RIC pour palier à la trahison des politiques

CdmbQRaZDSlurfd-128x128-noPad.png
Spread the love


Etienne Chouard : le drôle de profil de la star des gilets jaunes 

Martin Lemaire, Mis à jour le 20/12/18

Etienne Chouard, fervent défenseur du référendum d’initiative citoyenne, est devenu une figure des gilets jaunes. Mais cet ancien professeur d’éco-gestion suscite également la controverse… 

Le nom d’Etienne Chouard revient en force depuis l’éclatement de la crise des gilets jaunes mais ce n’est pas la première fois que les médias s’intéressent à cet ancien professeur d’éco-gestion de 61 ans. En 2005, il s’était fait connaître en s’opposant vertement et publiquement à la constitution européenne et en créant un blog sur le sujet, devenant une tête d’affiche du « non » qui finira par l’emporter en France. Après cela, son site perdure et ses aficionados s’accumulent, se fiant à ses projets d’une nouvelle Constitution et à ses rêves de démocratie concrètement participative. C’est là que le lien avec les gilets jaunes se fait, avec le fameux RIC, pour référendum d’initiative citoyenne, devenu la doléance principale du mouvement. Et qui comme meilleur ambassadeur sinon Etienne Chouard pour promouvoir cette revendication ?

Sur le papier, un tel personnage semble bienvenu pour des gilets jaunes en manque de réel leader médiatique. Mais c’était sans compter la réputation sulfureuse d’Etienne Chouard. En 2012, il se faisait l’avocat d’Alain Soral, dont on le dit proche, alors que ses idées d’extrême-droite l’abonnent aux polémiques et que certains de ses propos lui ont valu plusieurs condamnations, notamment pour provocation à la haine raciale. « Il faut qu’il (Soral, ndlr) fasse partie du débat, il ne suffit pas de dire qu’il est fasciste ou raciste. Vérifie s’il est vraiment fasciste ! », disait Chouard dans une de ses vidéos en 2012. Mais il n’y pas que pour ses fréquentations que celui qui se disait électeur du PS jusqu’en 2005 est pointé du doigt.

La version officielle du 11-Septembre ? « Plus que douteuse », selon Chouard

Etienne Chouard ne s’est jamais privé pour alimenter les théories du complot sur le 11-Septembre, faisant passer la thèse selon laquelle Al-Qaïda n’est pas responsable de l’attaque comme crédible. La version officielle lui « paraît plus que douteuse », a-t-il dit. L’intellectuel a aussi des admirateurs sur le flanc gauche de l’échiquier politique. Enfin, surtout un. François Ruffin, tout récemment, s’est réjoui que le RIC ait été remis sur la table. Le député FI de la Somme a estimé que le référendum d’initiative citoyenne « n’a pas fleuri par hasard ». « Il a fleuri parce que des hommes de conviction, nommons-les, Étienne Chouard et ses amis, l’ont semé, l’ont arrosé depuis des années », a ajouté l’ancien journaliste.

Il existe encore des abrutis ou des menteurs/hypocrites qui n’on pas compris que l’explosion des tours du 11/09 sont une incroyable diversion juive pour justifier à Israel l’attaque des dictatures du moyen orient !
Chouard qui a l’intelligence du coeur et de la logique sait aussi que la Shoah est une escroquerie de la même mafia qui fout le bordel dans le monde entier au moins depuis deux siècles… Mafia des milliardaires dont le juif ordinaire est l’idiot utile comme pour tous les peuples endoctrinés.

Une sorte d’hommage qui passe mal et qui provoque un certain malaise chez les insoumis, au point qu’une certaine désolidarisation de François Ruffin commence à naître. « Je suis évidemment en phase avec la proposition pour le RIC mais j’avoue, je n’aurais pas pris en modèle Etienne Chouard », twittait Clémentine Autain ce mardi 18 décembre. François Ruffin, lui, a persisté et signé à travers un nouveau tweet : « J’ai cité Chouard dans mon discours sur le RIC hier. Parce que, objectivement, quel nom revient sur les ronds-points : le sien ».

Compte-rendu de deux conférences sur le RIC

05 Mar 2019 Joel Bourguignon Citoyens et défenseurs de la patrie, Europe, Identité française, Immigration

C’était le thème d’une conférence de François Garçon dans les locaux de l’ALEPS, le 27 février dernier.

ALEPS : Association pour la liberté économique et le progrès social. http://www.aleps.paris/sitemap/

Il se trouve qu’une conférence sur le même thème avait eu lieu la veille, organisée par Contribuables Associés. http://www.contribuables.org/

J’ai participé aux 2. Voici ce que j’en ai retenu.

François Garçon est l’auteur d’un livre intitulé « Le Génie des Suisses ». Voir présentation en fin d’article.

La Suisse est l’un des pays les mieux gérés au monde. Nous Français aurions beaucoup à apprendre de la façon dont ils gèrent leurs affaires communes. Ils nous montrent le chemin. Il n’est pas nécessaire de réinventer l’eau tiède. (voir note de Christine Tasin en fin d’article)

Le pib moyen par personne en Suisse est de 80 k$ contre 38 k$ en France. Plus du double. Pourquoi ? Parce que globalement, les Suisses gèrent mieux leurs affaires que nous. D’ailleurs, ça n’est pas difficile de faire mieux que la France.

Il existe 3 niveaux d’organisation en Suisse : fédéral, cantonal, communal.

La population est d’un peu plus de 8 millions d’habitants, ce qui est comparable à Israël, au Portugal ou à l’Autriche, sa voisine.

Il existe de la démocratie directe aux Etats-Unis, mais selon des règles différentes.

La démocratie représentative existe aussi en Suisse et ils ont un nombre d’élus par habitants très élevé, beaucoup plus qu’en France. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, on pourrait s’attendre à ce que la Suisse soit mal gérée. Eh bien, pas du tout. D’où vient leur secret ? De la démocratie directe, entre autres. Le référendum appelé votation a été lancé en 1848 en Suisse. Depuis, jusqu’en 2018 (en 170 ans), il y a eu 622 référendum fédéraux et des milliers au niveau cantonal ou communal. Les suisses votent tous les 3 mois au niveau fédéral et ça concoure à la stabilité politique. Une révolte comme celle des gilets jaunes est impensable en Suisse, parce que les problèmes sont résolus en amont, bien avant que la situation dégénère et pourrisse. En Suisse, pas besoin de faire un grand débat qui est en réalité un Grand BlaBla, parce que le débat est permanent. Ils n’attendent pas que la situation s’envenime. En France, la cocotte-minute a explosé, par absence de démocratie directe.

Un référendum nécessite 100 000 signatures à recueillir. C’est un gros travail qui peut être initié par n’importe quel citoyen. Ce processus est d’une grande lenteur. Il s’étend sur une durée de 18 mois, ce qui permet de faire retomber les émotions, les réactions épidermiques et aussi d’éliminer en grande partie la démagogie. Sur cette durée, les citoyens ont le temps de réfléchir avant de voter. Il faut compter plus de 3 ans pour transformer l’idée de départ en une loi, si le référendum est réussi. Cela permet de déradicaliser, de dédiaboliser les choses, d’éviter des logiques de coup d’Etat. On apprend à perdre une votation qu’on avait lancée. La démocratie directe est une école d’humilité, de civisme et de citoyenneté.

Par exemple, la votation pour le rétablissement de la peine de mort n’a jamais abouti par manque des 100 000 signatures.

Une condition pour que la démocratie directe fonctionne est de multiplier les sujets et les niveaux de décision selon le principe de subsidiarité. Aucun sujet n’est tabou. La question unique au niveau national est un piège ; exemples : le Brexit, le référendum de Mattéo Renzi…

Comme il y beaucoup de votations, les Suisses peuvent utiliser 3 moyens. Par exemple, à Genève, les votes se répartissent comme ceci : par correspondance (La Poste) : 78 %, numérique à distance : 17 %, physique en se déplaçant dans un bureau de vote : 5 %. Donc, ils votent beaucoup et tout le temps, mais la participation est bonne. La majorité simple suffit. 10 % ne votent jamais, 11 % votent sur tous les sujets. Pour le reste, c’est selon les sujets. Ceux qui ne votent pas, c’est parce que le sujet ne les intéresse pas.

Le coût pour réunir ces signatures est d’environ 180 k€, principalement en frais postaux. Le coût global d’une votation au niveau fédéral est d’environ 1100 k€. Il y en a 4 dans l’année. Cela revient à 17 € par électeur et par an, ce qui est très raisonnable.

En Suisse, les gens sont pragmatiques. Si une loi débile est promue et votée, elle sera immédiatement combattue par un référendum. Ça calme les démagocrates. Donc, la plupart des lois sont acceptées parce que si elles sont contre les intérêts des Suisses, elles peuvent être attaquées par un référendum. C’est tout le contraire de la France où des lois contre les intérêts des Français sont votées en permanence. Ils peuvent voter pour une nouvelle loi, pour en abroger une existante ou pour virer un politicien incompétent.

Les Suisses ne sont pas plus intelligents que les Français. Donc ce qui réussit en Suisse pourrait très bien être transposé en France. Rien n’est perdu. Mais il y a un énorme obstacle, ce sont nos politicards qui refusent ce changement de paradigme, parce que cela mettrait en évidence leur inutilité, leur incompétence et leur sclérose. Leur soi-disant expertise n’en est pas une. La majorité de nos députés est contre un tel changement. Comme c’est bizarre ! Les ennemis du changement sont les membres de cette oligarchie qui vivent sur ce fonds de commerce. En France, 100 % des gens qui votent les impôts vivent de ces impôts. Cherchez l’erreur.

Exemple emblématique du politicard : Jacques Toubon, il a 78 ans, touche environ 30 000 € par mois et il trouve ça normal, alors qu’il n’a jamais créé AUCUNE richesse. Scandaleux ! Voir ici : https://www.capital.fr/economie-politique/avec-30-000-euros-par-mois-le-defenseur-des-droits-jacques-toubon-ne-comprend-pas-que-ses-revenus-choquent-1323855

Il faudrait lancer les premiers référendums sur des sujets pas trop clivants, pour roder les choses. Commencer par des sujets au niveau communal, puis régional et enfin national quand les citoyens se seront approprié le concept et la méthode. Exemples :

– vitesse sur les routes secondaires, 80 km/h ou retour à 90 ?

– Contrôle technique automobile : nouvelles normes plus contraignantes ou retour à l’état précédent ?

– Jeux Olympiques de 2024. Devons-nous continuer avec la perspective d’un fiasco financier géant ou devons-nous dénoncer le contrat et payer les pénalités ?

Pour en savoir plus sur la politique en Suisse, selon Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Politique_en_Suisse

Yvan Blot a aussi écrit un livre sur ce sujet, paru en 2012 : « La démocratie directe : une chance pour la France ». Ed : Economica. Prémonitoire. Il avait beaucoup d’avance.

LE GENIE DES SUISSES, par François Garçon

Présentation de l’éditeur (Taillandier) 2018

Spécialiste de la Suisse, François Garçon prend plaisir depuis des années à vanter aux Français les qualités, les mérites et les succès de son pays d’origine, et nous le prouve aujourd’hui sous la forme d’un vaste panorama. Voyage étonnant au coeur d’un pays qui a du génie… « J’ai eu à coeur de mettre en valeur des entreprises, des faits historiques, des scientifiques, des événements, des monuments, des paysages, des mythes, des héros ordinaires, des personnages qui m’ont marqué, quelques escrocs aussi, qui témoignent de la diversité de ce pays, et de ses limites. Je me suis amusé à revoir certaines briques de la mémoire helvétique, mes souvenirs se mélangeant parfois aux faits vécus. J’ai voulu varier les points de vue en saisissant des objets de prime abord insignifiants (un référendum à Zermatt, la fosse aux ours à Berne, les abris antiatomiques, les chambres à lessive, le tintinnabulement, le boguet…) et d’autres qui ne le sont pas (l’association pour le droit à mourir dans la dignité Exit, les minarets, les hautes écoles, le Forum de Davos, Guillaume Tell, les droits populaires…). Ces brefs portraits et récits ne cultivent ni la prudence ni l’indulgence. Bien intentionné ou volontairement caustique, subjectif, toujours sincère, parfois déconcertant, mon regard est celui d’un citoyen-spectateur admiratif de la Suisse, ce jardin à la française dont les citoyens-utilisateurs assurent eux-mêmes l’entretien. Ce qui n’interdit, selon les circonstances, ni l’humour ni la distance. Et surtout pas les partis pris. »

Biographie de l’auteur

François Garçon, suisse par son père et français par sa mère, docteur en histoire, enseigne l’histoire du cinéma à la Sorbonne (Paris-1), après avoir travaillé pendant vingt ans dans le secteur privé. Il est l’auteur chez Tallandier de « La Suisse, pays le plus heureux du monde » (2015).

Notes de Christine Tasin

Sur les Suisses 

Leur salaire moyen fait le double du nôtre, tout d’abord parce que nous n’avons pas leurs banques et donc les richesses qui vont avec, mais, surtout parce qu’ils ont gardé leur monnaie et ont conservé leur souveraineté monétaire, n’étant pas obligés d’emprunter, de s’endetter, de payer des sommes folles en intérêts… enfin, s’ils gagnent beaucoup plus que nous, la vie est très chère là-bas, très peu sont propriétaires. Là-bas, quand on a fini de rembourser le prêt pour l’achat de la maison, on paye un impôt pour compenser le fait qu’on ne paie pas de loyer ou d’emprunt…

Ensuite, malheureusement, la Suisse va mal, quoi qu’il paraisse, parce qu’ils subissent une invasion migratoire et islamique qui n’a rien à nous envier hélas. Le fait que ce soit un petit pays aggrave encore la situation, le Grand remplacement est à l’oeuvre… et comme chez nous leurs dirigeants sont des dhimmis immigrationnistes et islamophiles, et, cerise sur le gâteau, qui cherchent à obéir à de nombreuses injonctions de Bruxelles, quoi que ne faisant pas partie de l’UE.

Les limites de la votation ? Quand le résultat de la votation déplaît aux élites internationales et donc aux dirigeants au niveau fédéral, que font-ils ? Ils ne publient jamais les décrets d’application… C’est ce qui s’est passé pour la fameuse votation sur l’expulsion des immigrés délinquants. Les Suisses ont voté pour. La loi n’est pas appliquée, le Conseil fédéral refusant de la ratifier… Sans oublier que la démographie musulmane et les naturalisations donnent un poids de plus en plus important aux musulmans, faisant pencher la balance dans leur sens et dans celui des gauchistes islamophiles, rendant même dangereuses les votations qu’ils pourraient proposer. A l’heure actuelle, des amis suisses me disent que si le vote contre les minarets devait avoir à nouveau lieu, il n’est pas du tout certain qu’il serait pour l’interdiction….

Sur la France 

En France, la cocotte-minute a explosé, par absence de démocratie directe. Non ce n’est pas la démocratie directe qui est responsable, c’est  que le peuple n’est plus souverain puisque c’est l’UE qui décide les choses les plus importantes et que nos élites signent des traités et des accords sans jamais nous demander notre avis, il n’y a même pas de lois qui pourraient être dénoncées. On est face à une crise de l’Occident, à une crise de valeurs, à une crise d’identité,  et que l’on trouve dans tous les pays d’Europe de l’Ouest, Suisse compris. Sans parler du rôle des medias…

Jacques Toubon

Je n’ai aucune sympathie pour Toubon, pas plus pour toutes les ordures qui en activité ou en retraite nous gouvernent ou nous ont gouvernés et qui gagnent des sommes folles et injustifiées. Mais qu’est-ce qu’il est le plus scandaleux ? Qu’un mineur étranger coûte 50000 euros à la collectivité ou que Toubon qui, malgré tout, est français, a travaillé ( bien ou mal peu importe ) pour les Français…en gagne 30 000 par mois ( je ne sais si c’est vrai mais peu importe). Le vrai scandale est le coût de l’immigration ( rien que la justice, la prison, les indemnités aux victimes… un gouffre ! ), pas les salaires et retraites des Français. Faire le choix de dénoncer les « gros », les « patrons » montre que la récupération gauchiste a marché, les GJ les plus français, même ceux qui ont les yeux ouverts sur l’islamisation et l’immigration n’osent pas/plus en parler et se contentent de hurler avec les loups sur les gros salaires. Joël n’est pas de ceux-la, il répète ce qu’il a entendu dans deux soirées dont il nous fait le compte-rendu.

Sur le RIC

Je suis beaucoup plus réservée, vraiment beaucoup sur le RIC que Joël… Et j’expliquerai pourquoi le 17 mars, le jour des Assises des Gilets Jaunes. Si tout va bien, nous publierons les videos des prises de parole, mais je préfère ne pas déflorer mon discours avant.

Partager :

30.000 EUROS PAR MOIS : LE DÉFENSEUR DES DROITS JACQUES TOUBON “NE COMPREND PAS” CE QUI CHOQUE

JACQUES TOUBON + SUIVREConnectez-vous pour recevoir tous les articles sur ce sujet

BARTHÉLÉMY PHILIPPE  PUBLIÉ LE 17/01/2019 À 18H16   MIS À JOUR LE 17/01/2019 À 19H39

Ludovic Marin / AFP

Épinglé par le Canard Enchaîné qui évoque des revenus mensuels de 30.000 euros, en additionnant son salaire de Défenseur des droits et diverses retraites liées à ses mandats passés, Jacques Toubon a expliqué qu’il ne comprenait pas la polémique, jeudi matin à l’antenne de RTL.

Voilà une déclaration qui va alimenter le procès en déconnexion des élus et autres grands commis de l’Etat. Épinglé par le Canard Enchaîné parce qu’il fait partie des rares politiques à cumuler diverses retraites liées à ses mandats passés avec sa rémunération, le Défenseur des droits Jacques Toubon n’a pas contesté l’estimation de 30.000 euros avancée par le journal satirique. “Je ne comprends pas que ça choque”, a-t-il maladroitement commenté jeudi matin au micro de RTL, pris de court par la polémique naissante.

⋙ À lire aussi – Mais si, Benjamin Griveaux peut très bien acheter à Paris !

Pour se justifier, l’ancien ministre de François Mitterrand et Jacques Chirac a entrepris de détailler la nature de ses différents revenus. “Je touche un salaire qui est déterminé dans le budget et qui a été fixé en 2011 (…) et d’autre part, depuis 2006, je touche une pension de fonctionnaire, de parlementaire et une pension de conseiller de Paris pendant 25 ans. Je ne comprends pas que ça choque, car ce que je fais c’est un travail à temps plein, rémunéré conformément aux règles”, a-t-il expliqué. Bien entendu, la polémique soulevée par le Canard enchaîné a largement éclipsé les autres déclarations de Jacques Toubon. Le Défenseur des droits a notamment profité de son passage dans les studios de RTL pour appeler à suspendre l’utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD), dont le Flash-Ball, par les forces de l’ordre. Nommé en 2014, Jacques Toubon a également alerté les pouvoirs publics sur les dangers de la dématérialisation à marche forcée des démarches administratives, alors même que 500.000 Français sont toujours privés d’accès à internet.

Consultation citoyenne IMPORTANTE sur les principes du RIC !

Senada B. CULTURE

12 OCT. 2020 — 

Culture-RIC se voit confier la gestion de la pétition « Pour un référendum d’initiative citoyenne ». 

Nous avons de bonnes nouvelles ! 
L’élaboration d’une procédure de RIC à la française avance.

Actuellement 36 pays ont un RIC, tous ont des formes différentes. En France, il n’existe pas encore ! Il faut définir notre RIC… Culture-RIC vous propose de trouver la formule la plus soutenue par les Français pour permettre son instauration. Nous avons recueilli près de 8000 avis sur le RIC grâce aux données du “Vrai débat” et de “Parlement & citoyens”. 48 grands principes de fonctionnement du RIC attendu par les Français en sont ressortis. Cela a pris 5 mois, à raison de 3 ateliers par semaine et de 3 à 4 heures par séance.

C’est sur ces attentes légitimes issues de milliers de Français, que porte la consultation. Il vous suffit maintenant de vous positionner sur chacun de ces grands principes du RIC.

À nous de définir le RIC que nous voulons pour la France, sachant que la classe politique ne nous aidera pas.

La consultation est lancée et n’attend que votre participation ! 

Retrouvez la consultation ici : 
https://Culture-RIC.fr/Consultation

Partagez-la massivement pour la rendre plus représentative de l’avis des Français.

Merci à Senada d’avoir passé le relais à Culture-RIC pour la médiatisation de cette pétition.

– – – – – – – – – – – – – – – – 

Découvrez sur le site Culture-RIC.fr les stratégies d’instauration du RIC ainsi que les 4 missions de cette communauté qui ne lâchera rien !

Faites votre part pour l’instauration du RIC en France :
Culture-RIC.fr/participer

Pour rejoindre Culture-RIC, un des collectifs les plus actifs sur le RIC, et participer aux réunions en ligne : 
Culture-RIC.fr/le-serveur-de-discord-culture-ric

Pour rester informé des avancées du RIC : 
– Notre infolettre 
– Notre page Facebook 
– Notre chaîne YouTube 

Continuez à vous battre pour le pouvoir citoyen !

Les politiques et les PDGs les plus puissants ne devraient pas prendre toutes les décisions. Aujourd’hui, nous vous demandons d’aider à garder Change.org gratuit et indépendant. Notre travail en tant qu’entreprise sociale est d’aider les pétitions comme celle-ci à être entendues. Si toutes les personnes qui voyaient ce message participaient de quelques euros chaque mois nous assurerions le futur de Change.org dès aujourd’hui. Aidez-nous à ce que les plus puissants prennent leurs responsabilités. Pouvez-vous prendre une minute pour devenir Soutien de Change.org ?

CAHIER DES CHARGES DU RIC VOULU PAR LES FRANÇAIS

CULTURE RIC

La méthode de l’inventaire de Culture RIC

La communauté bénévole de Culture RIC a élaboré une stratégie pour obtenir le “Consentement National sur un RIC”, le CNRIC. La véritable démocratie, permettant de donner un juste pouvoir au peuple et un contrôle sur nos élus, est une attente de beaucoup de Français.

Des milliers de Français se sont exprimés sur les plateformes de Parlement & Citoyens et du Vrai débat. Nous avons procédé à l’analyse de toutes ces données, puis au classement des 7912 doléances sur le RIC selon 3 critères : les grands principes, la procédure et les modalités. En ressortent 46 grands principes de ce que pourrait être, ou ne pas être, un Référendum d’Initiative Citoyenne en France et ailleurs… Ceux-ci servent de base au cahier des charges qui suit. (Nous restons transparents et ouverts à toutes questions concernant nos travaux).

Ce cahier des charges définit la forme du RIC (à ne pas confondre avec des doléances à soumettre par ce RIC), dont les principes et les modalitésseront soumis au consentement des citoyens français.

Voici donc un 1er cahier des charges du RIC, de façon énumérative, pour plus de lisibilité.
Il n’est pas exhaustif, mais constitue un élément essentiel, une étape de légitimité, de représentativité, nécessaire à l’élaboration du RIC consenti par les Français. Nous devrons ensemble le peaufiner, le compléter, le développer, le rendre institutionnel… C’est l’objet des consultations de Culture RIC.

1er cahier des charges du RIC

L’OUTIL

Le RIC doit…

  • être un moyen efficace de contrôler les élus et les hauts fonctionnaires.
  • être dissuasif, décourager les ambitions de pouvoir.
  • permettre de faire évoluer la société et les institutions.
  • être un exemple pour le reste du Monde.
  • être accompagné d’une adaptation au programme scolaire pour former à avoir l’esprit critique afin de maitriser sa responsabilité citoyenne adulte (et bien utiliser le RIC).
  • être l’œuvre exclusive des citoyens (sans autorisation à priori ou à posteriori des représentants).
  • ne pas être trop complexe mais accessible par le plus grand nombre dans sa compréhension comme dans son utilisation.

LES GARANTIES DE LA PROCÉDURE ET DES MODALITÉS

La procédure du RIC et ses modalités d’application doivent…

  • être écrites par des citoyens français.
  • être validées par les citoyens par référendum.
  • être modifiables uniquement par référendum.
  • éviter (contrôler) l’influence des lobbys.
  • éviter (contrôler) l’influence des médias.
  • garantir qu’il ne soit pas accaparé par une partie du peuple.
  • garantir une période de réflexion minimale et des périodes de réflexions adaptées à chaque référendum (pour éviter le vote impulsif, et donner le temps à l’information et à la compréhension).
  • empêcher la corruption (manipulation des résultats, achats de soutiens, ect.)
  • permettre aux citoyens d’être suffisamment informés tout le long du processus référendaire.
  • donner suffisamment confiance pour que le résultat soit légitime et respecté.

LES FORMES DE RIC 

Les possibilités du « en toutes matières », le RIC doit permettre…

  • de modifier la Constitution.
  • de proposer une loi.
  • d’abroger une loi.
  • de suspendre une loi.
  • de mettre un véto sur un projet ou une proposition de loi.
  • de contrôler les élus pendant leur mandat, ainsi que les fonctionnaires.
  • de révoquer les élus et responsables d’administrations publiques (la fréquence doit être maitrisée pour éviter un impact dans la vie du citoyen).
  • de convoquer des assemblées constituantes, collèges d’experts…).
  • de dissoudre des assemblées.
  • de ratifier ou dénoncer des traités, pactes et accords internationaux.
  • d’aborder tout sujet (sauf peut-être quelques exceptions).

LA PROCÉDURE EN DÉTAIL

L’élaboration de propositions…

  • doit être facilitée par des personnes compétentes si besoin (spécialistes, juristes, etc…).

L’initiative…

  • doit être accessible à tout citoyen.

La période d’information…

  • doit permettre aux citoyens d’être informés de manière plurielle, contradictoire et neutre. (Autant au niveau de la formulation de la proposition que de la documentation.)
  • ne doit pas mettre à jour des informations qui pourraient être classées sensibles.

Le scrutin…

  • doit s’adapter à la proposition (autres possibilités de mode de scrutin qu’un choix binaire oui/non).

La fréquence…

  • ne doit pas être trop élevée.

Le RIC doit permettre une implication…

  • à toutes les échelles, du local au national.

Le résultat des référendums…

  • doit s’appliquer impérativement, dans un certain délai et certaines conditions.
  • ne doit pas pouvoir être remis en cause immédiatement.

Les décisions prises par le RIC… 

  • doivent être supérieures à celles prises par tout autre acteur.
  • doivent être souveraines, malgré les traités européens ou internationaux (quitte à les modifier).
  • ne doivent pas créer d’incohérences avec des textes liés.

Ne perdons pas de vue que ce RIC français n’existe pas, qu’il nous faut l’inventer, comme la Première Démocratie. Abolir tous les réflexes de conditionnement devenus croyances. Ré-apprendre par l’expérience, faire preuve d’esprit critique, y accorder de son temps. Le jeu en vaut la chandelle.

Ce Cahier des Charges du RIC est un départ  pour œuvrer dans la bonne voie, la voie du bon sens et de l’intérêt commun de toute la population française. Car même si nous ne voulons pas tous la même chose, il y a des points qui pourtant convergent… En ayant un contrôle sur nos élus, nous pourrons prendre part à notre vie et envisager celle de nos enfants dans de bonnes conditions.Ce cahier des charges définit la forme du RIC, dont les principes et les modalités seront soumis au consentement des citoyens français.Nous organiserons à la rentrée une consultation nationale sur le cahier des charges.

Pour en savoir plus : Inventaire des attentes des Français sur l’idee du RIC

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*