Richard Berry accusé d’inceste

Spread the love

Au début des années 80, Jeane Manson a quitté l’acteur américain Robert Viharo pour Richard Berry. Dans son autobiographie parue en 2011, la chanteuse racontait avec beaucoup de détails cette période très difficile de sa vie.

Si Jeane Manson s’exprime peu depuis le début de l’affaire Richard Berry, il suffit de se plonger dans les livres qu’elle a écrits pour avoir un vaste aperçu de sa relation avec l’acteur. Dans Une Américaine à Paris, paru en 2011 aux éditions du Rocher, la chanteuse racontait leur histoire, qui a commencé comme une liaison adultère. Au début des années 80, elle était encore mariée avec l’américain Robert Viharo et n’arrivait pas à choisir entre les deux hommes. « Lorsque Robert venait en France, Richard retrouvait la mine renfrognée que je lui connaissais et il me faisait payer cher mon irrésolution », écrivait-elle. Richard Berry aurait commencé à lui « mettre la pression », avant de finalement exiger « l’exclusivité » : « Son intimation était claire : je devais divorcer. » Jeane Manson s’est exécutée et a quitté la Californie pour s’installer en France avec Richard Berry, qui avait visiblement de grands projets pour elle : « Richard se sentait une âme de Pygmalion et prenait soin de m’aider à progresser dans l’art de la comédie », racontait l’artiste dans son autobiographie. Mais il n’y avait malheureusement qu’un pas à franchir pour que les conseils deviennent des ordres.

Jeane Manson : son témoignage terrible sur Richard Berry

« Après m’avoir aidée à progresser dans mon métier d’actrice, Richard a voulu également prendre ma vie en main et me changer, écrivait Jeane Manson dans Une Américaine à ParisIl n’aimait pas mes amis ni ma façon de travailler, il critiquait la plupart de mes relations professionnelles. Selon lui, je m’y prenais mal dans bien des domaines, ma confiance en moi s’effondrait donc peu à peu. » Dans ce témoignage glaçant, elle assure que Richard Berry lui imposait une certaine apparence : « Je ne devais pas sourire lorsque j’étais prise en photo, une comédienne ne souriait, paraît-il, jamais. Je devais être habillée de manière stricte, mes chemisiers soigneusement boutonnés jusqu’au cou. Le maquillage était proscrit, ou tout du moins devait-il être le plus léger possible. Je devais également chanter sans trop sourire. Je n’avais pas le choix, je devais suivre ses conseils ou me préparer à d’incessants reproches. » A cela s’ajoutaient des violenceset, selon elle, une jalousie de plus en plus difficile à supporter.ACTUALITÉ DES MARQUESLes acariens responsables d’1 allergie sur 2Ils sont nombreux, ils sont partout, ils sont petits mais peuvent vous gêner la nuit ! Des solutions existent !Inspired by

« Richard n’aimait pas la concurrence, y compris la mienne. Il voulait être le meilleur, écrivait-elle en 2011. Je devais le suivre comme son ombre sans pour autant lui en faire. Dès que nous étions en présence d’autres personnes, il ressentait le besoin de briller à mes dépens. De passionnelle, notre relation devenait conflictuelle. » En 1984, durant une tournée à La Réunion, Richard Berry aurait explosé à plusieurs reprises. « C’était moi la vedette et il avait du mal à le supporter », analysait Jeane Manson. Entre deux courtes accalmies, la chanteuse ne supportait plus cette situation : « Je me sentais enfermée et enchaînée, comme une mouche dans une toile d’araignée soigneusement tissée. »

Comment Jeane Manson a compris qu’elle devait partir

Jeane Manson raconte avoir décidé de partir après une énième dispute. Il y en avait pourtant eu bien d’autres avant : « Ses mots blessants me rendaient agressive, moi qui ne l’avais jamais été auparavant. Les assiettes et les plats volaient. Il m’arrivait de m’enfermer dans la salle de bains pour me calmer et reprendre mes esprits. » Mais ce jour-là, c’était encore différent : la chanteuse était dans un état qui l’a elle-même effrayée.

« Il était au volant et il avait accéléré jusqu’à me rendre folle, racontait-elle dans son livre. Il conduisait à plus de 150 km/h sur des routes sinueuses bordées de ravins vertigineux. J’étais morte de peur. Je lui ai demandé de ralentir à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il obtempère pour rouler à 5km/h alors qu’il savait que nous étions attendus pour une répétition et que nous avions du retard. » A bout, elle a jeté, de rage, sa bague par la fenêtre. « A cet instant, j’ai su que tout était fini entre nous. Son caractère exclusif, ses colères et son mépris risquaient à nouveau de faire resurgir en moi cette violence qui m’était jusqu’alors inconnue, a-t-elle conclu dans son livre. Je n’avais plus confiance, je le craignais trop et ne croyait plus à une quelconque rédemption. »

Richard Berry : le jour où Jeane Manson l’a surpris avec une “jeune fille” dans leur appartement

En 1984, Jeane Manson a mis fin à sa relation avec Richard Berry. Une rupture devenue inévitable tant les tensions étaient vives entre eux, mais qui a été précipitée par un événement douloureux pour la chanteuse.

Jeane Manson et Richard Berry ont vécu une relation durant quatre ans dans les années 80. Une histoire presque oubliée par le grand public, mais qui est récemment revenue dans les mémoires avec le scandale autour de la chanteuse et de l’acteur. Tous deux sont visés par une plainte pour viols de Coline Berry Rojtman. Cette dernière, au cours de ses différentes prises de parole dans les médias, n’a eu de cesse de dénoncer la violence de son père avec certaines de ses compagnes. Dont, comme l’a reconnu lui-même Richard Berry, Jeane Manson. Dans son autobiographie Une Américaine à Paris parue en 2011 aux éditions du Rocher, cette dernière évoque longuement leur relation houleuse. Elle racontait les reproches incessants, les critiques, les choses qu’il lui aurait imposées. « Je me sentais enfermée et enchaînée, comme une mouche dans une toile d’araignée soigneusement tissée, écrivait-elle.Ses mots blessants me rendaient agressive, moi qui ne l’avais jamais été auparavant. Les assiettes et les plats volaient. »

Votre passion ne devrait pas coûter un bras !Tout pour les grands paysagistes !Pour notre anniversaire, faites le plein de bonnes affaires !AliExpress ! e-MERVEILLEZ-VOUS !Découvrir Inspired by

Jeane Manson a tout cassé avant de divorcer

En 1986, après une énième dispute à bord d’une voiture, Jeane Manson a senti qu’il était temps de partir. Mais le point de non-retour est arrivé « quelque temps plus tard », comme elle le racontait dans son autobiographie : « Alors que je rentrais du théâtre Hébertot un peu plus tôt que prévu, je le découvris dans notre appartement avec une jeune fille près de lui. Il lui montrait un de ses derniers films. » En découvrant cette scène, Jeane Manson a vu rouge : « Cette scène me rappela notre première soirée quand il m’avait invitée au cinéma. C’était sans doute sa technique pour charmer les femmes. En me voyant arriver, folle de rage, la jeune fille se mit à trembler. »

Pour la dernière fois, Jeane Manson a laissé éclater sa rage. « Après l’avoir chassée, je me mis à tout casser dans l’appartement : le grand écran, les cadeaux que je lui avais offerts, j’ai brûlé ou déchiré nos photos, brisé la vaisselle », racontait-elle dans son livre. Cet ultime affront était celui de trop : « Nous avons divorcé quelques mois plus tard, malgré plusieurs tentatives de sa part pour me récupérer, écrivait Jeane Manson en 2011. Je conserve de ces quatre années le souvenir de la période la plus difficile de mon existence de femme. Je lui pardonne néanmoins. » D’où, peut-être, son fort soutien à l’acteur face à Coline Berry.

Jeane Manson accusée de faire partie d’une secte : qu’est-ce que Les Enfants de Dieu ?

Coline Berry a accusé son ancienne belle-mère Jeane Manson de faire partie des Enfants de Dieu. Les membres de cette secte, dissoute en France depuis 1978 mais toujours active dans l’ombre, pratiquent l’inceste et la pédophilie.

Coline Berry-Rojtman accuse de viols son père, Richard Berry, et son ancienne belle-mère Jeane Manson. Dans une plainte déposée contre l’acteur et la chanteuse, elle raconte avoir été forcée à participer à des « jeux sexuels » dérangeantslorsqu’elle était enfant. Invitée sur BFMTV ce jeudi 4 mars, Coline Berry a fait une déclaration fracassante au sujet de Jeane Manson. « C’est quelqu’un qui fait partie des Enfants de Dieu, une secte qui prône la pédophilie et l’inceste », a-t-elle assuré. Si elle n’a pas apporté de preuve pour appuyer son propos, l’accusation est très grave. Dénoncée par la Miviludes dans son guide pour la protection des mineurs contre les dérives sectaires paru en 2010, la secte des Enfants de Dieu est tristement connue pour être une organisation proxénète, pédophile et apocalyptique. Officiellement dissoute en France depuis 1978, où elle a été très implantée dans les années 70, elle continue d’exister aujourd’hui sous d’autres formes malgré le décès en 1994 de son gourou.

Les Enfants de Dieu, la sinistre secte de David Brandt Berg

Né en 1918 aux Etats-Unis, le pasteur méthodiste David Brandt Berg quitte son église en 1951 à la suite, déjà, d’accusations de délits sexuels. Comme le raconte l’Union nationale des Associations de défense des familles victimes de sectes, ce passionné d’astrologie et de spiritisme commence alors à se faire connaître en étant un des premiers pasteurs à se lancer dans le business naissant de la télé-évangélisation. C’est en 1969 qu’il lance sa secte : assurant avoir une vision « prophétique », David Brandt Berg quitte femme et enfants et fonde, à 51 ans, Les Enfants de Dieu avec sa nouvelle et jeune compagne Karen Zerby. Ayant l’expérience de la télévision, David Brandt Berg – qui se fait alors appeler, entre autres, Moïse David – fait la promotion de son mouvement avec des apparitions remarquées où il affirme, par exemple, qu’il reçoit des visions de son « ange gardien ». Accusé de proxénétisme, détournement de mineurs et fraude fiscale, l’apprenti gourou décide de quitter les Etats-Unis. Pour convaincre ses fidèles de le suivre, il invente une catastrophe : il affirme ainsi que le 4 décembre 1973, la comète Kohoutek détruira le pays. Un mensonge qui va convaincre 2000 de ses disciples de partir avec lui en Europe.ACTUALITÉ DES MARQUESAllergies de l’air intérieur : agir !Acariens, moisissures et poils d’animaux altèrent la qualité de notre environnement intérieur. Des solutions existent.Inspired by

En 1974, les Enfants de Dieu sont environ 4000, répartis aux Etats-Unis et en Europe dans 170 colonies. Mais la secte va grandir très vite, grâce à la mise en place du « flirty fishing », une sorte de « prosélytisme par la prostitution », comme l’indique l’Union nationale des Associations de défense des familles victimes de sectes. David Brandt Berg pousse des jeunes femmes à user de leurs charmes afin de recruter de nouveaux adeptes, en leur affirmant que leur « sacrifice » sert Jésus. Cette pratique a eu cours dans la plupart des pays où Les Enfants de Dieu étaient implantées. Elle l’a notamment été en France, où Berg a même un temps vécu et dirigé son organisation. Les pratiques de la secte ont fini par être exposées au grand jour et Les Enfants de Dieu ont été officiellement dissous chez nous en 1978 pour « racolage et prostitution ». D’autres pays ont emboité le pas. Mais le mouvement s’est reformé plus clandestinement, sous plusieurs noms : The Family of Love, Heaven’s boys, Heaven’s girls, Services missionnaires internationaux, Centre au service des familles, Familles sans frontières… Une douzaine de communautés ont été interpellées en 1993 dans le sud de la France et d’autres existeraient toujours aujourd’hui en se faisant discrètes.

Des témoignages terribles contre Les Enfants de Dieu

Parti dans un premier temps en Asie, David Brandt Berg a maintes fois disparu des radars et continué ses activités dans les années 80 et 90, jusqu’à sa mort en 1994. Son épouse Karen Zerby a depuis repris la tête des nouveaux Enfants de Dieu, qui se font appeler The Family International, La Famille Internationale. Sur son site internet, l’organisation se présente comme « un réseau d’hommes et de femmes chrétiens qui œuvrent dans presque 80 pays, et se consacrent à diffuser le message de l’amour de Dieu avec les autres ». Elle affirme œuvrer, entre autres, pour « la protection de l’enfance ». Un point extrêmement perturbant quand on connaît l’historique de la secte en termes d’inceste et de pédophilie.

Les premières personnes à avoir raconté leur calvaire sont les Américaines Celeste Jones, Kristina Jones et Juliana Buhring, qui ont publié en 2007 le livre Jamais sans mes sœursEn France, c’est Amoreena Winkler qui a bouleversé les lecteurs en racontant son enfance dans cette secte, dont faisaient partie son père américain et sa mère française. En 2009 avec Purulence, puis en 2014 avec Fille de Chair, elle a témoigné sur ce groupe qui l’a détruite de sa naissance à sa fuite à l’âge de 17 ans. « Le gourou avait institué la stimulation et la pratique sexuelles sur les enfants. Les adultes pouvaient donc disposer de notre corps. Les enfants étaient conviés à des orgies géantes. Et comme à notre âge nous n’avions pas de repères, on ne voyait pas où était le mal. On était des esclaves sur pattes, au service de la secte et de la cause », racontait-elle au Parisien en 2010. Dès l’âge de 4 ans, elle a subi des coups, des attouchements et des violences sexuelles.

Des célébrités ont été victimes de la secte

Comme l’expliquait Amoreena Winkler au Parisiense reconstruire après cette enfance brisée est difficile. « Beaucoup de jeunes qui ont grandi dans les Enfants de Dieu sont morts, de suicide ou d’overdose. Cette réalité-là est très difficile à gérer. On a été élevés pour mourir en martyrs », assurait-elle en 2010. Comme elle, d’autres ont survécu à des années d’enfer, dont des célébrités. Rose McGowan a grandi dans une communauté des Enfants de Dieu en Italie. Même chose pour toute la famille Phoenix (dont les acteurs River et Joaquin Phoenix), aux débuts de la secte, aux Etats-Unis puis au Venezuela. En 1994, le magazine Esquire racontait qu’ils avaient quitté la secte dans les années 70, après avoir découvert en tombant sur des documents et des photos très dérangeantes que David Brandt Berg incitait à la pédophilie. « Ils sont dégoûtants, avait un jour témoigné avec colère River Phoenix, qui a rarement évoqué cette partie sombre de sa vie. Ils ruinent la vie des gens. » Et ça ne semble malheureusement pas terminé pour de bon.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*