PPDA, était bien plus qu’un dragueur impénitent, c’était un malade.

19484e9cba3673550e5fcf5ff9e3636f.jpg
Spread the love

PPDA, « un prédateur sans conscience » : de nouveaux témoignages accablants

La parole se libère. Dans son numéro de ce jeudi 25 février, le magazine Closer révèle deux nouveaux témoignages accablants pour Patrick Poivre d’Arvor, accusé de viols par Florence Porcel.

Les révélations s’enchaînent et se ressemblent toutes. Deux autres témoignages chocs s’ajoutent au cahier des charges de Patrick Poivre d’Arvor. En kiosques , le magazine Closer dévoile les prises de paroles de deux jeunes femmes qui ont accepté de se confier sous couvert d’anonymat au sujet du journaliste« C’est un prédateur sans conscience, qui sera toujours dans le déni de ce qu’il a fait subir à de très jeunes femmes », déclare l’une de ses anciennes proches en dénonçant un comportement qu’elle juge « pathologique. » « Ce qui me choque, c’est qu’il se soit conduit ainsi dans le cadre de son travail. Cette impunité hallucinante. »

La seconde fait part d’un récit troublant. Journaliste, elle aurait fait la rencontre de Patrick Poivre d’Arvor en 2013, souhaitant l’interviewer dans le cadre d’un voyage de presse. L’ex-visage de TF1 l’aurait approchée avec insistance. « Le matin du premier jour, il m’avait demandé mon numéro de portable pour pouvoir ‘échanger plus longuement avec moi’. Et dans la foulée, il m’a envoyé un SMS me proposant de le rejoindre dans sa suite. » La jeune femme aurait décliné son offre, loin de décourager le mis en cause qui aurait réitéré ses avances. À l’issue de ce séjour, il lui aurait proposé de le rejoindre dans sa chambre « pour poser [ses] valises et prendre une douche. » Une seconde offre qu’elle a refusée. « Vu sa réputation dans le métier, c’était plus prudent (…) PPDA était bien plus qu’un dragueur impénitentc’était un malade. » 

Ses anciennes collègues ont témoigné

Auprès du quotidien Le Parisiend’anciennes collègues de TF1 ont aussi fait part de leur expérience avec Patrick Poivre d’Arvor. Là encore, celles-ci en conservaient un souvenir déroutant, racontant avoir été invitées à le rejoindre dans son bureau, où Florence Porcel affirme qu’il aurait abusé sexuellement d’elle en 2004 (des faits prescrits auxquels un second viol présumé aurait fait suite cinq ans plus tard). « Je me suis levée pour partir et lui s’est levé pour essayer de m’embrasser. Je lui ai dit ‘Arrêtez Patrick, ça ne va pas !‘. Et ça s’est arrêté là », s’est notamment rappelée l’une de ces femmes.

« Des accusations fantaisistes »

Pointé du doigt mais présumé innocent, Patrick Poivre d’Arvor nie avant tout les accusations de Florence Porcel en évoquant – par le biais de son avocat – « des accusations qui ne peuvent que être fantaisistes. » Il a démenti une nouvelle fois ces allégations dans un message publié sur son compte Facebook. L’ancien présentateur de TF1 compte porter plainte pour dénonciation calomnieuse à l’encontre de son accusatrice mais aussi pour diffamation publique. Plainte visant Le Parisien qui s’est fait l’écho des propos de l’écrivaine . Pour l’heure, il n’a pas réagi aux autres déclarations le mettant en cause. 

Patrick Poivre d’Arvor, aurait mis en place une compétition avec une autre vedette de la chaîne au cours de sa carrière chez TF1.

La plaignante, Florence Porcel, accuse le journaliste de 73 ans de lui avoir imposé des rapports sexuels à plusieurs reprises, entre 2004 et 2009. Depuis ces révélations, les langues se délient sur son attitude envers les femmes. Ce vendredi 26 février, Voici explique que Patrick Poivre d’Arvor, ainsi qu’un ex-présentateur vedette de TF1, « lui-même très insistant avec les femmes« , avaient instauré un « système de points » pour celles que chacun réussissait à conquérir.

Ce concours, réalisé avec un autre animateur, serait réapparu au cœur de certaines discussions dans les couloirs des rédactions depuis le début de l’affaire Patrick Poivre d’Arvor. Quelques détails de son procédé, reposant notamment sur les professions des femmes ciblées, sont révélés par une source à Voici : « Tant de points pour une femme du public, tant de points pour une serveuse, tant de points pour une hôtesse de l’air. »

PPDA nie les accusations

Ce vendredi 26 février, le magazine Voici révèle aussi, selon ses sources, qu’une « autre romancière célèbre aurait également subi des assauts« . Ajoutant que nombre de ceux qui l’ont côtoyé professionnellement se demandaient depuis longtemps « quand tout ça sortirait ». « C’est simple, PPDA traîne des casseroles de prédateur partout où il est passé, à TF1, mais aussi à RTL et CNews« , développe également un informateur. Ce jeudi 25 février, Closer dévoilait à son tour les témoignages anonymes de deux jeunes femmes au sujet de l’affaire PPDA. « C’est un prédateur sans conscience, qui sera toujours dans le déni de ce qu’il a fait subir à de très jeunes femmes », confiait l’une d’elles jugeant le comportement du journaliste de 73 ans comme « pathologique ».

Présumé innocent, Patrick Poivre d’Arvor a nié les accusations de Florence Porcel par intermédiaire de son avocat, puis dans un message public mis en ligne vendredi 19 février sur Facebook. « J’entretenais jusqu’alors avec elle des relations confraternelles et partageais son goût pour la littérature, a fait savoir l’ex-taulier du 20 heures de TF1. Plusieurs fois, je l’ai soutenue lorsqu’elle publiait des livres ou lors de ses démêlés avec des journalistes. » D’après PPDA, qui a annoncé porter plainte pour dénonciation calomnieuse« il n’y a jamais eu aucune forme d’emprise, ni a fortiori de contrainte. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*