Viols, meurtres, agressions sexuelles, petite délinquance… Ces « réfugiés » afghans arrêtés ou condamnés en France depuis 2015

Spread the love

27/08/2021 04:24

Alors que 54% des Français seraient favorables, selon un récent sondage, à l’accueil de réfugiés afghans fuyant (officiellement) l’arrivée au pouvoir des talibans, petit rappel – après avoir évoqué le fait que les Afghans sont majoritaires parmi les suspects de viol en Autriche – concernant le comportement de certains de ces ressortissants Afghans ces six dernières années en France.

Ne sont indiqués ci-dessous que les faits répertoriés sur Google selon une recherche du 1er janvier 2015 au 1er août 2021 (il y en a eu de nombreux autres depuis 2001…)

En octobre 2016, une interprète de langue pachtoune d’origine afghane, âgée de 38 ans, violée en octobre 2016 par un migrant afghan sous la menace d’une arme aux abords de la « jungle » de Calais.

Le 12 mars 2017, 18 mois de prison ferme pour Mohammad Khan Wazir, 30 ans, un Afghan depuis 2007 en Europe et qui avait menacé de mort des magistrats

Le 18 août 2018, un jeune demandeur d’asile afghan qui avait agressé et blessé au couteau quatre personnes, dont une grièvement, a été condamné hier pour «violences aggravées», à quatre ans de prison dont un an avec sursis.

Le 10 septembre 2018, sept personnes ont été blessées et attaqué au couteau par un homme de nationalité afghane. L’agresseur, un Afghan né en 1987 en situation irrégulière.

Le 22 mai 2019, Cinq demandeurs d’asile afghans étaient jugés au tribunal de Dijon pour l’agression sexuelle d’un migrant indien.

Le 29 juillet 2019, un « réfugié » Afghan entré en France en 2018 a été condamné à un an de prison ferme pour agression sexuelle, par le tribunal de Fontainebleau.

Le 2 septembre 2019, un Afghan d’une trentaine d’années, a été arrêté après une attaque en plein centre de Villeurbanne qui a fait un mort et huit blessés.

Le 2 décembre 2019, deux ans de prison ferme pour un Afghan, Ayub Miakhel, 27 ans,  pour une agression sexuelle sur une fillette de 5 ans à Avranches en 2018.

Le 8 janvier 2020, un ressortissant Afghan en situation irrégulière a été condamné à six mis de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Arras, mardi. Le 20 août, à Croisilles, il avait agressé sexuellement un jeune garçon.

En 2020, un « réfugié » Afghan a été condamné pour menaces de mort sur des policiers du côté de Niort.

Le 21 avril 2020, un migrant afghan de 26 ans, soupçonné d’avoir violé une femme enceinte à Calais (Pas-de-Calais), a été mis en examen pour viol et incarcéré.

Le 12 Mai 2020, un jeune Afghan mis en examen pour assassinat après la mort de Jean Dussine, militant engagé aux côtés des migrants.

Le 30 juillet 2020, à Pontivy, deux migrants afghans agressent sexuellement une jeune femme et ont écopé de prison avec sursis.

Le 3 août 2020, à Calais, trois Afghans condamnés pour l’organisation de passages de migrants.

Le 6 août 2020, deux prostituées agressées par deux ressortissants afghans de 25 et 28 ans, arrivés il y a deux à trois ans en France

Le 30 octobre 2020, un Afghan qui avait blessé des policiers la semaine précédente arrête en possession d’un couteau, à Lyon.

Le 2 novembre 2020, un jeune demandeur d’asile afghan de 19 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand, à dix mois de prison ferme, avec maintien en détention et cinq ans d’interdiction du territoire français, après une agression sexuelle et une exhibition commises le 31 juillet, à Chamalières (Puy-de-Dôme).

Le 3 novembre 2020, un « gigolo 2.0 », afghan, depuis six ans en France, condamné à deux ans de prison pour de multiples escroqueries à Strasbourg.

Le 5 novembre 2020, Dix-huit mois de prison pour un Afghan accusé d’apologie du terrorisme à Poitiers.

Le 15 novembre 2020, arrestation et mise en détention provisoire d’un homme âgé de 19 ans, ressortissant afghan, accusé d’avoir agressé quatre lycéennes en l’espace d’une semaine, à proximité du lycée Jean Lurçat à Martigues.

Le 26 novembre 2020, quatre ans de prison au migrant afghan qui agressait les jeunes femmes dans leur appartement, à Brest.

Le 22 décembre 2020, un afghan présent depuis trois mois en France a été interpellé à Segré. Il lui est reproché d’avoir agressé sexuellement un garçon et une fille dans un bus. Il a été condamné  par le tribunal.

