L’incroyable double langage des escrocs exploités par les laboratoires assassins…

Spread the love

La mafia Khazare fait fabriquer un virus par l’institut Pasteur et en même temps un musulman nous explique qu’il a trouvé un vaccin contre un virus mutant provoqué par l’homme ! Non seulement cette complicité à une énorme escroquerie mérite la prison, mais en plus le type explique sans preuve ni argumentaire que nous allons devoir nous faire vacciner à 70% pour éradiquer un virus épandu par la main de l’homme… qui peut donc en envoyer des livraisons aussi souvent que Bill Gates l’exige… Non seulement nous savons que le principe du vaccin est faux et correspond à une escroquerie de Pasteur… mais en plus nous savons comme pour tous les médicaments chimiques qui n’apportent RIEN qu’ils sont TOXIQUES ! La seule chose que la nature demande à l’homme c’est de la respecter… hors les produits chimiques issus de saloperies mortes n’apportent que la mort… L’escroc se transforme en sauveur pour s’enrichir en vous tuant !

Vivre avec le coronavirus… “Il restera avec nous pendant les dix prochaines années”, affirme le roi du vaccin

Par Anne van Gelder – 25/12/2020

Le créateur du premier vaccin contre le coronavirus approuvé a averti qu’il pense que le coronavirus chinois pourrait rester actif au monde pendant plusieurs années.

Uğur Şahin, le scientifique responsable du vaccin contre les coronavirus chez Pfizer, a déclaré que “le virus restera avec nous pendant les dix prochaines années“.

Nous devons nous habituer au fait qu’il y aura d’autres épidémies“, a-t-il ajouté.

Lorsqu’on lui a demandé quand il pensait que le monde pourrait laisser tomber les restrictions sanitaires et revenir à la normale, Uğur Şahin a répondu: “Nous devons nous habituer au fait qu’il y aura d’autres épidémies“, avant d’ajouter “Nous avons besoin d’une nouvelle définition du mot “normal”.”

Uğur Şahin a poursuivi en disant qu’une “nouvelle normalité” ne signifierait pas que les pays doivent se mettre en confinement permanent et que ce scénario pourrait être possible “d’ici la fin de l’été“.

Il a également appelé à la prudence pour savoir si le fait de vacciner 60 à 70% de la population mondiale suffirait à prévenir de nouvelles épidémies.

Uğur Şahin, directeur général de la société allemande BioNTech, est le véritable concepteur du vaccin Pfizer-BioNTech un vaccin contre le coronavirus chinois, premier vaccin mondial de ce type à être homologué aux Etats-Unis.

Il a soit disant conçu ce vaccin en l’espace d’un week-end en janvier 2020, puis a mis moins d’un an pour faire inventer, tester, aprouver et fabriquer. Il a ensuite lancé l’opération qu’il a baptisé Lightspeed pour tester 20 variantes du vaccin, dont 4 parviennent à une phase de tests cliniques et l’une est choisie in fine.

C’est aussi lui qui a contacté le géant pharmaceutique Pfizer le 1er mars 2020 pour lui proposer un partenariat commercial pour développer et commercialiser le vaccin, chacun des partenaires ayant 50% des coûts de développement et 50% des bénéfices, mais BioNTech restant propriétaire du brevet de vaccin.

Uğur Şahin, né en 1965 à Alexandrette, en Turquie, est professeur d’oncologie à la clinique médicale de l’Université Johannes-Gutenberg de Mayence. Citoyen allemand, il s’est marié dans sa communauté ethnique. En 2008, il a créé BioNTech avec son épouse Özlem Türeci. Ce sont eux qui empocheront des millions de bénéfices suite à la vaccination anti-Covid partout dans le monde.

Celui qui est surnommé dans les médias “le roi du vaccin”, est brandi par la gauche mondialiste comme un symbole contre le patriotisme et l’identité nationale. Le journal français d’extrême gauche Libération a comparé le couple turc aux époux Pierre et Marie Curie en surnommant ces deux enfants d’immigrés turcs “sauveurs de la planète” et en affirmant qu’il étaient devenus “un rempart aux idées de l’extrême droite, qui fustige les ‘dangers’ de l’immigration“. Comme si un couple de scientifiques annulait en quelque sorte des dizaines de milliers de criminels et délinquants.

Source: The Wall Street Journal/ ISCOS/ Wikipedia/ Libération

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*