«Wolverine», le projet de Google pour vous doter d’une super-ouïe

Spread the love

On lui donne un triple oui.

Repéré par Thomas Burgel sur Business Insider

08/03/2021

Tous les projets de X, le laboratoire expérimental de la maison-mère de Google, Alphabet, ne voient pas le jour. Créée en 2010 par Sergey Brin et Larry Page, cette structure est spécialisée dans les «moonshots» –presque littéralement des plans sur la comète, du moins des projets visant la Lune.

X est responsable de nombreuses réussites, des véhicules autonomes de Waymo aux drones de livraison Wing, de l’exploration du vivant de Verily aux énergies renouvelables avec Malta.À lire aussiAu cœur de X, le labo secret de Google

Elle a aussi abandonné quelques idées et essuyé quelques échecs en route, l’accès internet via ballons stratosphériques Loon ou les fameuses (et très moquées) Google Glass notamment.

Impossible donc de dire ce qu’il adviendra de l’un de ses récents projets «secrets», nommé «Wolverine» et dévoilé dans un article de Business Insider. D’autant que la promesse, sur le papier, semble assez folle: concevoir un objet connecté capable d’offrir une sorte de super-ouïe –d’où la référence au X-Men aux sens aiguisés– à celles et ceux qui le porteront.

Triple ouïe

Selon les sources interrogées par BI, le travail sur ce projet «Wolverine» aurait été entamé en 2018, et les premiers résultats auraient enthousiasmé quelques pontes de la firme, à commencer par l’un de ses deux cofondateurs, Sergey Brin.

L’une des premières applications pourrait beaucoup intéresser les malentendants du monde entier, une population estimée à 5% de l’humanité, soit 360 millions de personnes: la «voice segregation», soit la capacité à séparer une voix d’un brouhaha ambiant.

Dirigé par Jason Rugolo et appuyé par l’apport de spécialistes du domaine, comme Raphael Michel (fondateur de Eargo) ou Simon Carlile (ancien de Starkey Hearing Technologies), «Wolverine» est loin d’être le seul projet cherchant à créer cette super-ouïe. La start-up Whisper, pour ne citer qu’elle, travaille sur un objectif similaire, appuyé par l’intelligence artificielle.

Les personnes interrogées par Business Insider expliquent néanmoins que la forme –un objet connecté porté à l’oreille– comme la fonction de «Wolverine» pourraient largement évoluer, pour en faire un business à plus grande échelle encore que l’aide auditive.

De la prise de note automatisée lors de conférences, comme ce sur quoi Microsoft planche, au domaine audiovisuel professionnel ou amateur, on imagine que les débouchés potentiels d’un tel super-pouvoir sont infinis.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*