reste pas moins que c’est un juif circoncis qui a donc le génie bling bling de faire du fric…. Avec des records de vente comme les 500 000 Suicides Français… ce qui est plus gênant ce sont les 600 000 de “Merci pour Ce Moment“ titre typique d’une hystérique profiteuse comme Valérie Trierweiler qui a passionné les Français pour savoir dans quelle position le minable clown de Hollande sodomisait Julie Gayet… c’est franchement plus important de s’intéresser à notre avenir collectif dont Hollande s’en bat ses couilles molles… il paraît qu’il a de l’humour, mais comme pour tout politique rien qu’à voir sa tronche qui nous prend pour des cons j’ai envie de gerber mais pas de rire.

Non seulement Zemmour réussit des exploits en éditions mais en plus et c’est en synergie, il occupe les médias en leader. Alors qu’il a raté sa place de haut fonctionnaire de l’ENA par manque de charisme sûrement ! Son clone Aznavour au nez ingrat de circoncis qu’il se fera opérer sur le conseil d’Edith Piaf me fait penser au même destin expliqué par Nietzsche de l’exclus au départ qui devient adulé dès qu’il a le pouvoir de l’argent… Le pouvoir et le fric rendent beau. Aznavour n’est pas considéré officiellement comme juif mais pourtant ici je pourrait écrire le même texte en mettant Aznavour à la place de Zemmour… d’ailleurs les deux noms ont la même consonance ? 

Si le peuple arrive à aduler ce qu’il a rejeté, il est donc versatile et dangereux ?…

Zemmour ne sera pas une ordure de contrôleur des impôts comme tout adoubé à l’ENA mais il contrôle avec brio sa place de chroniqueur à la télé, ce qui est hautement plus difficile… et du coup c’est plus lucratif !

Donc Zemmour qui se fait un maximum de tunes,  reste ce hibou très malin, excellent observateur et bon manipulateur qui jamais ne s’énerve ni monte le ton, comme un circoncis du 8° jour.

Zemmour arrive même à manipuler Naulleau Éric… qui lui ne vend pas un seul bouquin ! Naulleau et sa tronche de mercenaire du sable chaud africain n’a rien de télévisuel mis à part d’être gauchiste… pétri de certitudes et insultant.

De dominer Naulleau le pro de la déstabilisation, injuste, de mauvaise foi et ingrat avec des idées politiques diamétralement opposées est la preuve de la fourberie savante de Zemmour le circoncis, qui mal dans sa peau lutte en ramant à contre-courant… mais arrive grâce à sa féminité, à tenir tête sans jamais perdre la face. Il prouve sans cesse qu’il a finalement le bon rôle pour s’en faire une thérapie constructive… Pour bien fonctionner la thyroïde a besoin d’autosatisfaction qui compense largement contre le stress. L’égo de Zemmour est largement satisfait… Sur la longueur Naulleau est KO ! Il ne fait pas le poids… d’ailleurs Zemmour n’a pas besoin de Naulleau alors que Naulleau sans Zemmour ressemble à un cocu en cours de divorce. Je pourrai écrire que les arguments de Zemmour dominent dans le débat sans être abusif, mais plus malin Zemmour fait semblant d’encaisser par humilité pour ne pas jouer le rôle du protecteur, mais du faible.

Zemmour est le premier à regretter de ne pas avoir la force mentale de Naulleau, son agressivité et sa repartie. C’est un crâne dont le corps ne s’est pas développé suffisamment… il dandine de la tête comme s’il avait le torticolis, clignotant des yeux comme un coq blessé, son corps souffre… la circoncision c’est un court-circuit de 2000 volt qui envois un litre d’adrénaline… un choc de fou qui coupe la croissance, en brûlant les veines et tous les vaisseaux contaminés par l’acidité de l’adrénaline… ébranlant les nerfs jusqu’aux cellules du cerveau dont l’hypophyse si fragile. 

Zemmour a un discours de circoncis car il prône la fidélité contrainte de la femme, sa soumission et son rôle de Maîtresse de maison qui n’a pas un travail à l’extérieur… qui s’occupe des enfants… ce qui est la marque de faiblesse de l’homme qui n’a pas confiance en sa virilité pour seule garantie de gérer la situation. Il a besoin d’arguments sociaux comme les mahométans ont besoin de la charia… La femme s’occupe des enfants pendant que le mâle joue son rôle de protecteur à l’extérieur. Rien de nouveau depuis les origines du cueilleur/chasseur et guerrier. L’homme doit être agressif à l’extérieur pour être un bon chasseur et un bon guerrier, mais dans le foyer c’est la femme qui domine la situation… il ne fait que donner un avis et s’exécuter. Normalement, de dominer ce n’est pas humilier mais seulement exiger la maîtrise des responsabilités.

Dans tout ce cinéma les hormones jouent le rôle principal … celui de distribuer les rôles, d’harmoniser les complémentarités et d’accompagner les fonctions… Davantage de brusqueries pour l’homme à l’extérieur et plus de douceur pour la femme à l’intérieur. Là ou Zemmour pêche dans l’exemple c’est que son jeu et sa démarche ne sont ni la gestuelle d’un mâle, ni la morphologie d’un guerrier. Un mâle doit avoir la musculature, la carrure et l’arrogance d’un lutteur qui effraie et impose.

Il est évident que culturellement chacun utilise au maximum ses atouts pour essayer d’en tirer un bénéfice… par exemple pour exister, Zemmour a besoins de la chaleur des spots de télé et des montées hormonales pendant les débats pour compenser son dérèglement hormonal et sa misère corporelle… il a besoin de la flatterie des compliments des fans pour stimuler des montées hormonales qui rassurent, comme la dopamine.

Je comprends la réticence des Béotiens à raisonner à partir de nos besoins en hormones car c’est la mise à nue de notre libido et la démystification de notre comportement. Nous ne sommes qu’une enveloppe de chair qui ne peut fonctionner et ressentir des sentiments qu’avec notre flux hormonal… plus la production hormonale diminue, plus la mort se rapproche. Plus les hormones affluent, plus le rythme cardiaque s’accélère… et l’intelligence se développe… un truc qui fait peur aux dirigeants qui veulent diriger des imbéciles… des plus cons qu’eux ! Le besoin de dominer reste universel tant que notre mode de fonctionnement reste  basé sur la domination. 

Les non circoncis sont les seuls à avoir les armes pour devenir adultes ! Pour les circoncis c’est un drame mondial ! IL faut que les circoncis acceptent d’être perçus comme des malades face à des non circoncis  qui les aide à sortir de leur infirmité. Pour clore je certifie que de se mutiler la bite n’a rien de normal. 

Éric Zemmour, né le 31 août 1958 à Montreuil, est un polémiste, écrivain, essayiste et journaliste politique français.

Chroniqueur dans des émissions de télévision, il est journaliste au service politique du Figaro jusqu’en 2009 ; il tient depuis 2010 une chronique au Figaro Magazine, ainsi qu’une autre chronique, sur RTL. À partir de 2011, Éric Zemmour anime, en duo avec Éric Naulleau, un débat télévisé hebdomadaire sur Paris Première.

Il est l’auteur notamment du livre Le Suicide français (2014), un important succès de librairie et médiatique. Dès lors sa présence est souvent synonyme de records d’audience pour les émissions où il apparaît, du fait de sa qualité de polémiste.

Plusieurs de ses déclarations publiques considérées racistes ou diffamantes lui valent d’être poursuivi devant la justice française, qui le condamne pour provocation à la discrimination raciale en 2011 et pour provocation à la haine envers les musulmans en 2018.

Sommaire

Biographie

Enfance et formation

Né à Montreuil, aujourd’hui en Seine-Saint-Denis, le 31 août 1958, Éric Justin Léon Zemmour1 est issu d’une famille juive algérienne2,3, arrivée en métropole durant la guerre d’Algérie4. Il se définit lui-même comme un « français juif d’origine berbère »5.

Il passe son enfance à Drancy, résidence Faidherbe, puis son adolescence dans le quartier parisien de Château Rouge6.

Fils de Roger Zemmour, ambulancier, et de son épouse Lucette, mère au foyer6, il dit avoir de l’admiration pour sa mère et sa grand-mère. Son père étant souvent absent, il est en effet élevé par des femmes « qui [lui] ont appris à être un homme »7.

Journaliste politique

Diplômé (D – Service public, 1979)8 de l’Institut d’études politiques de Paris, il échoue par deux fois au concours d’entrée de l’École nationale d’administration9 (la première fois à l’oral face à un jury présidé par René Rémond, à cause notamment de l’anglais et d’une question sur le tourisme, la seconde fois dès l’écrit). Après un passage dans l’agence de publicité FCA, il est pris en stage au Quotidien de Paris où le critique musical Marcel Claverie lui fait écrire son premier article10,11.

Éric Zemmour est alors embauché en 1986 au Quotidien de Paris (Groupe Quotidien), sous la houlette de Philippe Tesson, comme journaliste au service politique. C’est à cette époque qu’il rencontre Mylène Chichportich, sa future épouse, juge d’instruction12. Après la disparition de ce quotidien en 1994, il devient éditorialiste à Info-Matin où il reste un an. Il intègre ensuite la rédaction du Figaro en 1996 comme journaliste politique. Zemmour est parallèlement pigiste pour Marianne en 1997, et pour Valeurs actuelles en 199913. En 2009, il passe du Figaro au Figaro Magazine, où il tient désormais une chronique hebdomadaire, puis retourne au Figaro pour une chronique littéraire hebdomadaire14. Il est également chroniqueur politique au Spectacle du Monde. Malgré son propre échec à l’intégration de l’ENA, son statut de journaliste politique lui permet d’être membre du jury au concours d’entrée de cette école en 200615. Il est observateur dans le jury qui reçoit Florian Philippot au concours16.

Écrivain et essayiste

Il est l’auteur de portraits d’Édouard Balladur (Balladur, immobile à grands pas, 1995) et de Jacques Chirac (L’Homme qui ne s’aimait pas, 2002) ainsi que d’essais politiques. Il publie notamment en 2006 Le Premier sexe, essai sur ce qu’il juge être une féminisation de la société. Il participe à l’élaboration des textes du film Dans la peau de Jacques Chirac de Michel Royer et Karl Zéro même si ce dernier déclare n’avoir que peu utilisé les textes fournis par Zemmour17. En janvier 2008, il publie Petit Frère (tiré à 63 000 exemplaires), roman dans lequel il attaque l’« angélisme antiraciste2 ». En mars 2010, avec Mélancolie française (essai qui a remporté le Prix du livre incorrect), il revisite l’histoire de France18.

Ses chroniques radiophoniques diffusées sur RTL de janvier 2010 à juillet 2016 ont été compilées dans quatre recueils : Z comme Zemmour publié en 2011, Le Bûcher des vaniteux publié en 2012, Le Bûcher des vaniteux 2 publié en 2013 et Un quinquennat pour rien, publié en 2016. Dans Le Bûcher des vaniteux il explique que les « masques » des différentes personnalités politiques sont « tombés », faisant référence à de nombreux faits divers qui ont marqué l’année 2011. Dans l’introduction de son livre Un quinquennat pour rien, il revient avec force sur la bataille civilisationnelle imposée selon lui par l’islam, qu’il ne distingue pas de l’islamisme19.

Le 1er octobre 2014, sort son livre Le Suicide français. Il y défend la thèse d’un affaiblissement progressif de l’État-nation français, de 1970 à la date de publication (2014) qu’il attribue notamment à l’emprise de la génération Mai 68. Le livre rencontre un vif succès de librairie à sa parution20 et l’auteur est décrit comme un « phénomène sociétal »21,22. L’ouvrage est abondamment commenté et critiqué dans la presse écrite et fait l’objet de nombreuses polémiques tant sur les plateaux télévisés que dans les émissions de radio. La présence d’Éric Zemmour est alors synonyme de records d’audience pour les émissions qui l’invitent23,24.

Polémiste

À partir de septembre 2003, il participe toutes les semaines à l’émission Ça se dispute sur la chaîne d’information en continu I-Télé, face à Christophe Barbier jusqu’en 2006 et face à Nicolas Domenach jusqu’à son licenciement en décembre 201425. Il participe aussi à Vendredi pétantes sur Canal+ jusqu’en juin 2006.

Logo de l’émission de politique et de polémiques qu’il co-anime avec Éric Naulleau sur Paris Première.

À partir de septembre 2006, il rejoint France 2 pour participer à l’émission On n’est pas couché, animée par Laurent Ruquier, en compagnie de Michel Polac puis d’Éric Naulleau, où ils sont chargés de procéder à une critique sincère du film, livre, album, etc. présenté. Lors de cette émission, leurs échanges avec des personnalités du monde culturel se terminent parfois en affrontements. Le 27 mai 2011, Laurent Ruquier annonce dans Le Parisien qu’il remplacera Éric Zemmour et Éric Naulleau par de nouveaux intervenants dès la saison suivante d’On n’est pas couché26. Le 14 mars 2015, Laurent Ruquier déclare qu’il « regrette » d’avoir donné la parole à Éric Zemmour pendant cinq années27.

Il a participé également à l’émission L’Hebdo, en tant qu’éditorialiste, sur Tempo (RFO) chaîne destinée à l’outre-mer ; il y était entouré, entre autres, de Dominique Wolton. Enfin, on peut le retrouver sur la chaîne câblée Histoire, dans l’émission Le grand débat, magazine animé par Michel Field28.

À partir du 4 janvier 2010, il présente sur RTL, du lundi au vendredi, à 7 h 15, une brève chronique quotidienne intitulée Z comme Zemmour, au cours de laquelle il analyse l’actualité29. L’émission n’est plus que bihebdomadaire à partir de la rentrée 2013, selon lui à cause de sa chronique sur Christiane Taubira (en mai 2012), dans laquelle il avait accusé la ministre de la Justice de s’attaquer à « l’homme blanc »30. À partir de septembre 2011, il anime, en duo avec Éric Naulleau, Zemmour et Naulleau, un talk show hebdomadaire en seconde partie de soirée sur Paris Première31. Après l’arrêt de Ça se dispute, il débat régulièrement face à Nicolas Domenach ou Alain Duhamel à partir de septembre 2016, dans la matinale d’Yves Calvi sur RTL32. À la rentrée 2018, les chroniques d’Éric Zemmour disparaissent de la matinale de RTL ; il devait pourtant continuer sa collaboration avec la station en participant aux débats, mais il est finalement évincé33,34.

Les sujets traités par Éric Zemmour et ses interventions suscitent un vif intérêt. Ainsi, Ça se dispute aura été la seule émission qui permet à i>télé de devancer son concurrent BFMTV. « Zemmour et Naulleau » est « la plus puissante » deuxième partie de soirée de Paris Première. Il en est de même pour RTL, qui reconnaît un « indéniable effet Zemmour »35.

Les 22 avril et 6 mai 2012, il anime, avec Xavier de Moulins, Nathalie Renoux et Éric Naulleau, deux soirées consacrées à l’élection présidentielle française de 2012, sur M636.

En septembre 2016, Henri Maler écrit : « Avec Éric Zemmour, audience garantie : ça « fait polémique », ça « clashe » et ça « buzze », comme dit le vocabulaire en vigueur dans les médias qui aiment par-dessus tout le bruit qu’ils font ou qu’ils entretiennent. Rien n’est plus urgent que d’accueillir le génie méconnu pour étendre la surface de son audience et papoter de la reproduction écrite de ses « billets » radiophoniques.37 »

Conflits avec ses contradicteurs

Depuis 2006, les positions défendues par Zemmour sur des sujets de société comme l’immigration, les femmes et les homosexuels lui attirent de nombreux opposants. D’après l’article de François Dufay La fronde des intellos paru en juin 2002 dans Le Point, Jean-Marie Le Pen aurait confié que « [les] seuls trois journalistes se [montrant] corrects à son égard » sont Élisabeth Lévy, Éric Zemmour et Serge Moati38. Zemmour remarquera lors d’un entretien : « Je pense que chez lui, il y a un clin d’œil ironique, ça fait référence à sa fameuse déclaration d’il y a quinze ans qui avait tant fait scandale quand il critiquait Elkabbach, Levaï, qui étaient tous juifs et là vous remarquerez que les trois qui le traitent bien sont aussi tous juifs… Et il le sait très bien, et tout le monde le sait très bien39. »

En 2008, à la suite de la parution de son livre Petit Frère, où un juif est attaqué par un jeune maghrébin sur un parking, Zemmour reconnaît s’être inspiré d’un fait divers survenu quelques années plus tôt : le meurtre de Sébastien Selam par Yazid Chadli, son ami d’enfance et voisin de palier40,41. Zemmour est attaqué en justice par la famille qui demande l’interdiction du livre. Selon l’avocat de la famille, dans le roman, la victime est décrite comme un mauvais juif, sa mère diffamée et son grand-père accusé des pires maux40. Mais Éric Zemmour gagne le procès42.

En mars 2009, Éric Zemmour porte plainte pour injure et diffamation après la diffusion sur Internet, d’une chanson du rappeur Youssoupha dont les paroles incriminées sont : « À force de juger nos gueules, les gens le savent, qu’à la télé souvent les chroniqueurs diabolisent les banlieusards, chaque fois que ça pète on dit qu’c’est nous, j’mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zemmour »43. Dans un entretien publié par le journal Le Parisien avant la plainte, le rappeur avait précisé qu’il s’agissait de faire taire le journaliste non par la force mais par des arguments44. L’album est ensuite commercialisé le 12 octobre 2009 avec une version expurgée du titre polémique, où le nom de Zemmour était brouillé.

En 1re instance, le 26 octobre 2011, Éric Zemmour fait condamner Youssoupha. Mais le rappeur et la directrice générale d’EMI Musique France, Valérie Queinnec45 font appel, et le 28 juin 2012, Éric Zemmour perd son procès : la cour d’appel de Paris relaxe le rappeur46, en concluant que les propos poursuivis « n’excédaient pas les limites admissibles en matière de liberté d’expression artistique ».

Le 25 septembre 2015, Guy Bedos déclare sur France Info : « Zemmour est juif. Mais il veut être plus français que les Français. Mon grand-père était bâtonnier à Alger, il a milité pour le décret Crémieux qui a fait des juifs d’Algérie des Français. Rétrospectivement, quand je vois Zemmour, je le regrette. ».

Prises de position

Éric Zemmour en 2010.

Depuis sa sortie de l’Institut d’études politiques en 1979, Éric Zemmour a fait l’essentiel de sa carrière dans deux grands quotidiens de droite : Le Quotidien de Paris puis, quand ce dernier a fait faillite au milieu des années 1990, dans Le Figaro, les deux fois à la rubrique « politique ». Il a aussi effectué en 1995 un passage de quelques mois au sein du quotidien Infomatin, où il représentait le courant de droite au sein de la rédaction.

Après avoir écrit plusieurs biographies d’hommes politiques, au tirage modeste, il s’est tourné en 2006-2007 vers les sujets sociétaux, sur un ton nettement plus polémique, en s’appuyant sur la notoriété acquise dans l’émission de télévision On n’est pas couché, où avec son ami Éric Naulleau, il est à l’origine de plusieurs esclandres qui ont amené certains invités à quitter le plateau de l’émission. Parmi eux, Jacques Attali explique dans un droit de réponse écrit qu’il lui « est arrivé de déjeuner » avec Zemmour, qu’il « considère presque comme un ami » mais lui reproche d’avoir commenté son livre dans l’émission « sans l’avoir lu » et de l’avoir « accusé d’avoir volontairement caché la vraie cause de la crise, qui serait l’immigration »48.

En décembre 2014, un entretien d’Éric Zemmour dans le journal italien le Corriere della Sera du 30 octobre 201449, où lui sont posées notamment des questions sur les musulmans de France, est traduit et relayé par Jean-Luc Mélenchon sur son blog, créant alors une nouvelle polémique politico-médiatique50. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dénonce les propos et « appelle tous les républicains à réagir »51, le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale Bruno Le Roux demande son éviction des plateaux télévisés52, le porte-parole du gouvernement Stephane Le Foll avance que l’essayiste est un « danger » qu’il faut « combattre »53, la Société des journalistes de RTL se « désolidarise »54, la Société des journalistes d’I-Télé réclame un « geste fort » de la direction55 qui met fin à l’émission Ça se dispute56. Une décision qui selon Le Point « jette l’opprobre » sur cette télévision57.

Diverses associations, dont Le comité 15 mars et Libertés, SOS Racisme et Le Cran, décident de porter plainte contre lui et s’insurgent contre la place qu’il occupe dans les médias58. La polémique était née du fait de l’utilisation du terme « déporter », qui, comme le précise par la suite le journaliste italien du Corriere della Serra, a été rajouté lors de la retranscription des notes et n’a jamais été prononcé par Éric Zemmour59,60. Jean-François Kahn dénonce l’éviction de Zemmour, jugeant qu’il « est victime d’une fatwa médiatique »61. Michel Onfray, sans affirmer que l’État français est impliqué dans l’éviction d’Éric Zemmour par I-Télé, remarque cependant que « le porte-parole de l’Élysée (Stéphane Le Foll) a affirmé de quoi nourrir cette idée » et qu’en prenant cette décision, I-Télé « est en phase avec ce que le gouvernement a souhaité ». Le philosophe estime également que le « débat en France […] est mort », et que « ce que la gauche veut faire oublier », avec la diabolisation de Zemmour, « c’est moins son bilan que son appartenance, avec la droite libérale, au club de ceux qui font le monde comme il est »62.

Éric Zemmour dit se reconnaître dans la tradition politique française du gaullo-bonapartisme63, « c’est-à-dire la grandeur de la France, la grandeur de l’État et le respect culturel de la France ». Dans le contexte actuel de la politique européenne, il se définit également comme « proche de la famille politique qui a dit Non à Maastricht »64, une famille politique incarnée principalement, selon Éric Zemmour, par Philippe Séguin, Jean-Marie Le Pen et Jean-Pierre Chevènement64.

Il a déclaré publiquement qu’il avait voté pour François Mitterrand en 1981, Jean-Pierre Chevènement en 2002 et Nicolas Sarkozy, car il ne « pouvait pas » voter pour Ségolène Royal, en 200765. Toutefois, il refuse de dire pour qui il a voté en 2012, invoquant son droit de confidentialité alors que certains journalistes comme Léa Salamé66 ou Jean-Jacques Bourdin67 supposent qu’il a donné sa voix à Marine Le Pen. Selon Libération, Éric Zemmour est positionné sur un segment politique d’une extrême droite plus radicale que le Front national, Libération affirmant notamment que son discours est « sous-tendu par le référent ethnique et le fantasme d’un « grand rembarquement » des immigrés, et de tout ou partie de leurs descendants »68.

Immigration, notion de race et antiracisme

Immigration et assimilation

Partisan de la tradition assimilationniste française, il s’oppose vivement à l’immigration et au modèle actuel d’intégration des immigrés qu’il juge trop peu exigeant69 envers ces derniers. En novembre 2008, il accorde au mensuel Le Choc du mois une interview où il compare l’immigration à un « tsunami démographique »70. Il s’est aussi prononcé en faveur de l’amendement Mariani sur les tests génétiques concernant les candidats au regroupement familial71. À de nombreuses reprises, il s’est déclaré favorable à l’assimilation72, tout en la qualifiant de « névrotique »[réf. nécessaire]. Il explique notamment avoir une nostalgie de l’époque de son enfance, les années 1960, où il y avait une unité culturelle. Selon lui, l’unité culturelle n’est désormais plus imposée, et « on négocie de culture à culture », prenant comme exemple la viande halal dans les cantines, la polygamie, les jours fériés demandés72.

Pour Éric Zemmour, l’« impuissance » à assimiler les nouveaux immigrés, participe d’un « déclin » français. Il affirme qu’au « nom des droits de l’homme », les « élites » sont aujourd’hui des « prédicateurs » qui « bénissent des millions de « barbares » étrangers […] sans se préoccuper si ceux-ci […] ont envie d’adopter les mœurs de leur nouveau pays ; et se moquent éperdument de l’avis des populations autochtones qui subissent stoïquement ces vagues infinies »72. Selon Sylvie Laurent et Thierry Leclère, Éric Zemmour défend une rhétorique qui présente le « petit blanc » en situation d’abandon face à des musulmans « menaçants »73.

En octobre 2013, au cours de l’émission Ça se dispute sur la chaîne d’information i>Télé, il déclare « ne plus [vouloir] d’immigration, même régulée »74.

Tous ses propos récurrents sur ce thème de l’immigration, ainsi que ses charges virulentes contre certaines associations (DAL et SOS Racisme notamment)75, sont sujets à des polémiques[réf. nécessaire].

Le 5 juillet 2014, Zemmour parie que l’équipe allemande de football, à cause de sa « diversité », sera battue par le Brésil. Selon lui en effet, « l’Allemagne, elle gagnait que quand il n’y avait que des dolichocéphales blonds. C’est comme ça. C’est peut-être le hasard », le terme dolichocéphales faisant référence aux théories racialistes du début du xxe siècle76. (Zemmour perdit son pari : l’Allemagne gagna 7-1 et devint même championne du monde alors qu’elle n’avait plus remporté de tournoi international depuis 199677.)

Déclarations sur les prénoms

Le 10 janvier 2009, dans une colonne du Figaro Magazine, Zemmour s’interroge sur l’exaltation identitaire réduisant à rien le sentiment d’appartenance française. Il situe le début de cette tendance dans les années 80, avec le choix des prénoms des enfants, chacun cherchant « ses racines » ou se projetant dans une « modernité » anglo-saxonne. Il met en exergue le cas de Rachida Dati ministre de la Justice qui a prénommé sa fille d’un prénom arabe lié à l’islam Zohra.

Le 31 mai 2016, à la suite de la proposition faite par Robert Ménard de réformer l’état-civil pour obliger à franciser les prénoms, dans une chronique sur RTL, Zemmour affirme « qu’appeler ses enfants Mohamed ou Sue-Ellen c’est un signe manifeste d’auto-ségrégation qui permettra ensuite de se plaindre de la ségrégation que l’on subit, c’est refuser consciemment ou inconsciemment de faire partie du peuple français ». Il fustige Nicolas Sarkozy qui alors qu’il était président de la république française a donné à sa fille un prénom italien, Giulia. Il affirme que de la Révolution française jusqu’au président Georges Pompidou, la République a imposé des prénoms tirés du calendrier des saints et déclare que par laxisme « ce sont les juges qui à partir des années 70 ont refusé d’appliquer cette législation séculaire », poussant le législateur à l’abolir en 1993. Zemmour assure que « pour rendre hommage à ses racines et à ses ancêtres, à la mémoire de ses parents, le nom de famille suffit » et conclut que « le prénom c’est la France »79.

Les décodeurs du Monde indiquent qu’Éric Zemmour « déform[e] les lois auxquelles il fait référence » : les lois de 1965 et 1972 : « les lois de 1965 et 1972 auxquelles l’essayiste fait référence ne portent pas sur les prénoms de naissance, mais donnent la possibilité, dans différents cas, à des personnes qui acquièrent la nationalité française de faire « franciser leur prénom » si elles le souhaitent » ; en outre, « l’article 1er de la loi du 11 germinal de l’an XI (1er avril 1803) relative aux prénoms et changements de noms ne parle pas du « calendrier des saints », mais dit que les prénoms acceptés à l’état civil seront « les noms en usage dans les différents calendriers, et ceux des personnages connus de l’histoire ancienne » ; enfin, la circulaire de 1966 précise qu’elle tolère les prénoms étrangers, tels que « Ivan, Nadine, Manfred, James, etc. » et préconise « l’admission des prénoms coraniques pour les enfants de Français musulmans », tout en conseillant d’adjoindre un prénom français pour « permettre ultérieurement une meilleure assimilation »80.

Le 6 septembre 2016, sur le plateau de l’émission C à vous, amené à se prononcer sur les musulmans en France, Zemmour déclare que « donner un prénom, qui n’est pas français, à ses enfants, c’est ne pas se détacher de l’islam, c’est vouloir continuer l’identité islamique en France et c’est vouloir transformer la France en un pays de plus en plus musulman »81.

En septembre 2018, Éric Zemmour a un vif échange avec Hapsatou Sy sur le plateau de Salut les Terriens, présenté par Thierry Ardisson. Il déclare à la chroniqueuse que sa mère aurait pu l’appeler Corinne, dans une argumentation défendant l’idée que les prénoms donnés aux enfants doivent être issus du calendrier des saints82. La scène est coupée au montage par la production, qui craint des sanctions judiciaires, mais Hapsatou Sy fait diffuser la scène83.

Déclaration sur les races humaines

Il déclare sur Arte le 13 novembre 2008, alors qu’il est invité de l’émission Paris/Berlin : le débat84 animée par Isabelle Giordano, que Noirs et Blancs appartiennent à deux races différentes et que cette différence est faite par la couleur de la peau, sans pour autant les hiérarchiser. Il affirme que Mélanésiens et Antillais sont de la même race : « S’il n’y a pas de races, il n’y a pas de métissage ». Il poursuit, dans un dialogue avec Rokhaya Diallo : « À la sacralisation des races, de la période nazie et précédente, a succédé la négation des races. Et c’est d’après moi, aussi ridicule l’une que l’autre. […] Qu’est-ce que ça veut dire que ça n’existe pas ? On voit bien que ça existe ! […] J’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire ! »85

Le philosophe Vincent Cespedes, présent à l’émission, rédige un droit de réponse sur le site d’Arte86 et répond aux « zemmouristes » sur son blog87. À la suite des nombreuses polémiques sur Internet engendrées par ses paroles, Zemmour publie également un droit de réponse dans l’hebdomadaire Vendredi88.

Face à certaines réactions aux propos tenus par Zemmour lors de l’émission, le directeur adjoint des programmes de la chaîne Arte s’explique dans Télérama : « Je ne pensais pas qu’il s’exprimerait de manière aussi maladroite ! Notre chaîne, bien sûr, ne s’associe pas aux propos de Zemmour. (…) on se posera la question avant de l’inviter à nouveau ! »89

À l’occasion de la longue et retentissante polémique qui a suivi les propos de Nadine Morano sur « la France, pays de race blanche » le 26 septembre 2015, Éric Zemmour parle de « transformation inouie de la population française », « les partisans de l’intégration s’opposent de nouveau à ceux qui la jugent impossible », « De Gaulle n’ignorait pas, lui, que les transferts massifs de population ont toujours été considérés comme des actes de guerre »90.

Procès de l’antiracisme

Il dit vouloir faire le procès de l’antiracisme des années 198091 qu’il qualifie, avec le féminisme, de « cause(s) de bien-pensants » se rattachant au « milieu des pseudo-élites françaises et occidentales » que le peuple ne suivrait pas du tout4. C’est surtout après avoir « lu Pierre-André Taguieff », connu pour ses prises de position et ses travaux sur la « Nouvelle Droite » et l’antiracisme, qu’il a « compris que le progressisme antiraciste n’était que le successeur du communisme, avec les mêmes méthodes totalitaires mises au point par le Komintern dans les années 1930 »92. Selon lui, l’antiracisme est une tactique initiée par François Mitterrand pour faire oublier le virage libéral de la gauche en 1983. L’antiracisme serait une idéologie mise en place par d’anciens gauchistes qui auraient dû renoncer à leurs illusions. Avec les immigrés, ceux-ci auraient ainsi trouvé une sorte de peuple révolutionnaire de substitution4.

Par ailleurs, Éric Zemmour déclare : « On ne peut plus critiquer l’offensive islamiste sans se faire traiter de raciste ! »72.

Nombre d’étrangers et de leurs enfants en France

Il est invité à l’émission On n’est pas couché du 4 octobre 2014, sur France 2, pour son livre Le Suicide français. Aymeric Caron prend en exemple, pour démontrer ce qu’il nomme « la méthode Zemmour », une chronique de Zemmour sur RTL en 201293,94,95 où il affirmait que, d’après un rapport de l’Insee96 :

« Il y avait cinq millions d’étrangers en France et que leurs enfants de moins de quatre ans représentent sept millions. Douze millions… Ces chiffres sont passés inaperçus. »

Éric Zemmour confirme sa déclaration93,95. Des journaux95,97 ont remis en cause ces affirmations du chroniqueur.

Le rapport de l’Insee96 et les chiffres de 5,3 et 6,7 millions avaient déjà été signalés par L’Express98, Le Figaro99, France Télévisions100, Le Monde101, La Tribune102, mais il s’agissait d’immigrés et non d’étrangers. Concernant l’amalgame par Zemmour du terme « immigré » et « étranger », Catherine Wihtol de Wenden, qui reconnaît ne pas avoir lu Le Suicide français103, reprend aussi une phrase de Zemmour dans On n’est pas couché, qui avance : « Un immigré, c’est un étranger » et rappelle les définitions du département des populations des Nations unies :

  • un immigré, c’est une personne née dans un pays et qui le quitte pour aller vivre dans un autre, pour une durée au moins supérieure à un an ;
  • un étranger, c’est un non-national, c’est-à-dire quelqu’un qui réside dans un pays sans en avoir la nationalité.

Le journal Libération, reprenant le calcul exact du nombre d’étrangers légaux vivant en France, c’est-à-dire sans tenir compte des immigrés illégaux, et se référant à la même note de l’Insee, donne les chiffres suivants :

  • on part du nombre total d’immigrés légaux : 5,34 millions ;
  • puis on retire les 2,17 millions d’immigrés qui ont acquis la nationalité française. Il reste 3,17 millions d’immigrés légaux n’ayant pas la nationalité française ;
  • enfin on rajoute les 0,55 million d’étrangers légaux nés en France (donc non considérés comme immigrés) et n’ayant pas, ou pas encore, opté pour la nationalité française.

Il y a donc, d’après cette note de l’Insee : 3,72 millions d’étrangers légaux en France95.

Selon les rédacteurs de cet article de Libération, qui analysent les propos d’Eric Zemmour lors de cette émission On n’est pas couché, ce dernier affirme qu’il y a en France 7 millions d’enfants de moins de 4 ans étrangers. Mais selon Libération, « les 6,7 millions qui composent cette deuxième génération d’immigrés ne sont en aucun cas des enfants de moins de 4 ans : 4,5 millions ont 18 ans ou plus, et 2,2 millions sont des mineurs nés en France ». Pour Libération, ainsi que pour le journaliste Aymeric Caron, il ne peut pas y avoir « 7 millions d’enfants étrangers de moins de 4 ans, sachant qu’il y avait, au premier janvier 2013… 4 millions d’enfants de 4 ans ou moins vivant en France. »95.

Mariages mixtes

Le 13 octobre 2014, invité par Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV, Éric Zemmour déclare qu’« un tiers des mariages sont avec des étrangers qui deviennent français — 90 000 sur 270 000 si mes chiffres sont exacts ». Le journal Le Monde, repris par d’autres médias, affirme, étude à l’appui, que seulement 12 % des mariages sont mixtes104. Le journal Libération, après vérification, valide le chiffre de 28 % des mariages français réalisés avec des étrangers, fourni par un rapport du Secrétariat général du comité interministériel de contrôle de l’immigration, et le réhausse à 28,5 %. La différence avec le tiers avancé par Éric Zemmour provient du fait qu’il a compté les mariages célébrés à l’étranger comme part des 270 000 mariages célébrés dans l’année, alors qu’ils s’y ajoutent, pour aboutir à 90 000 mariages mixtes sur 315 000 mariages au total, soit 28,5 %. L’erreur du Monde, puis de BFM TV, 20 minutes et France 2 est d’avoir omis les mariages réalisés à l’étranger104.

Selon l’Insee, le nombre annuel d’étrangers qui deviennent français par mariage varie de 16 213 en 2008 à 22 382 en 2012 (périodes à comptabilité identiques depuis la loi du 24 juillet 2006 allongeant à quatre ans le délai avant toute demande de nationalité à compter du mariage) et non de 90 000 par an, comme le dit Zemmour104.

Antiféminisme et « idéologie gay »

Dans Le Premier sexe, il expose la castration « voulue » des hommes dans la société du début du xxie siècle105. Il accuse les pro-féministes d’être démagogues et de verser dans le politiquement correct en niant ou en rejetant l’histoire de la société française et les travaux de psychologie de Freud : « Je constate seulement que Freud est aujourd’hui rejeté avec véhémence par tous les bien-pensants, féministes, et autres militants pour l’homoparentalité, etc. »106. Il estime que l’homme est par nature un prédateur sexuel usant de violence107. Le rôle de la société n’a jamais été de nier la virilité mais de la contrôler, cette négation faisant le jeu selon lui de formes fantasmées plus violentes. Parallèlement à cette définition de la virilité comme prédation sexuelle, il estime que certaines époques ont su mieux définir les fonctions de la femme que d’autres108.

Il considère « l’idéologie gay » comme l’un des principaux intermédiaires utilisés pour inviter « l’homme à devenir une femme comme les autres », à adopter des comportements de femmes109. Dans son livre Petit Frère, l’un des personnages du roman s’interroge sur la place à accorder aux individus homosexuels : « Dans toute société traditionnelle, fondée sur la pudeur et le secret, le respect de la vie et la peur de la mort, les « homos » auraient été stigmatisés et isolés, à l’instar des pestiférés de jadis »110.

En octobre 2013, il fait partie des 19 signataires de « Touche pas à ma pute ! Le manifeste des 343 « salauds » », qui s’oppose aux sanctions qui pourraient toucher les clients des prostituées111.

Divers observateurs qualifient Éric Zemmour de sexiste112,113,114,115. Celui-ci déclare par exemple : « comment les femmes sont-elles entrées à l’Assemblée nationale et au Sénat ? Par des lois de parité qui ont obligé les gens à les mettre sur des listes. Et je ne vous dirai pas comment on les a mises là… On a mis les amies, les femmes, les maîtresses, etc. »116. Le journaliste É de France Inter conclut : « Selon Zemmour, si les femmes font de la politique aujourd’hui, c’est donc parce qu’elles ont couché avec des hommes. »117. Interrogé sur la sous-représentation des femmes dans les filières d’excellence, Zemmour répond que des études démontrent que déjà dans l’utérus, pendant la gestation, des « bombardements d’hormones » différencient les bébés filles et garçons, et que dans les classes préparatoires la concurrence est exacerbée, « c’est la guerre » dit-il, et que les filles n’ont pas envie de faire la guerre. La réponse est jugée « ultra sexiste » par Les Inrocks118.

Régime de Vichy

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (septembre 2016)

Article détaillé : Le Suicide français.

Dans son livre Le Suicide français, il s’élève contre ce qu’il nomme la « doxa » du « souverain pontife » Robert Paxton119. Il s’appuie sur le livre de l’historien Alain Michel Vichy et la Shoah : enquête sur le paradoxe français (éd. CLD, 2012)120, et reprend la thèse, défendue dans les années 1950 par Robert Aron, d’après laquelle le régime de Vichy aurait conclu « un pacte » avec l’occupant nazi : « sacrifier les juifs étrangers pour sauver les juifs français »121. Cela aurait permis, selon lui, de sauver les juifs français « à quatre-vingt-quinze pour cent »122.

Tout en estimant que « le livre de Zemmour ne [le] concerne pas »123, Alain Michel, que Zemmour invoque pour critiquer Paxton, précise que le journaliste n’a pas trahi l’esprit de son ouvrage. Il assure qu’il existerait en France une « doxa paxtonienne », prétendant même que « certains chercheurs ont arrêté de travailler sur le sujet, car le poids de cette doxa les empêchait de travailler librement », et que Paxton aurait commis « une série d’erreurs stupéfiantes » dans l’interview qu’il a donnée à Rue89120. Cependant il corrige sur deux points l’affirmation selon laquelle « Pétain a sauvé 95 % des juifs français » : à l’en croire, il s’agirait non pas de Pétain mais du gouvernement de Vichy, lequel, à travers une politique ayant, certes, l’approbation du maréchal mais conduite par Pierre Laval et René Bousquet, aurait sauvé non 95 % mais 90 à 92 % des juifs français. Cette précision concernant les personnes chargées de la politique qui visait les juifs aurait son importance, car Laval et Bousquet n’auraient pas été antisémites, contrairement à Pétain123.

Pour Paxton, qui estime par ailleurs que Michel ne mérite aucun crédit124, « l’argument de Zemmour est vide »120, tandis que des universitaires et chercheurs spécialisés dans l’étude de cette période comme André Kaspi, Laurent Joly ou encore Denis Peschanski expliquent que les assertions de Zemmour n’ont aucun fondement historique et reprennent une thèse incongrue mais traditionnelle pour tenter de réhabiliter Pétain, alors que c’est la population française et non le chef de l’État qui a protégé les juifs menacés par le régime125. Ce point de vue est également celui de l’historien Serge Berstein, qui rappelle qu’en histoire, une « doxa » ayant pour base des éléments factuels dûment contrôlés sur lesquels s’accordent les historiens au-delà de leurs débats n’a rien de commun avec l’argument d’autorité, lui-même dépourvu de toute valeur126.

Revenant sur cette polémique concernant Vichy, Éric Zemmour juge dans un entretien que « consacrer quinze jours de polémique à Vichy alors que cela ne représente que sept pages de mon livre sur 540, relève de la malhonnêteté intellectuelle »127. Il indique « [qu’il n’a] en aucun cas voulu réhabiliter Vichy »127 et que « la réduction médiatique a transformé le propos de [son] livre »127.

Droit d’ingérence et droit-de-l’hommisme

Éric Zemmour exprime régulièrement des opinions qu’il qualifie d’« anti-droit-de-l’hommiste », s’opposant ainsi à des hommes politiques (Bernard Kouchner), des écrivains (Bernard-Henri Lévy) et des associations prônant le droit d’ingérence, qu’il considère comme une forme de néocolonialisme128.

Anti-libéralisme sociétal et économique

Dénonçant les excès de Mai 68, partisan d’une ligne conservatrice tant sur le plan social que « sociétal », il se déclare réactionnaire « au vieux fond de sauce soixante-huitard »129, en opposition à une société qui déconstruit l’ordre social, en particulier la famille et les traditions, sous un but mensonger : libérer l’individu qui se retrouve en réalité isolé et réduit au seul statut de consommateur. Selon lui, les progressistes seraient aujourd’hui dominants dans le champ culturel et médiatique, ne peuvent prétendre critiquer l’ordre établi puisqu’ils constituent eux-mêmes cet ordre ou en fixent les normes130.

Il considère l’Union européenne comme nettement en faveur de la libre circulation des biens et en profond désaccord avec le modèle social français. Selon lui, à cause d’elle, la gauche comme la droite ne peuvent qu’appliquer « la même politique [économique], le social-libéralisme ou le libéralisme-social »131. Aucun de ses seize livres n’est cependant consacré à l’économie et au social, dont il n’est ni spécialiste ni passionné. Zemmour affirme ne pas voter en fonction de la droite ou de la gauche132,133 mais être de tradition gaulliste, ou bonapartiste109,134,133, tout en reconnaissant la pertinence de certaines analyses marxistes135, relatives selon lui aux sources de profit du capitalisme, dont l’immigration136. Selon lui, le capitalisme détruit les structures traditionnelles comme la famille pour imposer le règne du marché137, et l’objectif du capitalisme mondialisé serait de « pulvériser les nations en mosaïques de consommateurs amnésiques », comme le retranscrit L’Obs après avoir analysé son livre Le Suicide français138. Éric Zemmour est monté au créneau contre le travail féminin dès 2006, mais n’est pas favorable aux lois limitant le nombre de dimanches travaillés dans le commerce.

Image dans l’opinion

Le 23 octobre 2014, le groupe Valeurs actuelles, son employeur, commande à l’institut Ifop un sondage portant sur la notoriété, la popularité et les idées d’Éric Zemmour.

Les résultats indiquent que 30 % des sondés ont une bonne ou très bonne opinion de lui, contre 42 % ayant une mauvaise ou très mauvaise opinion et 28 % disant ne pas le connaître ; le choix « sans opinion » ne fait pas partie des réponses possibles139. Valeurs actuelles, commentant le sondage, affirme : « les Français approuvent très majoritairement les propos du polémiste. Près d’un sur deux acquiesce même à une phrase qui lui avait valu d’être… condamné ! ».

76 % des sondés répondent qu’ils sont « plutôt d’accord » ou « tout à fait d’accord » qu’« on ne peut plus rien dire sans se faire traiter de raciste »139. Ils sont aussi 62 % plutôt ou tout à fait d’accord que « la nation française se dissout dans l’Europe, la mondialisation, l’immigration et le multiculturalisme », et 56 % que « l’islam n’est pas compatible avec la République ». Une dernière question montre que 45 % pensent que « la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est un fait ». Le magazine affirme que « pour avoir prononcé cette phrase le 6 mars 2010 sur Canal+, Zemmour avait en effet été condamné le 18 février 2011 pour… incitation à la discrimination raciale139. » Le texte officiel du tribunal pour justifier sa décision donnait cependant un motif différent : le journaliste est condamné pour avoir « justifié une pratique discriminatoire illégale — la discrimination à l’embauche — en la présentant comme licite140. »

Poursuites judiciaires et condamnations

Condamnation pour incitation à la discrimination raciale en 2011

Le 18 février 2011, la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a condamné Zemmour pour les propos tenus sur deux chaînes de télévision le même jour, le 6 mars 2010, où il effectuait, la promotion de son livre Mélancolie française. Lors du procès, il a bénéficié des témoignages du journaliste Robert Ménard et d’Éric Naulleau, chroniqueur dans la même émission de France 2.

Pour ses propos sur France Ô (groupe France Télévisions), il est condamné à 2 000 euros d’amende avec sursis pour provocation à la discrimination raciale. L’amende est répartie à parts égales entre deux jugements : un premier découlant des poursuites engagées par SOS Racisme, la LICRA et le MRAP et un second de celles de l’Union des étudiants juifs de France et J’accuse141. Le tribunal a estimé que Zemmour a « justifié une pratique discriminatoire illégale – la discrimination à l’embauche – en la présentant comme licite ». Il avait affirmé sur France Ô que les employeurs « ont le droit de refuser des Arabes ou des Noirs »142.

Le premier jugement le condamne à verser 1 000 euros de dommages-intérêts et 2 000 euros de frais de justice à chacune des trois associations (soit un total de 9 000 euros) et le second à verser 1 euro à chacune des parties civiles et 750 euros de frais de justice (soit un total de 1 502 euros)142,143. Le second jugement concernait les propos diffusés sur Canal+ le même jour, Éric Zemmour ayant dit, sur les contrôles au faciès : « Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait. »144.

Le tribunal correctionnel a par ailleurs estimé que ses propos sont « choquants » mais pas « diffamatoires » et le relaxe sur ce point. Le 1er mars 2011, Éric Zemmour annonce qu’il ne fait pas appel145. Le procès, couvert par The New York Times146, avait été reporté plusieurs fois du fait de la multiplication des constitutions de parties civiles147 sous des motifs divers. Éric Zemmour s’était défendu en affirmant être un observateur fidèle de la réalité qui refuse le « politiquement correct » mais le tribunal a jugé qu’il avait « dépassé les limites autorisées de la liberté d’expression »144.

De manière plus anecdotique, la rédaction de l’hebdomadaire L’Express a par ailleurs contesté l’exactitude des chiffres attribués par Zemmour au sociologue Farhad Khosrokhavar (70 % à 80 % de détenus musulmans dans certaines prisons proches de quartiers dits sensibles) dans son livre L’Islam dans les prisons, en indiquant que Farhad Khosrokhavar avait en réalité parlé de 50% à 80% (et non 70 % à 80 %) et rappelé qu’il n’existe pas de statistiques officielles nationales sur le sujet148.

Le MRAP avait déploré que les origines (et non pas la situation sociale) soient mises en rapport avec le taux de délinquance, et que l’ensemble des personnes partageant les mêmes origines se voient exposées au soupçon d’être des délinquants potentiels, leur origine commune étant présentée comme « criminogène ». Selon le MRAP « en liant les méfaits de ces délinquants à leurs origines – et non pas à des processus de marginalisation sociale, de concentration de la misère dans certaines zones, de ce que certains appellent une « ghettoïsation » de fait -, le journaliste a injurié un groupe de personnes défini par leurs origines »149.

Le 2 mars 2011, invité par Hervé Novelli150 et ovationné par les parlementaires de l’UMP151 à la convention nationale des réformateurs libéraux, Éric Zemmour suggère dans un discours aux députés UMP de supprimer les lois sur la discrimination raciale, les lois mémorielles, l’action pénale des associations antiracistes et leurs subventions152. Trois jours après, le 5 mars 2011, le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, écrit à Rémy Pflimlin, PDG de France Télévisions153 pour demander de tenir compte du procès et prendre des sanctions contre Éric Zemmour. Puis c’est au tour de la CGT154 de demander une réaction à Rémy Pflimlin. Un an plus tôt, dès mars 2010, le Club Averroes155 et le MRAP avaient saisi le CSA156,157 dans le sillage de la décision de la LICRA d’engager des poursuites.

Propos polémiques du 6 mai 2014

Le 17 juin 2014, le Conseil supérieur de l’audiovisuel a « mis fermement en garde » RTL après une chronique d’Éric Zemmour diffusée le 6 mai, estimant les propos tenus « de nature à encourager des comportements discriminatoires vis-à-vis des populations expressément désignées, et de pouvoir inciter à la haine ou à la violence à l’encontre de celles-ci »158. Les propos incriminés sont : « notre territoire, privé de la protection de ses anciennes frontières, renoue dans les villes, mais aussi dans les campagnes, avec les grandes razzias, les pillages d’autrefois. Les Normands, les Huns, les Arabes, les grandes invasions d’après la chute de Rome sont désormais remplacées par des bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d’Africains, qui dévalisent, violentent ou dépouillent. »159

Le CSA a également estimé que RTL avait « manqué, en permettant la diffusion de ces propos, à l’obligation de maîtrise de l’antenne », rappelant que la chronique avait été communiquée préalablement par son auteur aux responsables de la station160.

Le CSA avait été saisi par le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) deux jours après les propos « xénophobes » d’Éric Zemmour sur RTL161,162. Dans un communiqué, l’association a estimé qu’ « à entendre Éric Zemmour, on croirait la France d’aujourd’hui plongée dans une sorte de cauchemar médiéval, dévastée par des hordes d’étrangers, nécessairement voleurs et criminels ». Le CRAN avait également invité RTL à mesurer des propos, qui « appellent implicitement à une politique de purification ethnique », selon Louis-Georges Tin, président du CRAN163.

Zemmour, en réponse, a déclaré qu’il ne changerait pas un mot à ses propos, et contre-attaqué en accusant le CRAN d’être un regroupement d’« associations qui vivent grassement des subventions publiques et que Manuel Valls, qui est à la recherche d’économies, ferait bien de supprimer »164.

Poursuivi pour « incitation à la haine raciale » pour ces propos, Éric Zemmour a été relaxé en septembre 2015 par le tribunal correctionnel de Paris qui a jugé qu’« aussi excessifs, choquants ou provocants que ces propos puissent paraître », ils ne s’appliquent « qu’à une fraction des communautés visées et non à celles-ci dans leur ensemble »165. Le parquet a fait appel166. La cour d’appel a confirmé la relaxe le 22 juin 2016167.

Procès pour provocation à la haine envers les musulmans

Il est condamné le 17 décembre 2015 à 3 000 euros d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans, pour des propos au journal italien Corriere della Sera le 30 octobre 2014. Il y déclarait notamment que les musulmans « ont leur code civil, c’est le Coran. Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été obligés de s’en aller ». Il estimait notamment que l’hypothèse de la déportation des cinq millions de musulmans français, bien que « irréaliste », pouvait se comparer avec les « cinq ou six millions d’Allemands qui ont dû quitter l’Europe centrale après la guerre » ou avec l’expulsion d’« un million de pieds-noirs » d’Afrique du Nord dans les années 1960168.

Pour le sociologue Mathieu Bock-Côté, la condamnation d’Éric Zemmour est caractéristique d’une crispation de plus en plus accentuée d’une idéologie multiculturaliste « qui se défend contre le désaveu populaire en devenant de plus en plus autoritaire »169. Dominique Sopo, président de SOS-Racisme, s’est réjoui que la justice ait reconnu que « liberté d’expression » n’est pas « liberté de propager la haine »170. La condamnation est confirmée par la cour d’appel de Paris le 17 novembre 2016. Affirmant que la « traduction jurée » de ses propos n’est pas celle qui a été reprise dans la poursuite, son avocat Olivier Pardo annonce un pourvoi en cassation171. Finalement, en janvier 2018, la Cour de cassation annule la condamnation. La polémique portait notamment sur l’utilisation du mot « déportation » qu’Eric Zemmour n’avait pas prononcé. Comme l’avait reconnu le journaliste du Corriere della Sera qui l’interviewait, il s’était permis d’ajouter ce mot a posteriori pour synthétiser une question formulée autrement172. Un nouveau procès aura lieu devant la cour d’appel de Paris173.

Condamnation d’I-Télé pour « rupture abusive de contrat »

La chaîne I-Télé met fin en décembre 2014 à l’émission Ça se dispute après la controverse des propos au journal Corriere della Sera. Le 22 novembre 2016, la chaîne est condamnée pour « rupture brutale et abusive du contrat, sans préavis et sans invoquer aucun manquement contractuel » à payer 50 000 euros à la société qui gère les intérêts d’Éric Zemmour174,175.

Propos sur les musulmans : condamnation pour provocation à la haine

Le 6 septembre 2016 en promotion pour le lancement du livre Un quinquennat pour rien dans l’émission C à vous sur France 5, Éric Zemmour déclare à propos des musulmans qu’il faut « leur donner le choix entre l’islam et la France »176 et que « tous les musulmans, qu’ils le disent ou qu’ils ne le disent pas », considèrent les jihadistes comme de « bons musulmans »177. Poursuivi par l’association CAPJPO-EuroPalestine, il est cité à comparaître le 24 mai 2017 devant la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris176.

Le 22 juin 2017, en première instance, il est condamné pour « provocation à la haine » à 5 000 euros d’amendes ainsi qu’à 1 euro symbolique à l’association CAPJPO EuroPalestine et 2 000 euros de frais de justice, le tribunal estimant que ses propos présentent « une gravité incontestable », « stigmatisant à plusieurs reprises et en des termes particulièrement violents et péremptoires une communauté prise dans son ensemble »177.

Le 3 mai 2018, la cour d’appel le condamne à 5 000 euros d’amende pour provocation à la haine religieuse, ainsi qu’à verser 1 euro de dommages et intérêts à l’association CAPJPO EuroPalestine et 3 000 euros pour les frais de justice. La cour considère que les propos de Zemmour « visaient les musulmans dans leur globalité et constituaient une exhortation implicite à la discrimination », quand il déclarait que la France vivait « depuis trente ans une invasion » et que « dans les innombrables banlieues françaises où de nombreuses jeunes filles sont voilées » se jouait une « lutte pour islamiser un territoire », « un djihad ». En revanche, dans son jugement, la cour ne retient pas trois autres passages de l’émission pour lesquels Zemmour avait été condamné en première instance, la jurisprudence établie en 2017 par la Cour de cassation considérant qu’une « incitation manifeste » ne suffit pas et imposant désormais que les propos relèvent d’un « appel » ou d’une « exhortation » pour constituer un délit. La cour a estimé que ces trois passages ne comportaient « pas d’exhortation, même implicite, à la provocation à la haine »178.

Propos sur la discrimination : annulation de la décision du CSA visant Zemmour sur RTL

Le 2 février 2017, Éric Zemmour déclare sur RTL : « La non-discrimination est présentée abusivement comme un synonyme de l’égalité alors qu’elle est devenue au fil du temps une machine à désintégrer la Nation, la famille, la société au nom des droits d’un individu roi ». Le 14 juin 2017, RTL est mis en demeure par le CSA pour avoir avait diffusé un « éloge de la discrimination » sans aucune « contradiction ni mise en perspective ». Le 15 octobre 2018, le Conseil d’État annule la décision du CSA179.

Propos sur l’affaire Baupin : relaxe de Zemmour, poursuivi en diffamation par Duflot

Le 12 mai 2016, Éric Zemmour déclare sur RTL qu’en publiant les échanges téléphoniques de Denis Baupin, « Mediapart a violé toutes les règles du respect de la vie privée » et que ces journalistes se font « aussi et surtout les instruments consentants de la vengeance politicienne de Cécile Duflot contre Emmanuelle Cosse, la compagne de Denis Baupin, qui l’a trahie pour un plat de lentilles ministériel ». Le 6 février 2018, le tribunal correctionnel de Paris relaxe Éric Zemmour, estimant que ses allégations envers Cécile Duflot ne sont pas diffamatoires180.

Présence médiatique

L’historien Laurent Joly considère que « depuis Barrès et Maurras, aucun autre intellectuel, journaliste ou écrivain, n’avait eu ce statut de passeur des idées d’extrême droite auprès d’un très large lectorat »181.

Audiovisuel public

Il est chroniqueur dans On n’est pas couché sur France 2 de 2006 à 2011.

Il a été régulièrement invité sur France 5, dans les émissions C dans l’air (Yves Calvi) et Les Grandes Questions.

Il a annoncé quitter L’Hebdo, émission182 de France Ô, le 22 septembre 2010, six mois après ses propos du 6 mars 2010, qui lui vaudront d’être condamné plus tard en justice. Il invoque une dispute survenue en janvier 2009 avec le chercheur Dominique Wolton, à la suite de laquelle une pétition avait été lancée demandant le non-renouvellement du contrat de France Ô avec Dominique Wolton. Un terme avait été mis à cette pétition à la demande d’Éric Zemmour[réf. nécessaire]. Une nouvelle dispute entre les deux hommes était survenue en août 2010, Zemmour répondant à son interlocuteur qui le trouvait arrogant : « mon arrogance est à la hauteur de votre insolence et de votre stupidité183 ».

Audiovisuel privé

Il est, d’octobre à mai, tous les mercredis, en direct à 20 h 45 dans Zemmour et Naulleau (« Z & N ») sur Paris Première, avec Éric Naulleau. L’émission est présentée depuis octobre 2014 par Valérie Brochard.

De 2003 à 2014, les vendredis en différé à 21 h dans Ça se dispute sur I-Télé, un duel l’oppose jusqu’en 2006 à Christophe Barbier, puis à Nicolas Domenach.

Le mardi et le jeudi à 8 h 17, il est pour un billet de trois minutes dans l’émission d’Yves Calvi sur RTL Matin. Éric Zemmour y « décrypte » un thème d’actualité. Ses interventions sont vérifiées depuis 2011 par la rédaction de la station avant diffusion184. Le vendredi, à la même heure, en alternance avec Guillaume Roquette ou François Lenglet, Éric Zemmour confronte son point de vue avec Nicolas Domenach ou Alain Duhamel dans un débat de dix minutes arbitré par Yves Calvi.

Il est enfin invité du Forum de l’Histoire, sur la chaîne Histoire, dirigée par Patrick Buisson.

Presse écrite

Dans Le Figaro Magazine, il publie hebdomadairement son analyse de la vie politico-médiatique française.

Dans Le Spectacle du Monde, mensuel politique de droite du groupe Valeurs actuelles, Éric Zemmour écrit une chronique de deux pages sur des thèmes d’actualité jusqu’à l’arrêt de la publication en juillet 2014.

À l’étranger

Il a été interviewé sur son parcours en France dans l’émission Les Francs-tireurs no 337 du 9 février 2011 sur Télé-Québec. Il a été interviewé sur Le Suicide français dans l’émission Infrarouge du 25 novembre 2014 sur RTS185.

En décembre 2014, une conseillère communale de la ville de Bruxelles, Zoubida Jellab, demande au bourgmestre, Yvan Mayeur, de faire interdire la venue d’Éric Zemmour sur le territoire de la commune, où il est attendu le 6 janvier 2015 à deux rendez-vous littéraires et à un débat186.

Œuvres

Essais

  • 1995 : Balladur, immobile à grands pas, Grasset
  • 1997 : Le Coup d’État des juges, Grasset et Fasquelle
Le coup d'Etat des juges
  • 1998 : Le Livre noir de la droite, Grasset et Fasquelle
Le Livre noir (Coédition Solin)
  • 1998 : Une certaine idée de la France, collectif, France-Empire
  • 2000 : Les Rats de garde, en collaboration avec Patrick Poivre d’Arvor,
  • 2002 : Chirac, l’homme qui ne s’aimait pas, Balland
  • 2006 : Le Premier Sexe, Denoël,
Le premier sexe
  • 2010 : Mélancolie française, Fayard /Denoël
Mélancolie française
  • 2011 : Z comme Zemmour, Le Cherche midi
  • 2011 : participation à Philippe Muray, éditions du Cerf, coll. « Cahiers d’histoire de la philosophie »
  • 2012 : Le Bûcher des vaniteux, Albin Michel
  • 2013 : Le Bûcher des vaniteux 2, Albin Michel
Le Bûcher des vaniteux

2014 : Le Suicide français, Albin Michel

  • 2016 : Un quinquennat pour rien, Albin Michel
Un quinquennat pour rien
  • 2018 : Destin français, Albin Michel
Destin français

Romans

  • 1999 : Le Dandy rouge, Plon
  • 2004 : L’Autre, Denoël
  • 2008 : Petit Frère, Denoël ; rééd. J’ai lu, 2009

Prix

Dans la fiction

Dans le roman d’anticipation de Frédéric Deslauriers (2011), Les Deux-Cents jours de Marine Le Pen, où Marine Le Pen gagne l’élection présidentielle de 2012, Éric Zemmour devient ministre de la Culture et de la Communication191.

Dans le roman d’anticipation Une élection ordinaire, Geoffroy Lejeune imagine qu’Éric Zemmour est élu président de la République lors de l’élection de 2017192.

Dans la bande dessinée La Présidente, de François Durpaire et Farid Boudjellal, narrant les suites d’une victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle française de 2017, les auteurs imaginent qu’Éric Zemmour devient directeur du journal Le Figaro.

Dans le roman de politique-fiction de Michel Wieviorka, Le Séisme. Marine Le Pen présidente (2016), où cette dernière gagne l’élection présidentielle de 2017, il devient ministre de l’Éducation nationale193.

Notes et références

Références

  1. ↑ É [archive], sur lepoint.fr, 1er avril 2010 (consulté le 3 octobre 2017) : « « C’est comme moi, je m’appelle Éric, Justin, Léon. Mais, à la synagogue, je m’appelle Moïse. » »
  2. a et b Les Grandes Gueules, RMC, 7 janvier 2008 video [archive] « Je viens d’Afrique du Nord. Moi, mes ancêtres étaient des Juifs berbères (…) Ils ont vécu avec les Arabes pendant 1 000 ans ».
  3. ↑ Selon le programme des GG du 7 janvier 2008 [archive] publié sur le blog des Grandes Gueules, Éric Zemmour a été invité à 13 h pour présenter son livre Petit Frère
  4. ab et c Laurent Nicolet, « Entretien Éric Zemmour », Migros Magazine, no 29, 14 juillet 2008
  5. ↑ Laurent Martinet, « Éric Zemmour: « Je ne demande pas la francisation des noms » », LExpress.fr, 11 mars 2010 (lire en ligne [archive]) :« Je suis né à Montreuil en Seine-Saint-Denis. Je ne suis donc pas un immigré […] et mes parents étaient français. Mais mes origines sont en effet berbères et mon nom signifie en effet olivier en berbère. »
  6. a et b Vincent Monnier, « Éric Zemmour : passé recomposé », Paris Obs, nos 364-2257, 7 février 2008
  7. ↑ Klara Klein, « Le mâle être », Victoire (Le Soir), 10 juin 2006
  8. http://www.sciences-po.asso.fr/gene/main.php?base=332 [archive]
  9. ↑ Suzanne Mpome, « Interview d’Éric Zemmour (seconde partie) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Le ring (consulté en jeudi 12 juin 2008)
  10. Emmanuel Berretta, « Qui est vraiment Éric Zemmour ? » [archive], sur Le Point.fr, 1er avril 2014 (consulté le 1er octobre 2014).
  11. ↑ Pierre De Boishue, « Éric Zemmour, un homme d’influences » [archive], sur Le Figaro.fr, 26 septembre 2014 (consulté le 1er octobre 2014).
  12. ↑ Pierre de Boishue, « Éric Zemmour – Un homme d’influence », Le Figaro Magazine, semaine du 26 septembre 2014, pages 36-40.
  13. Who’s Who in France
  14. Zemmour « Bienvenue au Figaro » [archive], Lalibre.be, 8 avril 2013.
  15. « Éléments d’information sur les membres du jury 2006 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur prepena.sciencespobordeaux.fr, 2006 (consulté le 26 octobre 2008)
  16. ↑ émission « Zemmour et Naulleau », sur Paris Première, le 18 octobre 2017
  17. L’infime regret de Karl Zéro [archive], propos recueillis de Carlos Gomez, publiés le 8 avril 2008 dans le Journal du Dimanche
  18. ↑ Entretien avec l’auteur par Christophe Dickès, Éric Zemmour : Mélancolie française ou l’idéal romain dans notre Histoire [archive], sur Canalacademie.com, mis en ligne le 18 mars 2010
  19. Éric Zemmour : « Il n’y a pas de différence entre islam et islamisme » [archive], rtl.fr, 7 septembre 2016
  20. ↑ Be rtrand Guyard, « Zemmour dépasse Trierweiler : les raisons d’un succès [archive] », lefigaro.fr, 8 octobre 2014.
  21. Roselyne Bachelot s’« inquiète » du « phénomène » Éric Zemmour [archive], lepoint.fr, 13 octobre 2014
  22. Ce que le phénomène Zemmour dit de la société française [archive], la-croix.com, 16 octobre 2014
  23. Éric Zemmour : booster d’audience télé ? [archive], lefigaro.fr, 7 octobre 2014
  24. « eric-zemmour-sas-c-bouquin-cul » [archive], sur lematin.ch, 15 novembre 2014 (consulté le 24 septembre 2018)
  25. ↑ É [archive], metronews, 12 février 2015.
  26. « Ruquier : « Pourquoi je me sépare de Naulleau et Zemmour » » [archive], sur leparisien.fr, 27 mai 2011
  27. ↑ É [archive], Europe 1, 16 mars 2015.
  28. « Le grand débat » [archive], sur http://www.histoire.fr [archive], 2009 (consulté le 25 avril 2009)
  29. http://www.toutelatele.com./article.php3?id_article=21985 [archive]
  30. ↑ É [archive], Le Nouvel Observateur, 23 mai 2012.
  31. (fr) « Zemmour et Naulleau : les snipers du PAF à l’antenne le 23 septembre » [archive], sur premiere.fr, 30 août 2011
  32. ↑ É [archive], sur ozap.com, 25 août 2016 (consulté le 30 août 2016).
  33. « RTL : Zemmour n’aura plus sa chronique dans la matinale » [archive], sur www.ozap.com, 13 juillet 2018 (consulté le 13 juillet 2018).
  34. « RTL : le conseil d’État annule une décision du CSA visant Zemmour » [archive], sur www.lalettre.pro, 16 octobre 2018 (consulté le 16 octobre 2018).
  35. Zemmour affole l’Audimat [archive], leparisien.fr, 17 octobre 2014
  36. Présidentielle : Naulleau et Zemmour sur M6 [archive], tvmag.lefigaro.fr, 6 avril 2012.
  37. Henri Maler, Zemmour superstar [archive], acrimed.org, 14 septembre 2016
  38. ↑ François Dufay, « La fronde des intellos », Le Point, no 1551, 7 juin 2002.
  39. ↑ Jacques Le Bohec, L’implication des journalistes dans le phénomène Le Pen, L’Harmattan, 2004, 230 p. (ISBN 978-2747570206), p. 103.
  40. a et b « Le roman d’Eric Zemmour attaqué », leparisien.fr, 2008-01-15cet00:00:00+01:00 (lire en ligne [archive])
  41. ↑ « Trois questions à Éric Zemmour », Madame Figaro, 19 janvier 2008 (lire en ligne [archive])
  42. ↑ « Petit frère, d’Éric Zemmour ne sera pas interdit », Acta Litté, 21 janvier 2008 (lire en ligne [archive])
  43. Le Monde du 21 avril 2009 [archive].
  44. Interview du chanteur Youssoupha dans le Parisien le 21 mars 2009 [archive].
  45. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/10/26/97001-20111026FILWWW00448-eric-zemmour-fait-condamner-youssoupha.php [archive].
  46. Éric Zemmour perd son procès en appel contre le rappeur Youssoupha [archive].
  47. « Goldnadel : misère ordinaire de la gauche antiraciste » [archive], Le Figaro, 28 septembre 2015.
  48. On n’est pas couché (droit de réponse) le 14 décembre 2008, par Jacques Attali sur le blog de Jacques Attali [1] [archive].
  49. (it) Montefiori Stefano, « Il successo di Zemmour, l’arrabbiato anti-élite «La Francia si è suicidata» », Il corriere della sera, 30 octobre 2014 (lire en ligne [archive]).
  50. ↑ « « Déporter 5 millions de musulmans »: les propos de Zemmour dénoncés par Bernard Cazeneuve », Le Huffington Post, 16 décembre 2014 (lire en ligne [archive])
  51. Bernard Cazeneuve monte au créneau contre Éric Zemmour [archive], lepoint.fr, 16 décembre 2014.
  52. ↑ É [archive], sur L’Express.fr, 17 décembre 2014.
  53. Les carnets d’Anna Cabana. De l’ombre à la lumière [archive], Anna Cabana, letelegramme.fr, 20 décembre 2014.
  54. Zemmour choque, les journalistes de RTL se désolidarisent de lui [archive], lci.tf1.fr, 16 décembre 2014.
  55. ↑ É [archive], Maxime Bourdier, huffingtonpost.fr, 19 décembre 2014
  56. iTélé ne veut plus d’Eric Zemmour [archive], lejdd.fr, 19 décembre 2014.
  57. Éric Zemmour viré d’i>Télé ! [archive], lepoint.fr, 20 décembre 2014.
  58. Éric Zemmour : les associations et célébrités appellent à sa censure dans les médias ! [archive], public.fr, 19 décembre 2014
  59. Zemmour n’a pas prononcé le mot «déportation», rappelle le journaliste qui a fait l’interview [archive], 20 Minutes, 23 décembre 2014
  60. Polémique après des propos d’Éric Zemmour sur les musulmans [archive], BFMTV.com, 17 décembre 2014
  61. Jean-François Kahn : « Éric Zemmour est victime d’une fatwa médiatique » [archive], entretien avec Jean-François Kahn, lefigaro.fr, 20 décembre 2014
  62. ↑ Alexandre Devecchio, É [archive], sur Le Figaro.fr, 22 décembre 2014 (consulté le 23 décembre 2014).
  63. [vidéo] « Éric Zemmour : « Je suis gaullo-bonapartiste » » [archive], 13 octobre 2014 (consulté le 22 novembre 2016) déclaration à 5 minutes 55 secondes du début de la vidéo.
  64. a et b [vidéo] « Éric Zemmour se définit politiquement » [archive], 19 décembre 2013 (consulté le 29 avril 2015)[réf. à confirmer][réf. incomplète].
  65. On n’est pas couché, 23 mars 2013, 29 min, voir en ligne [archive].
  66. On n’est pas couché, 4 octobre 2014, 24 min, voir en ligne [archive].
  67. Bourdin Direct, 13 octobre 2014, 6 min, voir en ligne [archive].
  68. ↑ Dominique Albertini, « Éric Zemmour : une radicalité qui recentre Marine Le Pen », Libération.fr, 12 septembre 2016 (lire en ligne [archive])
  69. ↑ Fabrice Madouas, « Éric Zemmour : « La droite a perdu ses repères » » [archive], Valeurs actuelles, 25 mars 2010
  70. Interview [archive] dans Le Choc du mois no 27, novembre 2008.
  71. Ripostes, France 5, 23 septembre 2007.
  72. abc et d « Zemmour, la position du réactionnaire », Libération.fr, 17 mai 2010 (lire en ligne [archive])
  73. ↑ Sylvie Laurent et Thierry Leclère, De quelle couleur sont les Blancs ? : Des « petits Blancs » des colonies au « racisme anti-Blancs », La Découverte, 7 novembre 2013 (ISBN 9782707178558, lire en ligne [archive]).
  74. Éric Zemmour : « Je ne veux plus d’immigration, même régulée » [archive], 1re vidéo à 5 min 50 s et 6 min 25 s.
  75. ↑ « Accusé de racisme, Zemmour répond aux « professionnels de l’indignation tarifée » », Le Monde.fr, 28 mai 2012 (ISSN 1950-6244, lire en ligne [archive])
  76. Léa Salamé et Éric Zemmour règlent leurs comptes sur le plateau d’On n’est pas couché [archive].
  77. ↑ Voir aussi :
  1. http://www.arretsurimages.net/breves/2009-01-19/Zemmour-et-Zohra-Dati-id3023 [archive].
  2. http://www.rtl.fr/actu/politique/le-prenom-c-est-la-france-assene-eric-zemmour-7783445102 [archive].
  3. ↑ Samuel Laurent, Adrien Sénécat, « Les erreurs chroniques d’Eric Zemmour » [archive], sur lemonde.fr, 16 septembre 2016 (consulté le 16 septembre 2016).
  4. http://www.entrevue.fr/eric-zemmour-donner-prenom-nest-francais-a-enfant-cest-se-detacher-de-france [archive].
  5. ↑ « Ce que Éric Zemmour a vraiment dit à Hapsatou Sy dans «Les Terriens du dimanche !» », leparisien.fr, 17 septembre 2018 (lire en ligne [archive]).
  6. ↑ « Thierry Ardisson se lâche sur Hapsatou Sy, BFM TV et « Quotidien » », Les Inrocks, 26 octobre 2018 (lire en ligne [archive]).
  7. Paris/Berlin : le débat [archive] [PDF], retranscription de l’émission du 13 novembre 2008.
  8. « Zemmour: « J’appartiens à la race blanche, vous appartenez à la race noire… » » [archive], sur Le Post (consulté le 26 décembre 2015).
  9. Droit de réponse de Vincent Cespedes [archive]
  10. Vincent Cespedes répond aux zemmouristes, 7 décembre 2008 [archive]
  11. « Polémique sur les races : Zemmour répond aux internautes »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 20 mai 2017).
  12. ↑ Thierry Leclère, « Affaire Zemmour : Arte sort enfin du silence », in Télérama no 3076, 18 décembre 2008, [lire en ligne [archive]].
  13. ERIC ZEMMOUR :  » Race blanche  » – Les propos de Nadine Morano / octobre 2015 [archive].
  14. ↑ Entretien avec Éric Zemmour par Monique Atlan dans l’émission Quelle étagère…, le 14 janvier 2008.
  15. ↑ Éric Zemmour, Immigration : le réel interdit [archive], Le Monde, 12 octobre 2007.
  16. a et b [vidéo] compte Youtube de On n’est pas couché [archive].
  17. « La Chronique d’Éric Zemmour » : Valls, le faux dur [archive], novembre 2012, [vidéo] compte Youtube de RTL [archive].
  18. abcd et e Cédric Mathiot, Sarah Bosquet, « Zemmour, la machine à faire des étrangers [archive] », Libération, 10 octobre 2014.
  19. a et b « Les descendants d’immigrés p lus nombreux que les immigrés : une position française originale en Europe [archive] », Insee, 10 octobre 2012, pdf [archive]
  20. ↑ Samuel Laurent, « Petites et grandes erreurs factuelles d’Éric Zemmour sur l’immigration », Les décodeurs,Le Monde, octobre 2014 (lire en ligne [archive])
  21. ↑ « Immigration en France: les vrais chiffres [archive] », L’Express, 10 octobre 2012.
  22. ↑ « France: 12 millions d’immigrés et d’enfants d’immigrés [archive] », Le Figaro, 10 octobre 2012.
  23. ↑ « Immigration : ce qu’il faut retenir des chiffres de l’Insee [archive] », francetvinfo.fr, 10 octobre 2012.
  24. ↑ « En France, les descendants d’immigrés à la peine sur le marché de l’emploi [archive] », Le Monde, 10 octobre 2012.
  25. ↑ « La France compte 5,3 millions d’immigrés [archive] », La Tribune, 10 octobre 2012.
  26. Catherine de Wenden, « Éric Zemmour à ONPC : au moins 3 erreurs sur l’immigration, voici la réalité » [archive], sur Le Plus (Le Nouvel Observateur.com), 6 octobre 2014 (consulté le 17 octobre 2014) : « Si le livre d’Éric Zemmour est de la même facture que les propos qu’il a tenus sur le plateau d’On n’est pas couché, alors ce doit être un tissu de mensonges. ».
  27. ab et c Cédric Mathiot, « Mariages mixtes : et si (pour une fois) Zemmour disait vrai ? » [archive], sur Libération.fr, 16 octobre 2014 (consulté le 17 octobre 2014).
  28. ↑ Laure Joanin, « Interview d’Éric Zemmour »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.actualitedulivre.com, 2006 (consulté le 1er juillet 2008)
  29. ↑ Cali Rise, « Interview Éric Zemmour » [archive], sur www.impudique.net, 6 avril 2006 (consulté le 27 juin 2008)
  30. Le Premier sexe, p. 32 et 33.
  31. Ibid., p. 67.
  32. a et b Interview d’Éric Zemmour par Nicky Depasse sur Nostalgie Belgique, le 17 juin 2007
  33. ↑ Jacques Nerson, « Zemmour dérape » [archive], sur www.bibliobs.nouvelobs.com/, 21 mars 2008 (consulté le 24 avril 2010)
  34. Causeur.fr [archive]
  35. ↑ É [archive], sur www.lesnouvellesnews.fr (consulté le 20 janvier 2018)
  36. ↑ « Éric Zemmour, mise au point sur un misogyne », Marie Claire, 2014 (lire en ligne [archive])
  37. ↑ « Aurore Bergé a gardé son calme face à cette attaque d’Éric Zemmour », Le Huffington Post, 22 juin 2017 (lire en ligne [archive])
  38. ↑ « Éric Zemmour : ses propos très sexistes contre une journaliste font scandale », Orange Actualités, 8 avril 2017 (lire en ligne [archive])
  39. ↑ « Le sexisme selon Éric Zemmour du 16 octobre 2013 – France Inter », France Inter, 16 octobre 2013 (lire en ligne [archive])
  40. ↑ « Sexisme : Zemmour s’attire les foudres du « Monde » et de France Inter », TéléObs, 16 octobre 2013 (lire en ligne [archive]).
  41. ↑ « Pour Éric Zemmour, les femmes sont sous-représentées dans les filières d’excellence parce qu’elles « n’ont pas envie de faire la guerre » », Les Inrocks, 3 février 14 (lire en ligne [archive]).
  42. ↑ Éric Zemmour, Le Suicide français, France, Albin Michel, 2014, 534 p. (ISBN 978-2-226-25475-7, lire en ligne [archive]), Robert Paxton, notre bon maître, p. 87
  43. ab et c « Robert Paxton : « L’argument de Zemmour sur Vichy est vide » » [archive], Rue89, 9 octobre 2014.
  44. « Serge Berstein : « Zemmour se trompe lorsqu’il dit que Pétain a sauvé des Juifs » » [archive], sur lesinrocks.com, 6 octobre 2014 (consulté le 28 octobre 2014)
  45. « VIDEO. Zemmour accusé de « réhabiliter Vichy et Pétain » dans « On n’est pas couché » » [archive], sur francetvinfo.fr, 5 octobre 2014 (consulté le 28 octobre 2014)
  46. a et b Thomas Liabot, Alain Michel, « Le livre de Zemmour ne me concerne pas » [archive], sur Le JDD.fr, 14 octobre 2014 (consulté le 14 octobre 2014).
  47. ↑ « Alain Michel n’est pas un historien sérieux : on ne peut pas écrire ce qu’il a écrit si on a lu les textes de Vichy et les ouvrages récents sur l’application de ces textes » voir Pascal Riché, « Robert Paxton : « L’argument de Zemmour sur Vichy est vide » », Rue89, 9 octobre 2014 (lire en ligne [archive]).
  48. ↑ « Réhabilitation de Pétain par Zemmour : « absurde et faux » selon des historiens », La Montagne/AFP, 18 octobre 2014 (lire en ligne [archive]).
  49. ↑ Julien Rebucci, « Serge Berstein : “Zemmour se trompe lorsqu’il dit que Pétain a sauvé des juifs” », Les Inrockuptibles, 6 octobre 2014 (lire en ligne [archive]).
  50. ab et c Entretien avec Alexandre Devecchio, « Éric Zemmour : « Être le porte-voix des classes populaires est ma plus grande fierté » [archive], sur lefigaro.fr, Le Figaro, 7-9 novembre 2014 (consulté le 9 novembre 2014).
  51. ↑ Éric Zemmour, « Nicolas Sarkozy ou le soixante-huitard malgré lui », Le Figaro, 11 novembre 2007
  52. ↑ « Éric Zemmour, politiquement incorrect », Valeurs actuelles, 9 janvier 2014 (lire en ligne [archive])
  53. ↑ Éric Zemmour, « Immigration: le réel interdit », Le Monde, 12 octobre 2007
  54. ↑ Propos récurrents dans Ça se dispute et lors de l’interview de François Bayrou dans l’émission On n’est pas couché du 1er décembre 2007
  55. On n’est pas couché [archive] du 08/09/2007
  56. a et b Éric Zemmour répond à des questions d’internautes sur L’Express [archive]
  57. Jean Sévillia, « Zemmour. Feu sur les idées reçues » [archive], Le Figaro, 26 février 2010
  58. « Zemmour marxiste? » [archive], sur Valeurs actuelles (consulté le 28 juillet 2017)
  59. ↑ « À quoi sert Éric Zemmour ? », Acrimed | Action Critique Médias, 30 mars 2010 (lire en ligne [archive])
  60. ↑ « Immigration : le réel interdit, par Éric Zemmour », Le Monde.fr, 11 octobre 2007 (ISSN 1950-6244, lire en ligne [archive])
  61. ↑ « Apprenons à penser comme Éric Zemmour (en 9 points) », Bibliobs, 18 octobre 2014 (lire en ligne [archive])
  62. ab et c « « La notoriété et la popularité d’Eric Zemmour » – Sondage Ifop-Valeurs actuelles » [archive], sur Valeurs actuelles.com, 23 octobre 2014 (consulté le 24 octobre 2014).
  63. ↑ É [archive], site de 20 minutes, 18 février 2011.
  64. ↑ Agence France Presse, « Éric Zemmour condamné pour provocation à la discrimination raciale » [archive], lepoint.fr, 20 février 2011 (consulté le 19 septembre 2016)
  65. a et b Éric Zemmour condamné pour provocation à la discrimination raciale [archive]
  66. « Éric Zemmour condamné pour provocation à la discrimination raciale » [archive], sur 20 minutes.fr, 18 février 2011.
  67. a et b « Éric Zemmour condamné pour provocation à la discrimination raciale » [archive], sur Le Point, 18 février 2011.
  68. « Zemmour ne fera pas appel » [archive], sur Libération.fr, 1er mars 2011
  69. (en) « French Provocateur Enters Battle Over Comments » [archive] dans The New York Times du 11 février 2011.
  70. « Le procès Zemmour renvoyé au mois de janvier » [archive] sur le site FranceAntilles.fr, 29 juin 2010.
  71. « Éric Zemmour: « Je ne demande pas la francisation des noms » » [archive], L’Express.
  72. ↑ É [archive], sur Libération.fr, 18 février 2011
  73. L’invitation de Zemmour à un débat de l’UMP indigne SOS Racisme [archive], nouvelobs.com, 27 février 2011
  74. Éric Zemmour ovationné par les élus UMP [archive], France Info, 3 mars 2011
  75. Zemmour expose sa liberté d’expression à l’UMP [archive], Michel Veron, L’express.fr, publié le 3 mars 2011
  76. Rémy Pflimlin ne désavoue pas Éric Zemmour [archive], Le Point.fr, 4 mars 2011
  77. Affaire Zemmour : la CGT envoie une lettre ouverte au PDG de France Télévisions [archive], Daniel Psenny, Le Monde.fr, 15 mars 2011
  78. ↑ AFP, « Respects veut voir Zemmour en banlieue [archive] », Le Figaro, 12 mars 2010.
  79. ↑ AFP, « Zemmour : le MRAP en appelle au CSA [archive] », Le Figaro, 9 mars 2010.
  80. ↑ AFP, « Propos d’Éric Zemmour: le CSA saisi [archive] », Le Figaro, 11 mars 2010.
  81. [2] [archive], 20 Minutes, 17 juin 2014
  82. ↑ É [archive], sur metronews (consulté le 26 décembre 2015)
  83. ↑ Le Conseil considère : « Que les propos tenus lors de cette chronique constituaient un manquement caractérisé à ces obligations déontologiques, dès lors qu’ils sont de nature à encourager des comportements discriminatoires vis-à-vis des populations expressément désignées, et de pouvoir inciter à la haine ou à la violence à l’encontre de celles-ci. De plus, la chronique ayant été communiquée préalablement par son auteur aux responsables de la station, il a estimé que celle-ci avait manqué, en permettant la diffusion de ces propos, à l’obligation de maîtrise de l’antenne mentionnée à l’article 2-10 de sa convention » [3] [archive], CSA, 13 juin 2014
  84. En matière de délinquance, notre État fait illusion [archive], rtl.fr, 6 mai 2014
  85. Le CRAN saisit le CSA après une chronique « xénophobe » d’Éric Zemmour [archive], Les Échos, 9 mai 2014
  86. Le CRAN accuse Éric Zemmour de délire xénophobe sur RTL [archive] metronews.fr, 8 mai 2014.
  87. Éric Zemmour répond à la polémique sur ses propos jugés xénophobes [archive], ladepeche.fr, 10 mai 2014
  88. ↑ É [archive], Le Monde, 22 septembre 2015
  89. Le Point 25 septembre 2015 Le parquet fait appel de la relaxe d’Eric Zemmour [archive]
  90. ↑ É [archive], ozap.com, 22 juin 2016
  91. ↑ Éric Zemmour condamné à 3000 euros d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans, É [archive], sur liberation.fr, 17 octobre 2014.
  92. Éric Zemmour condamné ou la tentation autoritaire du multiculturalisme [archive], Mathieu Bock-Côté, lefigaro.fr, 21 décembre 2015.
  93. ↑ « Éric Zemmour condamné à 3 000 euros d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans », Le Monde.fr, 17 décembre 2015 (ISSN 1950-6244, lire en ligne [archive]).
  94. « La condamnation de Zemmour pour ses propos contre les musulmans confirmée » [archive], sur Europe 1, 17 novembre 2016.
  95. « Déportation » des musulmans: la condamnation d’Eric Zemmour annulée [archive], causeur.fr, 23 janvier 2018
  96. « Propos anti-musulmans : sa condamnation annulée, Éric Zemmour sera rejugé » [archive], sur lepoint.fr, 23 janvier 2018 (consulté le 23 janvier 2018)
  97. « iTELE condamnée pour « rupture abusive » de contrat avec Éric Zemmour » [archive], sur lefigaro.fr, 22 novembre 2016.
  98. ↑ É [archive], marianne.net, 22 novembre 2016.
  99. a et b É [archive], sur leparisien.fr, 23 mai 2017 (consulté le 23 mai 2017)
  100. a et b É [archive], sur LCI, 22 juin 2017 (consulté le 22 juin 2017)
  101. ↑ É [archive], sur lemonde.fr, 3 mai 2018 (consulté le 3 mai 2018)
  102. « Le Conseil d’Etat annule une décision du CSA visant Zemmour sur RTL » [archive], sur orange.fr, 15 octobre 2018
  103. « Affaire Baupin : relaxe de Zemmour, poursuivi en diffamation par Duflot » [archive], sur europe1.fr, 6 février 2018 (consulté le 6 février 2018)
  104. « Le FN, Marion Maréchal-Le Pen, Villiers, Zemmour… Ce qu’ils doivent à l’Action française » [archive], sur bibliobs.nouvelobs.com, L’Obs, 5 décembre 2015 (consulté le 6 décembre 2015).
  105. « http://www.surlering.com/article/article.php/article/zemmour-ne-renouvelle-pas-son-contrat-avec-l-hebdo-de-france-o »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 20 mai 2017).
  106. ↑ É [archive], 31 août 2010.
  107. ↑ « Zemmour, le malaise diplomatique [archive] ». Sur Le Parisien : « Ses interventions matinales sont encadrées et supervisées chaque matin par la rédaction. Nous lui avons demandé de veiller au respect des valeurs humanistes de la station. »
  108. « Zemmour – Toutes ses vidéos » [archive], sur zemmour.fr, 25 novembre 2014 (consulté le 25 novembre 2014).
  109. ↑ « Polémique : Zemmour n’est pas le bienvenu à Bruxelles », La Libre Belgique, 22 décembre 2014, p. 9.
  110. ↑ Philippe Mathon, « Éric Zemmour prix du Livre incorrect 2010 » [archive], sur lepoint.fr, 25 mars 2010
  111. ↑ Saïd Mahrane, É [archive], sur lepoint.fr, 27 janvier 2011
  112. « Zemmour récompensé, Angelo Rinaldi démissionne » [archive], sur lexpress.fr, 8 mars 2011
  113. « En Bretagne, un prix littéraire pour Éric Zemmour dérange » [archive], sur lefigaro.fr, 14 octobre 2015
  114. ↑ Frédéric Deslauriers, Les Deux-Cents jours de Marine Le Pen, Plon, 2011, pages 20-21.
  115. « Valeurs actuelles affiche « Zemmour président »: le Coluche réac de 2017? » [archive], sur Challenges (consulté le 29 février 2016).
  116. Michel Wieviorka, Le Séisme. Marine Le Pen présidente, Robert Laffont, 2016, pages 66-70.
  1. Zemmour » [archive], sur lemonde.fr, 15 octobre 2018
  2.  « Le FN, Marion Maréchal-Le Pen, Villiers, Zemmour… Ce qu’ils doivent à l’Action française » [archive], sur bibliobs.nouvelobs.com, L’Obs, 5 décembre 2015 (consulté le 6 décembre 2015).
  3.  Éric Dupin, La France identitaire: Enquête sur la réaction qui vient, La Découverte, 2 février 2017 (ISBN 978-2-7071-9484-8lire en ligne [archive]), p. 83
  4.  Marie-France Etchegoin« Éric Zemmour, le joker de la droite extrême » [archive], sur Vanity Fair, 6 mars 2020 (consulté le 12 septembre 2020)
  5.  « Eric Zemmour et Dominique Wolton s’écharpent » [archive], 31 août 2010.
  6.  « Zemmour quitte l’Hebdo de France Ô » [archive], sur surlering.com, 22 septembre 2010
  7.  « Zemmour, le malaise diplomatique [archive] ». Sur Le Parisien : « Ses interventions matinales sont encadrées et supervisées chaque matin par la rédaction. Nous lui avons demandé de veiller au respect des valeurs humanistes de la station. »
  8.  « RTL cesse sa collaboration avec Éric Zemmour » [archive], sur figaro.fr, 3 octobre 2019
  9.  « Fidèle à lui-même, Éric Zemmour a fait son retour sur CNews malgré la polémique » [archive], sur lexpress.fr, 15 octobre 2019 (consulté le 15 octobre 2019).
  10.  « Médias : Zemmour dope CNews » [archive], sur lepoint.fr, 15 octobre 2019 (consulté le 15 octobre 2019).
  11.  « Les élus du personnel ne veulent plus d’Eric Zemmour sur CNews » [archive], sur www.20minutes.fr (consulté le 25 octobre 2019)
  12.  « Les élus du personnel de Canal+ exigent unanimement le départ de Zemmour de CNews » [archive], sur Le Huffington Post, 21 octobre 2019(consulté le 25 octobre 2019)
  13.  « Les élus du personnel du groupe Canal+ exigent le départ d’Eric Zemmour de CNews » [archive], 21 octobre 2019 (consulté le 25 octobre 2019)
  14.  « La France insoumise boycottera CNews tant qu’Eric Zemmour y sera  » [archive], sur www.20minutes.fr (consulté le 25 octobre 2019)
  15.  « « Pas question que j’aille sur une chaîne qui donne la parole à Eric Zemmour » : pourquoi des élus et associations ont choisi de boycotter CNews » [archive], sur Franceinfo, 25 octobre 2019 (consulté le 12 septembre 2020)
  16. ↑ Revenir plus haut en : a et b « CNews : l’émission d’Eric Zemmour ne sera plus en direct », Le Monde.fr,‎ 29 octobre 2019 (lire en ligne [archive], consulté le 12 septembre 2020)
  17.  Pierre Dezeraud, Audiences : Record pour « Face à l’info » avec Eric Zemmour sur CNews [archive], ozap.com, 14 novembre 2019
  18.  Frédéric Sergeur, Éric Zemmour : comment Cnews compense largement l’absence d’annonceurs [archive], capital.fr, 14 novembre 2019
  19.  « Eric Zemmour sur CNews : la journaliste Christine Kelly se dit « menacée de mort » » [archive], sur ladepeche.fr, 2 décembre 2019
  20.  « Zemmour sur CNews : Christine Kelly serait « menacée de mort » » [archive], sur 20minutes.fr, 2 décembre 2019 (consulté le 3 décembre 2019).
  21.  « Le CSA met en demeure CNews pour des propos d’Eric Zemmour sur la colonisation de l’Algérie », Le Monde.fr,‎ 3 décembre 2019 (lire en ligne [archive], consulté le 12 septembre 2020)
  22.  Face à l’info (audiences) : Eric Zemmour bat tous les records, Christine Kelly hisse CNews leader [archive], toutelatele.com, 13 décembre 2019
  23.  « Zemmour – Toutes ses vidéos » [archive], sur zemmour.fr, 25 novembre 2014 (consulté le 25 novembre 2014).
  24.  « Polémique : Zemmour n’est pas le bienvenu à Bruxelles », La Libre Belgique, 22 décembre 2014, p. 9.
  25.  Philippe Mathon, « Éric Zemmour prix du Livre incorrect 2010 » [archive], sur lepoint.fr, 25 mars 2010
  26.  Saïd Mahrane, « Eric Zemmour, nouveau gourou » [archive], sur lepoint.fr, 27 janvier 2011
  27.  « Zemmour récompensé, Angelo Rinaldi démissionne » [archive], sur lexpress.fr, 8 mars 2011
  28.  «&nbs p;En Bretagne, un prix littéraire pour Éric Zemmour dérange » [archive], sur lefigaro.fr, 14 octobre 2015
  29.  Frédéric Deslauriers, Les Deux-Cents jours de Marine Le Pen, Plon, 2011, pages 20-21.
  30.  « Valeurs actuelles affiche « Zemmour président »: le Coluche réac de 2017? » [archive], sur Challenges (consulté le 29 février 2016).
  31.  Michel WieviorkaLe Séisme. Marine Le Pen présidente, Robert Laffont, 2016, pages 66-70.

Annexes

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Chems-Eddine Hafiz, De quoi Zemmour est devenu le nom, Éditions du Moment, 2010, 128 p. (ISBN 978-2-35417-107-0)

  • Mohamed Bechrouri, L’Arabe imaginaire : Éric Zemmour, mais qu’est ce que je t’ai fait ?, Plon, 2012, 128 p. (ISBN 978-2-35417-107-0)

Liens externes

Julien Aubert, député LR du Vaucluse propose d’imposer aux prétendants à la nationalité française de choisir un prénom « adapté à la culture nationale ».

Le député LR du Vaucluse Julien Aubert propose de choisir un prénom « adapté à la culture nationale » pour obtenir la nationalité française, et d’élargir l’interdiction du port du voile qui aurait un impact « sur le développement physique » des mineures.

« Plus adapté à la culture nationale »

Dans un livret de 18 propositions sur l’islam publié vendredi, le député part du principe que « la distinction usuelle entre islam et islamisme (…) ne correspond à aucune réalité religieuse établie » et assume « une préférence » pour la culture française d’origine judéo-chrétienne et gréco-latine ».

Le volet « culturel et civilisationnel » de l’islam « pose plus de problèmes à la culture nationale » que le volet strictement religieux, estime l’élu, qui « assume défendre une position en faveur de l’assimilation républicaine », opposée « à une conception multiculturaliste ».

Pour les prétendants à la nationalité française, Julien Aubert suggère de leur « imposer (…) de choisir un de leurs prénoms parmi ceux issus des différents calendriers français, et ceux des personnages connus de l’histoire nationale », qui soit « plus adapté à la culture nationale ».

Le polémiste Éric Zemmour avait suscité une vive polémique lors d’une altercation avec la chroniqueuse Hapsatou Sy au sujet de son prénom, qui est, aux yeux de Éric Zemmour, une « insulte à la France ».

Le député Rassemblement national (RN, ex-FN) Louis Aliot considère lui aussi qu’on s’intègre mieux en adoptant un prénom de son pays d’accueil ».

Carence en vitamine D

À propos du voile, Julien Aubert considère que « la coexistence de micro-nations sur un même territoire ne peut que conduire à l’affrontement » et prône de ce fait son interdiction dans tous les établissements publics, y compris les universités et les entreprises publiques. Mais il l’autorise dans la rue à condition qu’il y ait possibilité « d’enjoindre à quelqu’un de l’ôter ».

Citant une étude jordanienne, le député s’interroge sur le port du voile par les mineures, qui pourrait « avoir une impact sur (leur) développement physique », avec « une carence en vitamine D, et « une perte de cheveux en cas de port prolongé ».

Interrogé sur ces propositions par Sud Radio, le secrétaire général délégué des Républicains, Geoffroy Didier, a lui répondu : « Il faut que j’étudie ça de plus près. En tout cas, ma conviction c’est que chacun est libre de prénommer son enfant comme il le souhaite ». Concernant le voile, il a estimé qu’il n’y avait « pas de débat interdit ».


CNews. Éric Zemmour (S2) : cette année encore, il bat des records d’audience et réinvente l’info

29/09/2020 04:06 

Soir après soir, la mine de Zemmour est plus réjouie. On parierait qu’il vient de lire les audiences de la veille, en hausse constante. Face à l’info est maintenant le programme le plus regardé de CNews, avec 400 à 500 000 téléspectateurs et approchant les 3 % de part d’audience. Le 24 septembre, il culmine ainsi à 543 000 téléspectateurs et 3.1 % de part d’audience.

Le 2 septembre, Éric Zemmour a même battu Cyril Hanouna : « le rôle des maires », « le sort de l’économie française » et « la visite de Macron en Irak », au menu de l’émission ce soir-là, ont plus séduit les spectateurs que le concours de « petits-suisses à gober » qui opposait Benjamin Castaldi à Géraldine Maillet dans Touche pas à mon poste.

Au-delà, c’est toute CNews qui est emportée par la locomotive Zemmour. Alors qu’en 2017, elle avait touché le fond avec une audience moyenne de 0.6 %, elle termine l’année 2019 à 0.9 % (audiences de décembre). En 2020, elle a d’ores-et-déjà dépassé les 1 %, atteignant 1.5 % en juin.

CNews est en train de bouleverser la hiérarchie des chaînes d’information continue. Possédée par le tycoon franco-israélien Patrick Drahi (12 milliards d’euros et 4 nationalités en poche), managée par un proche du couple Macron, BFM est toujours première, mais, trop gouvernementale, elle a perdu de sa superbe pendant le confinement. En juin, dans un contexte porteur pour les chaînes d’info, elle plafonne à 2.5 % de l’audience (contre 2.7 % en moyenne annuelle à son apogée de 2017). CNews, jusque-là troisième, prend la deuxième place (1.5 %), devant LCI (1.2 % en juin), laissant loin derrière les cancres de France Info (0.6 %).

Aux origines du succès actuel : la purge Bolloré de 2016

Au-delà du puissant effet du produit d’appel Zemmour, le succès de la chaîne trouve son origine indirecte dans la crise d’I-Télé. En 2016, l’ancêtre de CNews n’en donne plus pour son argent à son actionnaire principal, le quadri-milliardaire Vincent Bolloré. Déficitaire, elle reste loin derrière BFM et l’arrivée de LCI sur la TNT risque encore d’aggraver les choses.

L’embauche de Jean-Marc Morandini met le feu aux poudres. Il a un profil animateur de télé réalité et, dans le cadre d’un casting, se trouve alors visé par une plainte pour « corruption de mineurs ». Les journalistes en place voient dans cette arrivée le début d’une dérive vers le sensationnalisme, et de façon plus profonde un changement de ligne éditoriale. Car pour faire de l’audience, Morandini n’hésite pas à aller là où les autres journalistes ne vont pas, comme le montre son site Jean-Marc Morandini.com.

La rédaction d’I-Télé-CNews entame une grève de 31 jours, un record historique pour la télé française. Les grévistes sont confiants dans leur lutte car ils ont le soutien du président François Hollande. Et aussi de Xavier Niel, homme aux multiples réseaux qui n’a rien à refuser à un pouvoir politique qui attribue les fréquences de téléphonie mobile. L’entrepreneur libertarien aux 7 milliards d’euros laisse entendre qu’il est prêt à se dévouer pour défendre « l’indépendance » de la rédaction – en rachetant à bas prix la chaîne de Bolloré.

Mais le magnat breton est têtu. L’année précédente, il n’a pas hésité à mettre au pas la coûteuse et bohème Canal+, supprimant au passage les Guignols de l’Info, qui indisposaient Nicolas Sarkozy. Bolloré ne vendra pas à Niel, il ne cèdera pas à la rédaction. 100 journalistes sur 120 de CNews quittent alors le navire, la tête haute et… pleine de projets.

Parmi eux, la création avec les indemnités de licenciement du site internet Explicite, qui met l’expertise journalistique de 54 anciens d’I-Télé au service de Facebook, Twitter et YouTube, pour y lutter contre les « fausses informations » et « la montée de l’extrême-droite » en toute « indépendance » (Le Monde du 16/1/2017). Mais après quelques mois d’existence fantomatique, Explicite met la clé sous la porte en janvier 2019, les financements de la « désintox » étant accaparés par Le MondeLibération et l’AFP.

CNews, de nouveaux talents de droite et une info différente

Le départ des journalistes anti-Bolloré a représenté un appel d’air énorme. Et donné leur chance à des acteurs d’un type nouveau : des journalistes télé clairement à droite(1). C’est avec ce sang neuf que s’invente chaque soir dans Face à l’Info un nouveau modèle journalistique.

Eric de Riedmatten, Dimitri Pavlenko (pour l’économie) ou Harold Hyman (pour la géopolitique, du moins en première saison)… autant de bons professionnels qui officient aujourd’hui en pleine lumière auprès de Zemmour, mais qui semblent avoir longtemps végété dans l’ombre de rédactions hostiles. Il leur en reste un côté bûcheurs discrets, qui n’avancent rien sans l’avoir potassé, et qui ont même la modestie de confesser leur ignorance, s’ils s’en rendent compte.

Le plus déconcertant est Marc Menant : avec sa tête de naturopathe, il représente la gauche de sensibilité écolo, mais d’une gauche érudite et qui admettrait l’existence de points de vue opposés aux siens. Son rôle est d’évoquer le passé sans esprit de repentance, comme « une fête pour l’intelligence », amenant à la table de Face à l’Info des invités inactuels comme Marco Polo, Charles V, Napoléon Ier, Louise Michel ou Adolphe Thiers.

Enfin, Christine Kelly(3) réinvente le métier de présentatrice, ne coupant pas les intervenants à tout bout de champ, les relançant d’un ton pince sans rire, tout en veillant quand même à ce que la liberté de ton ne fasse pas sursauter ses anciens collègues du CSA – qui semblent s’être endormis sur leurs écrans de surveillance.

Le Canard enchaîné décrit un monde à l’envers où les journalistes de gauche rasent les murs

Cette absence de réaction du CSA depuis un an laisse songeur. Car les anciens d’I-Télé avaient raison : depuis la crise de 2016, Bolloré a changé peu à peu la ligne éditoriale. Les derniers journalistes de gauche de CNews vivent aujourd’hui ce qu’ils font subir ailleurs aux autres depuis des années(2).

« Le service police-justice de la rédaction a pour consigne d’être réactif sur les faits divers antiflics, les incivilités anti-Blancs. Il chasse ces infos sur Twitter, Facebook. En juillet un mec avait préparé un off pro-migrants pour la matinale, il a été convoqué le lendemain… », témoigne dans Le Canard enchaîné du 25 septembre un employé de CNews.

Toujours selon Christophe Nobili, l’auteur de l’enquête du Canard, les «ultra-réacs de la maison » tiendraient le haut du pavé, avec l’assentiment du directeur de la chaîne Serge Nedjar qui intimiderait ceux qui ne sont pas dans la ligne. C’est ainsi que Gérard Leclerc souffrirait pour ses idées, pour la première fois de sa carrière. Pascal Praud, présenté comme le promoteur de cet « entre-soi des droites », l’aurait rétrogradé dans L’Heure des Pros : le demi-frère de Julien Clerc ne passerait à l’antenne que trois jours par semaine, contre cinq auparavant !

La naissance d’une chaîne vraiment de droite sous un président de centre-gauche a de quoi interroger. En quoi cela peut-il être utile à ce dernier ?

Zemmour contre Marine et Macron en embuscade ?

Éric Zemmour et beaucoup de ceux qui ont été recrutés sur CNews viennent de la droite classique, et pour quelques-uns, de la droite catholique illibérale. Mais au lieu de renforcer la concurrence de Macron à sa droite, cette tonalité politique pourrait créer des difficultés au parti de gouvernement qui l’incarne, Les Républicains. Zemmour est influent chez nombre d’électeurs de LR, mais pas chez ses dirigeants qui sont indexés sur l’agenda mondialiste du grand patronat.

Zemmour est également un caillou dans la chaussure de Marine Le Pen. Il a expliqué très clairement ses désaccords avec la dirigeante du Rassemblement national, dans l’émission du 16 septembre dernier. Il lui préfère sa nièce Marion Maréchal Le Pen, qui prône l’alliance des droites, en s’appuyant sur un électorat LR décrit comme « réactionnaire, anti-immigrés, anti-assistanat, antiféministe, anti-LGBT » – dans la bouche de Zemmour, ce sont des compliments.

Dans la même émission, l’éditorialiste accrédite aussi l’idée de l’incapacité de Marine Le Pen à l’emporter. Elle chercherait seulement « à élargir sa base », mais sans passer d’alliance avec les partis. Zemmour concède que la force de la présidente du RN est la loyauté de son électorat populaire, « qui n’aime pas qu’on lui tape dessus ». Il dépeint l’ancienne avocate comme « une femme de gauche », attachée à la justice plus qu’à l’identité, favorable à la retraite à 60 ans et au modèle social français. Dimitri Pavlenko rappelle que, lors de son discours de Fréjus, «elle s’est même adressée aux immigrés, avec la proposition que le dernier arrivé en France ferme la porte derrière lui».

Emmanuel Macron semble vouloir jouer de ces dissensions comme d’un piano, mais c’est peut-être avec le feu qu’il joue. Car si Versailles finissait par s’entendre avec les descendants des communards, et s’ils étaient rejoints par les « Français de branche » tout aussi inquiets de la santé de l’Arbre France, alors le pianiste de l’Élysée pourrait s’en mordre les doigts…

A.T.

  1. À ces journalistes de Face à l’Info, s’ajoutent d’autres intervenants sur d’autres émissions et qui reflètent la même ligne : Charlotte d’Ornellas, Gabrielle Cluzel, Eugénie Bastié…
  2. On pense parmi d’autres à Fabrice Le Quintrec, mis au placard à Radio France en 1998 pour avoir cité le journal Présent dans une revue de presse pluraliste. Ses « confrères » ne l’ont alors pas défendu contre la direction, bien au contraire.
  3. Comme Zemmour, cette enfant de la Guadeloupe commence à être victime de menaces personnelles et s’est récemment retrouvée au centre des fantasmes raciaux tordus de la gauche décoloniale : Daniel Schneidermann, chroniqueur à Libération (même bailleur de fonds que BFM), l’a par exemple dépeinte en « servante » du « Maître » Zemmour. 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

https://youtu.be/WWIdmSphDog

Mélenchon dit qu’il faut “se réjouir” de la “créolisation” des Français et veut déboulonner la statue “du prétendu Saint-Louis” au Sénat.

Mélenchon pense à la place des Juifs: il veut déboulonner la statue de Saint-Louis au Sénat « lui qui a inventé le port d’un signe distinctif pour les juifs et brûlé des Torah »… les Juifs n’ont jamais rien demandé !

Mélenchon pense à la place des Juifs: il veut déboulonner la statue de Saint-Louis au Sénat « lui qui a inventé le port d’un signe distinctif pour les juifs et brûlé des Torah »… les Juifs n’ont jamais rien demandé !

« La créolisation, c’est un métissage d’arts ou de langages qui produit de l’inattendu. C’est une façon de se transformer de façon continue sans se perdre », expliquait l’écrivain antillais Édouard Glissant au Monde en 2005. Pour Jean-Luc Mélenchon, qui s’est exprimé lundi 21 septembre 2020 à l’occasion du lancement du think tank de son parti, « l’Institut de la Boétie », la société française connaît une « sorte de créolisation ».

Dans un long discours sur la République, qui préfigure les idées qu’il pourrait développer dans une future campagne présidentielle, le leader de La France insoumise a affirmé : « Notre peuple s’est créolisé, le peuple français a commencé une sorte de créolisation qui est nouvelle dans notre histoire, il ne faut pas en avoir peur, c’est bien. On avance, on bouge, on respire, on vit ! »

Chacun a le droit de se métisser et d’en supporter les avantages et les inconvénients… mais personne n’a l’exclusivité de l’apologie du métissage qui en plus crée un élan raciste contre ses propres origines. A voir la tronche que fait Dieudo d’être noir, visiblement il n’apprécie pas son métissage… bien que se soit son fond de commerce. Un parent n’a pas à imposer à ses enfants d’être métis, car ça pose de nombreux problèmes qui s’accentuent de génération en génération qui se traduisent par une dégénération. En plus le coup de coeur pour l’exotisme a la légèreté d’une mode… moi qui ai des enfants métis je ne jurais que pour la peau douce ombrée… puis après cette passade je fait un rejet des noirs. Il est donc dangereux d’imaginer que le métissage, donc la disparition de nos origines efface toute trace de racisme… c’est tout le contraire. C’est se compliquer la vie avec les blancs et les noirs… et Zemmour l’explique très bien, ce que cet abruti avec son apologie du créole présente comme un métissage n’est en fait que du blanc qui se frotte à une culture mais sans se métisser. Se métisser c’est comme se tatouer, il existe un moment ou l’on ne veux plus de son tatouage ! RESTONS TOUJOURS PROCHE DE LA NATURE, DE NOTRE NATURE… COOL !

Le dessin de Tcho :
le journaliste Schneiderman

Selon le journaliste Schneidermann (Arrêt sur images), Christine Kelly serait la servante de couleur pour Éric Zemmour, et serait muette devant sa propre humiliation !

Propos ignobles qui n’ont nullement ému ceux qui se scandalisaient sur une fiction concernant le cas Obono, président et 1° ministre compris ! Et le Parquet avait été saisi ! Là, silence complet !

L’ensauvagement de la haine médiatique et des racailles anti-Zemmour

Il y a tout lieu de penser qu’une partie des racailles anti-Zemmour est marquée par ce qu’on appelle l’ensauvagement, autrement dit : la sauvagerie des islamo-bobos-gauchistes libertaires.

C’est sûr que la clique des racailles anti-Zemmour, ça inquiète les vrais Français. Zemmour, sous le feu des critiques des islamo-bobos-gauchistes libertaires, a toujours été condamné par l’ordre moral stalinien des racailles islamo-bobos-gauchistes libertaires. Dans l’ensauvagement de la clique anti-Zemmour, il y a l’effet de la complicité des racailles anti-Zemmour, de ceux qu’on appelait autrefois les barbares. Le processus en cours, c’est le devenir de la sauvagerie anti-Zemmour en France et le passage en force d’un processus de décivilisation.

Concernant tout ce qu’on a écrit contre Éric Zemmour, un ramassis d’absurdités de la gauchosphère !

En cause, la rupture culturelle des racailles des médias anti-Zemmour, la faillite de la presse et de l’école républicaine, la mauvaise éducation des journaleux ignares bobos-islamo-gauchistes libertaires.

L’ensauvagement de la clique anti-Zemmour a dépassé la notion d’animalité pour décrire les racailles de la surenchère qui se répandent dans les polémiques du discours politique anti-Zemmour. En meeting de rentrée à Fréjus, le dimanche 6 septembre, Marine Le Pen a été claire : « C’est une véritable barbarie qui s’installe. Avec la barbarie, on ne négocie pas, on la combat« . Reste à Zemmour d’enfoncer le clou !

Éric Zemmour, Face à l’Info, sur CNews : « On a le droit de se moquer de madame Obono, mais surtout le devoir de la combattre ! » À droite fièrement : La gauche instrumentalise au maximum l’affaire Obono pour tenter de se refaire une santé après le terrible été qui vient de mettre à bas toute une propagande prônant le vivre-ensemble et le padamalgam ! On a pu vérifier, à cette occasion, que l’emprise de la gauche sur les médias est toujours puissante comme en fait foi la condamnation générale de Valeurs actuelles.

Éric Zemmour : « Est-ce que Voltaire a exagéré quand il se moque de Leibnitz, le grand philosophe allemand, en le mettant sous les traits de cet imbécile de Pangloss dans Candide ? Est-ce que Molière a le droit de se moquer des médecins, à l’époque de hauts dignitaires ? On a le droit de se moquer de n’importe qui ! Madame Obono n’est pas Louis XIV ! On a le droit de se moquer de tout le monde, en France !

« La polémique Obono a à voir avec notre été meurtrier où le vivre ensemble a exprimé toutes ses potentialités violentes ! Il s’agit, pour la gauche, de reprendre la main idéologique et de revenir sur le terrain de l’antiracisme, des méchants d’extrême droite, des méchants racistes et des gentils noirs, et des pauvres victimes. On voit bien tout l’imaginaire qu’on essaye de nous réimposer, de force, parce que l’été a été une leçon de choses extraordinaire pour tous les gens qui voulaient (bien le) voir.

« Je vais plus loin que la liberté d’expression ! J’ai lu le texte de Valeurs actuelles, très intéressant sur le fond et on comprend les réponses outragées. Car que raconte le texte ? Deux choses ! Il met madame Obono, au 18ème siècle, dans une tribu africaine, elle qui ne cesse de se prévaloir de ses origines africaines et de se prendre pour une descendante d’esclave. On la voit dans les conditions effroyables de l’époque, d’abord matérielles avant l’arrivée du confort occidental blanc et les conditions idéologiques effroyables.

« On se moque du féminisme de madame Obono qui n’était pas vraiment la tasse de thé des chefs africains de l’époque. Deuxièmement, la fiction montre la réalité de l’esclavage et de la traite des noirs. C’était des négriers africains qui vendaient des esclaves noirs à des négriers blancs européens. Dans la fiction, madame Obono est vendue à un grand prince arabe ! Et ça, ça embête madame Obono et tous ses amis !

« Ça les a beaucoup énervés et c’est ce que paye d’abord Valeurs actuelles. Cerise sur le gâteau : elle est rachetée par un moine de l’Église catholique, ce qui se faisait beaucoup aussi. Pour eux, c’est un choc !

« C’est la réalité historique qui revient au visage des idéologues de l’extrême gauche décoloniale !

« Valeurs actuelles a eu tort de s’excuser. Il n’y a aucune faute ! Les réactions ont été largement partagées de la gauche au Rassemblement national. Il y a plusieurs raisons : Tout le monde a focalisé sur l’image de Daniele Obono enchaînée. Et il y a l’inculture historique de la classe politique d’aujourd’hui. Il y a aussi la volonté de soigner son profil antiraciste à bon compte, même pour le Rassemblement national qui est dans une volonté continuelle de la fameuse dédiabolisation. Et la raison, la plus importante, c’est qu’après un été qui fut le plus cruel démenti à toutes les thèses antiracistes depuis 40 ans, la gauche n’était pas mécontente de reprendre la main sur son discours idéologique. Elle surjoue cette indignation antiraciste pour faire oublier la leçon de choses de l’été ! Mélenchon utilise la vieille technique trotskiste ! Il faut victimiser Obono ! Il faut criminaliser ceux qui l’attaquent ! Obono le fait très bien. Elle se répand sur tous les médias : « Ah… J’ai mal à ma France !… J’ai mal à ma République (insoumise) ! » Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

« Mais je croyais avoir vu madame Obono refuser de dire : Vive la France ! à la télévision. J’ai vu madame Obono organiser des réunions interdites aux Blancs ! Où a t-elle vu la République là dedans ? J’ai vu madame Obono dire tout son amour pour Mohamed Mehra qui tue des enfants juifs avec un pistolet sur la tête ! Ça, c’est madame Obono ! Et madame Obono vient pleurer parce qu’on se moque d’elle ? Dans un journal, dans une fiction ? Mais on rêve ! Je vais vous dire : Non seulement on a le droit de se moquer de madame Obono, mais on a le devoir de combattre madame Obono ! On est dans la phrase de Saint Just :

« Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ! » La gauche en est toujours là ! Robespierre traitait Camille Desmoulins qui se moquait de lui, de polisson, avant de l’envoyer à la guillotine. On en est toujours là.

« On peut justifier les caricatures de Charlie Hebdo et pas celles de Valeurs actuelles ? Ça veut dire qu’on a le droit, sur France Inter, de se moquer de l’Église, de Jésus, de l’extrême droite, mais on n’a pas le droit, dans Valeurs actuelles de se moquer de Daniele Obono et des indigénistes. Moi je ne comprends pas ce deux poids, deux mesures. C’est ce que crie la gauche : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté » !

europe-israel.org, Christian De Lablatinière : Sur CNews, Éric Zemmour a dénoncé l’ensauvagement de la société. La France subit une montée effroyable de violences depuis le début de l’été.

Pour Éric Zemmour, il n’y a pas de doute : « On sait bien qui sont ceux qui ensauvagent, qui agressent, qui roulent sur la gendarme Mélanie, qui frappent le chauffeur de bus Philippe Monguillot !

« On sait que ce sont des enfants issus de l’immigration maghrébine et africaine !

« Ces jeunes ne sont pas allés au bled pour les vacances à cause des mesures mises en place contre l’épidémie de Coronavirus : « On a eu notre premier été du vivre-ensemble« . Aussi, la France est en pleine guerre de civilisation. La délinquance est une espèce de djihad du pauvre ! La solution : arrêter l’immigration !

Tribune Juive.info, Sarah Cattan : « Quand Daniel Schneidermann se déshonore ! Et quand Christine Kelly en sort encore plus digne. Schneidermann : « Au début, elle a timidement lancé le Maître… Et puis elle est restée là, humble, muette, à assister à sa propre humiliation, à la mise en évidence de sa fonction d’alibi. »

« Voilà comment (la haine de) Schneidermann, dans l’émission Arrêt sur images, croit tacler Christine Kelly, Présentatrice de Face à L’Info, la meilleure d’entre nous, compétente, professionnelle ayant bossé ses sujets, courtoise, mais il veut voir en elle le passe-plat d’Éric Zemmour, mieux encore : la noire de service.

N’appelons pas ça un dérapage. Une bévue. On ne sort pas impunément de telles saloperies racistes et machistes : Christine Kelly serait la servante de Zemmour ! Schneidermann s’est déshonoré tout seul.

Bd Voltaire, Gabrielle Cluzel : Christine Kelly, une servante ? Quand on est homme de gauche, tous les propos sont permis ! Sur le site Arrêt sur images, (la haine de) Schneidermann, passé par Le Monde, Marianne et Libération, où il écrit encore une chronique hebdomadaire, décrit Christine Kelly, présentatrice de l’émission Face à l’info sur CNews, comme une « femme de couleur, assignée à la présentation du show, qui lance timidement le maître, puis qui [reste] là, humble, muette, à assister à sa propre humiliation, à la mise en évidence de sa fonction alibi ». Il y a quelques jours, la presse, le monde politique, la France, peut-être même le monde tout entier, bruissaient avec indignation du scandale Valeurs actuelles !

Pour les besoins d’une fiction, Danièle Obono avait été représentée en esclave. Schneidermann en revanche, puisqu’il est de gauche, et même d’extrême gauche, peut tout se permettre et de décrire avec mépris, et cette fois pour de vrai, Christine Kelly en servante, et en servante de couleur. Ne manque plus que le petit tablier blanc. Dans l’imaginaire collectif, la servante de couleur, c’est Mama dans Autant en emporte le vent. Mais, au moins, Mama savait-elle renvoyer dans ses buts Rhett Butler, quand, selon Schneidermann, Christine Kelly serait extrêmement soumise, voire tétanisée par le maître. Son raisonnement (de haine raciste racialiste) est très clair, il n’en fait pas mystère, elle n’est là ni pour ses qualités propres ni pour son professionnalisme, mais grâce aux règles des quotas : elle est, selon lui, la démonstration vivante qu’avec un peu de perversité et beaucoup de cynisme, on peut bien s’amuser avec les règles sur les quotas.

En matière de discrimination, cela s’appelle double strike, sexisme et racisme d’un coup d’un seul. Chapeau, l’artiste (de la haine raciste racialiste de gauche, et même d’extrême gauche) ! Pas une seule fois l’idée que Christine Kelly soit là par goût et que son attitude ou ses propos soient le reflet de sa volonté et de sa pensée propre ne traversent son esprit. Elle n’est qu’un quota ambulant instrumentalisé et forcée de présenter l’émission à grand succès. N’est-ce pas la signification du mot assignée ?

La vérité est que si une femme de couleur est ici assignée, c’est à pensée surveillée, forcée de rester, bien docile, dans le droit chemin idéologique qu’on lui a montré, sinon les vopos montrent les crocs.

La vérité est que si une femme de couleur est humiliée, c’est par la haine de Schneidermann. Ce qu’il ne peut supporter, avec (colère) méchanceté et grossièreté, c’est la liberté de Christine Kelly. Viendra un jour où un historien analysera, c’est certain, dans les détails, cette mise en abyme effrayante et prodigieuse du racisme que l’on appelle antiracisme, et Daniel Schneidermann fera cas d’école. (Boulevard Voltaire)

À droite fièrement : « Les Bobos, idiots utiles de l’islamogauchisme, le danger n’est pas là ! Les Bobos ne regardent pas plus loin que le bout de leur rue ! Ils votent pour un écolo qui leur promet de planter plein d’arbres… (et des taxes pour soi-disant sauver la planète). Mais dans la réalité, ils ont juste porté l’extrême gauche au pouvoir et, pire encore, ils ont fait rentrer l’islamogauchisme dans les mairies de grandes villes !

« Grégory Doucet, maire de Lyon, est un vert pastèque. Vert dehors et rouge dedans. À la mosquée de Gerland, il a dit à propos de ses amis musulmans : « La liberté de conscience (des musulmans) ne devrait plus souffrir d’aucune attaque. L’autorité publique a le devoir de protéger les fidèles qui veulent pratiquer leur religion, comme elle doit protéger ceux qui ne veulent pas pratiquer. Ou qui ne veulent pas croire ».

À droite fièrement : EELV : « Une idée à la con par jour ! Le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol veut remplacer la statue équestre de Napoléon, qui y siège depuis 155 ans, par une figure féminine. Cette volonté est purement idéologique : « La question de l’égalité femmes/hommes est centrale et doit se traduire dans les actes : j’assume la portée symbolique de cette (absurdité) ». La nouvelle maire écolo Michèle Rubirola propose de transformer Marseille en port d’entrée des migrants. Le nouveau maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, a décidé de supprimer le traditionnel sapin de Noël, qualifié « d’arbre mort » par le nouvel édile.

En conclusion : Des mesures typiques de gauchistes invétérés ! Pas la moindre trace d’écologie ! Pas question de sauver un arbre, mais il faut juste s’attaquer à la fête de Noël ! Pauvre France ! »

Élisabeth Lévy, causeur : Finkielkraut : « On détourne le droit d’asile au nom des droits de l’homme pour effacer les différences essentielles à la survie d’une nation« . Sale temps pour nos libertés !

Christine Tasin : « Menaces physiques contre Éric Zemmour : 3 mois avec sursis un encouragement à passer à l’acte ! Illustration : la gueule de l’agresseur de Zemmour, gueule qu’il a lui-même fait connaître à la France entière en se filmant en train d’insulter et de menacer Zemmour dans la rue. Il a très vite compris son erreur et il a fait une seconde video quelques heures après la première, histoire de limiter la casse en justice.

Et ça a marché : Seulement 3 mois de prison avec sursis et un « stage (à la con) de citoyenneté » !

« Ces stages sont animés par des associatifs animés de très bonnes intentions à l’égard des pauvres minorités visibles et l’agresseur de Zemmour va en sortir sans avoir ressenti le moindre sentiment de faute. Et le Point (dhimmi) d’insister sur le niveau d’études de l’agresseur appelé « jeune homme » « à la voix bien posée ».

Cherchez l’erreur ! Et le Point de laisser entendre qu’il serait intégré et ne serait pas à confondre avec la racaille. Titulaire d’un bac S et d’un BTS, le prévenu à la voix bien posée déclare avoir été surpris par la grande diffusion de sa vidéo. Œuvrant dans une association d’aide aux enfants en difficulté (migrants ?), il reconnaît (très gentiment devant le Tribunal) avoir « mal agi ». (Comment cela : en faisant une video ?)

Sauf que, justement, cette mention du gars avec un bac et un diplôme universitaire montre bien l’étendue de la haine des descendants d’immigrés contre les populistes anti-immigration et anti-islam et de leur détermination à agresser, humilier, violer, voire tuer celui qui n’est pas de leur côté.

Que dire du 2 poids-2 mesures de gauche ? Avoir relayé une caricature de Taubira en singe avait valu en première instance à Anne-Sophie Leclere (du FN et la mention est d’importance) 5 ans d’inéligibilité, 50 000 euros d’amende et 9 mois de prison ferme ! Il suffit de comparer les peines et les fautes présumées pour avoir une idée de la justice du Mur des cons qui sévit en France. Anne-Sophie Leclere a été relaxée en seconde instance par le tribunal Guyanais, mais sur un problème de procédure, pas sur le fond… Avant d’être condamnée par le tribunal de Paris à une amende de 3000 euros avec sursis. Avec des conséquences terribles dans sa vie militante, professionnelle et sociale… Pour avoir simplement relayé une caricature !

On peut comparer les condamnations subies par Éric Zemmour pour ses propos sur la discrimination ou l’islamisation… pas de menaces, pas de voie de fait… mais soi-disant un appel à la discrimination ! Et des milliers d’euros à payer. Son agresseur n’a pas d’amende, un simple sursis. Et dire que les Français d’origine agressés, cambriolés, qui osent se défendre sont mis en garde à vue et condamnés à de la prison ferme !

Il est évident que l’absence de condamnation effective de l’agresseur de Zemmour est un message aux territoires perdus de la République : vous pouvez vous essuyer les pieds sur les anti-immigration et anti-islam, vous ne risquez rien ! En terme de droit, cela ne s’appellerait pas « mise en danger d’autrui » ?

François des Groux : Presse : racialisation et métissage obligatoires (mais pas pour les rédactions de gauche). Aujourd’hui, il n’y a quasiment plus une publicité sans personnages racisés ou métissés. La plupart du temps, le monsieur noir est en couple avec une jolie blonde de type caucasien (ou tente de la séduire). La tendance s’accélère car on voit des couples et des familles exclusivement noires. L’homme racisé est présenté dans la publicité en homme bien, poli, galant, serviable, souriant, beau et intelligent. Le contraire des racailles des cités ou des abrutis de la Génération Adama vociférant « sales juifs » ou « Zemmour, on t’encule » à la manifestation contre le racisme et les violences policières. Des médias et une presse de gauche, tenus par des Blancs, imposent une sur-visibilité ou sur-représentativité de la diversité, une forme de racialisme et un appel au métissage forcé de la société française (en direction des Gaulois réfractaires) qu’ils ne s’appliquent pas à eux-même. En voulant imposer une société plurielle et métissée, les salles de rédaction des grands groupes français sont composées de journalistes (presque) exclusivement blancs, non-musulmans et CSP+. C’est l’endogamie de classe et de race d’une certaine élite petite-bourgeoise de gauche donneuse de leçon…

Avec la manifestation des pro-Traoré, on voit bien qu’il n’y a aucun métissage possible et que le vivre-ensemble, comme la (soi-disant diversité) pluralité de la presse n’existent pas. À société multiculturelle, société conflictuelle. Mais dans l’entre-soi des rédactions de gauche, on préfère se voiler la face et vivre dans le déni, la culpabilité et la haine de sa propre blanchité, comme la rédaction très blanche des gauchos islamo-racio-soumis du Monde, mais pour la visibilité/représentativité des Noirs ! Ben voyons ! TAKAYCROIRE !

Histoire juive

Zemmour se complaît dans l’identité séfarade? Première nouvelle!

Daniel Schneidermann et Eric Zemmour

Sur le site “Arrêts sur image”, le dernier billet de Daniel Schneidermann nous plonge dans un abîme de perplexité. À gauche, d’aucuns estiment que la journaliste Christine Kelly n’est qu’une boniche qui passe les plats à un odieux mâle blanc hétérosexuel et juif.


Mais où diable Daniel Schneidermann voulait-il en venir, en écrivant sa chronique titrée “Zemmour et sa servante”

Estime-t-il qu’il y a trop de juifs dans les médias ? Reproche-t-il à Eric Zemmour de se victimiser en tant que séfarade ? Ou déplore-t-il la présence de Christine Kelly sur CNews aux côtés de l’intellectuel préféré de la droite ? Les trois, peut-être. 

L’Oscar de la chronique fielleuse est attribué à…

Ce qui est certain, c’est que pour s’en prendre à Zemmour, tous les moyens sont bons. 

  • Cette fois c’est Christine Kelly qui en fait les frais. Entre autres douceurs, notre confrère la traite donc de “servante”. Mais aussi de “quota” et d’”alibi” ! La grande classe. “Femme de couleur”, elle aurait assisté à “sa propre humiliation” lors d’un débat sur les Oscars.
  • En réalité il ne faut pas confondre avec l’angoisse de Kelly d’avoir à jouer son rôle de médiatrice, ex CSA… comme Hanouna a essayé de l’utiliser ! Elle se sent responsable d’un dérapage, mais l’extraordinaire sang froid de Zemmour lui démontre chaque jour que ses arguments sont en béton et ne méritent pas la XVII° chambre qui pour cet ordure de SY fait passer Zemmour pour un délinquant !
  • Sauf qu’insulté physiquement la saloperie de racaille qui l’a filmé en l’insultant prend 6 mois avec sursis alors que pour des mots sans importance Zemmour est condamné à de lourdes amendes ! La racaille passe pour une victime et Zemmour 100% honnête passe pour une ordure. Je connais c’est ce que je vie au quotidien ! Vous remarquerez au passage que la racaille s’est aplatie comme une merde devant Zemmour au tribunal ! C’est terrible cette-gauche qui à peur de ces circoncis sans couilles qui attaquent de loin ou à dix contre un !
  • L’autre angoisse de Kelly c’est la critique des immigrés car le malheur pour les français c’est que nos émigrés sont de farouches défenseurs de l’immigration. Raison de plus de refuser tous ces déserteurs chez nous, car non seulement ils sont ingrats mais en plus se permettent de parler à notre place pour nous imposer une invasion stérile et criminogène.

Zemmour, on s’en doute, déplorait que l’académie cède aux minorités, chose qu’expliquait très bien Stéphane Germain sur Causeur. Schneidermann, de son côté, trouve formidable qu’Hollywood compte désormais le nombre de Noirs ou d’homos dans la distribution des futurs chefs-d’œuvre, avant de leur décerner une récompense. Alors Sy va devoir faire un effort pour avoir l’Oscar en étant noir et PD !

Indignation à géométrie variable

Tous les petits copains de Schneidermann sont tombés comme lui à bras raccourcis sur la fiction de Valeurs actuelles présentant la députée Obono en esclave. Il est cocasse de constater qu’imaginer Kelly en servante “docile et “muette” à la botte du méchant Zemmour ne leur pose pas de problème.

Sur France inter, entre deux rires gênants, le brave Maxence Lambrecq mettait en garde toute cette vigilante patrouille : “la droite conservatrice et identitaire mène un combat culturel et médiatique.” Zemmour demeure l’homme à abattre. Son émission quotidienne, décriée par toute la bonne presse, a été renouvelée pour une seconde année. Toutefois Eric Zemmour ne rassemble “que” 400 000 personnes sur CNews, c’est dix fois moins qu’un JT, se rassure-t-on. Et le tirage de Télérama demeure cinq fois supérieur à celui de Valeurs actuelles, ajoute Lambrecq. Ouf, sauvés !

Avec son papier racialiste, Schneidermann monte au front de façon assez grotesque. Il nous décrit le patron de Cnews et inventeur des Autolib’ Vincent Bolloré comme “pervers et cynique”. Il démontre surtout qu’il est lui benêt et prévisible. 

Alors que le procès de l’Hypercacher débute, en sous-entendant que Zemmour et les juifs séfarades pourraient se complaire dans une position de victimes, il se fourvoie totalement. Et en empruntant l’idée assez crasse du nègre de maison, en vue à gauche chez les décoloniaux (ou à minima en flirtant avec ce concept dans le titre de son article), Schneidermann démontre que le racisme se porte décidément très bien. Dans son bord politique et pas celui de Zemmour, ne lui deplaise. Zemmour comme moi nous ne sommes ni racistes ni homophobes mais réalistes ! Nous n’allons pas aimer des gens horriblement toxiques qui sont mauvais pour la santé… c’est comme si un fumeur voulais à tout prix vous offrir une cigarette… de la refuser n’est ni raciste ni xénophobe mais tombe sous le bon sens si on tient à sa santé. Et pourtant vous prenez le risque de vexer en refusant… surtout si c’est du shit !
Dans toutes les manipulations juives à haut niveau, celle d’avoir incité le monde entier à fumer est de la même prouesse que de voir le monde entier porter un masque comme des abrutis ! Grace à la presse et au marketing ; une arme redoutable utilisée par Coca Cola…
Le masque protège de la pollution mais pas des milliards de virus et de bactéries ! Les porteurs de masque s’imagine qu’un virus « corona » parmi des millions va être stoppé… cela donne le niveau général de QI des français Voir ma rubrique Coronavirus qui bientôt sera fermée et réservée en PDF !

Sébastien Ménard, France Soir : « Nous sommes français ! Il est des vérités qu’il est bon de rappeler. La liberté d’expression est un droit humain fondamental énoncé à l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

On doit s’interroger sur les dérives de notre temps. En démocratie, la liberté d’expression qui pose les bases de tous nos droits est-elle devenue périssable ? Je ne le crois pas. En démocratie, la liberté d’expression qui induit la liberté de la presse est-elle aujourd’hui dangereusement menacée ? Je le crois. Quinze ans déjà que le monde moderne mondialisé et ultra connecté s’est définitivement divisé. La bienséance intellectuelle et la pudibonderie morale nous pousse à nous méfier de tout, de toutes et de tous, et pire encore, de nous-mêmes. Plus personne dans le monde réel, et dans la sphère virtuelle, n’ose penser, tâtonner, dire, critiquer, écrire, assumer et publier ce qu’il pense vraiment, profondément. Pour toutes ces raisons, nous nous battons tous ensemble pour que nos libertés fondamentales ne reculent pas, jamais. Pour toutes ces raisons nous défendons sans réserve, ces mêmes libertés fondamentales qui nous permettent en démocratie de croire ou de ne pas croire, d’aimer ou de pas aimer, de prier, de penser, de critiquer, de publier, de caricaturer ou de blasphémer. Pour toutes ces raisons nous condamnons les extrémistes, les séparatistes et les fanatiques, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. Pour toutes ces raisons nous appelons Macron à défendre sans réserve une Charte de la laïcité et des valeurs de la République. Pour toutes ces raisons mais plus encore : Nous sommes français ! »

Une remarquable renaissance, France Soir a pu renaître de ses cendres pour proposer un vrai retour du journalisme d’investigation. Enfin une vraie presse libre d’information ! France Soir a su se débarrasser de la clique des anarcho-gauchistes antifas qui foutaient en l’air toute une rédaction politiquement transformée en syndicat d’extrême gauche par leurs magouilles partisanes contre le droit des lecteurs à l’information.

En clair, des activistes journaleux d’extrême gauche antifas avaient pris le pouvoir de la rédaction !

Jean François Revel, ancien directeur de la rédaction de L’Express, a décrit le métier de journaliste, dans les mémoires du Voleur dans la maison vide, comme le plus jeune métier du monde, destiné à tromper, manipuler, propager des rumeurs, mentir : « Je n’ai vu aucune profession plus aveugle sur l’écart qui sépare sa pratique de ses principes, plus mal renseignée sur elle-même, plus incurieuse et plus dissimulatrice de son propre fonctionnement. Chaque rédacteur d’un journal est à ce point ébloui par le pouvoir, réel ou supposé, qui lui est échu, qu’il perd tout sens critique sur son propre talent, sa propre compétence, sa propre probité.

Les plus médiocres versent d’autant plus dans ce défaut qu’ils répugnent à être jugés sur la qualité (inexistante) de leurs articles, sachant que ce critère leur serait fatal. Dans certaines rédactions dégradées par une longue incurie et lacérées par les intrigues, on voit les mauvais journalistes dénigrer et persécuter les bons, tant ils craignent que l’accent mis sur la qualité de leurs articles ne menace leur emploi

« J’ai donc voulu définir la rédaction (que j’ai connue) en très mauvais état de marche (comme) une anarchie haineuseUn journal peut glisser dans un chaos incurable s’il cesse d’être dirigé avec cette vigilance quotidienne qui prévient les abus des chapelles, les embauches d’incapables et les guérillas entre coteries (jalouses). L’humeur (malveillante) où se convulsait la rédaction me fit comprendre que toute considération sur le journalisme en général et, à plus forte raison, sur la communication en soi, n’est que bavardage creux.

Diriger un journal constitue un art à réinventer chaque jour du fait des caprices des journalistes et de leurs inconséquences, et des pesanteurs d’une rédaction pachydermique de 131 collaborateurs. Fixer la ligne du journal et ses orientations, choisir ses collaborateurs (pour) leur qualité se heurte aux situations acquises. Je ne pouvais compter que sur une trentaine ou une quarantaine de collaborateurs pour faire le Journal !

La plupart des autres (étaient) aussi peu capables que peu désireux d’enquêter et d’écrire. Un des méfaits du journalisme, c’est que les membres de la corporation n’acceptent pas l’idée qu’ils exercent un métier à risques, où l’on doit mériter sa place par son talent ou par une compétence indiscutable dans un domaine précis. Un directeur de journal ne peut virer un mauvais journaliste qu’en surmontant d’épuisantes résistances et en affrontant des remous fomentés avec méthode et des assemblées générales truquées qui perturbent le travail d’une rédaction pendant des semaines. Les journalistes talentueux sont de rapport facile.

Ils savent qu’on tient à eux. Mais le cauchemar directorial vient des mauvaisSachant que le journal n’a jamais eu de motif professionnel de les embaucher, sinon par complaisance ou piston, ils perpétuent par des intrigues tenaces l’erreur d’avoir été (embauchés). Ils emploient toute leur énergie contre le licenciement. Ils consacrent à cette tâche les forces que la nature leur a refusées en vue de la création d’articles

Cette guerre de tranchées, qui figeait une rédaction pléthorique et partiellement inerte, avait pour néfaste conséquence, d’interdire quasiment l’embauche de nouveaux journalistes, et de donner leur chance à des débutants. Un directeur doit pouvoir composer selon ses vœux, surtout dans ses parties essentielles, l’équipe avec laquelle il va travailler. Mais ce n’était quasiment pas réalisable sous peine de susciter des mutineries d’autant mieux organisées que la plupart des médiocres à éconduire étaient, comme par hasard, des militants syndicaux, ou délégués du personnel. Ils n’avaient à la bouche que les mots défense de l’emploi, mais ils en fermaient hermétiquement l’accès à leurs jeunes confrères impatients de faire leurs preuves…

Les mots défense de l’outil de travail incarnaient la principale cause de la décrépitude de cet outil. Je ne contestais pas leur droit de gagner leur vie, mais de s’obstiner à faire un métier pour lequel ils n’étaient pas doués, barrant à leurs cadets la route de l’embauche. Mais ces cadets adoptaient prestement la mentalité des aînés. L’expression « Donner sa chance à un jeune » ne convient pas car, après trois semaines, le jeune, abandonnant toute notion de chance, se considérait comme un journaliste chevronné (embauché à vie) !

Dans le même registre de la médiocrité partisane, le fascisme islamo-gauchiste des antifas Plottu et Macé a essayé de couler France-Soir ! La réponse de France-Soir a été énergique, résolue et efficace !

France-Soir n’a pas eu d’autre solution que de recourir au licenciement pour motif économique.

En clair, Plottu de l’ultra-gauche révolutionnaire a bien foutu en l’air la rédaction de France Soir.fr !

La morale de l’histoire : En grève, les journalistes ont été licenciés pour motif économique ! Pierre Plottu : Dans un communiqué sur Twitter, les journalistes de France Soir.fr (survivance du grand quotidien) annoncent que leur employeur a décidé de rompre pour motif économique l’ensemble des contrats de travail des journalistes en poste. Clap de fin : La grève initiée par les journalistes de la rédaction de France-Soir se termine : nous sommes tous licenciés par notre employeur, qui invoque un motif économique. Bien joué !

Plottu de l’ultra-gauche révolutionnaire réussira-t-il à foutre en l’air la rédaction de Libé ? Sandrine Cassini : Remous entre la direction et la rédaction de Libération. Libération votera une motion de défiance ! La rédaction a tenu une assemblée générale pour s’émouvoir du blocage des discussions avec l’actionnaire, Altice, le groupe de Patrick Drahi, qui a promis d’octroyer un certain nombre de garanties aux journalistes.

Altice avait promis une part sociale du titre à ses journalistes qui l’accusent de faire machine arrière. Principal point de divergence : la cession aux journalistes d’une part sociale du quotidien. Cette part sociale permettrait d’assister à l’assemblée générale annuelle et d’avoir les mêmes informations que les associés, explique Amaelle Guiton, présidente de la Société des journalistes et du personnel de Libération (SJPL).

Le plan antifas de Pierre Plottu et Maxime Macé sur Libération de gauche avant la revente du titre !

La direction veut récupérer sa part sociale en cas de revente. Dans l’hypothèse où Libération sera cédé, la direction ne veut pas s’engager pour les futurs repreneurs, selon le co-gérant de Libération : Stop au fascisme islamo-gauchiste révolutionnaire des bobos-déglingos Antifas Plottu et Macé : inquisition médiatique de l’ultra-gauche révolutionnaire corrompue jusqu’à la moelle du plan antifas de Plottu et Macé !

La chronique des antifas Plottu et Macé s’enrichit tous les jours. Ainsi, les pisse-copies Plottu et Macé abreuvent leur blog partisan de phraséologie ridicule à la mode islamo-gauchiste : Faisons ensemble barrage aux fascismes identitaires ! Comment nier la bouillie verbale qui résulte de leurs brouillons alimentés par leurs délires antifascistes ? Comment douter que l’esprit du mal qui inspire l’obsession maniaque antifasciste de Plottu et Macé veut faire la loi en France pour une destruction de la liberté d’expression et des moyens de la presse libre qui s’oppose à la propagande islamo-fasciste de Plottu et Macé ? L’hypocrisie des Antifas Plottu et Macé de l’ultra-gauche révolutionnaire considère comme une évolution normale ce cancer de la France soumise aux migrants et aux islamo-fascistes. La haine passionnelle des pisse-copies antifas Plottu et Macé détruit toute liaison logique entre leur obsession maniaque antifasciste et la réalité que vit le peuple français.

La maladie de leur délire antifasciste va dévaster leur organe de diffusion Libé après France Soir.fr, réduit à la diète après la ruine d’une entreprise de presse que plus personne ne lit. Leur haine antifasciste et leurs méfaits n’ont pas manqué de nuire à la presse de gauche. Grâce à eux, la ruine programmée de cette presse de gauche est l’unique manière de faire barrage à l’islamo-fascisme et à la radicalisation favorisée par les pisse-copies antifas Plottu et Macé. La haine obsessionnelle antifas des pisse-copies Plottu et Macé n’a pas besoin d’arguments à l’appui de leurs délires maniaques, ni de preuves, car leur attitude est partisane.

Leur fonds de commerce se réduit au dénigrement systématique de la Droite nationale qui ne les oubliera pas et qui leur demandera des comptes pour la liste de leurs méfaits à l’encontre des Français ! Plottu dénonce les droites radicales et la fachosphère. Plottu a été pointé du doigt pour son côté militant.

L’ambitieux fascisant Plottu antifas au petit pied a été le candidat socialiste malheureux du mensonge aux municipales de 2014 : il ne faut sûrement pas s’attendre à ce que l’objectivité soit au rendez-vous !

Plottu et Macé, les seconds couteaux malfaisants du pouvoir en place, sont en réalité des militants. Ils ne cessent de combattre la vérité et l’honnêteté de l’information rigoureuse et équilibrée. Où sont la probité et la morale professionnelle en conscience que l’engagement militant de ces partisans ne cesse de bafouer ? Ils se moquent ouvertement d’être justes et honnêtes en militant pour la manipulation de l’information. C’est dire que l’esprit du mal croit pouvoir transformer l’information en propagande mensongère LREM-GOF-LGBT. Et si les militants collabos croient servir le pouvoir LREM, le mal reste le mal et ne devient pas le bien !

L’information partisane manipulée en propagande de désinformation mensongère par les gauchistes malfaisants Plottu et Macé n’est un secret pour personne ! Les Crises : Pierre Plottu et le complotisme. À propos d’un article marqué par sa violence et sa teneur militante manipulatoire, Plottu vise Mélenchon dans un article pour France Soir, le 21 décembre 2017. Le journalisme de propagande malfaisante de Plottu et Macé est symptomatique d’une tendance qui consiste à dénigrer les personnes plutôt que leurs idées. Le tout en employant rarement des arguments de fond, mais des raccourcis rhétoriques déplorables. Il s’agit d’une tendance qu’il n’est pas exagéré de qualifier de propagande militante, mensongère et manipulatoire. Il est très compliqué d’être journaliste et de faire du militantisme ! Plottu et Macé sont en réalité des militants collabos sectaires du pouvoir LREM déguisés en journaleux malfaisants. Ce sont des raseurs insignifiants ! Quand les journalistes antifas de France Soir.fr (survivance du grand quotidien mis à mal) annoncent que leur employeur a décidé de rompre les contrats de travail des journalistes partisans en grève : Enfin ! Bon débarras !

Les copains pourris du Monde de gauche pleurent sur les journalistes malfaisants de France Soir.fr :

« Licenciés ! Le mouvement (anti-)social de la rédaction de France-Soir s’achève ! Mais ce n’est pas la fin de France-Soir. Notre employeur a décidé de continuer à éditer ce qui fut l’un des plus grands journaux français de l’après-guerre. Avec quel cadre ? Dans quel but ? Il appartiendra à tous de rester vigilant ! »

Mais vous, les copains journaleux du Monde de gauche : De quoi je me mêle ? Un signal favorable : La grève à France-Soir, enfin le dernier épisode d’un lent déclin d’un journalisme fanatique et partisan !

Plottu et Macé, qui ont ruiné France Soir.fr, sont des fanatiques obsédés par les droites extrêmes-radicales. Ils sont des antifas militants, tout autant que de mauvais journalistiques partisans. Quel journaliste sérieux oserait utiliser le terme de facho dans le titre de l’un de ses articles ? Le journalisme militant est imbibé de la vase de haine tirée du ruisseau par Plottu et Macé : Faisons barrage aux fascismes identitaires !

Moralité : L’information manipulée par une propagande mensongère et l’incitation constante à la haine antifasciste des militants islamo-gauchistes malfaisants Plottu et Macé n’ont pas réussi à couler France-Soir !

Tout journaliste militant imbibé de haine antifas comme Plottu peut créer sa propre feuille de chou pour faire croire que la Terre est plate ou que le Soleil tourne autour la Terre. S’il a des lecteurs, tant mieux. Sinon, il sera viré ou il fera faillite. Et c’est tant mieux ! Le vrai journalisme n’est viable et acceptable que s’il repose sur la compétence et l’honnêteté. La probité journalistique consiste à résister à toutes les idéologies politiques ou culturelles, d’où qu’elles viennent. La probité commença à faiblir sur francesoir.fr après que le site fut envahi par l’idéologie gauchiste antifas des Plottu et Macé qui ont ruiné France Soir.fr. Pour eux, il n’y a pas d’information neutre, mais seulement une désinformation de haine et de combat anti-fasciste !

Dès lors que les journalistes militants imbibés de haine antifas, Plottu et Macé, ne se donnent même plus la peine de faire semblant de faire de l’information vraie, alors ils sont virés et ils ne la pratiquent plus sur France Soir.fr., qui a mis fin à leur activité de propagande haineuse, eux qui voulaient orienter et manipuler l’opinion dans un sens jugé conforme à leur désinformation de haine pernicieusement corrompue, par la fraude malfaisante contre la vérité, et pour la perpétuation de leur combat anti-fasciste malsain et maladif !

N’oublions jamais ce principe élémentaire que le totalitarisme anti-fasciste malsain de Plottu et Macé ne peut vivre que grâce au mensonge alors que la démocratie ne survit que grâce à la vérité de l’information.

Les journalistes malfaisants, Plottu et Macé, considèrent toujours ce principe comme secondaire. La liberté d’expression leur paraît inclure celle de mettre en scène la propagande antifas selon leurs préférences et selon l’orientation qu’ils veulent imposer à l’opinion publique. On comprend que le directeur de France-Soir ait voulu se séparer de ces journaleux malfaisants et incapables, parce que leur départ mettait fin à leurs falsifications partisanes et à la perversion de la notion d’objectivité indispensable à la presse d’information.

Virés de France-Soir, impossible de dépeindre les anti-fascistes Plottu et Macé comme des victimes de la persécution politique et encore moins comme des martyrs de la liberté d’informer ! Ils se sont limités à des articles pamphlétaires de mauvaise foi et d’inspiration tendancieuse exclusivement polémique antifas.

Le directeur de France-Soir ne pouvait défendre les anti-fascistes Plottu et Macé, ni au nom du devoir d’informer, car remplir ce devoir n’était pas leur principal souci, ni au nom de la liberté du débat public car la manière dont ils se sont comportés était tout sauf équitable. Leur propagande antifas était un tribunal dont la cause était entendue d’avance. Les opposants faisaient figure d’accusés, qui étaient de fait réduits au silence, conspués par les compères antifas, ridiculisés et dénoncés dans le rôle des méchants fascistes de droite.

En l’absence de toute information authentique et de tout débat d’idées équilibré, impossible d’attribuer le renvoi des malfaisants Plottu et Macé à une vengeance politique, à une tyrannie liberticide, ni à une volonté du directeur de France-Soir d’asphyxier la presse d’information ou d’opinion. Plottu et Macé, ce n’était que du mauvais journalisme, et le journalisme n’est jamais pire que quand il traite de propagande. Ils sévissent dans le cadre de leur combat politique et des intrigues partisanes et ils utilisent un réseau d’amitiés comme avec les copains du Monde de gauche pour publier un récit arrangé de façon à tenter de justifier leur cause ! La liberté d’expression appartient à tous, mais le pouvoir qui en découle provient du seul critère de l’opinion.

C’est un pouvoir de fait, par la légitimité conférée par le public, par la qualité de l’audience, due à la bonne réputation professionnelle, ou à la mauvaise dans le cas de Plottu et Macé et de la presse partisane, scandaleuse et diffamatoire. D’où la prestation plutôt consternante de Plottu et Macé sur France- Soir.fr !

L’inexactitude ou la pauvreté de l’information peut faire hésiter à dire que les peuples, même les plus démocratiques, votent principalement en fonction des informations vraies obtenues dans la presse ! Aussi, la défense de la vérité ne constitue pas le critère de la presse partisane de Plottu et Macé recyclés sur Libé !

On n’invoque jamais la crédibilité ni la compétence anti-fasciste de Plottu et Macé, et encore moins la connaissance des questions traitées qui leur semble tout à fait accessoire pour publier un article partisan.

Ainsi, lorsque Libé, le quotidien libertaire de gauche, devra cesser de paraître, faute de lecteurs, la profession versera des larmes sur ce nouveau rétrécissement de l’espace de liberté, formule creuse qui ne veut rien dire quand on parle de propagande malfaisante. Personne n’osera dire que Libé est mort d’esprit partisan et d’incapacité professionnelle après des années de militantisme du directeur Mouchard, alias Joffrin.

Maintenu depuis déjà plusieurs années en survie artificielle, la direction du journal Libération ne pourra que voir s’élargir inexorablement autour de lui le vide qui se crée autour de n’importe quel journal militant dont chacun sait d’avance la propagande d’ultra-gauche libertaire qu’il va lire et rien d’autre. Ignorant l’impartialité, Libé étale la complète incompétence professionnelle des militants anti-fascistes Plottu et Macé !

France-Soir, l’ex-quotidien a été transformé en site internet en 2016 par le repreneur Xavier Azalbert.

Les journalistes malfaisants partisans en grève de France-Soir dénonçaient une forte dégradation [de leurs] conditions de travail et du dialogue social (de gauche) au sein de leur entreprise. Leur revendication, depuis le début : l’application de la convention collective des journalistes, dont ils ne bénéficient pas, et des droits qui en découlent, comme le versement d’un treizième mois (de gauche). De plus, ils réclamaient des recrutements, l’égalité salariale entre les hommes et les femmes (de gauche) et l’arrêt des pressions, citant des menaces récurrentes de licenciements ou poursuites pour faute soi-disant imaginaire. Absence totale de dialogue (de gauche) : dans un communiqué, les journalistes (de gauche) déplorent les méthodes de la direction : alors que la rédaction (de gauche) est en grève, des articles sont publiés quand l’accès des grévistes au back-office du site, permettant d’identifier les auteurs d’articles, leur a été coupé. L’absence de réponse, le refus de répondre, l’absence de contre-proposition aux revendications ajoutés à ces méthodes ne sauraient constituer un dialogue social (de gauche) normal que revendiquent à leur profit les grévistes (de gauche). Il marque la volonté de la direction de ne pas se soumettre à la crise provoquée par les grévistes.

Mis en liquidation judiciaire en 2012, et ce après des années d’errance, l’ex-quotidien France-Soir a été repris en 2016 par Xavier Azalbert. Il a transformé cette marque très réputée de la presse française en site d’information en continu, fonctionnant sept jours sur sept, de 7 heures à 21 heures. La réponse de Xavier Azalbert, le patron de France-Soir, n’a pas été molle ! Xavier Azalbert avait menacé de fermer l’entreprise si la grève (de gauche) continuait. La suite a été simple : licenciements pour motif économique. Bon débarras !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*