Le 6 janvier 2021, un Afghan de 27 ans a été condamné à trois mois de prison avec sursis pour agression sexuelle sur une mineure qu’il venait de rencontrer dans un bus.

Le 13 janvier 2021, un Afghan âgé de 32 ans est interpellé chez lui où il vit avec d’autres locataires dont certains confieront avoir remarqué des anomalies dans son comportement. Il est suspecté d’agression sexuelle d’une jeune fille de 12 ans dans le tram de Montpellier.

Le 8 février 2021, un Afghan de 29 ans, arrivée en France en 2017, a été condamné par la justice pour agression et exhibition sexuelle au foyer Adoma de Dreux.

En mars 2021, toujours à Saint-Brieuc, un Afghan a été condamné à 9 mois de prison (dont six avec sursis) pour trafic de drogue et outrage. Il avait notamment indiqué à une gendarme :  « Chez nous on viole les chiennes d’Américaines et de Françaises. »

Le 3 mai 2021, deux Afghans interceptés sur l’A29 avec 200 cartouches de cigarettes condamnés à Dieppe

Le 30 mai 2021, au Mans, bagarre au sein de la communauté Afghane qui débouchera sur le meurtre d’un homme. Deux Afghans placés en détention

Le 28 juin 2021, un « réfugié » Afghan a été condamné à 15 années de prison pour le viol d’un jeune mineur à Saint-Brieuc. L’avocat général Grégory Martin-Dit-Neuville avait évoqué la « Bacha Bazi », une pratique consistant à transformer de jeunes garçons en esclaves sexuels, tout en précisant qu’« une coutume n’est pas une loi » mais indiquant qu’il fallait « tenir compte du gradient culturel », car « on est tous le produit de normes, d’une histoire. Et lui est né à cent kilomètres de Kaboul. On ne sait pas ce que c’est ».

Le 30 juillet 2020, un Afghan en France depuis un an condamné à six mois de prison ferme à Guéret (Creuse) pour avoir blessé au couteau son colocataire

Pour rappel, au 20 août 2021, avant la nouvelle vague d’immigration en provenance d’Afghanistan, quelques 45 000 Afghans vivaient dans l’Hexagone où ils sont les premiers bénéficiaires du droit d’asile. C

Une liste beaucoup plus longue, détaillée, du même type d’affaires aurait pu être établie en Allemagne, en Autriche, en Belgique…et pour ce qui est du Royaume-Uni, est-il nécessaire de rappeler TelfordRochdaleRotheram, et tous ces scandales de viols et d’exploitations sexuelles de femmes blanches par des gangs pakistanais, cousins des Afghans ?

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.Sport30/08/2021 07:56

Cyclisme. Benoît Cosnefroy s’offre une première victoire en World Tour avec la Bretagne Classic

Le coureur d’AG2R-Citröen Benoît Cosnefroy a dominé au sprint le champion du monde Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick Step) lors de…Culture & Patrimoine30/08/2021 07:34

Paris : 70 manifester evit an oferenn dridentin

Bep sadorn abaoe daou viz ez eus tud o vanifestiñ dirak ti kannad ar Pab e Paris. Disadorn e…

2 commentaires

  1. Pschitt On tente de nous apitoyer sur le sort des Afghans qui ont collaboré avec l’armée française.
    Mais l’armée française a quitté l’Afghanistan depuis sept ans déjà ! Tous ceux qui, dans ce pays en guerre, auraient pu courir des risques de ce fait ont largement eu le temps de se réfugier à l’étranger ou de se faire oublier chez eux. Dans ce laps de temps, il est arrivé en France quelque chose comme 50.000 Afghans. Qui croira que l’armée française ait eu autant d’auxiliaires ?
    Restaient les derniers collaborateurs de l’ambassade de France à Kaboul. On nous parle tout le temps des traducteurs. Est-il plausible qu’ils aient été des milliers ?
    Parmi les foules amassées à l’aéroport de Kaboul pour monter à bord d’un des derniers avions militaire, il doit y avoir pas mal de candidats à l’émigration qui voient là un moyen autrement plus commode, plus rapide et moins coûteux qu’une migration clandestine via des passeurs. Pour ceux qui viennent de Libye, il y a SOS Méditerranée. Pour ceux qui viennent d’Afghanistan, il y a… l’armée française ?Répondre
  2. patphil la statue de la « justice » a un bandeau sur les yeux, une sorte de burqa , les juges ne voient rien !
    quant à l’épée c’est pour donner des coups d’épée dans l’eau , et pas plus
    résultats: les français de base vont encore subir des agression, mais bayrou sera content, ces jeunes males virils vont faire monter la courbe des naissancesRépondre

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*