Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

TRUMP

TRUMP encore plus présent… encore plus président…

Publié

le

CPAC, la grande conférence des conservateurs, honore Donald TrumpPUBLIÉ PAR  JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 27 FÉVRIER 2021

CPAC, ou Conférence sur l’action politique des conservateurs, est le plus grand et le plus influent rassemblement de conservateurs au monde. Lancée en 1974, CPAC rassemble des centaines d’organisations conservatrices, des milliers de militants, des millions de téléspectateurs, et cette année, Donald Trump.

Il est clair que le parti républicain est désormais et pour longtemps le parti de Donald Trump. Ceux qui en doutent constateront que cette année, la CPAC aurait pu être rebaptisée TRUMPAC. 

Ce qui est certain, c’est que les politiciens qui veulent oublier ou se débarrasser de Trump vont avoir un réveil brutal lorsqu’il sera temps de s’adresser à leurs électeurs lors des réélections. CPAC est un indicateur de ce qui se prépare.

La conférence, qui se tient à Orlando en Floride, accueillera M. Trump dimanche pour un discours très attendu qui sera diffusé sur Dreuz.info. La la liste des participants est pleine de loyalistes et d’anciens responsables de l’administration Trump. Les opposants du président ont soit préféré s’éclipser, soit n’ont pas été invités cette année, et la liste, qui ne surprendra pas les initiés, a de quoi surprendre…

Non invités

Les lecteurs de Dreuz qui suivent l’actualité comprendront rapidement qui n’a pas été invité et pourquoi.

  • La première personne de la liste est le leader du parti républicain au Sénat, Mitch McConnell.

    Cela peut surprendre que le républicain le plus haut placé à Washington n’ait pas été invité à la conférence cette année. McConnell a voté pour l’acquittement de Trump lors de son dernier procès pour destitution, mais il a très injustement et très violemment critiqué l’ancien président dans un discours prononcé après le procès. Et ce n’est un secret pour personne qu’il n’a jamais aimé Trump, qui pourtant l’a aidé à se faire réélire.

    McConnell est un animal du marécage de Washington, il est son incarnation la plus puante. Il a subi d’immenses critiques de nombre de ses collègues au Congrès et des millions de partisans de Trump le vomissent. Il est à la fois le symbole des RINO (republican in name only) et de l’establishment qui s’occupe de ses petites affaires et méprise le peuple américain. Seul point positif dans ce tableau noir, McConnell est celui qui a aidé Trump à nommer un nombre record de juges conservateurs, y compris trois juges à la Cour suprême – qui ont cependant, pour l’instant, fortement déçu les conservateurs.
  • Un autre oiseau qui ne devrait pas surprendre et n’a pas été invité : le sénateur de l’Utah Mitt Romney. Il déteste Trump parce qu’il est jaloux et a un complexe de supériorité. Comment Trump a-t-il pu être élu là où lui a lamentablement échoué lui reste en travers de la gorge. Et Trump n’a pas été particulièrement astucieux en rajoutant une couche. 

    Romney est le seul républicain à avoir voté deux fois l’impeachment de Trump. 

    Matt Schlapp, président de l’Union conservatrice américaine, qui organise CPAC, a tweeté l’année dernière que Romney était désinvité, et il n’a pas été invité cette année.

    Beaucoup sont convaincus que Romney sera incapable de s’assurer une réélection, étant donné que des millions d’Américains ne peuvent plus le sentir. Il semble cependant qu’il soit extrêmement puissant dans l’Utah, et qu’il soit soutenu au-delà de la ligne de fracture politique. A suivre.

Ont décidé de ne pas participer

  • L’ancien vice-président Mike Pence a été très chaleureusement invité par la direction de CPAC, mais il a finalement décliné l’invitation. La direction de la CPAC a qualifié cette décision d’ »erreur ». 

    Il n’est un secret pour personne que des tensions fortes sont nées entre Donald Trump et Pence le 6 janvier, lorsque le président s’attendait à ce qu’il rejette les listes électorales officielles de plusieurs d’Etats en faveur des listes dissidentes, non confirmées. Les constitutionnalistes sont bien entendu partagés, mais la tendance est que Pence n’avait pas l’autorité constitutionnelle de décider quels électeurs accepter, et lesquels rejeter.
  • L’ancienne ambassadrice des Nations unies, Nikki Haley – considérée comme l’une des candidates aux primaires présidentielles républicaines de 2024 – a été invitée cette année, mais a refusé l’invitation, en raison de « conflits d’horaires antérieurs » – ce dont il est permis de douter, car nous avons tous entendu ce qui s’est passé récemment entre Haley et Trump. 

    L’ancien président a vertement rejeté sa demande de rencontre en face à face mi-février, ce que beaucoup considèrent de la part de Trump comme une vengeance pour ses paroles sévères à l’égard du président après les émeutes du Capitole du 6 janvier, pour lesquelles elle a tenté, maladroitement, de faire un retour en arrière calculé.
  • La députée Liz Cheney n’est pas non plus présente cette année, et pour des raisons évidentes : en raison de sa haine pour Trump, elle lui a tout fait, y compris voter pour l’impeachment sur les bases d’une accusation pour laquelle elle n’avait aucune preuve. À l’époque, elle a déclaré que le président « a convoqué la foule, a réuni la foule et a allumé l’incendie de l’attaque [du Capitole] ». Pour une femme qui soutient des valeurs conservatrices, il est stupéfiant de voir qu’elle ne reconnaît pas la plus élémentaire d’entre-elles : la présomption d’innocence. Par ailleurs néo-conservatrices et interventionniste, elle est à la fois la troisième plus importante personnalité républicaine du Congrès, et la plus méprisée par les partisans de Trump.
  • Plusieurs médias conservateurs ont noté que le sénateur Rand Paul ne sera pas présent non plus. Il a d’excellents rapports avec Trump et est plutôt bien aimé par les partisans de Trump. Il était invité, mais ne sera pas présent. Il convient de préciser que n’est pas inhabituel de sa part. Ce n’est pas la première fois qu’il ne participe pas à la conférence.

Une conférence « TRUMPAC »

Les invités qui ont pris la parole lors de la première journée de la Conférence ont clairement annoncé la couleur : c’est la conférence de la présidence Trump et de la doctrine politique Trump. 

Ils ont critiqué les restrictions du coronavirus communiste chinois, la cancel culture qui gangrène la nation, la manière dont l’élection de 2020 a été volée et les dangers qu’ils voient dans les politiques de Joe Biden. Très peu ont mentionné l’attaque du Capitole – il y a de quoi en avoir honte, car les partisans de Trump présents au Capitole lui ont fait un mal considérable. Les orateurs ont en revanche abondamment évoqué les émeutes de l’été dernier suite à la mort de George Floyd.

La conférence, consacrée à l’avenir du mouvement conservateur, a donc clairement indiqué que l’avenir s’appelle Donald Trump. Tous les orateurs lui ont déclaré leur fidélité. Et le public n’a pas raté les selfies avec la statue de Trump en or, très humoristique en bermuda et Flip flops.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

TRUMP

L’expertise des machines à voter de Dominion

Publié

le

Truquées ou pas truquées ? Voici enfin le résultat de l’expertise de 16 machines à voter de Dominion ! 

Publié par Jean-Patrick Grumberg le 14 décembre 2020Accrochez-vous bien : Voici le rapport de l’expertise légale des 16 machines de Dominion Voting Systems du comté d’Antrim, dans le Michigan.

“Le logiciel Dominion a été conçu intentionnellement pour influencer les résultats des élections » conclut l’expert informatique que le tribunal a autorisé à examiner les 16 machines à voter du comté d’Antrim, dans le Michigan.

Sur la base de notre étude, nous concluons que le Dominion Voting System ne devrait pas être utilisé au Michigan. Nous concluons en outre que les résultats du comté d’Antrim n’auraient pas dû être certifiés.

Voici les extraits du rapport préliminaire publié par Russell Ramsland Jr, co-fondateur du groupe Allied Security Operations Group (nous allons mettre cet article à jour au fur et à mesure que nous prenons connaissance du contenu de l’expertise. Merci de recharger la page régulièrement pour voir les dernières mises à jour) :

  1. Nous concluons que le système de vote de Dominion est intentionnellement et délibérément conçu avec des erreurs inhérentes destinées à créer une fraude systémique et influencer les résultats des élections.
    Le système génère intentionnellement un nombre extrêmement élevé d’erreurs de vote.
    Les bulletins de vote électroniques sont ensuite transférés pour adjudication. Mais ces erreurs intentionnelles conduisent à un traitement en masse des bulletins de vote, sans surveillance, sans transparence et sans piste d’audit. Cela conduit à des fraudes électorales.
  2. Le taux d’erreur électorale admissible établi par les directives de la Commission électorale fédérale est de 1 sur 250 000 bulletins de vote (.0008 %). Nous avons observé un taux d’erreur de 68,05 %. Cela démontre une erreur significative et fatale en matière de sécurité et d’intégrité des élections.
  3. Le journal de tabulation pour l’examen légal du serveur du comté d’Antrim à partir du 6 décembre 2020 comprend 15 676 événements individuels, dont 10 667, soit 68,05 % des événements, étaient des erreurs enregistrées. Ces erreurs ont entraîné des erreurs globales de tabulation ou l’envoi de bulletins de vote à l’arbitrage. Ce taux d’erreur élevé prouve que le Dominion Voting System est défectueux et ne respecte pas les lois électorales des États ou du gouvernement fédéral.
  4. Un nombre stupéfiant de bulletins de a nécessité un jugement [par un adjudicateur]. Il s’agit d’un problème qui n’a pas été observé lors des précédents cycles électoraux, lesquels étaient toujours stockés sur le serveur… Les erreurs intentionnelles ont conduit à un jugement en masse des bulletins de vote sans aucune surveillance, sans transparence ni signe d’audit.
  5. Il est significatif que le système informatique montre les journaux d’adjudication des votes des années précédentes ; mais toutes les entrées du journal d’adjudication pour le cycle électoral de 2020 sont manquantes. Le processus d’adjudication est le moyen le plus simple de manipuler manuellement les votes.
  6. L’absence de registres [pour l’élection de 2020] empêche toute forme d’audit, et leur absence manifeste est extrêmement suspecte puisque les fichiers existent pour les années précédentes en utilisant le même logiciel».
  7. «La suppression de ces dossiers viole la loi de l’État et empêche un audit significatif, même si le secrétaire d’Etat voulait effectuer un audit. Nous devons conclure que les dossiers du cycle électoral de 2020 ont été supprimés manuellement.
  8. De même, tous les journaux de sécurité des serveurs antérieurs à 23 h 3 le 4 novembre 2020 sont manquants. Cela signifie que tous les journaux de sécurité pour le lendemain de l’élection, le jour de l’élection et avant le jour de l’élection ont disparu.
  9. D’autres journaux de serveur avant le 4 novembre 2020 sont présents ; il n’y a donc pas d’explication raisonnable pour que les journaux de sécurité soient manquants.
  10. Nos conclusions montrent que les totaux de la bande de tabulation du canton de Central Lake ont été modifiés de manière significative en utilisant deux versions différentes du programme – une modification avant les élections (23/10/2020) et une autre après les élections (le 05/11/ 2020), qui étaient tous deux des modifications logicielles apportées lors d’une élection, en violation de la loi électorale, et pas seulement une erreur humaine associée au système de gestion des élections du Dominion.
  11. Ces changements de système affectent la façon dont les bulletins de vote sont lus et tabulés, et notre examen a démontré un changement significatif dans les résultats des électeurs en utilisant les deux programmes différents. 
  12. Ces changements de logiciels sont en infraction avec la période de 90 jours de la “sphère de sécurité” qui interdit de modifier les systèmes électoraux, les registres, les mises à jour de matériel/logiciels sans avoir à se soumettre à une nouvelle certification.
  13. La seule raison de changer de logiciel après l’élection est de dissimuler des preuves de fraude et/ou de corriger des erreurs de programme qui auraient pour effet de décertifier l’élection.
  14. Voici une ventilation des votes tabulés pour l’élection de 2020 dans le comté d’Antrim, montrant les différents résultats à différentes dates de tabulation des mêmes votes, et montrant que Trump a gagné – sans la fraude.
DateElecteurs inscritsVotes exprimésBiden Trump3e partiA la mainTotal
3 nov22,08216,0477,769 4,5091451412,423
5 nov22,08218,0597,289 9,7832552017,327
21 nov22,08216,0445,960 9,7482412315,959

« Cela démontre de façon concluante que les votes peuvent être et ont été modifiés lors du deuxième comptage machine après la mise à jour du logiciel. »

  1. Le greffier du comté d’Antrim et le secrétaire d’État Jocelyn Benson ont déclaré que l’erreur commise le soir de l’élection (détaillée ci-dessus par le « retournement » du vote de Trump à Biden) était le résultat d’une erreur humaine due au fait que la tabulatrice du canton de Mancelona n’a pas été mise à jour avant la nuit de l’élection.

    Nous ne sommes pas d’accord et concluons que le retournement du vote s’est produit à cause d’une erreur de machine intégrée dans le logiciel de vote conçu pour créer une erreur.
  2. Dans le canton de Central Lake, 1 222 bulletins de vote ont été annulés sur un total de 1 491, soit un taux de rejet de 81,96 %. Tous les bulletins annulés sont envoyés à l’arbitrage pour décision par le personnel électoral.
  3. La vidéo publiée dans notre article précédent, qui montre comment tricher lors de l’arbitrage, est mentionnée dans le rapport d’expertise.
  4. Le comté d’Antrim n’a pas mis à jour son système informatique, soit par incompétence, négligence grave, mauvaise foi ou non-respect délibéré de la sécurité fondamentale du système requise par la législation fédérale et celle des États. Il est impossible que ce système de gestion des élections ait réussi les tests ou ait été légalement certifié pour mener les élections de 2020.
  5. Les machines du Dominion ImageCast Precinct (ICP) ont la possibilité d’être connectées à internet – en violation des lois électorales. Comme certains fichiers ont été supprimés, nous n’avons pas encore trouvé si des données ont été transmises ou reçues ; mais nos recherches se poursuivent.
  6. Les identifiants et mots de passe des comptes d’utilisateurs du logiciel Dominion Democracy Suite sont stockés dans des tables non sécurisées de la base de données, et les multiples comptes d’administrateurs du système électoral partagent le même mot de passe, ce qui signifie qu’on ne peut pas savoir qui a pu changer des vote, les supprimer, ou modifier ou décider des votes par grosse quantité en une seule opération.
  7. Le « taux d’erreur » élevé dans le logiciel électoral (dans ce cas, 68,05 %) permet d’utiliser un algorithme qui pondérera un candidat plus qu’un autre (par exemple, attribuer arbitrairement à un candidat spécifique ⅔ des résultats, et ⅓ à l’autre). Dans les logs, nous avons constaté que cet algorithme était activé. Cela a permit à quelqu’un d’appliquer une valeur numérique arbitraire aux candidats et de modifier le résultat global.
  8. Nous concluons que les erreurs sont si importantes qu’elles remettent en cause l’intégrité et la légitimité des résultats de l’élection du comté d’Antrim, au point que les résultats ne sont pas certifiables. Comme les mêmes machines et logiciels sont utilisés dans 48 autres comtés du Michigan, cela jette un doute sur l’intégrité de l’ensemble de l’élection dans l’État du Michigan.

Processus

Nous nous sommes rendus dans le comté d’Antrim à deux reprises : le 27 novembre 2020 et le 6 décembre 2020.

Le 27 novembre 2020, nous avons visité le canton de Central Lake, le canton de Star et le canton de Mancelona. Nous avons examiné les tabulateurs de Dominion Voting Systems et les rôles des tabulateurs.

Le 6 décembre 2020, nous avons visité le bureau du greffier du comté d’Antrim. Nous avons inspecté et effectué les copies informatiques suivantes :

  1. Le serveur de gestion des élections du comté d’Antrim, qui gère le Dominion Democracy Suite 5.5.3-002 ;
  2. Les cartes Compact Flash utilisées par les circonscriptions locales dans leur Dominion ImageCast Precinct ;
  3. Les clés USB utilisées par le Dominion VAT (terminaux d’assistance aux électeurs) ; et
  4. Les Clé USB utilisée pour le registre des sondages.

Conclusion

  • Il semble que l’expert explique qu’un audit précis soit impossible, puisque le journal a été effacé. Il ne fait aucun doute que cette absence de preuve va peser très lourdement devant les tribunaux, qui vont très probablement s’arc-bouter sur ce petit bout de non-preuve pour rejeter ou refuser d’examiner l’audit. Peut-être diront-ils que c’est trop tard ?
  • Que va faire le président Trump ?
  • Que va-t-il pouvoir faire, alors que les tribunaux ont tous refusé d’examiner les témoignages de fraude jusqu’à maintenant.
  • A supposer qu’un juge du Michigan décertifie les résultats du comté d’Antrim, étendra-t-il une demande d’expertise aux autres machines de l’Etat ?
  • Les autres machines de l’Etat ont-elles été effacées ? Si elles sont intactes, présenteraient-elles toutes les mêmes preuves de fraude ?
  • Les avocats de Donald Trump vont évidemment s’appuyer sur ce rapport préliminaire pour demander l’expertise de la totalité des machines Dominion. Quel juge acceptera de donner son accord ?

Voilà les question légitimes qu’il convient de se poser au moment d’écrire ces lignes. 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

https://www.dreuz.info/2020/12/14/truquees-ou-pas-truquees-voici-enfin-le-resultat-de-lexpertise-de-16-machines-a-voter-de-dominion/

L’expertise des machines à voter de Dominion !

“Le logiciel Dominion a été conçu intentionnellement pour influencer les résultats des élections ” conclut l’expert informatique que le tribunal a autorisé à examiner les 16 machines à vote…

Voyez la suite

TRUMP

Sidney Powell lance une action en justice pour faire annuler 412 000 votes en Arizona

Publié

le

Lazare : La société Dominion a attaqué Sydney Powell pour diffamation mais elle n’aura pas gain de cause puisqu’il ne s’agit pas de diffamation mais de sécurité nationale.

Le 2 décembre, l’avocat Sidney Powell a intenté une action en justice devant la Cour fédérale, alléguant qu’au moins 400 000 bulletins de vote illégaux avaient été comptés lors des élections générales en Arizona, et que le logiciel Dominion Voting Systems présente des risques de sécurité et des anomalies statistiques dans les résultats des élections.

La manipulation du logiciel, selon la plainte, a été couplée à d’autres fraudes. Au total, le procès porte sur plus de 412 000 bulletins de vote, et Powell demande au tribunal fédéral d’annuler les résultats.

« Les multiples stratagèmes et artifices mis en œuvre par les défendeurs et leurs collaborateurs pour frauder ont entraîné le comptage illégal, ou la fabrication, de centaines de milliers de bulletins de vote illégaux, inéligibles, dupliqués ou purement fictifs dans l’État de l’Arizona », peut-on lire dans la plainte.

Les autorités de l’Arizona ont certifié l’élection de M. Biden mardi, en affirmant qu’il a battu le président dans cet État par 10 457 voix, soit 0,3 %.

La plainte de 53 pages, déposée au nom des 11 grands électeurs du GOP de l’État et d’autres personnes, allègue la manipulation de logiciels et d’autres fraudes qui violent la Constitution américaine et les propres lois électorales de l’Arizona. La plainte indique entre autres que des témoins ont vu que le logiciel Dominion Voting Systems était connecté à Internet, en violation des lois électorales.

« Dominion a violé les normes de sécurité physique en connectant les machines de vote à Internet, permettant à Dominion, à des tiers nationaux ou à des acteurs étrangers hostiles d’accéder au système et de manipuler les résultats des élections, et de surcroît potentiellement de couvrir leurs traces en raison du journal de logs non protégé », accuse la plainte.

Le gouverneur de l’Arizona, Doug Ducey, et la secrétaire d’État de l’Arizona, Katie Hobbs, sont cités comme défendeurs dans le procès. Tous les deux ont certifié les élections ce lundi.

Ducey a déclaré que toutes les machines de vote ont été certifiées par une commission fédérale et examinées par des fonctionnaires des États, que des observateurs accrédités ont assisté à la tabulation des votes et que des caméras étaient installées dans les centres de tabulation des votes avec des flux en direct pouvant être visionnés sur Internet.

M. Ducey a ajouté sur Twitter mardi qu’après la certification, les électeurs de l’État disposaient d’une fenêtre de cinq jours pour contester la certification devant les tribunaux.

Une déclaration sous serment d’un ancien analyste du renseignement électronique, qui a témoigné dans des plaintes similaires dans d’autres Etats, affirme que le logiciel Dominion a été utilisé par des agents chinois et iraniens.

Quelques jours plus tôt, la présidente du GOP du comté de Maricopa, Linda Brickman, une ancienne employée du comté chargée des élections, a déclaré devant les membres de l’Assemblée législative de l’État d’Arizona qu’elle avait personnellement observé que des votes pour Trump étaient comptabilisés comme des votes pour Biden lors de leur saisie dans les machines du Dominion.

Elle a présenté son témoignage sous serment, sous peine de parjure, et a déclaré qu’elle et son partenaire Démocrate ont vu « plus d’une fois » les votes pour Trump être comptabilisés et transférés à Biden lors de la duplication des bulletins de vote, c’est-à-dire en transférant manuellement les intentions des électeurs dont les bulletins de vote papier étaient illisibles par les machines de Dominion.

L’équipe juridique de Trump a également présenté des témoignages selon lesquels les résultats des élections de Dominion Voting Systems sont susceptibles d’être manipulés – une allégation que l’entreprise a bien entendu démentie à plusieurs reprises.

Mme Powell a intenté des poursuites similaires, alléguant une mauvaise utilisation du logiciel de vote et d’autres éléments de fraude électorale tels que l’antidatage des bulletins de vote dans le Michigan et en Géorgie. Une audience est prévue ce vendredi dans le cadre du litige avec la Géorgie.

Dominion n’est pas cité comme défendeur dans ces affaires. L’entreprise a nié à plusieurs reprises avoir commis des méfaits ou que ses machines aient été manipulées lors des élections de 2020.

« Les allégations sauvages et imprudentes de Sidney Powell sont non seulement manifestement fausses, mais elles ont conduit à des traquenards, du harcèlement et des menaces de mort à l’encontre des employés de Dominion. Cette activité criminelle a été dûment signalée aux autorités policières compétentes, et nous avons l’intention de tenir Mme Powell, et ceux qui l’ont aidée et encouragée à commettre ses actes frauduleux, responsables de tout préjudice qui pourrait en résulter », a déclaré Dominion Voting Systems dans une longue déclaration.

Le même jour, Powell a également déposé une motion (1) pour une ordonnance de restriction temporaire et une injonction préliminaire, affirmant que les fonctionnaires de l’Arizona ne se sont pas conformés aux lois établies par la législature de l’État, et ont plutôt « commis un stratagème et un artifice pour manipuler frauduleusement et illégalement le décompte des votes afin de s’assurer de l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis ».

Elle demande à la Cour d’ordonner que « les serveurs, logiciels, machines à voter, tabulateurs, imprimantes, supports portables, journaux, applications de vote, enveloppes de retour des bulletins, images des bulletins, bulletins en papier, et tout le matériel électoral lié à l’élection du 3 novembre 2020 en Arizona soient saisis et mis sous scellés pour vérification et inspection légale par les demandeurs ».

Elle demande également au tribunal d’interdire à Ducey de « transmettre les résultats électoraux actuellement certifiés au Collège électoral » jusqu’à ce que la contestation juridique soit résolue.

Un autre procès, diligenté par le parti Républicain de l’Arizona, avance parallèlement.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

  1. https://www.democracydocket.com/wp-content/uploads/sites/45/2020/12/Motion-for-TRO.pdf

Sidney Powell lance une action en justice pour faire annuler 412 000 votes en Arizona

Le 2 décembre, l’avocat Sidney Powell a intenté une action en justice devant la Cour fédérale, alléguant qu’au moins 400 000 bulletins de vote illégaux avaient été comptés lors des électi…

Voyez la suite

TRUMP

Georgie : les avocats de Trump présentent au juge la preuve indiscutable de la fraude

Publié

le

Lazare : Encore un rappel sur les ruses des Démocrates pendant les Elections.

Conclusion : Les Démocrates remportent aussi les élections sénatoriales en Géorgie.

En anglais, l’expression « smoking gun » désigne une preuve évidente, flagrante.

Au soir du 3 novembre (jour de l’élection), le candidat Républicain devançait le candidat Démocrate en Géorgie par plus de 110.000 votes.

À 22h25 dans le comté de Fulton, Géorgie, les observateurs Républicains étaient invités à quitter le centre de comptage (« State Farm Arena”) en raison de la rupture alléguée d’une canalisation:

Il n’existe aucune trace de cette rupture de canalisation.

Ce nonobstant, les observateurs du scrutin quittaient prestement le centre de comptage.

Lors d’une audience publique, les avocats Républicains exhibaient hier une vidéo du centre de tabulation de la « State Farm Arena” enregistrée après que les agents du scrutin ont quittés les lieux à 22h25.

On y aperçoit distinctement quatre personnes restées sur place en fraude des consignes.

S’étant assurées que tout le monde avait quitté les lieux — fonctionnaires, observateurs, presse — ces quatre personnes vont tirer des valises sous une table séparée :

Il apparaît que ces valises sont truffées de bulletins de vote, que les « Quatre » se mettent tranquillement à comptabiliser.

Il est estimé que 18.000 bulletins de vote ont été tabulés par ces quatre personnes durant la séquence filmée — approximativement entre 23h00 et 01h00 — en fraude directe de la loi. (L’écart final entre le sdeux candidats est de 12.000 « voix ».)

En réaction, le gouverneur Kemp de Géorgie ordonnait hier à son Secrétaire d’Etat d’enfin procéder à un audit des signatures. Dans son principe, cet audit est double : vérifier les signatures avec de précédentes occurrences de la même personne, surtout comparer le nombre d’enveloppes conservées et le nombre de votes par correspondance effectivement enregistrés. Dans le système de vote par correspondance en Géorgie, l’électeur envoie son vote dans une enveloppe qu’il signe (le bulletin de vote proprement dit reste anonyme) : la comparaison des deux nombres — enveloppes, et bulletins enregistrés — est donc infaillible.

Cet audit, qui n’est pas un simple recompte (lequel n’apporte pas grand-chose) permettrait de déterminer très simplement si les allégation de fraudes massives des Républicains sont fondées, ou pas.

Ne retenez pas votre souffle.

Par deux voies différentes — la voie constitutionnelle pour la Pennsylvanie (Dershowitz), et la voie de l’audit pour la Géorgie — il apparaît que deux Etats sont « mûrs » pour d’intéressants développements dans les heures et jours à venir.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Drieu Godefridi pour Dreuz.info.

Georgie : les avocats de Trump présentent au juge la preuve indiscutable de la fraude

En anglais, l’expression ” smoking gun ” désigne une preuve évidente, flagrante. Au soir du 3 novembre (jour de l’élection), le candidat Républicain devançait le candidat Démocrate en Géorgi…

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance