Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

BITCOIN

Mis à part d’échapper au contrôle de l’Etat à quoi sert le Bitcoin ? Alors que pour être admis au club vous devez fournir votre carte d’identité ?

Publié

le

L’article ne répond pas à ma question, mais je vous la pose ? Depuis que j’ai mis le paiement en crypto ici sur le site…

Contrepoints Podcast #11 : Bitcoin, la révolte monétaire du siècle

Un entretien avec Ludovic Lars, créateur du site « Comprendre la Cryptomonnaie ».

Par Pierre Schweitzer.

Épisode #11

Si le lecteur audio contenant l’épisode ne s’affiche pas dans l’article, cliquez directement ici pour l’écouter. 

pastedGraphic.png

Bitcoin : comprendre la révolte monétaire du siècle, avec Ludovic LarsContrepoints Podcast

Ludovic Lars est ingénieur de formation, enseignant et expert en cryptomonnaies, créateur du site « Comprendre la Cryptomonnaie ». Nous faisons un tour complet des enjeux technologiques, économiques, philosophiques et politiques de Bitcoin en 2021

Interview et production de Contrepoints Podcast par Pierre Schweitzer. Pensez à vous abonner et faites-nous part de vos commentaires.

Programme de ce Contrepoints Podcast #11 :

05:22 – Qu’est-ce que Bitcoin ?

17:02 – La préhistoire de Bitcoin

28:51 – La « politique monétaire » de Bitcoin

42:55 – Qui développe Bitcoin ?

58:47 – Le débat sur la mise à l’échelle du réseau et le fork BTC/BCH

1:10:00 – Qu’est-ce que le Lightning Network ?

1:14:13 – Pourquoi s’intéresser aux cryptomonnaies ?

1:25:08 – Comment les États vont-ils réagir ?

1:39:07 – Des cryptomonnaies régulées peuvent-elles seulement exister ?

1:43:54 – Les applications non-monétaires des blockchains

1:58:53 – Un krach des altcoins serait-il favorable ou défavorable à Bitcoin ?

2:02:19 – Conseils aux débutants pour se lancer dans les cryptomonnaies

Liens mentionnés dans l’émission : 

Livre blanc de Bitcoin par Satoshi Nakamoto (31 octobre 2008) https://bitcoin.org/bitcoin.pdf

Pourquoi 21 millions de bitcoins au total ? https://cryptoast.fr/pourquoi-21-millions-de-bitcoins/

Le théorème de régression de Mises https://www.contrepoints.org/2013/11/06/145305-theoreme-de-regression-et-bitcoin

Le premier article de H16 sur Bitcoin paru dès 2011 https://www.contrepoints.org/2011/05/30/27178-revolution-numerique-aujourdhui-musique-et-cinema-et-demain

Pour aller plus loin :

Le site de Ludovic https://viresinnumeris.fr

Cryptoast https://cryptoast.fr

Le Journal du Coin https://journalducoin.com

Dépôt GitHub de Bitcoin Core https://github.com/bitcoin/bitcoin

Plateformes d’échanges décentralisées : https://localcryptos.com/ (tuto : https://cryptoast.fr/localcryptos-acheter-ether-bitcoin/ ), https://hodlhodl.com/ (tuto https://cryptoast.fr/hodlhodl-acheter-bitcoin/ ), et https://bisq.network/

Portefeuilles Bitcoin : https://wasabiwallet.io/ et  https://samouraiwallet.com/

Portefeuille Electron Cash pour Bitcoin Cash https://electroncash.org/

Pour nous contacter :

pierre.schweitzer@liberaux.org

Sur Twitter : @Schweitzer_P et @Lugaxker (Ludovic Lars)

Vous pouvez soutenir ce travail bénévole en faisant un don : https://www.contrepoints.org/aider-contrepoints

Retrouvez les épisodes précédents :

#0 avec Emmanuel Martin 

#1 avec Stéphane Courtois

#2 avec Frédéric Prost

#3 (partie 1) avec Jean-Pierre Chamoux

#3 (partie 2) avec Jean-Pierre Chamoux

#4 avec Frédéric Mas

#5 avec Nicolas Marquès

#6 (partie 1) avec Daniil Gorbatenko

#6 (partie 2) avec Daniil Gorbatenko

#7 avec Ferghane Azihari

#8 (partie 1 avec Peggy Sastre)

#8 (partie 2 avec Peggy Sastre)

#9 avec Yves Sassier

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

BITCOIN

Elon Musk ruine les possesseurs de bitcoins

Publié

le

L’idolâtrie peut coûter cher.

Repéré par Thomas Burgel sur Bloomberg

17/05/2021 à 12h00

Le retournement de veste fut si prompt et puissant qu’il en a provoqué un ouragan. Après en avoir été depuis des mois l’un des plus zélés évangélistes, Elon Musk a en quelques jours tiré deux balles dans le dos du bitcoin, faisant s’écrouler le cours d’une crypto qu’il avait pourtant contribué à porter vers de déraisonnables sommets.

Le premier acte de ce que beaucoup, dans l’univers très cultuel des cryptomonnaies, considèrent être une trahison, s’est joué le 13 mai.

En un tweet, Musk revenait sur une promesse faite quelques semaines à peine auparavant: du fait de sa consommation énergétique colossale, le bictoin ne serait plus accepté pour le paiement des véhicules Tesla, présentés comme l’une des briques primordiales de la nouvelle révolution climatique.

Ce qui fut à l’époque compris par nombre de petits investisseurs autant que d’institutionnels plus massifs comme une étape importante dans l’acceptation du bitcoin en tant que monnaie transactionnelle «classique» était donc, d’un revers de la main, devenu caduc.À lire aussiTesla achète pour 1,5 milliard de dollars de bitcoins: un pari stupide?

Ce n’était pourtant que le «flip» du «flip-flop». Car un autre de ces symboles importants dans l’institutionnalisation du bictoin avait été l’achat par Tesla, en février, de 1,5 milliard de dollars en bictoins.

Là encore, malgré quelques doutes chez certains analystes, la firme d’Elon Musk envoyait un signal clair au monde: investissez, braves gens, la crypto est là pour rester, et elle prendra nécessairement de la valeur, beaucoup de valeur. Ce qu’elle n’a d’ailleurs pas manqué de faire.

Patatras

Mais dimanche 16 mai, patatras. Là encore sur Twitter, où il a passé quelques heures à guerroyer autour de ses positions, Elon Musk annonçait à demi voire à tiers-mot que, pour les mêmes raisons climatiques citées plus haut, Tesla pourrait se désengager de cette position massive de 1,5 milliard de dollars et refourguer au marché son gros paquet de bitcoins

«Effectivement», répondait-il de manière laconique mais plutôt claire à l’analyste Mr. Whale, qui expliquait que les «bitcoiners allaient se donner des claques en découvrant au trimestre prochain que Tesla s’est débarrassée de ses bitcoins», ajoutant qu’il serait difficile d’en vouloir à Musk, compte tenu des torrents de haine qu’il essuie chaque jour.

Musk a plus tard démenti, d’un tweet encore, une éventuelle vente massive de bitcoins par Tesla, ce qui a comme par magie fait rebondir le cours de la chose.

Mais pour certains, le mal était fait. Coup sur coup, l’entrepreneur qui, d’une blague dans le «Saturday Night Live» ou de quelques mots sur Twitter, peut faire la pluie et le beau temps sur les marchés –les manipuler purement et simplement, argueront certains– avait fait chuter un peu plus le cours d’un bitcoin qui passait déjà un mois de mai difficile.À lire aussiSpaceX va lancer DOGE-1, une mission lunaire payée en dogecoins

Les plus gros acteurs du bitcoin expliquent à Bloomberg que les montagnes russes provoquées par Elon Musk n’ont que peu d’effet sur leurs certitudes à long terme. D’autres ne manquent pas de noter que le bitcoin est déjà très largement surévalué.

Mais les petits jeux d’Elon Musk avec les cryptos peuvent coûter cher. L’homme est à ce point idolâtré qu’il ne manque pas d’entraîner dans son sillage nombre d’investisseurs du dimanche, moins rompus à des variations si soudaines des marchés, surtout s’ils sont ainsi provoqués: ces derniers jours et par sa faute, ils ont pu perdre gros, voire très gros.

En parallèle, Musk a continué à encenser le Dogecoin, selon lui moins énergivore que le bitcoin, et à alimenter sa course folle vers les sommets. Il affirmait notamment être entré en contact avec son créateur pour une transformation «potentiellement prometteuse» de la crypto. Manipulations, pensez-vous?

Voyez la suite

BITCOIN

Un million de dollars par jour: la rémunération faramineuse du PDG de Coinbase

Publié

le

Brian Armstrong s’est vu attribuer un plan de stock-options très généreux.

Repéré par Céline Deluzarche sur Bloomberg

08/03/2021

La flambée du cours du bitcoin, multiplié par six entre mars 2020 et mars 2021, a subitement fait la fortune de certains crypto-investisseurs. Selon CBS, il y aurait à présent 100.000 millionnaires en bitcoin dans le monde, contre à peine 15.000 un an auparavant.

Au moins cinq d’entre eux ont rejoint le club des milliardaires, d’après Forbes, dont Cameron et Tyler Winklevoss, les cofondateurs de la bourse de cryptologie Gemini, ou Matthew Roszak, un crypto-évangéliste de la première heure qui a vu sa fortune passer de 300 millions à 1,2 milliard de dollars (1 milliard d’euros environ) en un an.

Mais ce n’est rien au regard des 15 milliards du PDG de Coinbase, l’une des applications d’échange de cryptomonnaie les plus populaires. Brian Armstrong fait désormais partie des 500 personnes les plus riches du monde, devant le patron de Snapchat Evan Spiegel ou de Twitter Jack Dorsey.

https://d8f62a17cacf9bd6f51a4d4a1dd9063f.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-37/html/container.htmlÀ lire aussiUn millionnaire veut construire une «ville blockchain» en plein désert

Après avoir perçu un salaire mensuel d’un million d’euros en 2020, le néo-milliardaire pourrait toucher plus de 3 milliards de dollars sur la prochaine décennie, soit près d’un million de dollars par jour ouvré, rapporte Bloomberg, qui cite cet accord de rémunération comme «l’un des plus somptueux d’Amérique».

C’est notamment la prochaine entrée en bourse de Coinbase qui affole les compteurs. Créée en 2012, l’entreprise est devenue un mastodonte des cryptomonnaies, grâce à l’engouement mondial pour le bitcoin.

En 2020, elle a enregistré des revenus de 1,1 milliard de dollars et un bénéfice de 322 millions de dollars. Sa valorisation est désormais estimée à 100 milliards de dollars et son entrée en bourse s’annonce comme l’une des plus prometteuses depuis celle de Facebook.

La vie de Brian

En août 2020, Brian Armstrong s’est vu attribuer 9,3 millions de stock-options, soit 3,8% de l’encours de l’entreprise. L’objectif de l’action étant de 374 dollars lors de l’introduction en bourse, cela mettrait Brian Armstrong à la tête d’un pactole de 3,5 milliards d’euros, sachant que les options sont valables dix ans.

Ce n’est bien sûr que la fourchette basse: si l’action continue de grimper dans les années à venir, la fortune engrangée sera encore plus importante.

Ces montants à faire tourner la tête illustrent la dernière tendance des administrateurs à accorder de faramineuses attributions d’actions gratuites aux PDG des entreprises préparant leur introduction en bourse.

Selon eux, ces transactions sont nécessaires pour conserver le fondateur à la tête de la compagnie, gage de stabilité. Parmi les autres exemples récents de ces rémunérations démesurées figurent Alex Karp, cofondateur et PDG de Palantir Technologies, qui va recevoir des stock-options d’une valeur de plus d’un milliard de dollars au cours de la prochaine décennie.https://d8f62a17cacf9bd6f51a4d4a1dd9063f.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-37/html/container.html

Quant à Frank Slootman, le PDG de Snowflake, une start-up d’hébergement de données dans le cloud, il obtiendra des options d’achat d’actions évaluées à environ 80 millions de dollars chaque mois pendant quatre ans.

Pour Brian Armstrong, cela repose bien entendu sur la condition que les cryptomonnaies ne se seront pas effondrées d’ici là. Entre ceux qui prédisent un bitcoin à un million de dollars et ceux qui, comme Nouriel Roubini, affirment que «sa valeur est inférieure à zéro», il sera difficile pour le PDG d’anticiper un plan de retraite peinard.

Une ville nouvelle, en Iran. | Mehrdad Jiryaee via Unsplash

Une ville nouvelle, en Iran. | Mehrdad Jiryaee via Unsplash

Un millionnaire veut construire une «ville blockchain» en plein désert

La cité serait autocontrôlée, et échapperait à la juridiction de tout État. Utopie ou dystopie?

Repéré par Céline Deluzarche 

28/02/2021

En plein désert du Nevada, à 20 kilomètres à l’est de Reno, va peut-être sortir de terre la première «ville blockchain» au monde.

Jeffrey Berns, un millionnaire de 59 ans à la tête de la société d’investissement Blockchains LLC, a acquis 27.000 hectares de terres en 2018 dans le comté de Storey pour y implanter sa future ville utopique entièrement gérée par blockchain.

Sur ce terrain, l’entreteneur espère construire 15.000 habitations, des écoles, ainsi que 3 millions de mètres carrés d’espaces commerciaux et industriels d’ici soixante-quinze ans.

Dans cette ville, tout ou presque sera géré en s’appuyant sur une blockchain: les achats s’effectueront via une cryptomonnaie et chaque habitant disposera d’un compte blockchain pour voter et stocker ses données médicales, financières et personnelles. La blockchain permettra également d’acheter ou de revendre l’électricité entre voisins.

Cette ville créée ex nihilo constituera un moyen de reprendre le contrôle sur son identité et ses données en ligne sans dépendre d’un gouvernement ou d’entreprises, défendait le millionnaire en 2018.

Bref, une ville entièrement bâtie sur une page blanche et qui ne ressemblera à rien de connu, promet le libertarien Jeffrey Berns, qui considère le gouvernement comme un intermédiaire «inutile» entre les gens et les idées.

Liberté!

Pour réaliser son projet, Jeffrey Berns fait aujourd’hui appel à l’État du Nevada pour qu’il modifie sa législation et autorise des zones d’innovation.

Au sein de celles-ci, les entreprises auraient des pouvoirs identiques à ceux d’un gouvernement de comté, à savoir la création de son propre système judiciaire, la possibilité de lever des impôts, la prise de décision pour la construction d’infrastructures ou la gestion des terrains et de l’eau.

Une proposition accueillie avec curiosité et scepticisme par les législateurs du Nevada, jusqu’ici plutôt habitués à accorder de larges déductions fiscales.

L’État a ainsi accordé 1,3 milliard de dollars à Tesla en 2014 afin d’attirer son usine de batteries géantes. Le Nevada est par ailleurs connu pour être un paradis fiscal, avec zéro imposition sur les sociétés, sur les bénéfices, sur les dividendes, ainsi qu’un anonymat garanti pour le directeur et les actionnaires des firmes.

Le millionnaire peut néanmoins déjà compter sur le soutien du gouverneur démocrate Steve Sisolak, qui a relayé sa demande de zone d’innovation lors de son allocution en janvier dernier.

«Cela permettra d’attirer de nouvelles entreprises qui créent des technologies révolutionnaires sans recourir à des abattements fiscaux ou à des financements publics», a-t-il justifié. Un enthousiasme sans doute amplifié par les 60.000 dollars de dons versés par Blockchains LLC à son comité de campagne.

Si le projet est accepté, les entreprises technologiques disposant de 20.000 hectares de terrain et promettant un investissement d’un milliard de dollars pourraient créer des zones gouvernées par trois personnes, deux étant issues de l’entreprise elle-même, indique l’agence Associated Press. Une étape de plus vers un système dont on ne sait pas très bien s’il est utopique ou dystopique.

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Voyez la suite

BITCOIN

L’avertissement de Bill Gates sur le Bitcoin

Publié

le

par Charles Sannat 

Le Bitcoin n’est pas un actif légal et donc soumis à une régulation. Cela implique que n’importe qui peut s’amuser à en faire monter ou baisser les cours via des tweets ou autres manipulations sans que cela ne constitue un délit.

Je ne serais pas surpris d’apprendre que Tesla, qui a du mal à gagner de l’argent avec ses voitures, présente des résultats positifs grâce à des placements en cryptomonnaies rentables, d’autant plus que les propos d’Elon Musk sont de nature à influencer les cours.

Bill Gates, lui met en garde les petits contre les risques du Bitcoin, il faut dire, que Bill vous veut du bien, c’est un philanthrope 😉 !

Charles SANNAT

Bill Gates « Si vous avez moins d’argent qu’Elon, vous devriez faire attention » : l’avertissement de Bill Gates sur le Bitcoin

Interviewé par Bloomberg au sujet du récent investissement de Tesla en bitcoin, Bill Gates a déconseillé au grand public de miser son argent sur cette cryptomonnaie, lui reprochant son instabilité, son insécurité et son impact sur l’environnement.

Face à l’enthousiasme d’Elon Musk pour le bitcoin qui, via Tesla, en a acheté pour 1,5 milliard de dollars, Bill Gates appelle à la prudence. Dans un entretien accordé à Bloomberg, le fondateur de Microsoft s’est montré plutôt sceptique quant à l’intérêt d’investir dans les cryptomonnaies.

« Elon a des tonnes d’argent et il est très sophistiqué, donc je ne m’inquiète pas sur le fait que son bitcoin monte ou descende aléatoirement », a-t-il déclaré en référence au fait que de simples tweets du patron de Tesla en ont influencé le cours. Il conseille toutefois aux personnes moins riches de ne pas y consacrer leurs économies.

« Mon opinion générale est que si vous avez moins d’argent qu’Elon, vous devriez probablement faire attention », estime-t-il.
Il souligne ensuite que le bitcoin requiert beaucoup d’énergie pour être miné, que les transactions sont anonymes et ne sont pas réversibles.

La monnaie numérique est une « bonne chose », car elle a permis d’octroyer des fonds à des pays en difficulté pendant la crise sanitaire « de manière très efficace », explique le philanthrope en citant sa propre fondation. Il prône toutefois une approche différente avec une législation, notamment en termes de blanchiment et de financement du terrorisme.

Variations du Bitcoin
Toujours selon Bloomberg, l’exaltation d’Elon Musk pour le bitcoin est telle qu’il influence directement son cours. Après l’annonce de l’investissement de Tesla dans cette cryptomonnaie, sa valeur a augmenté de 76 %, pour ensuite baisser de 13 % à la suite d’un seul tweet du milliardaire.

D’après le site spécialisé Coindesk, le bitcoin a atteint un sommet de près de 58 000 dollars (48 000 euros) le 21 février. Une semaine plus tard, il ne s’échange plus qu’à 44 000 dollars (36 000 euros).

Source Agence de presse Russe Sputnik.com ici

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance