Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

ALGERIE

VIDÉO. SITUATION EXPLOSIVE EN ALGÉRIE: LE RÉGIME AFFAME LE PEUPLE

Publié

le

Par Mohammed Ould Boah le 18/04/2021 à 17h24

Pénurie de lait en Algérie.© Copyright : DR

Une explosion sociale semble imminente en Algérie. Confrontés depuis plusieurs mois à la rareté des produits de large consommation, les Algériens crient aujourd’hui leur colère face à la flambée des prix des produits de première nécessité, devenus inaccessibles à de larges catégories de la population.

Avec le début du Ramadan, l’Algérie a connu une nouvelle accentuation de la crise socio-économique avec une flambée sans précédent des prix de quasiment tous les produits de base.

Selon les principaux médias algériens de ce week-end, les prix de produits de premières nécessité (légumes, fruits, lait, huile de table, semoule, viandes) ont littéralement «explosé» ces cinq derniers jours. A commencer par la pomme de terre, qualifiée en Algérie de «légume des pauvres», car constituant la base incontournable de l’alimentation des catégories défavorisées de la population. Cette denrée, censée donc être la moins chère, se négociait ce samedi à plus de 100 dinars le kilo (environ 6,70 dirhams) dans les marchés des principales villes algériennes. Dans la grille de cette flambée des prix rapportée par les médias algériens, on remarque que la tomate (180 DA), les haricots (300 DA), les petits pois (160 DA), les choux (200 DA)… qui ont battu tous les records de cherté. Les fruits ne sont pas en reste, puisque les plus consommés, comme l’orange (220 DA), la pomme (500), la pêche (2000) ont eux aussi flambé. https://www.youtube.com/embed/Hb2hO5vOgZY?rel=0&showinfo=0&wmode=transparent&enablejsapi=1

La volaille se vend quant à elle entre 400 et 900 dinars, alors que le kilo de sardines s’arrache, au mieux, à 1200 DA, quasiment au même prix que la viande rouge, qui affiche un minimum de 1500 DA le kilo.

Pour avoir une idée de ce que représentent des prix énumérés ci-dessus, il suffit de dire que le président Tebboune a annoncé, le 3 mai 2020, une hausse historique du Smic en Algérie: 20 000 dinars. Un kilo de viande ou de pêche représente donc 10% de ce smic historique.

Si certaines voix tentent d’expliquer cette flambée généralisée des prix par les pluies de ces derniers jours et autres intermédiaires qui alimentent la spéculation, il n’en demeure pas moins que cette flambée des prix laisse sur la touche de très larges catégories de la société algérienne, qui ne sont plus en mesure de se nourrir. Devant cette situation, le régime algérien affiche aux yeux du monde son incurie et son impéritie.

Vidéo. Des queues à n’en plus finir, pour une brique de lait: l’Algérie entame 2021 avec une pénurie qui s’éternise

Ni le Premier ministre Abdelaziz Djerad, ni le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Abdelhamid Hemdani, ni celui du Commerce, Kamel Rezig, dont les départements sont les premiers concernés par cette situation n’ont daigné jusqu’ici s’exprimer. Plus grave, ils semblent dépassés par les évènements. Pourtant, au même titre que le président Abdelmadjid Tebboune, qui avait déjà promis en janvier 2019 que le prix du kilo de «pomme de terre ne doit plus dépasser 60 DA», ils ont tous récemment promis que les produits de première nécessité seront disponibles en abondance et à des prix bas, à travers tout le pays, durant ce ramadan.

Cette atonie inexplicable du gouvernement face à la montée vertigineuse des prix est illustrée par une récente, et surréaliste, décision du ministre du Commerce qui, au lieu de trouver une solution ne serait-ce qu’à la seule crise de l’huile de table, a confectionné un projet de loi visant à imposer, tenez-vous bien, l’arabisation des enseignes des locaux commerciaux!

En réalité, le régime algérien ploie sous le poids d’une gestion endémique qui repose sur la rente des hydrocarbures, à tel point qu’il ne sait plus où donner de la tête. Car la flambée actuelle des prix des produits de première nécessité n’est qu’un petit maillon d’une très longue chaîne de crises dans lesquelles le pays a été embourbé par des dirigeants incompétents.

Vidéo. Algérie: bousculade dans un supermarché pour de l’huile de table

En plus des interminables files d’attente, appartenant à un autre âge, pour espérer avoir la chance d’atteindre un camion, gardé par les forces de l’ordre armées de kalachnikovs, le tout, pour se procurer un malheureux demi-litre de lait… En plus de bousculades (dégradantes) pour arracher ne serait-ce qu’un bidon d’huile de table… En plus des mines désespérées devant les bureaux de poste, pour toucher une mensualité, souvent retardée pour absence de liquidités… Aujourd’hui, même la classe moyenne, qui pensait être à l’abri de ces préoccupations alimentaires, n’arrive plus à remplir le panier au marché.

Le constat est amer: le régime militaire n’arrive pas à assurer au peuple algérien de se procurer les produits de première nécessité. A moins que ce ne soit là une manière de se venger du Hirak, en affamant le peuple. Après tout, l’un des hommes d’Etat qui connaît le mieux le fonctionnement de son pays, Ahmed Ouyahia, avait cité un proverbe arabe du temps où il était premier ministre: «affame ton chien, il te suivra!». Si telle est la logique des caciques au pouvoir, il est très peu probable que le peuple algérien, fier, renoncera aux manifestations. Il préfère sans doute n’avoir rien à mettre dans la poubelle, mais y jeter les généraux, comme il le crie tous les mardis et vendredis.

Vidéo. Algérie: début de ramadan dans la pénurie des produits alimentaires

Quelle que soit la raison de cette situation indigne d’un Etat, le régime algérien ne semble en tout cas pas disposé à mettre un terme au calvaire du peuple, en trouvant des solutions à la hausse des prix de denrées alimentaires. Car si ce régime se préoccupait un tant soit peu du bien-être du peuple algérien, il aurait ouvert les frontières avec le Maroc. Les marchés des villes algériennes auraient été approvisionnées à des prix abordables en pommes de terre, tomates, courgettes, sardines, huile de table, poulet… Dans l’autre sens, et dans le cadre d’une coopération gagnant-gagnant entre voisins, le Maroc aurait importé des hydrocarbures et des dattes, surtout que cette dernière denrée moisit actuellement, en plein ramadan, dans des entrepôts. Quel gâchis!

Par Mohammed Ould Boah

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ALGERIE

VIDÉOS. LÉGISLATIVES EN ALGÉRIE: LE REJET DES ÉLECTIONS DOMINE, AVEC UN TAUX DE PARTICIPATION DE 3,78% À LA MI-JOURNÉE

Publié

le

Par Mohammed Ould Boah le 12/06/2021 à 14h17

En guise de rejet des législatives, les Algériens ont détruit, ce samedi 12juin 2021, de nombreuses urnes et saccagé des bureaux de vote.© Copyright : DR

Considéré comme décisif par le régime algérien, ce samedi 12 juin 2021 a été marqué, du moins jusqu’à la mi-journée, par un rejet massif des élections législatives. Dans de nombreuses circonscriptions, des bureaux de vote ont été fermés par les citoyens, les urnes détruites et les bulletins de vote jetés à la poubelle.

Les Algériens étaient appelés ce samedi 12 juin à voter pour désigner les membres de la chambre basse de l’Assemblée nationale, dissoute en début d’année par le président Abdelmadjid Tebboune.

Face au fiasco des deux précédentes échéances électorales où les urnes ont été totalement désertées durant la présidentielle de décembre 2019 et le référendum constitutionnel de novembre 2020, l’enjeu est à nouveau le taux de participation à ces législatives anticipées.

Législatives du 12 juin: l’armée algérienne menace les boycotteurs

Au vu des premières images, il semble bien que l’écrasante majorité des Algériens rejette, non seulement ces élections, mais compte bien montrer que ce scrutin se fait sans le peuple. Cette mascarade d’un régime, sans la moindre légitimité, a été dénoncée de multiples façons, y compris de manière burlesque.

Ainsi dans les wilayas de Bouira et de Tizi Ouzou, devenues l’épicentre du Hirak, empêché de manifester ces dernières semaines à Alger, les contestataires ont tout simplement refusé la tenue des élections. Ainsi les listes électorales et autres bulletins de vote ont été jetés dans les poubelles ou brûlés, et les urnes brisées. Ce qui a conduit à la fermeture de nombreux bureaux de vote. Dans certaines localités comme El Haizer ou Béchar, le refus des élections a carrément tourné à l’émeute.

https://youtube.com/watch?v=w46ACg1zg_0%3Frel%3D0%26showinfo%3D0%26wmode%3Dtransparent%26enablejsapi%3D1

A la mi-journée donc, et sur la foi même des images diffusées par les différentes chaînes de télévision algériennes, et malgré les tentatives de «grossissement» du nombre d’électeurs par ces dernières, il est clair que ce n’est vraiment pas la bousculade devant les bureaux de vote dans un pays où les inscrits sur les listes électorales atteignent, officiellement, les 24 millions d’électeurs.

Vidéos: 121e vendredi: malgré la répression, le Hirak a exprimé son refus des législatives de Tebboune

D’ailleurs, après avoir voté vers 11h00 à Alger, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a anticipé une nouvelle abstention record en déclarant: «Le taux d’abstention ne m’importe pas, ce qui m’importe c’est que les gens élus auront, à l’issue du scrutin, la légitimité nécessaire pour prendre en main le pouvoir législatif.»

https://youtube.com/watch?v=6KE4VkY1VOQ%3Frel%3D0%26showinfo%3D0%26wmode%3Dtransparent%26enablejsapi%3D1

Reconnaissant indirectement la réussite du boycott décrété par les partis d’opposition et le mouvement du Hirak, le président algérien a trouvé une justification toute faite: «D’habitude, les législatives à travers le monde ne connaissent pas un important taux de participation». Surtout dans un pays où le régime répond aux revendications du peuple par la répression et l’emprisonnement des opposants politiques et des citoyens.

En tout cas, un premier chiffre officiel du taux de participation a été déjà annoncé vers 12h30 par le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi. Selon ce dernier, le taux de participation a atteint 3 ,78% à la mi-journée, sachant que les bureaux de vote sont ouverts de 8h00 jusqu’à 19h00.

Voyez la suite

ALGERIE

Vous voulez connaitre la mentalité algérienne qui a envahie la France et l’état minable de l’Algérie ?

Publié

le

Voyez la suite

ALGERIE

Les exploits Algériens … ils crachent sur les français et viennent se faire soigner chez nous et nous colonisent…

Publié

le

Trois Algériens arrêtés en flagrant délit de vol à Ibiza

2021-05-08, 16 h 34 183  10

La Garde civile d’Ibiza a arrêté trois hommes d’origine algérienne qui ont commis un cambriolage dans une maison de Santa Eulària dans la commune d’Ibiza en Espagne.

Les 3 Algériens sont entrés après avoir brisé la porte de la maison, indique le média local Mallorca Diario. Les arrestations ont eu lieu le jeudi 6 mai, suite à la plainte de la victime qui, en rentrant chez elle, a croisé les détenus alors qu’ils transportaient les objets qu’ils avaient volés à son domicile, tels que des appareils musicaux et électroniques.

Une fois sur place, la Garde civile a vérifié les faits et a procédé à l’arrestation des trois hommes pour un délit présumé de vol avec effraction. L’un d’entre eux a déjà un casier pour des actes similaires. Les personnes arrêtées ont été mises à la disposition du tribunal d’instruction numéro 3 d’Ibiza.

Gravement malade, le comédien algérien Salah Aougrout transféré en France –

2021-05-08, 14 h 10 180  13

Le comédien algérien Salah Aougrout est gravement malade, et vient d’être transféré à l’étranger pour recevoir des soins, après que sa famille et ses proches aient émis un appel aux autorités pour demander de l’aide.

Salah Aougrout, âgé de 60 ans, souffre d’une tumeur au cerveau et a été transféré dans un avion médicalisé, ce samedi 8 mai, en France pour recevoir des soins, indique le média arabophone Echorouk.

Selon Brahim Irban, animateur et proche de Salah Aougrout, les soins du comédien vont être pris en charge par la sécurité sociale algérienne, suite à une instruction du président Abdelmadjid Tebboune. Suite aux recommandations de ses médecins, la ministre de la Culture, le ministre du Travail, et le ministre de la Santé se sont engagés à garantir la prise en charge de Salah Aougrout.

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance