VIOLENCE

Depuis le 17 mars, 147% d’augmentation des violences avec armes contre les policiers…
Spread the love

Enfant violé, tabassé, humilié, exploité…j’ai encaissé tel le boxeur qui fini par aimer les coups comme une preuve de la légitimité de son sport… un truc officiel reconnu par la majorité… la violence c’est normal ! Puis PDG, devant la docilité de mes employés j’ai voulu croire que pour l’avenir nous devrions exclure la violence… de communiquer sans se crier dessus et se menacer… chercher à se comprendre, non pour s’aimer comme une secte, mais s’apprécier comme étant complémentaires et donc indispensables. Sans femme de ménage vient le moment ou s’installe un malaise… une régression sociale. Tout le monde est indispensable.
Dans les années 80 la France était consensuellement d’accord pour éradiquer la violence comme étant une énergie négative contre productive donc à perte. Et un danger physique avec des handicaps à vie et des auteurs en prison !
Je me suis posée la question sur mon amour de la violence et mon besoin jouissif de foutre sur la gueule à un chieur. D’ailleurs je me suis payé ce luxe, mais j’ai dû en payer une lourde sentence d’une justice ou plutôt de magistrats qui ne comprennent rien à la loi du talion. Ainsi des entreprises sont coulées, car le PDG est muselé devant les juges et la presse qui refusent toute réaction musclée… Il est préférable d’avoir de bons conseiller juridiques et de baiser la gueule à tout le monde en sauvant ses billes… et s’installer ailleurs !
Mais c’est cette lâcheté, le pendant de la violence que j’ai du mal à encaisser. Car la vertu première d’un PDG c’est de rechercher ce qui est juste… ce n’est pas ouvertement dit alors que son rôle d’équilibre est primordial… une entreprise, une équipe doit trouver son équilibre autour d’un axe central… si l’axe se brise il n’y plus d’entreprise.
Puis sous la traîtrise de sans couilles comme Giscard, la traîtrise du rapprochement familial nous a fait débarquer des complexés qui sentent bien qu’ils ne méritaient t’en RIEN de vivre dans un pays magnifique comme la France… et leur frustration, leur complexe d’infériorité a fait ressortir leur essence même au bled, la violence. Au moment de félicité ou nous pouvions attendre un niveau de savoir vivre donc l’excellence aurait rayonnée dans le monde pour donner un bel exemple, nous avons été agressé pour nous retrouver baignés dans la violence ordinaire… aussi ridicule que contre productive… mais le raciste et la haine de ces gens n’ont aucune écoute pour exclure la violence du champ des négociations. Alors qu’il ne devrais y avoir aucune négociation… si tu viens en France c’est pour la respecter et suivre l’évolution de sagesse des français… de leur besoin d’enfin vivre en paix… après bien des guerres inutiles… juste pour enrichir Rothschild.

Depuis le 17 mars 2020, 147% d’augmentation de violences avec armes contre les policiers…

J’évite ici la violence policière qui est une évidence mais dont le degré est proportionnel à l’engagement de pauvres gens qui ont besoin d’un salaire et qui démunis de morale sont prêts à tout pour 1800 € et la perversion d’un Macron pour utiliser ces gens bêtement disponibles comme des mercenaires… comme effectivement le pire exemple qui est celui de la rafle du Vel d’hiv ou des inconscients ramassaient des juifs sans savoir pourquoi. Des juifs qui n’ont rien à voir avec les saloperies de Soros… C’est encore pire chez le militaire qui va tuer juste sur l’ordre de sa hiérarchie. Je suis épatée, alors que l’image des CRSS est au plus bas, que l’Etat arrive à recruter ce genre d’individus.

Depuis le 17 mars, 147% d’augmentation des violences avec armes contre les policiers…

Ah ! Ça ils sont très forts ! Très très forts pour faire des statistiques, pour créer des comités Théodule, demander des rapports, nommer des responsables administratifs passant leur temps à se réunir pour parler de la violence.

Pendant ce temps, sur le terrain, c’est la guerre. Une petite guerre, une guéguerre, simple entraînement des racailles avant le grand soir ? 

Après la banlieue parisienne, l’inénarrable Seine Saint-Denis pour ne pas la nommer, l’insurrection s’est déportée en région lyonnaise. 

Un rodéo géant a été organisé dans la commune de Vénissieux mercredi où des individus ont multiplié les infractions. A l’aide d’un hélicoptère envoyé pour survoler la zone, la police a ainsi suivi les fuyards. Comme le précise Lyon Capital, des tensions ont rapidement éclaté en fin d’après-midi sur le plateau des Minguettes. Le syndicat policier Alliance souligne qu’un motard de la police a été stoppé en pleine voie par plusieurs individus qui l’ont sauvagement agressé à coups de pieds et de poings. Il a également été blessé au visage par un projectile.

Le fonctionnaire aurait toutefois réussi à se dégager d’un véritable lynchage organisé. Il a été évacué aux urgences. Son état de santé n’a pas été communiqué. Les rodéos urbains se multiplient sur l’agglomération et les policiers sont régulièrement provoqués par de jeunes individus en moto. Cet incident intervient alors que les violences contre les forces de l’ordre explosent à l’approche du déconfinement. Les agressions physiques avec arme contre les gendarmes ont en effet augmenté de 146% depuis le 17 mars. Policiers et gendarmes doivent aussi faire face à de véritables guets-apens, tendus par des délinquants en bande organisée. Le ministère de l’Intérieur a précisé enfin que 164 villes ont été le théâtre d’au moins un épisode de violences urbaines. Toulouse, Aulnay-sous-Bois, Trappes ou bien encore Strasbourg ont ainsi été particulièrement touchés.

On dit que la musique adoucit les moeurs, il semble que le ramadan, lui, renvoie les racailles à l’époque mahométane, où l’on pouvait tuer une poétesse, son bébé encore au sein, qui avait médit de Mahomet … C’était la belle époque où toute une tribu juive pouvait être anéantie en une journée, entre 500 et 1000 hommes exterminés pendant que femmes et enfants étaient vendus comme esclaves.

Il semble donc que le ramadan leur ait donné des ailes et des envies de régler leurs comptes avec la police du pays honni où ils ont décidé de vivre. De s’installer. Et dont ils ont décidé de faire un pays musulman. Pour cela, il faut déjà interdire à la police de se mêler des affaires des musulmans. Ben oui, les policiers sont les seuls à être armés en ce pays… Il faut donc que le gouvernement, terrifié et horrifié par les violences urbaines, fasse comme pour le ramadan, qu’il regarde ailleurs… Et que ce soit systématique. 

Les policiers doivent savoir que les territoires perdus de la République leur sont interdits, qu’ils font partie d’un pays qui n’est plus la France. Les policiers ET les gouvernements, qui doivent donner aux policiers l’habitude de fermer les yeux, de laisser faire, de se contenter de protéger, s’ils le peuvent, leurs vies et celles des passants… Rien de plus, rien de moins.

.

Ces imbéciles qui nous gouvernent n’en finissent plus de nous rejouer Munich. Ils ont peur de la guerre, alors ils préfèrent le déshonneur, ils préfèrent abandonner nos territoires islamisés comme d’autres préférèrent abandonner la Pologne.. 

Et comme jadis, ils auront et le déshonneur et la guerre. Inévitable. Sauf à voir se lever un chef, un vrai… 

Je sais que dans les rangs des patriotes, on désespère de voir jamais arriver ce chef. L’histoire leur donne tort. Il finit toujours par arriver… Ayez confiance, la France ne peut pas disparaître, elle ne disparaîtra pas.  Même si on a tous envie de voir ça avant de mourir… parce qu’ils ne sont forts que de nos faiblesses… que des faiblesses de nos gouvernants actuels.


16 thoughts on “Depuis le 17 mars, 147% d’augmentation des violences avec armes contre les policiers…”

  1. Avatarclaude t.a.l Après de nombreux mois d’escarmouches dans une période appelée  » le drôle de vivre ensemble « , l’offensive est lancée par l’ennemi le 10 mai.
    Le 17 juin, le chef du gouvernement appelle à cesser le combat……Avec l’aide d’une importante cinquième colonne, la  » bataille de France  » est de nouveau une défaite.
  2. Avatarjojo normal dans un narco etat…………………..
  3. AvatarGloup la grenouille Les policiers sont des fonctionnaires qui servent un pouvoir dévoué à l’islam. Lorsqu’ils sont agressés par la vermine locale ou importée, ils le sont par les protégés du pouvoir et de leur hiérarchie.
    Personne n’est obligé d’être policier ni de le rester alors, à eux de réfléchir, vite, puis d’agir en conséquence.
    1. AvatarEmile Oui les flics ne sont pas obligé d’obéir à ces ordures ! pourquoi n’ont-ils pas crever des yeux , arracher des mains comme ils ont fait avec les gilets jaunes??Ils veulent appartenir à une milice dévouée aux rotschilds, alors qu’ils en prennent plein la gueule !!!
  4. AvatarJoël HS, quoique « conflit de civilisation… » :
    Avia en rêvait, Facebook l’a fait :Tawakkol Karman, yéménite membre des Frères musulmans, devient membre du Conseil de surveillance de Facebook et d’Instagram.
    Membre du parti islamique Al-Islah. Le parti possède également une branche armée.http://www.fdesouche.com/1373029-tawakkol-karman-yemenite-membre-des-freres-musulmans-devient-membre-du-conseil-de-surveillance-de-facebook-et-dinstagram
  5. Avatarcaiusbonus Si on ajoute ces juges félons qui mettent 4 ans pour une bricole alors on s’en sortira pas. Je crains que le jeu soit déjà fini pour nous.
  6. MoktarMoktar C’est très très bien. Ils n’en font pas assez. Par moments j’avais quelque compassion pour la police mais au fil des jours, des semaines, des mois je n’ai plus que du mépris pour tous ces « alimentaires » qui n’ont de courage que face à des femmes ou des Français qui arborent le drapeau tricolore et non des machettes, battes de base ball..ou autres.
    Ah ils sont très forts nos flics pour rouler les mécaniques en vous dressant un PV parce que vous avez dépassé la limitation de vitesse.
    Même en leur propre sein ils se font la guerre et tout çà pour un seul motif: la carrière mes amis; la carrière, mais en aucun cas pour le rôle qu’ils ont accepté en s’enrôlant dans ce corps des litres: c’est à dire défendre la France.
    Alors vous les racailles poursuivez votre œuvre; vous n’avez rien à craindre du pouvoir…..mais….mais peut-être qu’un jour vous aurez en face de vous non pas ces flics dénués d’honneur..mais quelques bons samaritains qui auront décidé de mettre de l’ordre.
    1. Avatarpier ils sont armés
      qu’ils les utilisent
      je sais , les juges et leur hiérarchie auront du boulot
      mais si tous le font
      et il vaut mieux 1 flic révoqué qu ‘1 flic mort
  7. AvatarChristian Ras le bol de ces racailles qui nous pourrissent la vie. On devrait comme pour les entreprises faire un bilan de chaque vie de racaille avec l’actif et le passif… dans la case passif j’ai des tas de lignes à mettre mais je cherche encore pour l’actif de la vie de ces merdes. Alors pour atténuer un peu ce qui est de plus en plus visible on fait des reportages sur les chaines infos ou l’on montre la solidarité dont sont « capables » les jeunes de cités : Mouloud, Rachid, Karima qui vont déposer des courses chez Gisèle (on prend toujours un français qui est assisté) qui aurait 500 euros de retraite en plus par mois si on virait toute cette merdasse du pays mais cela il ne faut pas le dire. Demain toutes les racailles du 93 qui n’ont jamais été confinés vont se balader un peu partout et comme ce département a été très touché ils vont semer le virus au nom d’Allah dans toute la région parisienne !!
  8. AvatarMachinchose au programme il est prévu un desarmement generai des forces dites de l’ ordrepas sot comme idée, mieux vaut prévenir, il y a de plus en plus de vol d’ arme de service aucours des raclées que recoivent les flicsquand a « où l’on pouvait tuer une poétesse, son bébé encore au sein, qui avait médit de Mahomet … »il s’ agit de la juive Asma bent Marwane, qui publiait des poèmes joliment troussés a propos de la virilité douteuse du Momo, qui ne fabriquait que des filles et qui clamsaient bébés, selon Asma, c’ était un Chirac (5 minutes, ablutions comprises, avant et aprés)
  9. JackJack Je suis désolé que les flics se fassent tabasser, mais j’avoue avoir de moins en moins de respect pour eux, sans parler des bornés qui verbalisent les braves gens à 135 euros pièce. La police et, surtout, la gendarmerie auraient dû désobéir au gouvernement de traitres depuis longtemps, rentrer dans le tas des racailles et mettre de l’ordre, au besoin par la force des armes. Par leur attitude, les policiers et gendarmes contribuent à la chute de la France.
  10. Avatarzipo Maintenant ça suffit de ces exemptions ,il est temps de se réveiller ou d’ici peu nous devrons tous sortir armés !tout policier agressé doit avoir non seulement le droit mais aussi le devoir de se servir de son arme comme aux USA et dans beaucoup d’autres pays !Le comportement de ces tarés dans les cités est anormal .Il faut que nos forces de l’ordre fassent la grande lessive et tabassent sans retenue cette bande de chacals
    Remarque avec la Charia comme guide il n’y a rien a espèrer a part le cercueil!
  11. frejusienfrejusien Je suis lassé d’entendre que le gouvernement a peur, que le gouvernement ne veut pas allumer le feu, que le gouvernement fait en sorte que la paix civile soit respectée.Tout ça est faux et archi-faux. Si le gouvernement avait réellement peur, croyez-vous qu’il continuerait à faire entrer à tour de bras des milliers de musulmans ???Croyez-vous qu’il continuerait à construire des mosquées ??Qu’il introduirait l’apprentissage de l’arabe coranique dans nos écoles françaises républicaines ??Non, réfléchissez un peu, et vous ne direz plus que la crainte des émeutes paralyse le gouvernement Je crois au contraire que le gouvernement veut que le peuple de France ait peur, il veut que nous ayons peur,
    il veut qu’on croie que la police est impuissante face à la racaille islamique,Ce gouvernement n’a pas peur, mais il veut instiller la peur dans notre peuple,
    il installe la soumission, en commençant par la police,
    la police qui est embauchée et payée pour faire régner l’ordre et la sécurité, ne sert , en fait qu’à rabaisser le Français , l’humilier, le terroriser comme durant les épisodes des GJ,De plus, le gouvernement impose un comportement de lâche et d’impuissant à cette police face aux racailles, la police doit se soumettre aux lois de la racaille, sinon elle se fait cramer, elle se fait emprisonner, elle se fait rétrograder
  12. frejusienfrejusien La police a raté une occasion en or, d’envoyer bouler ces zélites qui la méprisent et la traite comme un vulgaire instrument à leur service,Une police honnête et digne aurait pris position pour les GJ , avec les GJ, et on se serait débarrassé de cette clique monstrueuse,Les policiers ont manqué de flair, ils ont préféré la prime,
    beaucoup ont préféré se suicider, faisant preuve d’une grande couardise
  13. AvatarVerdammt

Racailles contre pompiers et policiers, policiers contre pompiers : la France devient maboule


Racailles contre pompiers et policiers, policiers contre pompiers : la France devient maboule

Mais dans quel monde vivons-nous ?

Dans la nuit du 14 juillet, à Étampes, un pompier se faisait transpercer la jambe par une balle de 22LR.

Le nouveau ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, martial, dénonce les faits avec le blablabla habituel (« intolérable », « insupportable »…) précisant que «les pompiers sont partout chez eux, on attaquera quiconque les attaque »

A cette occasion, des internautes remettent en ligne des vidéos stupéfiantes où l’on voit des forces de l’ordre chargeant les soldats du feu qui n’hésitent pas ensuite à répliquer en chargeant les policiers à coups de poings. 

Et puis aussi des pompiers CGT faisant des doigts d’honneur aux forces de l’ordre qui en viennent à répliquer en tirant grenades et balles de LBD dans la gueule des pompiers… ce qui n’arrive absolument jamais aux racailles des cités attaquant policiers et pompiers…

Ces mêmes racailles balançant, ici, mortiers et cocktails Molotov sur des voitures de police fuyant à toute allure une future zone de guerre insurrectionnelle.

Ce monde est fou et la France devient maboule.

Si les vidéos twitter ne s’affichent pas, cliquez sur la date en bleu, après le nom de l’auteur.

.

Peut-être faudra-il encore plus de moyens, un énième plan banlieue et un renforcement de la loi, pour lutter contre les clichés, la stigmatisation, les discriminations et la cyberhaine des Blancs et de l’ultradroite envers les pauvres racisés enfermés dans leur ghetto urbains… 

Ici, des « jeunes » en voiture noire luttant contre le racisme systémique d’une voiture et d’un scooter blancs.

Brève : à Vénissieux les jeunes se baladent dans le lycée avec des bouteilles d’essence, tout est normal…

Brève : à Vénissieux les jeunes se baladent dans le lycée avec des bouteilles d’essence, tout est normal…

De qui se moque-t-on ?

Dans un premier temps on apprend que, lors d’une des « manifestations » lycéennes, un Proviseur et un CPE auraient été jetés par terre et recouverts d’essence…

Cris d’épouvante, d’alarme… Ils en sont donc là ?

Et puis aujourd’hui (il lui a fallu 24 heures pour réfléchir – et consulter Blanquer via le recteur ? ) le Proviseur se rend compte que, en fait, il était tombé tout à fait accidentellement, renversant dans sa chute un gentil petit jeune homme qui transportait une bouteille d’essence, laquelle  se serait renversée ou cassée…  Jeune homme qui n’avait rien à faire dans l’établissement dont il n’était pas élève, d’ailleurs.

Les pauvres djeunes qui veulent des frais d’inscription moins chers pour les étudiants étrangers voulaient juste inscrire leurs revendications en lettres de feu… sur les murs de l’établissement.

Qu’est-ce qu’on est mauvaises langues quand même !

La conclusion de la mauvaise langue de service ? Pas de vagues… Tapons sur l’ultra-droite, tapons sur les Gilets jaunes, laissons les casseurs et incendiaires  s’occuper à leur gré et protégeons-les de la police et de la justice. Telle est la doctrine de Macron-Castaner.

Rappeur Elams, #CestLaGuerre #LaPoliceNousEmmerde : émeute à Vénissieux, pour quand le Kärscher ?

Rappeur Elams,  #CestLaGuerre #LaPoliceNousEmmerde :  émeute à Vénissieux, pour quand le Kärscher ?

Le rappeur Elams voulait que ça pète. Ça a pété…

Sur fond de haine contre la police (pas d’incitation à la haine, mesdames et messieurs de la LDH, de la Licra… dans ce cas de figure ? Elams n’est pas traîné au tribunal ? Comme c’est étrange…) c’est un drôle d’enregistrement de rap qui s’est déroulé

Le rassemblement pour le tournage de la vidéo aurait été annoncé la veille au soir sur les réseaux sociaux par Elams. Le message était accompagné d’une photo du rappeur en tenue de camouflage et de hashtags pour le moins explicites : #CestLaGuerre #LaPoliceNousEmmerde

Encore un territoire conquis de la République… Et l’on entend une des spectatrices pleurnicher, haineuse, contre les policiers  :

Elam venait de sortir de prison, et il enregistre une video en appelant clairement à «foutre le zbeul» (foutre le bordel)…

La pauvre victime Elams avait été rattrapé l’été dernier par ses « erreurs de jeunesse » selon un article de booska.com.

Capture d’écran 2017-02-02 à 08.46.03

Pas d’incitation à la haine, pas d’injure contre les policiers appelés « fils de pute », monsieur le Garde des Sceaux, monsieur Clavreul ?

Elams sortait de prison où il avait réussi à enregistrer une video où il menaçait celui qui l’avait donné.

Je sais qui c’est, quand je vais sortir on règlera ça comme des hommes

Et  le malheureux se victimisait « c ‘est pour une course-poursuite à Marseille, j’avais de trucs dans la voiture, voilà je vais pas rentrer dans les détails »

Non seulement le personnage qui n’éblouit pas par son intelligence, la richesse de son vocabulaire et son éloquence a pu se filmer en prison mais il avait même pu y  tourner un clip de rap…

«Cette vidéo pose plusieurs problèmes», a déclaré Pierre Raffin, directeur-adjoint de la Direction interrégionale des services pénitentiaires de la région Paca, évoquant cette information révélée par La Provence. «Tout d’abord le problème des téléphones portables en détention, qui sont très difficiles à détecter du fait de leur miniaturisation.»

Plusieurs problèmes ? Non ! Incroyable…

Les téléphones portables comme il en pleut dans les prisons…

Au fait qui a interdit la fouille au corps dans les prisons ?  La Cour européenne des Droits de l’Homme ayant jugé la pratique humiliante… Il est vrai qu’il n’est pas humiliant pour les gardiens de prison de voir que l’on outrage la loi sous leur nez, qu’il n’est pas humiliant pour les policiers de se voir traînés dans la boue publiquement et qu’il n’est pas humiliant pour la France et les Français de voir ces déchets faire la loi dans la prison et dans la rue.

Au fait, combien de délinquants étrangers dans les prisons ?

Le käscher, vite. D’autant qu’en face ils se préparent.

Laisserez-vous périr la liberté d’expression en France ? 

Aïd: comment on égorge un mouton

Le rite de l’Aïd el-Kébir obéit à des règles précises.

Dans un abattoir de Bagdad, le 26 novembre 2009. Saad Shalash / Reuters
Dans un abattoir de Bagdad

L’Aïd el-Kébir («la grande fête», de son vrai nom Aïd-al Adha, c’est à dire exactement «la fête du sacrifice») a lieu dimanche 6 novembre 2011. Cette fête (à ne pas confondre avec l’Aïd el-Fitr, «la fête de la rupture» qui marque la fin du Ramadan) est la plus importante du monde musulman. Elle célèbre la dévotion d’Ibrahim, l’Abraham judéo-chrétien, celui à qui Dieu aurait demandé de sacrifier son fils (Ismaël pour les musulmans, Isaac pour les chrétiens et les juifs) sur un autel. Au moment de passer à l’acte, Dieu aurait envoyé un mouton par l’entremise de l’Archange Gabriel pour remplacer le fils d’Ibrahim. Les musulmans sont donc invités au cours de l’Aïd el-Kébir à sacrifier un mouton selon un rite précis. Petit cours pratique sur ce rite.

Choisir le mouton

Précisons d’entrée de jeu: ne doivent accomplir l’Aïd-el-Kébir que ceux qui en ont les moyens. En l’occurrence, le prix moyen constaté dans les boucheries musulmanes pour un agneau égorgé selon le rite est de 200€, souvent jugé excessif. Ainsi Nourredine Bouamama, sacrificateur agréé par la mosquée d’Evry, se plaint d’une taxe spéciale que pratique l’abattoir dans lequel il travaille: «Pour l’Aïd, ils rajoutent 3 à 4€ supplémentaires sur le prix du mouton. C’est une taxe injustifiable! On ne devrait pas faire de l’argent à l’occasion d’une fête qui est celle du grand pardon». Comme pour tous les produits, il existe un nombre d’intermédiaires qui se servent entre l’éleveur et le consommateur. S’il est à 200€ en boucherie, le mouton se négocie autour de 120€ vivant dans un marché à bestiaux et de 170€ égorgé en commande directe auprès d’un abattoir.

Quoiqu’il en soit, il ne s’agit pas de prendre n’importe quelle brebis galeuse de passage mais de veiller à choisir un ovin de qualité. Le service Hallal de la Grande Mosquée de Paris prescrit ainsi qu’«Il ne faut pas qu’il soit borgne, il ne faut pas qu’il ait la queue coupée et surtout il faut qu’il ait moins d’un an révolu». Au-delà, l’agneau n’est plus propre au sacrifice aux yeux d’Allah. Que faire dans les régions du monde où il n’y a tout simplement pas de moutons? on peut prendre une chèvre par exemple. C’est le cas notamment en Afrique subsaharienne ou en Inde.

Attendre le bon moment

Un mouton qui ne serait pas égorgé le jour de l’Aïd n’est pas un vrai mouton de l’Aïd. Il s’agit donc, dans un premier temps, d’attendre le bon jour, à savoir le dixième jour du mois de Dhou Al-Hijja, le douzième mois lunaire de l’Islam, marqué par le hajj (pélerinage) à la Mecque. Il survient le lendemain (du neuvième jour de Dhou Al-Hijja, donc) du passage des pélerins dans la plaine entourant le mont Arafat, à 20 kilomètres de la Mecque, une obligation du hajj. Le jour de l’Aïd, il faut aussi attendre que soit prononcée dans les mosquées la prière de l’Aïd, vers 9h du matin. Alors seulement les sacrificateurs peuvent officier dans les abattoirs.

Lorsque vous égorgez une bête, égorgez bien

C’est un hadith (un dit du prophète Mahomet) qui le prescrit. Mais alors, comment bien égorger? Il faut déjà que la tête de l’agneau soit bien tournée vers la Mecque, comme les musulmans s’en assurent lorsqu’ils prient. D’après Nourredine Bouamama, notre sacrificateur, pas besoin d’avoir une boussole non plus,«l’essentiel c’est d’être à peu près dans la bonne direction». Sud-Est donc, en France. Ensuite, le sacrificateur doit prononcer la prière rituelle «Bismillah Allah Akbar» («Par la grâce de Dieu, Dieu est grand») avant de procéder à son office. Très souvent aussi, il annonce à voix haute pour qui va ou vont être égorgé(s) le(s) mouton(s). «Par exemple je dis « Ces agneaux vont-être pour les gens de la mosquée de Gennevilliers » avant de tuer tous ceux qui ont été achetés par cette communauté, explique Nourredine. Il arrive parfois que les bouchers aient une liste avec les noms de famille de leurs clients. Il faut alors spécifier le nom de chaque famille à voix haute.» 

Ensuite ça va très vite: «un aller-retour» et la bête se vide de son sang. Pour qu’il n’y ait pas de problèmes, le sacrificateur a toujours plusieurs couteaux d’avance, bien aiguisés. Au service Hallal de la Grande Mosquée de Paris, on précise qu’«il ne faut pas que la bête voie la lame avant le sacrifice. Une fois l’agneau égorgé, on peut en faire ce qu’on veut. Par contre, avant, on ne peut pas l’étourdir. Il faut que l’animal soit conscient».

Partager la bête

Quand le vin est tiré, il faut le boire. C’est pareil avec l’agneau de l’Aïd. A ce titre, il n’y a aucune prescription particulière, on peut le cuisiner à toutes les sauces. La Sourate «Le Pélerinage», dans le Coran, précise simplement à propos du mouton de l’Aïd: «Mangez-en vous-mêmes et faites-en manger le besogneux misérable». Ce qui a donné dans les mœurs la règle des trois tiers, observée par certains musulmans: un tiers du mouton pour eux-mêmes, un tiers en cadeau aux amis et aux voisins et un tiers en aumône pour les pauvres. 

Evidemment, comme on dit dans ces cas-là, ne le faîtes pas chez vous! Tout simplement parce que c’est interdit. La préfecture de police de Paris précise ainsi chaque année qu’il est non seulement interdit de sacrifier un mouton hors d’un abattoir, mais qu’il est aussi défendu «de décharger et de vendre des animaux de boucherie vivants à Paris», «de détenir, laisser circuler, exposer, céder, vendre ou mettre en vente des ovins non identifiés» ou «d’entretenir, laisser stationner, dans et aux abords des habitations et dans les lieux communs des animaux de toutes espèces». Bref, impossible de vous promener avec un mouton dans le coffre pour l’égorger dans votre appartement, pratique qui, d’après la Grande Mosquée de Paris, relève plus du mythe que d’autre chose aujourd’hui. Du reste, la Préfecture de Police de Paris n’a pas relevé d’infractions l’année dernière.

Aujourd’hui, l’abattage de l’Aïd est encadré par les trois mosquées de Paris, Lyon et Evry-Courcouronnes. Il se passe dans des abattoirs agréés, avec des sacrificateurs ayant reçu l’approbation des autorités religieuses, comme Nourredine Bouamama à Montmorillon dans la Vienne.

Les fous mènent les aveugles

Les guerriers du NFAC en marche, menés par le Grand Maître Jay

Sur le chemin qui nous dirige vers une nation de clodos, les troupes de choc Antifa du Parti Démocrate ont exhibé des armes mortelles ce week-end, espérant provoquer un bain de sang de type Kent State 2.0, qui permettrait à la dépouille momifiée de Joe Biden, reposant actuellement dans son sarcophage en sous-sol, de remporter l’élection. Comment cela a-t-il pu fonctionner ?

Samedi, à Louisville, juste après le déjeuner, la coalition autoproclamée « Not Fucking Around » (NFAC) [« Fini de rigoler »] se rassemblait pour agir et « inspecter les armes à feu » – selon le commandant de la NFAC, le Grand Maître Jay – quand l’une de ces armes s’est accidentellement enclenchée, fauchant trois guerriers de la NFAC – prouvant ainsi les dangers de manipulation d’armes chargées.

Samedi soir à Austin, un irresponsable, du nom de Garrett Foster, membre de la mafia BLM, a apporté son AK-47 à la fête de rue. Il l’a pointée vers un automobiliste piégé par la foule, qui, en trois coups de revolver l’a envoyé au paradis, la surprise de sa vie, j’en suis sûr.

À Portland, en Oregon, la police a trouvé un sac rempli de chargeurs de fusils et de cocktails Molotov dans le parc voisin qui sert d’entrepôt aux émeutiers. Le maire de Portland, Ted Wheeler, n’a pas assisté aux ébats de la soirée au palais de justice fédéral, douloureusement assailli, ayant lui-même subi avec succès une humiliation rituelle quelques nuits auparavant. Après minuit, dimanche, la police a déclaré que les actions des Antifa étaient « une émeute » et a procédé à quelques arrestations.

À Seattle, un juge fédéral a annulé l’ordonnance du conseil municipal interdisant à la police d’utiliser des gaz lacrymogènes et du gaz poivré contre les émeutiers, juste à temps pour un autre week-end d’émeutes. La cheffe de la police de Seattle (SPD), Carmen Best, a déclaré : « Dans un esprit de confiance et de transparence totale, je tiens à vous informer que les agents du SPD disposeront aujourd’hui de bombes lacrymogène et de gaz poivré, comme c’est souvent le cas lors d’événements susceptibles de donner lieu à des actes de violence ». Quelques heures plus tard, après que les Antifas ont brisé les vitres des commerces au rez-de-chaussée, mis le feu à un chantier de construction et saccagé le bâtiment du SPD dans la partie est du commissariat, du gaz poivré et des balles en caoutchouc ont été utilisés et quarante-cinq personnes ont été arrêtés – pour émeutes, agressions et autres motifs – tandis que 21 officiers du SPD ont été blessés.

À Los Angeles, les Antifa ont pénétré par effraction dans le centre de détention du Bureau fédéral des prisons. À Richmond, en Virginie, des émeutiers ont mis le feu à un camion-benne de la ville utilisé comme barrière pour protéger un poste de police.

C’est ainsi que se déroule l’été 2020. L’attention de la nation est détournée de la réalité alors que l’économie continue d’imploser et que le dollar américain glisse sur le marché du Forex– ce qui signifie que non seulement les entreprises sont en faillite partout et les moyens de subsistance taris, mais que le moyen d’échange qui mesure toutes les transactions de toute entreprise restante accélère son déclin vers sa valeur cible : zéro. C’est malheureusement ce qui résulte de la prodigalité financière provoquée par la crise du coronavirus, le Sénat étant sur le point d’introduire un autre millier de milliards de dollars dans un projet de loi de dépenses d’aide d’urgence qui rembourserait 70 % des salaires perdus par les chômeurs forcés. Du côté de la Chambre, la présidente Nancy Pelosi a augmenté la mise à 3 000 milliards de dollars de dépenses d’urgence, destinées à couler le dollar encore plus rapidement et, théoriquement, à assurer la victoire du Parti Démocrate le 3 novembre pour gouverner sur les cendres fumantes de ce qui restera des États-Unis.

La raison de cette inflation mortelle est l’extinction des flux de capitaux provenant des dizaines de millions d’échéances d’hypothèques immobilières, de prêts automobiles et d’une myriade d’autres obligations qui ne pourront pas être payées en août, septembre et octobre. Ces flux se jettent dans le grand fleuve des capitaux et, lorsqu’ils s’assèchent, l’ordre bancaire mondial tout entier peut s’effondrer, avec ces légendaires armes financières de destruction massive que sont les produits dérivés, déclenchant une orgie d’insolvabilité des contreparties. Lorsque les capitaux cessent de circuler, voyez vous, l’argent ne stagne pas, il s’évapore. La question est de savoir s’il peut disparaître plus vite que ce que la politique financière peut créer d’argent frais. Je suppose que nous allons le découvrir.

La parabole des aveugles – Pieter II Bruegel – Crédit Pinterest

Le monde a déjà été ruiné auparavant – l’âge des ténèbres, les années de peste, la guerre de Trente ans, la Grande Dépression – mais il n’a jamais été ruiné de cette manière, ni à ce point, ni avec autant de personnes qui allaient souffrir de cette ruine. Les Antifas dans les rues de Portland, de Seattle et d’ailleurs n’ont probablement pas comme souci les obligations de prêts garantis, et autres gris-gris financiers, mais ces choses sont tapies quelque part dans le subconscient collectif, au-delà du nihilisme dans lequel elles sont tombées en ces jours de canicule, alors que les fous mènent les aveugles.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

L’effondrement des États-Unis n’est plus évitable


Ces derniers jours, deux commentateurs que je respecte – Le Saker et Dmitry Orlov – ont écrit que les États-Unis connaissent actuellement un effondrement systémique.

Mon point de vue, qui se reflète dans mes articles publiés au fil des ans, est que les États-Unis ont cessé d’exister il y a plusieurs décennies. Seule la force fondatrice du pays mise en place par de grands hommes, tels que Thomas Jefferson, George Washington et James Madison, a maintenu l’image d’un pays qui fonctionne. La maison qui reposait sur les fondations centenaires a été emportée par le flot de propagande anti-américaine des élites progressistes blanches qui se haïssent et dominent l’éducation, les médias et le gouvernement. Aujourd’hui, les statues de nos grands fondateurs sont elles-mêmes démolies et profanées par les rejetons ignorants de l’éducation américaine.

Voici le rapport du médecin légiste.

À moins que la fausse accusation de meurtre portée contre le policier ne soit retirée, n’attendez pas de la police une protection contre la violence des Noirs et des Antifa.

Le fait est que les États-Unis, leur histoire et toutes leurs valeurs méritoires ont été dénoncés par les élites progressistes blanches comme étant racistes et malfaisantes. L’accusation n’est plus limitée au Sud. Elle va bien au-delà des Pères fondateurs, de la Constitution des États-Unis, de l’hymne national, des mathématiques, de la science et de la langue anglaise, qui tous, avec le concept de vérité elle-même, ont été définis comme l’Amérique raciste.

Les États-Unis ont perdu leur jeunesse. Endoctrinés par leur éducation à considérer les blancs comme la source des abus et de l’oppression des autres races, les jeunes blancs ont été déracinés. Ils considèrent leur histoire et leur culture comme honteuses. Le Pew Research Center a constaté que seulement 17 % des manifestants de Black Lives Matter étaient noirs, alors que 46 % des manifestants étaient blancs, en grande partie des Démocrates de moins de 30 ans.

Une fois que les fondations d’un pays son discréditées parmi la jeune génération, le pays s’effondre. Il est trop tard pour y remédier. La question est de savoir qui va y survivre.

Pas les blancs :

Un Noir tabassé à coups de battes de base-ball par des musulmans… il leur demandait de porter un masque !

Un Noir tabassé à coups de battes de base-ball par des musulmans… il leur demandait de porter un masque !

Non, nous sommes pas en Afghanistan ou au Pakistan: cet habitant de Soisy-sous-Montmorency (95), accompagné de ses deux enfants de cinq et sept ans, va être tabassé à coups de battes de base-ball par des individus en qamis.

Motif de cette agression hyper-violente : avoir demandé de porter le masque dans une laverie de la banlieue parisienne.

Contrairement au Figaro qui n’ose pas montrer les visages, Le Parisien, pour une fois, joue franc-jeu et, devant une telle scène, une question se pose alors : y-a-t-il racisme systémique quand des racisés (musulmans ? Hindous ? Tamouls ?) s’attaquent à un autre racisé (noir, en l’occurrence) ?

En tous cas, le vivre-ensemble apaisé dans le multiculturalisme et avec des chances pour la France, c’est pas encore gagné…

Et à part ça, le vrai danger pour notre pays, c’est l’extrême droite !

Pas de trace de ce fait divers dans le quotidien « de référence » Le Monde. En revanche, avant-hier, il y avait un amusant reportage à Boboland où un couple regardait en riant Mohamed l’Afghan et Mamoudou le Guinéen barboter hilares dans la piscine avec ce que l’on suppose être leurs filles. 

« Héberger des migrants, ça a changé ma vie »

Touchés par le sort de jeunes réfugiés contraints de dormir dans la rue, des citoyens ordinaires leur ouvrent la porte de leur domicile. Ils racontent au « Monde » cette expérience.

C’est l’été et celui-ci, comme les précédents depuis cinq ans, n’offre pas de répit aux personnes migrantes qui vivent à la rue [;] des demandeurs d’asile, afghans et soudanais en majorité. Parmi eux, des familles avec des enfants en bas âge et des femmes enceintes…

 [Les mineurs] viennent en majorité d’Afrique de l’Ouest (Guinée, Mali, Côte d’Ivoire) et ont migré seuls en Europe…

Cette réalité a suscité ici et là des élans de solidarité de simples citoyens, épaulés parfois par des associations. Ils offrent une chambre, un canapé, le temps d’une nuit, d’un mois, d’une année…

Ces retraités ou actifs, qui vivent seuls ou en couple, à Paris ou en province, sont portés par un devoir d’humanité bien plus souvent qu’un élan politique. Le Monde est allé à leur rencontre. Portraits de cette France discrète et active…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*