19,50 €

De quoi satisfaire sa curiosité sur le génie des escrocs…

Les génies de l’arnaque

Génies ? Le mot n’est pas trop fort pour qualifier tous ces personnages habiles à détourner les lois, à dépouiller les naïfs, à imaginer souvent à prix d’or des monts et merveilles de pacotille en pratiquant un art vieux comme le monde : celui de l’arnaque.
Génial on peut le dire de cet homme qui vendit la Tour Eiffel à un ferrailleur innocent, de ce clown de cirque qui se fit passer pour le prétendant au trône d’Albanie, de cet héritier ruiné d’une vieille famille bretonne qui devint roi de Port-Praslin, un îlot perdu dans la mer de Corail, ou encore de cette dame si soucieuse de son prochain qu’elle vendait de coquets appartements… au Paradis. Même si la morale n’y est pas toujours sauve, ces 80 « chefs-d’oeuvre » retrouvés et racontés par Pierre Bellemare avec une verve et un humour communicatifs nous enchantent l’esprit. Mieux encore, ils nous réchauffent le coeur quand, en vertu de la règle d’or de l’arroseur arrosé, un homme honnête parvient à rouler un assureur antipathique ou quand des jeunes gens charmants trouvent la recette parfaite du faux billet de 100 dollars.
Quatre-vingts histoires de personnages fort peu recommandables et d’autant plus passionnants qu’ils nous entraînent dans un univers où l’intelligence est reine, l’ironie souveraine et la bêtise toujours punie.

8 €

Un incontournable pour contrer les mensonges sur la colonisation.

Pour en finir avec la repentance coloniale

APRÈS CELLE DE LA GUERRE D’ALGÉRIE, UNE NOUVELLE GÉNÉRATION D’ANTICOLONIALISTES S’EST LEVÉE, QUI MÈNE COMBAT POUR DÉNONCER LE PÉCHÉ CAPITAL QUE NOUS DEVONS TOUS EXPIER: NOTRE PASSÉ COLONIAL, À NOUS FRANÇAIS. BATTONS NOTRE COULPE, CAR LA LISTE DE NOS CRIMES EST LONGUE ! NOUS AVONS PRESSURÉ LES COLONIES POUR NOURRIR NOTRE PROSPÉRITÉ, LES LAISSANT EXSANGUES À L’HEURE DE LEUR INDÉPENDANCE; NOUS AVONS FAIT VENIR LES « INDIGÈNES » AU LENDEMAIN DES DEUX GUERRES MONDIALES POUR RECONSTRUIRE LA FRANCE, QUITTE À LES SOMMER DE S’EN ALLER QUAND NOUS N’AVIONS PLUS BESOIN D’EUX; SURTOUT, NOUS AVONS BÂTI CET EMPIRE COLONIAL DANS LE SANG ET LES LARMES, PUISQUE LA COLONISATION A ÉTÉ RIEN MOINS QU’UNE ENTREPRISE DE GÉNOCIDE : JULES FERRY, C’ÉTAIT, DÉJÀ, HITLER !. CONTREVÉRITÉS, BILLEVESÉES, BRICOLAGE… VOILÀ EN QUOI CONSISTE LE RÉQUISITOIRE DES REPENTANTS, QUE L’AUTEUR DE CE LIVRE A ENTREPRIS DE DÉMONTER, À L’AIDE DES BONS VIEUX OUTILS DE L’HISTORIEN – LES SOURCES, LES CHIFFRES, LE CONTEXTE. PAS POUR SE FAIRE LE CHANTRE DE LA COLONISATION, MAIS POUR EN FINIR AVEC LA REPENTANCE, AVANT QU’ELLE TRANSFORME NOTRE HISTOIRE EN UN ALBUM BIEN COMMODE À FEUILLETER, OÙ S’AFFRONTENT LES GENTILS ET LES MÉCHANTS

19,50 €

Ma lecture la plus importante pour comprendre que la traite négrière c’est avant tout les noirs entre eux et les arabes. Ecrit par un sénégalais érudit…

Le génocide voilé

Après celle de la guerre d’Algérie, une nouvelle génération d’anticolonialistes s’est levée, qui mène combat pour dénoncer le péché capital que nous devons tous expier : notre passé colonial, à nous Français. Battons notre coulpe, car la liste de nos crimes est longue ! Nous avons pressuré les colonies pour nourrir notre prospérité, les laissant exsangues à l’heure de leur indépendance ; nous avons fait venir les «indigènes» au lendemain des deux guerres mondiales pour reconstruire la France, quitte à les sommer de s’en aller quand nous n’avions plus besoin d’eux ; surtout, nous avons bâti cet empire colonial dans le sang et les larmes, puisque la colonisation a été rien moins qu’une entreprise de génocide : Jules Ferry, c’était, déjà, Hitler ! Contrevérités, billevesées, bricolage… voilà en quoi consiste le réquisitoire des Repentants, que l’auteur de ce livre a entrepris de démonter, à l’aide des bons vieux outils de l’historien – les sources, les chiffres, le contexte. Pas pour se faire le chantre de la colonisation, mais pour en finir avec la repentance, avant qu’elle transforme notre Histoire en un album bien commode à feuilleter, où s’affrontent les gentils et les méchants.

Le livre reste le meilleur moyen de concentrer son intelligence sur un point bien défini pour developper notre esprit critique et notre besoin naturel de savoir et de comprendre… d’ailleurs s’il demande un effort pour rentrer dans l’univers de l’auteur c’est qu’il correspond à un exercice physique ou du moins mental… l’exercice de la lecture muscle le cerveau. 

Je vois bien l’incroyable déficience mentale de ceux qui ne lisent pas… ils ne savent rien, ou de façon superficielle, n’ont pas de conversation et sont incapables de se concentrer sur votre discours. En moins de cinq minutes ils sont largués ! Et cette déliquescence mentale touche 99% des béotiens ! Moins les femmes qui à 80% achètent des livres… et qui prouvent largement leur capacité à comprendre vite en ayant une bonne dynamique de réflexe cognitif. Mais elles sont vites perturbées par l’hystérie et la ménopause. Ce monde déliquescent se drogue au Prozac avec un taux affolant d’un français sur deux qui prend tous les jours des produits chimiques si malsains qu’ils ruinent la santé mentale et physique… cette destruction est accélérée par l’escroquerie du sida et du coronavirus qui font de notre population une armée de légumes incapable d’amour. Le comble de l’humiliation sexuelle passe par le préservatif qui n’a rien de naturel… mais qui tue l’amour. La MAFIA KHAZARE totalement dénuée d’empathie par la circoncision est maladivement excitée à l’idée de faire de nous des êtres dénués d’amour… mais qui se détruisent en guerre civile avec les mahométans soumis à leur secte qui les envois à la mort. Tout au long de son histoire la MAFIA du Nouvel Ordre Mondial a dressé des peuples les uns contre autres avec le masque neutre de l’innocent ! Du manipulateur prestidigitateur ! Ni vu ni connu ! 

Seul ceux qui lisent et analysent se sauvent de cette mort cérébrale.
NB. Achetez des livres et jetez vos médocs aux égouts. Vous allez rallonger votre vie de dix ans.

Pour acheter le livre il suffit de cliquer dessus ou sur le titre

23 €

ITINÉRAIRE d’un SOUMIS

« Zemmour aime les jeux d échos, les analogies, et ne croit pas comme Valéry que le présent, c’est ce qui ne s est jamais présenté jusque-là, mais comme Tocqueville que l histoire est une galerie de portraits où il y a peu d’originaux et beaucoup de copies . »

Éric Zemmour, personnalité médiatique parmi les plus controversées de notre époque, cible récurrente de procès d’intention et de préjugés malveillants, mérite-t-il autant de désinvolture ?
Ne serait-il pas temps de s’interroger sur la source réelle de son inspiration et d’éprouver le degré de solidité de sa pensée ?
Doté d’une culture et d’un sens historiques peu communs, Éric Zemmour ne se contente pas de concevoir le destin français avec l’audace d’un stratège qui anticiperait les mouvements des puissances ennemies dans une guerre de positions. Il en poursuit inlassablement le rêve dans son essence éternelle, porté par une mémoire profonde, où la lecture des événements transcende toujours les passions et les faux-semblants du présent.
Car Zemmour, c’est d’abord l’histoire d une aspiration : c’est une authentique histoire d’amour de la France bâtie sur des origines humbles et étrangères. Rendu à sa véritable dimension, il cesse alors d’être le prétendu idéologue montré du doigt pour « devenir » ce qu’il a toujours été : le fruit d’une assimilation réussie, ayant, à son tour, parfaitement assimilé son Histoire, « notre » Histoire.
Un portrait intense, d’une grande honnêteté.

22, 40 €

LE LIVRE NOIR DE LA DROITE

On a dit beaucoup de choses sur le lent déclin de la droite française. Prise entre confusion des idées et lenteur des actes, déchirée jusqu’au sang entre querelles claniques et affaires judiciaires, la droite ne sait plus comment sortir de l’impasse. Mais le mal ne vient-il pas de plus loin ?La démonstration d’Eric Zemmour est simple : c’est le gaullisme qu’on a assassiné. Les coupables se trouvent-ils à gauche ? Non, à droite. De 1968 à 1998, de la rupture de mai à l’entrée dans l’Europe. Pompidou, avec l’impatience du parjure, Giscard, le moderne, et Chirac, le centriste inconstant, ont achevé de trahir le mythe fondateur du gaullisme. La droite gouverne au centre et s’allie à la gauche, laissant au Front National le privilège d’incarner la nation, le seul bien des pauvres », selon la formule de Jaurès. Et demain ?On lira ici des portraits cruels, des confidences cinglantes, des aveux d’impuissance, des alliances dévoilées entre barons du gaullisme et anciens de 68. Toute la fresque d’une droite racontée comme une bataille : ses heures les plus sombres.Eric Zemmour, né en 1958, est grand reporter au Figaro. Il est l’auteur, chez Grasset, de deux essais : Balladur, immobile à grands pas (1995) et le Coup d’Etat des juges (1997). »

22,90 €

UN QUINQUENNAT POUR RIEN

Le quinquennat hollandais a glissé dans le sang. Avec une tache rouge vif indélébile. Les attentats contre Charlie, l’Hyper Cacher de Vincennes, et la tuerie du Bataclan annoncent le début d’une guerre civile française, voire européenne, et le grand défi lancé par l’Islam à la civilisation européenne sur sa propre terre d’élection.
 
Ce retour du tragique tranche avec la débonnaireté présidentielle qui confine à la vacuité. Comme si l’Histoire avait attendu, ironique,  que s’installât à l’Elysée le président le plus médiocre de la Ve République, pour faire son retour en force. Comme si le destin funeste de notre pays devait  une nouvelle fois donner corps à la célèbre formule du général de Gaulle après sa visite au pauvre président Lebrun, égaré dans la débâcle de 1940 : « Au fond, comme chef de l’Etat, deux choses lui avaient manqué : qu’il fût un chef et qu’il y eût un Etat ». Comme si la dégringolade n’avait pas été suffisante, pas assez humiliante, de Pompidou à Sarkozy. Ce dernier avait été élu président pour devenir premier ministre; son successeur serait élu président pour devenir ministre du budget. Un quinquennat pour rien.

18 €

MELANCOLIE FRANÇAISE

« Si vous n’êtes romain, soyez digne de l’être. »

Pendant quinze siècles, ce vers de Corneille a porté l’ambition française : être reconnue comme l’héritière de Rome, de son Etat, de sa langue, de sa manière unique d’assimiler les étrangers – à la fois hautaine et égalitaire – et même de sa façon d’imposer la paix en Europe.

Dans son style à la fois documenté, précis et paradoxal, Eric Zemmour raconte cette obsession autour de laquelle s’est tissé notre roman historique national. Philippe Auguste, Louis XIV, Napoléon, Clemenceau croient toucher au but. Mais à chaque fois un croc-en-jambe les fait chuter, tantôt la puissance anglo-saxonne – notre « Carthage » – ou bien la force allemande – notre meilleure élève. A chaque fois aussi, la France s’invente des raisons d’y croire à nouveau, que celles-ci s’appellent les colonies, De Gaulle ou l’Europe.

Sauf qu’aujourd’hui la mécanique impériale est cassée. Comme si nous vivions déjà à l’heure de la chute de l’Empire, submergés par de nouveaux « barbares »…

Eric Zemmour, éditorialiste au Figaro magazine et à RTL, est aussi l’un des chroniqueurs de l’émission « On n’est pas couché » et de l’émission politique « Ca se dispute » sur itélé. Il a notamment publié Petit frère (Paris, Denoël, 2008), Le Premier Sexe (Paris, Denoël, 2006), L’Autre(Paris, Balland/Denoël, 2004).

24,50

DESTIN FRANÇAIS

« Je savais où je voulais vivre, avec qui je voulais vivre, et comment je voulais vivre. À mes yeux médusés d’enfant, le mot France brillait de tous les feux : histoire, littérature, politique, guerre, amour, tout était rassemblé et transfiguré par une même lumière sacrée, un même art de vivre mais aussi de mourir, une même grandeur, une même allure, même dans les pires turpitudes.
La France coulait dans mes veines, emplissait l’air que je respirais ; je n’imaginais pas être la dernière génération à grandir ainsi.
Il ne faut pas se leurrer. Le travail de déconstruction opéré depuis quarante ans n’a laissé que des ruines. Il n’y a pas d’origine de la France, puisque la France n’existe pas, puisqu’il n’y a plus d’origine à rien. 
On veut défaire par l’histoire ce qui a été fait par l’Histoire : la France. L’Histoire est désormais détournée, occultée, ignorée, néantisée. L’Histoire de France est interdite. On préfère nous raconter l’histoire des Français ou l’histoire du monde. Tout sauf l’Histoire de France.
Mais cette Histoire se poursuit malgré tout et malgré tous. Elle a des racines trop profondes pour être arrachées. Elle s’est répétée trop souvent pour ne pas se prolonger jusqu’à aujourd’hui. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Les mêmes lois s’imposent au-delà des générations.
L’Histoire se venge. »

Après le phénoménal best-seller Le Suicide français, Éric Zemmour se livre avec force et sans tabou à une analyse de l’identité française en réhabilitant ses fondations.

22,90

LE SUICIDE FRANÇAIS

« La France se couche. La France se meurt.

La France avait pris l’habitude depuis le XVIIe siècle et, plus encore, depuis la Révolution française, d’imposer ses idées, ses foucades mêmes, sa vision du monde et sa langue, à un univers pâmé devant tant de merveilles.

Non seulement elle n’y parvient plus, mais elle se voit contrainte d’ingurgiter des valeurs et des moeurs aux antipodes de ce qu’elle a édifié au fil des siècles.

Nos élites politiques, économiques, administratives, médiatiques, intellectuelles, artistiques, héritières de mai 68, s’en félicitent. Elles somment la France de s’adapter aux nouvelles valeurs.

Elles crachent sur sa tombe et piétinent son cadavre fumant. Elles en tirent gratification sociale et financière. Elles ont désintégré le peuple en le privant de sa mémoire nationale par la déculturation, tout en brisant son unité par l’immigration. Toutes observent, goguenardes et faussement affectées, la France qu’on abat ; et écrivent, d’un air las et dédaigneux, les dernières pages de l’Histoire de France .

Ce vaste projet subversif connaît aujourd’hui ses limites. Le voile se déchire. Il est temps de déconstruire les déconstructeurs. Année après  année, événement après événement, président après président, chanson après chanson, film après film… L’histoire totale d’une déconstruction joyeuse, savante et obstinée des moindres rouages qui avaient édifié la France. »

Éric Zemmour se livre à une analyse sans tabou de ces quarante années qui, depuis la mort du général de Gaulle, ont « défait la France ».