Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

ISLAM violence arnaque viol

Plus taré que le monde musulman c’est difficile de trouver… sauf chez leur maitre la mafia Khazare ?

Publié

le

Islam des lumières : une chaîne iranienne censure un match de foot arbitré par une femme

Par Jean-Pierre Camus – 15/04/2021 Facebook Twitter

La république islamique d’Iran n’a pas apprécié la présence d’une femme dans le corps arbitral ayant officié lors de la victoire de Manchester United sur le terrain de Tottenham (1-3) dimanche dernier. 

À chaque fois que l’arbitre de touche Sian Massey-Ellis, officiant en Premier League depuis 2010, passait à l’écran, c’est-à dire plus de 100 fois, la télévision iranienne changeait de plan pour montrer une vue aérienne du stade des Spurs de Totthenam ou de la ville de Londres.

Le Daily Mail rapporte les propos de My Stealthy Freedom, un groupe se battant contre la discrimination de genre en Iran. « Les censeurs ont été choqué par la présence d’une femme en short. Leur solution était de couper les actions par des plans d’ensemble de Londres, ce qui a rendu un effet plutôt comique. A la fin de la rencontre, un des commentateurs aplaisanté en disant qu’il espérait que les téléspectateurs avaient apprécié la vue. »

Depuis la Révolution islamique, le pays avait formellement interdit aux femmes de se rendre dans des stades. La situation a évolué depuis que la FIFA  menace la fédération iranienne de suspension en raison de sa politique d’égalité des sexes. En 2019, le régime a autorisé les Iraniennes à entrer dans les stades de football pour la première fois depuis des décennies afin d’assister à un évènement sportif.

Les Iraniens ne sont décidément pas prêts de voir un match de foot féminin à la télé.

Source : So Foot/Daily Mail

Logique turque: “mon fils pourrait devenir chrétien, donc il vaut mieux le tuer”

Par Jean-Pierre Camus – 15/04/2021 Facebook Twitter

Image d'illustration / Photo: Pixlr
Image d’illustration / Photo: Pixlr

La tête couverte d’un foulard de soie, la citoyenne turque résidant en Allemagne voudrait témoigner, mais n’y parvient pas. Elle pleure en silence sans pouvoir articuler un mot. Accusée d’avoir tué son fils de quatre ans en le jetant dans la rivière du haut d’un pont, elle risque entre 5 ans de prison et la perpétuité.

L’enfant avait déjà été hospitalisé en novembre dernier pour de graves brûlures. Il avait dû être opéré trois fois. La mère, de nationalité turque, a prétendu l’avoir brûlé accidentellement avec de l’eau chaude en le lavant. Le personnel soignant n’avait pas été convaincu et voulait confier l’enfant le Service de protection de la jeunesse.

La mère l’avait alors retiré de l’hôpital. Elle craignait qu’on ne la prive de son autorité parentale. Pour elle, cela aurait signifié que l’enfant n’aurait pas été élevé comme musulman mais comme chrétien. Révoltée par cette perspective, elle a préféré tuer son fils avant de tenter de mettre fin à ses jours.

Au tribunal régional de Verden, situé dans le Land de Sachsen-Anhalt, on a voulu l’interroger par l’intermédiaire d’un interprète, mais elle était incapable de parler. Le président a interrompu l’audience en lui disant: “Tout le monde ici voit que c’est une situation très stressante pour vous.” Son avocate a été chargée de recueillir son témoignage par écrit pour la prochaine audience.

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ISLAM violence arnaque viol

Surréaliste: l’ONU élit les pires états islamiques, l’Iran et le Pakistan, à la Commission des droits des femmes

Publié

le

C’est comique mais surtout dramatique que des musulmans à la bite atrophiée puisse donner un avis sur les femmes… alors que ces frustrés leur interdisent le droit à l’orgasme… qu’ils sont incapables de procurer.

Avr 22, 20210


UN Watch appelle l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield et les États de l’UE à condamner l’élection  de l’Iran par l’ONU à un   mandat de 4 ans au sein de sa  Commission de la condition de la femme , le «principal organe intergouvernemental mondial exclusivement dédié à la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. »

Le vote d’hier du Conseil économique et social de l’ONU, rapporté en premier par UN Watch, a suscité l’indignation parmi les militants des droits de l’homme. «Élire la République islamique d’Iran pour protéger les droits des femmes, c’est comme faire d’un pyromane le chef des pompiers de la ville», a déclaré Hillel Neuer, directrice exécutive d’UN Watch, le groupe de défense des droits humains basé à Genève. «C’est absurde – et moralement répréhensible. C’est une journée noire pour les droits des femmes et pour tous les droits humains », a déclaré Neuer.

Au moins 4 démocraties européennes et occidentales soutiennent l’Iran

Bien que le scrutin ait été secret, UN Watch a déterminé qu’au moins quatre des 15 démocraties de l’UE et du Groupe occidental membres de l’ECOSOC – qui comprennent l’Australie, l’Autriche, le Canada, la Finlande, la France, la Lettonie, l’Allemagne, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Norvège, la Suisse, le Royaume-Uni et les États-Unis ont voté pour l’Iran.

UN Watch a appelé les législateurs à exiger que leurs gouvernements révèlent comment ils ont voté.

En 2017, après un scrutin secret similaire pour la même commission des droits des femmes des Nations Unies, une campagne d’UN Watch a conduit la  Belgique à admettre  qu’elle avait voté pour élire l’Arabie saoudite, et à la révélation que le gouvernement belge s’est assuré de  dire aux Saoudiens  qu’ils avaient voté. pour eux.

Des militants iraniens et des victimes dénoncent le vote « surréaliste »

«C’est surréaliste», a tweeté la militante des droits des femmes iraniennes Masih Alinejad. «Un régime qui traite les femmes comme des citoyennes de seconde zone, les emprisonne pour ne pas porter le hijab obligatoire, leur interdit de chanter, leur interdit les stades et ne les laisse pas voyager à l’étranger sans la permission de leurs maris est élue parmi les meilleures femmes de l’ONU. organisme de défense des droits. »

Kylie Moore-Gilbert, universitaire australienne retenue en otage en Iran pendant 804 jours, s’est étonnée de l’élection de son oppresseur.https://www.youtube.com/embed/xNg9p4cCAME?feature=oembed

Le bilan horrible de l’Iran en matière de droits des femmes

«La persécution des femmes par l’Iran est flagrante et systématique, à la fois en droit et en pratique. Le propre secrétaire général de l’ONU a rendu compte   de la «discrimination persistante de l’Iran à l’égard des femmes et des filles» », a déclaré Neuer.

«Les mollahs fondamentalistes iraniens forcent les femmes à se couvrir les cheveux, et nombre d’entre elles sont arrêtées et attaquées quotidiennement en vertu de la loi misogyne sur le hijab. Ils exigent qu’une femme reçoive la permission de son père pour se marier. L’âge légal pour qu’une fille se marie en Iran est de 13 ans, et même les plus jeunes filles sont autorisées à se marier avec le consentement paternel et judiciaire. »

«Le régime de l’ayatollah Khamenei emprisonne des militantes courageuses des droits des femmes, telles que Nasrin Sotudeh, Mojgan Keshavarz, Yasaman Aryani et Monireh Arabshahi, pour le crime d’exiger pacifiquement leur dignité humaine.

«Pourquoi, alors, l’ONU a-t-elle nommé l’un des pires oppresseurs des femmes au monde comme un juge mondial et un gardien de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes?» demande Neuer.

« Aujourd’hui, l’ONU a envoyé un message selon lequel les droits des femmes peuvent être vendus pour des accords politiques en coulisses, a déclaré Neuer, » et elle a laissé tomber des millions de femmes victimes en Iran et dans le monde qui se tournent vers l’organisme mondial pour se protéger.  »

Le régime fondamentaliste et misogyne de l’Iran est désormais l’un des 45 membres de la commission qui, selon l’ONU, jouera un rôle déterminant dans «la promotion des droits des femmes, documentant la réalité de la vie des femmes dans le monde et façonnant les normes mondiales sur l’égalité des sexes et l’autonomisation. des femmes. »

L’Iran a remporté 43 voix lors d’un scrutin secret hier au Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC), composé de 54 pays. Habituellement, l’ECOSOC approuve les nominations organisées à huis clos par des groupes régionaux, mais cette fois, les États-Unis ont exigé la tenue d’un vote.

« Je félicite l’administration Biden d’avoir forcé le vote, mais elle devrait également dénoncer l’élection obscène du régime de l’ayatollah Khamenei à un organe de défense des droits des femmes », a déclaré Neuer.

Voyez la suite

ISLAM violence arnaque viol

Allahicité : L’Eglise n’avait pas de dérogation pour la Semaine Sainte, les musulmans en ont pour le ramadan

Publié

le

Par Michel Janva le 16 avril 202132 commentairesAllahicité : L’Eglise n’avait pas de dérogation pour la Semaine Sainte, les musulmans en ont pour le ramadan

Les évêques n’avaient pas bougé pour demander une dérogation au couvre-feu afin de célébrer les offices du Triduum pascal. Seuls Civitas et Via avaient engagé un référé au Conseil d’Etat, recours qui avait été rejeté.

Le ramadan a commencé le 13 avril et on apprend par la voix du CFCM que les musulmans ont obtenu une dérogation pour toute la durée du ramadan :

Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) informe les musulmans de France qu’il est toléré de se rendre au lieu de culte le plus proche de son domicile pour accomplir la prière du matin. Cette dérogation est accordée par Monsieur le Ministre de l’intérieur à la demande du CFCM.

Le CFCM recommande aux imams de retarder cette prière dans la mesure du possible pour permettre un usage utile et limité de la dérogation.

La première prière doit avoir lieu avant l’aube. La mosquée de Paris a donné les horaires pour Paris, variables selon l’heure de lever du soleil, de 5h24 le 13 avril à 4h18 le 13 mai.Imprimer ou envoyer à un ami

Voyez la suite

ISLAM violence arnaque viol

Les musulmans ont persécuté les Andalous en les colonisant… La honte c’est de parler de civilisation arabo andalouse !

Publié

le

C’était un 18 avril : le martyre de saint Parfait, ou la tolérance d’Al Andalus… 147 Partages Partager Tweeter Recevoir notre lettre Parfait de Cordoue, en latin Perfectus, était un prêtre chrétien de Cordoue, en Espagne, qui fut décapité par les musulmans le 18 avril 850, jour de Pâques, pour avoir refusé de retirer ses propos sur Mahomet. Plusieurs autres chrétiens sont aussi massacrés par les autorités musulmanes d’Al-Andalus. Il est considéré comme l’un des plus grands martyrs de son époque. Son supplice, enregistré par saint Euloge, figure dans le Memoriale sanctorum. On est loin du mythe de l’« Al Andalus » havre de paix et de tolérance bâti par les islamistes ou les partisans du multiculturalisme. Parfait était né à Cordoue, quand la région était sous le contrôle des Maures du califat omeyyade. Moine ordonné prêtre, il siégeait à la basilique Saint-Aciscle à Cordoue. L’Andalousie étant sous autorité politique musulmane, les chrétiens étaient tolérés sous certaines conditions de discrétion. En 850, Parfait fut mis au défi par deux musulmans de dire qui était le plus grand prophète, de Jésus ou de Mahomet. Au début, il préféra ne pas répondre, afin de ne pas les provoquer, mais ils insistèrent pour qu’il leur donnât une réponse, promettant de le protéger des représailles. Il leur dit alors en arabe que Mahomet était un faux prophète et un homme immoral pour avoir, dit-on, séduit l’épouse de son fils adoptif. Les musulmans respectèrent leur promesse et le laissèrent partir, mais quelques jours plus tard, certains d’entre eux changèrent d’idée et le firent arrêter. Ils demandèrent à des amis de le saisir eux-mêmes (afin de ne pas être parjures) et le firent juger. Parfait fut convaincu de « blasphème » par le tribunal islamique et fut exécuté. La légende affirme que ses derniers mots furent pour bénir le Christ et condamner Mahomet et son Coran. Son martyre fut l’un des premiers d’une période de persécution des chrétiens par les musulmans en Al-Andalus ; elle commença en 850 sous Abd ar-Rahman II, se poursuivit sous son successeur Muhammad Ier, et par la suite continua de façon intermittente jusqu’en 960. Il est fêté, dans le calendrier catholique, le 18 avril.
Retrouvez cet article et l’info alternative sur : http://www.contre-info.com

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance