Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

TRUMP

TRUMP le MAGNIQUE

Publié

le

“Nous allons éradiquer le trafic
des êtres humains de la surface de la terre”

Publié par Laurent Freeman – 

Ma chaine Odysee (LBRY)  https://Odysee.com/@Filsdepangolin

Soutenez financièrement mon travail  https://www.filsdepangolin.com

 Retrouvez moi sur les médias sociaux 

 Telegram : https://t.me/AgenceFrancePangolin

 Facebook : https://www.facebook.com/FilsdePangolin/

 Twitter : https://twitter.com/Filsde_Pangolin @Filsde_Pangolin —- Il s’agit d’un reupload de mon premier doublage. 


Makow – “You Knew I was a Snake” 

October 23, 2020 

woman-snake.png

Donald Trump used this parable in 2016  to refer to immigration.The parable in full is here. People identify the snake as their favorite bogeyman, including Trump himself. In my view. the snake represents Evil. And the woman represents Western society.We embraced the snake and now we are experiencing the reckoning. 

But instead of saying thanks, that snake gave her a vicious bite…
“I saved you,” cried that woman
“And you’ve bit me even, why?
You know your bite is poisonous and now I’m going to die”
“Oh shut up, silly woman,” said the reptile with a grin
“You knew damn well I was a snake before you took me in…”

by Henry Makow PhD
“You knew damn well I was a snake before you took me in…”
The creation of the Federal Reserve in 1913. We gave our national credit cards to a cartel of Cabalist Jews and Freemasons (Satanists) dedicated our destruction. 
“You knew damn well I was a snake before you took me in…”


We allowed a satanic cult, Freemasonry, affiliated with the banking cartel to infiltrate every social institution. “We corrupt in order to control (and destroy)” is their motto. 
“You knew damn well I was a snake before you took me in…”
We allowed this corruption to spread to all the institutions necessary for the preservation and healthy development of society: government, the mass media, education, church, justice system, military, police.“You knew damn well I was a snake before you took me in…

bo-jo-jacob.jpeg

We elected criminals and perverts, handpicked by the bankers because they can be controlled. Clinton. Biden. Obama. Trump. In Canada we elected Fidel Castro’s son. In Uk, Bojo. In France, they elected Macron over LePen. 
“You knew damn well I was a snake before you took me in…”
We have had their masterplan, the Protocols of the Elders of Zion for more than 100 years but we believed their excuses. “You knew damn well I was a snake before you took me in…”
We allowed our defenders to be vilified or murdered without consequences. JFK. Charles Coughlin. Louis McFadden. We ignored the warnings of truthers. “You knew damn well I was a snake before you took me in…”
We let them destroy the twin towers on 9-11 killing over 3000 innocent Americans. Again no consequences. 
“You knew damn well I was a snake before you took me in…”

We let them spread homosexuality and undermine gender, marriage, and family. 
“You knew damn well I was a snake before you took me in…”
We let Communists, who are a branch of Freemasonry disguised as liberals, to operate freely. We turned our foreign policy over to Israel.
“You knew damn well I was a snake before you took me in…”We allowed them to addict us to porn, and sex in general, to distract us from defending the institutions and values we hold dear.  “You knew damn well I was a snake before you took me in…”Yet you believedBill Gates, Anthony Fauci, and good cop Donald Trump on the #scamdemic and need for lockdowns, masks, vaccines and — coming soon — internment camps. A pandemic with a death rate of one-quarter of one percent is a ruse, not a pandemic. 
You get the picture. 
You cannot expect a snake to take mercy on you just because you were negligent, gullible, craven, and feckless. 
They are open about their plans in order to compromise us. They have succeeded. 
Satanism has only one goal. To DESTROY.  We embraced the snake. We allowed Evil to invade. 
Satan destroys his adherents. We are culpable.
Now we must reap the whirlwind. —Related – Satanism Explained
First Comment from RWe didn’t allow all these things. All of them were sneak attacks by liars, thieves, and murderers, aided from the inside by traitors, corrupted villains, and fake news media that have been lying to us for more than a hundred years. 
Yes, we did elect criminals and perverts, but also only because of the fake news media that we trusted. Again because of the media, we didn’t even know they were snakes before we took them in, at least not the giant snakes they turned out to be. No one chose what we have now. If we go down, it’s not because we are culpable of choosing evil, but because we were too stupid to recognize the evil of these snakes. That’s not quite the same thing, although the end result may be the same. But the guilt for the evil is exclusively on the snakes. 
Don’t try to load it on our shoulders by declaring us culpable. If we are culpable of anything, it’s only for being too stupid, too trusting, too civilized. Those of us who see what’s coming protest it in the loudest possible way. Sneak attacks are uncivilized, and in a universe that is decent, the treachery of that kind will not go unpunished. 
To hell with you snakes, and all those who aid and abet you. You are “a people always under the wrath of the Lord”. Malachi 1:4. Your only way out is to repent and become decent and civilized, else you will stay in darkness forever. That will be the judgment of God, and you know it.

Débat présidentiel : une écrasante victoire de Trump sur le corrompu Joe Biden

PUBLIÉ PAR  JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 23 OCTOBRE 2020

Vous ne lirez nulle part, dans aucun média en langue française, un compte rendu plus honnête du débat présidentiel qu’ici, sur Dreuz.info. Nulle part. Tout ce que vous lirez est ennuyeux à mourir parce que tout le monde sait très bien ce qu’ils vont dire : ce n’est qu’un prétexte de plus pour attaquer le président Trump. C’est leur seule ligne politique, leur seul angle. Les journalistes et les « experts » qu’ils invitent sont incapables de la moindre neutralité.

D’avoir écrit que Trump a perdu le premier débat présidentiel me permet d’affirmer que tout en étant favorable à la réélection de Trump, je suis parfaitement en mesure d’être objectif et honnête dans mon évaluation de ce second et dernier débat. Et ce n’est pas bien difficile : mon honnêteté intellectuelle est tout simplement facilitée par mon respect pour mes lecteurs à qui je dois des informations de qualité comme vous n’en trouverez nulle part ailleurs.

Combattre COVID-19

  • Trump : 
    2,2 millions de personnes étaient censées mourir. Nous avons fermé la plus grande économie du monde afin de combattre cette horrible maladie venue de Chine. C’est une pandémie mondiale. Le taux de mortalité a baissé de 85 %. Nous nous battons avec acharnement. Les pics sont en baisse partout. Le vaccin sera distribué par l’armée dans les semaines à venir.
  • Biden attaque Trump : 
    200 000 Américains morts. Tout responsable ne doit pas rester président. Il y a mille morts par jour maintenant. Comparez avec ce qui se passe en Europe. [Ce n’est pas mieux en Europe] 
    On s’attend à ce que 200 000 Américains de plus soient morts d’ici la fin de l’année.
    Ce que je ferais, c’est m’assurer que tout le monde soit encouragé à porter un masque tout le temps [rien de nouveau ici]. Je veillerais à ce que nous allions dans le sens d’un dépistage rapide [rien de nouveau ici], en investissant dans le dépistage rapide [déjà en cours]. Je veillerais à ce que nous établissions des normes nationales sur la manière d’ouvrir les écoles et les entreprises [c’est une décision qui incombe à chaque État].
    Je mettrai fin à tout cela [bien sûr que non ! Biden pense que nous sommes stupides ? Personne, nulle part, n’a été ou n’est capable de mettre fin au coronavirus].
  • Le modérateur contredit Trump sur le calendrier des vaccins. Et elle pose une gentille question à Biden. 
    « Quelles mesures prendriez-vous pour donner confiance aux Américains dans un vaccin s’il était approuvé ? »
  • Biden : Trump n’a pas de plan. Nous allons vers un hiver sombre.
  • Trump : Nous ouvrons le pays. Je ne pense pas que nous allons avoir un hiver sombre du tout. Quand j’ai fermé et interdit la Chine, il disait que j’étais xénophobe. Maintenant, il dit : « Oh, j’aurais dû agir plus vite, » 
  • Biden : « Je n’ai dit aucune de ces choses ». 
    [Si, il les a dites :]
  • Biden : 
    Il est xénophobe. Il a fermé [le pays] tardivement après que 40 pays l’aient déjà fait [C’est faux, Trump était en fait l’un des premiers au monde].
  • Puis Biden dit que Trump a remercié la Chine pour le coronavirus :
    « Le président de la Chine fait preuve de transparence. Nous lui sommes redevables. Nous devons le remercier ». [Bien entendu, il s’invente une comptine.]
  • Biden affirme qu’il n’y a aucune chance qu’un vaccin soit disponible. Il dit :
    « Il n’y a pas un autre scientifique sérieux dans le monde qui pense que ce sera bientôt fini. »
  • Trump : 
    « Je n’ai pas dit que c’est bientôt fini. Je dis que nous apprenons à vivre avec. Nous n’avons pas le choix. Nous ne pouvons pas nous enfermer dans une cave comme le fait Joe. Il a la capacité de s’enfermer. Je ne sais pas. Il a évidemment gagné beaucoup d’argent quelque part, mais il a ce truc de vivre dans une cave. »
    « J’en prends l’entière responsabilité [de la pandémie], mais ce n’est pas ma faute ni celle de Biden. »
  • Biden : « Nous sommes sur le point de perdre 200 000 personnes. »
  • Trump :
    « Quand j’ai fermé la Chine, il a dit que c’était une chose terrible de la fermer. Maintenant, il a dit que je devrais fermer plus tôt ».
  • Biden : 
    « Je vais fermer le virus, pas le pays. » [Aujourd’hui, personne ne peut arrêter le virus. Biden a une baguette magique ?]. Mais je n’ouvrirais pas les bars, et je leur donnerai la capacité d’ouvrir. [Ca n’a pas de sens].
    « Je ne vais pas fermer aujourd’hui », 
    Puis il dit : « N’ouvrez pas les bars et n’ouvrez pas les gymnases. N’ouvrez pas tant que vous n’aurez pas maîtrisé la situation ».

[Biden blâme le chômage, les fermetures d’écoles, tout cela sur Trump, mais sans jamais dire comment il aurait pu arrêter le virus. Le Président devrait poser directement cette question : « Comment l’auriez-vous arrêté ? 

Biden dit qu’il va arrêter le virus, pas le pays, mais après avoir été interrogé, il dit qu’il n’exclura pas d’autres arrêts. Il blâme Trump pour le coronavirus chinois et la pandémie mondiale. C’est une suite de contradictions.]

  • Trump : Les Démocrates ont fermé, et des gens meurent.
    Je veux ouvrir les écoles. Nous ne pouvons pas fermer le pays.
    Biden propose des choses qui sont en fait ce que nous faisons.
    Joe, New York est une ville fantôme. Le plexiglas n’est pas la solution, on ne peut pas faire ça aux gens, Joe.
    Ce sont des entreprises qui meurent, Joe. Nous devons les protéger et nous ne pouvons pas les fermer.

[Les deux disent à peu près la même chose. Et nous n’apprenons rien de nouveau, Biden accuse Trump de tout, c’est ce que font les médias depuis 5 mois]

  • Modérateur à Trump : vous traitez Fauci d’idiot.
  • Trump : « Je m’entends bien avec Fauci, mais il a dit de ne pas porter de masque. »
  • Puis Biden fait une erreur en mentionnant Trump et Wall Street. C’est comme offrir un bâton à Trump pour se faire battre.
  • Trump dit que Biden prend de l’argent à Wall Street. 
    « N’amenez pas Wall Street. Vous prenez de l’argent de Wall Street.
    Quelqu’un est passé par Wall Street. C’est vous qui prenez tout l’argent de Wall Street. Je ne le prends pas. »
  • Le modérateur ne demande pas à Biden de confirmer ou de nier– parce que c’est exact.

Conclusion : Je n’ai pas appris grand-chose de l’affaire Covid. Biden est lucide ce soir et fait valoir ses arguments assez clairement A ce point du débat, aucun des candidats n’a réellement marqué de points.

Sécurité nationale

Trump sur la famille Biden : » Ils sont comme un aspirateur. Ils aspirent de l’argent »

  • Biden attaque Giuliani, qui a révélé le contenu du disque dur de son fils à l’origine du scandale de corruption et dit que la Russie transmet les informations à Giuliani.
  • Trump attaque sur la corruption que le modérateur n’aborde pas :
    « Joe a reçu 3,5 millions de la Russie de la part du maire de Moscou. Je ne reçois pas d’argent de la Russie. Et vous avez reçu 3,5 millions de dollars. La Russie veut que je perde parce que j’ai été dur avec la Russie.
    La Russie vous paie probablement encore. Vous étiez le vice [président] quand c’est arrivé. Vous devez une explication aux Américains.
  • Trump a largué la bombe H : 
    « Vous receviez beaucoup d’argent de la Russie. Ils vous payaient beaucoup d’argent, et ils le font probablement encore. Mais maintenant, avec ce qui est sorti aujourd’hui, c’est encore pire. 
    Tous les emails, les emails horribles sur l’argent que vous ramassiez, vous et votre famille. 
    Et Joe, vous étiez vice-président lorsque tout cela est arrivé, et cela n’aurait jamais dû arriver. Et je pense que vous devez une explication au peuple américain. 
    Quelqu’un a tenu une conférence de presse il y a peu de temps [Trump parle du lanceur d’alerte ami de la famille qui vient de témoigner publiquement que les accusations sont vraies], qui travaillait avec vous et votre famille, mais ce qu’il a dit était accablant. Et indépendamment de moi, je pense que vous devez faire le ménage et parler au peuple américain. Peut-être que vous pouvez le faire dès maintenant ».
  • Biden : 
    « Je n’ai pris un centime à personne ». Et il se tourne à nouveau vers Trump. « Trump n’a pas publié sa déclaration d’impôts ». Et il dit à Trump ce que Trump lui dit.
  • Trump dit : « je publierai mes impôts quand je le pourrai ».
  • Trump revient sur le scandale : 
    « Je ne gagne pas d’argent avec la Chine. C’est vous qui le faites. 
    Je ne gagne pas d’argent avec l’Ukraine. Vous en gagnez. 
    Je ne gagne pas d’argent en Russie. Vous avez gagné 3,5 millions de dollars, Joe, et votre fils vous a donné une commission, il y a une déclaration selon laquelle « nous devons donner 10 % au grand patron ». Vous êtes le grand patron, je pense. Vous êtes le grand patron, je pense. Votre fils a dit « nous devons donner 10 % au grand patron. » 
    Joe, qu’est-ce que c’est que ça ? C’est terrible. »
  • Le modérateur le coupe « Très bien, messieurs. Je veux vous poser des questions à tous les deux sur tout ça, mais… » Le modérateur sauve à nouveau Biden.
  • Biden accuse Trump de ne pas payer d’impôts, ou des impôts très bas.
  • Trump : 
    « On m’a fait faire une fausse chasse aux sorcières pendant trois ans. Ils ont examiné tout ce que j’avais, y compris mes déclarations d’impôts, et ils n’ont trouvé absolument aucune collusion et rien de mal ».
  • Le modérateur tente d’arrêter Trump.
  • Trump : 
    « Vous vivez très bien, vous avez des maisons partout. Vous vivez très bien ».
  • Trump marque à nouveau des points en insinuant que Biden prend de l’argent sous la table des gouvernements étrangers.
    « Ce que vous avez fait, et le genre d’argent que votre famille a pris, votre frère a gagné de l’argent en Irak. »
  • Le modérateur pose une question à Biden : est-ce éthique ? [Non, vraiment ! Poser ce genre de question ! Elle devait demander qu’il commente, qu’il réponde aux accusations, mais pas si « c’est éthique »] 
  • Biden : « Rien n’était contraire à l’éthique ». [Biden ment mais elle le lui a servi sur un plateau. Si c’était éthique, Twitter et Facebook n’auraient pas censuré tous les comptes qui en parlent, y compris celui du NY Post qui a sorti l’affaire, et les médias ne feraient pas la censure totale de l’affaire] 
  • Trump : 
    « son fils n’avait pas de travail, et ils lui donnent 3,5 millions. »
    « Dès qu’il est devenu vice-président, Burisma, pas la meilleure réputation au monde, j’ai entendu dire qu’ils le payaient 183 000 dollars par mois, écoutez ça, 183 000 dollars, et ils lui ont donné un paiement initial de 3 millions de dollars, et il n’avait aucune expérience de l’énergie. C’est 100 % malhonnête. »
  • Le modérateur tente de le couper, et l’attaque sur son compte bancaire en Chine.
  • Trump continue : 
    « Votre fils vous a donné– ils ont même une déclaration selon laquelle « nous devons donner 10 % au grand homme. »
    « J’ai des comptes bancaires partout. Le mien en Chine est répertorié. Grosse différence ».
    « Il est le vice-président des États-Unis et son fils, son frère et son autre frère s’enrichissent. Ils sont comme un aspirateur. Ils aspirent de l’argent ».
  • Le modérateur coupe à nouveau Trump.
  • Puis Biden parle de la Chine, mais il n’est pas du tout crédible.
  • Trump enfonce le clou : 
    « Son fils est parti avec un milliard et demi de dollars de Chine… »
  • Le modérateur le coupe à nouveau.
  • Trump ne se laisse pas couper, et continue calmement
    « … après avoir passé 10 minutes au bureau et avoir été sur Air Force Two. Premièrement. 
    Deuxièmement, il y a un email très fort qui parle de votre famille qui veut gagner 10 millions de dollars par an pour qu’on vous présente des gens. »
    « J’ai donné 28 milliards de dollars à nos agriculteurs. Vous ne leur avez jamais rien donné. »
  • Le modérateur coupe encore Trump.
  • Le modérateur attaque Trump sur la Corée du Nord. [Qui se soucie de la Corée du Nord en ce moment ? ! Le modérateur n’aide pas les Américains en posant des questions si peu importantes].
  • Trump : 
    « Obama m’a dit que nous serions en guerre avec la Corée du Nord. Nous avons une bonne relation alors que nous devions faire la guerre. »
    « Avoir de bonnes relations avec les dirigeants des autres pays est une bonne chose. »
  • Le modérateur interrompt le débat quand il commence et elle perd son temps avec la Corée du Nord pour éviter d’autres sujets de politique étrangère. Notamment Israël. Et elle a réussi.
  • Biden : « et nous avions de bonnes relations avec Hitler. »
  • Trump : « ils [Obama et Biden] nous ont laissé un foutoir » [c’est vrai].

Conclusion : Nous n’avons pas beaucoup appris ici, mais Trump a bombardé Biden avec la corruption dont beaucoup de gens n’ont jamais entendu parler à cause de la censure des médias. Et il a pu brosser le sujet sans entrer dans les détails, assez pour que les gens commencent à se gratter sérieusement la tête. Les jours qui viennent diront si cela porte ses fruits. Surtout si de nouvelles révélations sortent.

Familles américaines : Soins de santé

  • Trump : 
    « Tout d’abord, j’ai fait quelque chose que personne ne pensait possible. Par le biais de la législature, j’ai mis fin au mandat individuel [assurance obligatoire sous peine d’amende]. C’est la pire partie d’Obamacare, comme nous l’appelons. Et puis les primes d’assurance sont en baisse. Nous n’avons plus le mandat. Nous protégerons toujours les conditions préexistantes. Biden va annuler les contrats d’assurance santé des gens. Il veut une médecine socialisée ».

Trump est fort et clair sur un sujet compliqué. Le problème pour lui, c’est que les Républicains n’ont pas tenu leurs promesses en matière de santé et que les gens ne font pas confiance aux Républicains pour y parvenir.

  • Biden promet ensuite ce que Trump dit qu’il va faire. Et il revient avec quelque chose que nous avons déjà entendu : Biden joue les grands classiques : « Si vous aimez votre assurance, vous pouvez la garder. » Un magnifique flashback.

Trump a fait mouche. Biden ressort la musique Obamacare.

  • Puis Biden dit : « Nous devons fournir une assurance santé aux gens à un prix abordable, et c’est ce que je fais. »

Jusqu’à présent, nous n’avons rien appris de ce débat, à part le fait que Biden est clair, que Trump est calme, que le modérateur coupe Trump. Les gens peu informés ont entendu Trump lâcher plusieurs fois la bombe de la corruption sur Biden.

Et puis tout change avec une phrase que Trump va marteler sur Biden jusqu’à la fin du débat, annulant tout ce que Biden dira par la suite. Et non seulement il rend caduc ce que Biden promet, mais plus il promet, plus Trump l’expose comme une créature du marécage, comme l’homme politique « qui parle beaucoup mais ne fait rien »– ce qu’il est vraiment.

  • Trump : 
    « il a été là pendant 47 ans et il n’a pas fait tout ça. Et maintenant, il veut le faire ! Il fera ce que [Bernie] Sanders [le socialiste] veut.
    Trump félicite au passage le modérateur, et rappelle aux gens que Biden a changé d’avis trois fois sur l’extraction de pétrole par fracturation.
  • Trump : 
    « Vous allez avoir une médecine socialiste, c’est comme ce que vous dites avec la fracturation : « Nous n’aurons pas de fracturation. Nous allons arrêter la fracturation. On va arrêter la fracturation. » Puis il va en Pennsylvanie et il dit, « Oh, nous allons continuer la fracturation. »

Trump frappe encore plus fort :

  • Il dit « Biden va détruire votre sécurité sociale. Et tout le pays va s’effondrer. Bernie Sanders a essayé dans son État [et ça a été une ruine.].
  • Biden : 
    « Trump pense qu’il est en compétition avec quelqu’un d’autre. Il se présente contre Joe Biden » [C’était une phrase préparée et apprise par cœur, mais c’est bien visé.]
  • Trump ne se démonte pas et continue calmement : 
    « Il va tuer la sécurité sociale, je vais protéger la sécurité sociale et l’assurance maladie. Joe Biden a essayé de les détruire à plusieurs reprises. Et le marché boursier va s’effondrer ». [Trump a hélas raison].
  • Trump : 
    « Les 401K [c’est ce qui conditionne le montant des retraites par capitalisation, indexées sur la bourse] crèvent le plafond ». 

Trump marque un nouveau point, car pour le reste, la sécurité sociale est un sujet impossible pour les gens à évaluer au cours d’un débat.

  • Modérateur à Biden : « Pourquoi n’avez-vous pas fait pression pour une aide économique coronavirus ». Bonne question du modérateur à Biden : « pourquoi n’avez-vous pas poussé les Démocrates à faire une autre loi de relance ? »
  • Biden : « Je veux être le président de l’Amérique, je ne vois pas les Etats bleus et les Etats rouges ». [Biden marque un point, mais il ne répond pas à la question qui dérange, à savoir que les Démocrates ont bloqué au Congrès le plan de relance et d’aide des Républicains.]
  • Biden veut un salaire minimum.
  • Trump : 
    « Je pense que ça devrait être une option État par Etat ». [Bon point !] 
    « Si vous augmentez le salaire minimum, les petites entreprises vont licencier des employés. 
    Tous les endroits sont différents les uns des autres ».

A qui doit faire confiance un Américain moyen ? A Trump qui est un homme d’affaires, qui connaît le business, ou un politicien de carrière depuis 47 ans ?

  • Joe Biden : « Il n’y a aucune preuve que lorsque vous augmentez le salaire minimum, les entreprises font faillite. » [Biden a tout faux !]
  • Voici le moment où il perd les pédales et devient incohérent :
    « Personne ne devrait avoir un seul emploi [il veut dire deux emplois], être en dessous du seuil de pauvreté. Les gens gagnent six, sept, huit dollars de l’heure. Les premiers intervenants que nous applaudissons tous lorsqu’ils descendent dans la rue parce qu’ils nous ont permis de réussir [?]. Qu’est-ce qui se passe ? Ils méritent un salaire minimum de 15 dollars. [Biden dit n’importe quoi, aucun premier intervenant ne gagne 6 ou 7 dollars de l’heure.]

Immigration

  • Modérateur : Permettez-moi de vous interroger sur votre politique d’immigration, Monsieur le Vice-président. L’administration Obama n’a pas réussi à mettre en œuvre la réforme de l’immigration, qui avait été une promesse clé pendant l’administration. Elle a également présidé à des expulsions records, ainsi qu’à des détentions familiales à la frontière avant de changer de cap. Alors pourquoi les électeurs devraient-ils vous faire confiance pour une réforme de l’immigration maintenant ?
  • Biden : 
    Parce que nous avons fait une erreur. 
    Il a fallu trop de temps pour la corriger. Je serai président des États-Unis, pas vice-président. Et le fait est que je l’ai dit très clairement. D’ici 100 jours, je vais envoyer au Congrès des États-Unis un plan d’accès à la citoyenneté pour plus de 11 millions de personnes sans papiers [les Américains sont majoritairement hostiles à légaliser 11 millions d’illégaux].
  • Trump : 
    « il a eu huit ans pour faire ce qu’il a dit qu’il allait faire. Il a eu huit ans, il a été vice-président. Il n’a rien fait d’autre que de construire des cages pour enfermer les enfants [étrangers].
    Les enfants sont amenés [en Amérique] par les coyotes [surnom des passeurs] et les trafiquants d’êtres humains. Nous avons 600 km de murs. Ils ont dit que je construisais les cages, mais les photos montrent qu’Obama a construit les cages. Les enfants viennent avec les coyotes ».
  • Biden : « Ce ne sont pas les coyotes, ce sont les parents. »
  • Trump : « qui a construit les cages Joe ? » Joe ne répond pas. Trump répète, mais encore une fois, mais le modérateur le coupe.
  • [Ici, Donald Trump devrait attaquer Biden avec son projet de payer les frais de santé des étrangers en situation irrégulière, mais il a oublié.]
  • Trump : « il a eu 8 ans pour arranger l’immigration et il n’a fait que construire des cages. »
  • Le modérateur cite l’échec de l’administration Obama à réformer le système d’immigration. A Biden : « Pourquoi les Américains devraient-ils vous faire confiance pour la réforme de l’immigration maintenant ?
  • Biden semble suggérer avec fierté qu’il ferait peu ou rien pour contrôler les frontières américaines.
  • Trump : 
    « Il ne comprend pas la notion de « attraper et relâcher » les illégaux. C’est un désastre. Un meurtrier entrerait dans le pays. Un violeur entrerait dans le pays. Une très mauvaise personne entrerait dans le pays. On prendrait son nom, puis nous devons le relâcher, dans notre pays. Et puis vous dites qu’il reviendra pour sa convocation au tribunal. Les mauvaises personnes ? Les criminels reviendraient au tribunal ? » [C’est un excellent point pour Trump. Les Américains n’aiment pas l’immigration clandestine, et cela leur rappelle les années Obama.]

Les problèmes de race

  • Joe dit qu’il a donné à sa fille « la parole » que les Noirs donnent à leurs enfants ? Deuxième moment incohérent de Biden.
  • Biden : 
    « Ma fille est assistante sociale et elle a beaucoup écrit à ce sujet. Elle est diplômée de l’Université de Pennsylvanie en travail social. Et l’une des raisons pour lesquelles j’ai fini par travailler dans l’East Side de Wilmington, dans le Delaware, qui est à 90 % afro-américain, c’était pour en savoir plus sur ce qui se passait. Je n’ai jamais eu à dire à ma fille que si elle se gare, elle doit mettre ses mains sur le volant pour un contrôle routier ». [Ce qu’il dit est bizarre].
  • Trump : « il est au gouvernement depuis 47 ans, il n’a jamais rien fait, sauf en 1994, quand il a fait tant de mal à la communauté noire, et qu’il les a appelés « les super prédateurs ». 1994, votre projet de loi sur la criminalité. [Trump a frappé un très grand coup en rappelant ce qualificatif raciste « super prédateur » employé par Biden, et sa loi raciste.]

Puis Trump rappelle tout ce qu’il a fait pour les Noirs et les Hispaniques. De manière très articulée. Un très bon moyen de rappeler en détail ce qu’il a fait, qui lui manquait au premier débat. Trump a appris sa leçon de son vice-président.

  • Trump : 
    « Personne n’a fait plus pour la communauté noire que Donald Trump. La réforme de la justice pénale, Obama et Joe ne l’ont pas fait. Réforme des prisons, zones d’opportunités avec Tim Scott. Historiquement, les universités et collèges noirs, Obama ne leur aurait jamais accordé de financement à long terme et c’est ce que j’ai fait. Un financement à long terme sur 10 ans. »
  • Biden : 
    « Personne ne devrait aller en prison parce qu’il a un problème de drogue. Ils devraient aller en réhabilitation, pas en prison. Nous devrions changer fondamentalement le système et c’est ce que je vais faire ».
  • Trump : 
    « Pourquoi ne l’avez-vous pas fait il y a quatre ans ? Vous avez eu huit ans avec Obama. Vous savez pourquoi ? Parce que vous ne faites que parler et il n’y a rien derrière. »
  • Biden : 
    « Je n’ai jamais dit ce qu’il m’accuse d’avoir dit [manque de chance Biden, on a l’enregistrement].
  • Trump : 
    « Pourquoi n’avez-vous pas fait tout ça il y a des années ? Vous savez Joe, je me suis présenté à cause de vous. Je me suis présenté à cause de Barack Obama, parce que vous avez fait un mauvais travail. Si je pensais que vous aviez fait du bon travail, je ne me serais jamais présenté. 
    Je vous regarde maintenant, vous êtes un politicien, je me suis présenté à cause de vous, parce que vous n’avez rien fait. »

Très très très fort. C’est un coup gagnant.

  • Trump attaque de nouveau et fort, mais calmement, sur la corruption. « On vous appelle un politicien corrompu.
    C’est vrai pour la Russie, l’Ukraine, la Chine, d’autres pays, l’Irak. 
    Si tout est vrai, alors vous êtes un politicien corrompu. Joe, on dit de vous que vous êtes un politicien corrompu ».
    « [l’ordinateur de votre fils], ils l’appellent le portable infernal. »
  • La modératrice coupe à nouveau Trump : elle a reçu l’ordre de ne pas laisser Trump parler de l’ordinateur portable de Hunter Biden, et des révélations explosives de l’associé de la famille.
  • Biden sort le hoax des 50 anciens agents des services de renseignements nationaux qui auraient dit que ce que contient l’ordinateur portable de Biden est une désinformation russe. Sauf que le directeur du service des Renseignements intérieurs a confirmé que ce n’est pas le cas.
  • Trump déclare : 
    « Vous voulez dire que l’ordinateur portable est un autre canular de la Russie ? C’est une plaisanterie ! »
    « Et voilà, c’est reparti pour la Russie ! » [oui, c’est inspiré d’une phrase de Reagan lors d’un débat présidentielle « here we go again »] 
  • Trump rappelle que Black Lives Matter chantait « Pigs in a blanket », à propos de la police (il faut faire griller les flics au barbecue), et ajoute : « Je suis la personne la moins raciste dans cette pièce » [ce qui est vrai].
  • Joe Biden : « Abraham Lincoln est ici l’un des présidents les plus racistes que nous ayons eus dans l’histoire moderne ». [Quoi ?]
  • Trump corrige Biden sur Abraham Lincoln et dit : « Vous avez fait voter la loi sur le crime, et des dizaines de milliers de noirs, pour la plupart en prison, s’en souviennent. »
  • Le modérateur confirme ce que dit Trump.
  • Biden : 
    « c’était une erreur » [c’est la deuxième fois que Biden dit « nous avons fait une erreur », c’est beaucoup]. « Ils ne devraient pas aller en prison pour drogue et alcool. » [Joe Biden est une girouette. Il est passé de « super prédateurs » à la libération de criminels violents, de violeurs et de pédophiles de prison. Il est passé de « nous devons faire respecter nos frontières » à « nous allons légaliser 11 millions d’étrangers en situation irrégulière ». Il est passé de fermement opposé à l’avortement à « l’avortement est un droit constitutionnel. Toute femme devrait avoir ce droit »].
  • Trump : 
    « Vous n’avez pas réussi à le faire pendant 8 ans, et maintenant, vous dites que vous allez le faire. Tout cela, c’est des paroles en l’air. Des paroles et rien que du vent, aucune action ». [C’est une phrase extrêmement puissante.]
    « Pourquoi ne l’avez-vous pas fait pendant 8 ans ? Vous avez mis de jeunes hommes noirs en prison, vous auriez pu faire une réforme, vous n’avez fait que parler, vous n’avez rien fait ».

Je pense que Trump a gagné le vote des Noirs ce soir. Et sans le vote noir, les Démocrates ne peuvent pas être élus : c’est ce qui a manqué à Hillary en 2016. Et Trump a brillamment réussi à sortir du piège de la race tendu par le modérateur.

  • Trump : 
    « Une question, pourquoi ne l’avez-vous pas fait en huit ans, c’était il n’y a pas très longtemps ? Pourquoi ne l’avez-vous pas fait ? Vous avez juste dit : « Je vais faire ça, je vais faire ça ».
    Vous avez mis des dizaines de milliers de jeunes hommes, pour la plupart noirs, en prison, et maintenant vous dites que vous allez défaire cela, pourquoi ne l’avez-vous pas fait ?
    Vous avez eu huit ans avec Obama. 
    Vous savez pourquoi, Joe ? Parce que vous ne faites que parler, vous n’agissez pas. » [Cette façon de marteler « vous ne faites que parler » est brillante, car c’est, quelque soit le parti politique et le pays, ce que la plupart des gens pensent des politiciens : ils promettent, et ils ne font rien ou presque.]
  • Biden : « Nous avons eu un Congrès Républicain, c’est ça ma réponse ».

Et là, Trump lui donne le coup fatal :

  • « Eh bien, il faut les convaincre, Joe, parfois il faut les convaincre… comme pour la réforme de la justice pénale, j’ai dû convaincre les Démocrates. »

Conclusion : Trump a semé le doute sur la capacité de Biden à faire son travail en soulignant qu’il n’a pas été capable de changer le système judiciaire quand il était vice-président. Il l’a exposé comme un politicien qui fait des promesses et ne les tient pas, qui parle de faire des réformes alors qu’il a eu 8 ans avec Obama pour les faire, et l’expose comme un incapable, un beau-parleur, une baudruche vide.

Changement climatique

Ce n’est pas le point fort de Trump– il croit moyennement à cette histoire, et pourtant, il va s’en sortir de manière extraordinaire.

  • Trump : « J’aime l’air pur et l’eau propre. Nous avons les meilleurs chiffres [c’est vrai, les meilleurs chiffres mondiaux], les meilleures émissions de carbone [vrai aussi]. Mais regardez la Chine, l’air est sale. La Russie, l’air est sale. L’accord de Paris n’abordait pas ce problème. [Exact : les Accords de Paris laissent la Chine polluer pendant 10 ans, sans aucune réforme, et elle est le pays le plus pollueur au monde.]
    Je ne sacrifierai pas l’économie pour cela. Le programme environnemental de Biden le ferait : il coûterait des milliards de milliards à notre économie, éliminerait des millions d’emplois, augmenterait les coûts énergétiques, et dévasterait l’indépendance énergétique de l’Amérique. »
  • Biden répond mais ne dit rien de nouveau qu’on ne sache déjà. Il fait des promesses, mais il n’est plus crédible après les propos de Trump (vous parlez mais vous ne faites rien.)
  • Trump : 
    « son plan, c’est celui d’AOC [la socialiste Alexandria Ocasio-Cortez]. Son plan coûtera 100 billions de dollars. AOC Plus 3 est un cauchemar pour l’Amérique. 
    Ils veulent démolir les immeubles et les construire avec de petites fenêtres. C’est le plan le plus fou qui soit.
    Si vous voulez tuer notre économie, appliquez son plan pour le climat. »

Trump gagne des points puissants.

  • Trump parle de la fracturation, le modérateur l’interrompt et demande à Biden s’il va l’interdire. Il dit non et il essaie de passer à autre chose.
    Trump insiste pour répondre. Biden dit, à tort, qu’il ne s’oppose à la fracturation que sur les terres fédérales.
  • Trump : « La fracturation, vous avez dit que vous tueriez la fracturation. »
    Biden : « Je ne l’ai pas dit. »
  • Trump : « C’est en vidéo ! Il est contre la fracturation, il l’a dit en Pennsylvanie. » [Biden est sur la défensive. Trump gagne encore. Même CNN reconnaît que Biden a dit qu’il est contre. Daniel Dale de CNN : « Trump a raison, Biden a fait des commentaires anti-fracturation en 2019 et 2020, et Trump ne mentait pas. »]
  • Biden : « L’industrie pétrolière pollue. Je vais arrêter de leur donner des subventions » [Cela pourrait lui coûter la Pennsylvanie et l’Ohio]
    « Je sortirais l’industrie pétrolière parce que l’industrie pétrolière pollue beaucoup. » [Donc, Biden a nié avoir dit qu’il mettrait fin à la fracturation… et ensuite il a dit qu’il mettrait fin à toute l’industrie pétrolière américaine !]
  • Trump : « Il va détruire l’industrie pétrolière. »
  • Biden : « Nous devons passer à un niveau émission zéro. »
  • Trump : « Allez-vous convaincre la Chine de le faire ? »

Conclusion : Trump marque énormément de points décisifs. Il aurait dû dire : « Hé Joe, comment allez-vous atténuer le changement climatique si la Chine ne fait rien », mais il a quand même gagné. 

En fait, Trump a tellement marqué de points que l’équipe de Biden cherche maintenant à changer les propos de Biden sur l’industrie pétrolière, en disant que Biden faisait référence à la fin des subventions pétrolières et non à la fin de l’industrie pétrolière. Trop tard, les amis, désolé. Nous l’avons tous entendu !

Question finale

Trump : « Le succès va nous rassembler et nous sommes sur la voie du succès »

  • Trump : 
    « Avant la peste, nous avions les meilleurs emplois pour les Noirs, les Hispaniques, les femmes, les Asiatiques. Un taux d’emploi record. Le succès va nous rassembler et nous sommes sur la voie du succès [OK, c’est une phrase manifestement préparée à l’avance, mais elle fonctionne bien]
    Je réduis les impôts, et il veut augmenter les impôts et mettre de nouvelles réglementations sur tout. 
    S’il est élu, il y aura une dépression comme vous n’en avez jamais vu [Trump exagère fortement, c’est son défaut– c’est son style diront certains], votre 401K ira en enfer [ça par contre c’est vrai] et ce sera un jour très très triste pour ce pays. » [pas pour tout le monde : les marxistes et les socialistes seront comblés. Mais comme ce sont des nihilistes, ils ne seront même pas heureux de leur victoire]
  • La dernière déclaration de Biden est faible et attendue. « Je serais un président Américain. Je vous représenterai tous, que vous ayez voté pour moi ou contre moi [tous les présidents disent ça, c’est la phrase la plus attendue qui soit]. Et je vais faire en sorte que vous soyez représentés. Je vais vous donner de l’espoir. »

Conclusion

Trump a dominé ce débat de part en part à partir de la seconde moitié.

Ce soir, le débat a opposé l’homme d’affaires qui accomplit des choses, qui fait le travail, à un politicien de Washington comme on les déteste tous (sauf à Washington) qui parle beaucoup, promet énormément, et ne fait rien. Et Trump a brillamment fait en sorte que tout le monde en Amérique voit Biden pour ce qu’il est. Sans oublier qu’il a finement mais avec force introduit l’affaire de corruption de la famille Biden. Je ne sais pas combien ça influencera les électeurs, mais je peux vous assurer avec la plus grande certitude que ça ne lui apportera pas une voix supplémentaire.

Même Jake Tapper de CNN l’a dit : « Biden a eu du mal quand Trump l’a confronté à la question suivante : vous êtes en politique depuis 47 ans, vous avez été vice-président pendant 8 ans, pourquoi n’avez-vous pas fait tout ça à l’époque ? » Et Jack Tapper déteste Trump…

Trump a exposé Biden sur la corruption. Il y est retourné plusieurs fois, et tous ceux qui n’en ont jamais entendu parler à cause de la censure des médias en entendent maintenant parler.

Donald Trump a dit : « Le succès nous rapprochera ». Et Biden à dit que les États-Unis sont un pays raciste et qu’il n’y a aucun espoir avec le coronavirus. Qui voulez-vous voir en poste pour les quatre prochaines années ?

Trump a gagné parce qu’à chaque fois que Biden a dit « je vais faire ceci et je vais faire cela », Trump s’est retourné et lui a dit « pourquoi ne l’avez-vous pas fait pendant les 47 dernières années » et cela a tué tout ce que Biden a dit.

Et ceci a été très fort : « Vous et Barack Obama êtes la raison pour laquelle je suis le président des États-Unis aujourd’hui. »

Biden a fait du mal à son camp. Il était vague et a débité des généralités de la même façon qu’Obama le faisait. Et les Américains ne voulaient plus d’Obama.

Anecdote : Trump a fait remarquer en coulisses que Welker (la modératrice du débat) a protégé Joe de la plupart des questions sur l’ordinateur portable de son fils, mais Trump a ajouté « Mais elle n’est pas Wallace » en référence au modérateur du premier débat.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg

Amy Coney Barrett confirmée à la Cour suprême, Trump remporte une énorme victoire

Qu’il perde ou gagne l’élection du 3 novembre, Donald Trump s’assure de laisser sa marque sur la politique américaine pour des décennies.

  • Le HuffPost

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE – À huit jours des élections, Donald Trump a enregistré une immense victoire avec la confirmation de la magistrate très conservatrice Amy Coney Barrett à la Cour suprême des États-Unis, désormais ancrée durablement et solidement à droite.

Malgré l’opposition des démocrates face à un processus jugé “illégitime” si près du scrutin présidentiel, les élus républicains, majoritaires à la Chambre haute, ont tous, à une seule exception, voté pour la candidate choisie par le président.

Cette fervente catholique de 48 ans, mère de sept enfants et notamment opposée à l’avortement (voir vidéo ci-dessous), a immédiatement prêté serment dans la foulée à la Maison Blanche. Elle pourrait rejoindre dès mardi le temple du Droit américain, où elle prendra le siège laissé vacant par le décès de l’icône progressiste et féministe Ruth Bader Ginsburg le 18 septembre.https://www.dailymotion.com/embed/video/x7wtcfw

Marque indélébile 

La Cour suprême, arbitre des grands sujets de société aux Etats-Unis, comptera ainsi six juges conservateurs sur neuf, dont trois nommés par Donald Trump. Ce succès indéniable est propre à galvaniser les électeurs de la droite religieuse, qui sont reconnaissants à l’ancien magnat de l’immobilier d’avoir nommé, au cours de son mandat, plus de 200 juges fidèles à leurs valeurs dans l’ensemble du système judiciaire fédéral.

Quel que soit le résultat de l’élection du 3 novembre, ce bilan sera durable, car ces postes sont ”à vie” et que Donald Trump a choisi des magistrats globalement jeunes. La juge Barrett “sera formidable, et elle est là pour longtemps”, a d’ailleurs lancé le président-candidat.https://platform.twitter.com/embed/index.html?dnt=true&embedId=twitter-widget-0&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1320908895401971719&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.huffingtonpost.fr%2Fentry%2Famy-coney-barrett-confirmee-a-la-cour-supreme-trump-remporte-une-enorme-victoire_fr_5f977b8ec5b63fd49cef6637&siteScreenName=LeHuffPost&theme=light&widgetsVersion=ed20a2b%3A1601588405575&width=550px

Prenant la parole une dernière fois avant le vote, le sénateur républicain Lindsey Graham a salué un jour “historique” et loué une “universitaire impressionnante”.  ,Amy Coney Barrett est “brillante, qualifiée”, applique le Droit et ne se mêle pas de politique, a renchéri le chef de la majorité républicaine Mitch McConnell, qui a imposé un calendrier extrêmement serré au processus de confirmation.

Son homologue démocrate Chuck Schumer a dénoncé leur “hypocrisie”. Pour lui, la juge Barrett n’a pas été choisie pour ses qualifications mais parce qu’elle “a des opinions de droite radicale”, notamment sur l’avortement, les droits civiques ou l’environnement. Avec emphase, il a fait part de sa “tristesse” face à ce qui est pour lui “l’un des jours les sombres de l’histoire américaine”.

Démocrates démunis 

Faute de leviers pour faire barrage à cette nomination, les démocrates ont tenté de transformer les débats, retransmis en partie sur les chaînes de télévision, en une tribune sur l’avenir de l’assurance santé Obamacare, que Donald Trump veut abroger. La haute cour doit en effet examiner le 10 novembre un recours contre cette loi emblématique de l’ex-président démocrate, sur laquelle la juge a exprimé des réserves dans le passé. 

Joe Biden, de son côté, ne cesse d’accuser le président Trump d’avoir échoué face au nouveau coronavirus, qui a emporté plus de 225.000 vies aux Etats-Unis.  “Donald Trump est le pire président qui soit ― la pire personne qui soit ― pour nous diriger pendant cette pandémie”, a-t-il encore déclaré lundi lors d’une visite surprise en Pennsylvanie, que son rival sillonnait au même moment.

Devant des journalistes, Donald Trump, sur la défensive, a dû jurer qu’il “n’avait pas” capitulé face au virus, après des propos ambigus d’un de ses proches. “Nous sommes définitivement en train de tourner la page”, a-t-il encore assuré. La veille, des déclarations du chef de cabinet de la Maison Blanche ont renforcé le sentiment d’une administration impuissante, voire dépassée par la situation. “Nous n’allons pas contrôler la pandémie, nous allons contrôler le fait qu’on puisse avoir des vaccins”, avait déclaré Mark Meadows sur CNN.

Trump a mis au rancart la théorie du « vol des oies sauvages »
du commerce international

PUBLIÉ PAR MAGALI MARC LE 31 OCTOBRE 2020

pastedGraphic.png

La théorie du vol des oies sauvages a surtout été un prétexte utilisé par les Globalistes pour déplacer des industries hors de leurs pays d’origine afin de payer des bas salaires à des travailleurs facilement exploitables dans des pays non-démocratiques où les réglementations environnementales sont à peu près inexistantes. Des milliers d’emplois ont été perdus dans les pays industrialisés, permettant à des entreprises d’exporter leur production afin de réaliser des profits pharamineux. Par chance pour les Américains, le Président Trump a commencé à inverser cette tendance.

*********************************

Trump rejette la théorie du « vol des oies sauvages » du commerce international

Michael Lind, professeur à la University of Texas à Austin, est partisan d’une politique industrielle nationale.

Dans un article paru dans American Compass (un média en ligne), il concentre son attention sur les failles du paradigme commercial dominant utilisé par les mondialistes : la théorie du « vol des oies sauvages ».

Le professeur Lind décrit comme suit la théorie du vol des oies sauvages :

La « théorie du vol des oies sauvages» du commerce international a été proposée par le savant japonais Kaname Akamatsu dans les années 1960 et a été très discutée en Occident dans les années 1980 et 1990. Il s’agit d’une théorie du développement économique mondial, dans laquelle un pays qui est une puissance économique comme le Japon ou les États-Unis, est comparé à une oie qui vole en tête et qui est suivie d’une volée d’oies, les autres nations en voie de développement. Les oies qui suivent arrivent éventuellement là où se trouvait celle qui était en tête, mais celle-ci est déjà ailleurs. Le monde entier va donc dans la même direction de développement technologique et économique croissant, mais les positions relatives des nations dans la hiérarchie demeurent stables dans le temps.

En théorie, cela est censé se produire parce que dans les économies avancées comme les États-Unis, les «vieilles» industries comme, par exemple, le textile et l’acier deviennent obsolètes, et les pays avancés développent de nouvelles industries ou de nouveaux services.

Les industries obsolètes sont abandonnées et transmises aux pays en voie de développement.

Les travailleurs des pays avancés trouvent un emploi dans les nouvelles industries, et ceux des pays en voie de développement font le même travail qu’en Amérique il y a vingt-cinq ou cinquante ans, bien qu’à des salaires inférieurs.

La théorie du vol des oies sauvages n’est pas une trouvaille académique impénétrable.

M. Lind a déclaré :

C’est le modèle implicite de l’économie que partagent la plupart des décideurs politiques, des experts, des économistes et des dirigeants d’entreprise américains qui se confrontent lors des réunions politiques à Washington, New York, Aspen et Davos. Le modèle est faux.

Il était erroné lorsqu’il a été proposé pour la première fois, et il l’est encore plus aujourd’hui.

Comme le souligne M. Lind, l’Amérique n’a pas rendu obsolète son industrie agricole. Au contraire, les États-Unis ont investi dans ce secteur et ont fait de l’agriculture américaine une des merveilles du monde.

Il aurait été insensé d’abandonner l’agriculture et de compter sur des sources étrangères pour notre approvisionnement alimentaire afin de concentrer nos efforts sur de nouvelles industries comme l’automobile et l’électronique.

En revanche, il était insensé pour l’Amérique – l’oie en tête du peloton – d’exporter une grande partie de sa production, y compris des produits pharmaceutiques et des produits de santé essentiels, vers la Chine, une oie qui était à la traîne.

M. Lind rejette l’idée qu’il existe de «vieilles» industries qui devraient être cédées par les États-Unis à des pays étrangers. Comme il le dit :

Il n’y a pas de vieilles industries, seulement des industries qui n’ont pas encore été modernisées grâce aux nouvelles technologies.

Il a raison.

Il donne un exemple :

L’histoire de l’industrie américaine des transports fournit une autre raison pour laquelle la théorie du vol des oies sauvages est fausse. Cette raison est l’hybridation croisée entre les industries et les technologies. Aux États-Unis, l’industrie automobile et l’industrie aéronautique se sont inspirées de l’industrie de la bicyclette, qui avait déjà développé des cadres en métal léger, des roulements à billes et d’autres composants nécessaires. Sans l’industrie de la bicyclette déjà existante, la transition du transport des voitures tirées par des chevaux aux voitures sans chevaux aurait pu prendre plus de temps et s’avérer plus difficile.

En réalité, la théorie du vol des oies sauvages n’est qu’une excuse utilisée par les grandes multinationales pour déplacer des industries hors des États-Unis à la recherche de bas salaires, de travailleurs plus facilement exploitables, de faibles ou inexistantes réglementations environnementales et de subventions gouvernementales plus généreuses.

Le transfert a été fait au nom du profit des entreprises, avec un coût énorme pour le pays.

Heureusement, depuis 2016, les États-Unis ont un président qui a non seulement mis fin à cette situation, mais qui a commencé à inverser la tendance.

Les sceptiques pourraient dire qu’ils ne voient pas beaucoup de signes de relocalisation. C’est à cause de la force de l’inertie. Tout comme il faut du temps pour redresser un paquebot, il faut du temps pour rétablir une base industrielle.

Mais le processus est en cours et s’accélérera considérablement au cours du second mandat de Donald Trump.

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CORONAVIRUS

Docteur Fauci, une belle ordure qui récolte des milliards depuis 40 ans pour la recherche sur un faux virus du Sida… est le conseillé pour le coronavirus !

Publié

le


TRUMP QUALIFIE SON ANCIEN CONSEILLER SUR LE COVID-19 ANTHONY FAUCI DE “ROI DES RETOURNEMENTS DE VESTE”

A.S. avec AFPLe 30/03/2021 à 10:35

Dans un communiqué diffusé lundi, l’ancien président américain s’en est pris à ses anciens conseillers en matière de lutte contre la pandémie, Anthony Fauci et Deborah Birx.

Donald Trump s’en est pris lundi avec virulence à deux de ses ex-conseillers les plus connus en matière de lutte contre la pandémie, Anthony Fauci et Deborah Birx, qui se sont confiés à CNN sur leur expérience difficile avec l’ex-président américain.

Dans un long communiqué rageur, souvent moqueur, le républicain a accusé ces experts d’être “deux personnes faisant leur autopromotion et essayant de réécrire l’histoire pour faire oublier leurs mauvais instincts et leurs recommandations défaillantes, que j’ai heureusement presque toujours refusé de suivre”.

“Une menteuse confirmée”

Vantant sa propre action sur les vaccins – son administration avait investi des milliards dans plusieurs projets – Donald Trump a affirmé que “si ça n’avait tenu qu’à eux, nous serions en ce moment enfermés dans nos sous-sols et notre pays traverserait une dépression financière”.

“Le Dr Fauci est aussi le roi des retournements de veste (…) pour se donner bonne apparence”, a-t-il poursuivi, en dénigrant par la même occasion la performance de l’immunologue lorsqu’il a effectué le premier lancer lors d’un match de baseball l’an dernier.

Quant à la Dr Birx, c’est “une menteuse confirmée, qui n’a presque plus aucune crédibilité”, a-t-il assené. “C’était une voix très négative qui n’avait pas les bonnes réponses”, a-t-il ajouté, en tenant à rappeler – “qui peut l’oublier?” – qu’elle avait participé à une réunion de famille après la fête de Thanksgiving alors qu’elle avait demandé aux Américains de rester chez eux pour juguler l’épidémie.

Cette sortie du milliardaire installé en Floride depuis son départ de la Maison Blanche intervient après que le Dr Fauci a dit à CNN, dans le cadre d’un documentaire, à quel point il avait été choqué que Donald Trump appelle des Etats américains à se “libérer” alors que les experts exhortaient au respect des règles sanitaires. Ce fut comme “un coup de poing à la poitrine”, a-t-il affirmé.

Deborah Birx a elle raconté, également à CNN, avoir reçu un coup de fil “très difficile” de la part du président de l’époque après avoir évoqué la propagation du virus dans les zones rurales.

Voyez la suite

TRUMP

S’ils n’ont rien à cacher, pourquoi les Démocrates ont-ils si peur de l’audit en Arizona

Publié

le

L’audit électoral dans le comté de Maricopa, en Arizona, fait en sorte que les Démocrates, les propagandistes dans les médias de masse et les Républicains NeverTrump commencent à ressembler à des rats paniqués. Une armée d’avocats supplient les tribunaux d’État et fédéraux d’arrêter l’audit et demandent au Secrétaire d’État démocrate de l’Arizona et au ministère de la Justice de Merrick Garland d’intervenir sous le prétexte absurde que garantir l’intégrité des élections prive les électeurs de leurs droits civils. Rachel Maddow, de MSNBC, insiste sur le fait que cet exercice signale « la fin de la démocratie ». Mais de quoi ont-ils si peur ?

S’il n’y a rien à cacher, pourquoi les Démocrates paniquent-ils à propos de l’audit en Arizona ?

Si vous avez suivi l’audit électoral qui se déroule actuellement dans le comté de Maricopa, en Arizona, vous savez que les Démocrates, les propagandistes dans les médias et les Républicains NeverTrump «inquiets» commencent à ressembler de plus en plus à des rats pris au piège qui couinent de peur.

Une armée d’avocats – dont beaucoup sont les mêmes agents politiques qui ont manipulé les élections de novembre en contrevenant aux lois électorales existantes et en inondant les États-charnière de bulletins de vote par correspondance non contrôlés et non vérifiés – supplient les tribunaux d’État et fédéraux d’arrêter l’audit à mi-parcours et demandent au Secrétaire d’État démocrate de l’Arizona et au ministère de la Justice de Merrick Garland d’intervenir sous le prétexte absurde que garantir l’intégrité des élections prive en quelque sorte les électeurs de leurs droits civils.

L’Arizonaise et partisane de Joe Biden, Cindy McCain, a publiquement qualifié le recomptage des voix de «ridicule» parce que « l’élection est terminée ». Et Rachel Maddow, de MSNBC, est tellement terrifiée par ce que les auditeurs pourraient trouver qu’elle insiste sur le fait que tout cet exercice est non seulement «dangereux», mais aussi signale « la fin de la démocratie ».

Bien que l’ensemble de l’audit soit mené avec une transparence sans précédent et des flux vidéo en direct qui invitent les téléspectateurs du monde entier à suivre le processus, des reporters et des agents politiques adverses ont été pris à plusieurs reprises en train de tenter d’infiltrer l’opération bien menée ou de s’efforcer de révéler l’identité des travailleurs.

Quelle raison peut-il y avoir d’insérer des espions dans un processus déjà ouvert, si ce n’est pour jeter ultérieurement le doute sur l’intégrité du processus d’audit lui-même ?

Et s’il y a une raison d’exposer l’identité des travailleurs au public autre que de faire d’eux des cibles pour des campagnes de harcèlement et d’intimidation, les journalistes n’ont pas essayé de la fournir.

Comparez l’audit hautement professionnel qui se déroule en Arizona au chaos orchestré de l’élection présidentielle.
Il a fallu cinq jours en novembre dernier pour que les compteurs de votes trouvent suffisamment de bulletins de vote par correspondance pour Joe Biden afin que les médias alliés des Démocrates puisse le déclarer vainqueur, et cela dans les circonscriptions électorales où l’avance de Donald Trump avait disparu. Il n’y a eu aucune transparence de leur part.

Les compteurs de votes ont recouvert les fenêtres de cartons afin de bloquer toute forme d’observation extérieure ; le comptage s’est interrompu et a repris en secret ; et des procédures ad hoc ont été établies à la volée et sans cohérence d’une circonscription à l’autre pour déterminer s’il fallait inclure les bulletins dépourvus des paramètres d’identification des électeurs légalement requis, y compris même le protocole de sécurité rudimentaire de la signature des électeurs.

Si des élections « libres et équitables » requièrent une sécurité de base, une vérification de l’authenticité des bulletins de vote et des normes appliquées de manière cohérente, au moins dans les circonscriptions et les comtés d’un même État, alors il est évident que les élections de 2020 n’avaient rien de libre ou d’équitable.

Ce qui est remarquable, c’est que la plupart des Américains sont en fait arrivés à cette conclusion raisonnable. 

Après six mois de l’une des pires tentatives d’intoxication de l’histoire de l’Amérique, au cours desquels les propagandistes des médias d’entreprise et les géants de la technologie se sont alliés aux autorités fédérales et étatiques pour dépeindre l’élection présidentielle comme étant honnête et décrire tous ceux qui remettaient en question sa légitimité comme des cinglés, des «extrémistes», des «insurgés violents» et des «terroristes». Le tambour narratif presque universel de la presse et la guerre psychologique déployée contre les Américains ordinaires ont échoué lamentablement à produire l’effet désiré.

Que leurs mots soient peints à la bombe sur les viaducs des autoroutes, discutés dans des forums en ligne non censurés ou prononcés à voix haute, de plus en plus d’Américains ont conclu que l’élection a été volée au Président Trump.

Les législatures des États n’ont rien fait pour assurer l’intégrité des élections. Les procès électoraux intentés en Arizona, au Nouveau-Mexique, en Géorgie, au New Hampshire, au Michigan, en Pennsylvanie et au Wisconsin n’ont pas permis de mettre en place un mécanisme opportun pour remédier aux violations des lois électorales des États, sans parler d’empêcher la probabilité qu’une fraude pure et simple se produise.

La Cour suprême s’est soustraite à son propre devoir constitutionnel de sauvegarder le droit de vote des Américains quand elle a refusé d’entendre en appel le bien-fondé de procès alléguant une mauvaise conduite électorale, quand elle n’a consenti à examiner les controverses qu’après l’inauguration de Joe Biden, pour ensuite les rejeter en grande partie comme étant sans objet, et en refusant carrément d’exercer sa compétence initiale sur le procès intenté par le Texas contre d’autres États pour leur incapacité à garantir l’application égale de leurs propres lois électorales comme l’exige la Constitution.

À chaque étape, les institutions américaines ont totalement échoué à garantir la sécurité de l’élection de 2020 avant, à protéger les votes des Américains une fois que la catastrophe prévisible du vote par correspondance s’est produite le 3 novembre, ou à fournir un semblant d’État de droit après, qui aurait pu remédier aux échecs évidents et multiformes de l’élection et arrêter le déclin de l’Amérique vers une farce de république bananière dont les élections semblent moins fiables que celles du Venezuela.

Pourtant, le bon sens du peuple américain a largement prévalu sur le «grand mensonge», une réussite étonnante à une époque où les Américains n’ont jamais été autant contrôlés par des autorités gouvernementales qui micro-gèrent tout, depuis ce qu’ils portent sur le visage jusqu’aux pronoms qu’ils utilisent pour désigner les autres.

J’ai toujours été d’avis que si l’ampleur de la fraude et de la manipulation de l’élection de 2020 est un jour révélée, les archives historiques ne pourront jamais rendre compte de trois faits qui trahissent le bon sens de la plupart des Américains : 

  • (1) aucun président depuis un siècle et demi n’a gagné plus de voix lors de sa réélection que lors de sa première élection tout en perdant sa réélection, et le Président Trump a gagné plus de dix millions de nouvelles voix par rapport à sa victoire de 2016 ;
  • (2) Joe Biden, un homme montrant des signes évidents de déclin mental et de démence qui a généré des niveaux d’enthousiasme historiquement bas parmi ses propres électeurs démocrates, a, d’une manière ou d’une autre, gagné plus de quinze millions de voix que Barack Obama, la rock star politique qui a dynamisé les Démocrates en 2012 comme aucun autre politicien de mémoire récente, n’avait réussi à le faire ; 
  • (3) le Président Trump a gagné presque tous les comtés baromètres du pays d’un océan à l’autre par deux chiffres.

Après une année où Facebook et Twitter ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour minimiser l’influence de Donald Trump auprès de ses électeurs et miner la possibilité de ses électeurs de communiquer entre eux, et après des années d’informations d’entreprise mimant carrément la Pravda qui ont promulgué les mensonges de « collusion avec la Russie » et de « quid pro quo » de l’État profond pour faire tomber un président en exercice, les totaux de votes obtenus par le Président Trump en 2020 étaient encore si remarquables qu’ils auraient normalement indiqué qu’il avait obtenu un mandat retentissant de la part du peuple américain.

Il est révélateur que, contrairement à d’autres pertes électorales passées, il n’y ait pas eu de grande «autopsie» républicaine réalisée afin de mettre le doigt sur ce qui n’allait pas, comme ce fut le cas après l’échec de Mitt Romney en 2012.

À part une affirmation occasionnelle selon laquelle les Républicains « doivent faire mieux pour obtenir les votes des femmes des banlieues », il n’y a pas eu d’analyse sérieuse sur la façon dont les Républicains devraient améliorer à l’avenir les totaux obtenus par le Président Trump en 2016. La raison en est évidente : il a fait mieux auprès des électeurs, en général, que tout autre président en exercice dans l’histoire, et auprès des électeurs issus des minorités, en particulier, que tout autre Républicain en soixante ans.

Lorsque George W. Bush a récemment fait remarquer que les Républicains perdraient les futures élections s’ils ne faisaient appel qu’à une base « blanche, anglo-saxonne et protestante », son évaluation dépassée de l’élection de 2020 était évidente pour toute personne attentive.

Le Parti Républicain de George W. Bush, aussi WASPi qu’il ait pu être, a élargi sa base grâce à Donald Trump qui a attiré les Américains de toutes origines. L’engagement direct de M. Trump auprès des électeurs noirs a été un tel succès que même Obama a été contraint de minimiser cet accomplissement comme étant simplement dû à son « style macho ».

C’est Donald Trump qui a construit cela. La plupart des Américains semblent l’avoir compris.

Le problème de l’utilisation des organes de l’État pour promouvoir des mensonges purs et simples, c’est que l’État devient de moins en moins crédible à mesure que les mensonges sont révélés. 

L’audit du comté de Maricopa, en Arizona, concerne les votes d’un comté sur les quelque 3 100 que comptent les États-Unis, mais après six mois au cours desquels le bon sens collectif des Américains a été en désaccord avec le récit collectif des pouvoirs en place, la vérité d’un seul comté pourrait révéler les mensonges de toute une nation.

Pas étonnant que les Démocrates trouvent cela si «dangereux».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Il est évident que l’informatique est une plaie quand elle est utilisée avec malveillance. Jamais les nazis n’auraient pu exterminer 6 millions de juifs sans l’aide très active d’IBM et de ses machines mécanographiques.
La planète entière a pu constater que la « plus grande démocratie au monde » se conduisait comme une république bananière pendant les fraudes de 2020.2 Répondre

Tancrede

Tancrede 9 heures plus tôt

L’action des dem pour empêcher a tout prix cet audit est l’aveu évident de leur tricherie.
S’ils étaient innocents ils ne s’y intéresseraient pas.3 Répondre

jurassik park

jurassik park 9 heures plus tôt

Et malgré toutes les preuves de fraude électorale, ici, en France, il se trouve des propagandistes de salon pour passer la brosse à reluire au plus grand faussaire de l’histoire contemporaine, le sénile biden.
Par exemple, comment un certain Jean Eric Branaa ne ressent il pas une honte pour avoir écrit un livre à la gloire de son idole, livre qui n’a pas du, à mon avis, dépasser le cercle de ses proches. Comment, lors d’une ITW télévisée, dans laquelle il parle à la vitesse d’une fusée, peut il sans honte nous faire croire que Robinnette « travaille beaucoup ».2 Répondre

Bo Westin

Bo Westin 9 heures plus tôt

La « défaite » de Trump a été préparée depuis longtemps et en choisissant sleepyJoe comme candidat les Démocrates éspéraient pouvoir endormir Trump, qu’un grand nombre d’Américains, à part les médias, considérait déjà comme vainqueur. Trump n’a même pas jugé nécessaire d’aller plus loin dans les investigations concernant les affaires louches autour de l’ancien Vice-Président. Comme ailleurs, les États Unis ont connu les ravages du Covid-19 et pourquoi ne pas rendre Trump responsable de cette épédémie..? Pendant ce temps Biden tenait des meetings confidentiels devant moins de 20 personnes, dans l’intention de préparer un climat de crainte de contamination et ensuite imposer le fameux vote par correspondance pour protéger la population… Pendant les 11 mois depuis l’apparition de l’épidémie les Démocrates ont eu le temps nécessair pour préparer le terrain et instaurer ce fameux vote par correspondance et ainsi pouvoir camoufler une « éventuelle » fraude… simple comme bon jour…4 Répondre

Dansas

Dansas 8 heures plus tôt

Vivement que la vérité éclate enfin avec l’audit3 Répondre

Guadong

Guadong 5 heures plus tôt

On sait qu’il y a eu tricherie et tricherie massive de chez massive.Robinette ne pouvait pas dépasser Obama à 65 millions d’électeurs, il aura en gros 50 millions, mais les triches lui donnent 85 millions d’électeurs soit un vol de 35 millions de bulletins.
Ce FBI et cette CIA qui savent tout dans les films, n’ont rien vu.
C’est pour cela que le terme général pour un film est : fiction.1 Répondre

Voyez la suite

TRUMP

Fraude aux États-Unis

Publié

le

Fraude des Machines à Voter démontrée

Géorgie : les machines à voter préfèrent Joe Biden !

Trump Fact news @yoyoM2018
 Géorgie. Des machines du #Dominion ont été saisies dans le comté Ware. 

Un nombre égal de votes Trump & Biden ont été introduits devant un huissier de justice et un juge. 

Les machines ont rapporté : 

87% de votes pour #Trump 

113% pour #Biden

Le résultat devrait être de 100% pour les deux, ce qui montre qu’elles sont programmées pour retirer 13% des voix à Trump et ajouter 13% des voix à Biden, ce qui démontre une fraude réduisant de 26% les voix de Trump. 

Et malgré cette première fraude, Biden avait du retard et donc ils ont dû introduire beaucoup de bulletins de vote par correspondance frauduleux (bourrage d’urne !) pour le faire gagner, sans compter les manipulations des machines à voter à distance pour transférer tout à coup 6.000 votes de Trump vers Biden comme cela a été observé dans un bureau de vote ! 

Biden avait raison lorsqu’il parlait de la mise au point d’une opération de fraude la plus sophistiquée de l’histoire !  

Partagé par :  https://www.ndf.fr/nos-breves/07-12-2020/georgie-les-machines-a-voter-preferent-joe-biden/

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance