TRUMP peut recompter ses voix !

Explosif : Sidney Powell peut examiner les machines à voter de Dominion en Géorgie, dit le juge
Spread the love

25 Février

Explosif : Sidney Powell peut examiner les machines à voter de Dominion en Géorgie, dit le juge

Explosif : Sidney Powell peut examiner les machines à voter de Dominion en Géorgie, dit le juge

Un ouragan vient de tomber sur l’élection. Le juge fédéral Timothy C. Batten, dans l’Etat de Georgie a accordé l’examen informatique des machines de vote de Dominion. 

C’est potentiellement une victoire gigantesque – ou une rebuffade majeure. Nous allons très probablement et très vite enfin savoir si les machines de Dominion Voting Systems peuvent effectivement modifier les votes et changer les résultats d’une élection comme Sidney Powell l’affirme depuis plusieurs jours.

Les machines de Dominion fonctionnent avec les logiciels de Smartmatic, suivant le cahier des charges d’Hugo Chavez pour ne jamais perdre une élection, selon les déclarations sous serment d’un lanceur d’alerte qui a assisté à la création du logiciel de Smartmatic : PUBLICITÉ

Chavez a insisté pour que Smartmatic conçoive le système de manière à ce que le système puisse changer le vote de chaque électeur sans être détecté. Il voulait que le logiciel lui-même fonctionne de telle manière que si l’électeur plaçait son empreinte du pouce ou son empreinte digitale sur un scanner, alors l’empreinte du pouce serait reliée à un enregistrement du nom et de l’identité de l’électeur comme ayant voté, mais cet électeur ne serait pas suivi jusqu’au vote modifié. Il a précisé que le système devrait être configuré de manière à ne laisser aucune preuve du changement de vote pour un électeur donné, et qu’il n’y ait aucune preuve visible et rien qui montre que le nom ou l’empreinte digitale ou du pouce dirigeait vers un vote modifié. Smartmatic a accepté de créer un tel système et a produit le logiciel et le matériel qui ont permis d’atteindre ce résultat pour le président Chavez.

https://www.dreuz.info/2020/11/26/sidney-powell-a-libere-le-kraken-et-depose-plainte-pour-fraude-electorale-en-georgie-et-cest-du-lourd/

Ces machines, les sociétés Dominion et Smartmatic sont au centre des accusations de fraude massive, ou plutôt, pour paraphraser l’avocate de Donald Trump, partie prenante d’un mode de fraude électorale vieille comme la démocratie : le bourrage des urnes.Un procès à triple rebondissement

Les avocats auront dû s’y reprendre à trois fois pour obtenir cette importante décision. Trois fois, trois révisions du procès, trois changements d’avis du même juge.

Le juge a pris une troisième ordonnance qui a annulé sa deuxième ordonnance, qui avait annulé sa première ordonnance, qui interdisait la suppression des données des machines à voter.

1 Dans un premier temps, le juge fédéral de Georgie a ordonné aux fonctionnaires de l’Etat de ne pas effacer ou réinitialiser les machines à voter, dans une ordonnance d’urgence exigeant la PRÉSERVATION de toutes les machines de vote dans l’État de Georgie.

2 Une heure plus tard, le juge revenait sur sa décision et annulait son ordonnance en se basant sur les contestations des défendeurs (le gouverneur de Georgie Brian Kemp, le secrétaire d’Etat Raffensperger, et les responsables électoraux). Selon eux, les comtés de Georgie contrôlent les machines de vote, et pas le gouverneur, contre qui la demande est adressée.

Le prétexte que les demandeurs ne peuvent pas immobiliser et inspecter les machines, car elles sont « en possession du comté et des fonctionnaires électoraux », et que ces fonctionnaires ne figurent pas parmi les défendeurs (le gouverneur et le secrétaire d’Etat, cibles de la plainte), ou ne sont pas contrôlés par les défendeurs, est une sérieuse astuce de procédure.

  • Le juge affirme que les comtés possèdent les machines et que leurs décisions ne peuvent pas être prises à l’échelle de l’État.
  • Faux, répondent alors les avocats, qui demandent au juge de reconsidérer sa position immédiatement, expliquant que le secrétaire d’État géorgien est responsable de la conduite des élections et de l’application de la loi électorale.
  • Une audience par Zoom a ensuite eu lieu, où les avocats demandent au tribunal de maintenir les machines. Une réunion supplémentaire est prévue pour mercredi. « Quelques progrès », disent les avocats.

3 Et coup de théâtre, le juge fédéral revient sur sa deuxième décision, donne raison aux avocats contre le secrétaire d’Etat et le gouverneur, ordonne que les machines ne soient pas effacées, et qu’elles puissent être inspectées et analysées par un spécialiste.

Voici la décision du juge (il m’étonnerait que vous en entendiez beaucoup parler dans la presse, ni que le public soit informé, car le webmaster de Dreuz a constaté hier que Google nous a fait disparaître de son moteur de recherche, et ce sont les sites qui reprennent nos articles qui apparaissent) :

  • Les défendeurs ont, par la présente, INTERDICTION de modifier, détruire ou effacer, ou de permettre la modification, la destruction ou l’effacement de tout logiciel ou de toute donnée sur toute machine de vote Dominion dans les comtés de Cobb, Gwinnett et Cherokee.
  • Il est ordonné aux défendeurs de produire rapidement aux demandeurs une copie du contrat entre l’État avec Dominion.
  • Les défendeurs ont jusqu’au mercredi 2 décembre à 17 heures, heure locale, pour déposer un mémoire exposant en détail les bases factuelles dont ils disposent, le cas échéant, contre l’autorisation des trois inspections médico-légales.

Un scandale dans le scandale

Un commentateur a relevé que le triple retournement de décision du même juge dans le même dossier à quelques heures d’intervalle est digne d’un film des Marx Brothers. Oui. Mais ce n’est hélas pas tout. Un autre a fait remarquer que si des soupçons de fraude existent, et que le gouverneur veut effacer tout le contenu des machines de votes, et que le tribunal le laisse faire – alors que la loi exige que les documents soient préservés pendant plus d’une année, le FBI ne devrait-il pas intervenir et confisquer les machines jusqu’à nouvel ordre ?

Mais le vrai scandale est ailleurs :

  • Je passe sur le fait que le gouverneur Kemp, un Républicain, a été élu au poste de gouverneur de Georgie avec l’appui actif du président Trump. Beaucoup de politiciens sont des crapules, je ne suis pas autrement choqué par leur dépravation morale, juste étonné que certains pensent que la corruption est seulement du côté Démocrate.
  • Je passe sur le fait qu’aujourd’hui, le même gouverneur Kemp s’active pour entraver les efforts des avocats pour exposer la fraude qui a fait perdre Donald Trump dans son Etat : Trump a aidé Kemp à se faire élire, il est compréhensible, dans le monde pourri de la politique, que Kemp tente d’empêcher Trump d’être réélu.
  • Là où ça ne passe pas, c’est qu’il me paraît scandaleux qu’un élu du peuple, le gouverneur Kemp, non seulement ne soit pas le premier à vouloir faire toute la lumière et savoir si les élections de son Etat ont été truquées, mais qu’il s’y oppose de toutes ses forces.

Et maintenant…

Je ne suis pas spécialiste informatique. Je fais du journalisme, je rapporte des informations, je ne fais pas de spéculation. Je ne sais donc pas ce que l’examen des logiciels va ou peut révéler. Je ne sais pas si les experts pourront inspecter toutes les machines dans le court espace-temps qui leur est imparti, ou s’ils en choisiront quelques-unes au hasard.

Mais je sais que tout ceci sent très mauvais, que tout est fait pour éviter la transparence, et que tout montre que des gens ont des choses à cacher. A moins qu’ils veuillent décourager les électeurs Républicains de voter aux élections du 5 janvier, pour que les Démocrates gagnent les deux élections sénatoriales spéciales, obtiennent la majorité au sénat, et détruisent l’Amérique telle que nous la connaissons.

Au moment de terminer la rédaction de cet article, j’apprends qu’un des serveurs de Dominion est tombé en panne, selon les responsables cités par la station locale 11Alive, et un témoin a dit que quelqu’un avait ENLEVÉ le serveur ! »Conclusion

Je suppose que mes confrères sont trop occupés à parler de la décision de Joe Biden de prendre un chat à la Maison-Blanche, et que la censure totale tombera sur cette décision de justice. Ils lisent tous Dreuz, et sont bien informés, mais ils ne veulent pas que le public le soit : ce n’est pas leur travail, l’information.

Google les aide car Dreuz est censuré dans son moteur de recherche.

En revanche, je signe ici devant vous que si l’examen des logiciels de Dominion ne donne rien, ils en feront tous leurs gros titres.

Biden mène Trump d’environ 13 000 voix dans l’État – si aucune fraude ne peut être reconnue devant un juge, ou pas assez de fraude pour rattraper 13 000 votes, Biden sera le premier Démocrate à prendre la Géorgie depuis Bill Clinton.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Explosif : Sidney Powell peut examiner les machines à voter de Dominion en Géorgie, dit le juge

Un ouragan vient de tomber sur l’élection. Le juge fédéral Timothy C. Batten, dans l’Etat de Georgie a accordé l’examen informatique des machines de vote de Dominion. C’est potentiellement une …

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*