TRAORE suite

ebdhewbwsau8ujp.jpg
Spread the love

Le cousin d’Adama Traoré se noie en tentant d’échapper à la police

Boulevard VoltaireCatégorie : Brèves Il y a 22 heures 1 minutes de lecture

Nouveau drame et nouvelle polémique dans le clan Traoré. Après Adama, décédé à la suite de son interpellation en juillet 2016, son cousin, Mahamadou serait mort, dans la nuit de dimanche à lundi, après une course-poursuite avec la police. L’homme se serait jeté dans la Seine à Bougival (Yvelines) à la suite d’un vol présumé de motos.

Une course-poursuite avec la police

Selon les premiers témoignages, la police aurait été prévenue par un riverain dans la soirée du dimanche 13 septembre après le vol d’une moto à Marly-le-Roi, chargée dans un fourgon par les malfrats. Un fourgon repéré par les policiers de la BAC à Port-Marly et pris en chasse. Le conducteur de la camionnette aurait, par la suite, tenté de s’enfuir à pied en direction de l’île de la Loge. À l’intérieur de la fourgonnette, deux motos seront finalement retrouvées par les fonctionnaires.
Pour échapper à son interpellation, l’homme de 35 ans se serait jeté à l’eau. Alors qu’il était épuisé, Mahamadou Traoré aurait tenté de faire demi-tour avant de couler. C’est alors qu’un policier s’est jeté à l’eau afin de lui venir en aide. Avec un de ses collègues, ils ont réussi à le remonter sur la berge, mais malgré les gestes de premiers secours prodigués, le cousin d’Adama Traoré n’a pu être réanimé.

Une version contestée par la famille Traoré

Une autopsie de la dépouille doit être pratiquée. Le clan Traoré conteste la version communiquée par la police. « Mon cousin s’est fait tuer par la police », a dénoncé Assa Traoré, dans une vidéo postée sur Facebook. « C’était quelqu’un de responsable, je n’y crois pas du tout », a-t-elle ajouté. L’enquête a été confiée à l’IGPN.

Vous avez aimé Theo et son fion, vous avez aimé Adama Traoré ?
Vous allez adorer Ange Dibenesha


Vous avez aimé Theo et son fion, vous avez aimé Adama Traoré ? Vous allez adorer Ange Dibenesha

Vous avez aimé Théo et son fion pris d’assaut ? la visite de voyeur malsain Hollande ?

Vous avez beaucoup aimé Adama Traoré ??????

Alors vous allez adorer Ange Dibenesha, 😆

« Justice pour Ange » réclament sur Twitter plusieurs personnalités, dont les hommes politiques Benoît Hamon et Alexis Corbière et l’acteur Omar Sy, après l’annonce du décès d’Ange Dibenesha, un jeune homme de 31 ans. Il aurait été pris « de convulsions » lors d’un contrôle routier, après avoir « ingéré une substance non identifiée », probablement de la cocaïne.

Vers 1h50, le conducteur d’une voiture BMW a été contrôlé sur le périphérique parisien à hauteur de la porte d’Italie, selon un communiqué de la préfecture de police de Paris. Le texte précise que le jeune homme, « en situation d’annulation de son permis de conduire » et connu de la police pour stupéfiants, a été dépisté positif au test d’alcoolémie. L’homme a alors « ingéré une substance non identifiée », selon la préfecture. « C’était de la cocaïne qu’il avait sur lui, à forte dose », a précisé une source policière. Il a alors été « pris de convulsions », précise le communiqué. Les pompiers ont effectué un massage cardiaque avant que le Samu ne le transporte à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière. Le parquet de Paris a confirmé que le jeune homme était mort samedi soir à l’hôpital.

On est parti pour un nouvel Adama !!

Et bizarrement ça n’arrive jamais à tous les hommes jeunes et moins jeunes que je connais.
Possible que ce soit à cause du casier vierge.. .par contre celui de l’ avaleur de substances, un inventaire a la Prévert!

Tant va la coke à l’eau qu’à la fin elle se crache !!

Sans doute la faute à « Pa’dpot »  pauvre Angelot !! quelle tristesse !

Et nous voilà barrés pour un collectif, une marche blanche , des poèmes, des photos, des banderoles  » à notre fils, notre frère lâchement assassiné par la Poulisse »

Ah! non, c’est un subafricain, la Poulisse c’est reservé à l’africain septentrional.

Allez on va faire sobre : » à Ange ayant rejoint Dieu  »

Mmmm! pas fameux! Tu me diras que pour un Ange ça fait partie du boulot !!

Le besoin de se droguer est souvent lié à la circoncision
qui volontairement détruit le métabolisme…
continuez à vous couper la bite bande d’abrutis…
les individus bien dans leur tête, en osmose corps et âme
n’ont aucune envie de se droguer.
Au contraire, cette idée saugrenue les fait vomir !


Jonction « Adama Traoré » (banlieues) et Gilets jaunes gauchos : appel à renverser le pouvoir !

Jonction « Adama Traoré » (banlieues) et Gilets jaunes gauchos :
appel à renverser le pouvoir !

Voilà, il fallait bien qu’on en arrive là…

Ces connards de GJ  qui ont laissé les gauchistes détourner leurs mouvement et le récupérer, qui ont fait appel aux banlieues n’osent plus espérer qu’en la dite banlieue, qui n’en croit pas ses yeux.

Priscilla Ludoski avait déjà  fait appel à la soeur Traoré pour que la banlieue vienne renforcer les gilets jaunesEric Drouet, avec son copain le rappeur Ramous n’était pas en reste. Que du beau monde de l’invasion arabe…

Pour rire un peu, un article de désinformation à la solde des Traoré, on y trouve cette phrase sublime : Les frères Traoré sont des prisonniers politiques, il y a un frère Traoré dans quasiment toutes les prisons de l’Ile de France.

Des petits Blancs qui viennent les chercher, qui demandent de l’aide à des racailles qui continuent de caillasser et de refuser les Blancs, les Français d’origine…

Et le militant « Adama Traoré  » (encore un frère Traoré ?) qui appelle clairement à renverser le pouvoir, devant les CRS… Vous croyez qu’il va se retrouver en garde à vue, qu’il va se retrouver au tribunal ? Que nenni ! Castaner et Macron font dans leur froc à l’idée de toucher à sa tête et de déclencher des émeutes musulmanes sur tout le territoire. D’ailleurs Belatar s’était vanté d’avoir toute une armée derrière lui....

C’est tellement plus facile de supprimer ses armes à un inoffensif tireur sportif comme Pierre Cassen…

Et celui qui, depuis les émeutes après la mort d’Adama Traoré  se verrait bien en leader de la banlieue !. Et même en leader tout court ! C’est qu’il en a à foison,  du vocabulaire et de la rhétorique, et de la culture, et de l’amour de la France, le Traoré !

Et les autres cons, Français d’origine, de s’aventurer dans les Territoires perdus de la République, tout excités de côtoyer la racaille et d’espérer en elle.

Mais qu’ils sont cons, mais qu’ils sont cons. Et dangereux…

C’est un reportage du Media de Mélenchon… pas meilleur que BFM qu’ils compissent allègrement. Je me demande même si ce n’est pas pire….

L’infâme Adama Traoré organise une manifestation
en hommage à Harpon, le terroriste qui a tué 4 policiers


L’infâme Adama Traoré organise une manifestation en hommage à Harpon, le terroriste qui a tué 4 policiers

Qu’est-ce qu’on attend pour faire d’Adama Traoré un ostracisé et dissoudre son association ? Dans la frénésie macronienne, pas une petite place pour faire ajouter à la `Constitution l’ostracisme et ainsi avoir le droit de se débarrasser d’individus gênants ? Par ailleurs les Traoré ont forcément la double nationalité, on peut les renvoyer au pays de leurs ancêtres, non ? 

Pas de risque que le CCIF le traîne au tribunal pour apologie du terrorisme comme il le fait avec Christine Tasin. Pensez, Adama Traoré défend l’islam et défend un terroriste musulman.

On sait qu’ils sont capables de tout… mais celle-là, elle dépasse tout. L’horreur intégrale. La provocation ultime.

Le Maire de Gonesse, la Préfecture de Gonesse… diront-ils oui et autoriseront-ils la manif ?Une manifestation est en train de s’organiser en soutien à l’assaillant islamiste Mickaël Harpon, le 10 octobre devant la mairie de Gonesse.

Hadama Traoré s’était fait connaître en mai 2019 comme le « candidat des banlieues » aux Européennes. Le Franco-malien de 33 ans militait en faveur du vote des détenus et « contre les violences policières, la corruption dans les attributions d’HLM, la racaille en col blanc… »

Suite à l’attentat contre la préfecture de Paris jeudi 3 octobre, il vient de publier sur les réseaux sociaux un appel à manifester en soutien au terroriste Mickaël Harpon originaire de la ville de Gonesse.

« Nous avons plusieurs témoignages de personnes proches de Mickaël HARPON qui écarte la thèse de l’acte terroriste religieux. je mets en place une mobilisation devant la mairie de Gonesse. Soyons nombreux, car les médias traditionnels sont la honte de notre pays » 

« Tous les faits qu’ils donnent pour justifier son côté extrémiste aurait pu concerner les 10 millions de Français de confession musulmane, donc soit tous les Français de confession musulmane sont des terroristes lorsqu’il commette un acte isolé » continue-t-il.

Des appels ont été lancés sur Twitter au maire de la ville de Gonesse, pour qu’il interdise cette manifestation. Certains se demandent s’il ne s’agit pas d’une apologie du terrorisme.

Rappelons que Mickaël Harpon, converti à l’islam depuis 2008, a égorgé et poignardé à mort 4 collègues policiers le 3 octobre, après avoir tenu des propos radicaux islamistes la veille et le jour même de l’attentat Bon, toutes ces abjections, pourquoi ?Officiellement pour mettre en doute le fait que l’assassin ait été radicalisé et donc que l’islam serait la cause des assassinats. Point de vue indéfendable. Depuis quand manifeste-t-on parce que l’on serait en désaccord avec la cause attribuée à un assassinat ? Cela relève de l’enquête, du débat… les manifs n’ont rien à voir là-dedans..Le fond de l’affaire ? Adama Traoré veut représenter la défense des immigrés, tout particulièrement celle des immigrés musulmans, mais, surtout, de l’islam (le CCIF c’est la défense intellectuelle et dans les tribunaux, le comité  Traoré se veut représentant des immigrés et des musulmans défendant l’islam). C’est une mise en garde très claire faite au pouvoir et aux Français : vous connaissez notre pouvoir de nuisance, vous savez de quoi on est capable, entre émeutes, incendies, agressions… On peut mettre la France à feu et à sang. Alors n’accusez pas l’islam, ici et maintenant et jamais. Voilà, la jonction est faite entre les Frères musulmans et les islams de la rue. Qui a jamais parlé de la 3ème phase du Djihad ? Ils font quoi, Macron et Castaner ? Ils causent, ils enfument le bas peuple. Ils gagnent du temps, histoire de permettre aux Traoré d’être encore pus nombreux, encore plus puissants.

C’est la guerre porte de Clichy « pour Adama Traoré » :
ils sont des dizaines de milliers…


Ce soir, c’est la guerre porte de Clichy « pour Adama Traoré » : ils sont des dizaines de milliers…

Les affrontements se poursuivent en direction du périphérique

Vidéo intégrée

Leur révolte, c’est notre défaite.

Vidéo intégrée

.

.

Surfant sur le climat de violences en France et aux Etats-unis, après les émeutes  pour Sabri, voilà que la clique Traoré a appelé à manifester… alors qu’on est encore dans les interdictions de rassemblement pour cause de covid, soit dit en passant. La manifestation a donc été interdite, ce qui ne les a pas calmés, au contraire…  Depuis 4 ans ils réclament des autopsies, des expertises… on en est  à la 3ème ou à la 4ème qui vient d’avoir lieu et  qui donne tort à la famille Traoré. Ils ne supportent pas. Ils ont donc décidé de faire plier justice, police et gouvernement par la force, par les émeutes, par le nombre. La famille Traoré n’acceptera les décisions de la justice que lorsqu’elles seront conformes à ses desiderata et que des policiers seront passés sur la chaise électrique ou à peu près…Avant de passer à l’étape suivante, le copié-collé de ce qui se passe aux Etats-Unis pour prendre le pouvoir dans les quartiers d’abord et dans toute la France ensuite… L’usure, les menaces, les manifs, les émeutes.Tout est bon pour arriver à ce qu’ils veulent…. Ils étaient donc des milliers ce soir devant le palais de justice. Et ça a dégénéré très vite. Images qui terrifient le gouvernement, qui se garde bien d’utiliser les canons à eau et autres LBD visant la tête comme avec les GJ ! 

En complément cet article du Point 

La préfecture parle de « quelques incidents »… On se souvient du discours violent de Castaner lors des manifs des Gilets Jaunes…Le rassemblement, qui avait débuté à 19 heures sur le parvis du tribunal dans le nord-est de Paris, a été perturbé par des jets de projectile et la police a fait usage de gaz lacrymogène. Les manifestants se sont ensuite dispersés dans les rues alentours et sur le boulevard périphérique. Sur l’artère surplombée par les volutes de fumée, des centaines d’entre eux ont bloqué les voitures, les laissant passer au compte-gouttes. Des affrontements sporadiques ont éclaté sur le périphérique, où des policiers ont reçu des jets de pierre et répliqué en tirant avec les LBD. Dans les rues, des barricades ont été érigées et des vélos ont été incendiés.

Après 22 heures, des voitures de police ont été la cible de jets d’objets divers (pierres, bouteilles), notamment sur l’avenue de Clichy où les pompiers ont dû intervenir pour éteindre des feux de poubelles et des barricades. Les forces de l’ordre ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène. Les troubles ont aussi gagné les rues de la commune limitrophe de Clichy (Hauts-de-Seine), avec des feux de poubelle et des barricades le long de l’artère principale, ainsi que les vitres d’un poste de police municipale saccagées.

«  Aujourd’hui, quand on se bat pour Georges Floyd, on se bat pour Adama Traoré  », a lancé un peu plus tôt dans la soirée lancé Assa Traoré, soeur aînée d’Adama, face à des manifestants qui scandaient «  Révolte  » ou «  Tout le monde déteste la police  »

« Si le pays ne nous donne pas ce que nous exigeons, nous allons brûler le système »

Le président Hawk Newsome de la branche Black Lives Matter de New York a proféré des menaces terroristes lors de son interview sur Fox News mercredi soir.

Newsome a déclaré à la journaliste de Fox News, Martha MacCallum, que « si Black Lives Matter n’obtient pas ce qu’elle veut, ils brûleront le système ».

« Si ce pays ne nous donne pas ce que nous exigeons, alors nous brûlerons ce système et le remplacerons.. Je pourrais parler au sens figuré. Je pourrais parler au sens littéral. C’est une question d’interprétation », a déclaré Newsome.

Voici l’extrait :

  • 99% des Américains ignorent les vraies intentions de Black Lives Matter. 
  • Ils ne savent pas que cette organisation politique d’extrême gauche a été fondée par trois marxistes Patrisse Cullors, Alicia Garza, et Opal Tometi.
  • Ils ne savent pas qu’il existe une différence entre le slogan « black lives matter », qui représente un message auquel tout le monde accepte volontiers de s’identifier, en ajoutant ou pas « all lives matter », et l’organisation Black Lives Matter.
  • Et ils ne savent pas que George Soros a financé Black Lives Matter à hauteur de 33 millions de dollars par l’intermédiaire de sa fondation, Open Society. Le directeur d’Open Society a cependant contesté cette affirmation.

Open Society Foundation a dépensé plus de 826 millions de dollars en 2014.

Pierre Cassen :
en Russie, Assa Traoré prendrait 10 ans de prison ! (video)


Pierre Cassen : en Russie, Assa Traoré prendrait 10 ans de prison ! (video)

L’éducastratrice Assia au grand-père esclavagiste….


L’éducastratrice Assia au grand-père esclavagiste….

.

L’éducastratrice !

On apprend que l’assa est éducastratrice !

Et le mal dont elle est grande dénonciatrice,

elle en assure la pratique !

Tricher mentir, d’un tel viatique,

elle est, malgré la loi, la belle approbatrice !!

PACO. Assa, grand père esclavagiste !

En marge d’un rassemblement Black Lives Matter,
trois Anglais poignardés par un « Libyen »

En marge d’un rassemblement Black Lives Matter, trois Anglais poignardés par un « Libyen »

« Trois personnes ont été tuées lors d’une attaque au couteau samedi soir 20 juin dans un parc à Reading, à l’ouest de Londres, selon la police, qui ne retient pas actuellement la piste terroriste »(Le Figaro)

Rhétorique habituelle des médias dès qu’il s’agit d’une attaque au couteau : piste terroriste écartée d’emblée, pas de nom ou de photo de l’attaquant, pas de mention sur son origine et ses motivations.

Pourtant, la presse anglaise parlait déjà hier soir en début de soirée d’un « Libyen » ayant attaqué un groupe d’hommes buvant des bières…

« Hier soir, la police antiterroriste a fait une descente dans un immeuble de Reading après qu’une attaque au couteau frénétique « par un Libyen » ait fait trois morts et trois blessés graves. Des témoins ont déclaré que l’agresseur avait ciblé un groupe d’hommes d’âge moyen « assis en train de boire de la bière » dans les jardins de Forbury, au centre de Reading ».

On apprendra sans doute dans quelques jours que le déséquilibré avait fait allégeance à Daesh, qu’il était connu défavorablement des services de police, qu’il avait poignardé des mécréants buveurs de bière en criant « Allah akbar » ou qu’il se sentait stigmatisé par des non-racisés…

Royaume-Uni :
trois morts lors d’une attaque au couteau
à Reading

«Le parc était plein, beaucoup de gens étaient assis pour boire un verre avec des amis quand une personne est arrivée, a soudainement crié des mots inintelligibles et est allé vers un groupe d’une dizaine de personnes, essayant de les attaquer au couteau»…

Plus tôt dans la journée, plusieurs manifestants du mouvement antiraciste Black Lives Matter s’étaient rassemblé à Reading. Certains participants de cette manifestation s’inquiètent sur Twitter que cette attaque leur soit attribuée.

La police britannique a annoncé considérer comme «terroriste» l’attaque au couteau qui a fait trois morts dans un parc de Reading, à l’ouest de Londres. Un suspect, âgé de 25 ans et habitant de cette ville de 200.000 habitants située à environ 60 kilomètres de la capitale britannique, a été interpellé et placé en garde à vue peu après les faits.  D’après les médias britanniques, le tueur serait de nationalité libyenne et demandeur d’asile… Selon le Daily Telegraph, citant une source sécuritaire, sa «santé mentale» est considérée comme un «facteur majeur»…

Pourquoi affirmer l’absence de lien avec Black Lives Matter puisque l’on ne connait pas encore les motivations du tueur « libyen » ? Et pourquoi n’y aurait-il aucun lien quand les médias nous abreuvent du matin au soir des méfaits des Occidentaux, de l’esclavagisme, du colonialisme, de la domination des Blancs, de leur racisme, de leur islamophobie et, pour tout dire, de leur ignominie ancestrale ? Dernier avatar de cette culpabilité et de cette repentance à outrance : le rappel du massacre des tirailleurs sénégalais  à Chassenay (Rhône) par les nazis en 1940 en liant ce drame avec la colonisation française… Colons français – soldats de la Wehrmacht, État colonial – IIIe Reich : même combat contre les Africains ou les Noirs ? Ou comment attiser continuellement la haine des racisés contre lesGaulois par des journalistes orientés à gauche et  traitant l’information en fonction des « émotions » du moment… Devoir de mémoire et respect envers ces soldats africains oui, récupération par l’antiracisme dévoyé dans la lignée Floyd – Traoré, non.

Black lives matter: une jeune mère de famille blanche assassinée par des noirs

Une jeune femme, Jessica Doty Whitaker, a été abattue la semaine dernière par plusieurs noirs à Indianapolis, Etats-Unis, après avoir dit à des militants noirs au cours d’une dispute « All lives matter » (Toutes les vies comptent).

Alors qu’elle se promenait avec son compagnon et deux amis, le groupe a croisé cinq individus noirs, militants du mouvement Black lives matter. Le ton est monté et la jeune femme aurait déclaré « All lives matter ». Les deux groupes s’étant finalement séparés sans heurts, le groupe de la jeune femme a poursuivi son chemin jusqu’à un pont où les attendaient en fait le groupe de noirs précédemment rencontrés. L’un d’entre eux a alors ouvert le feu et touché la jeune femme en pleine tête. Son compagnon armé aurait alors riposté et fait fuir les assaillants.

Transportée à l’hôpital, la jeune mère de famille, infirmière à domicile de profession, y est décédée, laissant son enfant de trois ans orphelin.

L’information n’a semble-t-il pas fait grand bruit, aucun grand média américain, même le conservateur Fox News, n’ayant relevé ce drame.

« Chasselay questionne à la fois le racisme,
le nazisme et la colonisation »

Il y a eu l’appel du 18 juin depuis Londres du général de Gaulle, mais le lendemain se déroulait l’un des pires massacres de soldats africains, morts pour la France .[Les] tirailleurs sénégalais du 25e régiment reçoivent l’ordre de « résister sans esprit de recul, même débordés », pour tenter d’endiguer le déferlement des troupes allemandes sur les nationales 6 et 7, au nord de Lyon. Ces soldats vont se battre jusqu’à la mort, et être les victimes du racisme des Allemands…

S’engagent alors des combats qui vont durer plusieurs heures et, là, les Allemands vont tout de suite commettre des exactions. Ils exécutent des soldats français, surtout ceux qui ont essayé de s’interposer, ils achèvent des blessés, et tuent déjà un groupe de tirailleurs sénégalais. Ils font preuve d’une véritable barbarie… Les Allemands divisent le groupe en deux : les Africains sont devant, les soldats français derrière. Les premiers sont emmenés sur une route isolée puis conduits dans un champ. Les mitraillettes des chars ouvrent alors le feu. Les blindés avancent et achèvent les blessés sous leurs chenilles. Il faut savoir que cette haine à l’encontre des soldats noirs remonte à la Première Guerre mondiale… On sait grâce aux récits des témoignages d’époque qu’ils ont été recrutés dans les colonies. La majorité de ces hommes venaient du Sénégal, de Thiès, de la région de Kaolack ou encore Zinguinchor. On retrouve aussi parmi eux des Maliens et des Guinéens. Après, de manière plus marginale, on retrouve des Mauritaniens, des Ivoiriens et des Nigériens […] La France de cette époque est à la tête d’un empire immense. Et ces soldats qui ont combattu pendant la Première Guerre mondiale, les Allemands ne les avaient pas oubliés. Ils en avaient une peur bleue.

Comment un épisode comme Chasselay peut-il éclairer le débat sur le racisme aujourd’hui ?

Il est difficile de rentrer dans ce débat, d’autant plus que le livre comme l’exposition ne datent pas de la semaine dernière. Nous sommes dans une époque où il est plus facile de réagir plutôt que de réfléchir…

Le président Emmanuel Macron a appelé les maires de France à nommer certaines rues et places en hommage aux soldats africains qui ont participé à la Libération, où en est ce projet auquel vous participez ?

Tronqué ou pas, le message de Si-bête est clair
et mérite qu’elle soit mise dehors avec un coup de pied au cul


Tronqué ou pas, le message de Si-bête est clair et mérite qu’elle soit mise dehors avec un coup de pied au derrière

Fausse infirmière qui lance des pavés !

Le camp Macron et le camp des gauchos défendent  Si-bête avec une colossale mauvaise foi, ils voudraient t nous faire prendre des vessies pour des lanternes avec la dernière de la donzelle. Elle est indéfendable et les explications que donnent ses défenseurs sont à mourir de rire.

Il paraît que, dans le camp patriotes, de Golnadel à Damien Rieu, des syndicats des commissaires de police à  Valérie Boyer…  on serait de mauvaise foi.

Je donne la palme de l’humour à Jean MessihaJean MESSIHA✔@JeanMessiha « Je ne saurais pas expliquer à mes enfants s’il est normal ou pas de jeter des pierres sur les forces de l’ordre ». J’ai cru un moment que #Macron avait remplacé #SibethNdiaye par #AssaTraore.

Vidéo intégrée

Alors là les enfants , Sibeth se sera surpassée . Tous ses propres records pulvérisés: Elle ne sait pas si « c’est normal ou pas » de jeter des pierres sur les policiers en raison de l’émotion. 👏👏👏👏👏👏👏👏👏👏🔥🔥🔥Championne du monde de pêcheuse de perles en eau profonde .

Je ne saurai pas trop expliquer à mes enfants comment on peut être ministre de la république sans être capable d’expliquer clairement qu’on ne jette pas de pierres sur les forces de l’ordre.

En face, on pousse des cris d’orfraie, on crie à la manipulation et à la mauvaise foi

Et LCI de défendre sa pouliche :

Toujours est-il que l’extrait de 15 secondes partagé sur les réseaux sociaux modifie en partie le sens de ce que tentait d’expliquer la porte-parole du gouvernement. De fait, voici la totalité de sa réponse – qui débute à la cinquième minute de l’émission – à la question posée. Sibeth Ndiaye est interrogée sur les suites juridiques qui pourrait avoir lieu pour l’infirmière. Elle déclare que « la justice doit s’exercer de manière normale, comme pour n’importe quel citoyen », ajoutant qu’en tant que membre du gouvernement, elle ne peut se prononcer à la place des juges sur la sanction appropriée.  

Elle poursuit sur les jets de pierre. « Je comprends évidemment l’émotion qu’a suscitée l’image qu’on a vue de son arrestation. Mais en même temps, je ne saurais pas expliquer aujourd’hui, à mes enfants par exemple, est-ce qu’il est normal, ou pas, de jeter des pierres sur les forces de l’ordre. » Ce à quoi Sibeth Ndiaye ajoute, pour prendre la défense du CRS visé : « On peut tous, dans des circonstances particulières, être à bout de nerf, est-ce que pour autant ça justifie qu’on jette des pierres sur les forces de l’ordre ? Que dirions-nous au fils ou à la fille du CRS qui reçoit cette pierre dans le visage ? Que c’est pas grave ? »  Nous avons ici l’exemple à bien comprendre et à généraliser avec les africains… se sont des individus très susceptibles et très énervés genre éjaculateurs précoces qui partent au quart de tour… car ils baignent dans la violence, sont habitués à la violence qui fait partir de leur logiciel et pire ils aiment la violence et la recherche. Pour ces crétins ce qui se passe en France c’est normal. Vous comprenez les abrutis pro immigration que ce n’est pas possible de mélanger des gens violents avec les français qui sont pacifiques.

Une mise en contexte qui permet de nuancer assez nettement la phrase, sans doute maladroitement exprimée, extraite de sa réponse.

« Le propos reproché ce jour à Sibeth Ndiaye est manifestement tronqué pour lui faire dire l’inverse, il faut être honnête »,  a tweeté Florian Philippot (Les Patriotes) mais d’ajouter : « Doit-elle cependant rester à sa place ? Bien sûr que non ! Elle n’a de cesse depuis des mois de décrédibiliser l’image de la France et elle assume de mentir. »

Alors ? Qui dit vrai ? 

Vidéo intégrée

Écoutez l’intégralité de ma réponse dans #DIMPOL sur @France3TV et vous verrez que je dis le contraire de ce que l’on veut me faire dire.

Désolée, mais j’ai beau écouter et réécouter, la phrase par laquelle le scandale arrive est bien celle-ci : je ne saurais pas expliquer aujourd’hui, à mes enfants par exemple, est-ce qu’il est normal, ou pas, de jeter des pierres sur les forces de l’ordre. Avec ou sans le contexte, elle signifie toujours la même chose, à savoir que le porte-parole du gouvernement est incapable de dire si jeter des pierres aux policiers est anormal.

Que d’aucuns voient dans sa phrase une maladresse de syntaxe, c’est une chose. Mais il ne faut pas accuser autrui d’avoir fait un travail de faussaire en faisant circuler les 15 secondes où elle prononce la phrase qui tue. Elle aurait pu, par exemple, dire bien des choses : par exemple, je ne saurais pas expliquer aujourd’hui, à mes enfants par exemple, qu’il est normal,  de jeter des pierres sur les forces de l’ordre... Sauf qu’elle a ajouté « normal ou pas »… 

Chassez le naturel, il revient au galop. Macron a dû la sermonner d’importance pour qu’elle n’ajoute pas à son tour, après Castaner, de l’huile sur le feu… mais la gourdasse a sans doute une certaine empathie avec l’infirmière caillasseuse… et sa langue a fourché.  Tant pis pour elle, bien fait pour elle. Elle est détestée, non pas parce qu’elle est noire, mais parce qu’elle est l’une des âmes damnées du dictateur  Macron, du fossoyeur Macron. 

Zemmour demande une commission sur l’immigration,
l’identité et la démographie : faites pareil !


Zemmour demande une commission sur l’immigration, l’identité et la démographie : faites pareil !

En voilà une initiative qu’elle est bonne ! La réponse à l’immense stupidité et manipulation de la « commission des 150 crétins » sur le climat, c’est exactement celle-ci. Eric #Zemmour sur @CNEWS #ConventionCitoyenne : « Je propose que l’on fasse une commission sur l’immigration, l’identité, la démographie, et je suis même prêt à être le président de cette convention ! Et avec un référendum au bout ! »

Pour que cette proposition ne demeure pas lettre morte, nous devons, vous devez vous en emparer pour qu’elle devienne virale !Chacun de ceux  qui liront cet appel doit a minima :

-la partager 10 fois, 100 fois… sur twitter et facebook.

-Faire une lettre à l’Elysée et Matignon pour le demander également. 

-L’envoyer à au moins 50 députés. 

-L’envoyer à un maximum de journalistes, par courrier, par courriel, et sur twitter.

Harcelez vos élus, tous ! Maire, conseiller départemental, conseiller régional, député, sénateur…

Chaque fait-divers, chaque manifestation de clandestins ou des Traoré et autres LDNA… doit amener une réaction de chaque patriote. Ils nous font la guerre. Pour le moment, si les Français ne semblent pas prêts à se mobiliser dans la rue, ils peuvent au moins le faire sur le net et utiliser la bonne vieille poste.Si tous les patriotes de France et de Navarre font cela, la demande deviendra virale et Macron sera obligé de répondre et d’argumenter, au moins via Si-bête. L’intérêt est de remuer les Français et de leur faire comprendre que si on peut faire bosser des gens non élus sur l’écologie il n’y a aucune raison pour qu’on ne les fasse pas bosser sur un sujet infiniment plus important et crucial pour notre avenir.

Rappelez-vous : les prétendues minorités parviennent à se faire entendre et à faire obéir politiques et décideurs parce qu’ils se mobilisent en masse, sans avoir peur de défendre l’indéfendable. Allons-nous nous laisser remplacer, exterminer sans rien faire, même de simples lettres ? Allons-nous laisser nos enfants devenir les esclaves des dégénérés ? Le temps n’est plus à geindre et à s’arracher les cheveux. Le temps est venu de riposter. La première riposte est proposée par Eric Zemmour, il faut s’emparer de l’idée et il faut forcer réseaux sociaux  et donc journalistes et politiques à le faire.

Vous avez, sur les sites résistants à l’islamisation, des milliers d’exemples, d’argumentaires… pour étayer vos messages, qui doivent être courts, argumentés, dépourvus de racisme primaire contre-productif… au boulot, les copains !

Les effigies de Cream Wheat, Aunt Jemima, Uncle Ben’s supprimées :
jugées « racistes »!


Les effigies de Cream Wheat, Aunt Jemima, Uncle Ben’s supprimées : jugées « racistes »!

Et hop, au tour des entreprises de mettre un genou à terre dans un répétitif numéro maso de flagellation – soumission :

« Uncle Ben’s a fait son temps. Son visage noir au sourire éclatant, comme autant de stéréotypes afro-américains datés, devrait bientôt disparaître des rayons des supermarchés américains » 

En effet, pour l’Obs et les antiracistes Black Lives Matter, l’image de l’homme afro-américain classieux aux dents blanches et nœud papillon représentait un « stéréotype » raciste. Mais pour la plupart d’entre nous – enfin pour ceux qui n’ont pas une centaine d’esclaves enchaînés dans leur plantation – ce n’était que du riz américain présenté par un type souriant,  sympa et chaleureux entouré d’une famille « traditionnelle ». Bon, certes, dans un environnement très communautariste où l’on ne voit, ici, aucun Blanc. Mais enfin, c’était beaucoup mieux que l’image du racisé de banlieue, agressif et violent, ou de l’indigène islamisé antirépublicain à la mode Traoré.

Donc exit l’effigie d’Uncle Ben’s (groupe Mars) jugée « raciste ».

Exit également l’effigie « raciste » du cuistot Cream Wheat (B&G Foods).

Exit enfin l’effigie d’ « esclave » de la marque de sirop d’érable Aunt Jemima (Quaker Oats- Pepsico) :

« Le climat suscité aux États-Unis par les manifestations à la suite de la mort de George Floyd sous le genou d’un policier blanc le 25 mai, aura eu raison de cette image, survivance mal assumée de stéréotypes racistes. Une vidéo de la chanteuse Kirby Maurier publiée sur Tik Tok a aussi contribué à accélérer cette annonce.  « Comment ne pas prendre un petit-déjeuner raciste ? », demande l’artiste afro-américaine, avant de vider le contenu de la boîte de pâte à pancakes iconique dans l’évier » 

Comme Aut Jemima, beaucoup d’entreprises « ont promis de changer leurs méthodes de recrutement pour faciliter l’embauche de membres des minorités visibles ou encore de verser de l’argent pour améliorer l’intégration de la communauté ».

Si, comme la gauche nous le répète sans cesse, les hommes sont tous égaux et les races n’existent pas, pourquoi opter encore une fois pour la discrimination positive et la préférence raciale ? Ne serait-ce pas un racisme inversé ou, au moins, une injustice, envers ceux – généralement les Blancs et les Asiatiques – qui seront exclus d’un recrutement ou d’un programme d’aides financières par le fait de leur couleur de peau ou d’un supposé « privilège » ? Bref, dans la publicité comme ailleurs, quand ils sont présents, ça ne va pas et quand ils sont absents, ça ne va pas non plus : les racisés ne sont jamais contents et chouinent toujours pour obtenir traitements de faveur, soumission et argent des Blancs « racistes-systémiques ».

Le logo Uncle Ben’s, jugé raciste,
va disparaître des paquets de riz

A la suite du mouvement de protestation antiracisme, de nombreuses marques et entreprises se sont emparées du slogan « Black Lives Matter » et ont renoncé à utiliser l’image de stéréotypes afro-américains.

Uncle Ben’s a fait son temps. Son visage noir au sourire éclatant, comme autant de stéréotypes afro-américains datés, devrait bientôt disparaître des rayons des supermarchés américains.

« Le temps est venu de faire évoluer la marque Uncle Ben’s, y compris son identité visuelle, et c’est ce que nous allons faire », a reconnu dans un communiqué Mars, le géant de l’agroalimentaire mondial pour qui « le racisme n’a pas sa place dans la société ».

Si l’utilisation de l’image d’Uncle Ben’s fait polémique, c’est parce qu’elle évoque forcément les plantations de coton ou de riz qui, exploitées seulement grâce aux esclaves, ont fait la richesse du sud des États-Unis. Une guerre civile sanglante a également été déclenchée pour tenter de préserver ce système coûte que coûte. Cependant Mars est resté vague sur ce qu’il comptait faire de sa marque de riz et n’a pas promis d’abandonner l’image. « Nous ne savons pas pour le moment quels vont être exactement les changements apportés ni selon quel calendrier, mais nous évaluons toutes les possibilités », précise le communiqué.

Aunt Jemima va aussi disparaître

Aunt Jemima, une femme noire emblématique qui orne les bouteilles de sirop d’érable et les préparations pour pancakes de Quaker Oats dans les rayons américains, va également disparaître d’ici la fin de l’année, a promis mardi 16 juin l’entreprise, qui appartient au groupe Pepsico. Aunt Jemima perpétue « des stéréotypes raciaux » a reconnu la marque. Une image qui a évolué depuis ses 130 ans d’existence, « mais pas assez ». En effet, cette femme à la peau sombre et au sourire éclatant, représente les servantes noires du sud des États-Unis et par association le passé d’abord esclavagiste, puis ségrégationniste de cette partie des États-Unis, où la minorité noire reste soumise à de nombreuses discriminations. Contrairement à Mars, Quaker Oats va se débarrasser entièrement du visuel de la marque d’ici la fin de l’année et changera ensuite le nom.

Des prises de position parfois jugées hypocrites

Aunt Jemima a également annoncé le versement de 5 millions de dollars en faveur d’initiatives pour la minorité afro-américaine, en plus d’un plan de 400 millions de dollars sur 5 ans « pour soutenir les communautés noires et augmenter la représentation des personnes noires » au sein du groupe PepsiCo.

Ces décisions fortes ont été prises dans un contexte de protestations sociales massives et inédites aux États-Unis, pour dénoncer les violences policières faites aux Afro-Américains et plus largement le racisme en général et l’héritage de centaines d’années d’esclavagisme.

Face à la pression de la rue et des réseaux sociaux, beaucoup de marques et entreprises ont embrassé le slogan « Black Lives Matter » et promis de changer leurs méthodes de recrutement pour faciliter l’embauche de membres des minorités visibles ou encore de verser de l’argent pour améliorer l’intégration de la communauté.

Des prises de position parfois jugées hypocrites et opportunistes au point d’avoir créé l’expression « BLM washing » à l’instar du « Green washing », qui désigne les stratégies d’entreprises faisant semblant de lutter contre le réchauffement climatique ou la protection de l’environnement.

Par effet mimétique, les Black Lives Matter français s’attaqueront-il à Banania (déjà bien amoché) ou aux effigies emblématiques des marques de rhum ? 

Les juifs se tirent une balle dans le pied… car ils sont souvent les riches propriétaires de ces grosses boites qui financent en même temps Israël et le Mossad pour foutre le bordel. En déstabilisant le monde il en reçoivent les effets pervers. Comme par exemple cette fausse alerte de coronavirus qui a bloqué des juifs ? C’est un trait particulier des juifs aisés très dangereux car sous Hitler ils ont fomenté des tueries qui ont touchées seulement les juifs pauvres… Dans toutes les grosses arnaques la mafia 6666 tire les ficelles en regardant de loin ses compatriotes se faire tuer… c’est le cas du Titanic, des tours du 9/11 sans victimes juives riches… car il ne faut pas oublier que l’assassinat de Kennedy c’est eux, Kadhafi c’est eux, l’Irak c’est eux, Fukushima c’est eux, la Syrie c’est eux… en sachant que le Mossad prêt à tout, est super puissant avec son réseau de milliers de Sayanims… En créant le chaos partout ils en prennent un peu dans la gueule. Le boomerang revient toujours ! Mais ces gens ont un côté kamikaze… masochiste. Que j’explique toujours par la souffrance lancinante de la circoncision qui provoque le cerveau bête et méchant qui lutte en homéostasie pour réparer les dégâts… voir mon livre PREPUCE mon AMOUR. La mafia 6666 pratique le paupérisme en espérant capté toutes les richesses alors que c’est suicidaire. On en est au point ridicule ou l’argent circule de moins en moins alors que les Rothschild bloquent des sommes colossales dans leurs banques. Tellement ridicule que pour huiler le circuit ils prêtent au taux zéro !


Pierre Cassen : vive la France des Traoré, des Tchétchènes et des Black Blocs (video)

Pierre Cassen :
vive la France des Traoré, des Tchétchènes et des Black Blocs (video)

Les gourous d’Assia Traoré ? Que du beau monde… lié à l’islamisme ; Adama Traoré, un prétexte pour le djihad !


Les gourous d’Assia Traoré ? Que du beau monde… lié à l’islamisme ; Adama Traoré, un prétexte pour le djihad !

.

Tout le petit monde qui prône insurrection et mobilisation contre les policiers, donc contre la France, est lié, d’une façon ou de l’autre à l’islam et même au salafisme, aux Frères musulmans, à l’UOIF…. Bref, il est évident que les couillons de gauchos qui soutiennent leur mouvement se font instrumentaliser pour imposer non seulement la discrimination positive mais carrément la conquête de notre pays. Cela fait partie du djihad… 

En imposant par la menace de l’émeute l’impunité du délinquant musulman, qu’il s’appelle Traoré ou Merah, ils imposent une des prescriptions coraniques : la suprématie musulmane sur le non musulman… Et ils imposent en même temps le retour du délit de blasphème.

Le vrai visage de la famille Traoré, violence , drogue, salafisme, radicalisation, polygamie…

La galaxie de la famille Traoré

Le 19 juillet 2016, Beaumont-sur-Oise sombre dans la violence. Un homme bien connu de la police, Adama Traoré, vient de faire un arrêt cardiaque après avoir été interpellé par des gendarmes du PSIG de l’Isle Adam, qui cherchaient à interpeller son frère Bagui. Il n’en a pas fallu plus pour que le Val d’Oise s’enflamme.  Les policiers et les gendarmes mobilisés dans les jours qui ont suivi le 19 juillet 2016 s’en souviennent comme si c’était hier. Alors que l’attention médiatique est concentrée sur l’attentat islamiste de Nice qui vient de causer la mort de 86 personnes, pendant cinq jours et cinq nuits, les forces de l’ordre de Persan et Beaumont-sur-Oise accusées d’avoir tué Adama Traoré – l’autopsie révèlera qu’il était cardiaque et sous l’emprise de cannabis – essuieront une cinquantaine de coups de feu. Un bus sera utilisé pour servir de bélier pour entrer dans la caserne de Persan. Au cours d’une nuit, les soutiens d’Adama Traoré, mobilisés par sa famille, tenteront même d’abattre un hélicoptère de la gendarmerie. 

A l’issue de ces nuits d’ultra violence, la famille Traoré mobilise association antiracistes, anarchistes et de black blocks (Le Cran, Sos racisme, Nation of Islam, BAN, MIB, UNPA). Les comités Justice pour Adama et Vérité pour Adama sont créés, largement soutenus par des artistes et des personnalités connues (Omar Sy, Black M, Mathieu Kassovitz, Mouloud Achour…). A la tête des collectifs de soutien à la mémoire d’Adama Traoré, sa sœur, Assa Traoré occupe une place centrale. Si elle souhaite la justice pour son frère, progressivement, son combat consiste plutôt à venger sa mort. A la manœuvre derrière elle, une galaxie d’amis, dont la plupart sont connus de la police, pour délinquance, violences contre les forces de l’ordre ou encore radicalisation.

Valeurs actuelles s’est penché sur ces profils de l’ombre, et a reconstitué une partie de la galaxie de la famille Traoré. 

La famille Traoré

Le père d’Adama Traoré, un polygame aux quatre femmes, a eu dix-sept enfants. Originaire du Mali, il est mort en 1999. 

Adama Traoré

Sans profession, il est connu des fichiers de police pour recel, violences volontaires contre les forces de l’ordre, extorsion avec violences, menaces de mort, outrages, conduite sans permis, usage de stupéfiants, vol à la roulotte… L’homme de 24 ans a été incarcéré à deux reprises : de septembre 2012 à juillet 2014 puis de décembre 2015 à mai 2016. Au cours de peine, il a été mis en cause par son codétenu pour viol.

Assa Traoré

Âgée de 31 ans, la sœur aînée d’Adama Traoré est considérée comme une sorte de chef « de clan » à la tête de la famille Traoré depuis la mort de son père. Après avoir obtenu un diplôme d’éducatrice spécialisée en 2007, elle travaille depuis 2009 dans une fondation. Depuis 2016, elle est parvenue à construire autour d’elle un réseau puissant aussi bien dans les associations antiracistes, mémorielles, islamiques et de promotion de la politique de la ville que dans le monde du spectacle ou encore dans les médias et le monde politique.

Almany Kanouté

Connu des services de police, il a créé la brigade anti-négrophobie. Membre aussi de Nation of Islam, il a rencontré Assa Traoré dans son milieu professionnel. Il est considéré comme son éminence grise. Pas une sortie médiatique sans qu’Almany Kanouté autorise, relise ou valide ses propos. Cultivant la discrétion, il cherche de manière quasi obsessionnelle à échapper à l’attention des services de renseignement. 

Samir Elyès  B.

L’homme s’identifie à un « éveilleur de consciences ». Sans emploi, il est très impliqué dans le tissu associatif antiraciste, Samir Elyès est membre des associations « bouge qui bouge », « DIP social Klub », un collectif pro-palestinien luttant aussi contre la ségrégation du « peuple noir » et MIB (Mouvement Immigration banlieue).

Abderaouf A.

Ancien élève de l’école internationale irakienne puis algérienne, il est président d’une association véhiculant un discours prosélyte et diffusant les théories salafistes. Ce membre de Nation of Islam est aussi connu pour avoir géré une mosquée clandestine salafiste, fermée il y a quelques années à la suite d’une mesure administrative.

Hamza A. 

Connu à Ecouen pour son discours prosélyte et surtout antisémite, l’homme est proche de l’association Union des Associations musulmanes du 95. Celle-ci est présidée par un de ses amis, connu pour ses liens avec les milieux islamistes et pro-palestiniens.

Fousseny D.

L’homme est connu pour son fondamentalisme. D’après nos informations, sa famille possède un garage dans un parking souterrain servant de mosquée clandestine. 

Les dictateurs ont choisi l’islam
pour soumettre leur peuple
et les opportunistes escrocs utilisent l’islam
pour s’autoproclamer imam…
il n’y pas plus bordélique comme secte…
ouverte à tous les vents sans chef.
Avec la charia tout le monde est chef.
C’est la religion des racailles soumises !


Croa,Croa,Croa… Même ses copains en ont assez de la Traoré…

Croa,Croa,Croa… Même ses copains en ont assez de la Traoré…

.

CROA,CROA,CROA….

C’est assez, cette assa, qui voudrait tout casser !

C’est assez, cette assa, commence à nous lasser !

On n’en peut plus de sa tignasse,

On n’en veut plus de la grognasse !

Et la rue n’en peut plus d’entendre croasser !!

PACO. T’as qu’à croire…

Vidéo intégrée

Même l’équipe de Quotidien semble dépassée par la mauvaise foi abyssale d’Assa Traoré

La Traoré veut inscrire « le privilège noir »
et le nom de sa petite frappe de frère dans l’histoire de France…


La Traoré veut inscrire « le privilège noir » et le nom de sa petite frappe de frère dans l’histoire de France…

Comme TOUS les musulmans il lui est interdit de se mettre en vedette d’autant plus que pour eux la femme c’est une merde dont le cerveau serait 50 % inférieur à l’homme. Idem pour l’héritage, elle n’a droit qu’à 50 % pour la même raison d’être une sous merde. Elle doit donc écouter les conseils des ainés qui lui proposent les pires conneries… comme de charger l’Elysée et de remplacer Micron le microbe… Avec la haine tout est possible… Sauf que la vie ne sourie jamais aux menteurs affabulateurs usurpateurs… Ok Micron c’est l’exception, l’usurpateur et il est lui aussi une marionnette de Rothschild qui lui met un doigt dans le cul pour le téléguider… Mais le peuple n’aime pas les ordures qui le prend pour un con… du moins pas trop longtemps… à moins que Macaron soit réélu ce qui serait désespérant pour les gens honnêtes !
Vu sa chevelure elle a commencé à prendre la grosse tête et du coup va multiplier les erreurs… en se cognant au mur elle va trouver le choc douloureux ! La Traoré, tout le monde s’en fout de ta gueule en cire du musée Grévin… tous ces cris ne sont que des pets qui vont vite disparaitre. Le mieux c’est le retour en Afrique !

Traoré et le privilège noir !

« Le nom de mon frère est inscrit dans l’histoire française. Il faut qu’on soit encore présent et encore plus fortMon frère est mort le jour de ses 24 ans, il voulait juste faire un tour de vélo. Mon frère est mort car il n’avait pas sa pièce d’identité après un contrôle au faciès »

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle ne manque pas d’air Aïssa Traoré. Elle raconte à peu près n’importe quoi, elle assigne et porte plainte contre tout le monde et les journalistes qui osent prétendre que ses frères et surtout Adama sont des délinquants ou ont un casier judiciaire.  En fait, à l’écouter, je me rends compte qu’en proclamant que « le nom de son frère est inscrit dans l’histoire de Française », la sœur Traoré revendique un nouveau privilège pour les noirs délinquants : prendre les Français que pour des cons !

Et puis quoi encore ? Va-t-on ériger une statue à la gloire d’un petit caïd de quartier dont tout le monde se fout ? Pour sûr, Adama Traoré est inscrit dans l’histoire de France à la page casier judiciaire et petite frappe. Et l’on peut rajouter toute la fratrie comme commensaux à la table de l’histoire Française. Seule la petite sœur Aïssa semble vierge de condamnation : l’honneur est sauf pour la famille (nombreuse) Traoré. Et elle ne se sent plus, bouffie de prétention, prête à mentir pour travestir la réalité des faits et récolter quelques heures de gloire.

Mais ce qui me fait le plus vomir, c’est de voir ces bobos de gauches soutenir les Traoré, se joindre à cette bande de pieds nickelés, se mettre à genoux (aucun orgueil) et demander pardon aux Noirs (plutôt crever) pour l’esclavage, la colonisation et tutti quanti.  Ces bobos ignares, éduqués par une Education Nationale gauchisante, savent-ils au moins que l’esclavage était une pratique courante en Afrique bien avant la traite atlantique, qu’elle n’a pris réellement fin que dans les années 1980 et qu’au XIXème siècle, dans certaines tribus,  les esclaves devenus inutiles ou sans valeur étaient mangés ; qu’en fait  ce sont les colons qui ont mis fin à l’esclavage traditionnel, à l’anthropophagie, qui ont réduits les décès par maladie, qui ont construit routes, villes, écoles et dispensaires. Et en plus, et je cite là feu Jacques Marseille, la colonisation africaine a coûté une blinde à la France et entraîné un retard économique sur l’Allemagne compte tenu des investissements dans les colonies. Des 1914, les administrateurs de l’époque estimaient déjà qu’il valait mieux abandonner les colonies et que cela rapportait rien à la France et l’appauvrissait bien au contraire. Ah si on les avait écoutés !

Car, au-delà du cas Adama Traoré, il y a chez les Africains aussi bien chez eux qu’en France l’habitude de revendiquer un privilège que je qualifie de privilège noir : celui de la victimisation.

Cela fait 60 ans que les colons sont partis d’Afrique et qu’est devenue l’Afrique ? Pas grand-chose en réalité mis à part l’accroissement exponentiel de la population. L’Afrique ne connaît que guerres, tribalisme, famines et misère et dans les meilleurs cas une stagnation économique. Sans l’aide des pays avancé, l’Afrique serait un continent dévasté. Il y avait une ou deux exceptions : l’Afrique du Sud du temps où les Blancs manageaient le pays et la Rhodésie sur le plan agricole. Depuis le départ des Blancs, l’Afrique du Sud régresse économiquement et a mis en place des lois racistes anti-Blanc ; quant au Zimbabwé qui était le grenier à blé de l’Afrique australe…  depuis la chasse aux Blancs, il enchaîne famine sur famine. Maintenant, le gouvernement d’Hararé demande aux Blancs de revenir.

L’Afrique est essentiellement pillée par ses élites tribales qui méprisent leurs peuples et qui eux même s’entretuent à la moindre occasion. Les meilleurs éléments n’ont souvent que le choix de partir pour émigrer en Occident, privant ainsi leur pays de leurs compétences et de leur entregent. Quel gâchis !

Mais peu importe, c’est toujours le même discours qui revient dans la bouche des Africains : si on est pauvre c’est à cause de la colonisation et des Blancs qui nous ont pillés. Ce n’est jamais la faute aux africains. Victime un jour, victime toujours ! D’ailleurs lors de mes voyages en Côte d’Ivoire, mes collaborateurs me citaient souvent un dicton africain : « voler un blanc c’est pas voler » et c’est vrai qu’à de nombreuses occasions je me faisais gruger. Finalement cette mentalité victimaire est bien ancrée chez les Africains et est devenue un privilège. C’est pourquoi, le discours d’Aïssa Traoré n’est pas étonnant : son frère n’est pas un délinquant, il est victime de la police à cause de la sa couleur de peau et certainement pas à cause de ses antécédents. Ben non : voler des Blancs c’est pas voler !

Comment et pourquoi les forces de police traumatisées par les affaires Oussekine et Traoré patinent dans la semoule


Comment et pourquoi les forces de police traumatisées par les affaires Oussekine et Traoré  patinent dans la semoule

Valeurs actuelles a fait paraître un article très important à propos d’un rapport « secret » de la gendarmerie sur les émeutes  qui ont suivi, en 2016, la mort d’Adama Traoré.

On n’apprend pas de secrets mais le rapport confirme ce que l’on sait ou devine depuis longtemps :

-la priorité pour les policiers c’est de ne pas tuer… et ils ne tirent pas, quoi qu’il arrive, sur les petits gabarits étant censés être des ados ou de jeunes gens, le syndrome Malik Oussekine les a castrés, ainsi que tous les politiques. Ce qui limite considérablement les moyens d’action et donne la victoire aux autres qui, eux, osent tout, même tirer sur les policiers.

–Les forces de l’ordre ont affaire à de véritables groupes formés pour pratiquer la guérilla et la guerre. Ce n’est pas arrivé comme ça, il y  a donc bien des gens qui préparent la guerre totale :

L’auteur de ces lignes revient également, au long, sur le comportement des émeutiers au cours des affrontements avec les forces de l’ordre : « L’adversaire s’est révélé particulièrement manœuvrié et a développé une capacité de planification que la cinétique parfois plus lente des unités de gendarmerie lui a permis de jouer à fond. Reposant sur une ressource de 50 à 200 émeutiers encadrés par des délinquants emblématiques des quartiers avec un réseau de soutien-renforts dans tout le Val d’Oise et la Seine-Saint-Denis, l’adversaire a été en capacité de monter des opérations coordonnées sur une zone de 10 km sur 5. Ils ont, en effet, mené des raids contre des casernes ou des logements de famille à 10 km de la zone d’engagement principal tout en conduisant des opérations de harcèlement dans les communes avoisinantes. Ces actions entraînent une panique chez les élus et le risque d’attrition des forces amies par atomisation/dispersion. »

Autrement dit, les autorités ne peuvent pas ne pas savoir tout cela. Ils ont accès à TOUS les rapports et sans doute à des pires encore que les extraits ci-dessous. Mais ils continuent de faire entrer des immigrés qui augmentent l’armée est déjà « face à nous » (selon les mots de Collomb), ils continuent d’acheter la paix sociale à coups de millions, de cadeaux, de discrimination positive, de condamnation des résistants à l’islamisaiton à et l’immigration..

La situation est catastrophique. Macron, démission !

[Exclusif] “Insurrection armée”, “sidération”, “lynchage médiatique” : les révélations choc d’un rapport secret de la gendarmerie sur les émeutes après la mort d’Adama Traoré 

Ce document ultra-confidentiel, auquel a eu accès Valeurs actuelles, a été rédigé au lendemain des violences urbaines qui ont visé les militaires du Val d’Oise, après le décès d’Adama Traoré, dans la soirée du 19 juillet 2016 et les nuits suivantes.

C’est un document ultra-confidentiel auquel a eu accès Valeurs actuelles en exclusivité. Il s’agit d’un rapport interne d’un haut gradé de la gendarmerie nationale rédigé au lendemain des violences urbaines auxquelles ont été confrontés les militaires du Val d’Oise, après le décès d’Adama Traoré, dans la soirée du 19 juillet 2016 et les nuits suivantes. Dans ce document « sensible », il est clairement fait état de la sidération des forces de l’ordre face à l’insurrection subie, et de la prise en compte de la dimension politique lors de ce type d’événement. Il est également évoqué un certain nombre de mesures afin de juguler au mieux les violences urbaines. Révélations.

L’auteur de ce rapport de 20 pages, à destination interne, estime dans un premier temps que « trois phases » ont été observées au cours des émeutes de Persan-Beaumont, dont « l’intensité a été identique à celle de Villiers-le-Bel », en novembre 2007, « insurrection qui reste la référence à ce jour en France métropolitaine ».

La première phase, celle de la « sidération », a débuté à partir de l’interpellation d’Adama Traoré et a duré jusqu’au gel de la situation par le déploiement des hommes du GIGN. « Elle se cristallise autour de l’attaque de la brigade, de son dégagement, de l’émeute classique jusqu’à la prise à partie par armes à feu et au gel de l’action dans l’attente du GIGN », écrit le haut gradé. Le même rappelle qu’« environ 30 coups de feu ont été tirés sur les forces de l’ordre », notamment par le biais d’« un tireur armé d’une carabine à lunette », au cours de cet épisode de violences urbaines.

Une « série d’échecs tactiques successifs »

D’emblée, l’auteur de ce document, diffusé dans les hautes sphères de la gendarmerie nationale, souligne une « série d’échecs tactiques successifs » avant de les énumérer : « mauvaise gestion par les magistrats qui restent huit heures dans la BT (brigade territoriale, ndlr) », « présence des élus dans la BT lorsqu’elle est attaquée », « siège et investissement partielle de la BT car la brigade n’est pas défendue dans la profondeur », « impossibilité de faire jouer la réserve qui est dans la BT et grande difficulté à constituer des éléments d’intervention puissants », « contrôle de zone poussif qui se finalise par un gel des unités fixées par des tirs et qui attendent le GIGN. »

Le même auteur révèle, en des termes lourds de sens, que « la défaite est évitée par l’arrivée massive »des policiers de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Val d’Oise. « Malgré tout, à l’aube, l’essentiel est préservé, à savoir pas d’ouverture du feu des forces de l’ordre sur des civils et les émeutiers sont rentrés chez eux. Le moral des militaires est bas et certains ne comprennent pas pourquoi il n’y a pas eu d’ordre de tirer. L’effet de sidération est amplifié par le sous encadrement dû à la période estivale. Les commandants de compagnie sont, en outre, mutés et le commandant du groupement est en permission. »

Passée cette première phase, le rédacteur de ce rapport évoque la seconde : « la reconquête. » « Cette phase part du mercredi 20 au dimanche 24 juillet 2016. Elle commence par une reprise en main morale et opérationnelle. » L’appel téléphonique du général de corps d’armée, Richard Lizurey, alors Major général de la gendarmerie nationale, mais surtout la venue à Persan du grand patron des gendarmes, le général d’armée, Denis Favier, au lendemain de l’assaut lancé par de jeunes émeutiers contre la brigade locale, remontent le moral des troupes.

« Un véritable traumatisme »

Par ailleurs, « l’élaboration d’une conception de manœuvres validées par le directeur général de la gendarmerie nationale devant le préfet du Val d’Oise permet d’engager les opérations en toute quiétude », poursuit l’auteur du rapport. « La nuit de mercredi a permis de casser l’adversaire et a constitué un tournant par l’application d’un dispositif de surmobilité qui a contribué également à regonfler le moral de la troupe, celle-ci reprenant l’initiative. »

Mais ces épisodes successifs de violences de « type urbain » ont éprouvé les corps et les esprits. « Chargés sur le plan nerveux et émotionnel », elles sont très éprouvantes pour « l’organisme », note encore le haut gradé. « Sur le plan visuel tant pour les médias que pour les habitants, c’est un véritable traumatisme. La peur des habitants s’est traduite concrètement par un tir d’arme à feu sur les gendarmes, le tireur croyant avoir affaire à des casseurs. Cette phase constitue un paroxysme tant par son intensité, voulue et assumée car les forces décident de passer à l’offensive, que par sa durée faisant d’une petite ville, une cité en état de siège ».

La troisième phase, celle de la « désescalade » et du « retour au calme », s’avère « être la plus difficile ». « Les militaires sont fatigués nerveusement et les autorités hypersensibles. Il a fallu être très vigilant au relâchement individuel et collectif tout en maintenant une proximité avec les élus », ajoute l’auteur de ce document. « Dans cette phase, la sémantique est essentielle. Rien ne doit stérilement accentuer l’anxiété du niveau politique. […] L’effet majeur est de diffuser de la sérénité, tout le reste est inaudible. »

Le syndrome Malik Oussekine

« Dans un contexte de violence de type urbain/insurrection armée, l’enjeu est avant tout politique, insiste encore le même militaire. Le poids du passé de Villiers-le-Bel, de Sarcelles et du 93 limitrophe est un horizon indépassable. La cinétique de telles manifestations de violence vont de cinq jours à un mois comme en 2005. Ces délais hypothèquent la crédibilité politique […]. Dans notre cas d’espèce, l’impossibilité de communiquer sur le fond de l’affaire du décès pour ne pas donner l’impression de se justifier a constitué une contrainte forte si ce n’est la plus importante. Cela a laissé le champ au lynchage médiatique qui a non seulement éprouvé le moral des militaires mais également à certains moments critiques rendu flottant le soutien de certaines autorités. »

Dans ce même rapport, un point essentiel revient à plusieurs reprises : la préservation de l’intégrité physique des mineurs. « Il y a dans notre conscient politique collectif un interdit sociétal qui est la blessure d’un mineur en ordre public et ce depuis Malik Oussekine (un étudiant, âgé de 22 ans, frappé à mort par des policiers, en décembre 1986, ndlr). L’affrontement avec des jeunes africains dont la morphologie est trompeuse complexifie. L’interdiction de tirer sur tout individu fluet et de petite taille […] constitue un garde-fou. Ces directives alliées au dynamisme de la manœuvre a permis d’éviter toute bavure de ce type et ce, en dépit des 260 balles de défense et 60 grenades de désencerclement tirées en trois nuits. »

Hommage à Jean Raspail, mort le jour où le gang Traoré soutenu par la gauche et Castaner impose sa loi à Paris


Hommage à Jean Raspail, mort le jour où le gang Traoré soutenu par la gauche et Castaner impose sa loi à Paris

Il est mort le visionnaire.

Il est mort le prophète. 

Il était royaliste, nous sommes républicains. Et alors ? Nous avons, avions… en commun l’amour de la France. Peu importe le flacon pourvu qu’on ait la passion. IL aimait la France, la Bretagne, la culture, les livres…

Et je suis tellement triste… Tellement triste que son livre fulgurant, réaliste, crédible… n’ait rien empêché.

Tel Cassandre, condamnée à annoncer l’avenir sans être crue, Jean Raspail est parti au moment où les politiques, main dans la main avec immigrés, descendants d’immigrés et militants gauchistes tentent d’acheter la paix sociale en trahissant les Français d’origine et la civilisation occidentale.

Le Camp des Saints : 40 ans après, fiction ou réalité ?

Paru il y a près de quarante ans, en 1973, bien avant le regroupement familial, Maastricht, la concurrence libre et non faussée érigée en dogme, avant SOS racisme et le Mrap, avant le premier choc pétrolier, avant les Trente Honteuses de l’UMPS, Le Camp des Saints est un roman prophétique de Jean Raspail qui raconte(1) l’arrivée d’une première flottille des damnés de la terre, venus de l’Inde, décidés à immigrer en France, cet Eldorado que leur promettent les Sopo, Aounit, Aubry, Sarkozy, Strauss-Kahn, Mélenchon, Hortefeux, Bové, Besancenot etc de l’époque.

Dans une langue superbe, avec un réalisme hallucinant, Jean Raspail, en 1973, nous offrait un miroir de ce que serait la France de 2011. Il décrivait ce qui nous arrive. Il décrivait nos ennemis de l’intérieur, ceux de l’extérieur, et il montrait de façon remarquable à quel point nos valeurs et notre héritage, ceux d’une civilisation, la civilisation occidentale, aux racines judeo-chrétiennes, étaient menacés et pourquoi, nous donnant l’impression de nous retrouver en 1793 et de devoir, comme nos ancêtres, prendre les armes pour défendre notre héritage menacé de toutes parts.

Peu importe au demeurant ce que Jean Raspail a voulu dire, montrer, peu importe qu’il s’agisse de fiction, de rêve, de cauchemar, de prémonition ou de hasard… Depuis le début de la littérature, celle-ci appartient au lecteur et c’est ce que l’ensemble des lecteurs en fait qui donne son sens au livre, indépendamment des intentions de l’auteur. La preuve ? Faut-il une quatrième de couverture rédigée par Homère ou par Platon pour savoir ce qu’il faut retenir ou penser de leurs œuvres ? Que nenni. Les grandes œuvres nous appartiennent et elles sont grandes parce qu’elles permettent à des générations entières d’y trouver des réponses aux questions qu’elles se posent.

Peu importe ce que Jean Raspail avait en tête, mais ce qui est en train de se passer nous importe, beaucoup, et Le Camp des Saints est un magnifique manuel qui nous donne les codes pour décrypter le réel. A la fois pour comprendre les dessous de cette invasion douce, progressive et larvée qui est de mise en Europe et tout particulièrement en France depuis plus de trente ans, avec la complicité active de nos élites de l’UMPS et pour mieux voir ce qui se prépare avec les révoltes/révolutions des pays arabes, qui pourraient avoir pour conséquence que Lampedusa ne soit que l’avant-garde de la nouvelle flottille des damnés de la terre.

L’analyse est simple et éblouissante. Il me suffit de vous donner à lire quelques passages du Camp des Saints :

D’abord la présentation des protagonistes que vous reconnaîtrez tous, ceux qui ont renié les notions de base de notre civilisation, la propreté, le respect de soi même, et qui, de rave partie en ecstasy, sont prêts à aimer le monde entier et à attendre que l’Etat, les autres, ceux qui travaillent surtout, fassent tout et acceptent qu’on leur crache dessus.

« Depuis le petit escalier donnant sur la ruelle, le jeune homme était arrivé sans bruir sur la terrasse. En jeans et baskets délavés, les cheveux longs, blonds et sales, l’aspect général négligé, le regard trahissant l’avachissement de l’âme, il représentait assez bien ces marginaux parasites que l’Europe avait secrétés par centaines de milliers et qui forment déjà en son sein, comme un cancer, une sorte de tiers monde volontaire. »

Les mêmes, heureux de voir débarquer les damnés de la terre, disent clairement comment, par une perversité ahurissante, ils en sont venus à préférer l’autre à celui qui leur est proche :

 » C’est bon ! Demain, on ne reconnaîtra plus ce pays. Il va naître.
– Avez-vous vu ceux qui arrivent, ceux des bateaux ?
– Oui
– Et vous croyez que vous leur ressemblez ? vous avez la peau blanche. Vous êtes sans doute baptisé. Vous parlez français, avec l’accent d’ici. Vous avez peut-être des parents dans la région ?
– Et alors ? Ma famille, c’est celle qui débarque. Me voilà avec un million de frères, de sœurs, de pères, de mères et de fiancées. Je ferai un enfant à la première qui s’offrira, un enfant sombre, après quoi je ne me reconnaîtrai plus dans personne. « 

Les mêmes, toujours, vomissant leur haine de la culture, de la civilisation et se réjouissant d’en voir détruire jusqu’aux vestiges, à la manière des Talibans détruisant les Bouddhas de Bamiyan :

« C’est chez vous, ici, que je conduirai les plus misérables, demain. Ils ne savent rien de ce que vous êtes, de ce que vous représentez. Votre univers n’a aucune signification pour eux. Ils ne chercheront pas à comprendre. Ils seront fatigués, ils auront froid. Ils feront du feu avec votre belle porte de chêne. Ils couvriront de caca votre terrasse (comme d’autres s’essuient le derrière, déjà, avec notre drapeau, ndlr) et s’essuieront les mains aux livres de votre bibliothèque. […] Chaque objet perdra le sens que vous lui attachiez, le beau ne sera plus beau, l’utile deviendra dérisoire et l’inutile, absurde. […] Cela va être formidable ! »

En face, le vieux professeur, qui nous ressemble diablement, dit en quelques mots en quoi l’invasion ne peut que produire un conflit de civilisation parce qu’elle veut faire table rase de la civilisation, de la culture, de l’art, du raffinement, du goût du luxe (Voltaire ne s’y était pas trompé, lui qui aimait tant le luxe et détestait tant les religions…), du goût du passé, de l’histoire, du savoir-vivre :

 » Il se servit un large verre pour la soif et un autre pour le goût, conscient du superflu et s’en pourléchant avec un rien d’ostentation. Il coupa le jambon en tranches minces qu’il aligna joliment sur un plat d’étain, arrangea quelques olives, posa le fromage sur une feuille de vigne, les fruits dans un grand panier plat, puis il s’assit devant son souper et sourit, heureux. Il aimait. Comme tout amant comblé, il se retrouvait seul avec celle qu’il aimait. Ce soir-là, ce n’était pas une femme, ni même un être vivant, mais une sorte de projection de soi-même faite d’images innombrables auxquelles il s’identifiait. La fourchette d’argent, par exemple, aux dents usées, avec les initiales presque effacées d’une aïeule maternelle, un objet tout à fait étrange si l’on songe que l’Occident l’inventa par souci de dignité alors que le tiers des hommes plongent encore leurs mains dans ce qu’ils mangent. Le verre, cristal inutile, on en aligne quatre pour quoi faire ? Fallait-il vulgairement ne plus aligner de verres parce que le Sertao mourait de soif ou que l’Inde avalait le typhus avec la boue de ses puits taris ? Les cocus peuvent frapper à la porte, menacer, se venger, en amour on ne partage pas et l’on se moque du reste du monde : en fait, il n’existe pas. Les cocus du bonheur s’avançaient par milliers ? Parfait ! « 

« Des larmes lui venaient parfois, larmes de joie. Tout racontait, dans cette maison, la dignité de ceux qui l’avaient habitée, leur mesure, leur savoir discret, leur modestie, leur goût des traditions sûres que les hommes savent se transmettre s’ils n’ont pas cessé de s’estimer. L’âme du vieux monsieur habitait aussi les vieux livres reliés, les bancs paysans, la vierge de bois, les grands fauteuils cannés, les tommettes du sol, les poutres du plafond, le Christ d’ivoire barré d’un buis séché et cent autres objets… Les objets façonnent l’homme mieux que jeu des Idées, c’est pourquoi l’Occident en était venu à se mépriser et se jetait en troupeau sur les routes, fuyant vers le nord, sans doute vaguement conscient qu’il s’était déjà perdu en sécrétant trop de laideurs qui ne valaient même plus la peine d’être défendues. Peut-être était-ce aussi une explication ? « 

Belle envolée, aussi, que celle du Consul de Belgique à Calcutta :

 » La pitié ! La déplorable, l’exécrable, la haïssable pitié ! Vous l’appelez charité, solidarité, conscience universelle, mais lorsque je vous regarde, je ne distingue en chacun de vous que mépris de vous-même et de ce que vous représentez. Et d’ailleurs, qu’est-ce que cela veut dire et où cela nous mène-t-il ? Il faut être fou, ou désespéré, pour admettre, comme vous le faites, toutes les conséquences en chaîne de votre complaisante pitié. […] Vous êtes allés trop loin, et vous l’avez fait volontairement car vous pensez profondément tout ce que vous faites. Savez-vous combien d’enfants vous avez envoyés en Belgique ? Je ne parle même pas de l’Europe dont certains pays plus lucides ont fermé leurs frontières avant nous. Quarante mille, en cinq ans ! Tout cela en pariant sur la sensibilité que vous avez dévoyée des braves gens de chez nous, en leur inculquant je ne sais quel remords pour plier la charité chrétienne à vos étranges volontés, en accablant nos classes moyennes prospères de complexes dégradants. Quarante mille ! Les Canadiens français n’étaient pas plus nombreux au milieu du XVIIIe siècle. Vous avez créé de toutes pièces au cœur de notre monde blanc un problème racial qui le détruira et c’est là votre but. Aucun de nous n’a la fierté de sa peau blanche et de ce qu’elle signifie. »

Que manque-t-il ? Le rôle de la gauche dans la bérézina :

 » C’est ce que la Gauche n’a jamais compris et c’est pourquoi elle n’est que dérision haineuse. Quand elle crache sur le drapeau, pisse sur la flamme du souvenir, ricane au passage des vieux schnocks à béret, pour ne citer que des actions élémentaires, elle le fait d’une façon épouvantablement sérieuse, « conne » dirait-elle si elle pouvait se juger. La vraie Droite n’est pas sérieuse. C’est pourquoi la Gauche la hait, un peu comme un bourreau haïrait un supplicié qui rit et se moque avant de mourir. La Gauche est un incendie qui dévore et consume sombrement. »

Quelle lucidité ! Quelle clairvoyance ! Jean Raspail montrait la catastrophe induite par la venue d’un million d’immigrés en France il y a 38 ans en même temps qu’il montrait parfaitement la pourriture des esprits qui le permettaient. Qui le permettent.

Depuis… Bruxelles prétend qu’il faut 50 millions d’Africains en Europe(2) et interdit aux nations de faire la police à leurs frontières(3), des fois que quelques milliers d’illégaux ne manquent à l’U.E. pour faire jouer la concurrence et faire baisser les salaires de ceux qui sont sur notre territoire, nationaux ou immigrés.

Depuis, « ils » ont inventé le regroupement familial et ont remplacé l’immigration de travail par l’immigration de peuplement.

Depuis, Attali, éminence noire de Mitterrand comme de Sarkozy, préconise, même en 2010, de relancer l’immigration…(4)

Depuis, Mélenchon, Besancenot et de nombreux élus appellent à récompenser l’illégalité en régularisant les sans-papiers(5).

Depuis, le PS appelle clairement à voter pour le droit de vote des étrangers aux élections locales(6) et 26 maires de gauche lancent un appel à un débat sur ce sujet(7).

Depuis, la situation devient plus que préoccupante de l’autre côté de la Méditerranée. Les peuples se révoltent, en Tunisie, en Egypte, en Libye, en Algérie, en Irak, au Yémen… (8) avec pour effet que les anciens proches des dictateurs déchus ou en voie de l’être se dépêchent d’émigrer… (de préférence en Europe, mais surtout en France grâce à notre système de protection sociale très attractif pour l’étranger, et non dans un autre pays musulman, cherchez l’erreur), que ceux qui craignent les conséquences économiques de ces périodes de trouble se hâtent de fuir… en Europe encore, que l’omniprésence des islamistes aux côtés des révolutionnaires laisse penser que tous ceux qui aspirent à vivre en toute liberté vont eux aussi chercher à rejoindre notre Eldorado(9), et au premier chef les chrétiens, persécutés par les forces armées égyptiennes »(10), et les juifs, chassés par la populace tunisienne(11), que les accords financiers conclus entre l’Italie et Khadafi pour limiter l’immigration seront caducs dès que Khadafi sera tombé et que tous les Africains employés par le dictateur Libyen vont eux aussi, forcément, chercher un abri en Europe…

Bref, la situation peut devenir catastrophique. A une nuance près, c’est que nous, contrairement aux soldats envoyés par le pouvoir, dans « Le camp des Saints », nous oserions tirer. Nous ne permettrons jamais que disparaisse notre civilisation.

(1) http://www.dailymotion.com/video/x6lcej_l-invasion-du-camp-des-saints-jean_news#from=embed

(2) http://www.fdesouche.com/19936-lunion-europeenne-veut-faire-venir-50-millions-dafricains/comment-page-2

(3) http://christinetasin.over-blog.fr/article-la-police-des-frontieres-ne-doit-pas-controler-les-frontieres-selon-bruxelles-et-un-juge-des-libertes-et-de-la-detention-67809624.html

(4) http://www.liberation.fr/politiques/010123494-la-commission-attali-recommanderait-de-relancer-l-immigration-et-de-supprimer-les-departements

(5) http://christinetasin.over-blog.fr/article-halte-a-l-immigration-et-enfermez-les-elus-qui-trahissent-nos-lois-66606534.html

(6) http://info.france2.fr/france/Droit-de-vote-aux-%C3%A9trangers:-proposition-de-loi-PS-60219745.html

(7) http://ripostelaique.com/26-maires-de-goche-prets-a-brader-la-republique-contre-le-droit-de-vote-aux-etrangers.html

(8) http://www.francesoir.fr/actualite/international/yemen-algerie-irak-autres-manifestations-anti-regime-76773.html

(9) http://christinetasin.over-blog.fr/article-le-fanatique-qardawi-67630311.html

(10) http://www.bivouac-id.com/billets/egypte-raid-de-larmee-sur-les-monasteres-coptes-video/

(11) http://www.israel-infos.net/Manifestation-et-slogans-antisemites-devant-la-grande-synagogue-de-Tunis–6264.html

.

C’est un très grand monsieur qui s’en est allé, votre intelligence, votre talent vont nous manquer, Jean. Parce que, au-delà du Camp des Saints, vous êtes un grand, très grand écrivain, à la plume inégalable.

A relire, également, un  excellent article de Daniel Pollett

Extraits

Jean Raspail prévient en préambule que : « …même si l’action symbolique peut paraître invraisemblable à certains, il s’en présentera, inéluctablement, une autre de même nature. » Et aussi que : « … de nombreux textes prêtés à la parole ou à la plume de mes personnages… sont textes authentiques. Peut-être les reconnaîtra-t-on au passage… » 

Dans une vidéo de TV-Libertés, Jean Raspail explique qu’il n’avait pas tant prévu l’islam, qui lui paraît néanmoins un élément important, que le nombre, cette submersion migratoire hallucinante d’aujourd’hui -tous les envahisseurs n’étant pas musulmans. La différence est que ce nombre est grandissant, et non pas immédiat comme décrit dans son livre. Mais il avait bien prévu l’apathie générale, la sympathie mal placée, la charité irréfléchie, le désarmement de la résistance nationale aussi bien dans les esprits que dans les moyens. Selon lui, parmi tous les communautarismes, il manque le communautarisme français.

On notera que les envahisseurs sont guidés par une entité à peine humaine, n’exprimant que des pulsions, lesquelles sont comprises comme des ordres par une foule innombrable obéissant sans réfléchir, par la loi du nombre. Cela ne vous rappelle rien ?

Cette foule vient de pays qui, n’étant plus colonisés, en sont revenus à la barbarie et l’indigence qui étaient les leurs avant l’arrivée des Occidentaux. Se trouvant à l’état de mendiante par sa propre médiocrité, incapable de maintenir et développer les apports des anciens colonisateurs, cette foule envahit l’Occident prospère et civilisé. Mettant en avant sa propre misère comme une arme redoutable, propre à annihiler toute résistance par la façon dont les irréfléchis réagissent à leurs émotions et non pas à la raison, cette foule conquérante et exigeante avance inexorablement, remettant chaque jour davantage en cause la possibilité d’un retour en arrière, amenant à terme la disparition de la race blanche.

Complément de Régis Guillem 

Cette video est passionnante, ne la manquez pas.

Sur France-Info, le gang des Traoré
et l’islamo-racaille Brakni ont table ouverte …


Sur  France-Info, le gang des Traoré et  l’islamo-racaille Brakni ont table ouverte …

Depuis quelques jours l’offensive médiatique du gang des Traoré reculait …

En effet, les réseaux sociaux avaient largement  fait connaître le vrai visage de cette « famille »  Traoré : un gang de délinquants violents et barbares. Même chez Bourdin, on  évoquait ouvertement la crapulerie immonde du gang des Traoré.

Mais  les ignobles journalistes de France-Info ne s’avouent pas vaincus : ils remettent une belle somme dans le nourrain à la gloire des Traoré. A mon avis ils jouent perdant… c’est ça l’idéologie, c’est mauvais conseillé !

Ils ont choisi trois angles d’attaque :

1) Humilier la police via un syndicaliste:

Ils appellent  un  syndicaliste  policier qui se défend  mal. Au lieu de mettre les pieds dans le plat et dire la vérité sur le gang mafieux de Traoré,  vérité qui restent  ignorée des auditeurs de France-Info, au lieu d’exiger le départ de Castaner, il reste à discutailler sur de  beaux principes. Le journaliste de France-Info bien sûr l’enfonce avec délice …

2) Continuer à dissimuler la vraie nature du gang des Traoré:

Cette dissimulation prend un tour comique quand le journaleux de France-Info explique qu’Assa Traoré porte plainte contre Marion pour « diffamation » (sic) (En fait pour avoir dit la toute simple vérité sur  la nature criminelle de la famille Traoré). C’est  d’un grand comique parce que, comme les auditeurs de « France-Info » n’ont jamais été mis  au courant des activités criminelles  des Traoré par France-Info, ils ne sauront jamais rien de la nature de la « diffamation ».

3) Le pompon enfin ! France-Info donne la parole à l’islamo-racaille « indigéniste », Youssef Brakni, comme  témoin de moralité dans l’affaire Traoré:

Voici son portrait par Marianne : Ce dernier  (NDLR: Brakni) est quant à lui connu pour sa proximité avec le collectif Justice pour Adama, mais également avec le Parti des indigènes de la République, souvent dénoncé pour son communautarisme, ses positions misogynes et son rejet virulent des mariages mixtes, ainsi que des écrits sur les Juifs de sa dirigeante, Houria Bouteldja, ici par l’ex-Insoumis Thomas Guénolé.  En 2015, Youcef Brakni était également membre du Mouvement islamique de libération, appelant à faire sécession avec la République, comme en témoignent sa déclaration de principe : « Seule notre auto-organisation (…) peut assurer l’autodétermination de notre oumma (…). Nous ne nous associerons à aucun projet mené par des forces politiques ou sociales de gauche comme de droite. Nous nous opposerons à tout projet mené par les supplétifs de ces forces politiques au sein des mouvements dits « musulmans », « de l’immigration » ou « des quartiers ». Ainsi, nous respecterons l’injonction d’Allah :  « Ô les croyants ! Si vous obéissez à ceux qui ne croient pas, ils vous feront retourner en arrière. Et vous reviendrez perdants » (Coran, 3 :149). » 

Il s’est également fait connaître pour sa défense de l’élu d’opposition de Bagnolet, Jimmy Parat, exclu du conseil municipal après avoir comparé l’IVG à un meurtre, en perturbant violemment une réunion de ce même conseil par la suite. Tout ceci n’a pas empêché M. Brakni d’être régulièrement invité, depuis plus d’un an, à des tables rondes de la gauche, au même titre que l’élu de Saint-Denis, Madjid Messaoudène

Humilier un policier français, dissimuler la nature criminelle d’un gang étranger, donner la parole, en toute complicité,à un suprémaciste musulman : voilà ce que des journalistes français du SERVICE PUBLIC de France-Info pensent être un travail honnête !

Même chez Bourdin, on commence à dire la vérité sur le gang des Traoré !

Même chez Bourdin, on commence à dire la vérité
sur le gang des Traoré !


Brève :

L’Occident est frappé de folie par les ultimes avatars de la révolution antiraciste en cours, comme le souligne Eric Zemmour, révolution avant tout  anti-occidentale.

En France, en particulier, l’ensemble du  peuple français  est sommé de  se mettre à genoux, au sens propre, devant un gang de criminels immigrés !!!

Heureusement de petites lueurs de vérités commencent à briller.

Vidéo intégrée

Comme celle-ci ; Pour en finir (définitivement) avec l’affaire Traoré et son pedigree judiciaire hallucinant.#StopAuxTraore


Wesh gros ! Hadama Traoré Président en 2022 !

Wesh gros ! Hadama Traoré Président en 2022 !

.

Wesh gros !

.

Ouais, les frèr’, fô vôter hadama président !

Ouais, frèr’, çé traoré kon veu comm’ commandant !

Ouais, le chit dans les maternell’

Ouais, les cochons grattés criminels !

Ouais, la Klass’, hadama Empereur-Président !

PACO. Ouais !

Macron invite la famille polygame des délinquants Traoré à discuter le bout de gras avec Belloubet


Macron invite la famille polygame des délinquants Traoré à discuter le bout de gras avec Belloubet

Macron : traître à la France, à genoux devant le gang des Traoré !

On apprend par la bouche de G.W Goldnadel  que, contrairement à toute la tradition juridique, Macron-Belloubet font pression sur la justice pour qu’elle agisse en faveur de la famille Traoré.G-William Goldnadel@GWGoldnadel

Je croyais que la loi interdisait au garde des Sceaux d’intervenir dans des affaires individuelles. Il est vrai que les interdictions de manifestation pour raisons sanitaires semblent ne pas non plus s’appliquer dans cette affaire Traoré qui déroge donc à la loi commune . https://twitter.com/afpfr/status/1269932758618513408 …Agence France-Presse@afpfrEn réponse à @afpfr[À LA UNE À MIDI] – Le président a également demandé à la garde des Sceaux Nicole Belloubet de se pencher sur le dossier du décès en 2016 d’Adama Traoré, un jeune noir de 24 ans, lors d’une arrestation #AFP (2/5)1 825Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité1 107 personnes parlent à ce sujet

Vous avez aimé Hollande à genoux devant  Léonarda, vous adorerez Macron- Belloubet à genoux devant Assa Traoré.

La décrépitude du pouvoir continue et le « nouveau monde » est extraordinairement semblable à l’ancien.

Nos « gouvernants » se prostituent devant une bande de voyous : hier le gang de Léonarda, aujourd’hui le gang des Traoré.

Rien n’a changé dans l’indécence de cette  bourgeoisie  libérale-libertaire au pouvoir, fascinée par la voyoucratie.

La famille d’Adama Traoré a refusé une invitation de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet. « Notre avocat a été contacté aujourd’hui [lundi] par le cabinet de Madame Nicole Belloubet, ministre de la Justice, garde des Sceaux. Il lui a été proposé d’organiser une rencontre entre le garde des Sceaux et la famille d’Adama Traoré. Contrairement à ce qu’affirment certains médias, sans avoir attendu la réponse de la famille Traoré, celle-ci refuse de rencontrer la garde des Sceaux pour échanger », a indiqué la famille d’Adama Traoré. Celle-ci insiste sur le fait qu’elle « demande depuis quatre ans que les gendarmes entre les mains desquels est mort Adama Traoré soient convoqués devant la justice, interrogés et mis en examen. La famille d’Adama Traoré rappelle qu’elle attend des avancées judiciaires, et non des invitations à la discussion qui n’auraient aucune finalité procédurale. »

Quand on veut on peut : « tolérance zéro », Rudy Giuliani, a fait diminuer la criminalité à New York de 57% en 6 ans…


Quand on veut on peut : « tolérance zéro », Rudy Giuliani, a fait diminuer la criminalité à New York de 57% en 6 ans…

NOUS PAYONS LE PRIX DE LEUR LÂCHETÉ

En 1963, étudiant, j’eus l’occasion de visiter ma soeur aux USA grâce à des tarifs très bas de la „Flying Tiger Line“. Aventureux comme je l’étais, je voulais aussi visiter Harlem. Ma soeur me fit jurer d’y renoncer.  C’était à l’´epoque un coupe-gorge pour les Blancs…

En 1994 Rudy Giuliani fut élu Maire de New York et fit appliquer trois règles simples:

1) Zero tolérance: Il n’y a pas de petit délit! Un carreau cassé est aussi inacceptable qu’un vol de voiture

2) Chaque délit sera poursuivi et puni, y compris les carreaux cassés.

3) Pas de circonstances atténuantes, pas d’ «excuses» sociales (pauvreté, chomage, racisme…)

En quelques années New York fut assaini: De 1994 à 2000, la criminalité baisse de 57 %la méthode de la « tolérance zéro » a permis à la métropole de retrouver une vraie qualité de vie après de sombres décennies que les New-Yorkais ont baptisées les Bad Old Days : les mauvais jours anciens.

Pourquoi je vous raconte cela? Parce qu’en France nous n’avons pas suivi la methode Giuliani. Nous avond fait le contraire et nous en payons le prix maintenant.

Nos dirigeants ont accepté les zones de Non-Droit (qu’il serait plus juste d’appeler les zones islamisées) avec le soulagement lâche et des pensées secrètes et non-formulées: Tant qu’ils se droguent et se cassent les têtes entre eux là-bas, n’en sortent pas et ne viennent pas nous emmerdertout va très bien, Madame la Marquise, tout va très bien…“

Le problème est que non seulement cela ne s’arrange jamais mais qu’au contraire cela ne cesse d’empirer jusqu’à ce que cela finisse par exploser en plein centre de Paris, Quatre ans après la mort d’une racaille, j’ai nommé Adama Traoré, un voleur, un dealer, une crapule, que sa soeur essaie de transformer en saint. Je n’ai pas une once de pitié ni de culpabilité pour ce gibier de potence: Qu’il rotisse en enfer! Cela ne s’arrange jamais et nous avons eu droit à des manifestations de 20.000 personnes, interdites pour cause de corona virus et qui ont eu lieu comme un gigantesque bras d’honneur aux lois, à la République, aux policiers, aux Blancs et même contre les juifs dont on se demande ce qu’ils ont à voir avec Traoré. Rien, mais la haine est aveugle et ils ont la haine de tout l’occident et de l’homme blanc. C’est leur éducation bourrage de crâne qui leur impose ce racisme systémique. Ils n’ont aucune idée de la toxicité des juifs… ne serais-ce que de comprendre qu’ils sont leurs marionnettes ! Non seulement les victimes de leur connerie de halal qui est fourni à 90 % par trois sociétés juives ! … Mais parce qu’ils sont les soldats qui doivent détruire l’occident pour préparer le terrain… facile à récupérer quand nous serons vaincu par la famine…

Dans la gestion d’une société, nous avons vu qu’il y a trois principes que Giuliani appliqua avec succès:

1) Couper le mal à la racine: Dès le premier délit, dès la première infraction: réagir, sanctionner, punir, emprisonner, expulser TOUT DE SUITE ET IMPLACABLEMENT. Ne jamais espérer que „cela va s’arranger“. CELA NE S’ARRANGE JAMAIS: Voir les nuits de guerilla urbaine à Dijon…

2) Les petits délits sont les précurseurs des grands donc à punir sévèrement. Dans mon enfance on nous enseignait que „qui vole un oeuf, vole un boeuf“ ce qui signifiat que le voleur d’oeufs devait être puni afin de ne pas devenir voleur de boeufs.

3) La stratégie d’apaisement ne marche jamais. Déverser des milliards dans des „plans de la ville“ ne bénéficie qu’à la corruption, à la drogue, à la délinquance, aux achats de Kalachnikov et aux petits caids qui font régner LEURS lois. Trouver des excuses telles que le chomage, la pauvreté et le racisme n’est qu’une prime à la criminalité. Et l’effet pervers c’est que ça appauvri les français

Comprenons nous bien: Je suis POUR l’aide aux défavorisés À CONDITION QU’ILS MONTRENT D’ABORD LEUR VOLONTÉ DE S’EN SORTIR.

Il n’y a que deux méthodes:

A) Déverser de l’argent en espérant que les défavorisés vont saisir leur chance alors que pour eux c’est quasi une prime à continuer à ne rien faire.

B) Encourager financièrement après les premières créations d’emplois comme le fit avec succès la Grameen Bank et ses micro-credits.

Nous avons un exemple frappant aves les soi-disants „palestiniens“ (je dis „soi-disant“ parce que le „peuple palestinien“ est „né“ en 1964). Ils ont reçu des milliards et des milliards qui disparaissaient dans les poches de leurs dirigeants corrompus tandis que le peuple continue à végéter dans la misère et à grossir : Taux d’obésité à Gaza : en zone urbaine, 49% des femmes et 30% des hommes sont au dessus du seuil IMC d’obésité.
(Dans le classement de l’obésité dans le monde, les femmes palestiniennes sont à la 3ème place et les hommes palestiniens sont à la 8ème place).
L’obésité est due à la mal bouffe. Plus vous mangez des produits bidons, plus votre système digestif morfle… surtout les reins, qui s’encrassent et demandent à stoker pour filtrer plus tard… puis c’est un cercle vicieux ou le corps stocke de plus en plus. Car les mauvais produits ne nourrissent pas correctement… donc le corps réclame et l’individu se goinfre pour calmer son appétit qui n’est jamais à satiété ! Si vous mangez de la nourriture saine de bonne qualité sans pesticides vous êtes vite repu et donc les reins ne sont plus encombrés… en plus vous avez un réel plaisir de mastiquer car les produits sont gouteux !

Revenons en France: La lâcheté couarde de nos dirigeants fit que des centaines de zones islamisées (zones de „non-droit“ où la loi islamique, la charia règne) se sont établies en France. Dans ces zones on ne respecte plus les lois de la République qui sont violées en permanence. Là où les pouvoirs publics faisaient semblant d’ignorer cela, alors que les avertissements ne manquaient pas (Renseignements généraux, „Les territoires perdus de la République“ de Georges Bensoussan, “La guerre civile qui vient“ d’Yvan Rioufol, „La guerre civile qui vient est déjà là“ de Damien Le Guay, „Guerilla-Le temps des barbares“ de Laurent Obertone et tant d’autres sonneurs d’alarme), depuis les manifestations au sujet d’Adama Traoré, tenues en dépit de leur interdiction, le roi est nu: Il ne maîtrise plus rien: Les habitants des cités ridiculisent le Préfet de Paris, le Ministre de l’Intérieur, le Président de la République et la République elle-même.

A-t-on vu quelque chose de plus ridicule qu’une manifestation „interdite mais tolérée“. Le mot „tolérée“ est ici pour nous faire croire que nos dirigeants ont encore quelque pouvoir alors qu’ils sont impuissants tant est grande leur peur d’un embrasement. Philippe de Villiers dirait „La pétoche , ils ont la pétoche“. On pourrait en dire autant des „soupçons avérés“ de Castaner (il est toujours là…) ou de la recommandation du Préfet de Paris, l’inénarrable Didier Lallemant, dont la tête est trop petite pour sa casquette et qui recommande aux commerçants de fermer leur boutique sur le passage d’une manifestation interdite.

Face à ces pantalonnades du „Pouvoir“ impuissant on peut remarquer deux sortes de réactions: L’indignation et la colère des Francais enfermés pendant trois mois, soumis à des pluies d’amendes et interdits de tout ce qui fait leur vie…et les rires triomphants des racailles qui n’ont jamais respectés le confinement et bravent les interdictions SACHANT QUE CE POUVOIR A PEUR D’EUX. Et ce ne sont pas les propos vides, inconsistants et minables de ce „Président“ qui les inciteraient à respecter la France.

„La racaille sort de ses repaires et porte l’affrontement dans Paris. Vu l’aplatventrisme du pouvoir et les pantalonnades de Castaner ils pensent avoir gagné et vont continuer. N’oublions pas: dans le Coran il faut humilier les mécréants, les kouffars que nous sommes! Ils ne s’arrêteront que lorsqu’on les arrêtera. Nous assisterons aux premiers affrontements et peut-être aux premiers morts de la guerre civile barbaro-francaise“   

L’escalade n’a pas eu lieu à Paris mais à Dijon où les racailles Tchétchènes se sont livés à une véritable guerre contre les arabos-musulmans tandis que le „Pouvoir“ se taisait et les policiers ne bougeaient pas. Et pas seulement à Dijon mais également à Nice, à Nîmes… Finalement ces lâches ont renoncés à s’entretuer au prétexte ridicule qu’ils sont entre musulmans ! Dommage que la racaille ne s’élimine pas entre elle !

La guerre civile ou plutôt la guerre barbaro-francaise est là.

Et Macron est encore à se pavaner comme le pigeon dans un jeu d’échecs…

Et bien voilà, c’est le moment de payer!                                 

(Si vous voulez vous faire une idée de la situation, allez faire un tour sur la revue de presse „fdesouche“)

J’aimerais finir sur une note optimiste et au moins sur une recommandation.    Je n’en ai pas.

Comme Churchill le disait „ Je n’ai à offrir que du sang et des larmes“

Apartheid à Paris : la journaleuse Laurianne Melierre sélectionne les restos tenus par des Non-blancs


Apartheid à Paris : la journaleuse Laurianne Melierre sélectionne les restos tenus par des Non-blancs

 La journaleuse Laurianne Melierre : « c’en est fini de la blanchité oppressive du monde de la food ! »

J’imagine que ce gros tas à couscous a un gros cul ?

Elle cause le français inclusif et elle ne vibre que de haine des Blancs. A se demander si elle n’a pas fumé la moquette… Quant à la langue française, entre globish et néologismes, entre pauvreté du vocabulaire et obsession raciale… elle trace l’auto-portait d’une pauvre fille en mal d’existence, en mal de reconnaissance.

Omar Sy, Bouteldja, Sy, Diallo, Jordana, Melierre… Ce n’est pas avec ce genre de tarés que le monde des « racisés » va s’enorgueillir de prix Nobel, au contraire. Ils font sérieusement baisser le niveau intellectuel d’un peuple et donc diminuer les capacités de production, d’invention, de construction…C’est que ces dégénérés, au lieu de consacrer leur temps et leurs forces à l’intérêt général sont repliés sur leur nombril et leur haine hystérique des Blancs. Ce sont nos Palestiniens, la haine, le repli sur soi, les coups bas… demain le terrorisme, à l’abri dans leurs restos de racisés ?  La dernière de la Melierre qui travaille à Canal plus, ça donne une idée du niveau de ce qui il y a 30 ans était un modèle d’humour, d’intelligence, de liberté…

Elle a mis en place une carte interactive des restaurants tenus par des non-blancs… Bref, elle met en place, délibérément, un apartheid entre Blancs et non blancs… apartheid qui a commencé avec les quick halal et les kebab qui sont trop souvent halal eux aussi… Mandela doit se retourner dans sa tombe…  quant à la prose de la simplette, l’écriture inclusive, ses efforts démesurés pour démontrer que la gastronomie française n’existerait pas si on n’avait pas pompé les recettes africaines, la bouillie de millet écrabouillée et touillée pendant des heures par des Africaines courbées sous le poids des maternités et des fardeaux… J’en pleure de rire, désolée. La Melierre, un clown triste, mais pas un clown blanc… elle manque trop de classe et d’intelligence. Ces gens sont trop vulgaires ce qui choque d’autant plus en France pays de l’élégance…. C’est ainsi que la République qui, par peur du racisme nous avait interdit d’utiliser le mot race se trouve souffletée, sur son propre sol. Mais s’ils veulent jouer aux cons, on peut trouver quelques avantages à l’histoire, en admettant que les « racisés » et autres gauchos ne fréquentent plus que les restaurants tenus par des Non-blancs, on sera entre nous au resto, entre amateurs de gastronomie,  française ou pas, sans courir le risque de perdre l’appétit en voyant entrer une voilée au resto… A quelque chose malheur peut être bon…

Où manger racisé à Paris ? La carte qui fait ruisseler l’argent du bon côté

Pour mettre en lumière les acteurs.rices racisé.e.s de la food à Paris, i-D dévoile sa map participative des meilleurs spots tenus par des entrepreneur.e.s et chef.fe.s afrodescendant.e.s, arabes ou asiatiques. En bref : moins de burrata, plus de combats. La cuisine française a pourtant vu son image se diversifier vitesse grand V ces dernières années. Portée par un medley de chef.fe.s et d’entrepreneur.e.s racisé.e.s, la french food se réinvente et rend enfin hommage à son héritage international trop longtemps passé sous silence. Toujours d’actualité, les sujets de l’appropriation culturelle en cuisine et de l’homogénéité blanche des profils food interrogeaient début juin la journaliste belge Elisabeth Debourse dans Manger Noir et Le problème avec les livres et magazines de bouffe, les deux dernières parutions de sa newsletter “Mordant”. Et dès 2016, l’auteur et restaurateur américain Eddie Huang faisait de même dans son article Eddie Huang on the Oppressive Whiteness of the Food World (Eddie Huang à propos de la blanchité oppressive du monde de la food). Publié sur le site Grub Street, le billet d’humeur taclait l’hégémonie blanche du média digital et guide food Eater. “Eater a contribué à créer une sorte de consensus autour d’une monoculture, qui se présente un peu comme suit : un chef réputé, qui doit parler anglais, être à l’aise avec les médias, avoir une salle à manger design, doit se prosterner devant la scène, avoir de petites assiettes. […] Eater n’est pas le seul à le faire – beaucoup d’autres le font aussi (y compris Grub Street). Mais le résultat donne à voir un condensé de culture alimentaire […] avec des valeurs finalement assez conservatrices, voire intolérantes ».

Un message qu’il a rappelé avec force dans un post Instagram, et qui questionne à lui seul notre néo-culture “bistronomique” française : “J’encourage chacun à remettre en question les récits dont nous nourrissent les chefs blancs, les journalistes et les restaurateurs. Tant d’ingrédients et de techniques populaires des établissements blancs viennent d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine, du Moyen-Orient et des populations indigènes. […] Que serait la cuisine française sans les Algériens ? Que serait la cuisine italienne sans les Maures ? Qu’est-ce qu’un petit-déjeuner végétalien sans ackee ? Qu’est-ce que la nourriture américaine sans pillage ? Aucune de ces conneries n’est vraiment la vôtre. Tout est volé, reconditionné, et nous est revendu à prix fort. Arrêtez d’acheter de la nourriture qui a été pillée. Obtenez-la à la source. Soutenez les restaurants appartenant à des personnes de couleur et à des immigrants qui cuisinent leur nourriture indigène. C’est la seule façon pour qu’elle survive dans sa forme authentique.” Mic drop.

J’ai comme l’impression que tous les Blancs qui ne se mettent pas à genoux devant les Noirs et qui ne participent pas aux manifestations des Traoré, de la LDNA et de SOS racisme sont, forcément, des fachos. Alors la brave gourdasse nous écrit pour nous dire que nous prendre en mains, nous les dominants.  Et de nous dé-construire, afin de hurler à ses côtés à la mort des Blancs, de la culture blanche et de la civilisation occidentale. Simple comme bonjour. Et une connasse raciste de plus, une ! 

Coucou la fachosphère, j’ai écrit ça hier pour illustrer à quel point le racisme était un problème de Blancs. (Et pourquoi il fallait nous laisser tranquilles avec vos tears et vos envies de bien faire). Ré-ga-lez-vous.https://t.co/WsEsdEuvbn

— Laurianne Melierre (@LaurianneMe) 

L’auto-éducation des Blancs, remède contre l’usure des Noirs

Parmi ces voix, nombreuses sont celles à enjoindre les Blancs à se remettre en question, à entamer leur déconstruction, à prendre conscience de leurs privilèges et à devenir activement “anti-racistes” plutôt que de se contenter de “ne pas être racistes” (et donc, d’entériner le statu quo). Pour y parvenir, une seule solution : l’auto-éducation. Un mouvement qui commencerait, donc, par soi-même, plutôt que de se tourner vers les communautés exposées au racisme pour leur demander de partager leurs vécus ou des conseils. Comme le soulignent nombre de militant.e.s, journalistes ou anonymes à longueur de posts et de tribunes, ce n’est pas aux dominés d’éduquer les dominants, mais bien aux dominants d’initier leur propre changement. L’inverse ayant pour effet de conduire à l’usure et à la détresse physique, émotionnelle ou psychique des personnes racisées. Pour ces dernières, ces conversations ou “débats” n’équivalent pas à de simples sujets de conversation : elles les exposent à une potentielle dévalorisation ou minoration de leurs expériences et identités.

Presse : racialisation et métissage obligatoires
(mais pas pour les rédactions de gauche)


Presse : racialisation et métissage obligatoires (mais pas pour les rédactions de gauche)

Depuis quelques années, il n’y a pratiquement plus une seule publicité sans personnage racisé ou métissé. La plupart du temps, le monsieur noir est en couple avec une jolie blonde de type caucasien (ou bien tente de la séduire) et en cas de célibat, il vante les mérites d’un plumeau high-tech ou d’un balai à chiotte révolutionnaire. La tendance s’accélère car on voit même, dans certains clips, des couples ou des familles exclusivement noirs. L’homme racisé, dans la publicité, est un homme bien, poli, galant, serviable, souriant, beau et intelligent. 

Tout le contraire des racailles des cités ou des abrutis de la « Génération Adama » vociférant « sales juifs » ou « Zemmour, on t’encule » à la manifestation « contre le racisme et les violences policières ». Mais après tout pourquoi pas. Et heureusement, il y a des Français d’origine antillaise ou africaine – des Africains aussi – irréprochables. En revanche, une certaine presse de gauche, tenue exclusivement, elle, par des Blancs impose une « sur-visibilité » ou « sur-représentativité » de la diversité, une forme de racialisme et d’appel au métissage forcé de la société française (en direction, bien sûr, des Gaulois réfractaires) qu’elle ne s’applique pas à elle-même.

Paris-Match « La Grande révolte » (bon, normal, c’est l’actualité)

.

Il faut « aimer son corps » proclame le magazine Neon (à comparer avec leurs jolies et minces journalistes diaphanes…)

.

L’Obs… forcément.

Le connard préféré des français mais qui passe son temps
à nous insulter… et nous allons voir ses films médiocres ?

Mais aussi la presse jeunesse

.

Petit rappel ; il y a trente ans, il n’y avait pas de noirs en France… car il n’y a jamais eu de noirs esclaves en France !

Paradoxe : alors qu’elles rêvent d’une société française plurielle et métissée, les salles de rédaction des grands groupes français s’avèrent composées de journalistes (presque) exclusivement blancs, non-musulmans et CSP+. L’endogamie de classe et de race d’une certaine élite petite-bourgeoise donneuse de leçon… Avec la manifestation des pro-Traoré ou les récents évènements de Dijon entre Maghrébins et Tchétchènes, on voit bien qu’il n’y a aucun métissage possible et que le « vivre-ensemble », comme « la pluralité de la presse » ou « l’indépendance de la justice », n’existe pas.  A société multiculturelle, société conflictuelle. Mais dans l’entre-soi des rédactions de gauche, on préfère se voiler la face et vivre dans le déni, la culpabilité et la haine de sa propre blanchité.

Rédaction de Libération (seul le pigiste est arabe…)

Rédaction de Néon

La rédaction TRÈS BLANCHE des gauchos islamo-racio-soumis du Monde

« Bon, alors, aujourd’hui, on bosse sur le privilège blanc et la demande de visibilité/représentativité des Noirs… »

Les journalistes pâlots de Paris-Match étaient « Charlie », sont-ils aujourd’hui « Adama » ?

Les journalistes de l’Obs phosphorent-ils sur le « racisme systémique » ?

Groupe Fleurus-Le Monde (Tout comprendre Juniors; Le Monde des Ados…)

Rédaction de La Croix (même groupe Milan-Bayard Presse que « J’aime Lire », « Wapiti »…)

Ha, enfin ! A Okapi, l’équipe rédactionnelle est conforme à la ligne éditoriale de la presse de gauche : diversité, communautarisme, visibilité, représentativité, privilège noir !

M… ! C’est une radio congolaise !

Heureusement, je peux compter sur Unilever pour me rassurer : il existe encore des publicités conformes à la visibilité/représentativité du mâle blanc occidental.

Black Blocs et Antifas ont fait leur boulot de collabos,
miliciens de Macron-Soros


Black Blocs et Antifas ont fait leur boulot de collabos, miliciens de Macron-Soros

Personne ne peut être surpris. Comme prévu, la grande manifestation des personnels soignants, applaudis tous les soirs, à vingt heures, par les bobos des villes, s’est déroulé dans nombre de villes de France, mais elle a dégénéré à Paris. Quelle surprise ! Bien évidemment que si cela est possible, c’est parce que le pouvoir en place leur laisse une totale marge de manoeuvre, et ne se donne pas les moyens de mettre hors d’état de nuire quelques centaines d’agitateurs gauchistes, la plupart du temps des fils de famille qui n’ont pas de problèmes de fin de mois. Mais tout cela est possible aussi parce que l’ensemble de la gauche les tolère, parce qu’ils comptent sur leur appui pour interdire les manifestations aux forces patriotiques, les seules qui menacent réellement le Nouvel Ordre Mondial, par un discours patriote, identitaire et souverainiste, contraire à l’ouverture des frontières, à la dilution des Etats-Nations et à l’invasion migratoire qui brise le peuple français et ruine le pays.

🇫🇷 FLASH – Les #policiers essayent de repousser les #manifestants sur l’esplanade des #Invalides. Des #antifas/#BlackBloc se sont liés au rassemblement des #soignants.

Vidéo intégrée

Les sites Russia Today et Fdesouche nous livrent d’excellentes images, révélatrices du climat des manifestations actuelles, à Paris, régulièrement pourries (sauf quand ce sont les noirs racistes du comité Traoré, vous avez dit bizarre…) par les Black Blocs et les antifas.

Dans une remarquable interview accordée au journal en ligne Atlantico, le criminologue Xavier Raufer nous confirmait ce que nous pensions. La DRPP (Direction du Renseignement de la Préfecture de Paris) connaît un par un les trois cents principaux activistes de cette mouvance. Elle sait où ils habitent, et a la possibilité de les pister, et de savoir où ils sévissent. Le contraire serait d’ailleurs inquiétant, quant à la qualité de nos services !

Donc, ces activistes de la mouvance anarchiste, pourquoi le pouvoir les laissent-ils agir à leur guise ? Tout simplement parce qu’ils jouent le rôle de milice du projet mondialiste, qu’ils sont de véritables SA d’aujourd’hui, qui tiennent la rue, et ont deux intérêts essentiels.

D’abord, avec un discours radicalement anticapitaliste (alors qu’ils sont payés par Soros et protégés par ses disciples français), ils pourrissent des mouvements sociaux comme la bataille sur la loi travail, celle sur la privatisation de la SNCF ou celle des retraites, quoi qu’on pense par ailleurs des dirigeants syndicaux traîtres qui ont conduit ces mouvements dans des impasses. Les services d’ordre des organisations syndicales n’ont plus les moyens, comme avant, de les virer des cortèges syndicaux, et essaient, tant bien que mal, de protéger leurs militants des violences et des provocations de ces gauchistes, même si, de temps en temps, quelques charges peut les rappeler à l’ordre.

On a vu, surtout, lors du mouvement des Gilets jaunes, comment, avec la protection de la police de Castaner, ils ont pourri le mouvement de l’intérieur, mais surtout, pour le plus grand bonheur de Macron, ils ont joué un rôle de milicien, visant à empêcher la jonction entre les patriotes, très présents au début du mouvement, et les Gilets jaunes des classes populaires. Le pouvoir s’est acharné sur Génération Identitaire, il a multiplié les amalgames entre l’extrême gauche et l’extrême droite, il a protégé ses miliciens, et a chargé, dans les médias, les populistes, leur faisant endosser les violences, les saccages, les incendies de voitures et les agressions de policiers.

Mais surtout, les antifas maintiennent un climat de terreur contre l’ensemble des militants qui osent s’engager, et qui aiment leur pays. Ce sont eux qui vont vandaliser une salle qui a été louée au Rassemblement national, c’est eux qui vont menacer un restaurateur qui reçoit des mal-pensants, ce sont eux qui vont chercher à casser « La nouvelle librairie », dans le Quartier Latin, ce sont eux qui agressent le journaliste Vincent Lapierre à Toulouse, ce sont eux qui favorisent l’invasion musulmane de la France en organisant systématiquement, avec l’ensemble de la gauche, des contre-manifestations quand les préfets imposent des clandestins à des maires qui n’en veulent pas, ce sont eux qui taguent des maisons, brûlent des voitures d’adversaires politiques, et bien sûr, souvent à dix contre un, agressent ce qu’ils osent appeler « un facho », y compris quand c’est un journaliste asiatique, alors qu’ils incarnent les méthodes des pires fascistes.

RADIO TONGOSSA@radiotongossa

Un reporteur d’origine asiatique menacé et agressé par les Antifas, 
Lors d’une manifestation sur les migrants les Gilets Noirs à Paris. 

Vidéo intégrée

Et bien sûr, si Marine Le Pen a le culot de venir à Dijon, après les exploits de leurs protégés musulmans, l’information leur parviendra (on se demande comment…) et la voiture sera attaquée dans les rues de la capitale de la moutarde.

Vidéo intégrée

#dijon : la voiture de Marine Le Pen attaquée par des antifas

Bien évidemment, quand à Brest, des militants bretons d’Adsav et ceux de Résistance républicaine manifestent contre l’imam salafiste de Brest, ces collabos d’antifas, fort justement qualifiés ainsi par les Bretons, sont là pour protéger ce fasciste islamiste.

Faut-il rappeler que les appels à leur dissolution, fréquemment demandés par des parlementaires de droite, sont totalement ignorés, et que l’Insoumise Muriel Ressiguier a osé demandé, et obtenir, une mission parlementaire visant à dénoncer la violence supposée des mouvements d’extrême droite, et à obtenir des dissolutions, comme Manuel Valls en avait prononcées lors de la mort de l’antifa Clément Méric, qui voulait agresser Esteban par derrière. Confirmation que ces fachos sont protégés par le régime et par l’ensemble de la gauche.

Voilà donc à quoi servent antifas et Black Blocs : avec un discours anticapitaliste, ils sont les miliciens du Nouvel Ordre mondial, la police privée de Macron, ce qui explique leur incroyable impunité pour briser tous les mouvements sociaux qui dérangent le pouvoir. En cas d’alternative patriote démocratique, bien évidemment, ils seront en première ligne, avec l’ensemble de la gauche et les racailles islamisées et indigénistes, pour empêcher par la violence de la rue le vote des Français de se concrétiser.Bref, des petits fachos dans toute leur splendeur, des fils de bourgeois qui défendent le pouvoir de l’argent, et sont fort bien payés pour cela !

« Génération Adama » contre Génération Identitaire :
quel avenir pour la France ?


« Génération Adama » contre Génération Identitaire : quel avenir pour la France ?

Assa Traoré de la « Génération Adama » contre Thaïs d’Escufon de Génération Identitaire

Je ne sais pas vous, mais quel dilemme pour départager deux générations  antagonistes de p’tits jeunes : qui, de la « Génération Adama » ou de Génération Identitaire, pour porter les valeurs de la France, faire perdurer sa culture et sa civilisation et lui bâtir une société pacifiée et un avenir radieux ?

D’un côté, le gentil clang (clan+gang) Traoré et leurs copains gaucho-islamo-indigénistes criant « sales juifs » à la manifestation de samedi mais « défenseurs de la démocratie » (Médiapart)

De l’autre, des miliciens « fascistes » (Médiapart) ayant « avivé les tensions » (CNEWS) et « provoqué » (Le Parisien, Huffpost etc.) les manifestants racisés antiracistes racialistes avec leur banderole raciste contre le racisme antiBlanc.

Non vraiment, je ne sais pas…

Thaïs d’Escufon et Jérémie Piano

A la CAF de Bobigny

Au col de l’Echelle

Sur le toit de la future grande mosquée de Poitiers

Ou bien…

Avec Ladj Ly, réalisateur des « Misérables »

Camélia Jordana appellant « à prendre les armes » et Black M

Egountchi Behanzin de la LDNA (Ligue de défense noire africaine) –

Avec Almany Kanoute, chef de la Brigade anti-négrophobie, membre de Nation of Islam et proche des milieux salafistes

Danièle Obono, député LFI

Houria Bouteldja, égérie de indigénistes du PIR (Parti des Indigènes de la République)

« Génération Adama » aussi ces racailles de cité maghrébines plastronnant contre leurs rivaux tchétchènes ?Jean MESSIHA@JeanMessiha

Défilé paramilitaire de petits fascistes islamo-racaillisés à #Dijon.
Armes de guerre et de poings à profusion.
Voilà en quoi les gaucho-progressistes ont transformé la France : un terrain vague livré à des Huns.
Vous avez dit #ViolencesPolicieres ?#StopAuxRacailles

Vidéo intégrée

2 989Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité1 786 personnes parlent à ce sujetJean MESSIHA@JeanMessiha · 

Défilé paramilitaire de petits fascistes islamo-racaillisés à #Dijon.
Armes de guerre et de poings à profusion.
Voilà en quoi les gaucho-progressistes ont transformé la France : un terrain vague livré à des Huns.
Vous avez dit #ViolencesPolicieres ?#StopAuxRacailles

Vidéo intégrée

PoliticusNonCorrectus@PoliticusNonC

Ils posent fièrement avec des armes. L’impunité à l’état pur.pic.twitter.com/sWQt4UMxiX

Vidéo intégrée

74Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité54 personnes parlent à ce sujet

.

Et ces multiples chances pour la France, « Génération Adama » également ?

Match 10 à zéro :
Jean Messiha a donné une raclée phénoménale
à Behanzin de la LDNA


Match 10 à zéro : Jean Messiha a donné une raclée phénoménale à  Behanzin de la LDNA

Jean Messiha  1 –  Behanzin  0

Je viens de visionner ce débat sur SUD RADIO du 14 juin et ça décoiffait !Tellement d’ailleurs que l’animateur était totalement dépassé. Sans surprise Jean Messiha a pu dominer le débat grâce à sa culture et son esprit structuré. 

C’était la première fois que j’écoutais le fameux caudillo de la LDNA Egountchi Behansin, de son vrai nom Sylvain Afoua alias le rappeur GUCCI GI dont le casier judiciaire commence à être chargé. Notre brave Egountchi Behansin avait le choix entre les lunettes de Malcom X ou  son intelligence et à l’écouter on devine vite le choix qu’il a fait : les lunettes ! Ce qui est sûr, c’est que c’est un âne, proférant un discours convenu sans queue ni tête à base de slogans creux et insultant en permanence la République Française et par contre coup les Français. De tels propos infamants devraient déclencher des poursuites judiciaires de la part de l’Etat, mais comme l’a dit Brigitte Bardot : il n’y a plus que « des trouillards émasculés » au gouvernement.

En plus de tenir un discours incohérent, Egountchi Behansin s’est montré insultant envers Jean Messiha lui disant qu’il n’était français que depuis peu alors que lui ses grands parents avaient fait la guerre et avaient libéré la France et que donc lui était bien plus français que Messiha. C’est vrai que pour libérer la France des griffes des nazis, il n’y avait que 2 tirailleurs sénégalais (titre générique) ! Je l’avais oublié ainsi que les centaines de milliers de morts américains, anglais, russes, résistants etc. On pourrait rappeler à ce Béotien qu’à l’époque certains Africains étaient de nationalité française et qu’ils ont fait leur devoir de Français. Je rappelle aussi à cet abruti qu’en 1940 un tirailleur sénégalais a été sauvé par un officier blanc des soldats allemands qui souhaitaient fusiller les soldats noirs par vengeance de l’invasion de la Sarre en 1923. Ce tirailleur n’était autre que Léopold Sedar Senghor. Oui, il était français, fut ministre de la France, puis premier Président du Sénégal indépendant et devint un de nos illustres Immortels. De toute façon, même si ses grands-parents sont d’anciens combattants, cela n’octroie à Behansin aucun droit particulier ni aucune reconnaissance de la part de la France. N’est pas Senghor qui veut et en tout cas ce rappeur de super-marché est loin d’avoir les diplômes et la culture immense de ce grand homme d’état et poète. Et puis, il clame qu’il est français sur tous les toits, mais il est le conducator de la LDNA , Ligue de Défense des Noirs d’Afrique. Pas très français tout ça.

Peu importe la vérité historique pour certains extrémistes de gauches, mais là j’ai entendu un inculte, un débile profond, aux propos ridicules, parlant mal français et avec un accent pur jus de la savane. Jean Messiha lui a souvent rabattu le caquet en lui rappelant que c’était un raciste antiblanc et antiasiatique. Mais on sentait bien que tous les fils du cerveau se touchaient, Egountchi Behansin n’ayant pour toutes réponses que des invectives, des sous-entendus racistes ou des contrevérités historiques.

A un moment j’ai éclaté de rire lorsque notre rappeur (GUCCI GI, c’est classe quand même, GI voulant certainement dire Guère Intellectuel) nous a resservi le droit à réparation pour l’esclavage atlantique. Pardi et l’argent on le donne à qui ? A Egountchi Behansin sans nul doute ? Qu’il aille formuler plutôt ses doléances auprès des émirats et monarchies Arabes et ensuite qu’il aille demander des comptes à ses congénères africains qui ont vendu les esclaves noirs aux blancs et surtout aux arabes.

De ce débat nullissime malgré la présence, le courage et la patience de jean Messiha, je retiens deux choses :

1/ La France est raciste (etc. etc.) mais elle paye bien puisque qu’ils y restent tous et veulent tous y venir.

2/ Je serais noir ou d’origine africaine j’aurais honte d’être représenté par un mec pareil et je pense sincèrement que mes amis africains méritent mieux qu’un tel bouffon, repris de justice dans la lignée des Traoré médiatisés, totalement nul et inculte. Cet homme est à vomir de bêtise et peu représentatif des Africains que je connais et que j’apprécie. Si ce sont des gens comme Egountchi Behansin qui doivent un jour prendre le pouvoir en France, dormez tranquilles citoyens, profitez des vos vacances et rendez-vous le 18 juin pour un apéro saucisson avec vos amis. A la santé des Français et de la patrie.

Vidéo: l’affaire Traoré exposée sans pathos
par Louis de Raguenel


Vidéo: l’affaire Traoré exposée sans pathos par Louis de Raguenel

Le pathos, sans aucun examen précis des faits, est la spécialité des journalistes à la  Plenel.

Plenel a poussé, dans sa jeunesse,  à la mise en place  de régimes atroces, comme le régime des « Khmers Rouges » , mais il s’autorise à prendre la pose permanente d’autorité morale de la République.

Les faits il s’en moque : seule compte l’émotion même si elle néglige la mise à mort de millions d’homme et n’est destinée  qu’à exalter  un petit criminel de banlieue.

Elle n’est qu’au service de son idéologie totalitaire.Edwy Plenel@edwyplenel

En Une @Mediapart l’effet #GeorgeFlyod en France et dans le monde:
-le silence bavard de Macronhttps://www.mediapart.fr/journal/france/070620/violences-policieres-le-silence-bavard-d-emmanuel-macron …
-la colère ne retombe pashttps://www.mediapart.fr/journal/international/060620/meurtre-de-george-floyd-partout-dans-le-monde-la-colere-ne-retombe-pas …
-l’attitude des influenceurs françaishttps://www.mediapart.fr/journal/france/070620/les-influenceurs-francais-commencent-seulement-parler-des-violences-policieres …
-le racisme nous étouffehttps://www.mediapart.fr/journal/france/050620/le-racisme-nous-etouffe …

Voir l'image sur Twitter

Voici donc l’exposition calme des FAITS de l’affaire Traoré :

Il est regrettable dans l’abrutissement actuel que seul un hebdomadaire qualifié par la bien-pensance d’ « extrême-droite » soit capable d’articuler les faits, simplement les faits.

Affaire Traoré : le vrai problème c’est pas la police,
c’est l’immigration démente imposée par nos élites


Affaire Traoré : le vrai problème c’est pas la police, c’est l’immigration démente imposée par nos élites

L’affaire Georges Floyd doublée de l’imposture française Traoré déchaîne les  médias, la classe politique, les bien-pensants.

La police, la justice, le « racisme systémique »  français sont mis en accusation.

Alors qu’aucune bonne question n’est posée…

Une première bonne question est :

Comment la classe politique française, dont Macron est le dernier des représentants,  a-t-elle réussi à créer  un problème noir en France,  de toutes  pièces, en moins de 40 ans ? MERCI SOROS ET SA MAFIA 6666

Une immigration torrentielle, programmée par des fous, a envahi la France avec la complicité de la Gauche comme de  la Droite.

Toute perspective assimilationniste, pourtant coeur de la tradition française,  a été abandonnée, liquidée comme « raciste ».

En particulier l’Ecole a été détruite pierre par pierre.

Les racailles sont exaltées par ce système politico-médiatique  fou :  Adama Traoré  a été condamné 17 fois avant de mourir lors d’une interpellation !!

Il est issu d’une famille polygame (quatre femmes, 17 enfants)  de maffieux (4 de ses frères ont fait  de la taule).

Faits jamais énoncés par les médias grand public.

Et là on retrouve, avec la polygamie,  le problème musulman qui toujours et partout surinfecte gravement  les problèmes.

Condamné pas une ! Pas deux ! Pas trois ! Pas quatre …  Dix-sept fois !

Que le lecteur s’arrête 30 secondes pour réfléchir au niveau de  violence  qu’exerçait Adama Traoré contre les Français.

Voilà, l’individu qu’Assa  Traoré propose à l’admiration et à la compassion des petits bobos Blancs des quartiers chics.

Une deuxième bonne question est :

Comment peut-on, sans se foutre du monde, comparer la situation des Noirs aux USA et en France ?

1) Aux USA la police est très violente : 1000 morts par an dans des interventions contre 15 en France (chiffre rappelé par Daniel Cohen du PS).

Elle est d’ailleurs aussi violente contre les Blancs que contre les Noirs : souvenons-nous simplement  du traitement par la police américaine d’un Blanc, pourtant puissant, comme DSK.

C’est le résultat  de cette société  multiculturelle  américaine que pourtant la Gauche, universitaires en tête,  et les médias veulent, aux forceps,  imposer à la France :immense  paradoxe !

D’ailleurs le système gaucho-médiatique ne peut que rabâcher que trois noms  de pôvres victimes:

Zyed et Bouna, écervelés victimes  d’un transformateur et de  leur connerie et Adama,  un franc gangster.

C’est maigre pour du racisme systémique.

Loin des milliers de victimes de la police française  qui joncheraient les rues selon l’actrice, en mal de publicité, Camélia Jordana !

2) Un système social démentiel tourne à plein régime  en faveur de l’immigration:

Le haut-fonctionnaire Prats rappelle, récemment, que 42% de la CAF tombe dans la poche d’étrangers.

Pas de descendants d’immigrés naturalisés ; rien que pour les étrangers !!

Système totalement inconnu aux USA !!

Qui pourtant nous vaut peu de reconnaissance pour beaucoup  des bénéficiaires, quand ce n’est pas du mépris, voire de la haine ouverte.

La solution à cette situation effroyable de la France est simple et très difficile à la fois : prendre le contre-pied exact, dans tous les domaines,  de la politique suivie depuis 40 ans.

Castaner félicite et encourage Assa Traoré :
« vous avez raison, bravo ! Continuez ! »


Castaner félicite et encourage Assa Traoré : « vous avez raison, bravo ! Continuez ! »

Hier de jeunes Blancs manifestaient pour Adama Traoré
avec des pancartes «  Black Lives Matter  » 


Hier de jeunes Blancs manifestaient pour Adama Traoré avec des pancartes «  Black Lives Matter  » 

On n’a pas fini de parler de la manifestation d’hier, interdite et qui a pourtant eu lieu et qui a même largement dégénéré, puisqu’elle va coûter au contribuable au moins un million d’euros avec notamment, la destruction du poste de la police municipale .

Ici, comme aux Etats-Unis, c’est l’auto-culpabilisation des Français d’origine qui est donnée à voir par les extraits d’un article  du Point ci-dessous.

Naturellement, chacun aura compris que les Gilets jaunes dont il est question ne sont pas les GJ historiques, les vrais patriotes, les vrais Français refusant l’augmentation des taxes. Non, il s’agit ici des gauchistes qui, peu à peu, ont remplacé et fait taire les GJ, imposant leurs revendications imbéciles de nouvelle constitution, de RIC, d’écologie et mille autres sottises qui arrangeaient bien Macron.

On sent les étudiantes formatées au discours gaucho qui prévaut dans les facs et notamment dans ces formations qui sont hélas devenues des formations fourre-tout que sociologie et histoire de l’art,  facs vouées dorénavant à re-cycler des gens sans projet et sans passion. Mais très politisés… il faut bien tuer le temps et exister par et pour le groupe.

Et ces connasses qui n’ont aucune culture historique, aucune culture politique de faire leurs  les revendications de la famille Traoré, pas bien blanche au niveau de la légalité… Et ces connasses de faire siennes les slogans des racailles qui provoquent les policiers et refusent les contrôles, refusent la loi. 

Qui sont-elles, ces gourdasses, pour parler des violences policières qui, selon elles, gangrènent la société ? Elles osent…

Malgré le vent d’indignation qui a suivi les paroles de l’autre gourdasse Jordana, pourtant largement ridiculisée sur les réseaux sociaux, elle répètent bêtement, avec leur QI de moule  ce que des Indigènes, des immigrés haineux qui doivent tout à la France et veulent prendre le pouvoir pour imposer leur loi, la loi islamique répètent. 

Zoé Pezron et Emma Courtinat sont deux Blanches honteuses, des porteurs de valise du nouveau FLN, comme Didier Balguy, employé à la Mairie de Paris (tiens, tiens). Un peu plus réaliste quand à la différence entre France et Etats-Unis, cet imbécile patenté en est encore à dégueuler sur les contrôles au facies…

Parmi les nombreux manifestants rassemblés sur le parvis du nouveau palais de justice de Paris et dans les rues alentours, des jeunes de toutes origines, mais aussi des Gilets jaunes, rassemblés derrières des pancartes «  We will not be silent  », «  Silence = asphyxie  » ou encore «  Décolonisons la police  ». Zoé Pezron et Emma Courtinat, deux étudiantes en histoire de l’art, arborent des pancartes «  Black Lives Matter  » et «  Le racisme et la haine n’ont pas de place ici  ». Les deux jeunes filles n’avaient encore jamais participé à une manifestation pour Adama Traoré. La mort de George Floyd a été «  la goutte de trop  ».

« La situation ne date pas d’hier »

«  On estime que c’est nécessaire de se battre contre les violences policières qui gangrènent la société. En France, la situation ne date pas d’hier. On est les générations futures et on doit se bouger pour faire changer les choses  », disent-elles. Didier Balguy porte un t-shirt «  Justice pour Adama  ». À 46 ans, cet employé de la mairie de Paris est un habitué des manifestations à l’appel de la famille Traoré. «  Tout le monde s’offusque de ce qui s’est passé avec George Floyd et dénonce une justice à deux vitesses, mais le public lui-même a un jugement à deux vitesses  », soupire-t-il, en déplorant qu’il faille un mort aux États-Unis pour mobiliser la jeunesse française. Pour lui, la situation aux États-Unis est bien différente de celle en France. «  Ça n’a rien à voir, le racisme aux USA, c’est dans leur ADN : ils ont commencé par massacrer les Indiens et ça reste un pays de cowboys.  » «  En France, c’est plus vicieux  », juge-t-il, en dénonçant les contrôles au faciès. «

La France est coupée en deux, et le schisme est en train de se produire sous nos yeux.

C’est une guerre de civilisation, avec toutes les horreurs qu’elles supposent, qui commencent, parce que, en face de nous qui sommes  des gens calmes, légalistes, qui avons grandi en faisant confiance à l’Etat pour rendre et imposer la justice nous avons une majorité de gens issus d’une culture violente, que ce soit l’islam ou le gauchisme… Le combat semble déséquilibré mais il ne faut pas se fier à l’eau qui dort… Nos campagnes regorgent de gens de bon sens, habitués à une vie dure, et qui ne sont pas prêts à se laisser manger la laine sur le dos.

  1. AvatarRODRIGUE Nos villes aussi regorgent de gens honnêtes, disciplinés mais qui ne se laisseront pas faire et se défendront, les armes à la main ! Une racaille avec un AK47 ou AK74 est un couillon avec un fusil d’assaut ! En face, il y a des gens qui savent tirer, voire de très loin, ce qui fait toute la différence !
    Il faut toujours se méfier de l’eau qui dort, en apparence car sous la surface, les choses sont très différentes et les surprises peuvent être très nombreuses et parfaitement létales !
    1. Avataralan Eh oui,il y a Beaucoup de Bon Tireurs et de Bon Chasseurs en France, le Jour de la Riposte Arrive à Grand Pas,Gare à votre Cul les Racailles !!!.
  2. AvatarMachinchose Enfin Castagnette monte au créneau !!comme tous les traitres de ce régime qu il faudra punir durement quand la France retrouvera ses esprits. Lisez donc !!!« Manifestation contre les violences policières : Castaner promet « une sanction » pour « chaque faute » ou mot raciste dans la police
    La manifestation de mardi soir, qui a réuni quelque 20 000 participants venus soutenir la famille d’Adama Traoré, a suscité de nombreuses réactions dans la classe politique. Si après cette trahison, cet abandon de la Police, cette punition, les flics ne se soulèvent pas en masse et guident le peuple français vers l’Elysée, matignon et beauvau, c’est que nous sommes foutus

La polygamie, une « expérience formidable » ?
C’est ce qu’affirme l’égérie féministe Assa Traoré

Ce pays est décidément en marche. Son gouvernement, ses manifestants – pas un mois sans que ne s’ébranle un cortège de mécontents sur le pavé – et, surtout, sa morale. Qui avance si vite que l’on peine à suivre.

Prenez la polygamie. Eh bien, on peut désormais dire haut et fort, dans Paris Match, que c’est une « expérience formidable ». C’est, en tout cas, ce qu’affirme Assa Traoré (numéro du 11 juin dernier), forte de l’exemple de son père, « leader charismatique » arrivé du Mali à 17 ans pour y travailler au service de la propreté de la ville de Paris, qui s’est marié quatre fois, donnant le jour à 17 enfants : après avoir divorcé de deux Françaises, épousées, celles-ci, successivement, il a fait ménage à trois avec les deux dernières, d’origine malienne, Hatouma et Oumou, respectivement mères d’Assa et Amada : « Les deux compagnes cohabitent, les dix enfants qui naissent ne font aucune différence entre elles, ce sont [leurs] deux mères ». Ces dernières elles-mêmes « n’ont jamais fait de distinction entre tous ces petits »… c’est donc un tableau idyllique que dépeint la jeune femme, rapporté par deux journalistes dans les colonnes du magazine sans l’ombre d’une distance critique.

Ce n’est, d’ailleurs, pas la première fois qu’Assa Traoré s’essaie à un tel plaidoyer : dans un portrait que fait d’elle Libération, le 6 septembre 2016, elle évoque son enfance qui a été « très heureuse » : « C’est souvent mal vu, la polygamie, mais nous, on est une famille très liée. J’appelle la mère d’Adama maman. »

Au risque de casser l’ambiance très « Petite Maison dans la prairie » et de jeter un froid, si la polygamie est souvent « mal vue » – sapristi, on se demande bien pourquoi ? -, elle est surtout complètement illégale dans notre pays, interdite par l’article 147 du Code civil.

La lutte contre la polygamie – au même titre que celle contre l’excision – fut, jadis, un des grands combats féministes. C’est donc bien terminé : les associations féministes, telles Osez le féminisme !, ont fait sans hésiter de « Assa » leur égérie, la conviant à l’occasion et relayant ses actions. Les magazines féminins comme Causette ou Elle exaltent « une militante charismatique et tenace » à laquelle ils tressent des couronnes de lauriers. Nul ne lui tient rigueur (quelle idée !) de ses prises de position un peu osées en matière de mœurs et de régime matrimonial. Il est vrai qu’en nos temps libertaires, les « trouples » bénéficient déjà, dans la presse, d’une indulgente curiosité, ultime étape avant la normalité. Alors si, en plus, les intéressées et leur progéniture, comme l’assure Assa Traroé, nagent dans la plus parfaite félicité…

Aucune de ces féministes, ni même Assa Traoré, n’a dû lire de littérature africaine. L’écrivain Birago Diop, qui a couché par écrit les récits traditionnels des griots, décrit, dans Les Contes d’Amadou Coumba, toute la souffrance des femmes forcées à la polygamie. On y lit même que les « Mamelles », célèbres collines de la corniche dakaroise, doivent leur présence au suicide – par jalousie et par rancœur – de l’une d’entre elles. Mais qui imagine que les féministes de 2020 s’intéressent réellement au sort des femmes, fussent-elles africaines ?

“la ville d’Adama Traoré” 

“la ville d’Adama Traoré”

Le titre du Parisien vaut son pesant d’or :

Il ne s’agit pas d’une ville du Mali, mais d’une ville du Val d’Oise, Beaumont-sur-Oise, dont le maire UDI est Nathalie Groux.

5 commentaires

  1. RICHARD   Beaumont-sur-Oise va être bientôt renommée adamacity !
    Pas normal que le gendarme sur la photo soit blanc .
  2. Gaudete  finalement ce voyou est même bien vu par les journalopes, on n’est pas sorti de l’auberge
    • Yannh  Vous savez, il y a longtemps que les merdias de notre ripouxblique lèchent les babouches de ces gens là.
  3. philippe paternot   suicide des gaulois par leurs zélites
  4. LeSuisse   Comme je l’ai déjà écris: la scénario Obertone approche à grand pas….!

D’Assa Traoré à la percée d’EELV aux municipales, l’analyse percutante de Laurent Ozon sur le grand hold-up en cours

30/06/2020 05:12

Laurent Ozon est un intellectuel écologiste (un vrai pour le coup) et localiste français. Il intervient fréquemment via son compte twitter désormais, au sujet de l’actualité, avec un regard particulièrement incisif et percutant, sur ce qui se passe autour de nous. Nous vous proposons de découvrir son analyse sur deux actualités récentes : La fabrication médiatique du culte d’Assa Traoré et de sa famille mais aussi la percée de EELV (Europe-écologie-les Verts) aux élections municipales.

Deux évènements d’actualité récents, dans l’air du temps, décryptés en quelques tweets, que voici ci-dessous.

Le Vote EELV, un vote de fonctionnaires et de bourgeois

« Bio dans les cantines, vélo, espaces verts, convivialité et circuits courts. Le vote #EELVdans les grandes villes est principalement un vote de fonctionnaires et de bourgeois pour plus de confort, de sens et de qualité de vie. Un vote à gauche sur des instincts conservateurs » indique Laurent Ozon dans un tweet du 29 juin avant de poursuivre :

« Les thématiques sociétales, climatiques et immigrationniste sont présentes comme fond moral commun superficiel . Les mégalopoles après s’être vidées de leurs classes moyennes et pauvres, restent peuplées de néobourgeois et de leur personnel uberisé logé à proximité immédiate ». 

Et de couper court à d’autres analyses qui pourraient être réalisées sur le sujet :

« Je vois d’ici-là les droitards interpréter le vote EELV des grandes villes comme un vote islamo-gauchiste ou simplement gauchiste. Une bonne façon de ne pas se remettre en question et de pratiquer la sociologie électorale pour neuneus qui leur réussit si bien depuis des années. La population des coeurs de grandes villes qui vote EELV n’est pas gauchiste ni islamo-gauchiste mais éduquée, hypersocialisée, riche (ou protégée) et progressiste. Le vote EELV permet de conjuguer un idéalisme moral de gauche avec des besoins quotidiens conservateurs. Les gens ne votent pas aux municipales pour des idées générales ou des utopies morales mais pour l’effet attendu de leur vote sur leur vie quotidienne. Si l’on perd c’est que l’on n’a pas convaincu sur ce point précis. C’est aussi simple que cela. »

Assa Traoré pour empêcher une 2ème vague internationale de Gilets jaunes ?

Concernant Assa Traoré, nouveau fantasme de la presse mainstream qui multiplie les articles élogieux à son sujet sans jamais évoquer la question de son arrêt maladie étrange, ni du passé judiciaire lourd de son importante famille dans laquelle la polygamie est reine, voici ce qu’indique Laurent Ozon.

« Ils font le job pour placer à la tête de la contestation sociale, une minorité que la majorité n’acceptera jamais de suivre. Tous les médias et transnationales s’y mettent. Un seul objectif : empêcher une 2e vague internationale de #GiletsJaunes » indique-t-il dans un tweet récent.Laurent Ozon@LaurentOzon

Ils font le job pour placer à la tête de la contestation sociale, une minorité que la majorité n’acceptera jamais de suivre. Tous les médias et transnationales s’y mettent. Un seul objectif : empêcher une 2e vague internationale de #GiletsJaunes. https://twitter.com/le_parisien/status/1276901403508772864 …Le Parisien@le_ParisienAssa Traoré, la combattante
https://l.leparisien.fr/Lph 
204Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité170 personnes parlent à ce sujet

Et de poursuivre le raisonnement : « Simultanément, la classe moyenne est bombardée par une délirante campagne d’épuration/victimisation racialiste, qui alimente l’exaspération et qui finira (ils l’espèrent) par des violences raciales ou xénophobes qui auront pour effet de fragmenter la majorité. Enfin, la campagne contre les #ViolencesPolicières placée entre les mains d’une famille de délinquants africains activement promotionnée, formée et assistée, éloignera par réaction, la majorité de toute contestation se heurtant à la police »

Laurent Ozon livre une marche à suivre pour se prémunir de cette manipulation : « Il faut donc 1- attaquer les joueurs de flûtes (#Traoré) en leur déniant toute légitimité pour remplir le rôle que l’oligarchie leur assigne. 2- éviter toute surenchère racialisante qui fragmentera la majorité par les excès qu’elle produit inévitablement. Ce qui veut dire ne PAS alimenter la compétition victimaire racialiste vers laquelle ils veulent nous entraîner. 3- Ne pas alimenter les campagnes de provocation susceptibles de diviser la classe moyenne productive et majoritaire (la seule classe dangereuse). Et 4- se concentrer sur les médias-milliardaires, les transnationales et l’oligarchie et participer à la reprise de contact sur le terrain autour de thèmes rassembleurs en vue d’actions locales, rassembleuses, conviviales, constructives et capables de résouder la majorité. Un dernier point: ils ont gagné lorsqu’ils ont réussi à faire dévier le mouvement des #GiletsJaunes des rond-points conviviaux, délibératifs, et politiques vers des manifestations de foules pour y provoquer la violence »

Les leçons de l’affaire Traoré:
haine anti-occident/anti-blancs, néo-Barbarie
et « Syndrome Mad Max »

Alexandre del Valle analyse les alliances extrémistes islamistes, gauchistes révolutionnaires et néo-racistes/indigénistes noires autour de l’affaire Traoré.

Bagui, le frère d’Adama Traoré, renvoyé aux assises pour «tentative d’assassinat»

Bagui Traoré avait été mis en examen il y a deux ans après les violences qui avaient suivi la mort d’Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise).

 Bagui Traoré avait été condamné en avril 2018 à 30 mois de prison ferme pour extorsion violente.
Bagui Traoré avait été condamné en avril 2018 à 30 mois de prison ferme pour extorsion violente.  LP/Frédéric Naizot

Soupçonné d’avoir tenté d’assassiner des membres des forces de l’ordre pendant les violences ayant suivi la mort de son frère Adama en juillet 2016, à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) Bagui Traoré a été renvoyé aux assises par la justice, a-t-on appris ce mardi de sources proches du dossier. Il y a trois ans, le décès dans une cour de gendarmerie d’Adama Traoré, un jeune homme de 24 ans, avait généré cinq nuits d’affrontements dans le Val-d’Oise. Treize gendarmes et policiers avaient été légèrement blessés par arme à feu.

Mis en examen depuis mars 2017 pour tentative d’assassinat sur personnes dépositaires de l’autorité publique, Bagui Traoré, 27 ans, avait été renvoyé devant un tribunal par un juge d’instruction mais pour des qualifications moins graves de violences volontaires, un délit.

Le parquet de Pontoise avait alors fait appel. Mardi, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles a suivi l’analyse du ministère public et ordonné un renvoi devant une cour d’assises pour « tentative d’assassinat ». Bagui Traoré doit être jugé au côté de cinq autres personnes, mais l’arrêt de la chambre de l’instruction n’est pas définitif. Les parties ont cinq jours pour se pourvoir en cassation.

La famille Traoré dénonce un « acharnement judiciaire »

« On n’a aucun doute sur le fait que l’innocence de Bagui Traoré sera reconnue par la cour d’assises », a déclaré son avocat Florian Lastelle. « Il n’y a aucun élément permettant de conforter l’accusation. Nous avons extrêmement hâte de nous défendre », a-t-il ajouté. Avocate d’une partie des gendarmes, Caty Richard a estimé « parfaitement justifié que ce soit un jury populaire qui juge de tels troubles à l’ordre public et de telles atteintes à des personnes dépositaires de l’autorité publique ».

Depuis 2016, Bagui et trois autres frères Traoré ont été incarcérés. La famille dénonce un « acharnement judiciaire » en raison de son combat pour faire la lumière sur la mort d’Adama, érigé en symbole des violences policières. Des juges d’instruction parisiens sont chargés de l’enquête sur les conditions de son décès.

Bagui Traoré a notamment été condamné pour trafic de drogues et extorsion violente. Cette affaire de racket était à l’origine de l’intervention des gendarmes le 19 juillet 2016. Présent, Adama Traoré avait pris la fuite et été rattrapé au terme d’une course-poursuite dans sa ville de Beaumont-sur-Oise. Son décès avait été constaté dans la caserne de la ville voisine de Persan.Newsletter – L’essentiel de l’actuChaque matin, l’actualité vue par Le ParisienJE M’INSCRISVotre adresse mail est collectée par Le Parisien pour vous permettre de recevoir nos actualités et offres commerciales. En savoir plus

Pour la troisième année consécutive, une marche en mémoire d’Adama Traoré est organisée le 20 juillet à Beaumont-sur-Oise, sous le mot d’ordre « Ripostons à l’autoritarisme ! »


C’est écrit dans Le Monde : Assa Traoré, ou la fabrication d’une icône…

C’est souvent quand on veut trop bien faire que tout s’en va en quenouille. La preuve par la journaliste Zineb Dryef, ancienne de Rue89, dans le supplément dominical du Monde, qui signe un portrait d’Assa Traoré, qui est à peu près à Angela Davis ce qu’Henri Salvador fut à James Brown. Et c’est ainsi qu’à vouloir tout démontrer, c’est parfois à l’effet contraire qu’on aboutit.

Naguère, c’étaient les héros et les saints que célébrait l’imaginaire collectif. Aujourd’hui, l’heure serait plutôt aux victimes et à leurs souffrances, réelles comme imaginaires : « J’ai raison parce que j’ai souffert et plus que toi, tant qu’à faire », tel est le bréviaire.

Assa Traoré, donc, que Zineb Dryef tente de nous dépeindre telle une Cosette des temps modernes, alors que son parcours relève finalement plus de la méritocratie républicaine à l’ancienne : tout d’abord éducatrice, elle travaille ensuite au sein de la fondation OPEJ, fondée par le baron Edmond de Rothschild, anciennement Œuvre de protection des enfants juifs, ce qui fait toujours mieux sur une carte de visite que de faire serveuse au kebab du coin.

Cet épisode, Zineb Dryef le passe sous silence, préférant laisser Assa Traoré stigmatiser les journalistes de Valeurs actuelles ayant révélé l’affaire : « On est attaqués, mais on s’y attendait. On n’a plus besoin de parler, ils font le boulot, ils se révèlent racistes. » Tout comme elle oublie le passif judiciaire d’un certain nombre des membres de la nombreuse fratrie Traoré ; passif dont l’énoncé pourrait emplir un Bottin entier. Encore du racisme, on imagine…

À peine plus convenue est la suite : « Maîtriser le récit. C’est ce conseil que lui donne dès les premiers temps Samir Elyes, militant historique du MIB. » Mouvement de l’immigration de la banlieue, fondé en 1995 et matrice racialo-gauchiste des actuels indigénistes, visant à fédérer des luttes fantasmées contre des adversaires plus ou moins imaginaires.

Zineb Dryef : « Dès ses débuts, le comité Adama a dans l’idée de nouer des alliances [Nous y voilà, NDLR] Avec les familles de victimes de violences policières, bien sûr, mais aussi avec des étudiants précaires, des militants pour le climat, des bobos, des jeunes des quartiers, des militants LGBT, des afro-féministes et, plus tard, des “gilets jaunes”. » Youcef Brakni, un autre de ses mentors, gravitant entre trotskisme et salafisme, lâche même le morceau en affirmant au Monde : « On capitalise sur l’image pour capter l’attention. On ne fait aucun déplacement sans photographe professionnel et sans cameraman. » Sans journalistes non plus, pourrait-on ajouter. Mieux, nous apprend Zineb Dryef : « Aucun soutien n’est négligé. Bientôt, elle doit rencontrer des influences lifestyle. » N’en jetez plus.

Mais pour donner corps à ce storytelling, encore faut-il assener des arguments susceptibles de parler au cœur de ceux qui rejouent le Vercors à la terrasse des cafés de Bastille. Si Adama Traoré est mort accidentellement lors d’un contrôle, c’est donc parce qu’il était noir et que l’État français et ses policiers seraient structurellement racistes. Deux des gendarmes incriminés étaient eux aussi noirs ? Peu importe. C’est beau comme du Joe Biden, le challenger démocrate de Donald Trump, qui a récemment déclaré : « Un Noir n’est pas noir s’il vote Trump. »

Il y aurait donc de « vrais » et de « faux » Noirs. Mais qui décrète qui est l’un ou qui est l’autre ? D’autres Noirs, semble-t-il. Mais sont-ils « faux » ou « vrais », ceux-là ? Le fait que le comité Traoré puisse emprunter à ce vocabulaire américain n’a rien d’anodin. Ainsi, la nouvelle Antigone vient-elle de recevoir le Global Good Award 2020, décerné par la chaîne américaine Black Entertainment Television, pour son « action en faveur de la communauté noire mondiale ».

Et Assa Traoré de répéter en boucle, en guise d’argument ultime : « Mon petit-frère, Adama Traoré, a été tué par les gendarmes le jour de son anniversaire. »

Parce que si le drame était survenu le jour de l’An, ça aurait été moins grave ?
Pour ces gens limités qui ne sont rien, les anniversaires sont important justement pour se donner l’illusion d’être important.

Des organisation islamistes utilisent le mouvement Black Lives Matter pour diaboliser Israël

Certains islamistes considèrent que l’oppression des Noirs et le conflit israélo-arabe sont indissociables. Certains en profitent même pour promouvoir une conspiration antisémite selon laquelle Israël serait responsable de la formation de la police raciste qui utilise la violence contre les Noirs américains.

Des Islamistes s’approprient le mouvement Black Lives Matter,
malgré leur passé de sectarisme anti-noir

Après l’assassinat de George Floyd, un résident de Minneapolis, plusieurs organisations musulmanes américaines radicales se sont jointes aux protestations nationales pour manifester leur solidarité avec les manifestations des droits civils des Noirs. 

Cependant, la mort de M. Floyd a suscité des échanges difficiles sur les relations entre Noirs et musulmans et sur les préjugés raciaux implicites que l’on trouve dans certaines communautés arabes et sud-asiatiques.

Plutôt que de reconnaître ce fanatisme, les islamistes de Chicago – dont beaucoup ont un passé de discrimination contre les Noirs – ont minimisé et excusé ce comportement odieux tout en exploitant la mort de M. Floyd pour promouvoir leur propre programme anti-Israël.

Après que certains militants aient injustement reproché au propriétaire du dépanneur palestinien d’avoir appelé la police parce que M. Floyd a payé avec un faux billet de 20 dollars, les musulmans non noirs ont été contraints de s’attaquer à la discrimination anti-noirs qui persiste au sein de leurs communautés.

Ce comportement est sans aucun doute une importation culturelle du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, où les descendants d’esclaves continuent de subir un racisme systémique. 

À Chicago, les mosquées sont principalement organisées selon des lignes ethnocentriques, et une querelle vieille de plusieurs décennies entre les propriétaires de magasins musulmans non noirs et leurs clients afro-américains a parfois donné lieu à des actes de violence.

En dépit de ces préjugés, les islamistes qui soutiennent les causes pro-palestiniennes ont utilisé le mouvement Black Lives Matter (BLM) afin de diaboliser Israël et promouvoir la résistance palestinienne.

Basée à Chicago, American Muslims for Palestine (AMP) est une organisation que l’Anti-Defamation League accuse d’être une plate-forme destinée à promouvoir l’antisémitisme. 

Depuis la mort de George Floyd, l’AMP a publicisé les manifestations contre le racisme et a organisé une nouvelle série de webinaires mensuels intitulée « Parlons de BLM », qui offre une tribune aux Noirs américains d’accord avec la vision du monde anti-juive de l’AMP.

  • 1. Pourtant, le tout nouveau coordinateur du développement national de l’AMP, Mohammed Habehh, a, à plusieurs reprises fait référence aux Noirs en utilisant le mot arabe «Abeed» qui signifie «esclaves».
    « (Je suis) fier de ma famille et de mes amis dans tout le pays qui se battent pour les vies noires et demandent justice », a écrit Habehh le 6 juin dernier. Mais en 2014, il faisait des blagues racistes sur l’apparence physique des Somaliens. Plus tard, il a tweeté que sa mère penserait qu’il a le virus du Sida si jamais il sortait avec une «fille noire».
  • 2. Samer Alhato (alias Samer Owaida), membre de l’organisation anti-Israël, Students for Justice in Palestine (Étudiants pour la justice en Palestine), représente la prochaine génération de militants musulmans palestiniens à Chicago qui considèrent que l’oppression des Noirs et le conflit israélo-arabe sont indissociables.
    M. Alhato appelle à «abolir la police», tout en exhortant à «haïr la notion d’Israël» et à remettre en question son «droit d’exister». Le 5 juin dernier, M. Alhato, invité à prendre la parole lors d’une manifestation de BLM à Chicago, en a profité pour promouvoir la conspiration antisémite selon laquelle Israël serait responsable de la formation de la police raciste, exerçant de la violence contre les Noirs américains.
    Non seulement M. Alhato a coopté le mouvement de libération des Noirs pour cibler Israël, mais ses messages dans les médias sociaux regorgent d’exemples choquants de fanatisme anti-noirs, comme le fait de traiter les Afro-Américains de «singes» et de les accuser de manquer de « cellules cérébrales en état de fonctionnement ».
    «[Comment se fait-il] que les Noirs adorent élever le toit mais sont incapables d’élever leurs propres fils? » a-t-il demandé dans un tweet de 2014 documenté par Canary Mission, un organisme de surveillance de l’antisémitisme. « Une fois que vous devenez noir, vous ne trouvez jamais de travail » peut-on lire dans un autre tweet, datant de 2013.Si les militants pro-palestiniens se sont joints de mauvaise foi aux manifestations des noirs pour la justice, d’autres islamistes de Chicago ont plutôt minimisé et justifié la haine des Noirs. 
  • 3. Jamal Said, imam de la Mosque Foundation à Bridgeview (Illinois), a abordé les tensions arabo-noires dans un message sur vidéo du 30 mai à la communauté palestino-américaine de Chicago. Il a conseillé aux téléspectateurs de « ne pas dire: je travaille avec al-Abeed », une insulte raciste couramment utilisée dans les communautés musulmanes. « Je sais que vous ne le pensez pas », a ajouté M. Said, excusant ce comportement et le qualifiant de «sale habitude».
    Néanmoins, l’actrice palestinienne noire Maryam Abu Khaled a récemment diffusé une vidéo insistant sur le fait qu’il n’y a rien d’«inoffensif» dans la discrimination envers les Noirs parmi les Arabes, même lorsque ces insultes raciales sont « bien intentionnées » et qu’ils « ne le pensent pas », comme l’a suggéré M. Said.

La discrimination intraconfessionnelle est également un problème au sein des communautés musulmanes, et puisque Chicago est une ville qui pratique la ségrégation, les mosquées locales sont divisées en fonction de la classe, de la race et de la langue. En fait, la Mosque Foundation où prêche M. Said, s’adresse à une congrégation majoritairement palestinienne. Ses religieux prêchent des sermons pro-palestiniens et pratiquent « une version stricte de l’Islam », d’après le Chicago Tribune.

Par conséquent, les résidents noirs de Chicago pourraient avoir été intimidés après que la Mosque Foundation ait mobilisé des véhicules de sécurité privés pour patrouiller dans les quartiers sud de Chicago et protéger les maisons, les mosquées et les entreprises palestiniennes des émeutiers.

« Ils sont prêts à nous tuer si nous décidons de piller [leur] magasin », a expliqué une femme noire en enregistrant ce qu’elle a déclaré être trois hommes musulmans armés qui surveillaient un magasin de téléphonie mobile dans le sud de Chicago, notant que l’un des hommes était en position sur le toit et armé d’un fusil d’assaut.

Les Américains d’origine arabe et sud-asiatique ont deux fois plus de chances que l’Américain moyen de détenir un diplôme universitaire, et ils sont historiquement propriétaires d’un grand nombre de stations d’essence, de magasins de proximité et de magasins d’alcool à Chicago.

« Il y a des histoires d’horreur sur la façon dont les membres de la communauté noire sont traités par nos propriétaires d’entreprises [arabes] et par les services de sécurité qu’ils engagent », a déclaré Hatem Abudayyeh, directeur exécutif de l’Arab American Action Network, basé à Chicago.

Apparemment inspiré par les manifestations concernant l’Affaire Floyd, le fondateur et président de l’AMP, Hatem Bazian, a abordé cette question dans un message Facebook diffusé en streaming. 

M. Bazian a admis que les magasins d’alcool appartenant à des Arabes jouent un rôle destructeur dans les quartiers afro-américains, mais il a attribué les préjugés arabes à une «vision du monde eurocentrique et suprémaciste véhiculée par la race blanche ».

Pourtant, l’Arabie Saoudite – qui n’a jamais été colonisée par l’Occident et reste relativement libre de ses influences culturelles – a un horrible bilan en matière de discrimination envers ses citoyens noirs, qui, selon le Centre pour la démocratie et les droits de l’homme en Arabie Saoudite, sont « traités comme des esclaves par les membres de la famille royale et le reste de la société ».

Les islamistes se servent de la tragédie entourant l’Affaire Floyd pour faire avancer une vision du monde intersectionniste qui présente les États-Unis et Israël comme étant les ennemis communs de tous les peuples opprimés.
Ce faisant, les militants pro-palestiniens s’exonèrent de la haine anti-noir courante au sein de leurs propres communautés, tout en s’engageant du bout des lèvres pour la cause de la justice et de l’égalité raciale. 

Ces motifs d’exploitation complètement transparente causent des torts au mouvement des droits civils des Noirs et nuisent à la réconciliation raciale.

États-Unis : six enfants tués ce week-end dans des fusillades 
entre noirs, une fillette de 8 ans tuée par des manifestants
de Black Lives Matter


États-Unis : six enfants tués ce week-end dans des fusillades entre noirs, une fillette de 8 ans tuée par des manifestants de Black Lives Matter

Les enfants, âgés de 6 à 14 ans, ont tous été tués par balle alors qu’ils faisaient des choses de tous les jours – monter dans la voiture de maman, marcher dans un centre commercial et jouer dans une cour avec leurs cousins.

Atlanta : une fillette de 8 ans tuée par des manifestants de Black Lives Matter, 
qui ont ouvert le feu sur une voiture dans laquelle la victime se trouvait

Atlanta (États-Unis) – La maire déclare qu’elle a fini de négocier avec les manifestants après la mort de la jeune fille

On a compté une douzaine de fusillades dans la nuit, dont une au cours de laquelle une fillette de 8 ans a été tuée, la maire d’Atlanta, Keisha Lance Bottoms, a déclaré dimanche que les manifestants ne pouvaient plus occuper le Wendy’s où un policier avait tué Rayshard Brooks le mois dernier. La jeune fille, identifiée par la police comme étant Secoriea Turner, a été tuée non loin du lieu où Brooks a été abattu le 12 juin. La police a déclaré que la petite fille se trouvait dans une voiture avec sa mère et un autre adulte lorsqu’un groupe a tiré à plusieurs reprises sur le véhicule, touchant la jeune fille. Elle est morte dans un hôpital voisin. Aucun suspect n’a été identifié. La police enquête.

« Maintenant, nous exigeons des mesures pour Secoriea Turner, et toutes les autres personnes qui ont été abattues à Atlanta la nuit dernière », a déclaré Bottoms lors d’une conférence de presse dimanche soir. « Assez, c’est assez. Si vous voulez que les gens nous prennent au sérieux, si vous ne voulez pas que nous perdions cette lutte, nous ne pouvons pas nous perdre les uns les autres. »

« Le Monde » à genoux devant Traoré…
Savent pas qu’ils seront tous exécutés par la racaille malgré tout ?


« Le Monde » à genoux devant Traoré… Savent pas qu’ils seront tous exécutés par la racaille malgré tout ?

.

En voilà une belle couverture de magazine, en ode à la pourriture qui veut mettre la France à feu et à sang sous prétexte que son délinquant de frère cardiaque serait mort de ses différentes maladies au cours d’une interpellation !

Et cela vient du Monde qui a conservé, pour des raisons bien trop connues, la réputation internationale acquise du temps de Hubert Beuve-Méry, son fondateur. On pouvait ne pas être en accord avec sa ligne politique, il n’empêche que c’était un authentique journaliste qui avait fait de son titre LA référence en terme d’analyse sur la situation politique française mais aussi et surtout sur l’international.

Opposant du régime collabo et antisémite de Vichy, il s’est engagé dans la Résistance en 1942. Participant actif à différents maquis, il devient lieutenant des FFI. Il créera Le Monde, sur demande de De Gaulle dont il deviendra un opposant acharné, parce qu’opposé -entre autres- à l’élection du Président de la République au suffrage universel- et il participera activement, avec son journal, à l’échec du referendum de 1969 qui aboutira à la démission de De Gaulle.

Grâce à son fondateur, Le Monde est donc resté un « journal de référence », et le quotidien encore le plus lu en France. Par contre, à l’étranger, son image a pris de la gîte… Il y a 10 ans, à l’étranger 40 000 exemplaires quotidiens étaient vendus… il n’y en a plus qu’à peine la moitié à présent. Apparemment il faut plus de temps aux Français manipulés qu’aux autres pour comprendre… sauf à ce que ses lecteurs soient les derniers pseudo-intellectuels gauchistes de France, ce qui semble le cas effectivement.

Le Monde a donc acquis ses lettres de noblesse car il avait la réputation et d’analyses sérieuses et d’être indépendant du pouvoir…

Tout ce qu’il a perdu depuis bien longtemps. Et la une Traoré en est l’éclatante démonstration.

Le Monde n’a plus vocation à informer et analyser, il a vocation à manipuler, faire les rois islamo-collabos et à aller dans le sens du vent. Tout le contraire d’une Beuve-Méry.

D’ailleurs, c’est très simple, le Monde a traversé nombre de crises, il n’y a plus un homme de presse qui l’incarne (comme ce fut aussi longtemps le cas du Figaro, titre phare de Hersant avant qu’il ne tombe dans l’escarcelle de Dassault). Non, des sociétés de journaleux, des milliardaires comme Niel et Pigasse qui bouffent à tous les râteliers… la seule ligne éditoriale est celle voulue par les journaleux gauchistes et islamo-collabos. D’où l’énorme cacade des « décodeurs » du Monde prétendant décerner des brevets de « penser juste »….

Le journal est édité par le groupe Le Monde, détenu à 75 % par la holding Le Monde Libre, elle-même contrôlée à parité par les hommes d’affaires Xavier Nielet Matthieu Pigasse12,13. Il bénéficie de subventions de la part de l’État français.

C’est dans ce contexte qu’arrive la une opportuniste et particulièrement immonde de l’immonde Monde consacrée à l’égérie de  l’intifada française.

Comme ce ne sont pas les racailles qui manifestent avec les Traoré qui lisent le Monde, quel est l’intérêt des journaleux du dit torche-cul ? 

Il s’agit de conforter les gauchos dans la justesse et la justice des revendications Traoré et donc de les éloigner de la tentation « nationaliste » devant les excès du gang mené par la dite Assa et son âme damnée Almany Kanouté activiste contre la négrophobie et, surtout, membre de Nation of islam(1)…

Bref, le Monde participe activement à l’islamisation de la France, au Grand Remplacement et à la disparition de notre civilisation. Mais on s’en doutait un peu…

Le plus étonnant c’est que ces lèche-babouche, comme tous les lèche-babouches, ne voient pas qu’ils seront les premiers égorgés ou poignardés dans le dos s’il y a une guerre de civilisation parce que leur statut et de Blanc et de journaleux en feront les premières cibles. Pas de reconnaissance du ventre chez les petites frappes. 

Nation of Islam a été fondée à Détroit, dans le Nord des États-Unis, en 1930, par Wallace Fard Muhammad, reconnu par Nation of Islam comme étant le « Messie » (ou « mahdi ») attendu par les musulmans, et même Dieu (Allah) incarné. L’idéologie développée par l’organisation est un mélange de nationalisme afro-américain et de religion. Cette dernière est inspirée par l’islam, mais reste éloignée de l’islam orthodoxe. La NOI est donc considérée comme une secte par la majorité des organisations musulmanes2.

Nation of Islam se transforme officiellement en mouvement musulman sunnite peu après la mort d’Elijah Muhammad, en 1975. Un groupe de militants refusant cette orientation quitte l’organisation en 1978, et reprend le nom de Nation of Islam, qui venait d’être abandonné par l’organisation mère. Fidèle à l’idéologie des origines, malgré certaines évolutions, la « nouvelle » NOI est dirigée depuis la scission de 1978 par Louis Farrakhan. Celui-ci est au début du xxie siècle un leader en vue de la communauté afro-américaine. Son discours communautaire, insistant sur la nécessité pour les Noirs de faire des études, de développer leur statut socio-économique et de lutter contre la délinquance a une influence qui dépasse largement les cercles religieux de la NOI. Ses discours ambigus, plus ou moins hostiles aux Blancs et aux Juifs3 ont cependant créé de nombreuses polémiques.

Malgré les évolutions de Nation of Islam, l’islam sunnite2 continue de refuser ce groupe comme réellement musulman. Les trois points qui posent le plus problème sont :

  • l’affirmation selon laquelle Dieu (Allah) s’est incarné en Wallace Fard Muhammad ;
  • le refus de la résurrection physique des morts à la fin des temps. Nation of Islamcroit à une résurrection seulement spirituelle ;
  • la pensée raciale du groupe, qui se traduit entre autres par son refus de s’ouvrir aux Blancs et par l’interdiction des mariages mixtes.

De façon plus générale, Nation of Islam continue d’être considéré par ses détracteurs, notamment américains, comme un mouvement raciste et antisémite.

Floyd, Traoré… il y a toujours un mal pour un bien ! Merci aux BLM qui réveillent le chien qui dort…


Floyd, Traoré…  il y a toujours un mal pour un bien ! Merci aux  BLM qui réveillent le chien qui dort…

.

Y a toujours un mal pour un bien et des doubles tranchants.
Exemple : si aux USA on n’avait rien dit, la mort de Floyd serait passée avec les centaines d’autres morts, comme tous les jours.
Mais on a monté Floyd en épingle. Alors on se dit « Tiens c’est qui ce Floyd » et là on s’aperçoit que c’est une fripouille qui a un casier bien chargé. On apprend même que lui et le policier assassin se connaissaient. Si ça se trouve le policier assassin a juste réglé un vieux compte avec un ancien client. Résultat : saint Floyd a perdu son auréole.

Alors le clan Traoré, on se dit « Mais c’est qui ces Traoré ? » et on découvre une tribu de joyeux drilles qui régulièrement bénéficient de séjours à l’ombre payés par le contribuable…

Ensuite on extrapole en déviant sur le racisme, colonialisme, esclavage, esclavagistes, statues & Co. Alors on se dit « Attendez c’est quoi l’histoire de l’esclavage ? » Et voilà des dizaines d’articles qui retracent l’esclavage des Africains entre eux, des rois nègres qui vendent des esclaves aux négriers, l’esclavage vers les Amériques, mais aussi arabo-musulman vers l’Orient. On redécouvre les livres de Livingstone, Stanley et surtout de Tippo Tip l’esclavagiste négrier de Zanzibar et la castration des esclaves… Mais il y a aussi la traite des Blancs en Europe… Ah bon, il y a eu la traite des Blancs et surtout des Blanches… Beaucoup de gens l’ignoraient et voilà que grâce aux BLM on remet tout ce linge sale sur le tapis…

« A bas Colbert » Encore une fois on se demande « C’était quoi encore cette histoire de Colbert ? » Alors il y a une vague d’articles qui dépoussièrent Colbert, sa vie et son œuvre et c’est l’occasion de rappeler quel grand bonhomme il a été.

« Léopold II le coupeur de mains des Congolais » Avec lui c’est l’occasion de relire l’historien Henri Pirenne.

(court extrait :
Le roi Léopold II et le Congo – quelques brefs extraits du livre
Histoire de Belgique” par H. Pirenne – édition 1948 – volume VII pages 348 et suivantes –

Le roi décède le 17 décembre 1909. 

L’esclavagisme belge ?

Ah bon ! Léopold II était dans le mouvement des anti esclavagistes… ça non plus on ne le savait pas…

Finalement, il faut remercier les BLM pour avoir provoqué ce grand intérêt envers l’Histoire, qui a permis de remettre un tas de pendules à l’heure.
Cela n’est qu’un début : de plus en plus, à chaque occasion il y a des redresseurs de vérité qui montent sur les barricades . On avait déjà eu Sophie Peeters avec son film pour dénoncer les agressions sexistes des allochtones dans les rues de Bruxelles.
En Hollande les femmes commencent manifester contre les intimidations
https://www.ad.nl/den-haag/vrouwen-in-actie-tegen-intimidaties-mijn-dochter-van-15-kan-niet-meer-veilig-naar-de-boulevard~aeede31a/?referrer=https://www.google.be/
C’est le revers de la médaille « refugiés welcome »
Ça bouge… attention au pendule : il passe d’un extrême à l’autre. Les BLM ne connaissent pas encore nos proverbes et dictons comme « il ne faut pas réveiller le chien qui dort. »

Les leçons de l’affaire Traoré :
haine anti-Blancs et syndrome Mad Max

Alexandre del Valle analyse les alliances extrémistes islamistes, gauchistes révolutionnaires et néo-racistes/indigénistes noires autour de l’affaire Traoré, notamment les étranges amis des Traoré comme les responsables du mouvement « The Nation of Islam », l’organisation suprémaciste noire dont le leader Louis Farakhan adore Hitler… Sans oublier les indigénistes anti-Blancs, les anti-juifs, anti-occidentaux et autres mélanchonistes et gauchistes trotskistes ou Black blocs…

Philippe Monguillot, chauffeur de bus à Bayonne, tabassé à mort dans l’indifférence : son tort, il ne s’appelle pas Traoré

Philippe Monguillot était chauffeur de bus à Bayonne. Il a été laissé pour mort après avoir affronté un gang qui ne portait pas de masque.

Philippe Monguillot, 58 ans, a refusé cinq passagers qui ne respectaient pas la règle qui impose le port du masque dans les transports publics lorsqu’ils sont montés, sans billet, dans son bus à Bayonne. Ils l’ont tabassé à mort.

Philippe Monguillot, père de trois enfants, a été traîné hors du siège du chauffeur et frappé à plusieurs reprises à la tête.

« Quand il leur a tenu tête, une dispute a suivi, le ton est monté, puis le chauffeur a été attaqué », a déclaré une source.

Les criminels ont laissé Monguillot inconscient et se sont enfuis. Transporté à l’hôpital, il a été déclaré en état de mort cérébrale.

Sa femme, Véronique, a déclaré que les vies du couple ont été « détruites » par cette violente attaque.

Véronique, la femme de Philippe Monguillot a déclaré qu’elle « vivait un cauchemar » après l’agression brutale. Cela lui vaudra certainement d’avoir son portrait épinglé sur un mur des cons dans un syndicat local de la magistrature.

« Il ne peut pas nous quitter comme ça, il allait bientôt avoir 59 ans. Non, on ne fait pas ça pour un ticket de bus. On ne tue pas gratuitement comme ça », a-t-elle déclaré au journal Le Parisien.

Philippe allait prendre sa retraite dans un an et nous pensions que nous allions acheter un camping-car en septembre », a-t-elle ajouté.

Le maire de Bayonne, Claude Olive, a déclaré qu’il s’agissait d’une « attaque barbare ».

On pense que M. Monguillot s’était disputé avec le groupe plus tôt dans la journée pour avoir refusé de payer le prix du billet.

Les procureurs ont décrit le gang comme étant réputé dans la ville pour sa consommation de drogue et d’alcool.

M. Monguillot était un « homme décent et travailleur qui s’occupait toujours des passagers », selon un collègue anonyme.

« Il y a eu beaucoup de tension autour des masques car les racailles font la loi, mais le personnel des bus n’est pas de la police et nous ne devrions pas avoir à appliquer la loi », a ajouté le collègue.

Aucun artiste n’interviendra pour défendre un chauffeur de bus, aucun ministre n’ira au chevet de sa famille, aucun média n’accordera plus de 30 secondes. 

C’est un regrettable « fait divers » qui ne peut pas être instrumentalisé à des fins politiques. Il ne permet pas aux médias de faire passer les Français pour des racistes islamophobes et xénophobes, dans le but de leur inspirer la honte et les faire taire sur leur hostilité à l’immigration. Alors ils votent comme aux municipales.

Le port du masque tue… il a tué un chauffeur de bus qui en était un adepte convaincu… il ne saura jamais qu’il est mort pour rien, juste par manque de jugeote à croire aux dictateurs. Ainsi il y aura de plus en plus de morts face à de plus en plus d’obligations.

Assa Traoré

Les trois gendarmes qui ont interpellé Adama Traoré devront payer 2.000 euros à sa sœur

Les trois gendarmes accusés d’avoir provoqué la mort d’Adama Traoré avaient porté plainte pour atteinte à la présomption d’innocence contre la sœur du défunt après que celle-ci les avait accusés en divulguant leurs noms. Ils ont perdu le procès et devront lui verser 2.000 euros, indique la décision judiciaire partagée par Assa Traoré.

Accusés par Assa Traoré d’avoir tué son frère Adama, les trois gendarmes ont été condamnés à lui verser 2.000 euros alors qu’ils avaient porté plainte contre elle pour atteinte à la présomption d’innocence, comme le montre un cliché de la décision judiciaire, publié sur son compte Instagram.

Assa Traoré

L’avocat de la famille d’Adama Traoré se plaint désormais de «violences judiciaires» Les trois militaires avaient intenté un procès suite à la diffusion de cinq messages sur la page Facebook «La vérité pour Adama» entre le 19 septembre et le 19 novembre 2019. Ils avaient été nommément accusés de meurtre envers Adama Traoré, alors que l’enquête est toujours en cours.

Objectant la présomption d’innocence, les intéressés ont eu recours au juge des référés en décembre 2019 pour faire retirer les messages accusatoires et obtenir le versement de 15.000 euros de dommages et intérêts à chacun d’eux, ainsi que le remboursement des frais pour cette procédure judiciaire.

«Une victoire» pour Assa Traoré

Cette demande a été déclinée et qualifiée de procédure abusive, selon le jugement signé le 3 juillet, qui semble apparaître sur ce cliché:

«Il serait inéquitable de laisser à la défenderesse la charge des frais irrépétibles qu’elle a dû exposer».

Un versement de 2.000 euros à l’attention d’Assa Traoré a été statué «en application de l’article 700 du code de procédure civile».

En légende, celle-ci a qualifié la décision de «victoire» pour son clan et a exprimé sa résolution à continuer de «dénoncer ces trois gendarmes […], qui ont écrasé Adama Traoré avec le poids de leur corps».

Pour elle, le jugement rendu est «un camouflet» et «une humiliation judiciaire pour ces gendarmes».

Jessica, jeune maman, tuée par des Black Lives Matter
pour avoir dit « toutes les vies comptent“…


Jessica, jeune maman, tuée par des Black Lives Matter pour avoir dit « toutes les vies comptent“…

Jessica Doty Whitaker a été assassinée à Indianapolis le 5 juillet, à seulement 24 ans par des membres du mouvement raciste Black Lives Matter.

Elle laisse un fiancé et un fils de 3 ans.

Jessica et son jeune fils Greyson.

Jessica et son compagnon, José Ramirez, marchaient le long du Canal Court à trois heures de l’après-midi, après avoir célébré la fête nationale américaine, avec un ami et sa compagne, lorsqu’ils ont croisé un groupe de manifestants de Black Lives Matter. Le groupe était composé de quatre hommes et d’une femme.

Les partisans de BLM étaient passés devant elle et son compagnon et avaient scandé « Black Lives Matter », ce à quoi  Jessica a répondu que « toutes les vies comptent », comme l’explique le père de Jessica Robert Doty.

Un homme du groupe a alors exhibé une arme à feu, après quoi le fiancé José Ramirez a sorti son propre pistolet, ce qui a permis au  couple de quitter les lieux. Mais quelques instants plus tard, Jessica a été abattue.

Les  Black Lives Matter sont montés sur la colline et nous pensions qu’ils avaient quitté les lieux mais ils ont  tendu une embuscade un peu plus loin en attendant que nous entrions sous le pont. C’est là qu’elle a été abattue, raconte le survivant.

Je l’ai retenue quand c’est arrivé. Elle venait de tomber. Je me suis retourné et j’ai ouvert le feu également. Ce n’était qu’une réaction de défense. Je n’ai vu personne et j’espère n’avoir rencontré personne, dit José Ramirez.

La police est arrivée environ 40 minutes plus tard, alors que Jessica était encore en vie. Elle a été immédiatement transportée à l’hôpital mais y est décédée des suites de ses blessures. Elle a été touchée par trois balles, deux aux jambes et une à la tête. Il s’agit du troisième tir en une semaine le long du canal et le deuxième avec une issue fatale.

Les auteurs sont toujours en liberté et la police recherche des témoins. Des caméras de surveillance dans la région montrent que plusieurs personnes se déplaçaient dans le secteur au moment du meurtre.

Le compagnon dit que la chose la plus difficile est d’expliquer à l’enfant âgé de trois ans, que sa maman ne reviendra jamais.

Il est difficile de lui dire que sa mère est au paradis et que s’il veut lui parler, il doit lever les yeux pour dire: « Je t’aime maman », dit José Ramirez.

Silence des médias.

Le crime a été largement ignoré par les médias américains, en particulier ceux de portée nationale, ce qui a bouleversé beaucoup de gens. Sur Facebook, les médias sont critiqués pour ne pas avoir signalé le cas et on se demande si c’est parce que BLM était impliqué et que la victime est une femme blanche.

Collecte.

Une collecte de fonds a été lancée chez GoFundMe au profit de la famille de Jessica afin d’aider à payer les funérailles de jeune mère. La collecte a déjà rencontré un grand succès.

Son grand-père :

Sur Twitter, son grand-père témoigne et s’indigne du silence des médias.

Des photos de Jessica et de son fils  ont été partagées en sa mémoire par son grand-père sur Twitter.

Black Lives Matter
appelle à la destruction d’Israël

Les médias peuvent ignorer le violent antisémitisme de l’organisation Black Lives Matter. Les juifs n’ont pas ce luxe : si l’histoire nous a appris une chose, c’est que lorsqu’on nous menace de mort, nous devons prendre ça au sérieux.

Nous avons, je pense, largement apporté la preuve que le mouvement Black Lives Matter (BLM), n’a que faire de la vie des Noirs. Des dizaines sont tués chaque week-end à Chicago et ailleurs, mais comme les tueurs sont noirs, BLM reste silencieux, d’une indifférence qui moi me dérange autant que leurs graffitis antisémites sur les synagogues de West Los Angeles.

Et même si BLM luttait vraiment contre le racisme, croyez-vous que cela doit nous faire ignorer, excuser et passer sous silence les paroles et les actes antisémites de ses dirigeants et militants ? Bien-sûr que non ! Le spectre de l’antisémitisme plane sur les manifestations qui ont eu lieu, comme sur les déclarations des meneurs. Les dirigeants et porte-paroles de l’organisation Black Lives Matter proclament leur soutien fervent aux Palestiniens : c’est normal, les fondatrices du mouvement ont proclamé être marxistes, et vous aurez du mal à trouver dans le monde une gauche hostile au terrorisme palestinien. Ils sont marxistes alors que Marx est juif ! Vive les idéologies débiles !

Les dirigeants et porte-paroles de l’organisation Black Lives Matter contestent l’existence d’Israël en tant qu’État souverain du peuple juif. Normal encore, citez-moi un mouvement d’extrême-gauche qui reconnaisse sans restriction le droit d’Israël sur ses terres de Palestine et qui ne veut pas en donner un bout aux Arabes.

A New York, Tali Goldsheft, militante d’extrême gauche et de Black Lives Matter, déclarait dans un tweet : 

« Nous ne voulons pas seulement retourner chez nous à Gaza et en Cisjordanie. Nous voulons tout… nous ne voulons pas de vos deux États. »

Un avant-goût du #DayofRage d’aujourd’hui à Brooklyn.

D’autres chants d’aujourd’hui incluent le génocide « De la rivière à la mer » et « Intifada, intifada ».

  • Dans la nuit du 30 mai, une foule d’activistes de BLM s’est déchaînée dans le quartier juif de Fairfax Avenue à West Hollywood. En 1992, lors des émeutes pour Rodney King, ils ne sont pas venus détruite ce quartier. Dans la nuit du 30 mai, ils scandaient « Fuck la police et mort aux Juifs ! » comme dans les manifestations parisiennes. Sauf que nous, nous n’avons pas connu ça. Nous n’avons pas de gardes armées avec gilets pare-balles devant les synagogues de l’avenue. 
  • Cinq synagogues et trois écoles juives ont été dégradées par leurs graffitis antisémites.
  • Un salon de coiffure, des boutiques, ont été pillés et dégradés.
  • Par miracle, le restaurant juif Canter’s, probablement parce qu’il est ouvert 24h sur 24, peut-être parce qu’il a affiché un signe en soutien à Black Lives Matter sur sa vitrine, ou parce qu’il a distribué des bouteilles d’eau aux émeutiers et à la police, a été épargné, à part un graffiti ou deux.
  • Un rabbin local a décrit l’émeute comme « une nouvelle Kristallnacht » : même si les dégâts se sont limités à des graffitis, nous n’avons pas l’habitude que des synagogues et des magasins juifs soient attaqués.
  • A San Diego, BLM s’est associé aux militants pro-Palestiniens, lors de la manifestions du « Jour de Rage » du 1er juillet dernier. 

    Sans surprise, le « Jour de Rage » comprenait bien plus que la rhétorique habituelle contre l’annexion, et a rapidement viré vers le territoire de destruction d’Israël, puis les slogans antisémites. 

    Les protestations de San Diego ne visaient pas seulement les bâtiments officiels israéliens, mais aussi un bâtiment de la Fédération juive, et de nombreux campus Hillel : l’effort pour rappeler que la distinction entre antisionisme et antisémitisme est une fiction n’est pas passé inaperçu. 

Israël = génocide

L’organisation rabbinique des droits de l’homme T’ruah, très à gauche, qui a fait des prières pour Black Lives Matter, et a organisé des voyages éducatifs « anti-occupation israélienne » pendant des années, a publié cette réponse suite aux accusations de génocide par les leaders de BLM :

Bien que nous soyons d’accord avec de nombreuses recommandations politiques [de Black Lives Matter], nous sommes extrêmement consternés par la décision de qualifier l’occupation israélienne de génocide.

Melina Abdullah, l’antisémite de Black Lives Matter Los Angeles

Melina Abdullah, Black Lives Matter Los Angeles

L’organisatrice du BLM de Los Angeles, Melina Abdullah, ne s’est pas du tout repentie de la violence collective qu’elle a contribué à fomenter contre le quartier juif, bien au contraire.  Elle est habitée par la haine des juifs, et a un passé sulfureux de participation aux événements de celui qu’on surnomme le « nazi-noir », Louis Farrakhan, le ministre du Culte et leader de Nation of Islam qui a, entre autres, déclaré : « Ceux qui se disent juifs ne sont pas vraiment juifs, ils sont en fait Satan ». Les louanges d’Abdullah au groupe de haine antisémite et à son chef sont sans appel. Sur Twitter, elle a soutenu bec et ongle que le déchaînement antisémite sur Fairfax était justifié.

BLM Washington : « Israël, tueurs d’enfants »

Lors d’une manifestation à Washington, DC, une foule de BLM a scandé « Israël, nous vous connaissons, vous tuez aussi des enfants », en conformité avec l’accusation de crime de sang qui a déclenché d’innombrables massacres anti-juifs médiévaux.

« George Floyd est mort à cause des juifs »

Les militants de Black Lives Matter ont également été très occupés à promouvoir une théorie complotiste antisémite, en colportant l’idée que le policier de Minneapolis qui a tué George Floyd sous son genou a été formé aux méthodes de combat Krav Maga israéliennes. 1 + 1 = toujours 3 pour les complotistes, donc Floyd, c’est la faute aux juifs.

La main du nazi-noir Farrakhan partout chez BLM

  • À Memphis, Tennessee, l’organisatrice locale de BLM, Tami Sawyer, a fièrement déclaré qu’elle était l’une des oratrices vedettes des conférences de the Nation of Islam. de Farrakhan. Récemment, lors de ses sermons télévisés, Farrakhan n’a pas hésité à déclarer que « les Juifs sataniques ont infecté le monde entier avec le poison et la tromperie ». Pourtant, rien de cette bile antisémite n’a dissuadé Sawyer et d’autres dirigeants de BLM de faire cause commune avec le mouvement Nation of Islam.
  • Lors de la Marche des femmes, Thandiwe Abdullah, la fille Melina, qui est la co-fondatrice du groupe « avant-garde de BLM », avait déclaré qu’en tant que « fille musulmane noire, il est très important pour moi que Black Lives Matter apprécie également la vie des femmes musulmanes en Palestine ». Dans la foulée, elle a accusé Israël de « génocide ».

De peur d’être accusés de racisme, nous sommes supposés ignorer l’antisémitisme de Black Lives Matter ? Et ma sœur, elle bat l’beurre ?

De moins en moins de juifs acceptent d’être manipulés par la gauche, et de ne voir que l’antisémitisme des néo-nazis blancs. Peu importe que le poison antisémite provienne de l’extrême gauche ou de l’extrême droite : le poison est le poison. Que les cris de « Mort aux Juifs » viennent de Black Lives Matter, des pro-palestiniens, des islamistes, du KKK ou de Nation aryenne, c’est quoi la différence ? C’est la même merde ! Le fanatisme est identique. Le danger est le même.

Certes, les médias décrivent Melina Abdullah comme une militante contre la violence policière. Certes, ils ignorent totalement sa proximité avec l’église Nation of Islam dont le leader religieux décrit les Juifs comme étant sataniques et sous-humains. Le niveau de duplicité et de désinformation des médias qui couvrent l’antisémitisme de BLM constitue en soi un crime de haine. Et le crime ne s’arrête pas là.

Ne pas confondre Black Lives Matter et Black Lives Matter

Beaucoup considèrent le slogan Black Lives Matter comme un plaidoyer pour le droit à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur pour tous les Américains, en particulier les Afro-Américains. Et j’approuve cela. Mais combien savent que l’organisation qui a emprunté le thème du slogan n’a rien à voir avec lui ? Il suffit de poser la question aux fondateurs et dirigeants de BLM, Alicia Garza, Patrisse Cullors et Opal Tometi.
Dans une interview de 2015 pour Real News Network (1) Cullors déclarait : « Moi-même et Alicia en particulier sommes des organisateurs formés. Nous sommes des marxistes formés ».

Un programme marxiste et extrémiste

Voilà ce que réclame BLM. C’est caché comme le nez au milieu du visage – à condition d’aller plus loin que le slogan et de lire leur site internet.

  • Nous rejetons l’exigence de structure familiale nucléaire prescrite par l’Occident. Nous soutenons, à la place, des familles élargies et des « villages”, qui s’occupent collectivement les uns des autres.
  • Nous réclamons l’abolition de toutes les polices et de toutes les prisons. 
  • Nous demandons une restructuration progressive du code fiscal local, étatique et fédéral, afin d’assurer une redistribution radicale et durable des richesses.
  • Nous exigeons la décriminalisation rétroactive, la libération immédiate et l’annulation de toutes les infractions liées au trafic de drogue et à la prostitution, ainsi que des réparations pour les effets dévastateurs de la « guerre contre la drogue » et de la criminalisation de la prostitution.

Conclusion

Les objectifs de l’organisation Black Lives Matter vont bien au-delà de ce que la plupart des gens pensent. C’est leur talent marketing, puisqu’ils se cachent au grand jour, à la vue de tous. Il suffit simplement de se donner la peine d’aller au-delà du beau slogan humaniste et des comptes-rendus médiatiques.

Le programme de BLM est directement tiré des théories marxistes : il est bien entendu hostile aux juifs, qui incarnent aux yeux des antisémites la réussite capitaliste. Il est hostile à Israël qui est supposé coupable de génocide. Il vise à remplacer l’élément de base et stabilisateur de la société – la famille – par l’État. Il veut détruire le capitalisme, confisquer les richesses, et les redistribuer. Il veut remettre les délinquants dans la rue. 

Et Black Lives Matter dans tout ça ?

Adama Traoré: de nouvelles investigations ordonnées dans l’enquête

Plus d’une dizaine de nouvelles investigations vont être menées, notamment sur le passé du jeune homme mort en 2016 à Beaumont-sur-Oise et des gendarmes.

Plus d'une dizaine de nouvelles investigations ont été ordonnées par les juges d'instruction dans l'enquête...
Plus d’une dizaine de nouvelles investigations ont été ordonnées par les juges d’instruction dans l’enquête sur la mort d’Adama Traoré (Image d’illustration: en juillet 2019 à Beaumont-sur-Oise).

JUSTICE – Les juges d’instruction parisiens en charge de l’enquête sur la mort d’Adama Traoré à l’été 2016 après son interpellation par des gendarmes ont ordonné de nouvelles investigations centrées sur le passé de cet homme et des gendarmes, a appris l’AFP ce vendredi 17 juillet de source proche du dossier.

Les juges d’instruction ont accepté dans une ordonnance certaines demandes de Me Yassine Bouzrou, avocat de la famille Traoré, notamment celles visant à joindre au dossier d’enquête l’ensemble des antécédents judiciaires ou des procédures dans lesquelles Adama Traoré a pu être impliqué.

Les magistrats-instructeurs demandent notamment à ce que soient “mises en exergue” les procédures passées dans lesquelles Adama Traoré a été mis en cause et dans lesquelles les gendarmes qui l’ont interpellé étaient intervenus, ce qui pourrait permettre d’établir s’il existait un contentieux entre eux. Les trois juges d’instruction demandent également que soient produits les dossiers administratifs des trois gendarmes ainsi que leurs antécédents judiciaires.

Un “festival Adama” à Beaumont-sur-Oise

Ils ont en revanche refusé pour l’instant la reconstitution des faits demandée de manière répétée par Me Bouzrou, expliquant qu’ils se prononceraient sur le sujet après le retour de la nouvelle expertise médicale confiée à quatre médecins belges et attendue pour janvier 2021.

Ils ont également refusé le désaisissement de l’enquête de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) au profit de la Brigade criminelle, comme demandé par Me Bouzrou: l’IGGN se voit confier l’ensemble des nouvelles investigations, parmi lesquelles le travail d’identification de nouveaux témoins qui auraient pu assister à la première arrestation du jeune homme noir de 24 ans.

“Nous constatons qu’après quatre années d’inertie et des manifestations dénonçant le déni de justice les juges ont, depuis le rassemblement devant le Palais de justice, ordonné 16 actes d’investigation et une expertise médicale confiée à des médecins étrangers”, a relevé Me Bouzrou dans un communiqué. “Bien qu’il s’agisse d’une avancée positive pour le dossier, nous ne pouvons que déplorer le comportement des magistrats instructeurs et confirmer notre demande de récusation de ces derniers”, a affirmé le conseil.

À Stains, la fresque contre les violences policières est recouverte de graffitis

La une PolitiqueInternationalÉconomieSociétéSciences et technologiesCulturePodcastsConnexion

Contrepoints ne peut exister sans vos dons

FAIRE UN DONLIBERTÉS PUBLIQUES 18 JUILLET 2020

La généralisation des caméras-piéton : un nouveau leurre ?

Body worn police camera video by Utility Inc(CC BY-NC-ND 2.0) — Utility Inc, CC-BY

En quoi les caméras-piéton peuvent-elles améliorer la sécurité des citoyens sur notre territoire ? Est-il même certain qu’elles le puissent ?

Vous aimez cet article ? Partagez le !

Par Yannick Chatelain.

L’évolution technologique « naturelle » des caméras-piéton traditionnelles va vers celles dotées de technologie de reconnaissance faciale.

Aux États-Unis, dans un contexte d’extrêmes tensions suite au drame Georges Floyd et dans la dynamique du mouvement initié en 2013 dans la communauté afro-américaine Black Live Matters, des entreprises se sont désengagées de ce marché à destination des forces de l’ordre.

Certaines de façon définitive à l’instar d’IBM qui se refuse à servir le profilage racial et la surveillance de masse, d’autres de façon temporaire, comme la société Microsoft et Amazon, tandis que des structures moins connues continuent, elles, d’arpenter le chemin de ce marché prometteur.

Sans parler de la problématique évoquée ci-dessus, on peut considérer que la destinée prévisible des caméras-piétons pour les forces de l’ordre est d’intégrer la reconnaissance faciale, outre ce recul aux États-Unis liée à un manque de fiabilité de cette technologie, et à un contexte très particulier.

En France, avec les problématiques de contrôles liés au faciès, c’est un nouveau pas en avant qui a été annoncé le 14 juillet, par le président de la République. Évoquant ces derniers Emmanuel Macron a déclaré :

Ça fait trop longtemps qu’on parle de ça, nous allons tout reprendre et généraliser avant la fin du quinquennat les caméras-piéton, qui permettent sur ces sujets comme sur celui des modes opératoires de rétablir la confiance entre la population et la police […] de retracer la vérité des faits.

CAMÉRAS-PIÉTON : QUAND LA SOLUTION DEVIENDRA LE PROBLÈME ?

Des caméras-piéton pour tous les policiers, est-ce là une réponse adaptée pour agir sur la défiance qu’évoque le chef de l’État ? Et ce dans une société qui serait devenue plus violente ? Outre l’effet d’annonce,  cela aurait pour objectif de protéger tant la population que les policiers et de recréer un lien présenté comme rompu ?

Deux remarques :

1. À notre société souvent présentée comme plus violente que les décennies précédentes s’oppose une réalité plus nuancée. Selon Jean-François Dortier, certains politiques instrumentalisent ce sentiment perçu de violence par la population « parce que c’est du pain bénit pour des politiques contestataires de toutes formes, parce qu’utiliser soit la répression policière pour les uns comme moyen de mobilisation ou au contraire, des formes de mobilisation populaire comme étant le signe d’un chaos, c’est un moyen politique de pouvoir indiquer un danger, et rien n’est mieux que le danger dans la politique pour proposer une solution nouvelle et une sortie du chaos. »

2. Si l’intention apparaît louable, est-elle pour autant réalisable, et ce avant même de franchir ce qui pourrait être un nouveau cap que j’ai évoqué (l’intégration de la reconnaissance faciale) ?

Cette volonté affichée ne présente-t-elle pas de potentiels effets contre-intuitifs, et in fine ne va-t-elle pas ajouter de la défiance à la défiance ? Tout en occultant, pour prétendument prévenir des dérives individuelles, la responsabilité des donneurs d’ordres, lors de certains dérapages qui n’ont eux absolument rien d’individuel ?

Des dérapages qui peuvent se produire lorsque le recours au ketling est utilisé (cf polémique de la Pitié-Salpêtrière), les forces de l’ordre ne faisant alors qu’obéir aux ordres et étant dans leur rôle républicain.

Le 10 juillet 2020, dans son dernier rapport adressé au nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le défenseur des droits a réclamé une nouvelle fois, avant de passer la main à Claire Hédon, l’interdiction des nasses lors des manifestations et un changement de doctrine. Sera-t-il enfin écouté ?

AJOUTER DE LA DÉFIANCE À LA DÉFIANCE ? QUID DES DONNEURS D’ORDRES ?

Pour revenir à notre sujet, le risque d’ajouter de la défiance à la défiance existe, et ce pour plusieurs raisons : d’une part la police n’a de cesse de réclamer davantage de formations, d’effectifs, de moyens, et la réponse d’apparence simple en forme d’évidence ne répond nullement à ses préoccupations premières. C’est un peu comme si en matière de sécurité publique on parlait d’autre chose, une autre chose qui se heurte de plus à des fondements pour le moins peu solides.

Si la fiabilité de la camera ring, équipée de technologie de reconnaissance faciale est remise en cause outre-Atlantique, les caméras-piéton qui équipent d’ores et déjà un certain nombre de nos forces de l’ordre en France se révèlent en réalité pour la plupart inutilisables.

Ainsi selon le journal satirique Le Canard Enchaîné 10 400 de ces dispositifs qui ont déjà été distribués aux forces de l’ordre, ne servent peu ou pas à cause de nombreux dysfonctionnements. Ces assertions sont confirmées par les forces de l’ordre : policiers et gendarmes déplorent la qualité des caméras actuellement à leur disposition, dénonçant des images médiocres et difficiles à exploiter ou des batteries défaillantes qui tiennent à peine plus de deux heures.

La fiabilité même des caméras-piéton traditionnelles étant mise en cause, nul besoin d’être grand clerc pour émettre l’hypothèse que dans le cadre d’un déploiement qui serait généralisé, tout dysfonctionnement lors d’une interpellation difficile d’un forcené donnera libre cours à tous les fantasmes ! La solution présentée comme miracle ne faisant alors qu’aggraver le problème qu’elle serait supposée résoudre !

Un autre principe de réalité, c’est que s’il s’agit, dans le discours tenu par la présidence, d’équiper l’ensemble des forces de police, il convient de rappeler que l’ensemble des effectifs de la police nationale n’est pas sur le terrain, mais nous parlons d’un effectif avoisinant les 150 000 policiers toutes catégories confondues ; dans le cadre de cette généralisation annoncée, il s’agirait non plus d’une dizaine de milliers d’équipements, mais d’un quantitatif bien plus conséquent, quantitatif qui n’a pas été précisé.

Il est à noter que l’usage de ces caméras – déjà effectif pour les gendarmes et policiers –  a été étendu aux policiers municipaux par une loi du 3 août 2018 (article L. 241-2 du Code de la sécurité intérieure), enrichie d’un décret du 27 février 2019 (mais aussi, à titre expérimental aux sapeurs-pompiers et aux surveillants de prison). L’équipement des agents en caméras doit faire l’objet d’un arrêté préfectoral d’autorisation, demandé par le maire (ou les maires, en cas d’agents mis à disposition d’une intercommunalité.

Le ministère rappelait que l’équipement des polices municipales est éligible au fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD). La subvention pourra couvrir 50 % du coût dans la limite de 200 euros par caméra. *

Si j’apporte cette précision, c’est parce que cela vient renforcer le système pervers d’une société vantant les bienfaits de la surveillance de masse à des fins sécuritaires totalement illusoires, parfois électoralistes. Une logique qui s’apparente de fait à celle déjà appliquée aux caméras de vidéo-surveillance comme le pointait Guillaume Gormand dans ses travaux lorsqu’il notait une similitude entre le modèle britannique de déploiement de la vidéo-surveillance de masse par Martin Gill, et le modèle français. Une sorte de toujours plus de la même chose s’appliquant ici aux caméras-piéton.

LE LEURRE DES CAMÉRAS-PIÉTON

Admettre qu’il s’agit d’une technologie fiable conforme aux attentes légitimes des forces de l’ordre, et qu’un déploiement effectif de ces solutions palliatives sera fait, reste, à ce stade, de l’ordre de l’incantatoire.

Par-delà la problématique du potentiel contre-intuitif d’une telle approche, par-delà une réponse qui m’apparaît peu en adéquation avec les demandes formulées par les forces de l’ordre, la question qui demeure posée reste sans réponse : en quoi cela améliorera-t-il la sécurité des citoyens sur notre territoire ?

Comme le rappelait Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance en juin 2020 :

La police est républicaine, elle ne choisit pas sa délinquance, elle ne choisit pas la couleur de la délinquance […] et elle sauve des vies quelle que soit la couleur de la peau de l’individu.

Dont acte.

En revanche, la violence de nos forces de l’ordre, qui obéissent à des ordres, peut être mal perçue par la population, par-delà des cas isolés de dérapages inacceptables. Il serait grand temps que les donneurs d’ordres ne détournent pas l’attention de la population par ce type d’opérations gadget pour se soustraire à leurs responsabilités ! Des violences collectives des forces de l’ordrecontre la population ont été perpétrées lors de mouvements sociaux, elles n’étaient absolument pas à leur initiative ! Elles étaient dans leur rôle républicain, à contrecœur certainement et pour un certain nombre, épuisées, éreintées, mais dans leur rôle : obéir aux directives et aux ordres.

Il en va de la responsabilité des citoyens respectueux de notre République, comme le sont nos forces de l’ordre, de ne pas se tromper de coupables. De respecter ceux qui se refusent encore aujourd’hui avec loyauté et honneur à la désobéissance civile pour faire tenir debout notre démocratie. Lorsque des CRS posent à terre leurs casques en signe de paix, seul un inconscient décérébré ne comprenant pas leur désarroi peut dans ce contexte de tension extrême oser leur jeter une première pierre.

« Il n’est pas de gouvernement qui ne soit coupable. Par ce qu’il couvre. » Henry de Montherlant

MENULa une PolitiqueInternationalÉconomieSociétéSciences et technologiesCulturePodcastsConnexion

Contrepoints ne peut exister sans vos dons

FAIRE UN DONLIBERTÉS PUBLIQUES 18 JUILLET 2020

La généralisation des caméras-piéton : un nouveau leurre ?

Body worn police camera video by Utility Inc(CC BY-NC-ND 2.0) — Utility Inc, CC-BY

En quoi les caméras-piéton peuvent-elles améliorer la sécurité des citoyens sur notre territoire ? Est-il même certain qu’elles le puissent ?

Vous aimez cet article ? Partagez le !

Par Yannick Chatelain.

L’évolution technologique « naturelle » des caméras-piéton traditionnelles va vers celles dotées de technologie de reconnaissance faciale.

Aux États-Unis, dans un contexte d’extrêmes tensions suite au drame Georges Floyd et dans la dynamique du mouvement initié en 2013 dans la communauté afro-américaine Black Live Matters, des entreprises se sont désengagées de ce marché à destination des forces de l’ordre.

Certaines de façon définitive à l’instar d’IBM qui se refuse à servir le profilage racial et la surveillance de masse, d’autres de façon temporaire, comme la société Microsoft et Amazon, tandis que des structures moins connues continuent, elles, d’arpenter le chemin de ce marché prometteur.

Sans parler de la problématique évoquée ci-dessus, on peut considérer que la destinée prévisible des caméras-piétons pour les forces de l’ordre est d’intégrer la reconnaissance faciale, outre ce recul aux États-Unis liée à un manque de fiabilité de cette technologie, et à un contexte très particulier.

En France, avec les problématiques de contrôles liés au faciès, c’est un nouveau pas en avant qui a été annoncé le 14 juillet, par le président de la République. Évoquant ces derniers Emmanuel Macron a déclaré :

Ça fait trop longtemps qu’on parle de ça, nous allons tout reprendre et généraliser avant la fin du quinquennat les caméras-piéton, qui permettent sur ces sujets comme sur celui des modes opératoires de rétablir la confiance entre la population et la police […] de retracer la vérité des faits.

CAMÉRAS-PIÉTON : QUAND LA SOLUTION DEVIENDRA LE PROBLÈME ?

Des caméras-piéton pour tous les policiers, est-ce là une réponse adaptée pour agir sur la défiance qu’évoque le chef de l’État ? Et ce dans une société qui serait devenue plus violente ? Outre l’effet d’annonce,  cela aurait pour objectif de protéger tant la population que les policiers et de recréer un lien présenté comme rompu ?

Deux remarques :

1. À notre société souvent présentée comme plus violente que les décennies précédentes s’oppose une réalité plus nuancée. Selon Jean-François Dortier, certains politiques instrumentalisent ce sentiment perçu de violence par la population « parce que c’est du pain bénit pour des politiques contestataires de toutes formes, parce qu’utiliser soit la répression policière pour les uns comme moyen de mobilisation ou au contraire, des formes de mobilisation populaire comme étant le signe d’un chaos, c’est un moyen politique de pouvoir indiquer un danger, et rien n’est mieux que le danger dans la politique pour proposer une solution nouvelle et une sortie du chaos. »

2. Si l’intention apparaît louable, est-elle pour autant réalisable, et ce avant même de franchir ce qui pourrait être un nouveau cap que j’ai évoqué (l’intégration de la reconnaissance faciale) ?

Cette volonté affichée ne présente-t-elle pas de potentiels effets contre-intuitifs, et in fine ne va-t-elle pas ajouter de la défiance à la défiance ? Tout en occultant, pour prétendument prévenir des dérives individuelles, la responsabilité des donneurs d’ordres, lors de certains dérapages qui n’ont eux absolument rien d’individuel ?

Des dérapages qui peuvent se produire lorsque le recours au ketling est utilisé (cf polémique de la Pitié-Salpêtrière), les forces de l’ordre ne faisant alors qu’obéir aux ordres et étant dans leur rôle républicain.

Le 10 juillet 2020, dans son dernier rapport adressé au nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le défenseur des droits a réclamé une nouvelle fois, avant de passer la main à Claire Hédon, l’interdiction des nasses lors des manifestations et un changement de doctrine. Sera-t-il enfin écouté ?

AJOUTER DE LA DÉFIANCE À LA DÉFIANCE ? QUID DES DONNEURS D’ORDRES ?

Pour revenir à notre sujet, le risque d’ajouter de la défiance à la défiance existe, et ce pour plusieurs raisons : d’une part la police n’a de cesse de réclamer davantage de formations, d’effectifs, de moyens, et la réponse d’apparence simple en forme d’évidence ne répond nullement à ses préoccupations premières. C’est un peu comme si en matière de sécurité publique on parlait d’autre chose, une autre chose qui se heurte de plus à des fondements pour le moins peu solides.

Si la fiabilité de la camera ring, équipée de technologie de reconnaissance faciale est remise en cause outre-Atlantique, les caméras-piéton qui équipent d’ores et déjà un certain nombre de nos forces de l’ordre en France se révèlent en réalité pour la plupart inutilisables.

Ainsi selon le journal satirique Le Canard Enchaîné 10 400 de ces dispositifs qui ont déjà été distribués aux forces de l’ordre, ne servent peu ou pas à cause de nombreux dysfonctionnements. Ces assertions sont confirmées par les forces de l’ordre : policiers et gendarmes déplorent la qualité des caméras actuellement à leur disposition, dénonçant des images médiocres et difficiles à exploiter ou des batteries défaillantes qui tiennent à peine plus de deux heures.

La fiabilité même des caméras-piéton traditionnelles étant mise en cause, nul besoin d’être grand clerc pour émettre l’hypothèse que dans le cadre d’un déploiement qui serait généralisé, tout dysfonctionnement lors d’une interpellation difficile d’un forcené donnera libre cours à tous les fantasmes ! La solution présentée comme miracle ne faisant alors qu’aggraver le problème qu’elle serait supposée résoudre !

Un autre principe de réalité, c’est que s’il s’agit, dans le discours tenu par la présidence, d’équiper l’ensemble des forces de police, il convient de rappeler que l’ensemble des effectifs de la police nationale n’est pas sur le terrain, mais nous parlons d’un effectif avoisinant les 150 000 policiers toutes catégories confondues ; dans le cadre de cette généralisation annoncée, il s’agirait non plus d’une dizaine de milliers d’équipements, mais d’un quantitatif bien plus conséquent, quantitatif qui n’a pas été précisé.

Il est à noter que l’usage de ces caméras – déjà effectif pour les gendarmes et policiers –  a été étendu aux policiers municipaux par une loi du 3 août 2018 (article L. 241-2 du Code de la sécurité intérieure), enrichie d’un décret du 27 février 2019 (mais aussi, à titre expérimental aux sapeurs-pompiers et aux surveillants de prison). L’équipement des agents en caméras doit faire l’objet d’un arrêté préfectoral d’autorisation, demandé par le maire (ou les maires, en cas d’agents mis à disposition d’une intercommunalité.

Le ministère rappelait que l’équipement des polices municipales est éligible au fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD). La subvention pourra couvrir 50 % du coût dans la limite de 200 euros par caméra. *

Si j’apporte cette précision, c’est parce que cela vient renforcer le système pervers d’une société vantant les bienfaits de la surveillance de masse à des fins sécuritaires totalement illusoires, parfois électoralistes. Une logique qui s’apparente de fait à celle déjà appliquée aux caméras de vidéo-surveillance comme le pointait Guillaume Gormand dans ses travaux lorsqu’il notait une similitude entre le modèle britannique de déploiement de la vidéo-surveillance de masse par Martin Gill, et le modèle français. Une sorte de toujours plus de la même chose s’appliquant ici aux caméras-piéton.

LE LEURRE DES CAMÉRAS-PIÉTON

Admettre qu’il s’agit d’une technologie fiable conforme aux attentes légitimes des forces de l’ordre, et qu’un déploiement effectif de ces solutions palliatives sera fait, reste, à ce stade, de l’ordre de l’incantatoire.

Par-delà la problématique du potentiel contre-intuitif d’une telle approche, par-delà une réponse qui m’apparaît peu en adéquation avec les demandes formulées par les forces de l’ordre, la question qui demeure posée reste sans réponse : en quoi cela améliorera-t-il la sécurité des citoyens sur notre territoire ?

Comme le rappelait Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance en juin 2020 :

La police est républicaine, elle ne choisit pas sa délinquance, elle ne choisit pas la couleur de la délinquance […] et elle sauve des vies quelle que soit la couleur de la peau de l’individu.

Dont acte.

En revanche, la violence de nos forces de l’ordre, qui obéissent à des ordres, peut être mal perçue par la population, par-delà des cas isolés de dérapages inacceptables. Il serait grand temps que les donneurs d’ordres ne détournent pas l’attention de la population par ce type d’opérations gadget pour se soustraire à leurs responsabilités ! Des violences collectives des forces de l’ordre contre la population ont été perpétrées lors de mouvements sociaux, elles n’étaient absolument pas à leur initiative ! Elles étaient dans leur rôle républicain, à contrecœur certainement et pour un certain nombre, épuisées, éreintées, mais dans leur rôle : obéir aux directives et aux ordres.

Il en va de la responsabilité des citoyens respectueux de notre République, comme le sont nos forces de l’ordre, de ne pas se tromper de coupables. De respecter ceux qui se refusent encore aujourd’hui avec loyauté et honneur à la désobéissance civile pour faire tenir debout notre démocratie. Lorsque des CRS posent à terre leurs casques en signe de paix, seul un inconscient décérébré ne comprenant pas leur désarroi peut dans ce contexte de tension extrême oser leur jeter une première pierre.

« Il n’est pas de gouvernement qui ne soit coupable. Par ce qu’il couvre. » Henry de Montherlant

Ils se grattent ou quoi ? Assa Traoré, la nouvelle Greta !

Après Greta c’est maintenant au tour de la personne d’Adama
de représenter le changement climatique.

Si vous êtes pour la famille Traoré, inconditionnellement de préférence, c’est que vous êtes un bon écologiste. Amalgame avec George Floyd également, les Verts mangent à tous les râteliers. Vous ne voyez pas le rapport ? Moi non plus… La propagande, aussi bien celle des soi-disant Verts, qu’auparavant celle des vert-de-gris, se nourrit de tout et veut nous faire avaler toutes les couleuvres possibles et imaginables.

Ce matraquage n’a qu’un seul but, celui d’aliéner mentalement une catégorie suffisamment importante de la population pour pouvoir être élu.

Les soutiens idéologique et pécuniaire
surprenants de « Black lives matter »

Le millénarisme des grandes entreprises occidentales

Le pilote de Formule 1 Lewis Hamilton au grand prix d’Autriche,

Après les GAFA, de grands groupes industriels soutiennent le mouvement Black Lives Matter. Les réseaux sociaux et les multinationales font cause commune avec ce mouvement racialiste à la mode. Une analyse de Caroline Valentin et Yves Mamou.


Que penser de Mercedes qui lutte contre le racisme en repeignant en noir ses monoplaces pour la saison prochaine de Formule 1 ? Que penser de l’Oréal qui renonce à l’utilisation des mots « blanc » et « blanchissement » pour tous les produits qui servent précisément à blanchir la peau ? Bref, que penser de ce vent d’antiracisme qui souffle sur les multinationales ? Tous les secteurs sont concernés : l’agroalimentaire, avec la disparition du grand-papa noir Uncle Ben’s, le cinéma avec le retrait par HBO de la vidéo d’« Autant en emporte le vent », la distribution avec Amazon qui soutient Black Lives Matter (BLM)… etc.

Que des marques mondiales surfent sur des thèmes sociétaux – déforestation, travail des enfants, développement durable – pour promouvoir leur produits ou leur image n’a rien de nouveau. Mais en endossant l’idéologie antiraciste, c’est un combat politique qu’elles ont décidé de mener. 

Les réseaux sociaux contraints de sortir de la neutralité

L’affaire Twitter-Trump-Facebook est particulièrement éloquente à cet égard. Le 26 mai Twitter a censuré un tweet de Donald Trump dans lequel ce dernier exprimait ses craintes que le vote par correspondance génère des fraudes électorales massives (en sa défaveur). 

Hostiles au « populisme » de Donald Trump qui arrête l’immigration et oblige les entreprises américaines à quitter la Chine pour se recentrer sur le sol des États-Unis, l’élite économique et financière américaine aurait-elle envie d’enrayer le processus en cours ?

Quelques jours plus tard, le meurtre de George Floyd par un policier blanc a déclenché des émeutes à Minneapolis, qui ont amené le président américain à lancer un avertissement aux émeutiers.  « Les pillages seront immédiatement accueillis par des balles » (« looting », « shooting »). Considérant que Donald Trump venait de déclarer sa « haine » à la communauté noire, Twitter a censuré le message présidentiel.

Tous les regards se sont alors tournés vers Facebook. Le réseau social géant riche de deux milliards d’internautes allait-il suivre Twitter et censurer les messages – les mêmes que sur Twitter – de Donald Trump ? Visiblement gêné, Mark Zuckerberg a décidé de ne pas censurer Donald Trump. 

S’est alors enclenchée une incroyable réaction en chaîne. Sous la pression des associations antiracistes américaines (NAACP notamment), les très grands annonceurs de Facebook (Unilever, Levi’s, Coca-Cola, Starbucks, Adidas, Procter & Gamble, Apple et bien d’autres) ont bloqué leurs budgets publicitaires sur le site. Pas un jour ne passe sans que cette liste des entreprises qui boycottent Facebook ne s’allonge.  

Mais à travers Facebook, c’est Donald Trump qui est visé. Le président américain tire sa force des relations directes qu’il entretient avec son électorat à travers les réseaux sociaux (Twitter et Facebook principalement, mais aussi Reddit, Snapchat, Viber…). Au cœur de la campagne électorale américaine, les grandes entreprises américaines tentent donc d’inciter Facebook à couper Donald Trump de sa base électorale. Fin juin, sous prétexte de lutte contre le discours de haine, la plateforme Reddit a, supprimé « r/The_Donald », un groupe pro-Donald Trump créé en 2016 equi comptait près de 800 000 membres. La plateforme Twitch, contrôlée par Amazon (Jeff Bezos, PDG d’Amazon est un ennemi déclaré du président américain) et la plateforme Viber ont emboité le pas de Twitter et Reddit en censurant certains des messages de Donald Trump. 

Rien de nouveau?

Certains diront que les grandes entreprises se sont toujours engagées en faveur de tel ou tel candidat. En réalité, les grandes entreprises ont pendant longtemps financé aussi bien le candidat républicain que le candidat démocrate. Elles mettaient des billes dans les deux camps. Aujourd’hui, drapeau antiraciste au vent, les multinationales américaines ont entrepris de dézinguer le candidat républicain. 

L’affaire George Floyd, concomitante de l’affaire Facebook, indique que ce tournant antiraciste est bien plus qu’une simple posture marketing. En dépit des déclarations très violentes du mouvement marxiste noir Black Lives Matter, Amazon est allé jusqu’à annoncer son soutien au mouvement sur la page d’accueil de son site. « Se taire, c’est être complice. La vie des Noirs compte », a déclaré Netflix sur Twitter. Disney, la Fox et la plateforme de films Hulu ont également fait un signe à BLM. Apple Music s’est jointe à la campagne «Black Out Tuesday» pour sensibiliser les gens aux problèmes d’inégalité ethnique systémique. Les marques de bonbons Gushers et Fruit by the Foot se sont associées pour condamner la brutalité policière et « se tenir aux côtés de ceux qui luttent pour la justice ». Nike, Apple, Microsoft ont suivi Amazon et versent à Black Lives Matter des sommes à sept chiffres. 

Des soutiens à un mouvement belliqueux

Le soutien apporté par les grandes entreprises américaines à Black Lives Matter est un soutien à un mouvement révolutionnaire qui compte des milices dans cinquante États, qui occasionnent des violences aux côtés des Antifas et qui affirme que le racisme est systémique aux États-Unis. Voir les multinationales américaines soutenir un mouvement noir qui s’attaque aussi  radicalement à l’Amérique, à son histoire et à sa culture a de quoi surprendre. 

Dans les années 1930, les industriels allemands finançaient le parti nazi dans l’espoir d’en finir avec le parti communiste allemand, avec les résultats que l’on sait. Hostiles au « populisme » de Donald Trump qui arrête l’immigration et oblige les entreprises américaines à quitter la Chine pour se recentrer sur le sol des États-Unis, l’élite économique et financière américaine aurait-elle envie d’enrayer le processus en cours et d’empêcher la réélection de Donald Trump ?

Cory Maks, chercheur en sciences politiques et maitre de conférences à l’Université George Washington, constate depuis 2008 une augmentation spectaculaire de l’activisme des grandes entreprises sur ces sujets liés à la race, à l’immigration et aux droits des LGBT. Il explique ce phénomène par le fait que les dirigeants des grandes entreprises sont issus de l’élite riche traditionnellement plus progressiste socialement que les pauvres. Cette élite progressiste a tendance à utiliser le pouvoir économico-politique de leurs entreprises en faveur de buts qui vont « bien au-delà des intérêts économiques de cette entreprise ». L’action des patrons de Twitter, Amazon, Apple, Netflix et de bien d’autres apporte la preuve que cette élite économique a une idéologie politique personnelle à promouvoir.

Dans un article intitulé « Les sauveurs blancs de l’Amérique » publié sur tabletmag.com, le chercheur Zach Goldberg montre que sur les questions de justice raciale et de justice sociale, « les progressistes blancs sont touchés par un progressisme si radical qu’ils sont aujourd’hui le seul groupe démographique d’Amérique à afficher un parti-pris qui place les intérêts d’autres groupes ethniques au-dessus des intérêts de leur propre groupe ethnique ». Goldberg estime que les progressistes blancs américains font aujourd’hui passer les intérêts des minorités de couleur et des immigrants avant leurs propres intérêts et avant l’intérêt des Etats-Unis eux-mêmes. 

Millénarisme multiculturel

Des sondages menés par le Roper Center for Public Opinion ont montré que les perceptions des progressistes blancs sur les discriminations subies par les Noirs sont en évolution rapide. Ainsi, de 1996 à 2010, le nombre de progressistes blancs qui considéraient que les discriminations infligées aux noirs représentaient un motif de préoccupation « très sérieux » était stable (27% en 1996 avec un léger déclin à 25 % en 2010). Mais à partir de 2010, le tournant s’amorce et en en 2015, les progressistes blancs sont 47% à s’horrifier des discriminations subies par les noirs. En 2016, ils sont 58%. 

Sur un sujet similaire, le traitement judiciaire des Noirs, les mêmes évolutions se remarquent. En 1995, 2000, et 2007, un progressiste blanc sur deux estimait que la justice traitait aussi équitablement les noirs que les blancs.  Mais en 2014, 70% des progressistes blancs estimaient que la justice affichait un « parti pris négatif » envers les noirs tandis que le pourcentage de ceux qui affirment que les noirs sont « judiciarisés équitablement » est tombé à 20%.

Ces progressistes blancs sont frappés de ce que le politologue Eric Kaufman a appelé le « millénarisme multiculturel », soit la croyance que la disparition de la majorité blanche ouvrira la voie à une société plus progressiste et plus juste sur le plan racial. C’est pourquoi le soutien apporté par certaines catégories de progressistes blancs à l’immigration et à l’ouverture toujours plus grande des frontières coïncide avec la critique toujours plus acerbe des « privilèges blancs » et cet étonnant soutien à Black Lives Matter. 

Le bon sens inciterait à tourner ces mouvements de pensée en dérision. Mais on aurait tort. Le millénarisme finit rarement en fête familiale. Cette révolte des progressistes blancs est moins balisée, moins évaluée et étudiée en France et en Europe, qu’elle ne l’est aux États-Unis. Les chiffres et les études manquent. La révolte des progressistes blancs n’a pourtant rien d’exclusivement américain, elle existe ici aussi et est tout aussi virulente. La prise en main des rues par nos Black Blocks, la prise en main des universités par nos islamo-gauchistes sont là pour le prouver.

Délit d’opinion : Jasmine perd tout,
la police de la pensée BLM a fait un exemple !


Délit d’opinion : Jasmine perd tout, la police de la pensée BLM a fait un exemple !

Jasmine, une reine de beauté britannique traînée dans la boue pour ses propos.

Une « miss » salie par les BLM  pour avoir écrit « All Lives Matter » (Toutes les vies comptent) sur Facebook et critiqué #BlackLivesMatter.

La police de la pensée a encore frappé. 

[Nous avons pris le parti de n’évoquer ici que les faits, sans reproduire les ordures envoyées par les soutiens de BLM sur les réseaux]. 

Bravo à cette jeune fille qui a résisté, refusant de se coucher  devant les BLM.

Cette miss (concours de maillots)  perd son titre en raison de « All Lives Matter » (« Toutes les vies comptent »).

La folie gauchiste a donc encore frappé. Et la conséquence inéluctable avec laquelle les opinions indésirables sont traitées par la diffamation et l’ostracisme social atteint des dimensions toujours plus incroyables. Et une fois de plus, c’est la Grande-Bretagne qui joue ici un rôle de pionnier peu glorieux.

Jasmine, qui avait remporté le titre de Miss au  concours de bikini (Swimsuit UK) en septembre dernier, vient d’être destituée de son titre par les organisateurs du concours, toutes traces de sa victoire et de son nom ayant également été discrètement supprimées du site Web du concours.

Jasmine a osé critiquer sur Facebook la folie mondiale entourant la mort de l’Afro-Américain George Floyd. Elle a donc écrit que Floyd n’était en aucun cas un « saint » et que « toutes les vies comptaient », et pas seulement celles des Noirs (Black Lives Matter).

Jasmine a également souligné que rien que l’année dernière, plus de Blancs non armés que de Noirs ont été tués aux États-Unis, ce que dit fort justement Donald Trump dans une interview qui cloue le bec aux démocrates.

Entretien à la chaîne de télévision CBS News. Interrogé lors de cet entretien sur les raisons pour lesquelles des personnes noires continuaient de mourir aux mains des forces de l’ordre, Donald Trump a répondu: « Les Blancs aussi. Quelle question terrible à poser. Les Blancs aussi. Davantage de Blancs, d’ailleurs. Plus de personnes blanches ».

Les organisateurs du concours de beauté revendiquent leur collaboration avec le mouvement « Black Lives Matter ».

Les responsables du concours « Miss Swimsuit UK » déclarent soutenir « évidemment » la campagne « Black Lives Matter ». La société organisatrice du concours, qui se déroule depuis quatre ans, explique sur son site web l’importance des participants de Miss Swimsuit UK en tant que modèles :

« L’objectif de Miss Swimsuit UK est de former les stars de la beauté de demain et de satisfaire la demande de glamour de la génération actuelle des médias sociaux. Pour ce faire, nous avons besoin de modèles qui peuvent être une inspiration ».

La championne du Concours  du maillot de bain 2019, Jasmine Archer-Jones, 23 ans, de Chester GB, qui a déménagé au Texas peu après avoir remporté le titre, a écrit sur Facebook pour partager son point de vue.

Son message Facebook, supprimé depuis : 

OPINION PERSONNELLE !

Elle écrivait :

C’est ridicule maintenant. Il faut que ça cesse. TOUTES les vies comptent, si vous regardez attentivement les statistiques, plus de BLANCS sont morts que de NOIRS l’année dernière.

Cela a suffi à priver la Britannique, qui vit maintenant au Texas (États-Unis), de tous les prix de sa carrière de concours de beauté. 

En outre, le partenaire de Jasmine a critiqué lui aussi le mouvement « Black Lives Matter ». 

Il a notamment écrit que le « privilège blanc », c’est-à-dire l’idée de la suprématie blanche, est un « mensonge de gauche ».

Jasmine est en couple avec le patron de l’agence américaine pour les talents Todd Markey depuis mars.

Basé à Houston, Texas, Todd qui a passé une partie de son enfance en Afrique du Sud, est un partisan de Donald Trump et  partage les vues de sa petite amie sur le mouvement Black Lives Matter.

Le mois dernier, il a posté une photo de manifestants blancs du BLM avec la légende ironique : « La culpabilité des Blancs est réelle, le privilège des Blancs est un mensonge de gauche » et a déclaré : « Je n’aurais pas pu mieux le dire ».

Les organisateurs du concours ont rapidement jeté  la reine du fitness aux oubliettes, effaçant toute trace de Jasmine (en photo).

Jasmine en compétition, en bikini.

https://www.dailymail.co.uk/news/article-8532239/Miss-Swimsuit-UK-23-stripped-title-posted-Lives-Matter.html
https://www.thesun.co.uk/news/12145703/miss-swimsuit-uk-stripped-of-title-over-all-lives-matter-post/

Il faut mâter ces Blanches qui osent se défendre !

La jeune fille de 23 ans croyait à la liberté d’expression,s’imaginant que la parole était libre à l’ère d’Internet.

Cette reine du fitness n’entendait pas avoir un rôle de bibelot décoratif et être cantonnée aux messages niais sur les bébés chats ou la recette du smoothie aux agrumes.

Non, Jasmine a aussi un cerveau et elle s’imaginait avoir le droit d’émettre son avis sur l’actualité.

C’était sans compter sur les censeurs qui ont pris le pouvoir en 2020. C’est le retour du « Sois belle, chérie, et tais-toi !».

Assassinat social, carrière fichue, réputation salie : Jasmine est traînée dans la boue par les « progressistes ».

Ceux-là  mêmes qui râleront que les femmes sont considérées comme des potiches (que n’a-t-on entendu sur les hôtesses du Tour de France, les élections des miss…), et qui s’empressent maintenant de tuer socialement et professionnellement une dissidente qui ose émettre une opinion personnelle.

Circonstance aggravante, elle s’affiche avec  un petit copain blanc, et refuse symboliquement ce-faisant, de réaliser le rituel de soumission au phallus noir. Car on est bien en guerre et la consigne est claire : chacun doit choisir son camp et gare aux déviants.

Dire que « Floyd  n’était pas un saint », c’est de l’hérésie dans cette nouvelle religion et cela mérite un châtiment exemplaire. Toutes les  reines de beauté blanches sont sommées de rentrer dans le rang si elles ne veulent pas  payer le prix fort pour vouloir s’émanciper.

J’étais présent à la manifestation #AdamaTraore

4.9k       Imprimer ou envoyer cet article

Je commence mon édito par des remerciements francs et sincères à la rédactrice en chef de Boulevard Voltaire, Gabrielle Cluzel, qui, lorsque je lui ai annoncé mon choix de partir à Beaumont-sur-Oise pour la manifestation en soutien à Adama Traoré, m’a recommandé de faire attention à moi, au regard du contexte actuel et de mes prises de position assumées.

Je ne suis généralement pas un fanatique des marches, manifestations et autres mouvements sociétaux, mais la curiosité m’a poussé à me rendre à cette manifestation afin d’y recueillir in situ les avis, les réactions et les attentes.

Ainsi, au-delà de la convergence de lutte entre les écolos et le comité La Vérité pour Adama Traoré, au-delà de la présence habituelle des professionnels de la contestation, au-delà des postures des uns et des autres, force est de reconnaître que la manifestation a mobilisé un nombre important de participants.

Une fois qu’on a dit ça, on peut parler de ce qui fâche.

Tout le monde déplore la mort d’Adama Traoré et tout le monde espère que les conditions de son décès seront clarifiées. Mais pourquoi cette insistance à mettre en accusation des forces de l’ordre qui ont fait leur travail en présence d’un fugitif ?

Pourquoi cette insistance à affirmer qu’Adama Traoré a été tué (par les forces de l’ordre) parce que NOIR ?

Pourquoi cette insistance à accuser la France de racisme ?

Il y a un slogan qui a fait florès et qui risque de devenir le nouveau cri de ralliement des personnes présentes à la manifestation, c’est « On ne fait plus confiance à la justice française ».

Comment Assa Traoré peut-elle très sérieusement tenir ces propos alors qu’elle enchaîne à tour de bras les procédures auprès de la Justice contre tout ce qui ne va pas dans son sens ?

Les manifestants défilant fièrement derrière ce panneau ne peuvent pas remettre en question l’une des institutions de notre démocratie, sachant que la Justice est garante de l’équilibre des pouvoirs.

Une chose est de ne point se satisfaire d’une décision judiciaire et une autre est de contester cette institution.

Finalement, pour ces manifestants, il faut que la justice soit rendue en leur faveur. Toute décision contraire sera contestée, ce qui porte atteinte aux préceptes philosophiques s’appuyant sur le fait que la justice doit permettre d’établir une égalité véritable et anonyme qui ne tienne pas compte des situations des individus.

Dans le livre 1 de La République de Platon, Socrate s’attarde sur la définition, selon Polémarque, de ce que serait la justice : « Faire du bien à ses amis et causer des dommages à ses ennemis. » C’est bien vers cette conception que veut nous faire tendre Assa Traoré. Ce qui est dommage pour le combat qu’elle mène afin que la vérité soit faite sur les conditions du décès de son frère.

Que les partisans d’Adama Traoré fassent confiance à la Justice, qu’ils soient rassurés, la France, leur pays, n’est absolument pas raciste, elle donne les mêmes chances à tout le monde et chaque citoyen est traité au même niveau que l’autre par toutes les strates de l’institution judiciaire.

Vidéo: l’affaire Traoré exposée sans pathos par Louis de Raguenel

Vidéo: l’affaire Traoré exposée sans pathos par Louis de Raguenel

Le pathos, sans aucun examen précis des faits, est la spécialité des journalistes à la  Plenel.

Plenel a poussé, dans sa jeunesse,  à la mise en place  de régimes atroces, comme le régime des « Khmers Rouges » , mais il s’autorise à prendre la pose permanente d’autorité morale de la République.

Les faits il s’en moque : seule compte l’émotion même si elle néglige la mise à mort de millions d’homme et n’est destinée  qu’à exalter  un petit criminel de banlieue.

Elle n’est qu’au service de son idéologie totalitaire.

Voici donc l’exposition calme des FAITS de l’affaire Traoré :

Il est regrettable dans l’abrutissement actuel que seul un hebdomadaire qualifié par la bien-pensance d’ « extrême-droite » soit capable d’articuler les faits, simplement les faits.

La chaîne TV racialiste noire BET récompense Assa Traore

Affaire Adama Traoré: Son ancien co-détenu qui l’accuse de viol a été indemnisé

Dans l'affaire Adama Traoré, la justice refuse d'organiser une reconstitution des faits.
Dans l’affaire Adama Traoré, la justice refuse d’organiser une reconstitution des faits.

Une indemnisation mais pas de condamnation. L’ancien co-détenu d’Adama Traoré qui a porté plainte contre lui pour des viols a été indemnisé par la commission d’indemnisation des victimes d’infraction (Civi), a appris 20 Minutes, confirmant une information du Point. Les éléments de l’enquête auxquels la Civi a eu accès ont permis de déterminer, le 12 mars dernier, que « la matérialité des infractions d’agressions sexuelles dénoncées doit être considérée comme établie », précise une source proche du dossier. Le dossier a ensuite été transmis au fonds de garantie des victimes, qui peut dédommager les requérants même en l’absence de condamnation pénale.

Cette affaire dans l’affaire débute en mai 2016, deux mois avant la mort d’Adama Traoré. La mère de son ancien co-détenu à la prison d’Osny confie aux policiers de Cergy-Pontoise que son fils est en « extrême souffrance » du fait des agissements d’Adama Traoré sans pour autant entrer dans le détail des sévices qu’il subirait. Ce dernier a même demandé à être placé à l’isolement. L’action publique s’éteint avec la mort d’Adama Traoré mais l’ancien co-détenu est néanmoins entendu par les enquêteurs deux mois plus tard. C’est ce jour-là, le 6 septembre 2016 qu’il rapporte avoir été victime de viols et agressions sexuelles : il affirme avoir été contraint, plusieurs fois par jour, de pratiquer des fellations à Adama Traoré, qui le menaçait avec une fourchette.

Des violences contre le requérant

« Le retentissement psychologique de ces faits commis sur une personne fragile et vulnérable au sein d’un établissement pénitentiaire justifie l’allocation d’une indemnité de 15.000 euros ». Au total, le requérant a reçu près de 29.000 euros car il a été également été indemnisé pour des violences subies quelques mois après la dénonciation de ces agressions. En février 2017, l’un des frères d’Adama Traoré accompagné d’un de ses amis l’a passé à tabac, lui fracturant notamment le nez. Les faits, qualifiés par le procureur de « véritable guet-apens » et de « sauvage agression », lui ont valu 18 mois de prison ferme.

En dépit de cette indemnisation, un policier filmé en train de qualifier Adama Traoré de «violeur» en marge d’une manifestation et alors qu’il était filmé, comparaîtra le 2 septembre prochain devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour diffamation et injure publique.

Avec ces énergumènes qui désertent leur pays pour venir nous faire chier, nous entrons dans un monde de fou… le frérot soi disant héros est une sorte de PD qui menace un blanc avec une fourchette pour se faire sucer. Ce pauvre type sans scrupule se croit tout permis puisque sa famille pratique l’esclavage au Mali… en plus les français cocus doivent payer 29 0000 € à un délinquant qui n’apprécie pas de sucer de la bite de négre ! Les émigrés nous coutent quatre fois ce qu’ils sont capables de produire… ils étaient venus pour payer nos retraites ! Mais là, la Mafia Traoré nous coute cent fois ce qu’elle ne nous rapporte pas… retour au bled connards !

Sale temps pour les Traoré

Le vent de l’indignation tourne

Assa Traoré le 13 juin 2020 a Paris.

Entre révélations embarrassantes et révolte populaire 2.0 (#onveutdesnoms), on dirait que le vent tourne pour la famille qui voulait mettre la France à genoux.


On ne salit pas les morts. À cette règle, je trouve néanmoins nécessaire d’ajouter qu’on ne doit pas les instrumentaliser. Depuis des années, la famille Traoré réécrit l’histoire, faisant passer l’État pour une machine totalitaire, et peignant le défunt Adama comme le gendre idéal, alors que Le Point nous livre d’étonnantes informations sur les viols dont il est soupçonné.

En parallèle, la France qu’on voudrait humilier – celle qui s’oppose aux injonctions d’une sempiternelle repentance –, silencieuse, périphérique, coupable car blanche, a contre-attaqué. Sur Twitter, elle a depuis plusieurs jours réussi à noyer la propagande du clan Traoré et autres associations racialistes en diffusant les hashtags #laracailletue, #stopauxtraore ou encore #onveutdesnoms. Lassés de voir la réalité travestie, des milliers de citoyens ont finalement pris à leur propre jeu les obsédés de la race.

L’affaire Traoré, feuilleton sans fin

Chaque matin viennent à nos oreilles de nouvelles révélations sur l’affaire Traoré et sa nébuleuse. Nous avons sur Causeur mis en lumière le passé professionnel confondant de la sœur Assa. Autour d’elle s’agite une troupe nombreuse, fruit d’une polygamie qui je le rappelle est interdite par la loi française, mais que la justice de notre pays a condamnée pour bien d’autres motifs.

Adepte des causes épiques, je doute que même notre nouveau garde des Sceaux aurait accepté de représenter un tel dossier. Celui d’une mort malheureuse, mais pour laquelle quatre expertises ont confirmé l’innocence des gendarmes. Celui d’une prétendue victime au casier judiciaire généreux, qui le jour de son décès a tenté d’échapper deux fois aux forces de l’ordre, et dont on apprend cette semaine que le co-détenu qui l’accusait de viol a été indemnisé (à hauteur de 15 000€). Forcer un homme à pratiquer une fellation entre deux manettes de PlayStation et sous la menace d’une fourchette aurait pu inspirer une belle photo à Robert Mapplethorpe, mais là il faut bien avouer que ça fait tache !

La « fachosphère » n’exige pas le rétablissement de la peine de mort, mais de la vérité

C’est dans un contexte de défiance vis-à-vis de la police – et même de toute une population blanche – instauré par le Comité Vérité et Justice pour Adama, que des voix dissonantes se sont élevées. Les faits à l’origine de ce sursaut sont barbares, ils symbolisent l’hyperviolence devenue quotidienne et ont ôté la vie à des innocents : il s’agit du meurtre du chauffeur de bus Philippe Monguillot à Bayonne, de la gendarme Mélanie Lemée fauchée lors d’un contrôle routier, et de la jeune aide-soignante Axelle Dorier dont le corps a été trainé sur 800 mètres le weekend dernier à Lyon. Ces trois victimes ont été gratuitement mises à mort. Devant l’horreur, les internautes ont exigé des noms ; puis les ont rapidement obtenus. Et là, patatras : tous les noms des participants semblaient être à consonance étrangère. Ces crimes, s’ils avaient été commis envers des Noirs ou des maghrébins, auraient évidemment réveillé la meute racialiste, étonnamment inerte face à ces récents assassinats. Dans la logique des Traoré et consorts – qui trient les citoyens selon la couleur de leur peau –, ce constat aurait dû à nouveau mettre le feu aux rues. Tout cela produit l’inverse de l’effet escompté : à vouloir tout traiter par le prisme de la race, ce sont finalement les minorités qui sont exposées au ressentiment.

Cette bataille autour des noms est également la conséquence d’une exaspération face à la manière dont les grands médias rapportent ce type de dossiers. Des internautes ont exhumé une vidéo surréaliste de l’émission 28 Minutes sur Arte, où les intervenants nous expliquent sans vergogne qu’il est de coutume, pour évoquer les bourreaux, de remplacer les prénoms susceptibles de réveiller le populisme par des prénoms de Français que les indigénistes considèrent comme « privilégiés ».

C’est la rue qui tue. Pas la police

En opposition au fantasme de racisme systémique hurlé par celle qui se rêve en Rosa « Traoré » Parks – version toc –, appuyons-nous sur du factuel. En ces temps de cathédrales qui brûlent, il est nécessaire je crois de « remettre l’église au milieu du village ». Il parait que la police tyrannise les minorités ? Bruno Pomart, maire et instructeur du Raid, nous livre une toute autre réalité : chaque année, ce sont 600 policiers qui sont blessés par arme ! À croire que quand on tient à son intégrité physique, il vaut mieux être un voyou de banlieue que porter l’uniforme.

Dans son rapport de 2019, l’IGPN enregistre 19 décès, précisant que plus d’un tiers résultent « du comportement direct du particulier ou de son état physique », et que la mort n’est pas forcément occasionnée par l’intervention des policiers, mais peut être provoquée par une cause exogène. Il est également nécessaire d’indiquer que parmi ces « martyrs » sont comptabilisées des personnes qui se sont suicidées, qui ont perdu la vie en prenant la fuite, ou encore qui venaient de perpétrer un attentat (!). Ces chiffres viennent balayer la théorie selon laquelle notre police pratiquerait l’épuration ethnique, comme l’atteste Camélia Jordana. Mais là où la starlette qui s’improvise procureur pourrait parler avec justesse de « massacre », c’est en évoquant les homicides recensés en France : 970 rien que pour l’année 2019 ! Le « pire bilan qu’on ait vu depuis des années », d’après Alain Bauer. La faute à la police, Madame Jordana ?

Quant à Madame Traoré, la lutte qu’elle mène doit être éreintante. Enfanter le faux du vrai exige d’immenses ressources, et elle parait très fatiguée dans ses récentes interviews. Ne serait-ce pas le moment idoine pour prendre un nouveau congé ?

La chute de la maison Traoré

Le compagnon de cellule d’Adama Traoré indemnisé pour viol : l’affaire signe la fin de l’entreprise politique de la famille Traoré et nous donne une leçon sur le fonctionnement politique du pays. 

Finalement, la presse s’est fait l’écho de l’agression sexuelle sordide perpétrée par Adama Traoré envers son ancien codétenu, qui a été dédommagé pour cela le 12 mars dernier. Sur les réseaux sociaux, au hashtag #JusticepourAdama a succédé celui d’#Adamalevioleur. Ce changement signe la fin d’une aventure politique construite contre les « violences policières », et qui a cherché à s’inscrire dans le sillon du mouvement de protestation venu du monde anglo-américain après la mort de George Floyd.

La décision de justice qui a abouti à l’indemnisation pour viol du codétenu d’Adama Traoré date du 12 mars dernier. Il y a donc un petit moment que tout le monde connaissait les antécédents violents du personnage, en particulier au sein des médias. Cela n’a pas empêché ces mêmes médias de porter aux nues la « cause » d’Assa, la sœur d’Adama au point d’en faire une nouvelle Angela Davis adaptée à notre temps.

LES FÉMINISTES EN VACANCES

Alors que tous les mouvements et associatifs féministes officiels protestent contre la nomination de Gérard Darmanin pour une affaire de viol, les réactions face à la chute de la maison Traoré sont inexistantes. Sans doute faut-il mettre ça sur le compte des vacances d’été, et en déduire que les féministes les plus vocaux -pas tous, bien heureusement !- sont juilletistes.

Le comité Adama s’était allié aux écologistes le 18 juillet dernier pour manifester. À peine 3000 personnes se sont déplacées, essentiellement issues de groupuscules d’ultragauche, pour faire converger les luttes « antiraciste » et climatique. Parmi les manifestants, des élus de la République écolos, féministes, antiracistes etc. Cela aurait dû mettre la puce à l’oreille des commentateurs.

Comme l’écologie politique, qui sature l’espace médiatique mais fait un score ridicule dans les urnes, l’entreprise politique d’Assa Traoré était omniprésente dans les magazines, sur les plateaux télé et à la télévision, mais inexistante sur le terrain. Plus encore, les faits et les personnages, comme avant le tournage d’une scène de film, étaient maquillés pour que disparaissent les mauvais profils et que puissent défiler côte à côte les revendications les plus hétéroclites, et surtout les plus incompatibles entre elles, le tout toute honte bue.

Ces gens ont un tel culot qu’ils ne voient pas
les limites du ridicule… c’est le problème satanique des circoncis au sang adrénalisé… donc drogués !

LA COMPLAISANCE DES ÉLITES

Ce rebondissement dans l’Affaire Traoré est une leçon adressée à tous. La défiance n’a pas seulement pour origine le populisme ou le complotisme supposé des citoyens.

Elle s’étend aussi à cause des complaisances du « parti des médias » comme de pouvoirs publics prêts à tout pour un peu de popularité, y compris frayer avec ce genre d’entrepreneurs politiques.

La politique est devenue un business visant à obtenir de l’argent public et du pouvoir en jouant sur vos émotions et vos frustrations. Injustice, racisme, sexisme, violences policières, tout est bon pour alimenter les groupes d’influence, mais attention, ceux-ci resteront sélectifs. Tout cela reste essentiellement du théâtre.

Le « bon » antiracisme ou le « bon » féminisme sur le marché politique est celui qui portera ses représentants aux portes du pouvoir, certainement pas celui dont le citoyen ordinaire, celui qui vit loin des ministères, a besoin.

C’est la concentration de pouvoir au sommet de l’État qui attire la convoitise des entrepreneurs identitaires, c’est donc par la dépolitisation et la décentralisation qu’on limitera leur influence sur la vie des Français. Le marché reste ainsi l’antidote à l’instrumentalisation partisane de l’antiracisme.

« Le collectif Adama Traoré est le symbole de l’impunité médiatique dont bénéficient ceux qui insultent la France »

L’ancien co-détenu d’Adama Traoré qui l’accuse de viol a été indemnisé mais n’a bénéficié d’aucun traitement médiatique compatissant, tant la famille d’Adama Traoré s’accapare le monopole de la victimisation, regrette l’avocat et chroniqueur.

L’affaire Adama Traoré, jusqu’à son dernier développement, constitue bien plus qu’un fait divers. C’est un symbole, un concentré du drame français, un précipité de ses errements, mensonges, occultations gênées et silences médiatiques et politiques. C’est aussi une histoire d’impunité. Commençons par ce qui pourrait en constituer la fin: la mise en cause de feu Adama Traoré dans l’agression sexuelle de son ancien codétenu et qui a vu celui-ci indemnisé par la justice.
Comme la famille Traoré est susceptible, allons-y précautionneusement. Il ne saurait donc être question d’accuser le défunt Adama d’avoir violé le plaignant d’abord et avant tout pour la simple raison juridique que les poursuites engagées à son encontre ont été naturellement éteintes lors de son décès dans les conditions actuellement soumises à la justice et que nous ne voulons donc pas commenter.

Assa Traoré continue de défendre la mémoire de son frère Adama en incriminant la partialité judiciaire.

En ce qui concerne l’agression sexuelle précitée, nous nous bornerons à la résumer telle qu’elle nous est parfaitement présentée par Margaux d’Adhémar dans un article pour Le Figaro en date du 22 juillet 2020. La somme de 28 793,75 euros a été accordée au plaignant en suite au viol.

Cette somme comprend également l’indemnisation du préjudice occasionné par l’un des frères d’Adama, Yacouba, pour avoir durement rossé le malheureux codétenu victime à sa sortie de prison. La spéculation intellectuelle sur la réalité de ces faits est grandement relativisée par la condamnation prononcée contre le dit Yacouba par le tribunal correctionnel de Pontoise «pour coups et blessures» le 15 mars 2017 à 18 mois de prison ferme.

Le lecteur voudra bien ne pas confondre Yacouba avec son frère Bagui condamné lui à 30 mois de prison ferme pour extorsion de fonds à des femmes vulnérables.

D’autres membres de la fratrie – fort respectée craintivement à Beaumont sur Oise – ont également fait l’objet de condamnations que je ne rappellerai pas pour ne pas alourdir mon sujet.

Retour à l’agression sexuelle putative. Ainsi qu’il est écrit dans Le Figaro: «La décision de la CIVI ne laisse aucun doute sur l’existence des faits eux-mêmes. Son jugement rappelle qu’il ressort «des pièces pénales produites que la victime avait pour codétenu à la maison d’arrêt du Val-d’Oise Adama Traoré» selon donc la Commission, la matérialité des infractions d’agressions sexuelles dénoncées doit être considérée comme établie».

Assa Traoré continue néanmoins de défendre la mémoire de son frère Adama, certes entachée de nombreuses condamnations pénales, en incriminant la partialité judiciaire.

Il ne nous pas été donné de lire le moindre commentaire compatissant à propos de la victime d’Adama Traoré.

Nous nous en tiendrons donc là sur cette dernière controverse en rappelant toutefois que dans son ultime contestation, le comité Adama a cru devoir livrer l’identité de la victime indemnisée qui vit sous protection et a tenté de se suicider le 23 mai. Détail piquant: dans son communiqué ledit comité croit devoir s’attarder sur le passé pénal de la victime dont on avait cru qu’il ne saurait en rien affaiblir la noblesse d’une juste cause.

À ce stade de ce rappel factuel, un esprit un peu frais ou inaccoutumé aux mœurs idéologiques de l’époque pourrait penser que l’instant Traoré, dans le sillage parasite incongru du moment Floyd, était passé. Qu’Assa Traoré avait mangé son pain blanc. Que les scandales judiciaires à répétition, y compris le dernier à caractère sexuel concernant son défunt frère compte tenu notamment de cette matière sensible particulière, avait définitivement usé le crédit familial. Encore que je ne sois pas le mieux placé pour vouloir la rassurer, je pense qu’il n’en est rien. Tout m’invite à penser que dans cette période follement irrationnelle – j’ai coutume à écrire névrotique – celui qui insulte la France et met en cause un racisme systémique bénéficie de l’impunité médiatique.

Le clan Traoré coche absolument toutes les cases pour aspirer à cette impunité qui fait qu’on aura vu une ministre de la Justice trahir les devoirs de sa charge pour excuser une manifestation interdite devant le palais du même nom.

Assa Traoré aura tout aussi impunément insulté la police française taxée de racisme, appelé à la révolution, morigéné «le privilège blanc», considéré que le pays où elle vit était consubstantiellement xénophobe, sans encourir d’autres tourments qu’un article thuriféraire dans Le Monde.

Plus éclairant encore, il ne nous pas été donné de lire le moindre commentaire apitoyé ou compatissant sous la plume d’un chroniqueur progressiste ou d’une féministe à propos de la victime présumée d’une fellation forcée sous la menace d’une fourchette.

On comparera avec les commentaires emphatiques et pléthoriques dans une affaire Darmanin autrement moins violente et qui n’a pas donné lieu à la moindre mise en examen dans une matière qui est pourtant le siège de l’hystérie obsessionnelle actuelle.

L’explication est aveuglante mais interdite. Toute l’histoire de cette dernière quinzaine de l’insécurité ensauvagée met en cause sans la nommer l’immigration forcée. Les victimes sont françaises mais leurs agresseurs sont anonymisés au nom de cette impunité.

Par une cruelle coïncidence de date, tandis que l’on commémore le massacre d’un prêtre dans son église par un islamiste étranger, on apprend que celui qui a voulu incendier une cathédrale est un étranger irrégulier. Défense de se plaindre de l’hospitalité française chaque jour piétinée. Seule la France doit être coupable, ainsi que les Français. L’affaire Traoré n’est donc pas terminée.

  1. Violette DELAYE dit :Cette famille pourrie doit être expulsée de France. Qu’elle aille en Afrique retrouver ses coreligionnaires débiles. C’est une répugnante »famille » de racailles
    1. JP dit :Que cette famille pourrie soit expulsée est la moindre des choses mais ne résoudra pas le problème pour autant. Si cette famille pourrie jouit de cette situation c’est grâce (ou plutôt à cause) de ses soutiens: Ces adhérents de LA GAUCHE franchouille,orphelins depuis novembre 1989 et qui trouve dans le militantisme islamo gauchiste, anti raciste (mais racialiste), écolopunitif, l’outil pour (pensent-ils) arriver à détruire ce libéralocapitalisme qui permet aux courageux de réussir mieux que les feignants jaloux qu’ils ont choisi d’être.
  2. Francis Roger dit :Traoré. Un coup de canif dans la legislation pour un coup de fourchette menaçante…Les poches du fond d’indemnisation aux victimes seront faites…donc l’Etat, donc moi (et vous).
    Pourquoi ne pas faire supporter à la famille Traoré les penchants sexuels de l’un des leurs. Les heritages se font pourtant dans les deux sens en cas de décès…la somme de 28 793,75 euros a été accordée au plaignant en suite de sa plainte déposée le 6 septembre 2016 pour agression sexuelle contre Adama Traoré, pendant leur détention commune à la prison d’Osny.

L’homme qui accuse Adama Traoré de viol a été indemnisé

La Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi) a établi des faits d’agression sexuelle. Il est possible d’indemniser une victime sans condamnation pénale. Le 6 septembre 2016, deux mois après la mort d’Adama Traoré, son codétenu à la prison d’Osny avait dénoncé des faits d’agression sexuelle. Il avait confié aux enquêteurs avoir été contraint, plusieurs fois par jour, de lui pratiquer des fellations, alors que ce dernier le menaçait à l’aide d’une fourchette. Le 28 décembre 2018, le jeune homme avait finalement saisi la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi) de Pontoise pour obtenir l’indemnisation de son préjudice. Réunie en décembre 2019, la Civi a rendu sa décision le 12 mars 2020. Le codétenu d’Adama Traoré a été indemnisé, la Civi établissant les faits d’agression sexuelle.
À l’époque, la mère du jeune homme, inquiète pour son fils, avait décidé de porter plainte au commissariat de Cergy-Pontoise, malgré les supplications de ce dernier de ne pas en parler, par peur des représailles. Le jeune homme aurait par la suite immédiatement demandé à changer de bâtiment, avant d’être placé à l’isolement. Quelques jours plus tard, sa mère lui rend de nouveau visite. Son fils fond en larmes. «Je lui ai demandé ce qui se passait, il m’a répondu par deux fois : il m’a violé. Je lui ai demandé qui ? Il m’a dit mon ancien codétenu, Adama Traoré».

Selon la Civi, la victime aurait alors remis «une lettre à un surveillant » et évoqué les faits «de façon particulièrement circonstanciée lors d’un entretien avec un chef de détention». Placé à l’isolement le 17 mai 2016, il n’aurait ensuite plus répondu aux sollicitations du personnel et aurait tenté de se suicider par pendaison. La Civi conclut que de ces faits résulte «que la matérialité des infractions d’agressions sexuelles dénoncées doit être considérée comme établie. Le retentissement psychologique de ces faits commis sur une personne fragile et vulnérable au sein d’un établissement pénitentiaire justifie l’allocation d’une indemnité de 15.000 euros».

Le Fonds de garantie des victimes confirme qu’il est juridiquement possible d’indemniser une victime sans condamnation pénale. «C’est quelque chose d’assez courant, par exemple lorsqu’il s’agit du viol d’une femme et que l’auteur n’est pas identifié», précise le fonds. «Je comprends la polémique, il existe un certain flou entre le civil et le pénal dans cette affaire. Mais la matérialité des infractions a été établie par la Civi, et nous, la seule chose qui nous intéresse, c’est la victime. Indemniser la victime n’est pas ici une reconnaissance de culpabilité, mais plutôt un geste pour faire en sorte que la personne concernée le vive comme une forme de reconnaissance de ce qu’elle a subi». Le Fonds de garantie des victimes souligne que les condamnations pénales ne suivent pas toujours une indemnisation, «surtout quand la personne accusée est décédée».


Val-d’Oise : Bagui Traoré condamné à 30 mois ferme pour l’extorsion de femmes vulnérables

Il était jugé ce mercredi avec trois autres personnes pour des faits commis entre 2015 et 2016. Ce dossier est à l’origine de l’intervention des gendarmes qui allait provoquer la mort d’Adama en juillet 2016, à Beaumont-sur-Oise.

 Beaumont-sur-Oise. L’homme aurait ciblé deux femmes sous curatelles renforcées pour se procurer de l’argent avec trois autres personnes.
Beaumont-sur-Oise. L’homme aurait ciblé deux femmes sous curatelles renforcées pour se procurer de l’argent avec trois autres personnes. 

Bagui Traoré, le frère d’Adama Traoré, a été condamné à 30 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Pontoise. Il a été reconnu coupable d’une série d’extorsions et d’escroqueries sur des personnes vulnérables entre 2015 et 2016. Deux amies, sous curatelles renforcées, étaient devenues des cibles faciles pour se procurer de l’argent. Ce dossier est à l’origine de l’intervention des gendarmes qui allait provoquer la mort d’Adama.

La compagne de Bagui, Sarah B., qui a reconnu à l’audience un rôle actif dans les extorsions, a été condamnée à 2 ans, dont 6 mois avec sursis et mise à l’épreuve. Un autre couple avait apporté son concours. Cédric T., a écopé de 30 mois ferme. Sa compagne, handicapée, qui a suivi le mouvement, a été condamnée à 8 mois avec sursis. Tous devront indemniser les victimes.

La série d’extorsions débute le 10 août 2015. Bagui et sa compagne s’en prennent à Cécile B. sous le prétexte que son amie, Laurence G., 44 ans, leur devait de l’argent. Ils sont soupçonnés d’avoir retiré 980 € avec la carte bancaire de leur victime, avant de lui mettre la pression des heures durant pour obtenir davantage. Des faits similaires, se répéteront chez elle les 7 et 8 juillet 2016, avec le vol de sa carte bancaire, de formules de chèques, avec l’aide de l’autre couple. Et le soir, dans la foulée, ils s’en prendront à son amie. Après l’avoir manipulée pendant des mois pour qu’elle les aide à extorquer Cécile, ils viendront vider son studio, partant avec sa télé, ses bijoux, des vêtements, son téléphone ou encore son argent.

«Tout a été dicté par les gendarmes»

Cédric T., impliqué comme Bagui Traoré dans l’enquête sur les tirs contre les gendarmes lors des émeutes, a tout reconnu à l’audience. « C’était une erreur de s’en prendre à ces dames. J’assume tout ce que j’ai fait. » « Ce que j’ai fait, c’est déplorable », convient Sarah B., qui admet les faits mais conteste les violences physiques. « Tout est faux, tout a été dicté par les gendarmes, a contesté Bagui Traoré, à propos des extorsions. Je n’ai pas confiance dans le tribunal de Pontoise », ajoute-t-il, évoquant la mort d’Adama. A peine reconnait-il sa présence lors des derniers faits, sans avoir exercé de violence.

Le procureur, qui a demandé jusqu’à deux ans ferme, a décrit dans ses réquisitions « un véritable système de racket » et des victimes « vulnérables et faciles » qui promettaient « moins de risque ». Il parle d’un « système » avec au sommet Bagui Traoré. « Sans lui, rien ne se fait. » La défense de ce dernier a mis en cause la procédure, relevant « l’absence systématique d’élément intentionnel et matériel » et plaidé la relaxe, notant que Bagui n’a pas empoché un centime. Il a écopé de 12 mois ferme enfin pour des violences.

« Ils m’ont harcelée toute la nuit »

C’est une scène marquante du procès. Dans son jardin, en août 2015, Cécile B., 57 ans, fait face au couple Traoré. « Ils m’ont harcelé toute la nuit, raconte-t-elle en audition. Ils menaçaient de s’en prendre à Laurence et me répétaient que je devais payer pour elle. Cela a duré trois ou quatre heures, jusqu’à ce que je fasse un chèque de 700 €. »

Le matin, elle les accompagnera à Saint-Brice pour leur payer un portable à 919 €. « Les gens abusent souvent de moi. C’est pour ça que je suis sous curatelle », confie-t-elle pendant l’enquête. « La peur est encore très prégnante » a souligné son avocate, Me Grandjean. C’est une femme trop gentille, qui présente des troubles psychiatriques graves nécessitant une prise en charge. » Mère d’un enfant, elle vit seule et travaille en CAT.Newsletter. Menacée d’être enterrée dans un bois, d’avoir un doigt coupé, Laurence G., 44 ans, a été « terrifiée » selon son conseil, Me Watel. « C’est une personne très fragile, qui a fait deux tentatives de suicide, qui a été hospitalisé récemment en psychiatrie. Elle essaye tant bien que mal d’oublier ce qui s’est passé, mais avec beaucoup de difficultés. »

https://youtu.be/fOkCYjcD-XE

La vidéo obtenue par DailyMail.com que vous allez visionner provient des caméras de surveillance de Lane et Alex Kueng, les deux policiers qui ont été appelés sur les lieux par les propriétaires du magasin Cup Foods où George Floyd a tenté de payer avec un faux billet.

La vidéo apporte un certain nombre d’éléments nouveaux, que voici détaillés :

  1. George Floyd est agité dès les premiers instants de son interpellation. Il commence immédiatement à résister à son arrestation, et à se plaindre de tout et de rien : il est manifestement sous l’effet de la drogue.
  2. Floyd ment en disant que sa mère vient de mourir (elle est décédée deux ans plus tôt).
  3. Il ment lorsque pour refuser de monter dans la voiture de police, il affirme qu’il est claustrophobe. Comment je sais qu’il ment ? Mais parce qu’il était au volant de sa propre voiture quelques minutes plus tôt.
  4. A peine assis dans la voiture de police, il commence à dire qu’il n’arrive pas respirer parce qu’il est claustrophobe. Mais nous savons qu’il ment sur ce point. Cela explique pourquoi, lorsqu’il continue à affirmer qu’il ne peut plus respirer, les policiers ne le croient pas.
  5. Les propos des policiers montrent qu’il n’existe pas la plus petite preuve ou indication que sa mort ait été motivée par le racisme, mais plutôt par les procédures policières.
  6. La vidéo montre que les policiers ont tenté plus d’une dizaine de fois, calmement, de lui demander de se calmer et d’obéir à leurs ordres.
  7. L’officier de police a sorti son arme lorsque Floyd a refusé de montrer ses deux mains sur le volant. Dès que le policier voit les deux mains de Floyd, il range son arme.
  8. Floyd s’est retrouvé plaqué au sol lorsqu’il s’est échappé de la voiture de police par la droite. A un moment donné, il dit même qu’il préfère être au sol que dans la voiture de police.

Et le premier imbécile qui affirme que je suis en train de justifier la mort de George Floyd doit réviser ses leçons d’analyse de texte qu’on enseigne dès la 5e…

Un troisième policier demande la levée de toutes les charges retenues contre lui

L’agent de police de Minneapolis Tou Thao a demandé que les accusations portées contre lui soient annulées, en disant qu’il n’avait aucun moyen de savoir qu’un crime allait être commis.

Tou Thao est l’un des anciens officiers de police de Minneapolis qui a assisté à la scène où Derek Chauvin a le genou sur le cou de George Floyd pendant près de neuf minutes, et l’enquête devra dire si elle a entraîné sa mort. 

Tou Thao demande l’abandon des poursuites au motif qu’il n’avait aucun moyen de savoir qu’un crime allait être commis, et que l’État n’a pas même prouvé qu’il avait commis un crime, ni même qui a commis un crime.

Selon les documents déposés fin juillet devant le tribunal de district du comté de Hennepin, l’avocat de Thao réclame l’abandon des accusations au motif qu’elles ne sont pas étayées par une cause probable en vertu de la loi du Minnesota.

Thao, 34 ans, et ses collègues J Alexander Kueng, 27 ans, et Thomas Lane, 36 ans, ont tous été accusés de complicité de meurtre au second degré et de complicité d’homicide au second degré pour ne pas être intervenus dans le meurtre désormais notoire qui a eu lieu le 25 mai.

  • J Alexander Kueng a déjà notifié son intention de plaider non coupable en raison de son droit à l’autodéfense et de l’emploi de la force justifiable.
  • Thomas Lane a été le premier des trois à contester les accusations, son avocat Earl Gray ayant déposé une motion de rejet lors de la toute première comparution de son client au tribunal, au mois de juin.
  • L’avocat de Thao, Robert Paule, a fait valoir que l’État n’a pas réussi à démontrer « par une cause probable – que M. Thao savait que l’ancien officier Derek Chauvin et d’autres personnes allaient commettre un crime ni que sa présence avait pour but de favoriser la perpétration de ce crime ».
  • Selon Paule, les faits ne soutiennent pas non plus l’allégation selon laquelle les actions de Thao « ont favorisé la commission du crime sous-jacent pour complicité ».
  • Thao est le seul officier qui n’a pas touché Floyd.
  • L’avocat relève que « Thao s’est inquiété du fait qu’un certain nombre de citoyens s’étaient rassemblés et observaient les agents soumettre M. Floyd et des problèmes de circulation potentiels, et le défendeur s’est donc interposé entre ces citoyens et les trois agents qui formaient M. Floyd. »

La requête en irrecevabilité de Thao sera entendue le 11 septembre, juste après la requête déposée par Lane.

Les trois officiers accusés de complicité ont été libérés sous caution. 

Seul Derek Chauvin reste en détention dans la prison de haute sécurité du Minnesota à Oak Park Height, où il sera détenu jusqu’à son procès, prévu pour le 8 mars 2021.

Chauvin a renoncé à son droit d’exiger un procès dans les 60 jours, car l’État et sa défense ont demandé plus de temps pour procéder aux interrogatoires préalables qui, au dernier rapport, ont donné lieu à 8130 documents et 750 enregistrements audiovisuels.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

“Un vidéo pirate de l’arrestation de George Floyd explique son : « je ne peux pas respirer »”

  1. Canda dit :Thao pouvait faire dégager le genou de son collègue assassin au lieu de cela , il s’est contenté de dissuader les passants qui criaient . Il était présent sur les lieux et n’a rien pour sécourir Floyd , aucune assistance de personnes en danger.L’Amerique retient son souffle jusqu’au procés, il est imperatif que Derek Chauvin soit condamné comme il se doit dans ce pays de merde. Au moins il risque 30 ans de prison ce qui ne serait jamais arrivé en France par exemple , n’en déplaise à certains ici.
    S’il n’est pas condamné lourdement, l’Amerique sera à feux et à sang.
    Ce Derek se croyait tout permis, ce n’est pas son premier coup d’essai, il est habitué à des violences racistes et a tué déja un noir Americain.RÉPONDRE
    1. Jacques Ady dit :Votre haine vous aveugle : vous ne connaissez pas le quart des faits dans cette affaire. Vous délirez complètement, comme tout bon gauchiste anti-américain primaire qui se respecte.RÉPONDRE
      1. Francis Roger dit :J’allais le dire. Parler des USA “pays de merde” quand on n’en connaît pas 1/1000e? Globaliser ou ostraciser fait preuve d’un qi de certificat de fin de maternelle.RÉPONDRE
    2. Ekoulé Maneng Charly Karl dit :ça vous soulage de dire d’aligner tant de conneries en quelques phrases ?
      Vos accusations de racisme relèvent de la stupidité.
      Thao aurait été plus avisé de demander à son collègue d’utiliser une prise moins dangereuse mais, vraisemblablement, il était habitué à voir des collègues utiliser ce genre de prise sans que ça ne conduise à la mort de quelqu’un. Donc, la responsabilité de la ville et de la police est engagé. Voilà pourquoi le maire gauchiste fait beaucoup de zèle depuis ce drame pour détruire la police et pousser les 4 policiers sous le train.RÉPONDRE
      1. Californienne dit :@EMCK :
        A ce stade, rien ne permet d’affirmer que Floyd a été tué par le genou de Chauvin. La presse française dit que le genou de Chauvin aurait écrasé la glotte (ou la trachée artère, selon la marée) de Floyd, ce qui l’aurait asphyxié. Deux problèmes : la glette et la trachée artère sont à l’avant, alors que le genou de Chauvin est sur la nuque de Floyd, et le rapport hyper-succint du légiste indique quand même que la cause de la mort n’est pas la suffocation.Moralité : attendons les résultats de l’enquête de l’IGS, le procès et éventuellement un rapport plus précis du légiste pour avoir des faits. Les media essaient de jouer sur nos émotions parce que des millions de gens ont vu quelqu’un mourir en direct et veulent un coupable, ne nous laissons pas faire.RÉPONDRE
        1. Charlotte dit :N’importe quoi!RÉPONDRE
    3. Fleur de Lys dit :@ Canda
      Vous avez visiblement raté plusieurs épisodes. Dreuz nous a diffusé le rapport qui montre clairement qu’il n’y a pas eu strangulation. La première des violences est celle que les voyous comme Floyd provoquent. Il a résisté et a succombé à ses drogues. Les policiers sont admirables de professionnalisme, de patience et de contrôle. Et pourtant, avec toutes les crapules multi récidivistes qu’ils rencontrent, ils auraient de quoi craquer. Ce n’est pas le cas. Mais est-ce que les faits vous intéressent encore ? Visiblement non.RÉPONDRE
    4. Guy Poron dit :Canda, vous n´êtes pas si candide que votre nom pourrait l´indiquer! En tous cas, avan t d´écrire du n´importe quoi, renseignez-vous sur divers sites pour tenter de juger objectivement au lieu d´invectiver très subjectivement! Du n´importe quoi!RÉPONDRE
      1. Cachalot dit :Canda ne cherche pas à comprendre. Il veut seulement cracher son venin!Il doit faire partie de ces semeurs de troubles permanents que nos civilisation paternelle entretien aux frais des citoyens normaux! Mais tant va la cruche à l’eau…RÉPONDRE
    5. Californienne dit :L’Amérique retient son souffle, dites-vous ? La Californie veut surtout retourner travailler et remettre les enfants à l’école.Incroyable, le lavage de cerveau des media français.RÉPONDRE
    6. Charlotte dit :N’importe quoi!RÉPONDRE
    7. Filouthai dit :Sans justifier les morts violentes -quelle que soit l’origine des victimes, et pas seulement pour des gens ayant une peau sombre, comme le font certaines personnes ou associations pratiquant une indignation selective-, j’observe que la défense des délinquants ou trafiquants d’origine africaine tend à se développer dans plusieurs pays occidentaux.
      Bizarre ! Bizzare !RÉPONDRE
  2. Phytostar dit :« le meurtre désormais notoire qui a eu lieu le 25 mai »
    Avec une telle affirmation, plus besin de procès !
    Les deux belligérants se connaissaient.
    Les policiers avaient connaissance du passé de délinquant violent de la personne qu’ils devaient arrêter.
    La vidéo montre qu’il ment sans arrêt.
    La vidéo montre qu’il n’obtempère pas aux demandes des forces de police.* donc aujourd’hui on supprime la police et en 7 mois on a plus d’attaques violentes avec armes que sur toute l’année passée et les choses vont empirer.Que veut le peuple américai n?RÉPONDRE
  3. Valp dit :Une vieille règle judiciaire dit que nul n’est sensé se prévaloir de sa propre turpitude.
    Donc quiconque résiste à une interpellation par personne habilité ne saurait avoir le droit de se plaindre des conséquences.RÉPONDRE
    1. Gérard Pierre dit :Lu et approuvé.Quand un policier m’arrête, pour quelque motif que ce soit, je la ferme et j’obtempère !Résultat : il ne m’est jamais rien arrivé de contrariant !RÉPONDRE
      1. Hagdik dit :Il semble que cette règle élémentaire dépasse le niveau de compréhension du gauchiste moyen fouteur de merde …RÉPONDRE
  4. Jacques Ady dit :Ces éléments supplémentaires sont intéressants, car ils montrent que les policiers se comportent de façon professionnelle, sans violence, et à l’évidence sans racisme ni intention de tuer Floyd.L’autopsie officielle (postée par un lecteur de Dreuz il y a quelques semaines) écarte quant à elle clairement la strangulation comme cause de décès. En revanche, elle montre que Floyd était bourré de drogues (au pluriel).Pour toutes ces raisons et et que l’on savait déjà, je ne crois pas pertinent de parler de meurtre à ce stade. Le meurtre, en langue française, implique l’intention de tuer (et si c’est avec préméditation, on parle d’assassinat). Rien ne montre que les policiers, ou Chauvin seul, ait eu l’intention de tuer Floyd. Il a usé de brutalité en ne relâchant pas la pression – pression sur son dos, que d’ailleurs il n’était pas le seul à appliquer – alors que Floyd criait sa détresse. Encore que, comme vous le signalez dans cet article, Floyd ayant sinon menti en tout cas parlé de façon très désordonnée, les policiers n’étaient pas enclins à le croire. Donc dans le doute, ce dernier doit bénéficier à l’accusé, en l’occurrence Chauvin : je ne parlerai pas de meurtre, en tout cas à ce stade. Les mots ont de l’importance… or c’est ce qualificatif de meurtre à propos de la mort de Floyd qui sert de justification aux BLM et autres antifas pour semer le chaos depuis plusieurs semaines.
    Hélas, une analyse rationnelle et dépassionnée de cette mort tragique semble impossible aujourd’hui. Les médias ont trop semé la haine par leurs mensonges (par omission souvent), du coup les esprits sont bien trop échauffés pour une analyse sereine, ce qui est pourtant le B-A BA de la justice.Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés – Mark TwainRÉPONDRE
    1. PHIPHI dit :@jack
      Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés – Mark Twain: oui, difficile d’admettre avoir été roulé dans la farinele sujet abordé a l’immense mérite de mettre en évidence la haine absolue de certains envers le monde trumpiste et les Derek, tous les Derek. c’est un avertissement des Blmistes envers ceux qui ont un monde de retard et se croient dans leur B29 mais pourraient être la nouvelle Lizzie van ZylRÉPONDRE
      1. Fleur de Lys dit :@ Phiphi
        Pas compris la fin de votre commentaire. Pourquoi parlez-vous de cette enfant boer tuée dans un camp de concentration anglais ?RÉPONDRE
        1. PHIPHI dit :car, à moins que je ne me trompe, les boers actuels en sont plus ou moins réduit à cet état, et nous, quel sort pour demain ?
          combien d’égorgements, combien de véhicules fous, combien de viols, combien de tabassages? même des parkings avec racket et probablement d’autres choses que j’ignore, et les déclarations des « racisants » de plus en plus vindicatifs.
          suis pessimiste?
          dreuz lui même dit que la France est foutue, ou alors j’ai mal luRÉPONDRE
          1. Fleur de Lys dit :@ Phiphi
            OK. Je me demandais juste qui était dans le rôle des Boers et dans celui des Anglais.RÉPONDRE
  5. Fleur de Lys dit :J’espère que Chauvin sera rapidement libéré. Mais au-delà de la justice que l’on doit à ce policier, je me demande quel fond faudra-t-il toucher pour que l’on cesse de considérer les policiers comme des surhommes. Surhommes devant absolument tout deviner – jusqu’aux substances que les criminels absorbent et les ruses dont ils abusent pour feindre ; surhommes devant surfer entre toutes les règles avant de s’autoriser à sortir leurs armes ; surhommes devant mettre leur vie en danger plutôt que celle du voyou interpellé.
    A la place de la police, je ferai grève. Blue lives matter.RÉPONDRE
    1. Canda dit :Fleu de lys@ Si Dereck Chauvin est liberé , l’Amérique sera en Feux et sang comme je l’ai mentionné en haut. C’est une plaisanterie.Le Jury constitué sera responsable des conséquences de leurs actes en envoyant pas ce policier criminel en prison pour longtemps et j’espere que la ville sera condamnée à payer la famille et les orphelins de FloydRÉPONDRE
      1. Fleur de Lys dit :@ Canda
        Les États-Unis sont une très grande démocratie avec des lois et des principes. On n’envoie pas un innocent en prison juste pour faire plaisir aux fascistes de BLM. Du reste, ils n’ont besoin d’aucun prétexte pour exercer leur violence destructrice. La vie des noirs ne les intéresse pas non plus. Et un Etat digne de ce nom ne se laisse pas intimider par ces nouveaux SA.RÉPONDRE
        1. Canda dit :Fleur de Lys@ On n’en reparlera ici j’espère dans quelques mois quand le procès commencera. C’est inadmissible de croire que ce policier est innocent.RÉPONDRE
          1. Jacques Ady dit :Et bien sûr, Floyd était un parfait innocent, une blanche colombe… alors que tout, absolument tout, est contre lui : son passé de délinquant violent ayant fait de la prison pour cela, l’abandon de femme(s) et enfant(s), le vol qu’il venait tout juste de commettre en essayant de payer avec de la fausse monnaie, la quantité considérable de drogue sous l’empire desquelles il se trouvait, le refus d’obéissance aux policiers, entre autres.Vous accusez uniquement sur la base de votre haine recuite envers la police, pas en fonction des faits. Vous êtes un vrai gauchiste. Vous avez des intérêts dans la criminalité, sinon ?RÉPONDRE
    2. Alex dit :« J’espère que Chauvin sera rapidement libéré »Il a déjà été condamné par l’ochlocratie, c’est la nouvelle justice désormais, partout.Si il était libéré les émeutes reprendraient, aucun juge ne prendrais le risque de l’acquitter car les juges us sont elus (il me semble) et c’est devenu un procès politique. Je crains que D.Chauvin soit condamné car blanc, car émeutes, car les médias et les réseaux réclament qu’il le soit.Dans le pire des régimes qui est l’ochlocratie, où il ne reste plus qu’à attendre l’homme providentiel.RÉPONDRE
  6. Grégory9 dit :L’autre fainéant écrit que l’Amérique sera à feu et à sang si la justice ne fait pas ce qu’il souhaite, lol, mais qui va mettre ce pays à feu et à sang lorsque le plein emploi sera de retour ? qui ???RÉPONDRE
    1. Canda dit :Grégory9@ Si Dereck Chauvin n’est pas envoyé en taule, je te confirme que l’Amerique sera en Feux et sang. Tout ce que je peux te dire. A croire que les gens ont manifesté pour rien.RÉPONDRE
      1. Californienne dit :Les gens ont sauté sur l’occasion pour organiser des émeutes, ils auraient pris n’importe quel prétexte. Le président Trump est en train de restaurer l’ordre dans le pays, qui ne sera pas à feu et à sang quoi qu’il arrive. Vous connaissez bien mal les Etats-Unis.RÉPONDRE
      2. Cachalot dit :Canda, c’est une diarrhée verbale, nauséabonde.RÉPONDRE
      3. Borderno dit :Tes traîne-savates de soi-disant manifestants ont fait le plein d’articles superficiels et inutiles (pas très écolos lol) lors des pillages (pudiquement appelés émeutes). Maintenant qu’ils ont satisfait leurs besoins de « consommation », ils resteront à la niche.RÉPONDRE
      4. Fleur de Lys dit :@ Canda
        1. Les gens n’ont pas manifesté. Ils ont pillé et parfois tué.
        2. Floyd ou pas, ces mêmes gens veulent mettre l’Amérique à feu et à sang depuis l’élection de Trump.
        3. Si vous êtes dans cet état là pour l’arrestation d’un voyou qui a braqué son pistolet sur des innocents, vous êtes comment face à la barbarie vécue par d’authentiques victimes ? Du genre nos Philippe, Axelle, Thomas, Adrien ? Ou les dizaines de milliers de gamines anglaises violées et torturées ? Vous boycottez le riz du Pakistan ? Vous mettez à feu et à sang leurs commerces ? Vous allez dans le 93 incendier les mosquées et la CAF ?
        4.Quand accepterez vous de penser librement et de lire, et non de parcourir, tout ce que Dreuz a publié sur le sujet ?RÉPONDRE
    2. Canda dit :On n’en parlera en Mars 2021 début du procès, pour l’instant le criminel Chauvin croupit en prison avec aucune possibilité de liberté conditionnelle, la caution étant impossible à réunir pour lui. Sa femme l’a quitté du fait de ses violences racistes, ici vous soutenez l’indéfendable.RÉPONDRE
      1. Borderno dit :Donc en mars 2021, nous aurons le « grand soir », l’argument maintes fois utilisé et usé jusqu’à la corde des rêveurs coco-gauchos de salon.Il ne se passera pas grand chose mais tu ne seras pas trop déçu puisque tu auras déjà détourné ton attention sur un autre « évènement » soi-disant révolutionnaire.RÉPONDRE
      2. Jacques Ady dit :Vous êtes un gauchiste séditieux, vous incitez à l’émeute, vous devriez vous-même vous retrouver à l’ombre, sale personnage.RÉPONDRE
  7. niou dit :N’y a-t-il pas PRESOMPTION D INNOCENCE AUX USA ???RÉPONDRE
  8. Pimpin dit :Point 3.
    Moi je suis claustrophobe, j’ai beaucoup de mal à supporter d’être tassé à l’arrière d’une voiture (rien qu’à l’évoquer j’ai déjà du mal !), par contre aucun problème en place avant ou pour conduire.
    Les réactions individuelles peuvent être très différentes d’une personne à l’autre.RÉPONDRE
    1. Jacques Ady dit :D’accord, mais à ce moment-là on s’arrange pour ne pas se trouver en position d’être arrêté par la police, non ?RÉPONDRE
  9. Californienne dit :Je vois que nous avons parmi nous un fan de George Floyd. Canda, qu’avez-vous fait, personnellement, pour la femme et les enfants de Floyd ? Avez-vous pensé à témoigner en sa faveur à son procès ? Avez-vous lancé une cagnotte, ou une pétition pour que ses enfants soient pupilles de la nation ? Avez-vous fait ériger une statue à son effigie dans votre ville, demandé qu’o n donne son nom à des rues, des écoles ?A vous entendre, ce serait une nouvelle affaire Dreyfus !C’est pourquoi je vous demande de nous dire ce que vous faites, concrètement, pour faire avancer le schmilblik. Ne me dites pas que vous vous contentez de nous assener vos vérités ?RÉPONDRE
  10. michel boissonneault dit :par le passé il avait aucune gène a être violent avec ses victimes mais lorsqu’il a été en état d’arrestation il a été un comédien-menteur hors pair …. oui il est mort d’une façon horrible mais j’ai la certitude que si il aurait coopérer alors il serait encore en vieRÉPONDRE
  11. Yvan dit :Canda sur Dreuz info devient…. laisa canda sur.i24news.tv/fr/actu/international laisa canda alias Canda est pro Iran,. pro Syrie ,pro palestinien , gauchiste et anti américaine sur.i24news.tv/fr/actu/international Laisa canda 04 août 2020 à 10:01.USA: diffusion d’une nouvelle vidéo de l’arrestation de George FloydRéponse …L’Amerique sera en feux et sang si ce Derek Chauvin n’est pas condamné comme il se doit. Tout le monde retient son souffle avant son procès. Il n’est plus question qu’un jury fasse de complaisance comme à l’accoutumée dans ces genres de crimes conte les Afro.laisa canda 05 mars 2019 à 10:54Les démocrates lancent une série d’enquêtes contre TrumpRéponse …Heureusement la séparation des pouvoirs est une réalité chez les impérialistes.laisa canda 03 juin 2020 à 07:50Un tribunal américain condamne l’Iran et la Syrie pour des attentats commis en IsraëlRéponse …C’est de la propagande ! Et les victimes palestiniennes qui les indemnisent ? Encore de l’impérialisme.laisa canda 11 janvier 2019 à 20:14Les Etats-Unis vont organiser en Pologne un sommet centré sur l’IranRéponse ….C’est plutot Trump qui est obsédé par l’Iran. Un sommet de diversion et de perte de temps. Il y’a eu combien de débats sur l’Iran depuis 2 ans ? Trump va proposer quoi au juste. Que de la surrenchere au tour de l’Iran sans fondement.RÉPONDRE
    1. Jacques Ady dit :Ah OK… un troll certifié, donc. Étonnant (ou pas) comme ces antiaméricains, anti-occidentaux, pro-islam sont aussi pro-délinquance et anti-police. Ils épousent toutes les causes pourries possibles et imaginables : vous me direz, c’est une forme de cohérence 😀

Assa a disparu… il parait qu’elle déprime grave , on dit même qu’elle broie du noir , si si…
elle a été aperçu la dernière fois dans un salon de toilettage pour caniches , elle se refaisait une beauté … 
Je lui ai demandais alors assa pourquoi ce silence ,pourquoi cette déprime ?
Elle répondit dans un sanglot :  » la fourchette d’Adama m’a tué  » si si ma bonne dame comme je vous le dis…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*