Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

CORONAVIRUS

Scandale du vaccin : Pfizer a recruté l’ex-patron de l’agence du médicament américaine en 2019

Publié

le

 13 11 2020

    Ma chère lectrice, mon cher lecteur,   Nous nous enfonçons un peu plus dans les eaux glauques du scandale du vaccin Covid.   Après le vaccin qui soigne les Bourse et fait des bulles et le patron qui vend ses actions pendant que l’Europe achète les doses, voici le 3e volet de notre série qu’il nous faut commencer en revenant à la vente des actions d’Albert Bourla et compagnie.   Nous sommes en train de nous rendre compte qu’Albert Bourla, le patron de Pfizer, N’a PAS vendu ses actions après l’annonce mirifiquede son vaccin « miracle », il a fait l’inverseil a prévu son annonce le jour où il pouvait vendre ses actions et celle de ses grands actionnaires selon le plan de courtage 10b5-1 et fait passer l’argent avant la santé et l’intérêt général.   Car dans cette affaire les 5 millions de dollars du bon docteur Bourla ne sont que la face émergée de l’iceberg. En tant que PDG, il est obligé de déclarer au gendarme boursier américain ses mouvements sur le titre de l’entreprise qu’il dirige… Les actionnaires, en revanche, ne sont pas soumis à cette déclaration jusqu’à 10% (et aucun actionnaire ne détient 10% du géant pharmaceutique qu’est Pfizer).   Nous savons seulement que Pfizer a défendu son patron en déclarant que la vente des actions faisait partie d’un plan beaucoup plus large offert semble-t-il aux grands actionnaires de Pfizer.  Il ne faut pas laisser passer ça. Partagez, partagez encore et faites suivre.  Ce plan a été défini le 19 août dernier, juste avant la fin de la phase 1 de l’essai clinique sur le vaccin…Et un esprit chagrin pourrait penser qu’il a été spécifiquement défini pour cette annonce qu’ils avaient semblent-ils prévue indépendamment des résultats réels de leur essai.  Les plan 10b5-1 sont censés permettre aux dirigeants des grands groupes d’acheter ou vendre des actions de leur groupe automatiquement et selon un plan défini à l’avance pour éviter tout délit d’initié.   Mais c’est de la poudre aux yeux et ces plans 10b5-1 sont très critiqués outre-atlantique : ce n’est pas la première fois que des mouvements plus que louches sont planqués derrière « le plan automatique ».   Dans le détail, ce plan permet d’acheter ou de vendre des actions de manière automatique :     

  • À des dates prévues à l’avance (généralement une fois par mois, par exemple le 2e lundi de chaque mois) ;
  • Pour des montants prévus à l’avance, éventuellement selon une formule. Par exemmple, plus le cour est haut et plus je vend d’actions ;
  • Ces opérations peuvent être conditionnées à une formule. Par exemple, il n’y a vente que si le cour a atteint un seuil particulier.

  La SEC recommande fortement de publier les détails de ces plans pour éviter tout soupçon de délit d’initié mais bien évidemment, Pfizer NE l’a PAS fait.   Nous pouvons tout de même être certains que si le bon docteur Bourla avait fait son annonce mardi plutôt que lundi, aucune vente n’aurait eu lieue.   C’est ce qui me fait dire qu’il n’a pas fait son annonce au meilleur moment pour la science et notre santé mais au meilleur moment pour son portefeuille et celui de ses employeurs.   Au temps pour la plus grande avancée médicale des cent dernières années et le grand jour pour l’humanité professé avec un cynisme dingue par Albert Bourla.   Car leur vaccin n’est absolument pas prêt ! Ils espèrent finir leur phase 3 au plus tôt fin novembre dans des conditions déjà ultra dégradées.  Et cela n’a pas empêché Pfizer de promettre des livraisons massives de vaccin avant la fin de l’annéealors qu’ils auront à peine un mois pour obtenir l’accord de mise sur le marché de la FDA américaine et de l’EMA européenne, lancer la production de en masse, organiser toute la chaîne de distribution de vaccin délicat qui ne supporte pas les température au-dessus de -70°… C’est du DÉLIRE.   Sauf à ce qu’ils aient déjà tout préparés, tout engagé, à l’avance certains d’obtenir leur autorisation.   Et c’est là qu’entre en jeu Scott Gottlieb, l’ex-patron de la FDA, l’agence du médicament américaine. Gottlieb a immédiatement rejoint Pfizer à la fin de son mandat de régulateur en 2019 : il saura faire approuver le vaccin.   Imaginez, l’influence que ce patron peut avoir gardée à la FDA auprès de cadres qu’il a recrutés, promus, dirigés pendant des années et jusqu’à 2019 !  Cela semble d’ailleurs être la stratégie de Monsieur Bourla qui fait des flammes depuis sa nomination, au 1er janvier 2019.   Dès sa première année, il a réussi à faire approuver un record de 10 médicaments auprès de la FDA.  La presse docile dit qu’il a mis le paquet sur la recherche… Moi je dis qu’il a mis le paquet sur Scott Gottlieb.  Nous ne sommes pas en face d’un patron qui réagirait de manière maladroite à une situation inédite mais à un prédateur ultra-agressif qui n’en est pas à son coup d’essai.   Et en France, que faisons-nous ? Nous nous couchons docilement. Nous avons déjà commandé 50 super-congélateurs pour pouvoir recevoir le vaccin dès la fin de l’année.   Et lorsque nous aurons reçu des centaines de millions de doses de vaccin, il faudra bien l’inoculer de gré ou de force.   Face à ce scandale, nous ne sommes pas dupes et la colère monte. Le sujet promet d’être explosif politiquement.  Au États-Unis, les discussions s’orientent vers une privatisation du débat pour mieux l’escamoter. Sans doute en sera-t-il de même en France.   Il est probable qu’ils s’appuieront sur les entreprises et la sphère privée pour faire la promotion de leurs campagne de vaccination ainsi que des techniques de contrainte sociales importées de Chine pour forcer la vaccination sans jamais la rendre obligatoire.  Après tout, les enfants doivent bien se faire vacciner pour avoir le droit d’aller en crêche et à l’école… Demain, il semblerait que cette idée brillante puisse s’appliquer à l’entreprise et pourquoi pas aux restaurants, voyages, matchs de foot ou sorties au cinéma.   Pour la plus grande fortune d’Albert Bourla et de ses grands actionnaires.   Il ne faut pas laisser passer ça. Partagez, partagez encore et faites suivre.   À bon ententeur,   Guy de La Fortelle 

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CORONAVIRUS

Le vaccin est encore plus clivant que la xénophobie ! Voila un nouveau pas vers la schizophrénie !

Publié

le

Dictature sanitaire : Une école de Miami refuse les enseignants vaccinésPUBLIÉ PAR  JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 28 AVRIL 2021

Une école privée de Miami a décidé qu’elle n’emploiera plus les enseignants ayant reçu le vaccin COVID-19, car celui-ci « n’est peut-être pas sûr » (contrairement au virus) a rapporté NBC News.

Vous souvenez-vous de cette école israélienne qui avait interdit à ses enseignants non-vaccinés de venir au travail ? Vous souvenez-vous des réactions scandalisées de certains lecteurs, qui parlaient d’une « dictature sanitaire » ? Je vous mets mon billet qu’ils vont probablement rester silencieux, en prenant connaissance de cette dictature-là…

  • Dans les deux cas, la direction de l’école est maître de ses décisions – une entreprise privée n’est pas une démocratie et le patron fait ce qu’il veut dans son établissement – son droit de décider du règlement intérieur de son entreprise est total et légitime.
  • Là s’arrête la similitude. L’école israélienne a interdit la présence des enseignants non-vaccinés afin de protéger la santé des grands-parents et parents de ses élèves, celle de Miami a pris sa décision pour des raisons plutôt floues et irrationnelles, voire totalement idéologiques.
David, et sa femme Lelia Centner, au centre

Leila Centner, la directrice générale de la Centner Academy, a expliqué la nouvelle politique controversée de son école visant à empêcher les enseignants et le personnel de se faire vacciner contre le virus, qui jusqu’à preuve du contraire sauve des vies. 

Centner a exposé sa décision dans une lettre aux parents, encourageant le corps enseignant et le personnel à ne pas se faire vacciner « jusqu’à ce que des recherches supplémentaires soient disponibles », en précisant que ceux qui souhaitent se faire vacciner sont priés d’attendre la fin de l’année scolaire, ou de ne pas mettre les pieds à l’école : ils seront refoulés.

« Cette décision n’a pas été facile à prendre », indique la lettre. « Nos conseillers se sont accordés à dire que, jusqu’à ce que ce sujet soit étudié de manière plus approfondie, il est dans le meilleur intérêt des enfants de les protéger des implications inconnues de la proximité pendant toute la journée d’un enseignant qui a très récemment reçu l’injection de COVID-19. »

L’école a donc décidé qu’elle n’emploierait personne ayant été vacciné « jusqu’à ce que des informations supplémentaires soient connues », alors qu’il n’existe aucune recherche démontrant un danger significatif du vaccin pour les personnes non-vaccinées ? S’il existe des cas, ils se comptent sur les doigts d’une main.

« Nous ne sommes pas sûrs à 100% que les injections de COVID-19 sont sûres et il y a trop de variables inconnues pour que nous nous sentions à l’aise à l’heure actuelle », a écrit l’école. « Jusqu’à ce que nous en sachions plus, nous devons pécher par excès de prudence lorsqu’il s’agit du bien-être de nos élèves et de l’équipe de l’école. »

Si quelqu’un comprend comment l’école aborde son excès de prudence en ignorant les 130 millions de personnes contaminées par le virus, qu’il m’explique, je suis un homme trop simple. Ma compréhension est qu’un enfant ne risque rien s’il attrape le virus, mais en rentrant chez lui, il va sans doute contaminer ses parents – et surtout ses grands-parents, qui eux sont à risque.

Dans la lettre, Centner donne cette précision :

« Des dizaines de milliers de femmes dans le monde entier ont récemment signalé des problèmes de reproduction indésirables simplement en étant à proximité de ceux qui ont reçu l’une des injections de COVID-19. Par exemple, des menstruations irrégulières, des saignements, des fausses couches, des hémorragies post-ménopausiques et une aménorrhée (perte complète des menstruations) ont été observés. »

Sauf que j’ai vérifié, et il n’existe aucune donnée, aucune étude, aucune recherche pour étayer cela. Ce sont des racontars et des ragots, des Fake News et des absurdités colportées sur les réseaux sociaux par des gens obsédés par l’envie de convaincre du danger du vaccin.

  • Une vidéo, postée le 15 avril sur Instagram en parle (1), sans apporter la moindre preuve.
  • Sur Facebook (2), des récits de femmes – certaines vaccinées, d’autres qui ont « côtoyé celles qui l’ont été » – disent avoir ressenti des symptômes.

Sauf que tous ces messages reposent sur des anecdotes et sont trompeurs : Il n’existe aucune donnée liant les vaccins à des changements dans les cycles ou la fertilité des femmes. Il n’existe aucun mécanisme par lequel une personne non vaccinée pourrait subir des effets secondaires transmis par une personne vaccinée, comme le suggèrent ces messages et la directrice de l’école.

Conclusion

La décision de Leila Centner repose sur des ouï-dire invérifiés, auxquels elle fait plus confiance que toutes les études solides, et les centaines de millions de cas vivants de personnes vaccinées, parce que Centner, comme les anti-vax, ne veut entendre que ce qu’elle veut croire. 

Il est possible que les vaccins déclenchent des effets secondaires dangereux. Il est exact qu’on a très peu de recul, après 5 mois. Et que le vaccin a été développé en un temps extrêmement court – merci Donald Trump – si court qu’il a déclenché une légitime méfiance chez des millions de personnes à travers le monde. Tout ceci est exact : pas besoin d’en rajouter en inventant des trucs tirés par les cheveux juste pour se convaincre qu’on fait partie du camp des éveillés par rapport au camp des bœufs envoyés à l’abattoir !

Personne n’a le droit de dénigrer les réticences et les craintes des gens, même si les gens hostiles au vaccin contre le coronavirus dénigrent et se moquent de ceux qui se vaccinent.

Alain Finie 3 heures plus tôt

100% des vaccinés sont porteurs du virus. Sont-ils contagieux? 

Difficile à dire en ce moment avec les masques, la distanciation et les confinements…0 Répondre

Gally

Gally Répondre à  Alain Finie 3 heures plus tôt

100% des vaccinés sont porteurs du virus.

C’est quoi cette nouvelle connerie encore ?0 Répondre

Alain Finie

Alain Finie Répondre à  Gally 2 heures plus tôt

Inocule-t-on un virus «potentiellement» affaibli ou de l’eau de javel?0 Répondre

Jeanne 33

Jeanne 33 Répondre à  Alain Finie 2 heures plus tôt

Un ARNm qui a besoin d’être injecté pour entrer dans le corps… 

Et même si il y avait des problèmes de défense immunitaire péri-vaccinaux, le schéma actuel: pas d’immunité donc pas de sortie avant 15 jours vous protège, et ceux qui veulent être vaccinés ont tendance à respecter ce schéma!0 Répondre

Gally

Gally Répondre à  Jeanne 33 1 heure plus tôt

En même temps, un ARN, si vous le prenez oralement, il va être digéré… Déjà qu’en flacon à température ambiante, il ne tient que quelques heures, alors dans un tube digestif donc le rôle est de décomposer les aliments en briques assimilables…0 Répondre

Gally

Gally Répondre à  Alain Finie 1 heure plus tôt

Ni l’un ni l’autre, ce qui nous amène donc à la conclusion que vous devriez éviter de raconter n’importe quoi si vous ne savez pas à ce point (cela fait juste des mois que le sujet tient le devant de la scène) de quoi vous parlez…

En prime, même les vaccins à virus « potentiellement » (/facepalm) affaibli ne font pas que les vaccinés sont « porteurs du virus », vu que le but de base d’un vaccin est de déclencher une réaction immunitaire aboutissant forcément à la destruction de l’antigène……….0 Répondre

Alain Finie

Alain Finie Répondre à  Gally 59 minutes plus tôt

Le voeux pieux ne font pas des miracles.0 Répondre

Gally

Gally Répondre à  Alain Finie 51 minutes plus tôt

Quand on n’a rien à dire et du mal à se taire,

On peut toujours aller gueuler dans un bistrot,

Parler de son voisin qui n’a pas fait la guerre,

Parler de Boumedienne et de Fidel Castro,

Parler parler parler… pour que l’air se déplace,

Pour montrer qu’on sait vivre et qu’on a des façons,

Parler de son ulcère ou bien des saints de glace,

Pour fair’ croire aux copains qu’on n’est pas le plus con.

Quand on n’a rien à dire on parle de sa femme

Qui ne vaut pas tripette et qui n’a plus vingt ans,

Qui sait pas cuisiner, qui n’aime que le drame,

Qui découche à tout va, qu’a sûrement des amants.

On parle du Bon Dieu, on parle de la France

Ou du Vittel-cassis qui vaut pas çui d’avant,

On pense rien du tout on dit pas tout c’ qu’on pense.

Quand on n’a rien à dire on peut parler longtemps.

Quand on n’a rien à dire on parle du Mexique

De l’Amérique du Nord où tous les gens sont fous,

Du Pape et du tiercé, des anti-alcooliques,

Du cancer des fumeurs et des machines à sous,

Des soldats des curés, d’la musiqu’ militaire,

De la soupe à l’oignon, de l’îl’ de la Cité.

Quand on n’a rien à dire et du mal à se taire

On arrive au sommet de l’imbécilité

0 Répondre

Alain Finie

Alain Finie Répondre à  Gally 14 minutes plus tôt

Sommet où on retrouve ceux qui basent leurs réflexions indiscutables sur des postulats péremptoires non démontrés pour l’heure en ce qui à trait à la covid-19 : «…vu que le but de base d’un vaccin est de déclencher une réaction immunitaire aboutissant forcément à la destruction de l’antigène…»

De la science à la bien-pensance…0 Répondre

Navy Drahcoc

Navy Drahcoc Répondre à  Gally 2 heures plus tôt

Surpris de votre ton. Cela ne donne pas envie d’échanger.2 Répondre

Gally

Gally Répondre à  Navy Drahcoc 1 heure plus tôt

Désolé d’appeler un chat un chat. Et je suis encore gentil de parler de connerie vu l’énormité…0 Répondre

persoreille

persoreille Répondre à  Alain Finie 44 minutes plus tôt

A-t-elle prévu forme et contenu d’une attestation de non-vaccination ?0 Répondre

Freddie

Freddie Répondre à  persoreille 3 minutes plus tôt

😂 c’est vrai, c’est quasiment impossible de prouver une non existence ! A moins que l’école n’ait accès à un fichier fédéral exhaustif des vaccinés…0 Répondre

Jeanne 33

Jeanne 33 3 heures plus tôt

Bonjour

Je suis contre le vaccin et contre le fait d’interdire aux personnes vaccinées de faire ce qu’elles ont envie de faire, et surtout de pouvoir gagner leur vie!

La vaccination devrait être une analyse personnelle bénéfice/risque et non pas être un passeport dans un sens ou dans un autre.

Le fait que la vaccination puisse induire la formation de mutant est discutée, certains vaccinés deviennent positifs après la 1° vaccination (la plus célèbre c’est Bachelot) mais une fois la vaccination réalisée, et l’immunité acquise 15 jours après la 2° injection, je ne vois vraiment pas -et n’ai rien lu en ce sens – en quoi la vaccination serait/pourrait être dangereuse pour la population!

Ce virus rend fou!0 Répondre

pabizou

pabizou Répondre à  Jeanne 33 2 heures plus tôt

Le vaccin ne n’évite pas la transmission du virus, c’est la raison pour laquelle le conseil d’état n’a pas accordé le droit au déconfinement pour les vaccinés . D’autre part il n’est pas normal de vacciner en plein coeur d’une épidémie, surtout avec des vaccins basés sur une seule protéïne comme c’est le cas aujourd’hui . Si vous suivez un peu ce qui se passe vous serez intéressé de savoir que les Britanniques remettent en cause l’efficacité du vaccin anti covid et s’orientent maintenant sur le soins et traitements précoces, c’est une décision de B. J. qui date de quelques jours et on peut difficilement le traiter d’anti vaccins . Quand à la formation des mutants, ce n’est pas ce qui peut arrêter des gens qui ont imposé le Remdesivir reconnu comme dangereux ET mutagène que les services de santé français ont continué a utiliser et à conseiller bien après que ses inconvénients aient été connus . Il n’est d’ailleurs pas impossible que la CPI et d’autres institutions internationales soient saisies à brève échéance . Quant aux choix de l’école, si elle est privée, c’est à elle de faire ses choix et d’en assumer les conséquences . Si les parents d’éléves ne sont pas d’accord il leur appartient de retirer leurs enfants de l’établissement et ça ne concerne que les parties prenantes, même si on peut avoir un avis personnel bien sûr, il n’a pas a avoir force de loi ni à influencer les décisions d’autrui .5 Répondre

Poursuivre l'idée

Poursuivre l’idée Répondre à  pabizou 2 heures plus tôt

Pour rebondir sur votre (bon à mon avis) point concernant le fait que ces pseudos vaccins / vrais thérapies géniques cherchent à induire une immunité en ne se basant que sur une seule protéine, le principal risque qui aurait dû amener à plus de précautions c’est celui de l’amélioration dépendante aux anticorps. Après pour en revenir au sujet de l’article, je pense que bien peu de données sont disponibles pour savoir si la protéine que l’ARN injecté fait produire au corps peut potentiellement être disséminée par le « vacciné ».0 Répondre

Jean-francois Morissette

Jean-francois Morissette 1 heure plus tôt

le vaccin n’a pour objectif que de réduire les symptômes, pour une personnes affaiblie et âgée, à la limite sa passe. Mais qu’une personne en santé prenne se produit, c’est une preuve d’ignorance et de stupidité. Donc moi aussi je refuserais d’engager des personnes en santé qui se font vacciner car je ne voudrais pas de gens stupide dans mon entreprise.0 Répondre

Gally

Gally Répondre à  Jean-francois Morissette 1 heure plus tôt

En même temps, quelque chose me dit que seuls les imbéciles qui ne trouvent pas de place ailleurs vont bosser pour un patron dans votre genre, entre pulsions dictatoriales et orgueil du cuistre osant parler d’ignorance avec une « ortaugrafe » pareille……0 Répondre

Voyez la suite

CORONAVIRUS

Coronavirus, ma nouvelle réflexion du jour

Publié

le

Qui nous dit que les bons chiffres d’Israël, qui a vacciné à tour de bras ceux qui le souhaitaient, vont durer ? Rien. Personne ne connaît l’avenir.

Tour à tour, nous en avons vu des pays exemplaires afficher des résultats impressionnants. Souvenez-vous, la Suède était montrée en exemple : elle avait refusé le confinement et opté pour l’immunité de groupe. Et puis paf, tout s’est écroulé et les chiffres sont aujourd’hui dramatiques.

La Turquie a adopté très tôt les recommandations du professeur Raoult, le traitement précoce des malades, ainsi que le Brésil, l’Inde, l’Argentine, etc. Pareil : aux excellents résultats ont succédé des chiffres catastrophiques.

Qui nous dit qu’un variant ne va pas atterrir en Israël, un variant résistant aux vaccins Pfizer et Moderna, et que les habitants, ayant baissé leur garde – le masque n’est plus requis, la distanciation sociale non plus, les restaurants et les bars sont ouverts – ne vont pas devoir repartir dans un confinement total et voir les hôpitaux reprendre du service ?

Aussi, convient-il de garder profil bas avec nos certitudes, et de montrer une grande modestie dans les bons résultats qu’affiche un pays ou un autre, un traitement ou un autre. Je continue à penser qu’il y a plus de choses qu’on ignore sur ce virus communiste que de choses que l’on connaît.

Hélas, mes lecteurs n’y parviennent guère. 

J’ai reçu des emails enflammés de lecteurs qui refusent de lire les articles sur les aspects négatifs du vaccin, parce qu’ils s’obstinent à penser que si on n’est pas radicalement hostile au vaccin, c’est qu’on est forcément pour. Accepter mes articles qui critiquent le vaccin, ou le masque, ou le confinement, les forcerait à accepter qu’on puisse être ni pour ni contre : intenable.

«Ni pour ni contre, bien au contraire!»

Quel idée de faire du journalisme! On attend de vous de la propagande, comme presque partout ailleurs. Chapeau bas à tous vos articles sur le sujet et à votre potentiel d’objectivité journalistique.

Personne ne peut raisonnablement prendre la responsabilité pour les autres en faveur ou contre les vaccins.

Chacun peut témoigner cependant de ses motifs pour ou contre et révéler éventuellement son ignorance : pour moi, ce virus communiste n’a rien de naturel et l’idée d’en introduire de force des éléments traficotés dans mon organisme est brutalement inconcevable.

Mon sentiment profond : l’humanité est peut-être au bord de la pire catastrophe de son histoire avec ce virus aux multiples capacités adaptatives et évolutives.

Si le vaccin se révèle être un leurre passager, le résultat peut se révéler pire que de simples mesures prophylactiques…

Si une vaccinée Pfizzer embrasse un vacciné Astra, auront-ils des enfants astro-pfizzers…  🙂 2 Répondre

gabriel

gabriel 1 heure plus tôt

Bonjour,

Le virus n’est pas communiste. C’est un micro-organisme infectieux.

En revanche c’est un virus issu d’un pays communiste, avec toutes les négligences, corruptions et propagandes médiatiques propres au « gouvernement » communistes.

Bien cordialement.1 Répondre

Jeanne 33

Jeanne 33 Répondre à  gabriel 25 minutes plus tôt

Le mutant anglais, le mutant brésilien, le mutant sud africain….le virus chinois ou du parti communiste chinois..1 Répondre

Daniel

Daniel 36 minutes plus tôt

Et qui nous dit que les mesures liberticides servent à quelque chose? Merci pour votre honnêteté.3 Répondre

Fabrice

Fabrice 34 minutes plus tôt

Bonjour Monsieur Grumberg, permettez moi de préciser au 26 avril 2021 les chiffres de mortalité pour 100.000 habitants* : 

Inde : 14,43
Turquie :46,60
Israël : 71,50
Argentine : 138,54
France : 152.56
Monde :41,14

Bien entendu, ces chiffres restent dépendants de l’honnêteté ou non des pays concernés, et du système de validation des morts covid (morts dû, avec, après test PCR positif lors d’un accident de voiture, …..)

  • Sources politologue.com

Bien cordialement1 Répondre

Gally

Gally Répondre à  Fabrice 22 minutes plus tôt

https://www.worldometers.info/coronavirus/
Ne vous inquiétez pas, aucun des journalistes de Dreuz n’ignore ces chiffres, mais comme vous le dites vous même, de nombreux pays sont non fiables soit parce qu’ils trichent (dans un sens ou dans l’autre), soit parce qu’ils n’ont pas les structures sanitaires nécessaires à un décompte fiable.1 Répondre

Jeanne 33

Jeanne 33 19 minutes plus tôt

Bonjour Jean-Patrick

Toutes mes condoléances pour le décès de votre ami.

Vous avez raison, on ne sait pas grand-chose sur l’évolution future. 

Le renforcement des défenses immunitaires , l’aération des pièces et le lavage des mains semblent les mesures les plus simples et les plus faciles à mettre en œuvre.

Voyez la suite

CORONAVIRUS

Rapport catastrophique sur la vaccination Pfizer en Israël

Publié

le

Le Comité populaire israélien (IPC), un organisme civil composé d’éminents experts israéliens de la santé, a publié son rapport d’avril sur les effets secondaires du vaccin Pfizer.* Les conclusions sont catastrophiques à tous les niveaux. Leur verdict est qu'”il n’y a jamais eu de vaccin qui ait nui à autant de personnes”. Le rapport est long et détaillé. Je ne citerai que quelques-unes des conclusions les plus dévastatrices présentées dans le rapport.

Nous avons reçu 288 rapports de décès autour de la vaccination (90% jusqu’à 10 jours après la vaccination), 64% d’entre eux étaient des hommes.”Pourtant, le rapport indique que “selon les données fournies par le ministère de la Santé, seuls 45 décès en Israël étaient liés à la vaccination.” Si les chiffres ci-dessus sont sincères, alors Israël, qui prétendait mener une expérience mondiale, n’a pas véritablement rendu compte des résultats de son expérience. Nous entendons souvent parler de caillots sanguins causés par le vaccin AstraZeneca. Par exemple, nous avons appris ce matin l’existence de 300 cas de caillots sanguins en Europe. Toutefois, si les conclusions de l’IPC sont authentiques, le vaccin Pfizer pourrait être associé à plus de décès en Israël seulement que le vaccin AstraZeneca dans toute l’Europe.

“Selon les données du Bureau central des statistiques, en janvier-février 2021, au plus fort de la campagne israélienne de vaccination de masse, on a constaté une augmentation de 22% de la mortalité globale en Israël par rapport à l’année précédente. En fait, janvier-février 2021 ont été les mois les plus meurtriers de la dernière décennie, avec les taux de mortalité globale les plus élevés par rapport aux mois correspondants des dix dernières années.

L’IPC constate que “dans le groupe d’âge des 20-29 ans, l’augmentation de la mortalité globale a été la plus spectaculaire. Dans ce groupe d’âge, on constate une augmentation de 32% de la mortalité globale par rapport à l’année précédente“. “L’analyse statistique des informations du Bureau central des statistiques, combinée aux informations du ministère de la Santé, permet de conclure que le taux de mortalité parmi les vaccinés est estimé à environ 1 : 5000 (1 : 13000 chez les 20-49 ans, 1 : 6000 chez les 50-69 ans, 1 : 1600 chez les 70 ans et plus). Selon cette estimation, il est possible d’estimer le nombre de décès en Israël, autour du vaccin, à ce jour, à environ 1000-1100 personnes.

Encore une fois, si cette analyse statistique est correcte, alors les chiffres rapportés par les autorités sanitaires israéliennes sont trompeurs de plus de 22 fois.  Ceux qui suivent mes écrits sont au courant de mon travail sur la corrélation indéniable entre la vaccination, les cas de Covid-19, les décès et la propagation des souches mutantes. L’IPC confirme mon observation, en fournissant des informations plus cruciales concernant les groupes d’âge. “Il existe une forte corrélation entre le nombre de personnes vaccinées par jour et le nombre de décès par jour, dans une fourchette allant jusqu’à 10 jours, dans tous les groupes d’âge. Les 20-49 ans – une fourchette de 9 jours entre la date de la vaccination et la mortalité, les 50-69 ans – 5 jours entre la date de la vaccination et la mortalité, les 70 ans et plus – 3 jours entre la date de la vaccination et la mortalité.”

L’IPC révèle également que “le risque de mortalité après le second vaccin est plus élevé que le risque de mortalité après le premier vaccin.”

Mais la mort n’est pas le seul risque lié à la vaccination. L’IPC révèle que “à la date de publication du rapport, 2066 rapports d’effets secondaires se sont accumulés et sont parvenus au Comité d’enquête civ; il et les données continuent d’arriver. Ces rapports indiquent des dommages à presque tous les systèmes du corps humain….Notre analyse a révélé un taux relativement élevé de lésions cardiaques, 26% de tous les événements cardiaques sont survenus chez des jeunes jusqu’à l’âge de 40 ans, le diagnostic le plus courant dans ces cas étant la myosite ou la péricardite. On a également observé un taux élevé de saignements vaginaux massifs, de lésions neurologiques et de dommages aux systèmes squelettique et cutané. Il convient de noter qu’un nombre important de rapports d’effets secondaires sont liés, directement ou indirectement, à l’hypercoagulabilité (infarctus), l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral, les fausses couches, l’altération de la circulation sanguine dans les membres, l’embolie pulmonaire.

En Israël, le gouvernement cherche désespérément à vacciner les enfants. L’IPC souligne qu’une telle démarche peut être désastreuse. “À la lumière de l’étendue et de la gravité des effets secondaires, nous souhaitons exprimer la position du comité selon laquelle la vaccination des enfants peut également entraîner chez eux des effets secondaires, tels qu’observés chez les adultes, y compris la mort d’enfants en parfaite santé. Comme le coronavirus ne présente aucun danger pour les enfants, le comité estime que l’intention du gouvernement israélien de vacciner les enfants met en danger leur vie, leur santé et leur développement futur.”

L’IPC souligne qu’“il n’y a jamais eu de vaccin qui ait affecté autant de personnes ! Le système américain VARES présente 2204 rapports de mortalité de personnes vaccinées aux États-Unis au premier trimestre 2021, un chiffre qui reflète une augmentation de milliers, en pourcentage, par rapport à la moyenne annuelle, qui s’élevait à 108 rapports par an.”  Je dois mentionner que le travail de l’IPC a été très peu couvert par la presse israélienne. Ces experts de la santé font un travail courageux, sachant que leur licence d’exercice de la profession médicale et leurs moyens de subsistance sont gravement menacés.

 Par  Gilad Atzmon 
* Pour lire le rapport en hébreu, cliquez ici.

Source :  Entre La Plume et l’Enclume – Rapport catastrophique sur la vaccination en Israël (plumenclume.org)

Le centre français d’évaluation des médicaments déclare que les quatre vaccins Covid-19 sont dangereux et devraient être retirés du marchéLe Centre territorial d’Information indépendante et d’Avis pharmaceutiques (CTIAP), un centre régional indépendant d’évaluation des médicaments en France, a publié un rapport montrant qu’aucune des quatre «vaccinations» contre le coronavirus actuellement administrées n’est sûre ou efficace, parce que tous n’ont reçu qu’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) avec des tests cliniques insuffisants.Lesvaccins sont tous problématiques car les procédés de fabrication utilisés sont nouveaux, tout comme les excipients qu’ils contiennent, qui, selon une équipe d’experts de l’hôpital public de Cholet dans l’ouest de la France, «devraient être considérés comme de nouvelles substances actives».Dirigée par le Dr Catherine Frade, pharmacienne, l’équipe de recherche a travaillé avec des données publiques publiées par l’Agence européenne des médicaments (EMA) concernant les injections publiées par Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johnson & Johnson). Ces quatre injections n’ont qu’une autorisation temporaire basée sur un besoin perçu, par opposition à une approbation basée sur des preuves cliniques de sécurité et d’efficacité.Tous les vaccins sont également encore soumis à des études qui s’étendent jusqu’en 2024 – dans trois ans – et au-delà. On en sait très peu à ce stade, sur les effets secondaires à long terme des injections, bien que nous voyions des effets secondaires à court terme sous forme de caillots sanguins graves et de décès.Selon le CTIAP, les quatre vaccins ont été mis à la disposition de l’administration publique avant que «la preuve de qualité de la substance active et du produit fini» ne soient vérifiés. Tous les laboratoires où les vaccins sont produits ont également obtenu des échéances futures pour soumettre les études associées.Cela signifie bien sûr que chaque personne qui se fait vacciner contre le coronavirus est un cobaye humain participant à une expérience pharmaceutique de masse. Reste à voir comment les vaccinés vont le vivre.Dans les mois et années à venir, l’équipe de recherche prévient que «les variabilités, qui ont un impact sur le cœur même du produit, pourraient même invalider les essais cliniques menés.»«La prudence imposerait même que, dans tous les pays où ces vaccins contre le COVID-19 ont été commercialisés, tous les lots ainsi « libérés » doivent être retirés immédiatement; et que ces AMM qui ont été accordées devraient être suspendues, voire annulées de toute urgence jusqu’à nouvel ordre », disent-ils.Les Covidiens sont les membres d’une secte avec un objectif mortifère C’est bien loin des messages provenant de la Maison Blanche, de Donald Trump, d’Anthony Fauci et de la quasi-totalité de la médecine traditionnelle et même de la religion, ici aux États-Unis.Alors que d’autres pays semblent adopter une approche plus prudente avec cette nouvelle médecine expérimentale, l’establishment ici en Amérique pousse tout le monde à se faire vacciner le plus rapidement possible, afin d’instaurer une «nouvelle normalité».On parle très peu ici de la nature expérimentale de toute cette campagne. Presque personne, à l’exception des médias indépendants, ne prend même la peine de parler du fait que les injections de vaccins de Big Pharma n’entraînent aucune responsabilité envers leurs fabricants – ce qui signifie que si vous tombez malade ou mourez, il n’y a aucun recours légal.Ceci, combiné au fait que les vaccins n’ont même jamais subi le processus normal de test et d’approbation, fait de l’ensemble un très mauvais pari en termes de santé publique. Nous nous attendons à ce qu’une «troisième vague» de variants viraux entraîne une mort massive parmi les vaccinés . La seule question est de savoir quand cela se produira.N’oubliez pas de consulter le rapport complet du CTIAP pour en savoir plus sur les dangers et l’inefficacité des vaccins contre le covid19.Source

Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

2 commentaires:

  1. nicolas bonnal25 avril 2021 à 13:27https://pgibertie.com/2021/04/19/le-mystere-des-nonnes-du-kentucky/Répondre
  2. Joset25 avril 2021 à 15:56En 1939-1945 les juifs marchaient vers les fours crématoires. Aujourd’hui en Israël ils vont vers la seringue. D’ici peu les décès dans ce pays devraient alerter la population mondiale. L’Iran n’a plus besoin de l’arme atomique pour détruire Israël, Pfizer s’en charge.

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance