Que ces merdes ne viennent plus nous faire chier en France et personne ne leur mettra un doigt dans leur cul de connard !

Spread the love

France : Un sans-papiers algérien humilié dans un centre de rétention (Témoignage)

Par Azzedine Derradj10 janvier 2021

Un sans-papiers algérien anciennement détenu dans un centre de rétention administrative de Mesnil-Amelot (France) affirme avoir été « humilié » par des agents de police dans ce CRA. Le site Info Migrants a recueilli son témoignage et celui d’autres sans-papiers qui auraient subi un même traitement.

Saïd Chenanni, cet Algérien ayant rejoint la France illégalement, a livré un témoignage choc sur sa détention, pendant plusieurs jours, au CRA du Mesnil-Amelot, commune située en Île-de-France. Il affirme, dans une déclaration accordée à Info Migrants, qu’il avait subi, en novembre dernier, une fouille à nu. Aujourd’hui détenu dans un CRA de Palaiseau (Essonne), le sans-papiers algérien explique qu’un policier lui avait mis les menottes et un deuxième avait mis son épaule contre son dos. « Ils m’ont enlevé le boxer. L’un d’eux essayait de faire entrer son doigt dans mon anus, ça m’a fait vraiment mal », s’insurge-t-il.

A la suite à cet incident, Saïd Chenanni a décidé de saisir la justice pour porter plainte. Il assure être en mesure d’identifier les agents de police qui ont effectué la fouille à nu. « Celui qui m’a touché n’est plus rentré dans le centre après. Avant, je le voyais souvent dans le CRA. Mais après mon agression, je ne l’ai plu revu », témoigne le sans-papiers.

Deux autres cas de fouille à nu enregistrés dans le CRA du Mesnil-Amelot

Par ailleurs, la même source rapporte que deux autres cas de fouille à nu ont été recensés dans le même centre en 2020. La deuxième victime est un sans-papiers tunisien de 22 ans qui affirme avoir subi la même humiliation devant 14 personnes. La troisième victime, dont l’identité n’a pas été dévoilée, a décidé de porter plainte devant l’Inspection générale de la police (IGPN).

Selon la législation française, ces pratiques ne sont pas autorisées dans les centres de rétention administrative. C’est ce qu’a expliqué David Rohi, responsable de la rétention à La Cimade. « L’ensemble des lois et règlements prévoient que ces fouilles soient effectuées de manière très précises et encadrées, uniquement dans les prisons », a-t-il précisé.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*