Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

CORONAVIRUS

Rapport explosif : Un virus « différent » s’est échappé d’un laboratoire chinois « en même temps » que le COVID-19

Publié

le

Publié par wikistrike.com sur 10 Juin 2021, 11:33am

Catégories : #Santé – psychologie,  #Science – technologie – web – recherche

Un rapport de l’agence Reuters a révélé des preuves de l’apparition d’un virus DIFFERENT dans une autre installation biologique chinoise à la même époque que le COVID-19.

Selon un rapport Reuters de 2020, « la brucellose, une maladie bactérienne présentant des symptômes semblables à ceux de la grippe, a infecté plus de 6 000 personnes lors d’une seule épidémie dans le nord-ouest de la Chine. »

Le rapport note que « Habituellement causée par un contact avec des animaux, l’épidémie à Lanzhou, la capitale de la province du Gansu, était due à une fuite dans une usine de vaccins, selon la commission de la santé de Lanzhou. Des personnes sont toujours traitées dans les hôpitaux alors que l’épidémie a eu lieu il y a un an. »

Summit.news rapporte : Le rapport explique que l’épidémie a été « découverte pour la première fois en novembre 2019 lorsque certains étudiants de l’Institut de recherche vétérinaire de Lanzhou ont été testés positifs à la brucellose. Fin décembre, au moins 181 personnes de l’institut avaient été infectées, selon l’autorité sanitaire provinciale. »

La bio-facilité aurait « utilisé des désinfectants périmés en juillet-août 2019 pour fabriquer des vaccins contre la brucellose, laissant la bactérie dans son gaz résiduaire. Le gaz contaminé a ensuite formé des aérosols qui ont dérivé sous le vent jusqu’à l’institut vétérinaire. »

Si le taux de mortalité de la brucellose est faible, elle peut avoir des symptômes permanents, notamment des douleurs articulaires chroniques.

Ce rapport est extrêmement intéressant à la lumière de la pandémie de coronavirus et des résultats des services de renseignement indiquant que des travailleurs de l’Institut de virologie de Wuhan ont été hospitalisés avec des symptômes du COVID, certains membres de leur famille étant également décédés, en novembre 2019.

Bien que les deux événements ne soient manifestement pas liés, ils soulignent à quel point les fuites de laboratoire d’agents pathogènes potentiellement mortels ne sont pas rares en Chine, en raison du laxisme des normes de sécurité.

Des fuites de laboratoire se sont produites à plusieurs reprises dans de telles installations en Chine, le SRAS s’étant échappé deux fois de l’Institut chinois de virologie à Pékin en 2004, un an après que sa propagation ait été maîtrisée.

L’ancien chef de la FDA, Scott Gottlieb, a également souligné que « ces types de fuites en laboratoire se produisent tout le temps ».

Gottlieb a récemment averti qu’ »en Chine, les six dernières épidémies connues de SARS-1 ont eu lieu dans des laboratoires, y compris la dernière épidémie connue, qui était une épidémie assez étendue dont la Chine n’a pas voulu révéler initialement qu’elle provenait d’un laboratoire ».

« Elle n’a finalement été révélée que par certains journalistes qui ont pu remonter cette épidémie jusqu’à un laboratoire », a expliqué Mme Gottlieb.

Regardez :

Des rapports indiquent également que la Chine prévoit d’ouvrir un grand nombre de bio-installations au cours des cinq prochaines années.

Le Financial Times rapporte que « certains responsables chinois ont mis en garde contre le manque de sécurité des installations existantes ». En 2019, Yuan Zhiming, le directeur du laboratoire de biosécurité niveau 4 de l’Institut de virologie de Wuhan, a écrit une revue des déficiences de sécurité dans les laboratoires chinois. ‘Plusieurs BSL de haut niveau ne disposent pas de fonds opérationnels suffisants pour les processus de routine pourtant vitaux’, a écrit Yuan, ajoutant que les coûts de maintenance étaient ‘généralement négligés’. »

Le rapport ajoute que Yuan a prévenu : « En raison des ressources limitées, certains laboratoires de niveau de sécurité biologique 3 fonctionnent avec des coûts opérationnels extrêmement minimes ou, dans certains cas, pas du tout. »

Comme le sénateur Rand Paul et l’ancien directeur de la CIA et secrétaire d’État Mike Pompeo l’ont également averti récemment, l’Institut de virologie de Wuhan est toujours en activité, et il existe des preuves indiquant son implication avec l’armée chinoise dans la recherche sur les armes biologiques.

L’accumulation de preuves scientifiques indiquant une fuite potentielle d’un laboratoire de coronavirus, ainsi que le bilan de la Chine en matière de biosécurité et son obstruction constante, justifient une enquête indépendante adéquate, qui n’a pas eu lieu.

https://www.aubedigitale.com/rapport-explosif-un-virus-different-sest-echappe-dun-laboratoire-chinois-en-meme-temps-que-le-covid-19/

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CORONAVIRUS

Il y a un an, le Covid-19 | Classement des 50 médecins et scientifiques devenus milliardaires grâce au COVID-19

Publié

le

Forbes

Forbes 
| Stéphane Bancel, Sergio Stevanato et Uğur Şahin. Illustrée par Forbes ; BERTRAND GUAY/AFP/GETTY IMAGES; STEVANATO GROUP; ANDREAS ARNOLD/DPA/GETTY IMAGES

Covid-19
Covid-19

Un an après la détection du premier cas de Covid-19 à Wuhan, les progrès en matière de santé marquent peut-être le début d’une nouvelle ère. La vaccination contre la Covid-19 pourrait aider les médecins à lutter plus efficacement contre la pandémie qui a déjà tué plus de 1,7 million de personnes. En 2020, de nouveaux milliardaires ont émergé, leur fortune propulsée par une hausse des marchés boursiers.

Au total, Forbes a trouvé 50 nouveaux milliardaires dans le secteur de la santé en 2020. Les nouveaux milliardaires les plus remarquables de l’année sont les scientifiques à l’origine des deux vaccins les plus efficaces contre le coronavirus – l’un mis au point par Pfizer et la société allemande de biotechnologie BioNTech, l’autre par la société Moderna, basée dans le Massachusetts – qui ont vu leurs avoirs nets monter en flèche depuis janvier : Uğur Şahin et Stéphane Bancel.

Pratiquement inconnus au début de l’année 2020, ces deux hommes sont aujourd’hui milliardaires. Le PDG de BioNTech Uğur Şahin, qui a cofondé l’entreprise avec Özlem Türeci, son épouse et le médecin-chef de l’entreprise, possède aujourd’hui une fortune de 4,2 milliards de dollars (plus de 3,3 milliards d’euros) ; son homologue français chez Moderna, Stéphane Bancel, a uOKne fortune presque égale, dépassant légèrement les 3,3 milliards d’euros également. L’ascension fulgurante de Moderna a également entraîné l’arrivée de deux autres milliardaires parmi ses premiers investisseurs, le professeur Timothy Springer de Harvard et le scientifique Robert Langer du MIT. Ces vaccins nécessiteront des milliards de flacons en verre pour être transportés en toute sécurité – entrez dans le monde de l’Italien Sergio Stevanato, nouveau milliardaire et actionnaire majoritaire du groupe privé Stevanato, qui fabrique des flacons en verre pour plusieurs dizaines de projets de vaccins dans le monde.

Il ne s’agit pas seulement de vaccins : les entreprises qui développent des traitements à base d’anticorps et des médicaments pour aider les médecins à combattre le virus ont également bénéficié de la frénésie du marché. Carl Hansen, PDG de la société canadienne de biotechnologie AbCellera, a aujourd’hui une fortune élevée à 2,9 milliards de dollars (2,4 milliards d’euros) suite à l’entrée en bourse de sa société le 11 décembre, soutenue par la Food and Drug Administration, le mois dernier, pour son traitement à base d’anticorps développé avec le géant pharmaceutique Eli Lilly. Même les sociétés qui travaillent dans l’ombre pour aider les grandes entreprises à tester de nouveaux médicaments et appareils ont vu le cours de leurs actions atteindre de nouveaux sommets. August Troendle, fondateur et PDG de Medpace, société de recherche sous contrat basée à Cincinnati, voit désormais sa fortune s’élever à 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) grâce à une hausse de près de 70 % des actions de la société depuis le début de l’année.

Les nouveaux magnats sont originaires de 11 pays différents, mais la majorité d’entre eux vivent en Chine, l’épicentre de la Covid-19, qui accueille aujourd’hui une trentaine de nouveaux milliardaires du secteur de la santé, dont le principal est Hu Kun, le président du fabricant d’équipements médicaux Contec Medical Systems, qui est entré en bourse à Shenzhen en août. Les actions de la société ont augmenté de près de 150 % depuis son introduction en bourse, grâce aux fortes ventes à l’étranger de produits allant des oxymètres de pouls aux appareils pulmonaires, tous devenus plus nécessaires avec la propagation de la Covid-19 dans le monde entier.

Voici les 10 nouveaux milliardaires les plus remarquables en lien avec la lutte contre la pandémie, suivis par les 40 autres milliardaires de la santé qui ont fait leur apparition en 2020 :

Uğur ŞahinUğur Şahin. DPA/Picture Alliance via Getty Images

Valeur nette : 4,2 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros)

Nationalité : allemande

Source de richesse : BioNTech

Ce médecin d’origine turque a fondé BioNTech à Mayence en 2008 avec son épouse, Özlem Türeci, qui est la directrice médicale de la société. Uğur Şahin détient environ 17% des actions de la société. Les actions de BioNTech ont augmenté de 160% depuis janvier grâce au succès de son vaccin contre la Covid-19, développé en partenariat avec Pfizer, déclaré par la FDA américaine comme étant efficace à 95%. Les premières doses ont été mises en circulation au Royaume-Uni le 8 décembre et aux États-Unis le 14 décembre, d’autres doses étant réservées à l’Union européenne, au Japon et au Canada, entre autres. Avant de lancer BioNTech, Uğur Şahin et son épouse ont fondé la société biopharmaceutique Ganymed Pharmaceuticals en 2001, qu’ils ont vendue à la société japonaise Astellas Pharma pour environ 460 millions de dollars (373 millions d’euros) en 2016.

Stéphane Bancel

Covid-19

Stéphane Bancel. Getty Images

Valeur nette : 4,1 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros)

Nationalité : française

Source de richesse : Moderna

La français Stéphane Bancel est devenu PDG de la société Moderna, basée dans le Massachusetts, en 2011, après avoir quitté son précédent poste de PDG de la société française de diagnostic BioMérieux. Il détient actuellement environ 6 % de Moderna, contre environ 9 % lorsqu’il est devenu milliardaire en mars, après avoir vendu plus d’un million d’actions, le titre de la société ayant augmenté de plus de 550 % depuis le début de l’année. Le 18 décembre, le vaccin Covid-19 de Moderna, avec une efficacité à 95 %, a été le deuxième à être approuvé par les autorités de réglementation aux États-Unis après le vaccin Pfizer-BioNTech. Les États-Unis ont commandé 200 millions de doses avec une option pour 300 millions de doses supplémentaires.

Yuan Liping

Valeur nette : 4,1 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros)

Nationalité : canadienne

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Yuan Liping possède 24% de parts de l’un des principaux producteurs de vaccins chinois, Shenzhen Kangtai Biological Products, après son divorce du président (et camarade milliardaire) de la société Du Weimin en juin. La scission a instantanément fait de la résidente de Shenzhen la femme la plus riche du Canada. Les actions de Kangtai ont augmenté de 90 % depuis le début de l’année 2020. Elle a travaillé dans l’entreprise de 2012 à 2015 en tant que manager et directrice et est directrice d’une filiale de Kangtai, Beijing Minhai Biotechnology, depuis mars 2017. Kangtai est le fabricant chinois exclusif du vaccin développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford, avec un accord pour produire 200 millions de doses, mais la société a un passé mouvementé : en 2013, son vaccin contre l’hépatite B a été lié à la mort de 17 nourrissons, mais une enquête gouvernementale n’a pas abouti et les critiques auraient fait pression pour que les articles négatifs soient retirés.

Hu Kun

Valeur nette : 3,9 milliards de dollars (3,2 milliards d’euros)

Nationalité : chinoise

Source de richesse : Équipement médical

Hu Kun est le président de Contec Medical Systems, un fabricant d’équipements médicaux basé dans la ville portuaire de Qinhuangdao, au nord-est de la Chine. Il a fait entrer la société à la bourse de Shenzhen en août et possède près de la moitié des actions, qui ont augmenté de près de 150 % depuis l’introduction en bourse. La société tire plus de 70 % de ses revenus de l’étranger et fabrique une gamme de produits médicaux pour les hôpitaux, notamment des nébuliseurs, des stéthoscopes et des tensiomètres.

Carl Hansen

Valeur nette : 2,9 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros)

Nationalité : canadienne

Source de richesse : AbCellera

Carl Hansen est le PDG et le cofondateur d’AbCellera, une entreprise de biotechnologie basée à Vancouver qui utilise l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour identifier les traitements par anticorps les plus prometteurs. Il a fondé la société en 2012. Jusqu’en 2019, il a également travaillé comme professeur à l’université de Colombie-Britannique, mais s’est consacré à plein temps à AbCellera. Cette décision semble avoir porté ses fruits, et les 23 % de parts détenues par Carl Hansen lui ont valu une place dans le club des milliardaires après l’introduction réussie d’AbCellera au Nasdaq le 11 décembre. Le gouvernement américain a commandé 300 000 doses de bamlanivimab, un anticorps qu’AbCellera a découvert en partenariat avec Eli Lilly et qui a reçu l’approbation de la FDA comme traitement Covid-19 en novembre.

Timothy SpringerTimothy Springer. © 2018 BLOOMBERG FINANCE LP

Valeur nette : 2 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros)

Nationalité : américaine

Source de richesse : Moderna

Immunologiste et professeur de chimie biologique et de pharmacologie moléculaire à l’université de Harvard, Timothy Springer a été l’un des investisseurs fondateurs de Moderna en 2010 lorsqu’il a investi environ 5 millions de dollars dans la jeune entreprise. Aujourd’hui, une décennie plus tard, sa participation de 3,5 % vaut environ 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros). Il est un investisseur actif dans la biotechnologie, avec de petites participations dans les sociétés cotées en bourse Scholar Rock et Morphic Therapeutic, qui sont nées de ses recherches avec des étudiants postdoctoraux de son laboratoire à Harvard. Il a gagné son premier gros salaire en 1999 lorsqu’il a vendu LeukoSite, une entreprise de biotechnologie qu’il a fondée en 1993 et qui est entrée en bourse cinq ans plus tard, à Millennium Therapeutics pour 635 millions de dollars (516 millions d’euros).

Sergio Stevanato

Valeur nette : 1,8 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros)

Nationalité : italienne

Source de richesse : Emballages médicaux

Sergio Stevanato est le président de la société italienne d’emballage médical Stevanato Group, le deuxième producteur mondial de flacons en verre et un fournisseur important de flacons pour plus de quarante vaccins Covid-19. Fondée dans la banlieue de Venise en 1949 par Giovanni, le père de Sergio, la société est aujourd’hui dirigée par les enfants de Sergio, Franco et Marco, qui en sont respectivement le PDG et le vice-président. La société, dont le chiffre d’affaires s’élève à 700 millions de dollars (567 millions d’euros), est également le plus grand producteur mondial de stylos à insuline et fabrique des machines qui permettent de fabriquer, de stériliser et d’emballer des milliards de flacons, seringues et autres produits en verre. En juin, Sergio Stevanato a signé un accord avec la Coalition pour la préparation aux épidémies et les innovations, soutenue par la Fondation Gates, pour fournir 100 millions de flacons pour neuf vaccins Covid-19 différents. Depuis lors, la société a conclu des accords supplémentaires avec plusieurs autres fabricants de vaccins qu’elle ne peut pas divulguer publiquement.

Robert LangerRobert Langer. Boston Globe via Getty Images

Valeur nette : 1,5 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros)

Nationalité : américaine

 Source de richesse : Moderna

Connu sous le nom de « Edison of Medicine » pour son travail de pionnier dans le domaine du génie biomédical, Langer est professeur de génie chimique au Massachusetts Institute of Technology. Il a été l’un des investisseurs fondateurs de Moderna en 2010 et n’a jamais vendu une seule action ; ses 3 % de parts valent aujourd’hui environ 1,5 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros). Il détient des participations plus modestes dans les start-ups biotechnologiques cotées en bourse SQZ Biotechnologies et Frequency Therapeutics, toutes deux fondées par des étudiants postdoctoraux de son laboratoire, et il détient plus de 1 400 brevets qui ont été licenciés plus de 400 fois à des entreprises pharmaceutiques et médicales.

Premchand Godha

Valeur nette : 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros)

Nationalité : indienne

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Premchand Godha a commencé comme comptable agréé avant d’entrer dans le secteur pharmaceutique en 1975, lorsqu’il a racheté le fabricant de médicaments Ipca Labs, basé à Mumbai, en partenariat avec la famille de la superstar de Bollywood Amitabh Bachchan. La société, qui fabrique des médicaments génériques et des ingrédients pharmaceutiques, a vu son cours de bourse presque doubler cette année, en partie en raison de l’augmentation de la production et des ventes de l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique controversé, qui a été présenté comme un remède potentiel au début de la pandémie avant que son utilisation ne soit découragée par l’Organisation mondiale de la santé pour son faible effet sur la réduction de la mortalité due à la Covid-19.

Août Troendle

Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)

Nationalité : américaine

Source de richesse : Services pharmaceutiques

Août Troendle est le PDG et le fondateur de la société Medpace, basée à Cincinnati, qui réalise des travaux sous contrat et des essais cliniques pour des entreprises pharmaceutiques développant des médicaments et des dispositifs médicaux. Avant de fonder Medpace en 1992 et de la rendre publique en 2016, ce médecin formé à l’université du Maryland a travaillé au développement clinique du géant pharmaceutique suisse Novartis et comme médecin examinateur à la FDA. Les laboratoires de Medpace offrent toute une gamme de services pharmaceutiques, allant de la réalisation de tests par écouvillonnage et de tests d’anticorps pour la Covid-19 pour des cliniques externes à la réalisation d’essais cliniques complexes pour des fabricants de médicaments travaillant sur de nouveaux vaccins et traitements. Forbes estime que ce milliardaire, qui possède environ 21 % des actions de Medpace, possède aujourd’hui une fortune d’environ 1,3 milliard de dollars (un peu plus d’1 milliard d’euros), ce qui fait de lui le dernier entrepreneur du secteur de la santé à rejoindre le club des milliardaires en 2020.

 Li Juanquan & sa famille

Valeur nette : 7,9 milliards de dollars (6,4 milliards d’euros)

Nationalité : chinoise

Source de richesse : Produits chirurgicaux

Jian Jun

Valeur nette : 4,4 milliards de dollars (3,5 milliards d’euros)

Nationalité : chinoise

Source de richesse : Biotech

Ye Xiaoping

Valeur nette : 4,2 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros)

Nationalité : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Hao Hong

Valeur nette : 3,4 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros)

Nationalité : américaine

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Jin Lei

Valeur nette : 3,2 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros)

Nationalité : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Liu Fangyi

Valeur nette : 3,2 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros)

Nationalité : chinoise

Source de richesse : Équipement médical

Lv Jianming

Valeur nette : 3,1 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros)

Nationalité : chinoise

Source de richesse : Équipement médical

Gan Zhongru

Valeur nette : 2,8 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Weng Xianding

Valeur nette : 2,8 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Dispositifs médicaux

Chen Xiao Ying

Valeur nette : 2,7 milliards de dollars (2,2 milliards d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Informations sur la santé

Xie Juhua et sa famille

Valeur nette : 2,6 milliards de dollars (2,1 milliards d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Dai Lizhong

Valeur nette : 2,5 milliards de dollars (2 milliards d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Tests médicaux

Miao Yongjun

Valeur nette : 2,5 milliards de dollars (2 milliards d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Diagnostic clinique

Hu Gengxi & sa famille

Valeur nette : 2,3 milliards de dollars (1,9 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Biopharma

Li Zhibiao

Valeur nette : 2,3 milliards de dollars (1,9 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits de soins personnels

Lin Zhixiong & sa famille

Valeur nette : 2,1 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Dispositifs médicaux

Alberto Siccardi & sa famille

Valeur nette : 2,1 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros)

Citoyenneté : suisse

Source de richesse : Dispositifs médicaux

Gao Yi & sa famille

Valeur nette : 2 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Lin Zhijun

Valeur nette : 2 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Dispositifs médicaux

Xie Liangzhi & sa famille

Valeur nette : 2 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Biotech

Chen Baohua

Valeur nette : 1,8 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Zhu Yiwen & sa famille

Valeur nette : 1,8 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Services de santé

Li Wenmei & sa famille

Valeur nette : 1,7 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Équipement médical

Lin Jie & sa famille

Valeur nette : 1,7 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Liu Xiucai & sa famille

Valeur nette : 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros)

Citoyenneté : américaine

Source de richesse : Produits chimiques

Pu Zhongjie & sa famille

Valeur nette : 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Équipement médical

Rao Wei & sa famille

Valeur nette : 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Ren Jinsheng & sa famille

Valeur nette : 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Xiong Jun & sa famille

Valeur nette : 1,5 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Yi Xianzhong & sa famille

Valeur nette : 1,5 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Felix Baker

Valeur nette : 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros)

Citoyenneté : américaine

Source de richesse : Investissements dans les biotechnologies

Julian Baker

Valeur nette : 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros)

Citoyenneté : américaine

Source de richesse : Investissements dans les biotechnologies

Rajendra Agarwal

Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)  

Citoyenneté : indienne

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Banwarilal Bawri

Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)

Citoyenneté : indienne

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Girdharilal Bawri

Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)

Citoyenneté : indienne

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Benedicte Find

Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)

Citoyenneté : danoise

Source de richesse : Dispositifs médicaux

Alan Miller & sa famille

Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)

Citoyenneté : américaine

Source de richesse : Services de santé

Zhong Ming & sa famille

Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Instruments médicaux

Yuan Jiandong & sa famille

Valeur nette : 1,1 milliard de dollars (900 millions d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Fan Minhua

Valeur nette : 1,1 milliard de dollars (900 millions d’euros)

Citoyenneté : chinoise

Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Article traduit de Forbes US – Auteur : Giacomo Tognini

<<< À lire également : Il y a un an, le Covid-19 | L’histoire des coronavirus, de 1930 à aujourd’hui >>>

Voyez la suite

CORONAVIRUS


CDC: 5 888 DÉCÈS et 329 021 Blessures dues aux injections COVID-19 – Plus que les 29 années précédentes de décès par le vaccin VAERS

Publié

le

Les décès enregistrés à la suite des injections COVID-19 expérimentales ont grimpé en flèche cette semaine alors que le CDC a ajouté hier davantage de données dans le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), une base de données financée par le gouvernement américain qui suit les blessures et les décès causés par les vaccins.

Alors que les informations contenues dans le VAERS sont des informations accessibles au public, les médias d’entreprise continuent de les censurer, et quiconque ose publier des informations accessibles au public du gouvernement américain est qualifié de « fausses nouvelles » par les « vérificateurs de faits ».

Les données publiées hier 11 juin 2021, répertorient 5 888 décès parmi 329 021 cas de blessures suite à des injections COVID-19. Il y a également5 884 autres cas mettant la vie en danger, 43 892 visites aux urgences, 4 583 incapacités permanentes et 19 597 hospitalisations.

Source.

Pour mettre cela en perspective, ces totaux représentent une période de 6 mois depuis décembre 2020, date à laquelle la FDA a autorisé l’utilisation en urgence de ces injections, et le total des décès dépasse désormais les décès enregistrés dans le VAERS suite aux vaccinations des 29 dernières années, depuis le début 1992.

Source.

C’est un génocide. Et comme de nombreux médecins et scientifiques dissidents l’ont déclaré, il s’agit de injections d’armes biologiques conçues par des eugénistes pour réduire la population mondiale.

Le CDC et la FDA admettent enfin des problèmes d’inflammation cardiaque dus aux injections COVID

Le CDC et la FDA se sont rencontrés la semaine dernière le 10 juin 2021 et ont finalement admis qu’il y avait des centaines de cas signalés de myocardite et de péricardite (inflammation du cœur) suite à des injections d’ARNm.

Avant cette réunion, la seule chose qu’ils étaient prêts à admettre était qu’il y avait des cas « rares » de caillots sanguins dans le cerveau, tout en choisissant d’ignorer une myriade d’autres conditions signalées, y compris de nombreux autres types de caillots sanguins.

Le rapport du 10 juin indiquait qu’il y avait eu 216 rapports d’inflammation cardiaque après les premières doses des injections Pfizer et Moderna, et 573 rapports après les deuxièmes injections.

L’âge médian après la première dose était de 30 ans, tandis que l’âge médian après la deuxième dose n’était que de 24 ans. Elle touche plus de deux fois plus d’hommes que de femmes.

Étant donné que ces cas signalés ne représentent qu’une infime minorité des cas réels, en raison de la nature passive de la déclaration au VAERS, il est évident que nous avons une crise nationale entre nos mains causée par les sociétés pharmaceutiques et leurs injections expérimentales.

Le gouvernement n’est pas votre ami, et peu importe que vous viviez dans un État rouge ou bleu, car ils sont tous pro-vaccins.

Alors que certains gouverneurs de l’État rouge ont pris des mesures pour empêcher la discrimination via les passeports vaccinaux, pas un seul gouverneur aux États-Unis ne s’est manifesté pour mettre un terme aux campagnes massives visant à injecter autant de personnes que possible avec ces armes biologiques, qui sont désormais axées sur les enfants, même s’ils ont le pouvoir de le faire par le biais de leurs pouvoirs exécutifs.

Pas une. Ils sont TOUS complices de meurtre.

Par Brian Shilhavy;  Rédacteur en chef, Health Impact News

Source : Health Impact News————————————————————–

Les vaccins expérimentaux contre la Covid sont des systèmes d’administration d’armes biologiques qui inondent les organes vitaux et la circulation sanguine de protéines de pointe inflammatoires

Après la publication des courriels de Fauci, il est maintenant clair que de hauts responsables de la santé publique ont conspiré pour dissimuler l’origine de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2, une toxine de laboratoire qui est maintenant injectée sous forme d’ARN messager et traduite dans des cellules humaines. Les protéines de pointe inflammatoires sont maintenant répliquées dans les cellules humaines, subvertissant la synthèse protéique naturelle des cellules, tout en s’infiltrant dans la circulation sanguine et en s’accumulant dans les organes vitaux. Une étude montre que la protéine de pointe peut envahir et vivre dans le tissu neural, infectant les neurones et provoquant un neurotropisme

La sous-unité S1 de la protéine de pointe pénètre dans le tissu parenchymateux du cerveau dans les modèles murins. Les cellules endothéliales du cerveau tentent de cacher la protéine de pointe dans le glycocalyx capillaire cérébral, ce qui peut entraîner une dégradation du glycocalyx, un dysfonctionnement de la barrière hémato-encéphalique (BHE) et un œdème cérébral.

Les protéines de pointe causant des lésions cérébrales, sont dix fois plus puissantes lorsqu’elles sont injectées

Lorsque ces protéines de pointe traversent la BHE, elles induisent une inflammation des neurones et altèrent le fonctionnement de base du système nerveux central. Une étude de Nature Neuroscience révèle que la protéine de pointe S1 du SRAS-CoV-2 est conçue pour se fixer à l’enzyme de conversion de l’angiotensine-2 (ACE2), traverser la BHE et endommager les systèmes cardiovasculaire et nerveux central. La protéine de pointe peut manipuler le système nerveux central, provoquant un afflux de cytokines et déclenchant une tempête de cytokines. Cet afflux de cytokines peut également traverser la barrière hémato-encéphalique, endommageant davantage la réponse immunitaire. Lorsque la protéine de liaison virale traverse la barrière hémato-encéphalique, elle permet au virus de traverser également la barrière hémato-encéphalique, permettant au virus d’influencer directement les régions du cerveau qui régulent la fonction respiratoire. Selon l’étude, les protéines de pointe injectées dépassent la BHE environ dix fois plus que l’exposition intranasale.

La protéine de pointe se fixe principalement à l’ACE2, mais peut également se fixer à d’autres protéines. La protéine de pointe traverse non seulement la barrière hémato-encéphalique, mais elle se déplace également dans la circulation sanguine, provoquant des caillots sanguins. Cette toxine attaque également le bulbe olfactif, le foie, la rate et les reins.

Les protéines de pointe déployées via des vaccins imitent un système de livraison d’armes biologiques

Byram Bridle, immunologiste viral et professeur agrégé à l’Université de Guelph, en Ontario, a déclaré que la communauté médicale « avait fait une grosse erreur » en déployant des programmes de protéines de pointepar le biais de campagnes de vaccination de masse. Le Dr Bridle était l’un des scientifiques qui ont travaillé sur le développement d’un vaccin contre la Covid-19. Le Dr Bridle mentionne une « étude de bio distribution » qui montre comment la protéine de pointe s’échappe dans le sang après la vaccination et circule pendant plusieurs jours, s’accumulant dans les organes et les tissus. La protéine de pointe peut attaquer la rate, la moelle osseuse, le foie, les glandes surrénales et à des « concentrations assez élevées » dans les ovaires.

« Nous savons depuis longtemps que la protéine de pointe est une protéine pathogène. C’est une toxine. Elle peut causer des dommages à notre corps s’il entre en circulation », a déclaré Bridle. Les scientifiques ont supposé que le vaccin n’affecterait que les muscles deltoïdes, reproduirait les protéines de pointe dans les cellules du site de vaccination et déclencherait une réponse immunitaire localement. Cependant, les protéines de pointe s’échappent du site de vaccination et s’échappent dans la circulation sanguine. Ces toxines peuvent provoquer une agglutination du sang ou des saignements cérébraux. 

Les méthodes de déploiement de ces vaccins expérimentaux contre la Covid ne sont pas non plus indicatives de la médecine. Il n’y a actuellement AUCUN consentement éclairé pour ces injections et AUCUN respect pour la dignité humaine ou l’auto-décision. Les méthodes de son déploiement sont des tactiques de guerre, et nos propres gouvernements et systèmes médicaux sont armés contre nous.Le vaccin peut être décrit plus précisément comme un système de distribution d’armes biologiques car il est déployé par la coercition, la fraude médicale, la corruption, l’intimidation, la discrimination et la ségrégation. 

Les gouvernements ont forcé à plusieurs reprises les citoyens à se verrouiller pour forcer l’adoption. On dit aux citoyens que leur vie ne reprendra pas son cours normal tant qu’ils ne se soumettront pas. Les gouvernements ont volé de l’argent aux contribuables et l’affichent maintenant comme des prix dans les loteries de vaccins. Le CDC essaie d’utiliser les passeports vaccinaux pour diviser la nation, en profilant et en contrôlant les vaccinés tout en séparant et en persécutant les non vaccinés.

Apprenez-en plus dans l’interview avec l’immunologiste Byram Bridle :

https://www.brighteon.com/2495a88b-90ad-4411-9171-faef76358dbc

Source

Hannibal GENSERIC 
Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

1 commentaire:

  1. nicolas bonnal14 juin 2021 à 10:54Bien partis : https://leblogalupus.com/2021/06/13/les-non-vaccines-seront-traques-pass-sanitaire-letat-sest-arrange-pour-obtenir-le-consentement-des-francais-presque-de-force-lallemagne-lance-le-premier/Répondre

Voyez la suite

CORONAVIRUS

La Covid, prétexte pour mener une guerre psychologique mondiale contre les peuples

Publié

le

Publié par wikistrike.com sur 11 Juin 2021, 10:07am

Catégories : #Politique internationale,  #Politique intérieure,  #Santé – psychologie

A+A

Cette fois il ne s’agit pas de la redoutée guerre atomique, ni d’une guerre bactériologique qui n’a pas, à ce jour, produit de grandes dévastations. Il s’agit d’une guerre bien plus insidieuse et perverse, parce que sa cible est ce qui constitue l’essence même d’un être humain. Je veux parler de sa psyché ou de son âme, et il s’agit donc d’une guerre psychologique.  Le premier constat qui m’a stupéfait est qu’à aucun moment, depuis le début de cette pseudo-pandémie virale, il n’a été évoqué que la causalité de ce phénomène pourrait être imputée à autre chose qu’à un virus. D’une voix univoque et sans l’ombre d’un doute ou la pertinence d’un questionnement, scientifiques, chercheurs, politiques, journalistes, relayés par la redondance assourdissante des grands médias, papier ou numérique, ont clamé à l’unisson un coronavirus coupable. À la gloire de la médecine fondée sur les principes tronqués des conclusions d’un certain Louis Pasteur, l’ennemi ne pouvait être que le virus pathogène… Tout le reste n’étant que littérature ou déni. Mais qu’est ce qui justifie et motive l’intervention d’un virus ou d’une bactérie dans un organisme, sinon que celui-ci est dégradé, détérioré par une souffrance dont la souffrance morale qui est la plus répandue chez les êtres humains. Et la souffrance morale, les troubles psychiques nous n’en avons pas manqué depuis l’annonce de la pandémie par l’OMS. Antoine Béchamp s’opposait à Pasteur en disant : « Il faut qu’un organisme soit malade pour qu’un microbe s’y crée et s’y multiplie » et pas l’inverse. Cependant et comme par enchantement, tout questionnement était jugé impertinent, et tous les médias, y compris ceux du Web et des Gafams ont censuré systématiquement les propos de toutes celles et ceux qui émettaient un doute sur la version officielle de cette “pandémie”. Toutefois ce qui était remis en question, était rarement sinon jamais la causalité de celle-ci. Par ordre de profondeur des remises en cause vient en surface les moyens limités des soignants pour vaincre ce terrible ennemi viral, revendiqué par les soignants eux-mêmes et les politiques. Puis viennent les questions sur l’origine du virus, naturel ou fabriqué, que se posent des généticiens et autres spécialistes, d’autres questions surgissent concernant la propagation du virus, sa contagion… Des discussions apparaissent sur la réalité d’une deuxième vague que conteste bon nombre de médecins de différentes spécialités, plus près de mon propos d’aujourd’hui viennent des questions concernant la gestion ou les stratégies des comités de santé et des gouvernements, confinement, distanciation, gestes barrières, port du masque obligatoire, tests, traçage, utilisation d’applications numériques… Enfin et au plus près de mon propos d’aujourd’hui les conséquences de toutes ces mesures sur la santé des populations. Et c’est à partir de ces derniers questionnement et constats relevés par de nombreux praticiens de santé que je vais tenter de remettre les choses dans l’ordre. Je pars donc de ce constat pour soumettre à votre intelligence que ces effets relevés par des médecins ne sont pas des conséquences ou des dommages collatéraux des mesures prises en réponse à cette pseudo pandémie mais les véritables causes, des maladies et des décès qui sont imputées à cette dernière.De nombreux psychiatres et psychologues ont pu vérifier les effets délétères de ces mesures sur les personnes les plus vulnérables, surtout le confinement, la distanciation, les gestes barrières et le port du masque. Bien sûr ils en notent surtout des impacts sur la santé psychique, c’est leur spécialité. Pourtant il devrait être notoire aujourd’hui qu’une bonne compréhension de la maladie et de la médecine ne devrait pas séparer la santé psychique de la santé biologique. Les stress continus, l’anxiété, l’angoisse, les peurs, la confusion mentale, en bref tous les chocs traumatiques soudains ou durables, s’ils ne sont pas pris en compte dans une approche psychologique, deviennent la plupart du temps somatiques et résultent en maladies organiques. Or la grande majorité des humains d’aujourd’hui vit dans une temporalité de plus en plus en plus accélérée, une accumulation de stress et de conflits psychiques qu’ils n’ont plus guère le temps de résoudre, ce que permettait une temporalité plus lente. D’où il résulte une augmentation des somatisations et donc des maladies dans le monde humain. Ces considérations posées, et à partir de celles-ci, reprenons l’histoire de la pseudo pandémie de la covid19. Considérant l’évènement de la grippe saisonnière qui affecte les populations du monde tous les ans à la même période, je ne dirais pas ici pourquoi mais ultérieurement, ce nouveau coronavirus, puisqu’il mute tous les ans, a bénéficié d’un colossal coup de projecteur, comme une star sur la scène, en mondovision, dès que l’organisation mondiale de la santé a décrété la pandémie. Toutes les attentions se sont inévitablement portées sur l’événement annoncé, tant il est difficile de ne pas être focalisé sur la star mise en scène quand elle est seule sous les feux des projecteurs et que le public demeure dans l’ombre. Dès lors, l’événement est devenu la propriété d’une population de gens censées détenir le savoir pour les uns, le pouvoir pour d’autres et à toute fin instrumentalisable. A cet instant de mon propos il est encore difficile de retenir la saisie d’une opportunité, ou une réelle intention, une préméditation dans l’instrumentalisation qui a été faite de cette épidémie de grippe. Je vous laisse en juger en écoutant la suite. Dès lors donc, et dès ce moment, une multitude de décisions sont prises par les gouvernements et leur conseils scientifiques… Vous les connaissez toutes puisque vous les avez subies. Pour rappel, au moment de la déclaration de pandémie par l’OMS rien de plus qu’un début d’épidémie, ne se produisait. Mais le mot pandémie est si lourd de gravité qu’il a suffi à lui seul à créer une sourde inquiétude chez les soignants, aux premières loges, et chez les personnes psychologiquement vulnérables. Cette inquiétude s’est rapidement transformée en vent de panique selon les lieux et les circonstances. Lorsque j’affirmais, dès le début du mois de mars que le virus n’était pas le coupable, dans les pas du biologiste et chimiste Antoine Béchamp, et du docteur Geerd Hamer, je n’avais alors qu’une intuition de qui il pouvait être. Mais dans toute enquête policière sur une mort suspecte ; cherchant à en découvrir le responsable, viennent toujours les questions du mobile et de savoir à qui profite le crime… Je me suis posé la même question et vous le savez peut-être déjà, les principaux bénéficiaires et gagnants de cette “pseudo pandémie” sont les plus puissants financièrement, de même que les gouvernements dont les pouvoirs discrétionnaires et de contrôle se sont considérablement augmentés, en réduisant de manière drastique l’exercice de la liberté des populations. Cependant une compétition effrénée se joue entre les plus puissants laboratoires pharmaceutiques pour gagner le jackpot du vaccin pour une clientèle de 7 milliards de consommateurs. Depuis je n’ai plus eu qu’à observer jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, les stratégies mises en œuvre pour la réalisation du crime. Voici le fruit de mes observations qui constitue le mobile à l’origine de mon propos. Quant au profit, je souhaite qu’il bénéficie au plus grand nombre pour qu’enfin cesse ce qui pourrait être un crime contre l’humanité. Voici donc ce qui a été mis en œuvre par les donneurs d’ordre pour mener à bien (je devrais dire à mal) cette guerre annoncée par le chef de l’état non contre un virus mais contre le peuple d’un pays et le pays lui-même, en créant toutes les conditions pathogéniques de la maladie et de la mort. La distanciation et les gestes barrières : génèrent des conflits psychiques de séparation, d’isolement contraint, ou d’abandon selon les sensibilités. Ils peuvent se manifester dans la biologie par des maladies de l’épiderme, eczéma, psoriasis, ou par une augmentation de l’obésité. Le confinement : génèrent des conflits psychiques de menace dans le territoire aérien, des situations de disputes, d’étouffement, d’isolement et se manifestent en biologie par une affection des bronches, plus précisément une ulcération de l’épithélium de la muqueuse des bronches. Le port du masque obligatoire : Correspond à une uniformisation, une réduction de l’identité, un déni de personnalité et d’originalité et se manifeste par un état dépressif induit par ce sentiment de dépréciation. Plus, il crée une gêne respiratoire, diminue l’apport d’oxygène, augmente la captation de co2 et des micro-organismes évacués en expirant et fragilise le système immunitaire. La surmédiatisation de la pandémie qui maintient un climat quotidiennement anxiogène avec pour conséquences une multitude de peurs, des états de confusion qui, s’ils ne sont pas exprimés et solutionnés psychiquement, donnent lieu à une grande variété de somatisations et de maladies selon la sensibilité propre à chaque personne L’annonce elle aussi surmédiatisée des soi-disant conséquences catastrophiques de la pandémie génèrent un sentiment paranoïaque ou des comportements phobiques, contre un ennemi qui peut surprendre à tout moment.Les menaces et les pertes réelles d’emploi ou les faillites d’entreprises qui créent d’énormes stress de perte dont la somatisation entraine des maladies cardio-vasculaires. La peur de mourir pour ceux qui sont porteurs du virus (testés positifs) ou malades, parce que c’est ce qu’on leur dit, affecte les voies respiratoires profondes que sont les alvéoles pulmonaires, dont la fonction est, entre autres de capter l’oxygène, ce sont ces personnes qu’on retrouve en détresse respiratoire et qu’on met sous respirateur. Et ce ne sont là que quelques causes et leurs conséquences parmi les plus remarquables, mais il en existe d’autres, bien plus insidieuses et peut être plus profondément dommageables : Le sentiment de culpabilité essaimé à tout vent par les gouvernements et les médias pour stigmatiser celles et ceux qui ne se plient pas aux ordres. Dont un des pires moments est cette vidéo de cette famille heureuse autour de son aïeule et dont les baisers de tendresse et d’affection vont la conduire sur son lit de mort. Difficile d’imaginer plus grande violence que de transformer un geste d’amour en faux de la mort. Commencez-vous à vous interroger sur les intentions d’un tel gouvernement ? La pratique du discours paradoxal que l’on perçoit dans la violence de cette guerre sinon douce mais doucereuse comme le sont les intonations du chef de l’état alternant fausse compassion et fermeté menaçante… Comme le sont la plupart des injonctions provenant de ce même gouvernement : “Si vous aimez vos proches, restez éloignés” “Les gestes barrières pour se protéger les uns des autres”, lapsus du chef de l’état ou message subliminal ? Au lieu de dire “les uns les autres” … Et encore “soyez solidaires, ne vous rencontrez pas” et tant d’autres mots qui créent une véritable dissociation cognitive, empêchant tout esprit non entraîné à l’analyse critique dans un état de grande confusion. Il est une autre stratégie qui consiste à faire appel aux sentiments les plus nobles des personnes pour acquérir leur consentement : Comment ne pas répondre positivement à des appels à la protection d’autrui, des êtres chers, des plus faibles. Si l’appel émane d’une personne honnête avec une bonne intention, y répondre est peut-être salutaire, mais si ce n’est pas le cas, y répondre risque d’être catastrophique. On joue à quitte ou double ? Cela s’appelle la fabrique du consentement dont nous parle Noam Chomsky et fonctionne souvent en binôme avec la stratégie du choc, si bien décrite par Naomi Klein. Créer le chaos pour imposer la solution du rétablissement de l’ordre. C’est exactement ce à quoi nous assistons aujourd’hui. Même si certains hommes politiques n’ont pas la langue de bois quand ils s’expriment, ils doivent avoir quand même un peu de sciure sur la langue en dénonçant un régime autoritaire… Il ne serait pas impudent aujourd’hui de dénoncer haut et fort un régime qui prépare le totalitarisme ou une dictature. Opération réussie pour l’heure : des clivages se sont figés dans le corps social entre les pro et les anti masques, entre les pro et anti confinement entre les irresponsables pro et anti… Des guerres il y en a entre des amis, dans des familles et tout cela est extrêmement pathogène… Alors oui la deuxième vague appelée de tous leurs voeux par les gouvernements et les comités scientifiques est bien là, mais elle n’a rien à voir avec un virus sinon sa détection douteuse par un test aux performances tout aussi douteuses. La deuxième vague est bien là, créée de toutes pièces par les mesures pathogènes que ces gens ont imposées aux populations. La constante et déroutante variété des symptômes et des maladies qu’observent les soignants n’a pas fini de les surprendre parce que chacun interprète selon sa sensibilité et sa fragilité propre les fracas de ce chaos. Que faire ? Quelles solutions ? Voici d’abord des solutions pragmatiques qui m’apparaissent à cet instant. Cesser immédiatement de parler de pandémie, laisser l’ordre des choses tel qu’il était l’instant d’avant se rétablir de lui-même, et très vite repenser la santé et la maladie autrement. Restituer au corps social sa capacité à s’autogérer et à s’autoréguler et surtout réinventer notre rapport au monde sur la base que la compétition n’est qu’un aspect d’une réalité plus grande qui s’appelle, comme l’ont justement nommé Pablo Servigne et Gauthier Chapelle ; L’entraide. C’est aussi ce à quoi participent les virus et les bactéries. D’autres solutions plus utopiques ont ma préférence : libérez les gens de toutes contraintes, organisez des fêtes. Proclamez la joie comme traitement et essaimez-la par tous les moyens. Permettez à chacune et chacun de vivre selon son propre sentiment de dignité…Et en peu de temps nous ne manquerons plus de lits dans les hôpitaux. Nous avons depuis si longtemps, modélisé nos comportements et nos sociétés, sur une interprétation erronée de ce que nous avons observé dans la nature : la loi du plus fort dont est issue l’esprit de compétition n’existe pas dans la nature, sauf à servir un équilibre à chacune et chacun nécessaire. Aussi afin d’établir une paix durable, il est urgent de la rétablir entre nous et avec tous les acteurs de la vie végétale, animale et microbienne. La mise en joie de la vie est à ce prix. Sinon les plus forts qui tiennent tant à cet ordre des choses erroné vont faire de ce monde un enfer pour esclaves. Osez jeter vos peurs au feu et soyez libres et souverains dans vos vies.Francis Cance est psychologue clinicien. 

Auteur(s): Francis Cance, pour France Soir

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance