Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

Israel

Syrie. Afin de sauver son poste, Netanyahou pousse à la guerre entre les États-Unis et la Russie

Publié

le

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a lutté contre les accusations de la justice israélienne de fraude criminelle d’une manière presque identique à la tentative de Trump de se maintenir au pouvoir après sa défaite aux élections de 2020. Netanyahou a ordonné que des expéditions de vaccins de la Russie à des millions de Palestiniens soient bloquées alors que presque tous les citoyens juifs d’Israël ont été vaccinés. Il y a eu un tollé mondial à propos de cet acte de génocide, mais il a, en réalité, renforcé la position politique intérieure de Netanyahou auprès des extrémistes néonazis qui constituent sa base politique «likoudiste». Encore un point commun avec Trump et ses “déplorables” suprémacistes. 

Netanyahou a finalement eu son appel téléphonique tant attendu avec le président Biden.
Cet appel ne s’est pas du tout bien passé. On a dit à Netanyahou que l’accord avec l’Iran était une politique, que les sanctions imposées par Trump visant à affamer le peuple syrien seraient retirées et que la revendication d’Israël sur le plateau du Golan ne serait pas acceptée par la nouvelle administration.
La réponse de Netanyahou à Biden a été de détruire une installation d’aide financée par l’UE à Gaza et d’augmenter les attaques de missiles contre des zones civiles autour de Damas.

Cela a forcé la Russie à avertir Israël que toute nouvelle attaque aérienne se heurterait à la force. (Annexe I):
«La Russie a officiellement annoncé qu’elle était prête à abattre des avions israéliens en cas de nouveaux raids sur la Syrie. La Russie a menacé Israël qu’elle allait riposter en attaquant les avions israéliens.
L’envoyé spécial du président russe, Alexander Lavrentyev, a fait un rapport dans lequel il a souligné la réticence de la partie israélienne à respecter les accords conclus entre Israël et la Russie sur la désescalade de la situation en Syrie. Lavrentiev a noté que la patience de Moscou s’est complètement tarie, et que si Israël n’abandonne pas ses agressions contre la République arabe dans un proche avenir, la Russie sera prête à attaquer les avions israéliens, non seulement au-dessus de la Syrie, mais aussi dans l’espace aérien au-dessus des pays voisins ou dans l’espace aérien international. »

La menace de la Russie contre Israël est venue du site Web russe Avia-Pro et a ensuite été «blanchie» par un bureau d’information français largement suivi au Liban et en Syrie. Cette méthode indiquerait une «menace douce».

Cependant, Netanyahou a choisi de transmettre ce message à ses amis du GOP aux États-Unis par l’intermédiaire du sénateur texan Ted Cruz assiégeant l’administration Biden pour la pousser à attaquer la Syrie si une nouvelle attaque chimique sous faux drapeau est organisée à Idlib par les suspects habituels.

En effet, depuis des jours, la Russie prévient que les Casques blancs, en collaboration avec les services de renseignement israéliens et avec les islamo-terroristes de Hay’at Tahrir al-Sham, prévoient de lancer des attaques au gaz à l’intérieur de la Syrie pour les imputer au gouvernement Assad, comme cela a été le cas dans le passé.

L’histoire vieille d’un jour sur Sputnik News a ensuite été retirée de la liste consultable à la fois par Google et par le moteur de recherche russe Yandex. (Annexe II). De telles actions sont généralement considérées comme la préparation d’une attaque terroriste sous fausse bannière, car Israël a toujours été capable d’exercer de fortes prsseions manipuler les principaux organes de presse russes, en particulier RT et Sputnik News, depuis début 2017.[1]

Annexe I

La Russie a officiellement annoncé qu’elle était prête à abattre des avions israéliens en cas de nouveaux raids sur la Syrie. La Russie a menacé Israël de se préparer à attaquer les avions des FDI.

L’envoyé spécial du président russe, Alexander Lavrentyev, a fait un rapport dans lequel il a souligné la réticence de la partie israélienne à respecter les accords conclus entre Israël et la Russie sur la désescalade de la situation en Syrie. Lavrentiev a noté que la patience de Moscou s’est complètement tarie, et que si Israël n’abandonne pas ses agressions contre la République arabe dans un proche avenir, la Russie sera prête à attaquer les avions israéliens, non seulement au-dessus de la Syrie, mais aussi dans l’espace aérien au-dessus des pays voisins ou dans l’espace aérien international.

«Tôt ou tard, la coupe est pleine et la patience a des limites, y compris celle du gouvernement syrien. Si les attaques continuent, une frappe de représailles suivra, ce qui entraînera une nouvelle vague de tensions. Ces attaques doivent cesser, elles sont contre-productives. Nous espérons que la partie israélienne entend nos préoccupations, y compris nos préoccupations concernant une éventuelle escalade de la violence en Syrie », a déclaré Lavrentiev.

Étant donné qu’il s’agit d’une déclaration officielle, il est évident que la Russie est extrêmement mécontente des actions d’Israël, en particulier après le lancement de frappes aériennes dans des zones où des civils syriens et du personnel militaire russe étaient stationnés.

Dans un premier temps, les analystes affirment que la Russie pourrait commencer à décoller ses avions de combat pour contrer Israël, et si une telle mesure ne suffit pas, la prochaine étape sera d’utiliser les systèmes de défense aérienne russes pour intercepter les avions et les missiles israéliens, puis de faire un pas plus radical, c’est-à-dire ouvrir le feu sur des avions israéliens qui constituent une menace pour l’armée russe sur le territoire de la République arabe.

Annexe II

Des militants préparent des provocations avec des substances toxiques à Idlib, selon l’armée russe

Auparavant, l’ambassadeur de Russie auprès des Nations Unies a souligné que si la Syrie fournit presque tous les mois des informations sur les terroristes qui planifient des provocations par armes chimiques, ces données ne figurent pas dans la documentation de l’OIAC.

Des terroristes en Syrie prévoient de lancer une attaque chimique pour en blâmer les autorités du pays, a déclaré le contre-amiral Vyacheslav Sytnik, chef adjoint du Centre russe pour la réconciliation des parties en guerre en Syrie, lors d’un briefing samedi.

Selon Sytnik, l’armée russe a reçu des informations sur la préparation par Hay’at Tahrir al-Sham * de provocations dans la partie nord-est de la zone de désescalade d’Idlib à l’aide de substances toxiques.

Une grande cache d’armes terroristes découverte dans la province syrienne de Homs, selon des militaires russes

Selon les informations disponibles, les terroristes prévoient de lancer une attaque chimique afin de provoquer des morts et des blessés parmi les résidents locaux pour les accusations ultérieures contre les forces gouvernementales syriennes, les accusant d’utiliser des armes chimiques contre des civils“, a déclaré Sytnik.

Il a ajouté que les terroristes avaient livré des conteneurs contenant des substances toxiques, vraisemblablement avec du chlore, dans plusieurs camions dans la zone de la colonie de Tarmanin.

La Russie a souligné à plusieurs reprises que l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) avait ignoré les informations sur les provocations terroristes, accusant l’organisme de partialité contre le gouvernement syrien. L’ambassadeur de Russie auprès de l’ONU, Vassily Nebenzia, a déclaré que l’OIAC était utilisé comme un outil politique par les pays occidentaux pour faire pression sur les États «indésirables».

En 2014, l’OIAC a mis en place la mission d’enquête pour établir la vérité sur l’utilisation présumée d’armes chimiques en Syrie. L’année dernière, WikiLeaks a publié un courrier électronique d’un membre de la mission de l’OIAC en Syrie à ses supérieurs dans lequel il exprimait ses plus vives inquiétudes quant à la version expurgée du rapport de la mission d’enquête qu’il avait co-écrit.

En novembre, l’armée russe a également signalé que des terroristes préparaient des provocations visant à déstabiliser la situation dans la zone de désescalade d’Idlib et à discréditer les forces armées syriennes. Selon l’armée russe, les terroristes avaient l’intention de bombarder la zone et de publier des images des conséquences du bombardement sur leurs sites Internet afin d’accuser les forces gouvernementales syriennes de frapper les positions des troupes turques.

* Hayat Tahrir al-Sham (anciennement connu sous le nom de Jabhat al-Nosra [2]) est une organisation terroriste interdite en Russie.

Source : Breaking: Netanyahu Pushing for Shooting War Between US and Russia Over Syria to Save Himself

2 commentaires:

  1. nicolas bonnal22 février 2021 à 18:09A savourer : https://www.francesoir.fr/videos-debriefings/vaccination-en-israel-des-chiffres-de-mortalite-qui-interpellent-videoRépondre
  2. nicolas bonnal22 février 2021 à 19:41Duff a l’air de croire au vaccin : il est idiot ou payé ?Répondre

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CORONAVIRUS

Rapport catastrophique sur la vaccination Pfizer en Israël

Publié

le

Le Comité populaire israélien (IPC), un organisme civil composé d’éminents experts israéliens de la santé, a publié son rapport d’avril sur les effets secondaires du vaccin Pfizer.* Les conclusions sont catastrophiques à tous les niveaux. Leur verdict est qu'”il n’y a jamais eu de vaccin qui ait nui à autant de personnes”. Le rapport est long et détaillé. Je ne citerai que quelques-unes des conclusions les plus dévastatrices présentées dans le rapport.

Nous avons reçu 288 rapports de décès autour de la vaccination (90% jusqu’à 10 jours après la vaccination), 64% d’entre eux étaient des hommes.”Pourtant, le rapport indique que “selon les données fournies par le ministère de la Santé, seuls 45 décès en Israël étaient liés à la vaccination.” Si les chiffres ci-dessus sont sincères, alors Israël, qui prétendait mener une expérience mondiale, n’a pas véritablement rendu compte des résultats de son expérience. Nous entendons souvent parler de caillots sanguins causés par le vaccin AstraZeneca. Par exemple, nous avons appris ce matin l’existence de 300 cas de caillots sanguins en Europe. Toutefois, si les conclusions de l’IPC sont authentiques, le vaccin Pfizer pourrait être associé à plus de décès en Israël seulement que le vaccin AstraZeneca dans toute l’Europe.

“Selon les données du Bureau central des statistiques, en janvier-février 2021, au plus fort de la campagne israélienne de vaccination de masse, on a constaté une augmentation de 22% de la mortalité globale en Israël par rapport à l’année précédente. En fait, janvier-février 2021 ont été les mois les plus meurtriers de la dernière décennie, avec les taux de mortalité globale les plus élevés par rapport aux mois correspondants des dix dernières années.

L’IPC constate que “dans le groupe d’âge des 20-29 ans, l’augmentation de la mortalité globale a été la plus spectaculaire. Dans ce groupe d’âge, on constate une augmentation de 32% de la mortalité globale par rapport à l’année précédente“. “L’analyse statistique des informations du Bureau central des statistiques, combinée aux informations du ministère de la Santé, permet de conclure que le taux de mortalité parmi les vaccinés est estimé à environ 1 : 5000 (1 : 13000 chez les 20-49 ans, 1 : 6000 chez les 50-69 ans, 1 : 1600 chez les 70 ans et plus). Selon cette estimation, il est possible d’estimer le nombre de décès en Israël, autour du vaccin, à ce jour, à environ 1000-1100 personnes.

Encore une fois, si cette analyse statistique est correcte, alors les chiffres rapportés par les autorités sanitaires israéliennes sont trompeurs de plus de 22 fois.  Ceux qui suivent mes écrits sont au courant de mon travail sur la corrélation indéniable entre la vaccination, les cas de Covid-19, les décès et la propagation des souches mutantes. L’IPC confirme mon observation, en fournissant des informations plus cruciales concernant les groupes d’âge. “Il existe une forte corrélation entre le nombre de personnes vaccinées par jour et le nombre de décès par jour, dans une fourchette allant jusqu’à 10 jours, dans tous les groupes d’âge. Les 20-49 ans – une fourchette de 9 jours entre la date de la vaccination et la mortalité, les 50-69 ans – 5 jours entre la date de la vaccination et la mortalité, les 70 ans et plus – 3 jours entre la date de la vaccination et la mortalité.”

L’IPC révèle également que “le risque de mortalité après le second vaccin est plus élevé que le risque de mortalité après le premier vaccin.”

Mais la mort n’est pas le seul risque lié à la vaccination. L’IPC révèle que “à la date de publication du rapport, 2066 rapports d’effets secondaires se sont accumulés et sont parvenus au Comité d’enquête civ; il et les données continuent d’arriver. Ces rapports indiquent des dommages à presque tous les systèmes du corps humain….Notre analyse a révélé un taux relativement élevé de lésions cardiaques, 26% de tous les événements cardiaques sont survenus chez des jeunes jusqu’à l’âge de 40 ans, le diagnostic le plus courant dans ces cas étant la myosite ou la péricardite. On a également observé un taux élevé de saignements vaginaux massifs, de lésions neurologiques et de dommages aux systèmes squelettique et cutané. Il convient de noter qu’un nombre important de rapports d’effets secondaires sont liés, directement ou indirectement, à l’hypercoagulabilité (infarctus), l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral, les fausses couches, l’altération de la circulation sanguine dans les membres, l’embolie pulmonaire.

En Israël, le gouvernement cherche désespérément à vacciner les enfants. L’IPC souligne qu’une telle démarche peut être désastreuse. “À la lumière de l’étendue et de la gravité des effets secondaires, nous souhaitons exprimer la position du comité selon laquelle la vaccination des enfants peut également entraîner chez eux des effets secondaires, tels qu’observés chez les adultes, y compris la mort d’enfants en parfaite santé. Comme le coronavirus ne présente aucun danger pour les enfants, le comité estime que l’intention du gouvernement israélien de vacciner les enfants met en danger leur vie, leur santé et leur développement futur.”

L’IPC souligne qu’“il n’y a jamais eu de vaccin qui ait affecté autant de personnes ! Le système américain VARES présente 2204 rapports de mortalité de personnes vaccinées aux États-Unis au premier trimestre 2021, un chiffre qui reflète une augmentation de milliers, en pourcentage, par rapport à la moyenne annuelle, qui s’élevait à 108 rapports par an.”  Je dois mentionner que le travail de l’IPC a été très peu couvert par la presse israélienne. Ces experts de la santé font un travail courageux, sachant que leur licence d’exercice de la profession médicale et leurs moyens de subsistance sont gravement menacés.

 Par  Gilad Atzmon 
* Pour lire le rapport en hébreu, cliquez ici.

Source :  Entre La Plume et l’Enclume – Rapport catastrophique sur la vaccination en Israël (plumenclume.org)

Le centre français d’évaluation des médicaments déclare que les quatre vaccins Covid-19 sont dangereux et devraient être retirés du marchéLe Centre territorial d’Information indépendante et d’Avis pharmaceutiques (CTIAP), un centre régional indépendant d’évaluation des médicaments en France, a publié un rapport montrant qu’aucune des quatre «vaccinations» contre le coronavirus actuellement administrées n’est sûre ou efficace, parce que tous n’ont reçu qu’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) avec des tests cliniques insuffisants.Lesvaccins sont tous problématiques car les procédés de fabrication utilisés sont nouveaux, tout comme les excipients qu’ils contiennent, qui, selon une équipe d’experts de l’hôpital public de Cholet dans l’ouest de la France, «devraient être considérés comme de nouvelles substances actives».Dirigée par le Dr Catherine Frade, pharmacienne, l’équipe de recherche a travaillé avec des données publiques publiées par l’Agence européenne des médicaments (EMA) concernant les injections publiées par Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johnson & Johnson). Ces quatre injections n’ont qu’une autorisation temporaire basée sur un besoin perçu, par opposition à une approbation basée sur des preuves cliniques de sécurité et d’efficacité.Tous les vaccins sont également encore soumis à des études qui s’étendent jusqu’en 2024 – dans trois ans – et au-delà. On en sait très peu à ce stade, sur les effets secondaires à long terme des injections, bien que nous voyions des effets secondaires à court terme sous forme de caillots sanguins graves et de décès.Selon le CTIAP, les quatre vaccins ont été mis à la disposition de l’administration publique avant que «la preuve de qualité de la substance active et du produit fini» ne soient vérifiés. Tous les laboratoires où les vaccins sont produits ont également obtenu des échéances futures pour soumettre les études associées.Cela signifie bien sûr que chaque personne qui se fait vacciner contre le coronavirus est un cobaye humain participant à une expérience pharmaceutique de masse. Reste à voir comment les vaccinés vont le vivre.Dans les mois et années à venir, l’équipe de recherche prévient que «les variabilités, qui ont un impact sur le cœur même du produit, pourraient même invalider les essais cliniques menés.»«La prudence imposerait même que, dans tous les pays où ces vaccins contre le COVID-19 ont été commercialisés, tous les lots ainsi « libérés » doivent être retirés immédiatement; et que ces AMM qui ont été accordées devraient être suspendues, voire annulées de toute urgence jusqu’à nouvel ordre », disent-ils.Les Covidiens sont les membres d’une secte avec un objectif mortifère C’est bien loin des messages provenant de la Maison Blanche, de Donald Trump, d’Anthony Fauci et de la quasi-totalité de la médecine traditionnelle et même de la religion, ici aux États-Unis.Alors que d’autres pays semblent adopter une approche plus prudente avec cette nouvelle médecine expérimentale, l’establishment ici en Amérique pousse tout le monde à se faire vacciner le plus rapidement possible, afin d’instaurer une «nouvelle normalité».On parle très peu ici de la nature expérimentale de toute cette campagne. Presque personne, à l’exception des médias indépendants, ne prend même la peine de parler du fait que les injections de vaccins de Big Pharma n’entraînent aucune responsabilité envers leurs fabricants – ce qui signifie que si vous tombez malade ou mourez, il n’y a aucun recours légal.Ceci, combiné au fait que les vaccins n’ont même jamais subi le processus normal de test et d’approbation, fait de l’ensemble un très mauvais pari en termes de santé publique. Nous nous attendons à ce qu’une «troisième vague» de variants viraux entraîne une mort massive parmi les vaccinés . La seule question est de savoir quand cela se produira.N’oubliez pas de consulter le rapport complet du CTIAP pour en savoir plus sur les dangers et l’inefficacité des vaccins contre le covid19.Source

Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

2 commentaires:

  1. nicolas bonnal25 avril 2021 à 13:27https://pgibertie.com/2021/04/19/le-mystere-des-nonnes-du-kentucky/Répondre
  2. Joset25 avril 2021 à 15:56En 1939-1945 les juifs marchaient vers les fours crématoires. Aujourd’hui en Israël ils vont vers la seringue. D’ici peu les décès dans ce pays devraient alerter la population mondiale. L’Iran n’a plus besoin de l’arme atomique pour détruire Israël, Pfizer s’en charge.

Voyez la suite

Israel

Confirmé: de puissants missiles sol-sol syriens frappent près de la centrale nucléaire israélienne de Dimona

Publié

le

Le gouvernement syrien admet avoir tiré un missile surface-surface, qui a explosa à une courte distance de l’usine d’armes nucléaires de Dimona dans le désert du Néguev en Israël. Il est clair que les Syriens envoient ainsi un message clair à Israël : « nous pouvons viser directement Dimona et vous causer des dommages incommensurables ».Voici un extrait de la déclaration syrienne cryptique et menaçante :

Le missile Fajr “Dimona” (Iskandar?) n’est pas différent des autres missiles que nous avons envoyés auparavant. Ce sont des missiles avec des objectifs très clairs,  leur but doit être compris, car ce sont des missiles avec des messages très précis, et ce sont des messages qui ne sont pas liés à leur taille ou à leurs objectifs destructeurs, dans la mesure où ils sont liés à la modification de l’équilibre des forces du moment…
Le missile “
Fajr Dimona ” a été tiré par des esprits sages et froids, qui l’ont déposé dans un environnement très délicat, dans une zone très étudiée, que personne ne comprendra mieux que les “Israéliens”!! ..”

Tous les rapports des Grands Médias Menteurs, concernant ce tir de missiles, sont manifestement faux. Israël a ordonné à ses proxys actifs, à commencer par Google, d’effacer les preuves de la présente  attaque et de celles qui l’ont précédée, ainsi que les preuves de l’échec total de leurs défenses aériennes. Vous ne trouverez que la version israélienne. 

Journal israélien : Et si le missile syrien avait touché le réacteur de Dimona?

Un important journal israélien s’est interrogé sur ce qui aurait pu arriver si le missile syrien avait touché le réacteur nucléaire «Dimona», le matin du 22 avril à l’aube, dans la région du Néguev.

Le journal israélien “Jerusalem Post” a déclaré ce jeudi, que “la frappe du missile syrien à proximité de Dimona (réacteur nucléaire) illustre la gravité de cette bataille“.  “S’il (le missile) était tombé à l’intérieur du complexe du réacteur, les Israéliens se seraient réveillés à une réalité complètement différente”, a ajouté le journal.

Il a indiqué que cet incident “résume toutes les préoccupations israéliennes“.

De son côté, Avigdor Lieberman, ancien ministre de la Défense et leader du parti d’opposition «Israël Beitenou» (Israël notre maison), a déclaré que le résultat du tir de missile aurait pu être «complètement différent».

Le scénario d’une ogive de 200 kilogrammes tirée vers Israël aurait pu se terminer d’une manière complètement différente“, a-t-il affirmé.

Lieberman a utilisé le terme «attaque de missiles» pour attaquer politiquement le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Il a écrit dans un tweet, ce jeudi, “Netanyahou s’est endormi en n’étant prêt qu’à s’occuper de ses affaires personnelles“, faisant référence au procès pour corruption intenté par la justice israélienne au Premier ministre.

Lieberman a appelé la Knesset (Parlement) à sortir de l’état de «paralysie dans lequel elle se trouve, jusqu’à ce que la commission des affaires étrangères et de la défense se réunisse et examine l’état de préparation de la défense en cas d’escalade avec la Syrie ou l’Iran“.

De son côté, la Société israélienne de radiodiffusion officielle a déclaré que les débris du missile avaient été retrouvés ce matin à proximité d’un village de la zone du Conseil régional de Ramat Negev dans le Néguev.

L’organe de presse a aussi ajouté : “Les autorités de l’armée enquêtent pour savoir si ces restes appartiennent au missile syrien qui est tombé dans la région d’Abu Qrenat, près de la ville de Dimona, la nuit dernière, après minuit, sans faire de victimes”.

L’armée israélienne a déclaré que ses forces avaient tenté d’intercepter le missile en lançant un “obus intercepteur”, sans confirmer le succès de l’interception. Et d’ajouter que “L’incident fait toujours l’objet d’une enquête”.

Abdel Bari Atwan, le rédacteur en chef du journal en ligne Rai al-Youm, a évoqué la frappe balistique contre l’installation nucléaire de Dimona précisant que la patience « stratégique » de la Résistance était arrivée à bout.
« Le tir de missile contre Dimona annonce le début d’un changement des règles du conflit. Cette tentative annonce l’effondrement de toutes les anciennes équations », a-t-il écrit dans un tweet. Il semble que la patience stratégique de la Résistance soit terminée. Le Dôme de fer s’est avéré inefficace. Ceux qui ont vu la fuite des colons effrayés vers les abris comprennent ce que nous disons. La Résistance répond et le temps de restituer notre dignité est arrivé. »

Explosion à l’usine Tomer, un ciblage EMP ou une bombe à neutron? 

Cuisant

Southfront écrit : « Cette puissante explosion qui a tonné sur la plus grande usine de missiles d’Israël, dont les impacts ont pu être observées à une distance de plusieurs dizaines de kilomètres, ne pourrait avoir été causée par un  test prévu d’armes israéliennes, car l’armée israélienne n’a pas d’armes, à l’exception des armes nucléaires, qui soient capables de provoquer une telle explosion. Évidemment tous les doigts sont pointés vers l’Iran qui a juré de venger son site d’enrichissement de Natanz, saboté à deux reprises par Israël. S’il est vrai aucune preuve ne plaide en faveur de cette hypothèse, il n’en reste pas moins que cette usine à missiles, appelée Tomer, a tous les critères pour faire une cible favorite de l’Iran. »  

En effet, Tomer Company est affiliée au ministère de la Guerre d’Israël, dont le domaine d’activité est les technologies de pointe avec un accent mis sur la propulsion de missiles, la propulsion de combustibles solides, certains des équipements les plus importants nécessaires d’Israël, y compris la propulsion de missiles du système de Défense aérien « Arrow » et la fusée « Shavit » qui lance la plupart des satellites dont la satellite-espion Ofeq. 

La fusée Shavit  a lancé la dernière fois en juillet 2020 le satellite d’espionnage Ofeq 16, dont l’une de ses principales missions est de surveiller  et d’espionner les pays comme l’Iran et la Syrie. Cependant, le satellite a également erré dans l’espace après avoir été lancé pendant longtemps et Israël a fini par en prendre à peine le contrôle. 

En général, Tomer peut être considéré comme le cœur de l’industrie de défense d’Israël, qui produit de nombreuses technologies avancées de la machine de guerre israélienne. Une erreur de test est-elle possible à Tomer? Les responsables et les médias israéliens annoncent que l’explosion est survenue par une erreur dans le test de l’un des missiles d’un satellite, mais les images et vidéos publiées prouvent que l’intensité de l’explosion est bien plus importante que celle de l’explosion d’un moteur satellite.

En effet, lors des essais de propulsion spatiale, et en raison de la sensibilité des équipements et de l’existence de normes spatiales, un niveau élevé de sécurité est généralement envisagé à l’effet de contenir la propagation d’un accident ou un incident éventuel, et ce, à l’aide d’un équipement spécial de lutte contre l’incendie. Or ceci n’a pas été le cas de la récente explosion à l’usine de Tomer, où tout ce qui est visible ce sont le grand volume d’explosions, de fumées et de flammes. Est-ce ainsi qu’Israël entretien le cœur battant de son industrie de la “”Défense””? 

Un autre point à noter : les systèmes de fusée de Tomer sont testés en dehors du complexe de l’usine. Des tests sur le satellite Shavit sont effectués sur la base aérienne de Palmachim, ou des tests du système de défense Arrow, qui se font en Alaska, à des milliers de kilomètres d’Israël, ce dernier n’étant à vrai dire qu’une partie du complexe militaro-industriel des USA. 

Le troisième fait inédit est le ciblage du Quartier général du Mossad par une attaque à l’explosif. 

Cet incident est lourdement censuré et n’a officiellement jamais existé. La série d’explosions entendues à Tel-Aviv a un lien direct avec cet incident relevant de la guerre de l’ombre.

Tous ces incidents n’ont conduit à aucune escalade. Pour le moment. Au contraire, la plupart des médias minimisent au maximum ces incidents et les réduisent à de simples accidents : accident technique à Tomer ; un missile Sol-Air syrien errant qu’une trajectoire aussi hasardeuse avait poussé un peu loin. Même l’échec des trois étages de la défense spatiale et balistique israélienne dont le fameux système « Dôme de Fer » et la « Fronde de David » est justifié par l’utilisation d’autres moyens trop secrets pour que l’on puisse l’étaler au public selon les Israéliens. Une sorte d’effet placebo pour calmer une opinion un peu plus qu’inquiète après ce coup de Trafalgar déguisé.

Hannibal Genséric 

Voyez la suite

Israel

Syrie / Israël. La Russie a paralysé les systèmes israéliens «Iron Dome» de défense aérienne ;

Publié

le

La Russie a utilisé avec succès son équipement de guerre électronique contre les systèmes de défense aérienne israéliens «Iron Dome». Les violations répétées par Israël des accords sur la désescalade de la situation en Syrie a conduit à une réaction extrêmement dure de la part de la Russie, qui a activé les systèmes de guerre électronique (dans les régions de Tartous et de Damas), ce qui a complètement supprimé le travail des Systèmes de défense aérienne Israéliens – aucun des 12 complexes n’a pu intercepter le système de missiles de défense aérienne S-200 lancé depuis la Syrie vers Dimona dans le sud d’Israël.

Missiles

Israël a reconnu que l’interception d’un missile lancé depuis la Syrie avait lamentablement échoué, tandis que les représentants de Tsahal admettent que s’il s’agissait d’un missile de croisière iranien, les conséquences auraient été tragiques pour Israël – le missile lancé a parcouru 300 kilomètres et est tombé près du centre de recherche nucléaire israélien.. …

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a admis que Tsahal n’a pas été en mesure d’intercepter un missile lancé depuis la Syrie vers Dimona. Gantz a déclaré: “Les FDI ont agi en Syrie contre les moyens d’attaque potentielle contre l’État d’Israël. Le missile a été tiré par le système de défense aérienne S-200 et a traversé le territoire du pays, atteignant le sud. Il y a eu des tentatives pour l’intercepter, mais elles ont échoué. Nous enquêtons toujours sur l’incident. Dans la plupart des cas, nous voyons des résultats différents, cette histoire est un peu plus compliquée. ” .

À en juger par la carte de déploiement des systèmes de défense aérienne israéliens « Iron Dome »  , le missile syrien a traversé au moins 12 zones avec des systèmes de défense aérienne déployés, mais n’a pas été abattu, et la déclaration du ministre israélien de la Défense au sujet de l’enquête qui a été ouverte indique que quelque chose interférait avec les radars de défense aérienne israéliens. Ce qui, évidemment, témoigne de l’utilisation de contre-mesures électroniques complexe de haute puissance dans cette région, qui ne sont en service qu’aux mains de la Russie.

Les systèmes de guerre électronique russes empêchent les avions  israéliens de frapper la Syrie

L’armée russe a déployé une force sérieuse de guerre électronique dans Tartous en Syrie.

Après des avertissements répétés par la Russie à Israël sur l’inadmissibilité de frapper le territoire de la Syrie, l’armée russe a déployé ses puissants systèmes de guerre électronique dans la ville syrienne de Tartous. Ces systèmes non seulement empêchent les missiles israéliens d’atteindre leurs cibles, mais créent beaucoup de problèmes pour les avions de reconnaissance militaires américains et israéliens, qui créent de graves provocations à la fois près de la base navale russe de Tartous et près de la base aérienne de Khmeimim dans la province syrienne de Lattaquié.

Ainsi, une chaîne de télévision russe a publié une histoire qui raconte le travail des spécialistes des unités de guerre électronique des forces armées russes, qui servent à la base militaire russe de Tartous.

À en juger par l’image vidéo présentée en plus des systèmes de suppression électronique portables à courte portée, au moins trois systèmes de guerre électronique Krasukha-4 sont situés dans la zone de Tartous, qui sont capables non seulement de désorienter les avions, drones et missiles ennemis , mais aussi, en fait, de désactiver aussi leurs systèmes de contrôle à une distance de plusieurs centaines de kilomètres. Vidéo

Selon les experts, c’est pour cette raison que l’aviation israélienne n’a pas récemment risqué d’opérer dans cette région de la Syrie, se rendant compte que l’armée russe peut facilement détruire leurs avions, y compris les très  vulnérables F-35.

Les navires de guerre russes protègent les pétroliers iraniens vers la Syrie contre les attaques pirates israéliennes

Russian fleet

Après plusieurs attaques israéliennes contre des navires de la marine iranienne dans les eaux neutres de la mer Méditerranée, la flotte russe a commencé à protéger les navires civils iraniens contre les attaques pirates d’Israël. Selon les médias israéliens, cette décision était très inattendue pour Israël, éliminant toute attaque à la roquette ou tentative de l’armée israélienne de s’emparer ou d’endommager des navires iraniens. La Russie peut répondre très durement, y compris par la destruction de navires militaires agresseurs.

“Des sources disent que ces derniers jours, il y a eu des réunions intensives entre les représentants de la Russie, de l’Iran et de la Syrie, au cours desquelles il a été décidé de créer un quartier général de coordination navale des trois pays pour ce qui a été défini comme” un moyen de briser le blocus de la Syrie. Des sources affirment que “l’action conjointe vise principalement à améliorer la coordination et la sécurité de l’arrivée du pétrole” (en Syrie). Si le message russo-irano-syrien ne concerne que les marines américaine et européenne (ces dernières opèrent en Méditerranée dans le cadre de l’OTAN), il ne fait aucun doute qu’il vise également la marine israélienne. Israël préférerait ne pas entrer dans une confrontation militaire avec la Russie en Méditerranée. Une source russe note que la flotte russe escorte constamment jusqu’à quatre pétroliers iraniens à la fois.”

Depuis cette décision, les Israéliens n’interfèrent plus dans le mouvement des navires iraniens vers la Syrie, même en dépit du fait que les forces du CGRI ont attaqué, par rétorsion, des navires civils israéliens près des frontières iraniennes (officiellement ces données n’ont pas été confirmées par Téhéran) …

Hannibal GENSÉRICEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

8 commentaires:

  1. nicolas bonnal24 avril 2021 à 08:36Même le Saker et Alawata ne sont pas contents de Poutine !
    https://thesaker.is/what-about-the-deescalation-in-the-donbass-open-thread-17/ http://alawata-rebellion.blogspot.com/Répondre
  2. pathibulaire24 avril 2021 à 11:17Que devrait faire Poutine ??? Donnez une excuse pour que tous les pays de l’Otan se sentent obligés d’intervenir pour saucer l’Ukraine et déclencher un conflit mondial ?
    On a déjà vu ce genre de chose…en 40 avec la Pologne et avant avec l’assassinat du duc d’Autriche.
    Combien de morts pour satisfaire les va-t-en-guerre ?
    Je pense que Poutine est un homme responsable.RépondreRéponses
    1. Hannibal Genséric24 avril 2021 à 11:22Vous avez raison, Voir le discours de Poutine :

      «Je suis obligé de le dire. Nous ne manquerons pas de patience, de responsabilité, de professionnalisme, de confiance en soi et en la justice, ainsi que de bon sens quand nous aurons à prendre des décisions», a déclaré le chef de l’État Russe.
      «Mais j’espère qu’aucun n’aura à l’esprit de franchir cette ligne rouge de la Russie. Nous tracerons la dite ligne selon les cas.»
  3. nicolas bonnal24 avril 2021 à 12:03Pour Craig Roberts chaque reculade russe excite le chien enragé. Le tout alors est de savoir s’il fallait une guerre il y a dix ans (une invasion alors possible et rapide du Donbass, ou même de Kiev quand le président précédent était pro-russe) ou s’il faut attendre une guerre que nous aurons de toute manière? L’occident c’est Hitler, NPO.Répondre
  4. Joset24 avril 2021 à 13:42Ce missile qui tombe près d’une centrale nucléaire en Israël est un sérieux avertissement à ce pays de cesser ses attaques en Syrie ou en Iran. De plus la Russie donne aussi un message clair aux nations de l’OTAN qu’une guerre en Ukraine serait désastreuse pour l’Occident.Répondre
  5. Kiks24 avril 2021 à 16:51Je crois que les petroliers iraniens ne transportent pas que du petrole vers la Syrie et qu’ils renforcent tres serieusement leur arsenal en Syrie en y instaurant de vrais centre de developpement balistiques….avec la Russie comme parapluie….L’Armagedon demarrera en Syrie. Je crois que la cle pour l’axe de la resistance passe par la chute d’istanbul. Répondre
  6. Joset24 avril 2021 à 22:00Faire tomber le Sultan d’Ankara plus facile à dire qu’à réaliser. Il y a peu un coup d’Etat militaire a échoué ceux-ci étant maintenant en prison. Erdogan rêve de recréer l’empire Ottoman.Répondre
  7. andre boran24 avril 2021 à 23:09les sales juif et nitaniahou poussent bidon et macron a ce que la Russie declenche une guerre alors le salopard nitaniahou pourra attaquer l’Iran et la Syrie Répondre

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance