Manif parisienne : j’ai vu des policiers interdire des drapeaux français !

Spread the love

Publié le 29 août 2021 – par Charles Demassieux– 2 commentairesTraduire la page en : Sélectionner une langue​▼FacebookTwitterTelegramLinkedInVKWhatsAppSMSMessengerEmail

Les manifestations parisiennes anti-passe – et pas vaccin, contrairement aux affirmations des sectateurs macronistes éructant, la bave aux lèvres ! – du 27 août 2021 m’auront au moins appris une chose essentielle : le drapeau national fait peur à Macron. Par contre, les oriflammes des pays à fort potentiel terroriste (Palestine) ou qui vomissent la France (Algérie) sont autorisées, n’ayez crainte ! Oriflammes qui gonflent pas mal de manifestants au passage, lesquels se demandent de plus en plus ce qu’ils foutent là…



Mais d’abord ces propos énormes recueillis auprès d’un groupe d’hommes et de femmes très paisibles, de retour de la manifestation toute proche de Florian Philippot : ils ont été sommés par les « courageux » cerbères de la Brav – brigade de répression de l’action violente – de faire disparaître des drapeaux français qu’ils tenaient à la main dans un silence monacal sur l’esplanade des Invalides. Prétexte invoqué : ce serait (je cite) « un signe distinctif des manifestants »… ! Je rappelle que l’esplanade des Invalides se trouve en face du saint des saints de l’Armée française, où trône un autre « signe distinctif ». L’histoire ne dit pas si la Brav a ordonné au gouverneur des Invalides de faire disparaître le drapeau bleu-blanc-rouge de l’édifice…

 

Quelque temps plus tôt, j’ai eu le privilège – de moins en moins rare – de bénéficier des assiduités de quelques CRS, avec vérification d’identité, fouille de mon sac, le tout, je dois l’admettre, fort courtoisement. Ce qui m’a amené à leur demander pourquoi moi et pas un autre. La réponse a été la suivante : « Parce que vous avez photographié nos véhicules. » Je n’ai pu m’empêcher de sourire en leur montrant les photos incriminées, qui ne représentaient pas vraiment un danger pour eux. Et de leur dérouler mon CV idéologique tout en leur signifiant que je n’étais ni anti-flics ni un admirateur béat de toutes leurs actions. L’une des actions en question a envoyé l’un des nôtres à l’hôpital ce même samedi, à Bordeaux : 
https://ripostelaique.com/pensees-pour-jean-paul-73-ans-matraque-et-annie-50-ans-bientot-chomeuse.html

Pour le reste, les manifestations dans la capitale, éparpillées façon puzzle, ont eu l’effet escompté en donnant l’impression que le mouvement de protestation s’essoufflait. Eh bien non : les opposants à l’hyper-surveillance n’ont pas le souffle court, au contraire ! Bien entendu, les manifestants étaient souvent encadrés par les gendarmes et CRS comme des colonnes de bagnards embarquant pour Cayenne. Du jamais vu dans les cités multi-ethniques radieuses de notre beau pays…



Du côté de chez Florian Philippot, et même si les grand-messes politiques me rendent toujours méfiant, force est de reconnaître qu’il entraîne dans son sillage beaucoup de monde et d’horizons très variés. Maintenant, à l’attention de l’avocat Fabrice Di Vizio, qui est intervenu à la tribune ce samedi : non, nous ne sommes pas un seul peuple. Nous sommes émiettés, précisément par la faute de ceux qui nous « passent » en ce moment même !

https://youtube.com/watch?v=TCt1XVxLsPQ%3Ffeature%3Doembed

Car si je veux bien manifester avec tout le monde, je n’oublie pas que je ne lutte pas seulement contre l’ordre mondial – qui existe bel et bien, Messieurs les traqueurs de complotistes. Cela dit sans verser dans les obsessions antisémites de certains qui voient des Juifs partout, jusque dans leur caleçon ! Je lutte aussi contre l’ordre islamique. Ce dernier ordre qui autorise à inférioriser une femme de l’autre côté du périph’ par exemple, sans que cela émeuve les fausses féministes soit dit en passant.

Cependant, le combat pour notre liberté est essentiel et nous ne devons pas baisser la garde. D’autant qu’il faut s’attendre à ce que le pouvoir ait bientôt recours à ses milices officieuses pour détruire ce mouvement spontané de protestation ; je veux parler des nervis de l’ultra-gauche. L’Unef s’est d’ailleurs incrustée dans une manifestation ce samedi, avec des revendications qui n’ont plus rien à voir avec les nôtres. Les syndicats suivront, tout comme l’immonde Mélenchon et sa clique.



À voir les innombrables drapeaux français qui fleurissent dans les manifestations en ce moment, c’est la preuve que ce mouvement appartient majoritairement aux patriotes, et il ne faut pas qu’ils se le laissent voler, comme ce fut le cas, hélas, avec les Gilets jaunes…

 

Je lis en ce moment Mesure de la France, de Pierre Drieu La Rochelle. Je ne m’étendrai pas sur certains choix de l’auteur, mais force est de reconnaître que ce qu’il écrivait jadis vaut encore aujourd’hui : « La réalité nous démentit brutalement mais nous la taisons. Nous avons perdu le sens de notre grandeur et de certaines valeurs humaines. Il faut donc que nous apprenions la honte pour retrouver la noblesse. Voyons ce qui nous est arrivé. Appelons les choses par leur nom. Il ne sera pas dit que nous sommes devenus une nation hypocrite. » 

Il nous appartient donc de recouvrer notre force et ne plus abandonner notre volonté à des apatrides qui vont jusqu’à nous interdire de brandir notre drapeau !
Charles Demassieux

(Photos & vidéo : Charles Demassieux pour Riposte laïque)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*