N. BONNAL : Le nouvel ordre mondial et ses bourreaux volontaires

Spread the love

« Nous sommes en l’an I de coronavirus. Attendez l’an quinze pour voir ce qui restera de vous. »
Notre ami-lecteur –rédacteur Alexandre commente : « dans ce monde d’épuisement des ressources, la très grande partie des habitants du monde va mathématiquement périr, de même que l’objectif primaire du système concentrationnaire nazi était de supprimer des bouches en trop dans le contexte de la guerre totale qu’Hitler avait engagé contre l’URSS. »

La notion « d’élites hostiles » de Kevin Macdonald s’adapte aux temps apocalyptiques que nous vivons. Elle représente quelques milliers de personnes par pays, un million tout au plus dans le monde ; et ces « élites » (fric plus convictions hérétiques, au sens de Chesterton) détraquées pour tout un tas de raisons nous veulent vraiment du mal,  fonctionnaires internationaux, experts, ONG, milliardaires…  Et rappelons-nous que les politiques d’extermination totalitaire ne se mettent jamais tout de suite en place : on attend en général quinze ans (Hitler, Mao, Staline) pour les mettre en place car on a formé les bourreaux volontaires et les victimes. Nous sommes en l’an I de coronavirus. Attendez l’an quinze pour voir ce qui restera de vous.

Du point de vue socio-économique, grâce aux progrès techniques, tout pouvait bien se passer et, comme je l’ai montré dans mon texte sur le Reset [1] qui se termine, rien ne ressemble en 2020 aux apocalyptiques opus hollywoodiens des années 70  qui promouvaient les délires du club de Rome, de la Trilatérale [2], des écolos. Même la technologie pourrait être utilisée pour aider l’homme au lieu de le supprimer. Cependant, comme on ne cesse de le montrer ici et ailleurs, nos Blofeld-Schwab [3], nos techno-nazis ou nos oligarques humanitaires  veulent leur dystopie, ils veulent leur tyrannie numérique, leur crash mondial, ils veulent leur sabotage énergétique, ils veulent la misère des jeunes ou des nations, et ils veulent imposer une mixture de terreur et de survie dont la France « orange psychiatrique » d’Alex Macron donne un avant-goût, ou pour mieux dire un avant-dégoût, au reste de l’Europe mécréante. Cet anéantissement de la nature humaine rappelle les meilleures heures du bolchevisme et du nazisme mais elle se fait cette fois aux ordres de la démocratie-marché-TINA dont on a déjà montré avec Debord ou Zinoviev le caractère néototalitaire. C’est la chute de l’URSS toujours qui a précipité notre sort de condamnés à mort…

J’en arrive à mon titre alors : combien de bourreaux volontaires auront-ils à leurs bottes pour servir leur dessein de dépopulation et d’extermination de la santé, des libertés et des économies ? Combien ? Un million, ce qui ne serait pas assez, cinq millions ou vingt millions par pays de taille moyenne comme la France ou l’Allemagne ? On vient de voir que les soignants des EHPAD ne veulent pas du vaccin [4]: mais accepteront-ils de voir leurs patients nonagénaires mourir sous leurs yeux des effets du vaccin Gates ou Pfizer ?  Et qui les vaccinera eux ? Faudra-t-il les menacer de mort, de faim, d’expulsion, de sanctions, pour les pousser à se vacciner ? Et combien de bourreaux volontaires (pensez aux rafles de la guerre, aux gardiens de camps) le feront ? Jusqu’où peut aller une âme qui se damne, qui s’achète, ou qui joue de paresse simplement…

On aura donc (je laisse de côté les élites car il s’agit de compter la masse des collabos cette fois) :

  • Les enthousiastes. Ils sont plus nombreux qu’on ne le croit : les antisystèmes vivent dans le monde parallèle du clic où tout le monde s’approuve en réseau, et ils ne se rendent pas compte que beaucoup de gens sont passés du côté obscur, comme dit mon ami Olivier Demeulenaere. On a les cadres, les politiciens, les administratifs sélectionnés, les féministes, les LGBTQ, les antiracistes (qui vont se régaler avec Biden et Kamala [5]), les antichrétiens (qui ont pris le pouvoir au Vatican, voyez leur soutien officiel à Davos ou la crèche de Noël aliénigène), les personnels politiques délirants qui ont pris le pouvoir à peu près partout en Europe, même quand le vieux nom d’un parti est préservé pour tromper le consommateur-électeur ivrogne. Le rôle des universités américaines et de l’enseignement anglo-saxon encore… Dès les années soixante-dix on pouvait se rendre compte que la menace venait d’Amérique, pas du bloc communiste.
  • Les fonctionnaires : leur pouvoir est renforcé par le virus et ils seront choyés jusqu’au bout comme dans tous les régimes staliniens et pétainistes. On a ici ou là un flic ou gendarme qui se rebelle, mais les autres ? Faut bien gagner sa vie et obéir. Faut mériter sa retraite. Mais à quel prix ? La dureté des fonctionnaires municipaux parisiens m’a été rappelée par Lucien Cerise récemment. On me confirme la tragique  médiocrité caporaliste du corps enseignant. Mais qui en doutait encore ? Parmi les fonctionnaires on a les militaires. Le pouvoir mondialiste a doublé les traitements des généraux en France depuis dix ans, et on se doute que les primes et les retraites seront à la fête. La militarisation se fera aux dépens d’une épuration qui mettra les plus vils aux commandes. Voir le sort des gilets jaunes.
  • Les forcés. Prenons plusieurs exemples.  Il y a longtemps que les journalistes ont été remplacés par les putes, comme dit Alain Soral. On est passé en mode accéléré sous les hyper-présidents Sarkozy-Hollande, première mouture du pouvoir mondialiste ultime. On voit que la même recette de bâton et carotte s’applique aux médecins ; la médecine libérale disparait au profit d’une médecine soviétisée qui a recours à l’hôpital psychiatrique maintenant pour éloigner le contrevenant. De la même manière, restauration et petits commerces (dont le sort est tragique depuis la protéiforme, incomprise, prophétique révolte poujadiste des années cinquante) sont forcés de disparaître pour être remplacés par le millier de supermarchés technétroniques décrits par Vincent Held dans le livre qu’il m’a demandé de préfacer l’an prochain, si Dieu nous prête vie.
  • Les peureux. Ils sont hypnotisés par la peur du virus, des pandémies, de tout. Un lâche peut tout faire. La télévision en a fabriqué des millions avec ses chaînes de News et ses actus en bandeaux.
  • Les passifs enfin, dont le rebelle liquide fait aisément partie. Imaginez-vous que soixante personnes seulement s’étaient rassemblées pour demander la libération du professeur Fourtillan… Le reste clique.

Terminons. J’ai beaucoup parlé dans mon livre-recueil sur la servitude volontaire (PDF gratuit, à quatre euros –  prix coûtant – sur Amazon.fr) de notre soumission et de notre acédie. Je voulais évoquer un problème finalement plus brûlant. Combien de bourreaux volontaires seront prêts à se damner pour tourmenter leurs frères et obéir à Klaus Schwab et à sa clique ?nicolasbonnal.com

NOTES de H. Genséric

[1] Pourquoi le Grand Reset se termine …et ne commence pas …
–   COVID-Arnaque. Voici le plan (fuité) du verrouillage mondial et de la confiscation de nos biens et de nos libertés
–   La « Réinitialisation mondiale » (« Global Reset »)
–   Canada. Ce n’est plus une théorie du complot: le premier ministre canadien Justin Trudeau annonce que la pandémie de COVID-19 est une «opportunité» pour la «grande réinitialisation»
–   Le forum économique mondial avoue : son projet criminel de ruiner la population mondiale afin de mieux l’asservir à ses projets funestes

[2] Mondialisme. Commission Trilatérale, Sir Keir Starmer, Jeffrey Epstein
–   Chroniques Illuminati. Une brève histoire du nouvel ordre mondial, partie II

[3] L’avenir glauque que nous réserve l' »élite » : le « Great Reset » transformera l’homme en drones pour la servir. 
–   COVID. Les tenants et les aboutissants de l’Arnaque. Par Foster Gamble

[4] Big Pharma. 3 150 blessures dès la première semaine de vaccins COVID parmi les travailleurs de la santé américains

[5] L’équipe de la diversité juive de Biden/ Harris

Maintenant que le régime de Joe Biden-Kamala Harris et leur entourage juif mesurent les rideaux à la Maison Blanche, il est temps d’envisager les prochaines étapes. Aussi mauvaises que soient les choses pour l’Amérique blanche aujourd’hui, elles sont sur le point de s’aggraver. Les menaces physiques, psychologiques, morales et politiques pèsent sur toutes les têtes des Américains qui ne font pas partie des « minorités ». 

Parmi ses « 16 premiers » choix à ce jour, nous trouvons les suivants: quatre hommes blancs (Brian Deese, Denis McDonough, Tom Vilsack et Jake Sullivan); cinq Noirs, dont quatre sont des femmes (Lloyd Austin, Marcia Fudge, Susan Rice, Cecilia Rouse et Linda Thomas-Greenfield); une femme indienne (Neera Tander); un homme hispanique(Xavier Becerra) – et cinq juifs (Tony Blinken, Avril Haines, Ron Klain, Alejandro Mayorkas et Janet Yellen).

Voyons ici quelques points :
Premièrement, il n’y a pas du tout de femmes blanches – étant donné que les Juifs ne sont pas blancs, du moins pas dans le sens pertinent d’identification comme faisant partie de la population blanche traditionnelle d’Amérique.
Deuxièmement, les Noirs et les Juifs ont chacun plus de représentants (relativement à leur population)  que les Blancs dans le top 16, ce qui est étonnant en soi, étant donné que les Noirs (12,8%) et les Juifs (environ 2%) sont des minorités distinctes dans ce pays.
Troisièmement, au moins un des hommes blancs, Jake Sullivan, s’est avéré remarquablement sioniste philo-sémite; sa nomination «a suscité de nombreux éloges de la part des dirigeants juifs» et sa femme, Maggie Goodlander, a beaucoup travaillé avec des juifs influents comme Joe Lieberman, Stephen Breyer et Merrick Garland. 

Quatrièmement, nous avons une «double casquette» intéressante dans le cas de Mayorkas, qui parvient à être à la fois cubain et juif, remplissant ainsi deux cases importantes.

Cinquièmement, en plaçant Yellen à la tête du Trésor américain, Biden poursuit une longue lignée presque ininterrompue de Juifs à la tête de la principale institution financière américaine. En outre, Biden a placé encore plus de Juifs à des postes importants parmi son deuxième rang. Il s’agit notamment du demi-juif John Kerry (conseiller environnemental), Jared Bernstein (conseil des conseillers économiques), Rochelle Walensky (chef du CDC) et Jeff Zients (tsar Covid et «conseiller du président»). 

Sixièmement, nous avons les fameux «liens familiaux» de Biden et Harris, qu’on peut qualifier au choix, de népotisme juif, ou d’entrisme juif. Les trois enfants adultes de Biden ont tous réussi à se faire alpaguer par des conjoints juifs: Hunter a épousé la «cinéaste» Melissa Cohen en 2019, sa fille Ashley a épousé Howard Kerin en 2012 et (le défunt) Beau a épousé l’héritier juif du « nettoyage à sec », Hallie Olivere en 2002. Nous retrouvons ici ce que nous avions trouvé chez Trump (RAPPORT EXPLOSIF: la famille du Crime Kushner contrôle maintenant la Maison Blanche) et chez Poutine ( Le Jared Kuchner du Kremlin: le juif qui épouse la fille de Poutine puis fait fortune)., dont les gendres sont juifs . Seuls les naïfs et les aveugles volontaires y verraient un simple hasard.

De son côté, Kamala Harris (alias Kabala Harris) a épousé l’avocat juif Doug Emhoff en 2014, nous pouvons donc être sûrs que ses sympathies – comme elle l’a déclaré à maintes occasions – ne vont qu’aux juifs et aux Israéliens. En somme: dans cette équipe, nous voyons  beaucoup de politiques en faveur des juifs et des israéliens, et peu de soutien pour les 61% d’Américains blancs chrétiens.

Hannibal GENSÉRICEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

5 commentaires:

  1. semghouni24 décembre 2020 à 12:00Aussi de ma part, je me pose la question sur le comportement du staff de Baiden vis-à-vis des communautés Arabes et musulmanes aux Etats-Unis et ailleurs, avez-vous une approche éclairé 
    Cordialement Moussa semghouni Alger 
  2. nicolas bonnal24 décembre 2020 à 12:34merci Hannibal 
  3. ALOUÈNE SAIB24 décembre 2020 à 14:44les juifs dominent et contrôlent le monde occidental et tiers…il n’y a pas matière de quoi s’étonner.
    pour obtenir un poste important dans un pays chrétien ou ailleurs, il faut prêter allégeance aux juifs …
  4. Joset24 décembre 2020 à 16:11Cet article met la charrue avant les boeufs. Trump continue de se battre pour que Biden n’accède pas à la Maison Blanche. Voir la suite des événements le 6 janvier 2021.
  5. nicolas bonnal24 décembre 2020 à 20:26Hannibal, vous développez brillamment la théorie du gendre… Pas de musulman ni d’asiatique jaune dans ce malstrom somme toute raciste.
    PDF DE MON RECUEIL :
    https://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2020/10/coronavirus-francais.pdf

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*