POINTS d'IMPACT qui font TILT !

Un insecte écrasé sur un pare-brise.
Spread the love

Nouveau point d’IMPACT N° 1

L’origine du mot ESCLAVE viens de « SLAVE » les premiers esclaves !

Nos ancêtres les CERFS
étaient des esclaves.

Le monde n’est jamais sorti du modèle économique de l’esclavagisme… car l’homme est trop inégalitaire face au travail de production.
Nous distinguons le groupe apte au travail et productif sur lequel se greffe différents groupes spéculatifs… dont les patrons et les actionnaires.
Et le groupe carrément parasitaire qui réclame des aides.
Mais les pires sont les sectes religieuses qui châtrent leurs disciples pour les affaiblir tout en les prônant « être supérieur » qui ne doit pas travailler mais avoir des esclaves.
Le Nouvel Ordre Mondial met en place cette hiérarchie pour privilégier les juifs devenus officiéllement maitres du monde et nous leurs esclaves. Avec élimination des vieux et des infirmes tant souhaité par Bill Gates et Attali…
Et là je m’adresse spécialement à l’escroquerie des noirs qui se prennent sans scrupule pour les seuls esclaves du monde !!! Encore une sale mentalité d’escrocs qui se baignent dans la fange de la pleurnicherie et de l’aumône ! Au lieu d’avoir honte de leur passé de MINABLE !
Car nouveau point d’IMPACT ;
la France des royautés a pratiqué l’esclavagisme sur les paysans appelés des « CERFS » … ce que les noirs n’ont jamais connu, ni chez eux ni chez nous ! Hors de FRANCE bandes d’imposteurs et d’ordures !

Nouveau point d’IMPACT ! N° 2

Nous n’avons plus d’insectes collés au pare-brise !

Pourquoi n’y a-t-il plus d’insectes sur vos pare-brises ?

13/02/2019 (MIS À JOUR À 15:00)Par Pierre Ropert

Les insectes sont en train de disparaître à une vitesse alarmante, selon plusieurs études. Avec 40 % des espèces d’insectes sur le déclin, un effondrement catastrophique des écosystèmes est à redouter.

Un insecte écrasé sur un pare-brise.

C’est ce que les entomologistes ont appelé le « syndrome du pare-brise ». Il y a quelques dizaines d’années, conduire une voiture quelques heures sur une route assurait de retrouver son pare-brise constellé d’insectes écrasés. En 2019, empruntez le même trajet sur le même laps de temps et la vitre sera quasi-immaculée. Il y a 20 ans, le « fléau » était si habituel que les pogs, rondelles de carton avec lesquelles les enfants jouaient dans les cours d’école, avaient consacré à ce sujet une série d’illustrations humoristiques. Aujourd’hui, le sujet ne prête plus vraiment à rire : selon une étude publiée par des chercheurs de l’université de Munich portant sur 2.700 espèces d’insectes réparties sur 300 sites, on dénombre près d’un tiers d’insectes en moins entre 2008 et 2017, certaines espèces ayant tout simplement disparu.

Déjà, en février dernier, une étude australienne expliquait que les populations d’insectes diminuent huit fois plus rapidement que les autres populations animales, et prophétisait un terrible impact sur la biodiversité .

Les pogs, rondelles en carton illustrées avec lesquelles jouaient les enfants dans les cours de récréation, avaient fait honneur aux insectes écrasés.
Les pogs, rondelles en carton illustrées avec lesquelles jouaient les enfants dans les cours de récréation, avaient fait honneur aux insectes écrasés.• Crédits :  World POG Federation

Selon cette étude intitulée « Le déclin de l’entomofaune dans le monde » (Worldwide decline of the entomofauna), publiée dans la revue Biological Conservation, « la conclusion est claire : à moins que nous ne changions nos façons de produire nos aliments, les insectes auront pris le chemin de l’extinction en quelques décennies« . En faisant la synthèse de 73 autres études au long cours publiées pendant les quarante dernières années, les chercheurs ont constaté que 40 % des espèces d’insectes seraient ainsi sur le déclin, avec pour conséquence la perspective d’un « effondrement catastrophique des écosystèmes naturels« . 

Une seule et même cause

La principale raison ? L’influence de l’homme. C’est notamment l’agriculture intensive qui est à l’origine de la disparition des habitats naturels des insectes, ce que vient de confirmer l’étude publiée en Allemagne, et ce loin devant les principales autres causes à savoir les polluants agro-chimiques, le changement climatique et l’émergence d’espèces invasives.

En novembre 2017, La Méthode scientifique rappelait ainsi qu’une étude allemande estimait que 80 % des insectes avaient disparu dans des zones protégées du pays. Une hécatombe invisible qu’expliquait François Lasserre, naturaliste et vice-président de l’Office Pour les Insectes et leur Environnement (OPIE) :

Les insectes ont un gros problème, c’est qu’ils sont trop diversifiés, donc extrêmement spécialisés. Pour avoir une diversité d’insectes, il faut avoir une diversité floristique et faunistique, puisque chacun s’est spécialisé. Il y a un nombre incalculable de papillons qui ne peuvent pas vivre sans la plante qui accueille leur chenille, on appelle ça des plantes hôtes. Si vous mettez des hectares et des hectares de colza, les insectes qui ne mangent pas de colza ne peuvent pas comme ça rebondir. Quelques insectes sont opportunistes et vont à droite à gauche, mais tous les autres, très spécialisés, à partir du moment où vous supprimez absolument toute la flore, tous les habitats, etc. et que vous ne mettez qu’une seule espèce de plante, évidemment vous n’aurez pas de diversité d’insectes.  

En janvier dernier, une étude avait ainsi quantifié la disparition des insectes dans la forêt d’El Yunque à Porto Rico, dans les Caraïbes : selon Brad Lister, qui avait effectué une première expédition 35 ans plus tôt, 80 % des insectes ont depuis disparu dans la canopée et 98 % au sol. 

L’impact de cette diminution de la biomasse des insectes (2,5 % par an depuis trente ans) a d’ores et déjà déclenché une réaction en chaîne et se fait ressentir sur d’autres espèces dont ils constituent la principale source de nourriture à l’image des reptiles, des amphibiens ou encore des oiseaux. En mars dernier, le CNRS concluait à la disparition d’un tiers des oiseaux des campagnes au cours des vingt dernières années, mettant en cause, entre autres, la disparition des insectes.

Ironie du sort, ces réactions en chaîne devraient impacter l’homme à terme, dont les cultures pollinisées assurent plus du tiers de l’alimentation mondiale. « La disparition des insectes va avoir un impact énorme sur la production des fruits et légumes que nous consommons, rappelait au Monde Francisco Sanchez-Bayo, l’auteur principal de l’étude. Nous trouverons toujours des moyens de nous nourrir, mais la diversité de notre alimentation va considérablement diminuer. »

Dans ce qui semble être devenu une funeste antienne des recherches portant sur l’environnement, les auteurs de l’étude insistaient sur l’urgence de « restaurer les habitats, repenser les pratiques agricoles, avec en particulier un frein sérieux à l’usage de pesticides et leur substitution par des pratiques plus durables ».
Vous oubliez la 5G dont les ondes affolent les animaux sensibles aux ondes.

Disparition des oiseaux : vers des printemps de plus en plus silencieux

 Hélène Combis

 Environ un tiers des oiseaux ont disparu des campagnes ces vingt dernières années, selon les observations du CNRS et du Muséum d’histoire naturelle. Principaux facteurs de cette diminution progressive, mais néanmoins catastrophique ? L’agrochimie, et la destruction des habitats.

Hirondelles sur un fil électrique.

Des printemps sans chants d’oiseaux ? C’est malheureusement ce qui nous attend. Des études du CNRS et du Museum d’histoire naturelle révèlent combien la biodiversité a pris du plomb dans l’aile ces vingt dernières années : près d’un tiers des passereaux, notamment des oiseaux de plaine, ont disparu de nos campagnes. 

Les oiseaux disparaissent des campagnes à vitesse grand V, selon les observations du CNRS et du Muséum. Comment l’avez-vous constaté et quelle est l’ampleur des dégâts ?On réalise des suivis à partir de points d’écoute : on comptabilise l’ensemble des oiseaux autour des ces localisations, qui sont les mêmes depuis vingt-quatre ans. Cela nous permet de quantifier les tendances au niveau des populations de l’ensemble des oiseaux qui habitent les plaines rurales, agricoles, notamment dans ce site d’études du sud du département des Deux-Sèvres, qui fait 450 kilomètres carrés. Nous avons constaté que l’ensemble du cortège des oiseaux de plaine a diminué, quelle que soit l’espèce, avec des vitesses différentes selon les espèces. L’espèce la plus abondante, l’alouette des champs, a par exemple diminué de 35% en l’espace d’un peu plus de vingt ans. Les dégâts sont encore plus spectaculaires pour d’autres espèces, comme les perdrix, qui ont diminué de 80 à 90% sur les vingt-trois dernières années.

Combien disposez-vous de points d’écoute ?

Il y en a 160. C’est un maillage assez serré. Un point d’écoute couvre dix hectares, avec un rayon de deux cents mètres autour de l’observateur. Celui-ci note pendant dix minutes la présence, détectée soit par le son, soit par la vue, de l’ensemble des individus sur ces parcelles en forme de disques. Ce qui nous permet d’obtenir des densités exactes. 

Les observateurs sont des ornithologues confirmés : des étudiants en thèse, moi-même, ou des contractuels, qui changent tous les ans. Au total, il y a eu jusqu’à aujourd’hui plus de trente observateurs différents sur les 160 points d’étude.

Quels sont les facteurs de cette extinction massive ?

C’est une diminution lente et progressive, pas une extinction massive. Mais en fait, c’est tout aussi alarmant : plus du tiers des oiseaux ont disparu ces vingt cinq dernières années. Et c’est une diminution généralisée : on l’observe dans le sud des Deux-Sèvres, mais aussi dans les mêmes proportions à l’échelle nationale, et à l’échelle de l’Europe entière. 

Le facteur principal de cette érosion est l’intensification de l’agriculture, à travers deux processus. Le premier est l’homogénéisation et la perte des habitats : la diminution des prairies, des haies, des petites mares, des petits murets, etc., qui sont des habitats capitaux pour la reproduction des espèces. Le deuxième processus est l’utilisation de ce que l’on appelle l’agrochimie : les engrais et les pesticides, avec à la fois les insecticides, mais aussi les herbicides qui en éliminant les plantes, éliminent par ricochet les insectes.

Quels sont les risques pour l’écosystème ?

Les effets sont directs et indirects. Dans les plaines agricoles, les oiseaux sont principalement insectivores, donc ce sont des prédateurs en bout de chaîne alimentaire qui ont un rôle primordial sur la régulation des espèces d’insectes. C’est un premier point qui aboutira à un déséquilibre et à un dysfonctionnement de l’écosystème. Le deuxième point est qu’évidemment les oiseaux ont aussi un rôle important dans l’imaginaire collectif. Un rôle culturel dans nos sociétés. Et la disparition des oiseaux dans les campagnes, avec des printemps qui seront à n’en pas douter de plus en plus silencieux, a des répercussions aussi sur l’affect et le socio-culturel des sociétés qui vivent dans ces milieux.

Vous parliez de l’alouette des champs, quels autres oiseaux connus sont en train de s’éteindre ?

La liste est innombrable. L’alouette des champs suit une autre espèce qui a diminué de façon tout à fait alarmante, qui est l’hirondelle de cheminée. Celle que l’on trouvait dans les étables autrefois, qui nichait au milieu des vaches. On estime qu’à l’échelle de l’Europe on a perdu plus de la moitié de la population européenne d’hirondelles de cheminée en l’espace de vingt-cinq ou trente ans. Elles ont diminué parce que les étables ont peu à peu disparu, en tout cas celles où elle pouvaient faire leur nid, leurs colonies. Et puis elles se nourrissent de petits insectes volants, mais il n’y en a pratiquement plus dans les campagnes. Et si l’on se tourne vers des espèces de taille plus importante : la perdrix grise, emblématique et patrimoniale – pour les chasseurs notamment – a enregistré un déclin absolument spectaculaire. On a même réussi l’exploit de la faire disparaître d’un pays entier : à l’état sauvage, elle s’est définitivement éteinte en Suisse, dans les années 2000. Elle fait aujourd’hui l’objet d’un programme de réintroduction. Enfin, des espèces encore plus emblématiques, comme l’outarde canepetière, qui sont très inféodées au milieu agricole, sont aujourd’hui au bord de l’extinction en France.

Outarde canepetière
Outarde canepetière• Crédits :  Domaine public

En tant qu’ornithologue, quel est votre état d’esprit ? Accablement, colère ?

Il est empreint de réalisme. Ce déclin sans précédent à l’échelle de l’Europe va demander la mise en place de solutions très coûteuses. Elles devront imposer un tel changement au niveau des pratiques agricoles qu’elles ne seront pas mises en place en quelques semaines, ni en quelques mois. Mais en même temps je reste positif, parce que nous avons déjà des solutions : il existe des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement, de la nature et des oiseaux. C’est tout le domaine de l’agroécologie notamment, qui peut remplacer l’agrochimie en utilisant la biodiversité. C’est ce que l’on appelle des solutions fondées sur la nature. Mais on a besoin d’un véritable changement de paradigme au niveau de l’agriculture. C’est indispensable, ne serait ce que pour l’agriculture même, qui ne peut pas se passer des oiseaux et des insectes.

C’est l’abandon des jachères il y a une dizaine d’années, c’est l’usage des néonicotinoïdes, notamment en céréale, cet insecticide qui prive les oiseaux de leurs ressources en insectes, c’est l’augmentation d’utilisation de nitrate pour garantir une teneur en gluten du blé, c’est un amendement, c’est un engrais, mais qui va homogénéiser encore plus la flore spontanée et donc réduire à nouveau les ressources pour les oiseaux…


Bernie Krause, bioacousticien : « 50% des sons de la nature ont disparu en 50 ans »

Par Hélène Combis

Il a passé cinquante ans de sa vie à enregistrer les sons de la nature, animaux et éléments. Et il a constaté que la moitié d’entre eux avaient disparu. Rencontre avec le bioacousticien Bernie Krause, dont l’objectif est de sensibiliser à la disparition des espèces.

Bernie Krause à la Fondation Cartier, juillet 2016

Il porte des lunettes aux verres jaunes pour « adoucir les lumières vives« , mais derrière, le regard est sagace. Depuis 50 ans, Bernie Krause enregistre les sons du monde pour mettre en lumière leur appauvrissement, symptôme du désastre écologique en cours. Et à ce sujet, il a pléthore d’histoires angoissantes dans son escarcelle, comme celle de ces crapauds californiens, disparus car la fréquence acoustique des avions entrait en concurrence avec celle de leurs cris d’alarme.

Nous avions rencontré Bernie Krause en janvier 2017, lorsque la Fondation Cartier proposait une immersion dans son univers. Univers constitué par la biophonie (bruits émis par les êtres vivants) et la géophonie (bruits produits par les éléments naturels non vivants : vent, pluie, séismes…)

En 1968, Bernie Krause, qui a grandi loin de la nature, d’abord à Détroit, puis à New-York, ne pense qu’à la musique électronique, pop, et à ses synthétiseurs. Il collabore avec des groupes mythiques, et notamment avec les Doors pour leur album Strange Days. Un beau matin, avec son partenaire musical Paul Beaver, il a l’idée de préparer, avec l’écologisme en toile de fond, un album appelé Dans un sanctuaire sauvage (sorti en 1970) : « C’était le premier album à utiliser l’environnement comme thème principal. Ça voulait dire qu’il fallait aller sur le terrain et enregistrer des sons naturels pour les utiliser comme composants d’orchestration« , se rappelle-t-il. Il se rend en forêt avec un enregistreur portable stéréo (« ça venait tout juste de sortir !« ), et c’est l’éblouissement : Bernie Krause devient accro à la splendide polyphonie de la nature :

En mettant les écouteurs, pour la première fois, j’ai entendu les sons, et je me suis dit que c’était ce que je souhaitais faire pour le restant de ma vie si je parvenais à trouver une façon d’en vivre. La raison principale est que ça me faisait du bien. Je me sentais bien quand je faisais ça.

Lâcher les Doors et Coppola pour se consacrer aux sons de la nature

A compter de ce jour, à New York, Los Angeles, San Francisco… Bernie Krause profite de chaque temps de pause, durant ses enregistrements studio, pour remettre son casque et aller capter les voix de la nature. L’enjeu, avoue-t-il, était alors moins de pouvoir les réécouter, les analyser, que de passer un moment de détente auditif : « Je suis une personne assez nerveuse, angoissée, assez distraite, et ça me permettait de me concentrer.« 

Non content d’avoir flirté avec la haute sphère musicale, Bernie Krause s’illustre ensuite en travaillant sur des films fameux : Mission impossibleRosemary’s BabyApocalypse Now… De ce tournage de Coppola, dans les années 1970, il se rappelle avoir été « viré, huit fois » : « Ce qui veut dire que j’ai été à chaque fois réembauché, et chacune de ces fois, ils doublaient mon salaire. J’espérais qu’ils allaient me virer encore dix fois ! Je travaillais avec des synthétiseurs, de la musique électronique sur ce film. J’ai fait tous les sons d’hélicoptère, un tiers de la musique… »

Puis Bernie Krause décide que c’est assez. Assez de musique, d’ego, de drogue… : « Je suis retourné à l’école, j’ai passé mon PhD en bioacoustique en 1981 [équivalent du doctorat, NDLR], et j’ai passé le restant de ma vie à enregistrer des sons dans la nature. A m’intéresser à la science aussi.« 

Sa technique ? L’ « attended recording » : contrairement au « remote recording« , l’enregistrement à distance qui permet de laisser le micro des jours sur le terrain, il s’agit d’un procédé qui nécessite d’assister à l’enregistrement : « J’installe mon microphone et je m’éloigne de quelques mètres. Je m’assois, sans bruit. Les micros n’affectent pas les animaux, ils s’y habituent au bout de quelques minutes. Je ne les cache jamais, mais je reste quand même à proximité. » Et Bernie Krause de préciser dans un grand éclat de rire avoir vécu avec gratitude la transition de l’analogique au numérique : « Chaque bobine de sept pouces pesait un demi kilo et ne durait que vingt-deux minutes. Les Nagra, en particulier, étaient très lourds. Avec le numérique, le matériel est petit, léger, et au niveau de la qualité, c’est infiniment mieux.« 

Maintenant, ce qu’on fait, c’est qu’on exprime à travers les arts ce qu’on trouve dans la science. C’est quelque chose d’assez nouveau…

Cinq mille heures d’enregistrement pour alerter sur la disparition des espèces

Ces cinq décennies à écouter la nature sont aujourd’hui matérialisées par une bibliothèque sonore pour le moins conséquente : cinq mille heures d’enregistrement, de quinze mille espèces animales différentes… : « Toute ma vie, depuis que j’ai trente ans… C’est vraiment très long. On pourrait le compter en années.« 

Le grand orchestre des animaux
Le grand orchestre des animaux• Crédits :  Fondation Cartier

Mais ce violon d’Ingres a pris rapidement une dimension scientifique et engagée : se passionner pour le « grand orchestre animal« , c’était aussi s’intéresser à la disparition des espèces entraînée par l’hégémonie de l’homme sur la nature ; une façon d’exprimer son inquiétude face au changement climatique. Car si les espèces disparaissent, les sons disparaissent : « En cinquante ans, je n’ai pas rencontré de différences partout où je vais. Mais cinquante pour cent des sons dans mes archives proviennent d’endroits où les habitats n’existent plus. En une période de temps très courte… » Avant d’ajouter, dans un français teinté d’accent américain, et en pesant sur les syllabes : « C’est la fin des haricots.« 

Pour identifier les espèces sur ses enregistrements, Bernie Krause, qui se dit naturaliste, mais pas spécialiste, travaille avec des collègues.

J’essaye d’initier un peu les gens à l’importance des sons dans notre environnement : plus on perd les paysages sonores dans les habitats naturels, plus notre société devient pathologique. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les journaux télévisés, l’actualité…

La nature : musique initiale

Bernie Krause est toujours musicien aujourd’hui. Mais lorsqu’on lui demande si, tel le nombre d’or, la musique serait une clef universelle qu’il serait parvenu à détecter dans ses enregistrements, il s’agace : « Je n’entends pas vraiment de mélodie dans les sons naturels. D’ailleurs, je n’emploie jamais le mot ‘nature’, car dans notre compréhension du monde, on a placé la nature à distance de nous, en dessous de nous. Alors que, tout ce qu’on est, ce sont des imitateurs. On mimique, on n’a rien inventé.« 

On n’a pas créé la musique, au Conservatoire ici, à Paris, ou à la Juillard School de New York. Quand on vivait connectés à la nature, on imitait les sons des oiseaux, les percussions des chimpanzés et des gorilles des montagnes. C’est comme ça qu’on a appris à faire du rythme. On a regardé les lémuriens de Madagascar sauter d’arbre en arbre et c’est comme ça qu’on a appris à danser. On a écouté les sons de la forêt, la nuit, qui étaient structurés comme un orchestre. On a appris à structurer les sons en écoutant ceux de la forêt. On n’a pas appris tout ça à la Sorbonne. Vous me dites que la musique est plus sophistiquée ? Bullshit !

Quoiqu’il en soit, après cinquante ans d’immersion dans le grand orchestre biophonique et géophonique, Bernie Krause reste émerveillé par les découvertes qu’il continue de faire à travers son travail. La connexion de l’homme au monde naturel et l’influence qu’elle a sur la musique, la culture, la médecine, la religion, continuent à le surprendre. Et c’est par une réflexion sur l’animisme, qu’il met fin à l’entretien, comme une invitation à préserver l’environnement pour préserver, à travers lui, la spiritualité : « Les sons de la forêt, la nuit, sont dès l’origine devenus symboliques des esprits qui y vivent : comme on ne pouvait pas les voir, il fallait imaginer comment ils étaient. C’est comme ça que les sons sont devenus des esprits. C’est l’origine de la religion…« 

Avec la contribution d’Arthur Béranger

Nouveau point d’IMPACT N° 3

L’imprimerie a été inventée en 1450

Quand on cite le coran en tant que livre, on oublie que l’imprimerie n’existai pas au VI° siécle et que donc tout écrit n’était que des copies de copies, de copies de manuscrits… à partir de là le manuscrit perd toute crédibilité car il n’a aucune des garanties offertes par un livre… avec un auteur, un éditeur, un dépôt légal et la responsabilité de l’imprimeur avec la date d’impression !
Un manuscrit qui n’est que la copie d’un manuscrit n’offre aucune garantie d’auteur ! D’ailleurs dans un monde d’illettrés la coutume c’est la tradition orale… Je sais bien que les sectes sont des inventions humaines pour soumettre le peuple à des règles strictes, mais il est bon pour les naïfs de les aider à ouvrir les yeux. Pour les autres la différence c’est qu’il vont mourrir con avec une tonne de mensonges qui certifient leur connerie.

POURQUOI L’IMPRIMERIE APPARAÎT-ELLE SI TARD DANS LE MONDE ARABE ?

Presse à imprimer d’Abdallah Zakher, diacre melkite, qui installa dans les années 1730 l’une des premières presses à imprimer du monde arabe, dans son monastère de Konchara (Liban)

L’Islam, dès ses origines, est une civilisation de l’écrit. Elle utilise le papier de manière intensive et connaît la xylographie (technique d’impression sur bois) depuis le Xe siècle. Pourtant, l’imprimerie à caractères mobiles ‒ développée en Allemagne par Gutenberg en 1454 ‒ ne concurrence la production de livres manuscrits dans le monde musulman qu’à partir du milieu du XIXe siècle. Comment expliquer ce paradoxe ? 

Plusieurs facteurs concourent au rejet de l’imprimerie par l’Islam. Du point de vue religieux, l’écriture arabe jouit d’un prestige immense, comme outil de transmission de la parole de Dieu, et sa pratique manuscrite possède donc un caractère sacré. Par ailleurs, dans le monde musulman de la fin du Moyen Âge, la transmission du savoir s’effectue grâce à la copie scrupuleuse des textes anciens. Les théologiens, détenteurs de ce savoir, refusent l’imprimerie au nom du respect de la tradition et du maintien de leur autorité. Enfin, le livre manuscrit occupant une place primordiale dans ce système, les copistes ont rapidement formé une puissante corporation (ils sont 80 000 à Istanbul au XVIIe siècle !), fort peu encline à renoncer à ses revenus. Les sultans ottomans Bayazid II (1485) et Sélim Ier (1515) interdisent donc aux musulmans d’imprimer des textes en arabe dans l’Empire. 

Les premières impressions en caractères arabes, réalisées en Europe au début du XVIe siècle, sont des ouvrages chrétiens : le plus ancien est un livre de prières melkite, édité en Italie en 1514. L’Église catholique souhaite ainsi renforcer ses liens avec les communautés chrétiennes d’Orient. Le premier Coran imprimé est l’œuvre de Vénitiens, en 1537. 

Le premier Coran imprimé est l’œuvre de Vénitiens, en 1537. Prés de 1000 ans après Momo le pédophile !

En Orient, au XVIIIe siècle, des imprimeries sont installées à l’initiative de communautés juives et chrétiennes, au Liban et en Syrie, dans des proportions encore modestes. La première typographie faite par et pour des musulmans est réalisée à Istanbul, en 1728 : il s’agit d’un dictionnaire arabe-turc, tiré à plus de 800 exemplaires. Le sultan Ahmet III autorise en effet l’impression d’ouvrages non religieux par des musulmans. Il faut attendre le XIXe siècle et la Nahda (« Renaissance arabe ») pour voir se développer réellement la typographie, au Caire et à Beyrouth. Ces deux villes sont alors à l’origine d’un développement spectaculaire des éditions imprimées et des journaux dans le monde arabe. 
Audrey Moutardier

Nouveau point d’IMPACT N° 4

Pourquoi on ne peut pas voir les étoiles dans les grandes villes ? 

Tu mets le doigt là où çà fait mal… Je veux parler de la pollution lumineuse. En effet, les grandes villes sont hérissées de lampadaires, d’enseignes lumineuses, sans compter la lumière émanant des fenêtres des maisons ou les phares des voitures… Toutes ces sources diffusent leur lumière dans le ciel où elles noient littéralement le faible éclat des étoiles. Seules émergent de toute cette pollution lumineuse les étoiles les plus brillantes ou bien la Lune. Toutes les autres étoiles sont submergées par la lumière de la ville. Et, forcément, plus la ville est importante et plus il y a de pollution lumineuse. Mais quelques villes font des efforts pour limiter toute cette polution : en mettant en place des lampadaires moins puissants, en dotant ces derniers d’un grand couvercle pour diriger la lumière vers le sol et empêcher qu’elle ne s’échappe vers le ciel. Ces solutions permettent de faire des économies, tout en préservant la qualité du ciel.
Bonnes nuits étoilées !

38 CG illustrateur planète univers espace-la Terre-Espace-Planet Pictures  Aperçu | 10wallpaper.com

L’immensité de l’univers donne la mesure de la connerie des abrutis qui défendent des sectes au point de se fâcher ou même de tuer. Notre planète terre navigue au milieux de millions de galaxies peuplées de milliards d’étoiles ce qui donne une idée de l’immensité de l’univers. Et malgré cette constatation des millions de crétins s’accrochent à un livre aussi débile et réductif que le coran avec des histoires de chameaux et de moutons… avec un cailloux à la Mecque dont ils font le tour en hystériques avec un esprit étroit qui donne une idée de l’infiniment petit… une crotte de mouche laide face à l’immensité merveilleuse de l’univers…

Pour donner une idée de la connerie de ces envahisseurs qui désertent leur pays voyez leur slogan !

Nouveau point d’IMPACT N°5

C’est ici l’exemple de l’inversion des faits avec des partis pris dont l’idéologie est si douteuse qu’elle maquille la réalité sans aucun scrupule. C’est le travail de sabotage contre la FRANCE des 90% de journalistes marxistes entretenus par des milliardaires juifs qui abusent d’une presse subventionnée en faillite… dans le but criminel de culpabiliser les français et de les détruire.

Contentez-vous
de commenter l’actualité, Jean-Michel Aphatie, au lieu de vos âneries sur l’Algérie

Connaissez-vous Jean-Michel Aphatie ? 

Non, pas celui qui débite des âneries, quotidiennement, sur « La 5 » et qui vient d’être recruté pour les « Partis pris » sur LCI, mais le Jean-Michel Aphatie, correspondant de guerre et envoyé spécial de la presse française de l’époque pour « couvrir » la conquête de l’Algérie, dans les années 1830/1860.

C’est lui qui a assisté à l’horreur.

L’horreur c’est « les chambres à gaz », inaugurée par le Maréchal Bugeaud, et qui seront utilisées plus tard par l’armée hitlérienne pour l’Holocauste juif. Ce maréchal Bugeaud aurait, toujours selon Aphatie, mis en place des stratégies militaires qui « ont scandalisé tout le monde ».

« On a brûlé des villages, on a tué des gens, a-t-il souligné, déplorant que ce maréchal ait eu recours à « l’enfumade », et il nous explique : « une technique qui consiste à asphyxier des personnes réfugiées à l’intérieur d’une grotte, en allumant devant l’entrée des feux ».

Il a assisté à ces « enfumades », bien entendu, puisqu’il en témoigne : 

« Bugeaud a fait enfermer des femmes et des enfants, combattants ou pas, dans des grottes, puis a fait allumer les feux devant la grotte et tout le monde est mort par asphyxie » et il poursuit « La colonisation de l’Algérie a été terriblement sanglante et éprouvante, à tel point que même le ministre français de la défense, à l’époque, s’est désolidarisé de Bugeaud. Il y avait même des articles dans la presse française (écrits par lui certainement) et européenne, tout le monde était scandalisé (surtout, qu’à l’époque, tous les médias du monde avaient des « envoyés spéciaux en Algérie ! ».

Et Jean-Michel Aphatie, l’éditorialiste préféré de La 5 et de LCI, de retour parmi nous, en 2020, comprend que cela ait suscité de la colère chez les descendants de toute cette douloureuse histoire.

Une colère tellement grande que tous ces descendants n’aspirent qu’à venir chez nous, dans ce pays qui les a colonisés, torturés, enfumés, massacrés…pour se venger sans doute, n’est-ce pas Aphatie ?

Jean-Michel Aphatie n’a jamais participé à une guerre, il ignore donc que dans une guerre « il faut tuer l’ennemi, avant qu’il ne vous tue ».

Moi, je n’ai pas assisté à la guerre de conquête de l’Algérie, mais je suis certain que les combattants de la smala du « gentil » Abd-el-Kader ne se sont pas privés de massacrer les « méchants » soldats de Bugeaud.

Aphatie ne pouvait pas être partout, lors de cette affreuse guerre de conquête, et il n’a pas assisté, en 1857, à l’attaque de ces « gentils » combattants arabes contre le chantier qui installait le train, près de Mascara.
Cent cinquante ouvriers furent massacrés dans des conditions atroces. Quand les soldats arrivèrent sur les lieux, des centaines de chacals durent abandonner les tripes qui leur servaient de repas depuis plusieurs jours. Le charnier s’étendait sur plusieurs kilomètres.

La guerre c’est comme ça, Aphatie, est-ce que les descendants français et juifs manifestent toujours leur colère contre les « Allemands », 75 ans après les camps de concentration, les fours crématoires, Oradour-sur-Glane, et j’en passe ?
Est-ce que les descendants des « Peaux-rouges » d’Amérique manifestent toujours leur colère contre ceux qui les ont pratiquement exterminés ?

N’apportez-pas, je l’espère involontairement, de l’eau au moulin de la presse algérienne, qui s’empresse de diffuser vos propos (Dernières Informations d’Algérie en date du 9 juillet 2020).

Contentez-vous de commenter l’actualité présente, Jean-Michel Aphatie, en évitant, si possible, mais cela m’étonnerait, quelques âneries habituelles, comme la toute récente, celle sur LCI, en comparant le « voile » provocateur de la vice-présidente de l’UNEF à l’Assemblée avec la tenue d’un archevêque qui viendrait témoigner devant des parlementaires. Si, par hasard, les parlementaires souhaitaient entendre un « imam », personne ne s’étonnerait qu’il apparaisse en « djellabah », avec barbe et « chéchia »


Les crétins ne font pas la différence entre les « serviteurs » représentant une secte et leurs adeptes qui en idiots utiles jouent les provocateurs ! Alors que le prosélytisme des sectes est interdit.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Auguste ; Il n’y a rien de pire qu’un imbécile qui se croit supérieurement intelligent.  Dans mon palmarès des connards, dans la catégorie «journaliste», Apathique est tout au sommet, parmi les cadors. 
L’arrogance et la suffisance de ce blaireau pontifiant qui se croit apte à juger définitivement de tout n’ont d’égales que sa médiocrité, son indigence et son insuffisance intellectuelles, sans parler de son ignorance. Ce monsieur prend pour de la haute connaissance le catalogue d’idées reçues qu’il a dans la tête.
Le problème est l’influence que les donneurs médiatiques de leçons de la même engeance ont sur l’opinion publique, par les contre-vérités et les idées fausses qu’ils diffusent et implantent dans la tête des gens.

IMPACT N° 6

Notre voleur est payé pour nous surveiller… notre violeur est payé pour nous protéger.

Alors que les français comme moi s’interrogeaient sur l’éradication de la violence source de stress et de maladies psychosomatiques, source d’un déficit santé énorme… voilà que des assassins comme Soros et ses ONG organisent l’invasion de la France, poussant les plus tarés et les plus délinquants à déserter leur pays. ( Un délinquant sait très bien jouer le pauvre émigré qui n’a tué personne au bled … son éducation étant basée sur le mensonge, la tackia et la haine des blancs )
Cette invasion c’est avant tout celle de la frustration sexuelle et de la coutume de la violence. Il n’est pas question de culture mais bien de coutume… seule la France possède une riche culture, qui justement est mise en péril par ces sauvages limités à des coutumes sans valeur, qui nous prennent pour des cons. Cette violence est particulièrement inhérente aux circoncis du monde entier. TOUS les pays violents qui maltraitent les femmes sont des pays qui pratiquent cette marque d’esclave qui sera handicapé à vie. Mis à part des pays comme le Brésil ou la violence des favélas est basée sur la survie et l’absence de l’Etat incapable d’assurer la sécurité… nos circoncis violents résident au contraire dans des pays de dictateurs pour qui la répression est totalitaire et même effroyable… à l’image inversé de la violence populaire.
Ce que nous vivons de ridicule c’est que devant l’exponentiel délit de vol dans les magasins, nous avons du embaucher des vigiles ! Une organisation parasite de protection s’est développée à l’extrême avec une visibilité impudique qui ne laisse aucun doute sur le climat quasi militaire du flicage devenu familier… mais intrusif !
Le paradoxe c’est que les africains noirs et arabes nous ont importé le vol et la violence et nous embauchons pour très cher, des noirs et des arabes pour surveiller les vols et les agressions ! Nous sommes au summum du ridicule qui tue… agressée régulièrement en allant à Carrefour un vigile noir m’explique que la violence est un phénomène de société tout à fait normal ! Pour ce connard illégitime et débile c’est moi qui ai tord de ne pas accepter la violence. Son état mental est tellement à ras des pâquerettes que la seule chose qu’il justifie c’est d’avoir un job en France qui lui permet de déserter son pays. Nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde car même avec un décodeur Canal + le misérable est incapable de comprendre ce qu’un français ressent. Comme m’a dit le président de la chambre du commerce à Alger… On vous envois la merde, alors SVP gardez-les ! Un individu bien structuré mentalement ne déserte pas son pays pour aller voler et mendier chez les blancs… avec tout le complexe de supériorité qui pose un vrais problème. Les pro immigration ne pigent rien au fait qu’ils accueillent les plus délinquants et les moins bosseurs… qui vont remplir nos prisons qui nous coutent une fortune. Avec des plus malins qui ont fait des études et qui sans complexe avec leur double nationalité pillent nos aides sociales et piratent aux français des bonnes places dans l’administration. Résultat, notre administration est tellement infiltrée par des magouilleurs qu’elle produit plus de cartes VITAL que d’habitants et qu’elle paye des retraites en Algérie à des centaines de centenaires… avec un mal fou pour faire le ménage et mieux rémunérer les retraites des français qui ont cotisés. C’et dire si l’Etat est mal géré et si nos fonctionnaires en ont rien à foutre de tout ce gaspillage. Nous allons acheter en Israel des solutions avec des brevets qu’ils nous ont volé ? PAUVRE FRANCE !

IMPACT N°7

La circoncision
est un rite satanique

Depuis des années je fais des recherches sur l’impact de la circoncision… et je découvre parallèlement avec ma découverte du rite satanique de l’Adrénocrome qu’il en existe une similitude !
La montée d’adrénaline est provoquée par des peurs, des fortes émotions ou une souffrance atroce… dans le cas de la circoncision il y a en plus la trahison de la maman qui promet tant de douceur protectrice et qui abandonne son protégé à des bourreaux…
Dans les rites aussi sataniques que l’immolation d’une vierge il existe le même phénomène de montée excessive d’adrénaline provoquant même un effet assommoir… un coma lié à la sidération du cerveau ! Le cerveau explose avec ses dégâts thyroïdiens et de l’hypohise en particulier. Je découvre donc la confirmation que le rite de la circoncision est satanique… il joue sur l’overdose d’adrénaline qui crée des dégâts neurologiques volontaires… Ce qui me fait dire qu’avec un tel argument, comment ne pas faire interdire cette barbarie ?
L’Adrénochrome et sa mémoire dans le sang du circoncis en font un drogué accro à son overdose… soit il va devenir légume pour éviter de provoquer de nouveau le choc de la circoncision, soit il va au contraire rechercher des émotions fortes pour retrouver cette immense excitation qui titille la mort ! D’ou cette violence, ces « Alla au Bar » avec des coups de couteaux destinés à des innocents… soit du viol, soit des attaques à main armés ou à chaque fois ils se font piquer car ils sont trop cons, soit une incapacité à s’adapter à notre culture et la recherche du djihad pour calmer son instabilité… source d’incapacité à travailler normalement… et le plus souvent procrastiner pour abuser de nos aides sociales par fainéantise… Car un étranger inadapté au monde du travail venant d’autres coutumes est très rarement performant. D’autant plus que la paresse fait partie de la nature et que de travailler n’est pas obligatoirement naturel…
Le taux de chômage exponentiel des racailles est largement du au fait d’une paresse congénitale. Les pro immigration font comme si tous les individus avaient les mêmes gènes et le même code ADN…
Pour ces branleurs qui préfèrent vendre du shit il existe 400 000 offres d’emplois dont en grande partie aucun diplôme n’est demandé. Si ces abrutis avaient 400 000 offres d’emplois en Algérie ils sauteraient dessus ! Un Algérien ça bosse pour 300 € ! Et traité comme un chien… car ces pays musulmans cumulent plus de 30 millions d’esclaves !
Pays qui ravissent les bobos touristes insensibles à la misère… pire, au misérabilisme ! Le bobo c’est un abruti avec des lunettes roses ! Un misérable misérabiliste… un inutile… pire, un nuisible. En général c’est un fonctionnaire proche de l’Education nationale. Un branleur qui sait faire semblant de bosser ! Le pire des exemples pour nos enfants !
Comme déjà expliqué toute la famille des circoncis est droguée à l’Adrenochrome… puisque c’est dans le sang de génération en génération et dans l’ADN qui par le père se véhicule dans le sperme. Les femmes sont aussi torturées et névrosées que les hommes… d’ou ce comportement voyant et hystérique très dérangeant pour les gens civilisés. La circoncision n’est pas prévue pour se protéger de maladie, bien au contraire elle enlève la muqueuse anti bactérienne… ni par hygiène, mais par satanisme pour maintenir cet état de sidération du cerveau… qui produit des êtres soumis très influençables, car en recherche de sécurité paternelle. D’ou ce besoin imodéré et pathologique de la famille et de se déplacer en groupe.
Les juifs sont plus malins, car en pratiquant la circoncision au 8° jour ils créent moins de dégâts pendant que le cerveau est limité en mémoire. Par contre en faisant sauter les verrous de l’empathie ils deviennent imbattables en manque de scrupule. Mamère me disait que pour réussir il faut avoir du culot… alors coupez vous la bite au 8° jour et vous n’aurez jamais aucun complexe… vous oserez tout … dans le show-business, dans la finance ou dans l’escroquerie. Les champions du monde en escroqueries sont juifs et se planquent à Tel Aviv !

IMPACT N° 8

Le monde est divisé en trois communautés…

La circoncision crée des communautés… Pour bien comprendre il faut lire mon livre PREPUCE mon AMOUR qui démonte tous les rouages. Nous sommes donc face à trois communautés, les intacts qui vivent paisiblement sans problème majeur de métabolisme, ce qui permet de vivre en paix en refusant la violence pour préférer la convivialité et l’esprit de famille… même le patriotisme. Les juifs circoncis au 8° jour qui se murent derrière des coutumes et un apparat qui donne l’illusion d’appartenir à une secte puissante puisque l’on vous dit que vous êtes le peuple élu et que les autres sont des « gentils » juste bon à vous cirer les pompes… en fait cette communauté est gravement tracassée par le messianisme car ils sont persuadés les pauvres que le messie va descendre du ciel pour les guider vers un monde meilleur. Le pire c’est qu’en pratiquant le satanisme ils ont découvert la drogue la plus puissante du monde qui est l’Adrenochrome… et pour obtenir ce nectar ils enlèvent des enfants par millions et après les avoir effrayés pour créer la montée d’adrénaline ils boivent leur sang… il existe aussi des orgies ou les victimes sons violées et dépecées… Trump a fait agrandir Guantanamo pour se préparer à interner des milliers de pédocriminels sur la suite de Epstein dont Hillary Clinton est l’image de proue ! En plein diner de charité il a promis à Hillary de l’envoyer en taule… suivront Obama et une grande partie de la jet set. Car ce rite juif est réservé à l’élite qui a passé le degré 33 chez les francs-maçons. Je viens de visionner une vidéo ou le couple Clinton en pleine déchéance fait penser au couple Nicolae Ceaușescu avant d’être exécuté ! Pour eux le peuple c’est de la merde… les juifs idiots utiles qui permettent par exemple qu’Israel soit leur pays. Quand on a le génie d’inventer un pays il faut lui trouver un peuple. Idem les dictateurs islamiques qui traitent leur peuple moins que des chiens, mais qui a besoin de cette populace qui fait semblant de suivre le coran, pour se donner l’illusion d’avoir un royaume… pas de royaume sans peuple. L’arabe que vous croisez dans la rue, persuadé que sa religion est fabuleuse n’est que l’idiot utile d’une vaste escroquerie… ou les émirs boivent de l’alcool se payent des escortes et des rails de coke au milieu d’un luxe indécent face à un peuple démuni de tout… qui vie en tong à deux balles ! Coucous Garbit t’offre une paire de tong pour deux boites de semoules achetées !
Donc voila la troisième communauté qui est nomade comme les juifs… et d’ailleurs cul et chemise avec les juifs quand les saoudiens sont plus sémites que les juifs qui eux sont Khazare… et que toutes les religions ne sont que des plagias de la Thorat qui a inventé l’adoration d’un dieu hypothétique pour remplacer tous les fétichismes et autres adorations des aïeux ! Donc nous voilà face à trois communautés dont les islamistes circoncis à 10/12 ans. Nous la communauté sédentaire fidèle et attachée à ses racines et les circoncis nomades qui ne s’attache à rien mais pire qui pillent, détruisent, violent et tuent… exactement comme les racailles qui brulent les voitures, attaquent les pompiers etc… sans aucune raison apparente, sinon que la circoncision crée des monstres. Comme le défini Freud, c’est un acte raciste. Racialiste dit-on aussi ! D’autant plus raciste que les moeurs des circoncis sont totalement incompatibles avec la sage culture française… qui entre autre respecte la vie, les femmes et même les animaux !

IMPACT N° 9

L’intox de la médecine.

Dans les années 1930 Rockefeller a senti le filon… Récupérer les déchets du pétrole pour en faire des médicaments… Vu les petites doses de quelques grammes quand on achète des produits chimiques à 50 € la tonne on imagine facilement que les bénéficient sont somptueux… D’ailleurs la seule dépense somptueuse sera la corruption… jusqu’à créer une fondation pour construire des université ou le fil conducteur sera de remplir des ordonnances en produits chimiques Rockefeller… On supprime tout traitement naturel pour la gloire des laboratoires Rockefeller… A Lyon il a construit trois universités rue Rockefeller… et sous couvert d’humanisme c’est 100% de la corruption, car gare aux médecins qui critiquent ou s’aiguillent vers d’autres thérapeuthies… Ainsi en ayant soudoyé l’Ordre des Médecins Rockefeller fait interdire sept familles de médecine naturelle… à commencer par les plantes et la guerre aux herboristes !
Rockefeller crée l’OMS le refuge des circoncis au 8° jours qui se partagent des millions de subventions et vont jusqu’à prescrire la circoncision en Afrique pour tous les africains, car soi-disant ça protège du sida. Ce qui est d’une absurdité absolue car ils savent que le sida n’existe pas et justement c’est la muqueuse du prépuce qui protège l’entrée du méat pour éliminer tout ennemi mal intentionné. Tout comme le fait notre bouche… dont la salive est un antiseptique. Vous imaginez le tracas du cerveau de ne plus avoir de prépuce protecteur. Et encore plus, transmetteur de milliards d’informations. Tout comme le lobe de l’oreille. Va suivre Thierry Casanovas qui m’a aidé à démystifier toutes cette arnaque de planqués qui nous envois au cimetière totalement décomplexés de toute responsabilité.
Les produits chimiques sont à 80% inutiles et inefficaces… et 20 % sont dangereux avec des effets secondaires graves… d’autant plus que bien des victimes sont accroc à leurs médocs persuadées que sans la dose journalière ils ne vont pas bien… Alors que l’organisme doit lutter pour trouver un équilibre des énergies et lutter pour filtrer le poison des médicaments… dosés de la même façon que vous pesiez 60 kilos ou 120 kilos ! En sachant que chaque organisme à son métabolisme particulier et que nous avons tous des fonctionnements différents. Pour accentuer notre intoxication Bill Gates veux nous vacciner ! Comme c’est curieux !

IMPACT N° 10

Thierry Casanovas

Si j’ai guerri peu à peu et si je suis là en ce moment c’est grâce à lui et ses centaines de vidéos. En suivant sa philosophie j’ai évolué puis ouvert les yeux sur l’océan de mensonges qui nous submerge, à commencer par le monde médical qui dépense des milliards pour rien… pire, pour entretenir la maladie. Quand vous comprenez que même le monde médical est pourri et corrompu vous n’avez plus de mal à admettre que tout n’est que mensonge et manipulation… au bénéfice des maitres de la finance, les Rothschild. Lire mon livre KHAZARE MAFIA JUIVE pour comprendre d’ou viens la dynastie Rothschild… riche à triards… nos milliardaires sont des petits arrivistes à côté de la fortune Rothschild. Ils ont tellement de fric qu’ils ont bloqué l’économie… alors que l’argent qui circulent c’est le sang de l’activité économique, Rothschild débloque des milliards et même envois son porte parole Macron pour faire des offres de rachat du Liban…
En visionnant les vidéos de Thierry vous apprendrez ce qu’est l’homéostasie... soit la capacité pour notre organisme de se régénérer… car contrairement à l’idée reçu que les neurones se détruisent, ils se régénèrent. Il suffit de se mettre à la lecture et à tout travail intellectuel qui stimule le cerveau. Mon test c’est les mots fléchés pour contrôler si j’ai toujours des bon réflexes. Le foie se régénère en quatre mois ! Donc Thierry préconise la diète pour donner à notre corps l’occasion de se reposer et de se régénérer grâce au repos.
Le pendant du calme repos de la diète c’est l’énergique hormése… qui consiste à brusquer son corps pour le forcer à réagir en se dégripant. Comme par exemple en se baignant dans un congélateur horizontal au milieu des glaçons. A commencer par des douches froides pour stimuler la circulation du sang. Manger cru… beaucoup de légumes achetés en fermes bio… Thierry est surtout connu pour ses jus de légumes… il nous prépare des cocktails de céleri avec des poivrons et de la betterave, sans oublier le curcuma… Le mot fort ici c’est « homéostasie » ou j’ai compris que notre organisme savais mieux qu’un médecin, comment réagir pour se défendre… et qu’avec une vie saine et des rapports sympas avec les autres notre grand atout c’est notre imunodefense ! Tout ce qui est à tort diagnostiqué comme sida, cancer ou coronavirus ne sont en réalité qu’une baisse de notre capacité immunitaire… soit comme Tapie pour s’épuiser à défendre sa fortune, soit à prendre des drogues, soit à ne pas dormir suffisamment, soit habiter en HLM avec des arabes, soit manger chez MacDo, soit en général avoir une vie de merde ! Avec la sale manie des médecins de vouloir supprimer les fonctions d’alerte comme la fièvre alors que c’est elle qui renforce la défaillance immunitaire. Enfin les médecins commence à comprendre qu’ils ont tout faux et que tout est basé sur l’énergie qui entretient notre défense immunitaire. Mais il leur reste des kilomètres de route à parcourir car ils n’ont suivi aucun cours sur la sexualité alors que c’est le point central de la santé… l’Amour et faire l’Amour ! Mais pas la guerre. Un couple amoureux n’a aucune envie de se battre ou d’agresser… au contraire il voudrait partager son bonheur. Tous ce gens circoncis qui violent et tuent sont malades ! Il ne vont pas bien et n’ont pas une once d’amour même pour eux !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*