Plongée dans les communautés arabes israéliennes minées par la criminalité

Spread the love

Plongée dans les communautés arabes israéliennes minées par la criminalité

Les armes illégales y prolifèrent. 2020 est l’année la plus meurtrière. Un plan gouvernemental contre la violence aurait été enterré

By AARON BOXERMAN21 January 2021, 5:31 pm0

Le 16 décembre, Nimr Suleiman se trouvait avec plusieurs amis dans une maison d’al-Reineh quand un groupe d’hommes armés a fait irruption et a ouvert le feu.

Suleiman a été touché par une rafale de balles et est mort sur le coup. Alors que l’enquête sur sa mort est toujours en cours, il est estimé que les intrus avaient l’intention d’abattre un autre de ses compagnons.

Cette tuerie a marqué un nouveau record tragique d’effusion de sang parmi les citoyens arabes d’Israël : 90 homicides depuis le début 2020. Le 28 décembre, le nombre de victimes s’élevait à 96, ce qui représente une augmentation de 50 % du nombre de meurtres parmi les Arabes israéliens en quatre ans seulement.

« Nous passons notre temps à compter les meurtres », a déploré début novembre le député de la Liste arabe unie Mansour Abbas, qui dirige une commission parlementaire sur la lutte contre le crime organisé dans les communautés arabes.

Une nouvelle réalité est apparue dans les villes arabes : de puissants racketteurs de protection ont accès à une énorme quantité d’armes, prêtent de l’argent et encaissent des paiements sous la menace d’un fusil, et ouvrent le feu sur les maires arabes et les membres de leur famille

De nombreux Arabes israéliens imputent la violence au crime organisé et accusent la police de consacrer trop peu de ressources pour l’éradiquer dans les villes et les quartiers arabes. Les experts, les décideurs politiques et les activistes soutiennent que, bien que la police israélienne a réprimé la criminalité parmi les Juifs israéliens, elle n’a pas fait assez pour combattre la violence endémique dans la communauté arabe, qui souffre depuis longtemps de la négligence des autorités.

Ces dernières années, les groupes criminels arabes ont proliféré et se sont emparés des espaces laissés vacants par les institutions de l’État et la police. Une nouvelle réalité est apparue dans les villes arabes : de puissants racketteurs de protection ont accès à une énorme quantité d’armes, prêtent de l’argent et encaissent des paiements sous la menace d’un fusil, et ouvrent le feu sur les maires arabes et les membres de leur famille.

Les organisations criminelles arabes règnent aujourd’hui sur la pègre israélienne. Elles sont fortes, déterminées, énergiques et ne commettent pas d’erreurs. Elles disposent d’assez d’armes pour une armée entière

Le phénomène de métastases a également alimenté les guerres de gangs entre différents groupes qui se disputent des territoires et une clientèle, transformant les villes en champs de bataille et prenant parfois des spectateurs innocents entre deux feux.

« Les organisations criminelles arabes règnent aujourd’hui sur la pègre israélienne. Elles sont fortes, déterminées, énergiques et ne commettent pas d’erreurs. Elles disposent d’assez d’armes pour une armée entière », a déclaré un haut responsable anonyme à la Douzième chaîne en 2018.

La violence de la pègre est principalement confinée aux régions arabes du pays, comme le montre le nombre disproportionné de meurtres au sein de la communauté arabe par rapport aux régions juives du pays. Même si les Arabes israéliens représentent environ 21 % de la population, ils sont à l’origine de 71 % des 125 homicides commis en Israël en 2019.La police sur les lieux d’une fusillade meurtrière dans le village de Biina, dans le nord du pays, le 4 octobre 2020. (Crédit : Police israélienne)

Le nombre d’homicides parmi les Juifs israéliens depuis 2016 est resté relativement constant : 38 en 2016, 44 en 2017, 35 en 2018 et 36 en 2019, selon la police israélienne. Chez les Arabes, cependant, ce chiffre est monté en flèche au cours de cette même période : 64 en 2016 ; 67 en 2017 ; 71 en 2018 ; 89 en 2019 ; et 96 en 2020, de loin le nombre le plus élevé de mémoire récente, selon l’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives, qui s’efforce de faire progresser les initiatives de société partagée en Israël.

« Nous avions l’habitude de constater un meurtre dans le district une fois par semaine ou une fois par mois. Maintenant, il semble qu’il ne se passe pas un jour sans qu’un meurtre ne soit commis », a déclaré le général Dani Ronen, un chef de police à la retraite qui commandait en 2004-2007 le district nord d’Israël, où vivent 42 % des 1,9 million de citoyens arabes du pays.

Pour aggraver les choses, une enquête menée par le quotidien Haaretz en novembre a révélé que de nombreux meurtres d’Arabes israéliens n’étaient pas résolus : seuls 22 % des homicides commis dans les communautés arabes ont donné lieu à une mise en accusation en novembre 2020, contre 53 % de ceux commis dans les communautés juives.

Selon une étude réalisée en 2019 par Abraham Initiatives, 60,5 % des Arabes israéliens ont fait état d’un sentiment d’insécurité personnelle dans leur ville natale en raison de la violence. Parmi les Juifs, seuls 12,8 % ont fait état d’un tel sentiment.

« Les gens sont pessimistes, méfiants et en colère contre le gouvernement. Les gens veulent des résultats. Au lieu de cela, la criminalité augmente, la violence augmente et la sécurité collective recule », a déclaré Kamel Rayyan, qui a été maire de Kafr Bara pendant 18 ans.

Après que son fils Muadh a été tué par un tireur non retrouvé en 2009, Rayyan a fondé l’association à but non lucratif Aman – littéralement, « sécurité ».

Illustration : La scène d’une fusillade au volant d’une voiture dans la ville arabe israélienne d’Umm al-Fahm qui a blessé un garçon de 14 ans, le 26 décembre 2018. La voiture blanche au centre était la cible de la fusillade, a indiqué la police. (Capture d’écran Hadashot TV)

En plus d’une négligence présumée de la police, les Arabes israéliens disent faire face à des décennies de discrimination systémique en matière de logement, d’emploi et d’éducation depuis la fondation de l’État. Le manque de perspectives afin de gagner dignement sa vie a fait de la communauté arabe un terrain fertile pour la croissance du crime organisé.

« Tous ces facteurs se sont accumulés au cours des cinquante dernières années. Mais au cours des dix dernières années, cela nous a explosé au visage », a déclaré l’avocat Rida Jabr, actuel directeur d’Aman.

« Il y a la police et la loi, et puis il y a le reste des institutions de l’État. Pendant des années, l’État n’a jamais placé la communauté arabe en tête de ses priorités. Dans un sens, nous, en tant que société, les avons laissés tomber », a déclaré Ronen, le chef de la police à la retraite.

Mansour Abbas, député de la Liste arabe unie, a déclaré que la violence allait bien au-delà des meurtres qui font les gros titres de la presse dans le pays.

« Les homicides ne sont qu’un aspect de la violence : tentatives d’assassinat de maires, menaces, extorsion, chantage, violence domestique, utilisation d’armes dans les conflits », a-t-il déclaré au téléphone.

La criminalité évolue comme le climat

Dans un projet de rapport 2020 sur la violence dans la société arabe, le bureau du Premier ministre est arrivé à la même conclusion que les dirigeants arabes israéliens et les organisations de la société civile : le crime organisé est le moteur le plus important de la violence dans les villes arabes.

Le phénomène est relativement nouveau et résulte en partie des efforts officiels de lutte contre la criminalité organisée qui sévit au sein de la communauté juive.

« Dans les années 1980, la plupart des acteurs du crime organisé étaient Juifs, avec des exécutants arabes. Mais ces sous-traitants arabes n’étaient pas particulièrement organisés, et n’occupaient pas non plus de postes de pouvoir dans les organisations », a déclaré Mahmoud Nassar, qui a dirigé la division de lutte contre la criminalité au sein de la mairie de Nazareth pendant plus de deux décennies.

Au début des années 2000, le Premier ministre Ariel Sharon a ordonné aux forces de l’ordre de sévir contre la criminalité dans les villes juives du pays. La situation était devenue insupportable : les organisations criminelles s’entretuaient dans les rues de Netanya et d’Ashdod. En 2003, un attentat à la bombe qui visait le magnat du crime Zeev Rosenstein à Tel Aviv a tué trois civils (Rosenstein a lui survécu).

La police, le procureur et l’autorité fiscale israélienne ont finalement déraciné ces organisations après de longues enquêtes vastes et complexes. De nombreux chefs de file de la grande criminalité de l’Israël juif – Rosenstein, Avi Abutbul, la famille du crime Abergil – ont soit fini en prison, soit fui le pays.

« Le crime est comme la météo. Il ne disparaît jamais. Il se déplace simplement des zones de haute pression vers les zones de basse pression. Depuis des années, il y a moins de pression dans les zones arabes. Lorsque l’État a commencé à lutter contre le crime organisé à Netanya, Ashdod et Tel Aviv, il s’est simplement déplacé de 15 kilomètres vers le Triangle », a déclaré Amnon Beeri-Soliziano, co-directeur d’Abraham Initiatives, faisant référence à un ensemble de villes et de villages arabes du centre d’Israël.Des Arabes israéliens protestent contre la violence, le crime organisé et les récents assassinats au sein de leurs communautés, dans la ville arabe de Majd al-Krum, dans le nord d’Israël, le 3 octobre 2019. (David Cohen/FLASH90)

N’étant plus dans l’ombre d’organisations criminelles juives, les groupes arabes sont devenus des institutions complexes, a déclaré le criminologue Walid Haddad. L’homme, qui enseigne actuellement au Western Galilee College, a travaillé pendant quinze ans dans les forces de l’ordre israéliennes en tant qu’inspecteur national au ministère de la Sécurité publique avant d’entrer dans le monde universitaire.

Selon M. Haddad, les organisations criminelles de la communauté arabe vont même jusqu’à franchiser leur nom à des durs qui cherchent à mettre du prestige derrière leur muscle, moyennant des paiements mensuels. Haddad a surnommé ce phénomène « McMafia ».

La pandémie de coronavirus n’a fait qu’intensifier l’emprise de ces organisations mafieuses sur les communautés arabes

« Contrairement au stéréotype, ce ne sont pas des ‘familles du crime’. Dans les familles des personnes impliquées dans le crime organisé, vous trouverez souvent des médecins et des avocats – et un patron du crime, dont les fantassins sont pour la plupart extérieurs à la famille », a déclaré M. Haddad lors d’un appel téléphonique.

La pandémie de coronavirus n’a fait qu’intensifier l’emprise de ces organisations mafieuses sur les communautés arabes. Si la catastrophe économique généralisée a touché les Juifs et les Arabes, ces derniers n’ont guère accès au crédit. Selon le rapport 2020 sur la violence arabe publié par le Bureau du Premier ministre, seuls 2 % de ceux qui contractent des prêts hypothécaires en Israël sont des Arabes ; plus de la moitié des Arabes israéliens n’ont pas de carte de crédit, et plus d’un quart n’ont pas de compte bancaire.

Avec une catastrophe économique généralisée et une réponse gouvernementale dysfonctionnelle, les Arabes israéliens se tournent de plus en plus vers les groupes du crime organisé pour obtenir des prêts, avec des taux d’intérêt élevés et des conséquences désastreuses en cas de défaillance.

« En général, les banques hésitent à accorder des prêts dans nos villes arabes. Cela a conduit des particuliers, des soutiens de famille et des chefs d’entreprise, en pleine pandémie de coronavirus, à contracter des prêts sur le marché noir. On demande à la plupart d’entre eux de payer des montants exorbitants », a déclaré le député Abbas de la Liste arabe unie lors d’un entretien téléphonique avec le Times of Israël.

« Comment ces groupes font-ils payer les gens ? Ils menacent leur vie et leurs biens. Et ceux qui parviennent à payer, en pratique, financent la prochaine série de crimes », a déclaré M. Abbas.

La violence est favorisée par une avalanche d’armes – dont la grande majorité aurait été volée dans des dépôts militaires israéliens mal surveillés – qui a déferlé ces dernières années dans les communautés arabes.

Selon les données publiées par la Knesset en 2020, il y a quelque 400 000 armes illégales en Israël. L’ancien ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan a estimé que 70 % des armes illégales avaient été volées à l’armée et à la police israéliennes.

Des Arabes israéliens protestent contre la violence, le crime organisé et les récents assassinats dans leurs communautés, dans la ville arabe de Majd al-Krum, dans le nord d’Israël, le 3 octobre 2019. (Ahmad GHARABLI / AFP)

Avec des armes apparemment faciles à obtenir, même les conflits quotidiens peuvent dégénérer de façon tragique. Le fils d’Atfa al-Jabali, Saad, a été abattu il y a deux ans, à l’âge de 16 ans, alors qu’il travaillait dans l’épicerie familiale à al-Taybeh. Cela a pris environ trente secondes, dit-elle ; son père a été témoin de toute l’affaire.

« Il était dans le magasin. Deux hommes sont entrés avec des masques, l’un d’eux lui a tiré dessus et est parti. Juste comme ça », a déclaré Jabali au Times of Israël.

Nous n’aurions jamais pu imaginer que quelqu’un prendrait une arme et tirerait sur mon fils

Le tireur, âgé de 18 ans, s’est avéré être un de leurs voisins ; les deux familles étaient impliquées dans un conflit foncier. Jabali a déclaré qu’elle n’avait jamais pensé que cette dispute aurait pu dégénérer en meurtre.

« Nous n’aurions jamais pu imaginer que quelqu’un puisse prendre une arme et tirer sur mon fils », a-t-elle déclaré.

On ne peut pas dire avec certitude combien d’armes illégales sont en circulation dans la communauté arabe. Mais selon les données publiées par le ministère de la Sécurité publique, 93 % des fusillades en 2018 ont été perpétrées par des citoyens arabes.

« Nous parlons d’une situation dans laquelle un foyer arabe sur cinq possède des armes », a déclaré Ola Najmi-Yousef, qui dirige l’initiative « Safe Communities » pour l’association à but non lucratif Abraham Initiatives.

Les responsables politiques arabes israéliens reprochent souvent à la police de ne pas en faire assez pour lutter contre les armes illégales, disant qu’ils savent où elles se trouvent mais qu’ils choisissent de ne rien faire. Les responsables de la police affirment eux que ce n’est pas si simple.

« La police intervient souvent, bien informée, munie d’un ordre judiciaire. Les gens savent comment cacher leurs armes. Mais même si on les trouve, il n’y a aucun problème pour en acquérir de nouvelles – en volant les soldats israéliens, ou en les achetant à des soldats prêts à les vendre », a déclaré Yossi Sedbon, un haut fonctionnaire de police à la retraite.

Lorsque tout le monde autour de vous agit comme un gangster, même une personne honnête agira de la sorte

Mais dans un environnement où la présence policière est faible et l’activité criminelle élevée, même les citoyens arabes ordinaires décident parfois de s’armer.

« Quand tout le monde autour de vous agit comme un gangster, même une personne honnête agira de la sorte », observe Bahia Jubran-Qasis, assistante sociale à Halisa, un quartier pauvre de Haïfa, en grande partie arabe, qui a connu des vagues répétées de violence.Les secours à la station d’essence Dor Alon au carrefour Megiddo dans le nord d’Israël, après une fusillade, le 18 décembre 2018. (Crédit : Magen David Adom)

Un plan gouvernemental, connu sous le nom d’initiative 922, a injecté des milliards de shekels dans les municipalités arabes afin de combler les lacunes en matière d’infrastructures, d’éducation et de santé entre les villes arabes et juives – des lacunes qui, selon les militants, ont contribué à jeter les bases de l’expansion du crime organisé en premier lieu.

Le plan 922 est généralement considéré comme un succès. Environ 10 milliards de NIS ont été alloués aux gouvernements arabes locaux au cours des cinq dernières années dans tous les domaines imaginables : formation des enseignants, construction de conduites d’eau et d’égouts, rénovation des bâtiments publics, subvention de l’emploi, et bien plus encore. L’adoption du prochain plan quinquennal est une priorité majeure pour les députés arabes israéliens.

Mais l’afflux soudain d’argent a également attiré l’attention des groupes du crime organisé, qui ont tenté de s’emparer des contrats pour divers projets de développement.

« Les chefs de municipalité ont toujours été la cible d’organisations criminelles. Mais depuis 922, comme davantage d’argent a été consacré aux autorités locales, les autorités locales sont devenues un enjeu plus important », a noté Jabr, le directeur d’Aman.

Des chefs de communautés arabes et des membres de la Knesset organisent une manifestation contre le manque d’implication de la police israélienne dans les violences et les meurtres dans les villes et villages arabes et bédouins d’Israël, devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 6 mai 2018. Le député Ayman Odeh, leader de la Liste arabe unie, est à l’avant gauche. (Hadas Parush/Flash90)

Les syndicats du crime sont toujours impliqués dans les secteurs habituels : armes, drogue, prostitution et racket de protection. Mais aujourd’hui, ils menacent et extorquent également les entrepreneurs, et ils font directement pression sur les municipalités, souvent par des moyens violents, pour tenter de prendre en charge des projets de développement, a déclaré M. Haddad.

Selon les médias, au moins 15 maires arabes ont été visés par des coups de feu en 2019. D’autres ont vu leurs voitures incendiées, des cocktails Molotov jetés sur leurs maisons ou des membres de leur famille menacés.

« Les enchères sont une cible, les appels d’offres sont une cible, afin de s’emparer de ces fonds publics », a déclaré M. Haddad. « C’est là que se trouve l’argent. Où cela se passe-t-il ? Dans toutes les municipalités arabes du pays. »

« Défoncez-les ! »

L’infiltration du crime organisé dans les communautés a entraîné un changement radical de l’attitude des Arabes israéliens envers la police, créant un consensus remarquable en faveur d’une police plus efficace.

« En tant que municipalités arabes, notre demande fondamentale est la présence de la police », a déclaré le chef du conseil Wadi Araara, Mudar Younes, qui préside également le Conseil national des municipalités arabes.

Vous ne connaissez pas les noms des barons du crime ? Nous voulons que vous les défonciez !

La même position a été adoptée par les dirigeants nationaux. Le président de la Liste arabe unie, Ayman Odeh – qui est aussi un leader de la communauté arabe israélienne – a répété à peu près le même propos.

« Nous avons une force de police qui peut tout faire quand elle le veut. Vous ne connaissez pas les noms des barons du crime ? Nous, la Liste arabe unie, vous demandons de les défoncer ! Nous voulons que vous les défonciez ! Nous voulons vivre dans une société sans armes ! Pas d’armes ! À quoi servent-elles ? », a déclaré Odeh dans un discours passionné à la Knesset le mois dernier.

Les Arabes israéliens et les forces de sécurité israéliennes partagent une histoire trouble et violente. De nombreux Arabes israéliens affirment que la police les traite comme des adversaires, et non comme des concitoyens. Bien que rares, quelques Arabes israéliens ont été impliqués dans des attaques terroristes contre des soldats et des civils israéliens juifs.

« Quand la police tombe sur un Israélien juif, elle se comporte comme un policier. Parfois mieux, parfois pire, parfois horriblement. Mais quand la police traite avec des citoyens arabes, elle les traite comme une menace pour la sécurité », a attesté Beeri-Soliziano.

Une génération d’Arabes israéliens se souvient des émeutes d’octobre 2000, au cours desquelles la police de plusieurs villes arabes du nord a répondu avec une force mortelle aux violentes protestations contre la politique israélienne envers les Palestiniens au début de la Deuxième Intifada.

La police a tiré et tué treize personnes – douze Arabes israéliens et un Palestinien. La Commission Or, formée pour enquêter sur les événements, a conclu que la police avait fait un usage excessif de la force contre les manifestants.Des émeutiers arabes de Jérusalem lancent des pierres contre les policiers israéliens près de la porte des Lions dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 6 octobre 2000, au début de la Deuxième Intifada palestinienne. (Nati Shohat/Flash90)

Ronen, l’ancien chef de la police du Nord, a décrit ces manifestations comme « traumatisantes, tant pour la police que pour la communauté arabe. De nombreuses personnes ont été sévèrement critiquées, ont changé de cap et en ont tiré une leçon. C’était une période extrêmement difficile au sein de la police ».

« Quatre ans plus tard, lorsque je suis arrivé en poste dans le nord, les échos des événements se faisaient encore sentir », a déclaré Ronen.

La confiance des Arabes israéliens dans la police reste extrêmement faible – elle s’élève à environ 19 % au sein de cette population, selon une étude réalisée en 2019 par Abraham Initiatives. Mais plutôt que de dire à la police d’intervenir, comme beaucoup l’ont fait par le passé, travailler avec eux semble désormais faire partie de la solution.

« En 2016, nous avons commencé à entendre des voix qui disaient : ‘Nous voulons voir la police dans nos villes, dans nos quartiers.’ Les gens ont commencé à comprendre que nous n’avions pas d’autre force de police… que la police est la force qui est responsable en dernier ressort, et que nous ne pouvons pas résoudre le problème de la violence par nous-mêmes », a déclaré Najmi-Yousef.

La police a elle aussi changé. La même année, elle a également entamé un effort concerté pour améliorer ses relations avec la communauté arabe. Elle a promu Jamal Hakroush – un collègue de longue date de Ronen – au poste de commissaire adjoint, une première pour les Arabes israéliens.

Jamal Hakroush devient le premier commissaire adjoint arabo-musulman au sein de la police israélienne. (Police israélienne)

Une campagne visant à enrôler des Arabes israéliens dans les forces de police a été lancée, bien que le nombre de policiers arabes reste autour de 10 %, soit environ la moitié de leur part dans la population générale. La majorité des officiers arabes sont Druzes ; seuls 3 % des officiers sont musulmans ou chrétiens.

Conformément à une décision gouvernementale de 2016, plusieurs nouveaux postes de police ont été construits dans les villes arabes afin d’accroître la présence policière dans les communautés arabes.

« Partout où nous avons construit un poste de police, il y a eu une réduction de la criminalité », a déclaré Hakroush au Times of Israël lors d’un appel téléphonique.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (2e à gauche), le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan (2e à droite) et le chef de la police Roni Alsheich (à droite) lors d’une cérémonie d’inauguration marquant l’ouverture d’un nouveau poste de police dans la ville de Kafr Kanna, dans le nord d’Israël, le 21 novembre 2017. (Kobi Gideon/GPO)

Cette affirmation n’est cependant pas nécessairement confirmée par les données. Dans une vaste série d’articles d’investigation sur le crime organisé au sein de la population arabe israélienne, la journaliste Suha Arraf a comparé le taux de criminalité avant la construction de nouveaux postes de police à celui des années suivantes. Elle n’a pas trouvé de corrélation – et a même constaté que les homicides augmentaient dans certaines villes.

« Un bon maintien de l’ordre n’est pas seulement le fait de construire des postes de police. Peu importe que le commissariat se trouve à Karmiel ou à Sakhnin, à Nof Hagalil ou à Nazareth, à Shfaram ou à Krayot – le plus important est qu’il assure un service de police efficace », a déclaré Nassar de Nazareth, en citant des exemples de villes juives et arabes proches l’une de l’autre. « Si tout ce que la police peut faire, c’est nous mettre des contraventions pour excès de vitesse, en quoi cela nous a-t-il été bénéfique ? »

Absence de confiance

Fin novembre, le nord d’Israël a été frappé par une série d’attaques contre des banques. Pendant deux jours, plusieurs hommes prétendument affiliés à deux organisations du crime organisé ont ouvert le feu sur 14 banques à Shfaram, Nahaf, Karmiel, Deir Hanna, Jdeida al-Makr, Deir al-Asad et dans quatre autres villes, brisant les façades des agences et terrifiant les habitants.

En moins d’une semaine, la police israélienne a annoncé qu’elle avait arrêté 11 suspects. Certains ont cependant demandé pourquoi la police était si rapide à arrêter les tireurs lorsque la cible était une banque, et incapable de sévir dans d’autres circonstances contre le crime organisé ou d’attraper des meurtriers ?

Cet incident a mis en évidence le sentiment de nombreux membres de la communauté arabe selon lequel le problème de la police n’était pas une question de chiffres ou de moyens, mais de volonté.

Dans la petite ville d’al-Reineh, qui a connu deux autres meurtres en décembre en plus de celui de Suleiman, le maire Jamil Basoul a accusé la police de donner la priorité aux zones juives.

« J’ai demandé des renforts de police et qu’ils patrouillent dans notre ville. Mais ils se sont à peine montrés… Regardez Nof Hagalil [à majorité juive], en comparaison, et vous verrez que leur présence se ressent », a déclaré Basoul.La police enquête sur une fusillade à al-Reineh, dans le nord du pays, le 2 décembre 2020. (Crédit : Police israélienne)

C’est une plainte qui se répète dans les villes arabes du pays : « Lorsqu’un jeune homme est tué dans des villes juives, nous constatons un effort bien plus intense pour résoudre le crime que lorsqu’une fusillade se produit dans nos villes arabes », a accusé Younes, le chef du conseil de Wadi Araara.

« Il n’y a pas de confiance entre les Arabes israéliens et la police », a déclaré Nassar, l’ancien responsable de Nazareth. « Aucune. »

Ronen a cependant mis en garde contre le fait de blâmer la police pour toute cette violence. Selon Ronen, étant donné le manque de présence de l’État dans les villes arabes, la police est devenue une « adresse » commode pour les plaintes de nombreux résidents.

Il nous a fallu huit à dix ans pour éradiquer le crime organisé au sein de la communauté juive. Le travail ne s’est pas fait en un jour

« La police n’est pas tout. Il ne s’agit pas seulement de l’application de la loi. La police ne peut pas être la solution à tous les problèmes sociaux. La police peut aider, elle peut être en première ligne, mais il faut des solutions plus globales », a déclaré Ronen.

Quant au crime organisé – qui est sans aucun doute le travail des forces de l’ordre – les responsables de la police israélienne constatent que ces enquêtes sont longues et compliquées.

« Il nous a fallu huit à dix ans pour éradiquer le crime organisé au sein de la communauté juive. Le travail ne s’est pas fait en un jour. C’est un travail laborieux et professionnel », a déclaré M. Hakroush.

Sedbon, l’ancien haut fonctionnaire de police à la retraite, a imputé l’incapacité à mener à bien les enquêtes, même quotidiennes, sur les fusillades et les meurtres au manque de coopération des témoins arabes israéliens.

« Quand je suis arrivé à Jaffa, vous ne pouvez pas imaginer combien de fois j’ai trouvé des gens qui avaient mystérieusement perdu la mémoire et la vue. Personne n’était prêt à parler. Dans la communauté juive, il y a des témoins prêts à collaborer », a déclaré Sedbon, qui a dirigé l’unité d’enquêtes spéciales de la police israélienne et a commandé le district de Tel Aviv au début des années 2000.

Le problème est aggravé par la crainte de représailles contre ceux qui coopèrent avec la police, a déclaré Fayez Abu Sahiban, maire de la ville bédouine de Rahat, dans le sud du pays.

« Faire intervenir la police peut être dangereux et compliqué – cela peut conduire à un regain de violence, et encore plus de meurtres – c’est pourquoi les gens ordinaires à Rahat refusent de collaborer », a déclaré Abu Sahiban.

Fin décembre, les tensions se sont à nouveau illustrées quand des membres présumés d’un groupe criminel ont ouvert le feu sur une voiture escortée par trois véhicules de police, tuant un Arabe israélien et en blessant grièvement un autre – en vengeance à un homicide commis quelques heures plus tôt dans la ville centrale de Lod.Des policiers sur la scène d’une fusillade mortelle dans la ville centrale de Lod, le 28 décembre 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Face au nombre élevé de morts par balles parmi les Arabes israéliens, les hauts responsables des forces de l’ordre ont souvent déclaré que la « culture de la violence » jouait un rôle clé.

« C’est une société très, très – et encore mille fois – très violente », a déclaré l’ancien ministre de la Sécurité publique Erdan à Radio Jérusalem en 2019. « C’est lié à la culture qui y règne. Beaucoup de disputes se terminent ici par un procès – là-bas, ils sortent des couteaux et des armes à feu. »

Le commissaire de police par intérim Motti Cohen a suggéré la même idée lors d’une audition à la Knesset début novembre, attirant l’attention sur une « culture » dans les communautés arabes qui, selon lui, encourageait la violence.

De nombreux Arabes israéliens qui ont parlé au Times of Israël ont rejeté l’idée que la culture arabe était à l’origine de la plupart des violences qui font rage dans les rues, soulignant l’éradication réussie du crime organisé parmi les Juifs israéliens.

Nos jeunes ont perdu la capacité de résoudre les problèmes par le dialogue – chaque petit problème peut mener au meurtre

D’autres ont cependant déclaré avec prudence que la société arabe israélienne était en train de changer, et que ses douleurs accentuaient la violence. Les autorités traditionnelles – les anciens de famille et les chefs religieux – n’ont pas su empêcher que les disputes de la jeune génération ne conduisent à la violence, ont déclaré de nombreux militants.

« La violence dans nos rues – ce n’est pas seulement la négligence des institutions de l’État. C’est aussi un problème de société, un problème d’éducation. Nos jeunes ont perdu la capacité de résoudre les problèmes par le dialogue – chaque petit problème peut mener au meurtre », a déclaré Najmi-Yousef d’Abraham Initiatives.

« Nous devons être réalistes. Nous devons reconnaître dans notre société : avons-nous une part de responsabilité ? Oui, nous portons une partie de la responsabilité », a-t-elle déclaré.

« Cette maladie, ce fléau »

En octobre 2019, après une horrible série de meurtres à Baqa al-Gharbiyya et Majd al-Krum, des milliers d’Arabes sont descendus dans les rues de tout le pays, poussés à l’action par les effusions de sang après des années de violence croissante. Des rassemblements ont eu lieu dans tout l’Israël arabe : Umm al-Fahm, Ramle, Nazareth. Des convois de voitures ont bloqué les principales artères d’Israël pour exiger une réponse plus ferme du gouvernement.

En réponse, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné à son bureau de créer un plan anti-violence dans les 90 jours, visant à s’attaquer aux problèmes à la racine des effusions de sang. Après plus d’un an, le plan a finalement été présenté à la Knesset en novembre dernier.Des Arabes israéliens protestent contre la violence, le crime organisé et les récents assassinats au sein de leurs communautés, dans la ville arabe de Majd al-Krum, dans le nord d’Israël, le 3 octobre 2019. (David Cohen/Flash90)

Le projet anti-violence de 5 milliards de NIS est un document tentaculaire et ambitieux. Il a été créé en consultation avec des hommes politiques arabes et des dirigeants de la société civile et couvre un très large éventail de questions : accès au crédit pour les Arabes israéliens, bourses pour les jeunes Arabes, sanctions élevées pour possession illégale d’armes, augmentation du nombre de postes de police et propositions visant à protéger l’intégrité des appels d’offres publics pour des projets.

Le plan est également vague, il s’agit plus d’une esquisse que d’une proposition détaillée, et il manque d’objectifs clairs. Il met l’accent sur des mesures controversées dans la société arabe – comme le recrutement d’officiers musulmans et l’encouragement des jeunes Arabes à effectuer le service national.

« Si nous partons de l’idée que c’est un « officier musulman » qui doit fournir des services de police aux Arabes israéliens, nous avons retiré tout le contenu de l’idée que la police doit fournir un service égal à tous les citoyens, qu’ils soient Juifs, musulmans ou chrétiens », a déclaré M. Younes à une commission parlementaire de la Knesset en novembre.

Les dirigeants de la société civile arabe ont toutefois souligné à plusieurs reprises au Times of Israël qu’ils considéraient cette proposition comme un important pas en avant – malgré ses défauts.

Il faut une décision nationale pour lutter contre cette maladie, ce fléau

« L’existence de ce plan reflète un aveu de la part de l’État qu’il a échoué dans la protection des communautés arabes. C’est déjà important », a déclaré Najmi-Yousef.

Lors d’une réunion début novembre, Netanyahu s’est engagé à approuver le plan dans un délai de deux semaines. Mais alors que la situation politique d’Israël devenait de plus en plus instable, le plan a disparu de l’ordre du jour du cabinet.Le 7 octobre 2019, un parent montre une photo d’Ahmed Manaa avec ses enfants dans la maison familiale à Majd al-Krum, en Israël. Deux frères, Ahmed et Khalil Manaa, et un troisième homme, Mohammed Sabea, ont été tués lors d’une fusillade en plein jour à Majd al-Krum, qui a blessé un autre frère, Manaa. (AP Photo/Mahmoud Illean)

Alors que de nouvelles élections auront lieu en mars, il y a peu d’espoir que le plan soit mis en œuvre dans un avenir proche.

« Nous devons adopter ce plan le plus rapidement possible », a déclaré M. Abbas de la Liste arabe unie.

En attendant, les Arabes israéliens craignent que les cadavres ne continuent de s’entasser dans les villes arabes.

« Il faut une décision nationale pour lutter contre cette maladie, ce fléau, tout comme il y a eu une volonté de la combattre dans les communautés juives », a déclaré M. Rayyan. « Le gouvernement a-t-il pris une telle décision ? Pas encore. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*