Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

BUSINESS

Un millionnaire en bitcoin donne un million aux Verts allemands pour qu’ils interdisent le bitcoin

Publié

le

Repéré par Barthélemy Dont — 25 avril 2021 à 14h04

L’ingénieur informatique est devenu riche grâce à la cryptomonnaie, mais s’inquiète de ses effets sur l’environnement.

L’un des plus important don politique de l’histoire de l’Allemagne vient, selon l’Associated Press, d’être versé aux Verts allemands. Moritz Schmidt, un quarantenaire qui n’avait auparavant jamais donné à aucun parti, a donné au Bündnis 90 / Die Grünen pas moins d’un million d’euros.

C’est une somme très inhabituelle pour un parti qui ne reçoit d’ordinaire que de petits montants de la part de ses adhérents. Autre originalité: Schmidt, qui est devenu millionnaire grâce aux bitcoins, voudrait que les Verts interdisent cette cryptomonnaie.

Inquiétudes climatiques

En vendant ses bitcoins au fur et à mesure, Schmidt s’est retrouvé à la tête d’une fortune de deux millions d’euros. Seulement, l’ingénieur affirme à l’Associated Press qu’il s’est rendu compte après coup de l’immense coût énergétique de la cryptomonnaie.

«Être un monstre énergétique est inscrit dans le mode de fonctionnement du bitcoin», estime Schmidt, qui veut donc faire amende honorable. Plutôt que de reverser une partie de sa fortune à une association écolo, le millionnaire a donc choisi le parti écologiste allemand, bien parti dans la course pour les élections fédérales de septembre: «Donner à un parti politique pour qui les valeurs environnementales sont centrales aura un effet bien plus puissant.»

Le Bündnis 90 / Die Grünen ambitionne de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre, mais son programme n’aborde le sujet des crypto qu’une fois, et pas sur leur aspect polluant. Les Verts veulent rendre les bitcoins «traçables», ce qui pourrait décourager certains de leurs partisans.

Schmidt, quant à lui, voudrait se débarrasser pour de bon de la technologie qui l’a rendu riche. «Je ne pense pas que les régulations vont faire quoi que ce soit, à part si elles crashent assez les prix pour que les bitcoins deviennent inintéressants et non-utilisables (…) Je pense plutôt que les bitcoins devraient être interdits.»

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BUSINESS

Caroline Margeridon (Affaire conclue) cambriolée: voici pourquoi elle avait 500.000 euros de biens à son domicile

Publié

le

La célèbre acheteuse d’Affaire conclue avait été victime d’un cambriolage au mois de janvier à son domicile, où plus de 500.000 euros de biens lui avaient été dérobés. Aujourd’hui, elle explique pourquoi une telle somme se trouvait chez elle.

Les cambrioleurs qui se sont attaqués au domicile de Caroline Margeridon, en janvier dernier, seraient repartis avec 500.000 euros de biens : maroquinerie et bijoux de luxe, argent liquide… Un épisode sur lequel elle avait réagi dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux il y a plusieurs semaines, le qualifiant de traumatisant.

Au mois d’avril, l’acheteuse s’est à nouveau exprimée à ce sujet sur le plateau de Non Stop People, avec Evelyne Thomas. Elle s’est également expliquée sur la somme astronomique qu’elle s’est fait dérober, promettant de « péter à la gueule » de ses cambrioleurs. « Quand on est broc dans l’âme, ce qui est vraiment mon cas, l’argent, c’est fait pour être dépensé », confie Caroline Margeridon. « Quand j’achète, j’investis. Je ne sais pas faire d’économies. Si vous regardez mon compte en banque, même moi je pleure. Donc, dès que j’ai 10 euros, je vais investir 10 euros »

« Depuis que j’ai 15 ans, dès que je gagne un peu de sous, je vais plutôt acheter ou un sac ou un bijou. Donc j’en avais un peu beaucoup », raconte-t-elle, en expliquant que ce type de biens se vend extrêmement bien dans son métier.

Cliquez ci dessous pour voir la vidéo

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01515498/src/q0zllp5/zone/43/showtitle/1/

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01515498/src/q0zllp5/zone/43/showtitle/1/

Voyez la suite

BUSINESS

Les chiffres vertigineux du Livret A

Publié

le

« Epargne : le grand vertige du Livret A », c’est le titre de cet article du Monde qui n’en revient toujours pas de la collecte massive sur les Livrets A.

« Près de 15 milliards d’euros ont été collectés au premier trimestre sur le Livret A et son petit frère, le Livret de développement durable et solidaire (LDDS). Du jamais-vu depuis 2013 ».

L’encours du Livret A a atteint, fin mars 2021, 338,5 milliards d’euros.

De quoi faire grimper en flèche l’encours de ces livrets, c’est-à-dire le montant total qui y est placé : fin mars, il a atteint 338,5 milliards d’euros pour le Livret A seul et 462,9 milliards en tenant compte du LDDS.

Pour Philippe Crevel, fondateur du Cercle de l’épargne, « un retour aux chiffres d’avant-crise n’est pas au programme : « Comme lors des précédentes crises, l’épargne réglementée ne devrait pas revenir à son niveau d’avant-Covid, les ménages ayant tendance à augmenter leur épargne de précaution. La succession des crises, la montée des précarités et le vieillissement sont autant de facteurs qui contribuent à sa progression ».

Les Français sont économes, ils mettent de côté et pas que les « riches », les classes moyennes épargnent également beaucoup, d’autant plus que le budget vacances est dans pour les classes moyennes l’essentiel du budget « loisir » et du « gras », or, avec la pandémie, les vacances sont nettement moins longues et onéreuses. Cela aide donc l’épargne. Et puis les incertitudes font qu’évidemment, nos concitoyens, prudents, préfèrent matelasser.

On ne peut que les comprendre et les encourager à se rendre résilients.

Les montants épargnés vont donc tendanciellement continuer à augmenter jusqu’à ce que nous voyons tous la lumière au bout du tunnel.

Ce n’est pas dit que cela fasse plaisir à nos mamamouchis, et en particulier à celui des finances.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Le Monde.fr ici

Voyez la suite

BUSINESS

« Face à la pénurie, PSA revient aux compteurs à aiguilles !! » L’édito de Charles SANNAT

Publié

le

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Au volant de ma Dacia Lodgy dernier cri, mais dont les 3 chiffres du centre de la plaque sont tout de même 007, ce qui fait hurler de rire le chef de l’atelier de mon Renault du coin à chaque fois que je vais y traîner mes roues qui me donne du « Monsieur Bond », je suis passé quelques peu à côté de la révolution technologique des écrans qui peuplent désormais toutes les voitures modernes. Tablettes, écrans plats, machins tactiles et autres bidules numériques avec prises « bloutouches » intégrées et tout le tintouin.

Mais c’est qu’il y en faut des semi-conducteurs pour aider les conducteurs qui seraient vite des demi-conducteurs sans toutes leurs assistances électroniques.

Nous les pilotes d’Austin Dacia, nous n’avons rien de cela, et cela tombe bien de n’avoir jamais été croissant, cela évite de gérer la décroissance, parce que les semi-conducteurs manquent cruellement, et il semblerait que cela va vraiment durer.

Du coup, chez PSA on s’adapte.

Fini les compteurs des vitesses numériques sous forme de tablette et place au bon vieux compteur analogique à aiguille…

Hahahahahahaha.

Vintage à souhait !

« L’étonnante décision de Peugeot face à la pénurie de semi-conducteurs »

Titre LCI qui n’en revient toujours pas de la décision de PSA, pardon Stellantis désormais qu’il faut dire !

« Depuis le début de l’année, l’industrie automobile fait face à une pénurie de semi-conducteurs, des petites puces électroniques. Peugeot prend une étonnante décision pour poursuivre la construction des voitures.
Partout dans le monde, depuis quelques mois, l’industrie automobile souffre d’une pénurie de semi-conducteurs. Ce sont des petites puces électroniques qui permettent d’avoir un compteur numérique ou encore un GPS. Alors, quand d’autres constructeurs mettent des salariés au chômage technique faute de travail, Peugeot a pris une étonnante décision. Le groupe a décidé de faire un retour en arrière. Adieu le compteur numérique dans la nouvelle 308, revoici le compteur à aiguilles. Les nostalgiques seront ravis de savoir qu’il fera son retour très prochainement. Y’a-t-il une différence ? Nous avons posé la question à un garagiste »...

Comme le dit le garagiste du reportage avec le bon sens de mon chef d’atelier de mon petit coin normand, ben c’est « comme votre montre, qu’elle soit digitale ou à aiguille, ben… l’heure c’est la même, et ben là, pour votre vitesse ce sera pareil »… Sympa il a pas osé dire que tout ces i-bidules à part tomber en panne en permanence et affaiblir la fiabilité des voitures, ça ne sert à rien, si ce n’est à vendre plus cher et flater des égos d’automobilistes… « je suis quelqu’un au volant de cette voiture ».

Une pénurie durable et du côté de Taiwan ça coince…

Oui ça coince, parce que les usines made in Taiwan patinent et cela va s’aggraver car il n’y a plus assez d’eau… oui de l’eau. C’est la sécheresse là-bas, et la presse en tremble déjà et nos industriels paniquent…

Enfin, non ils ne paniquent pas, ils s’adaptent, et très rapidement, parce que sinon, les usines sont fermées, et la production à l’arrêt.

Vous avez d’ailleurs un exemple assez éclairant sur la façon dont l’Etat français gère une pénurie de masque, et celle de PSA de gérer une pénurie de semi-conducteurs.

C’est tout de même assez saisissant toutes ces pénuries.

L’Asie détient le monopole de beaucoup de productions qui rentrent en compte dans la production de produits finaux. Les gros clients sont en réalité en Asie.

Ce sont donc les grosses, les immenses, les colossales industries asiatiques et chinoises qui sont et seront alimentées en premier. L’Europe, en dehors de l’Allemagne qui résiste encore, sera laminée et sacrifiée par sa faiblesse industrielle sur l’autel des pénuries au profit de l’Asie.

Loin de relocaliser, nos industriels vont au contraire être obligés de délocaliser ce qui reste d’usines ici pour pouvoir trouver les fournisseurs de là-bas.

Et c’est exactement la stratégie chinoise.

Vous voulez des batteries ?

Vous voulez des terres rares ?

Vous voulez des écrans ?

Vous voulez des semi-conducteurs ?

Mettez votre usine ici et vous serez livrés.

Pour vous le dire autrement, ces pénuries ne sont pas non plus que liées au coronavirus.

C’est aussi un choix, une volonté.

Elles sont en partie organisées et instrumentalisées dans le cadre d’une immense guerre commerciale.

Game Over pour la France et l’Europe.

Restez à l’écoute.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance