L’objectif tordu de George Soros sort de l’ombre

Spread the love

Opendemocracy révèle le but ultime de George Soros: détruire la famille

Frank Schubert par Frank Schubert30 mars, 2020 in ForegroundPolitique 14.8k  Reading Time: 4min read  

Beaucoup de gens dans le monde pro-famille et pro-vie critiquent depuis longtemps l’influence du milliardaire de gauche George Soros. Il a dépensé quelque 40 milliards de dollars pour essayer d’influencer la politique et les politiques publiques partout dans le monde. Son réseau d’organisations et de contacts est vaste. Presque tous les grands politiciens de gauche dans le monde ont des liens avec lui. Ils reçoivent de l’argent et du soutien des groupes qu’il contrôle. Et, à leur tour, beaucoup d’entre eux promeuvent des idées que Soros professe.

Habituellement, le travail de Soros se fait en coulisse, dans l’ombre. C’est le cas lorsqu’il est soupçonné de financer diverses caravanes de migrants pour prendre d’assaut la frontière sud des États-Unis. Ou d’aider les adolescents activistes à se battre pour le contrôle des armes à feu ou contre le changement climatique. Ou de soutenir des groupes qui fomentent des troubles raciaux. Ou de promouvoir les prétendues marches de femmes pour exiger l’avortement comme un supposé droit de « santé ». Ou d’encourager l’immigration massive de réfugiés dans toute l’Europe. Ou les manifestations d’anarchistes dans le monde entier.

L’ombre est ainsi l’endroit où Soros et son réseau sont les plus habitués à opérer, mais parfois ses idées sortent de l’ombre pour que tout le monde puisse les voir. Ce fut le cas récemment lorsque le véritable objectif de l’agenda de Soros a été révélé dans un article d’opinion publié par le groupe openDemocrary de Soros, le porte-parole médiatique qu’il paie et contrôle. L’article était titré:

« La crise du coronavirus montre qu’il est temps d’abolir la famille. »

Ouah! C’est ça! Soros ne veut rien de moins que la destruction totale de la famille.

George Soros et son réseau travaillent dur depuis de nombreuses années pour y parvenir. Ils ont soutenu la redéfinition du mariage pour dépouiller notre plus importante institution sociale de son élément fondamental, la complémentarité des sexes afin de rapprocher les deux moitiés de l’humanité au profit des enfants nés de leur union. Ils l’ont fait en plaidant pour le meurtre de dizaines de millions d’enfants à naître par l’avortement. Et le meurtre de personnes gravement malades, y compris les personnes âgées fragiles, au nom du suicide assisté « compassionnel ». En redéfinissant la parentalité, de telle sorte que des étrangers se voient accorder des droits juridiques plus forts sur un enfant que sa propre mère ou son propre père. Et ainsi de suite.

Pensez à toutes les façons dont l’institution de la famille peut être entravée – économiquement, structurellement, politiquement, socialement, etc. – et vous trouverez des politiques et des pratiques en jeu qui ont été promues par le réseau Soros.

L’article en question publié par openDemocracy n’a pas été écrit par George Soros lui-même, mais en le publiant, son porte-parole médiatique essaie clairement de faire avancer la prémisse de l’article. C’est un article extrêmement troublant, et plutôt triste.

Alors que l’expérience de l’humanité depuis la nuit des temps est que faire partie d’une famille offre la meilleure opportunité de recevoir la sécurité, la sécurité, l’amour, l’éducation, la compagnie et le confort, l’article publié par openDemocracy ne promeut rien de tout cela. Au lieu de cela, il voit la famille comme une cause de grandes souffrances.

Selon les termes de l’article, la famille est « la mystification du couple; la romantisation de la parenté; et l’assainissement de l’espace fondamentalement dangereux qu’est une propriété privée. » L’auteur dénonce ce qu’elle considère comme définissant des éléments de la famille, notamment la « parentalité patriarcale », un endroit où « tout le monde sait secrètement que la majorité de la violence terrestre diminue », un endroit où « les personnes queer et féminisées, en particulier les personnes très âgées et très les jeunes ne sont, par définition, pas en sécurité », un espace où « l’isolement est, en fait, un rêve pour l’agresseur – une situation qui confère un pouvoir quasi infini à ceux qui dominent une maison ». Elle voit la famille comme un endroit qui produit de vastes violences domestiques, notamment des viols et des agressions sexuelles sur des enfants, des dénigrements des personnes « queer », des viols conjugaux, des tortures psychologiques, etc.

Selon l’article écrit pour openDemocracy, même lorsqu’une famille « ne produit pas de menace physique ou mentale directe pour une personne… la vie familiale privée, en tant que mode de reproduction sociale, est toujours, franchement, nulle. Elle nous donne un genre, une nationalité, une race. Cela nous normalise pour un travail productif. Cela nous fait croire que nous sommes des « individus ».… Cela nous force à confondre les seules sources d’amour et de soins que nous avons avec l’étendue de ce qui est possible. Nous méritons mieux que la famille. Et l’épidémie de coronavirus est un excellent moment pour l’abolir. »

Ceci – la destruction de la famille – est le but même du réseau George Soros. Ils veulent remplacer la famille par l’État qui, selon eux, ne connaît pas de frontière, n’a pas d’identité nationale, pas de limite. L’individu n’est essentiel que dans la mesure où il contribue au collectif. Les élites savent mieux que nous. Nous devons seulement nous conformer à leur volonté, pour notre propre bien et le bien de la société. Il est vraiment ironique que la principale organisation de Soros soit nommée « Open Society Foundations » [Fondations pour la société ouverte]. Il n’y a là rien d’ouvert.

Il est si rare d’avoir un vrai aperçu de la pensée tordue de ceux qui, comme George Soros, détestent la famille et dénoncent les « valeurs familiales ». Aussi difficile que cela soit, nous devons vraiment contempler la laideur et la dépravation de ce point de vue et considérer les conséquences qu’entraînerait la poursuite de la destruction de la famille. L’épidémie de coronavirus est effectivement un excellent moment pour contempler la famille – non pas pour l’abolir, comme le proposent les acolytes de Soros, mais plutôt pour la protéger et la promouvoir.Tags:famille

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*