Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

Agriculture savoureuse

L’Etat a fait perdre à la France sa souveraineté alimentaire

Publié

le

dimanche 16 mai 2021, par  Aymeric Belaud

A l’occasion de la semaine de l’agriculture, RTL a mené l’enquête sur la souveraineté alimentaire française. Le résultat est flagrant. Si l’on enlève les céréales et le vin, qui portent la production nationale, la France est dépendante de l’étranger, et en particulier des autres pays d’Europe. Notre pays importe beaucoup, et de plus en plus. 60% des fruits sont importés, 50 % des volailles, 40% des légumes et 25 % de la viande bovine.
Au rythme actuel, la France sera importatrice nette de produits agricoles dans 2 ans.

Le média pointe un manque de compétitivité et un coût du travail élevé. Mais pour RTL, le problème réside en partie dans un manque d’aides et dans la consommation de nos concitoyens, pas incités à « manger français »…

Nous pensons que l’agriculture française a moins besoin d’aides et de nouvelles subventions que d’une baisse massive des charges sur les salaires. Il faut aussi libérer les agriculteurs du joug administratif. L’administration française empêche d’une part les échanges libres par la scandaleuse SAFER, et d’autre part bloque l’innovation pourtant nécessaire, tout en imposant des normes écrasantes. Qui plus est, l’Etat interdit l’usage de produits phytosanitaires sans aucune preuve scientifique et désincite à la reprise des exploitations avec des droits de succession parfois colossaux.

C’est l’Etat français qui a fait perdre la souveraineté alimentaire à notre pays.

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Agriculture savoureuse

L’héritage nazi-sioniste polonais de Netanyahou réapparaît lors de la guerre civile israélienne actuelle

Publié

le

Comment un ancien vendeur de meubles de Philadelphie nommé Benny Milekowsky s’est-il refait (avec beaucoup d’aide franc-maçonnique) en Hitler du Moyen-Orient?

Nous commençons par Alan Hart de VT, ancien correspondant d’ITV au Moyen-Orient qui a couvert la guerre de 1967:

Qui est le vrai Bibi Netanyahou?

Est-il un vendeur honnête, malhonnête et rusé qui sait que tout ce qu’il affirme sur le fait qu’Israël est en danger d’anéantissement et qu’il n’a pas de partenaire palestinien pour la paix est un non-sens de la propagande, ou croit-il vraiment ce qu’il dit?

Avant de présenter mes propres pensées, voici une citation de Jamie Stern-Weiner, basé à Londres, qui a cofondé le New Left Project. Dans un article récent publié par  Mondoweiss,  il a écrit ceci:

« Si Benjamin Netanyahou n’était pas entré en politique, il serait à Broadway, que l’on qualifierait de méchant pantomime. Le Premier ministre belliciste d’Israël est théâtralement odieux au point que même ses alliés les plus fidèles d’Israël dans la communauté juive américaine l’exhortent à se calmer. C’est le genre de gars qui non seulement se présente chez vous sans y être invité, mais qui, en plus, apporte son linge sale, vide votre frigo, urine dans votre évier puis sort brusquement en se plaignant de votre maison dégueulasse ».

Si le président Obama avait lu cela, j’imagine qu’il se serait dit quelque chose comme: “Parfait, Jamie. Je ne pourrais pas mieux le qualifier que toi.”

Si Netanyahou sait que ses affirmations sont des «conneries», je pense qu’on pourrait dire qu’il suit les traces de Joseph Goebbels, le chef de la propagande d’Adolf Hitler. À la base de son approche de la propagande, il y avait la conviction que plus le mensonge était gros et plus souvent il était dit, plus il était probable que ce mensonge serait cru. (À mon avis, c’était la clé du succès du sionisme tout au long de la seconde moitié du 20e siècle. La bonne nouvelle est qu’à mesure que le 21e siècle avance, le nombre d’Européens et d’Américains qui gobent les mensonges de propagande du sionisme diminue).

Goebbels a mis par écrit 18 principes pour guider tous ceux qui menaient la guerre de propagande de l’Allemagne nazie. En voici deux :

14. La propagande doit étiqueter les événements et les personnes avec des phrases ou des slogans distinctifs.

a. Ils doivent évoquer les réponses souhaitées que le public possède auparavant.

b. Ils doivent pouvoir être facilement appris.

c. Ils doivent être utilisés encore et encore.

16. La propagande sur le  front intérieur doit créer un niveau d’anxiété optimal.

La preuve du succès de Netanyahou dans la création d’un niveau optimal d’anxiété sur son front intérieur est le fait que la grande majorité des Juifs d’Israël croient qu’ils sont et seront toujours en danger d’anéantissement. Mais maintenant vient ce qui me semble être une contradiction. Ces dernières semaines, Netanyahou a profité des événements pour jouer sa carte de la peur en Europe en appelant ses Juifs à s’installer en Israël.

Une question qui se pose est la suivante : Si Netanyahou croit vraiment qu’Israël est en danger d’anéantissement, n’est-il pas irresponsable à l’extrême avec ses appels aux Juifs d’Europe pour qu’ils fassent une nouvelle vie là-bas?

La seule réponse à laquelle je puisse penser est qu’il sait qu’Israël n’est pas en danger d’anéantissement et se réconforte d’une déclaration faite par Yitzhak Shamir, le chef terroriste sioniste devenu Premier ministre [1]. Selon un article récent de l’écrivain israélien Akiva Eldar, Shamir a dit un jour: « Pour la terre d’Israël, il est permis de mentir ».

Toute évaluation de qui et de quoi est le vrai Bibi Netanyahou doit tenir compte de ce qu’il a pu hériter de son père d’origine polonaise, Benzion, qui a changé le nom de famille de Mileikowsky en Netanyahou.

Benzion Mileikowsky / Netanyahou était un historien et écrivain qui a toujours cru en un Grand Israël. Il s’est opposé au plan de partition de l’ONU parce qu’il ne donnait pas assez de terres à Israël ; et à l’époque, il était en faveur de l’exil des Arabes hors de Palestine.

En fait, son analyse de ce qui devait se passer en Palestine pour que le sionisme obtienne tout ce qu’il voulait était exactement la même que celle mise en mots par Ze’ev Jabotinsky, le fondateur de l’armée israélienne et ce que l’on appelait le sionisme «révisionniste» mais était en fait le vrai Sionisme. (La seule différence entre ce dernier et ce qui était considéré comme le sionisme traditionnel fondé par Herzl et dirigé par Weizmann était que les courants dominants ont menti sur le véritable but du sionisme et ses implications. Comme je le décris dans mon livre  Sionism: The Real Enemy of the Jewish, les journaleux de la presstituée ont fait semblant qu’il pouvait y avoir un compromis avec les Arabes. Ils ont menti pour deux raisons principales. L’une était la nécessité d’éviter de provoquer trop tôt l’hostilité arabe. L’autre était la nécessité d’induire en erreur et de tromper les Juifs, en Europe occidentale et en Amérique du Nord en particulier, sur les véritables intentions du sionisme).

Jabotinsky, d’origine russe, a écrit  Le Mur de fer  qui est devenu la bible du sionisme «révisionniste» et, en fait, le principal texte d’inspiration pour tous les nationalistes juifs devenus Israéliens, y compris ceux qui ne se seraient pas considérés comme révisionnistes. En 1940, Benzion Mileikowsky / Netanyahou est allé à New York pour être le secrétaire personnel de Jabotinsky.

Parce que la connaissance de l’état d’esprit du père de Jabotinsky et Bibi Netanyahou est la clé pour comprendre comment et pourquoi Israël est devenu un État arrogant, agressif et oppressif, je vais maintenant citer (comme je le fais dans mon livre) neuf paragraphes du  Mur de fer .

CITATION

Il ne peut y avoir de discussion sur la réconciliation volontaire entre les Arabes, ni maintenant ni dans un avenir prévisible.  Toutes les personnes bien intentionnées, à l’exception des aveugles de naissance, ont compris depuis longtemps l’impossibilité totale de parvenir à un accord volontaire avec les Arabes de Palestine pour  la transformation de la Palestine d’un pays arabe en un pays à majorité juive.

Tous les autochtones considèrent leur pays comme leur foyer national, dont ils seront les maîtres absolus. Ils n’autoriseront jamais volontairement un nouveau maître. Il en va de même pour les Palestiniens. Les conciliateurs parmi nous essaient de nous convaincre que les Arabes sont une sorte d’idiots qui peuvent être trompés avec des formulations cachées sur nos objectifs fondamentaux. Je refuse catégoriquement d’accepter ce point de vue des Arabes palestiniens.

Ils ont la psychologie précise que nous avons. Ils regardent la Palestine avec le même amour instinctif et la même ferveur que tout Aztèque regardait son Mexique ou tout Sioux sa prairie.  Chaque peuple luttera contre les colonisateurs jusqu’à ce que la dernière lueur d’espoir de pouvoir éviter les dangers de la colonisation et de la conquête s’éteigne. Les Palestiniens lutteront de cette manière jusqu’à ce qu’il y ait à peine une étincelle d’espoir.

Peu importe le genre de mots que nous utilisons pour expliquer notre colonisation. La colonisation a sa propre signification intégrale et incontournable comprise par chaque juif et chaque arabe. La colonisation n’a qu’un seul objectif. C’est dans la nature des choses. Changer cette nature est impossible. Il a été nécessaire de poursuivre la colonisation contre la volonté des Arabes palestiniens et la même condition existe maintenant.

Même un accord avec des non-Palestiniens (d’autres Arabes) représente le même genre de fantaisie. Pour que les nationalistes arabes de Bagdad, de La Mecque et de Damas acceptent de payer un prix si lourd, ils devraient refuser de maintenir le caractère arabe de la Palestine.

Nous ne pouvons donner aucune compensation à la Palestine, ni aux Palestiniens ni aux autres Arabes. Par conséquent, un accord volontaire est inconcevable.  Toute colonisation, même la plus restreinte, doit se poursuivre au mépris de la volonté de la population indigène. Par conséquent, il ne peut se poursuivre et se développer que sous le bouclier de la force qui comprend un mur de fer que la population locale ne peut jamais franchir. Telle est notre politique arabe. Le formuler autrement serait de l’hypocrisie.

Que ce soit à travers la Déclaration Balfour ou le Mandat, la force extérieure est une nécessité pour établir dans le pays des conditions de règne et de défense à  travers lesquelles la population locale, indépendamment de ce qu’elle souhaite, sera privée de la possibilité d’entraver notre colonisation, administrativement ou physiquement. . La force doit jouer son rôle – avec force et sans indulgence. En cela, il n’y a pas de différences significatives entre nos militaristes et nos végétariens. Les uns préfèrent un mur de fer de baïonnettes juives; l’autre un mur de fer de baïonnettes anglaises.

Si vous souhaitez coloniser une terre dans laquelle des gens vivent déjà, vous devez fournir une garnison pour cette terre, ou trouver un homme riche ou un bienfaiteur qui fournira une garnison en votre nom. Sinon renoncez à votre colonisation, car sans une force armée qui rendra physiquement impossible toute tentative de détruire ou d’empêcher cette colonisation, la colonisation est impossible – pas difficile, pas dangereuse mais IMPOSSIBLE!  Le sionisme est une aventure colonisatrice et donc il réussira ou tombera par la la force armée. Il est important de parler hébreu mais, malheureusement, il est encore plus important de pouvoir tirer pout tuer – sinon c’en est fini de la colonisation.

Au reproche éculé que ce point de vue est contraire à l’éthique, je réponds : c’est absolument faux. Telle est notre éthique. Il n’y a pas d’autre éthique. Tant qu’il y aura la moindre étincelle d’espoir pour que les Arabes nous gênent, ils ne vendront pas ces espoirs – ni pour des mots doux ni pour un morceau savoureux, parce que ce les Palestiniens ne sont pas une populace mais un peuple, des gens vivants. Et personne ne fait des concessions aussi énormes sur des questions aussi fatales, sauf lorsqu’il n’y a plus d’espoir, jusqu’à ce que nous ayons supprimé toutes les ouvertures visibles dans le mur de fer.

FIN DE CITATION

Telle était, une décennie avant l’arrivée au pouvoir des nazis en Allemagne, l’idéologie du sionisme révisionniste / honnête. Sa grande idée, qui a ravi le père de Bibi Netanyahou, était l’application de la force brutale pour ne donner aux Arabes, lorsqu’ils seraient dépossédés de leurs terres, aucun espoir de les récupérer. Il ne devait y avoir aucune considération de ce qui était moralement bien ou mal. Tout compromis a été totalement exclu. C’était une stratégie «eux ou nous».

Benzion Mileikowsky / Netanyahou est décédé lui à Jérusalem en avril 2012 à l’âge de 102 ans. Peu de temps après sa mort, Jason Epstein, co-fondateur de la  New York Review of Books , a laissé échapper à un groupe de discussion juif que Benzion lui a dit un jour que il pensait que le seul moyen pour Israël de survivre était de «tuer tous les Arabes».

La question de savoir dans quelle mesure le fils a été influencé par le père a été posée à Benzion dans une interview avec  Ma’ariv  en avril 2009. Il a répondu: “ J’ai une idée générale. Bibi pourrait viser les mêmes objectifs que les miens, mais il garde pour lui les moyens de les atteindre, car s’il les exprimait, il compromettrait ses objectifs.”

Et c’est là, je crois, qu’est la clé pour comprendre le vrai Bibi Netanyahou. Parce qu’il ne peut pas dire la vérité, étant donné qu’il ne s’intéresse à aucune paix avec les Palestiniens et que sa solution préférée est un nettoyage ethnique final de la Palestine, il doit ne dire que des mensonges. Mais pour avoir de la crédibilité face au mépris d’Israël pour le droit international pour ses actions criminelles, les Israéliens doivent être vraiment de  GROS  menteurs et, comme Goebbels l’a conseillé, leurs mensonges doivent être répétés encore et encore.

Une conclusion évidente me semble être que Bibi Netanyahou a toujours su que tout ce qu’il affirme sur le fait qu’Israël est en danger d’anéantissement et ne pas avoir de partenaire palestinien pour la paix est un non-sens de propagande. Mais la vérité sur lui aujourd’hui alors qu’il se prépare à s’adresser à nouveau au Congrès et à lui envoyer un «Fuck You!» public , comme il l’avait fait à Obama, pourrait être plus compliqué que cela.

En 1980, j’ai eu une conversation avec le général de division à la retraite Shlomo Gazit, le meilleur et le plus brillant des directeurs du renseignement militaire d’Israël. Je lui ai dit que j’étais arrivé à la conclusion que tout cela était un mythe – que l’existence d’Israël n’avait jamais, jamais été en danger. Il sourit tristement et répondit. “Le problème avec nous, Israéliens, c’est que nous sommes devenus les victimes de notre propre propagande”.

Il se peut donc que lorsque Netanyahou s’adresse au Congrès dans un effort désespéré (et je pense voué à l’échec) pour créer une majorité suffisamment grande dans cette assemblée corrompue par les sionistes pour saboter l’accord en cours avec l’Iran, il ne le fera pas à cette occasion, en mentant sciemment quand il affirmera que l’Iran est une menace pour l’existence d’Israël parce qu’il est devenu la victime de sa propre propagande, et croit maintenant que ce qu’il dit est vrai.

Si tel est le cas, il faudrait dire qu’il est non seulement au-delà de la raison, mais il se trompe jusqu’à la folie furieuse.

Si les prochaines élections israéliennes lui donnent un quatrième mandat – il espère évidemment que davantage d’ovations de Congressistes debout le lui garantiront – le sionisme poursuivra ses efforts cruels et criminels pour provoquer une reddition palestinienne selon ses conditions, et le rythme de la transformation rampante de l’anti-israélisme en antisémitisme sera accéléré. 

Il n’y a aucun mystère sur ce qu’est Bibi Netanyahou. C’est un désastre. Pour les Palestiniens. Pour les juifs d’Israël. Pour la région. Pour les juifs du monde entier. Et très probablement pour le monde entier.

La décision du Premier ministre israélien de se ranger du côté des colons extrémistes à des fins politiques, ainsi que les attaques contre les civils palestiniens, ont conduit à une possible guerre avec Gaza et à une «guerre civile» à l’intérieur même d’Israël. 

Les événements qui se sont déroulés vendredi dernier dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa (Mont du Temple), lorsque des centaines de policiers israéliens armés ont attaqué des fidèles palestiniens, en  blessant 200 , ont déclenché une explosion de violence qui était proche du point d’ébullition depuis le début du Ramadan.

Mais l’escalade n’a pas commencé là. Depuis le début du mois sacré islamique, des  restrictions  ont été imposées aux fidèles autour de la vieille ville de Jérusalem, déclenchant des manifestations qui ont rapidement tourné à la violence. Environ deux semaines avant l’attaque du complexe d’Al-Aqsa, une foule de colons israéliens était descendue dans les rues, scandant  « mort aux Arabes» . La contre-manifestation palestinienne a été violemment réprimée par la police et a abouti à des manifestations de solidarité en Israël et dans les territoires occupés.

Pourquoi Netanyahou a-t-il permis un soulèvement palestinien?

Lehava , le groupe de colons extrémistes qui a organisé la manifestation raciste il y a des semaines, est dirigé par un homme du nom de  Bentzi Gopstein . Bien que le gouvernement n’ait auparavant accordé aucune légitimité au groupe,  l’avocat de Gopstein, Itamar Ben-Gvir , est membre de la Knesset et un  proche allié  du Premier ministre israélien Netanyahou. Ben-Gvir dirige le parti du pouvoir juif ( Otzma Yehudit ), qui relève de l’ardoise du sionisme religieux dirigé par  Bezalel Smotrich . Il n’est donc pas surprenant que Lehava ait le sentiment d’avoir reçu un sentiment de légitimité, lorsqu’ils voient des membres israéliens de la Knesset et des alliés du Premier ministre se tenir à leurs côtés à Jérusalem.

Israël vient d’avoir son  quatrième tour d’élections  depuis 2019, au cours duquel le Likoud de Netanyahou a remporté le plus de sièges de tous les partis. Mais le Likud, combiné avec les sièges de leurs alliés naturels, était toujours en deçà du seuil de 61 sièges requis pour former un gouvernement. La  liste du sionisme religieux  fait partie de l’épine dorsale de Netanyahou en ce qui concerne sa survie politique, de sorte que toute décision du Premier ministre israélien de les abandonner pourrait le blesser politiquement.

Après l’échec de Netanyahou à former un gouvernement de coalition, la responsabilité de le faire a été  transférée à la figure de l’opposition Yair Lapid , qui a été invitée à former une coalition de partis anti-Netanyahou. À ce stade, Netanyahou se bat non seulement pour rester au gouvernement, mais aussi pour éviter d’aller potentiellement en prison pour corruption.

À l’inverse, si le chef du parti Yesh Atid, Lapid, ne peut pas non plus former un gouvernement de coalition, Israël se dirigera alors vers un cinquième tour des élections, ce qui maintiendrait Netanyahou au pouvoir et lui donnerait plus de temps pour se préparer à une éventuelle victoire future aux urnes.

Suite à la marche des colons israéliens pour «la mort aux Arabes», le chef du parti politique palestinien Hamas, Ismail Haniyeh, a  averti  que la prochaine marche, prévue pour le Jour de Jérusalem d’Israël, ne serait pas tolérée et qu’il y aurait une réponse. En fait, un barrage d’une  trentaine de roquettes a été tiré  la nuit suivant la marche initiale et revendiqué par la branche armée du Front populaire de libération de la Palestine, en réponse aux attaques contre des  centaines  de Palestiniens à Jérusalem.

La question des tribunaux israéliens traitant les ordonnances d’expulsion des Palestiniens de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, qui menace de rendre  550 personnes  sans abri, a également été un autre point de discorde.

Au lieu d’intervenir pour désamorcer les tensions, conformément aux appels de l’allié/esclave d’Israël, les États-Unis, Netanyahou a permis à ses alliés de la liste du sionisme religieux de provoquer davantage les Palestiniens.

Lors de l’attaque de vendredi dernier contre des fidèles dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa, la “ salle d’opérations conjointe ” des factions armées palestiniennes, basée à Gaza, a promis une réponse à Israël s’il n’arrêtait pas la marche des colons prévue lundi. Pourtant, Netanyahou est toujours resté les bras croisés et a refusé d’agir, ignorant les menaces, et a permis lundi une nouvelle escalade, qui a causé des blessures physiques à des centaines de personnes  à Jérusalem.

Abu Obeida, le porte – parole des Brigades Al-Qassam, la branche armée du Hamas, a émis un avertissement à Israël lundi que si elle ne retirait pas ses forces de l’esplanade Al-Aqsa et d’ arrêter ses attaques contre les manifestants à 18 heures , il paierait un prix. Encore une fois, le Premier ministre a refusé de prendre au sérieux les propos des groupes armés palestiniens. La date limite atteinte sans résultats, des roquettes ont commencé à frapper des sites autour de Jérusalem et dans le sud d’Israël.

Si Netanyahou veut désamorcer les tensions, tout ce qu’il a à faire est de stopper les agressions des colons nazisionistes, mais c’est un prix qu’il n’est pas prêt à payer. La situation s’est maintenant transformée en ce que certains décrivent comme une  «guerre civile» à l’  intérieur d’Israël entre les Palestiniens (c’est-à-dire les Arabes israéliens) et les Juifs israéliens, avec des tirs de roquettes qui pleuvent, des manifestations à Jérusalem et des affrontements armés en Cisjordanie.

Les espoirs d’une coalition anti-Netanyahou en cours de formation semblent maintenant encore plus éloignés, avec les partis qui tentent de se rassembler couvrant tout le spectre de gauche à droite, et de juif à arabe. Ainsi, pour survivre politiquement et garder ses alliés extrémistes à ses côtés, Netanyahou vient peut-être de déclencher la troisième Intifada.

Israël a mal calculé les risques

Pendant longtemps, la question palestinienne a été laissée de côté comme quelque chose d’ennuyeux pour la plupart des Israéliens et n’a pas été prise en compte les campagnes politiques, au-delà des affirmations de dirigeants potentiels selon lesquelles ils seraient «durs avec le terrorisme». Parler d’une solution à deux États, le consensus international actuel pour une résolution du conflit, a pratiquement disparu de la bouche des politiciens israéliens, sauf pour condamner l’idée.

Pendant ce temps, les Palestiniens résidant à seulement une demi-heure des Israéliens, vivant pour la plupart un style de vie de type européen, ont souffert sous une occupation militaire, et les citoyens palestiniens d’Israël sont de plus en plus inquiets face aux politiques israéliennes à leur égard. La situation endurée par les Palestiniens dans toute la Terre Sainte a été qualifiée d’  apartheid par des groupes tels que  Human Rights Watch et B’Tselem  .

La Cour pénale internationale vient également d’annoncer  qu’elle a officiellement ouvert une enquête sur les crimes de guerre commis par les deux parties dans les territoires occupés, qui ont été rejetés par les dirigeants israéliens comme  «antisémites», l’argument miracle pour faire taire toute critique des crimes israéliens .

Pendant ce temps, les factions armées de Gaza ont développé de plus grandes capacités d’armement et entraînent leurs forces en vue d’une future confrontation avec Israël. À partir du 30 mars 2018, la population civile de Gaza a également mobilisé un mouvement de manifestation non-violent de masse contre Israël, dans lequel, selon un  rapport du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies , hommes, femmes, enfants, journalistes, médecins et handicapés ont été délibérément abattu et tué. Moins d’un an et demi après ces manifestations, il n’y a pas eu un seul mort israélien du fait des manifestations, tandis que des  centaines de Palestiniens ont été tués et des dizaines de milliers de blessés . Les actions provocantes de l’administration Trump, avec son “deal du siècle”  légitimant les colonies illégales  et reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël ont également mis les Palestiniens en colère.

New York Times 'deeply sorry' for anti-Semitic cartoon of Netanyahu and  Trump | The Times of Israel
L’aveugle guidé par son chien
selon le New York Times

Tout cela et bien plus encore a pris en compte ce que nous voyons aujourd’hui de la part du peuple palestinien: un soulèvement unifié, armé et non armé, contre Israël. Et, cette fois, aucun Israélien ne peut l’ignorer. C’est le résultat d’années de tentatives pour écarter les aspirations palestiniennes à la liberté et au statut d’État. La seule solution à partir de maintenant est que la communauté internationale se réengage dans la question palestinienne et donne une impulsion significative pour mettre fin au conflit. Il est devenu clair que s’ils ne le font pas, ce problème ne cessera jamais de réapparaître.

NOTES de H. Genséric

[1] YITZHAK SHAMIR, l’inventeur du terrorisme moderne
Le 30 juin 2012, Yitzhak Shamir, ancien Premier ministre d’Israël, décédait. Deux jours plus tard, au cours de funérailles nationales, il a été enterré dans « le carré des héros de la nation » au cimetière militaire du mont Herzl, à côté de Jérusalem. Peu de gens se sont aventurés à rappeler son rôle dans les années qui, précédant la naissance d’Israël en 1948, font de lui l’un des pères fondateurs du terrorisme.
Celui qui devait se donner plus tard le nom d’Yitzhak Shamir est né en octobre 1915 à Rozhnoï, un village de Biélorussie situé dans la zone de résidence juive. Il s’appelait alors Yitzhak Yzernitsky et son père, Shlomo, tanneur de profession, militait dans le Bund, un mouvement marxisant juif. En 1918, Shlomo s’allia aux bolcheviques et fit partie du comité révolutionnaire qui prit le contrôle de Rozhnoï. 

The Violent Life of Yitzhak Shamir | by Avishai Margalit | The New York  Review of Books Yitzhak reçoit un enseignement sioniste mâtiné de communisme et, encore au lycée, entre au Gordonnia, mouvement de jeunesse qui associe ces deux utopies. Mais, âgé de 14 ans, il se tourne du côté du Betar, organisation nationaliste fascisante dirigé par Vladimir Jabotinsky qui flirtera avec les pays fascistes.
Il débarque à Jaffa le 11 novembre 1935, dans un pays déjà en crise. D’un côté, les Juifs veulent toujours installer plus de leurs coreligionnaires. 37000 en 1933, et une poignée au début du siècle, ils sont désormais 500000. Les Arabes, principalement les musulmans, s’inquiètent de ces arrivées massives. Au lendemain de l’offensive de 1929, est née une nouvelle organisation d’auto-défense des Juifs, l’Irgoun. Celle-ci se scinde à deux reprises. Une faction, passant sous l’influence du Bétar, deviendra le groupe Stern et plus tard le Lehi. Yitzhak rejoint l’Irgoun, plus spécialement cette faction. Il est d’abord chargé de recruter les lycéens juifs puis de leur formation au tir. Il organise aussi des « actions antibritanniques » comme la destruction des cabines téléphoniques. Un petit début avant de passer à des choses plus sérieuses. Enfin, dans la clandestinité, il suit des cours d’officier.
Un an avant Yitzhak, le groupe a fait une autre recrue venue de Pologne, Avraham Stern. Il est l’auteur d’un chant qui deviendra l’hymne de l’Irgoun. Les paroles donnent froid dans le dos : « Notre rêve : mourir pour notre peuple… Avec les larmes des mères endeuillées, Avec le sang des enfants purs, Nous cimenterons le mur de nos corps, Pour construire la patrie… »
Ce qui devait arriver arrive. Début juillet 1939, Stern obtient que l’Irgoun déclenche « une offensive générale et illimitée contre les Arabes pour, en les terrorisant, les forcer à cesser les attaques anti-juives ». Le 4 juillet, l’organisation entame une campagne meurtrière contre les autobus et des véhicules transportant des civils arabes. En dix jours, on comptera 73 Arabes tués. Cinquante ans plus tard, Yitzhak reconnaîtra sa participation aux assassinats.
L’Irgoun poursuit pourtant son plan et, le 26 août 1939 pose une bombe de plusieurs dizaines de kilos d’explosif dans le souk arabe de Yaffo. Elle fera 24 morts. 
Yitzhak finit par s’aligner sur Stern, en dépit des contacts de celui-ci avec les nazis.
On mesure l’extrémisme de Stern au contenu de sa déclaration dite des 18 Principes de la renaissance : « Le peuple d’Israël est un peuple élu. Sa patrie est la terre d’Israël dans les frontières définies par la Thora , du Nil à l’Euphrate ». Mais il manque d’argent pour réaliser ses projets. Il entreprend alors de « réquisitionner » des fonds en braquant l’Anglo-Palestine Bank, où ses hommes s’emparent de 4000 livres palestiniennes.
En 1941, Yitzhak apprend cette nouvelle en prison et devient le chef du groupe Stern. Le 31 août cependant, il parvient à s’évader avec la complicité de ses camarades, rejoint la clandestinité et prend le commandement du groupe Stern qui prend le nom de Lehi. Afin de remplir les caisses, Yitzhak se lance alors dans une campagne de cambriolages. Certes, il n’est plus question de contacts avec les nazis mais le patron du Lehi ordonne « des actions terroristes dirigées individuellement contre des personnalités à la tête de l’administration occupante ». Autrement dit les Britanniques.
Le 25 avril 1946, le Lehi attaque la 6ème division aéroportée britannique, tuant 7 soldats. Le 22 juin, enfin, c’est l’attaque par l’Irgoun et le Lehi de l’hôtel King David, utilisé par l’état-major de l’occupant. On comptera 91 morts, dont de nombreux juifs, en dépit de l’avertissement donné par téléphone aux Britanniques.

Hannibal GENSERIC Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

2 commentaires:

  1. Vercingetorige14 mai 2021 à 21:25La responsabilité de ce qui se passe au Moyen-Orient depuis 70 ans incombe entièrement à l’Occident (à commencer par les États-Unis et le Royaume-Uni) qui a favorisé la naissance de l’État d’Israël. Avec la condamnation et la crucifixion de Jésus-Christ, Israël a sur lui la terrible malédiction de Dieu qui, de toute façon, s’est attiré sur lui-même en criant, le matin du Vendredi Saint: “Que son sang tombe sur nous et sur nos enfants” . Jusqu’à ce qu’il ne reconnaisse Jésus-Christ comme le Messie dont la Bible écrit à presque toutes les pages, et qu’il forcera la main de Dieu en se faisant dieu de lui-même, ce sera un danger gigantesque pour lui-même et pour le monde entier, comme se produit réellement. Les Arabes ne sont que l’instrument inconscient de Dieu, qui ne veut pas et ne permet pas la reconstruction d’Israël, qui a assassiné son Fils et a continué à le persécuter, le haïr et l’assassiner dans ses disciples au cours des 2000 dernières années. Ce n’est pas une question de racisme ou d’antisémitisme. Ceci est simplement la réalité, parce que Dieu est le maître du monde et Il a entre Ses mains tous les événements qui se produisent dans le monde. Si le peuple juif ne peut pas s’établir pacifiquement sur la terre de ses pères et y vivre en paix, c’est parce que Dieu ne veut pas que cela se produise. À moins que nous n’accusions Dieu d’être le plus grand antisémite de l’histoire de l’humanité, mais si quelqu’un le pense, ce serait aussi la plus grande absurdité jamais prononcée dans l’histoire de l’humanité. Répondre
  2. Joset15 mai 2021 à 13:45Déjà Israël ne devrait pas s’intituler ainsi mais porter le nom de Judée. A la mort du Roi Salomon le fils de David Israël s’est scindé en deux Etats. Israël au nord avec dix tribus et la Judée au sud avec deux tribus Juda et Lévi sous le nom des Juifs. Ben Gourion a imposé en 1948 le nom d’Israël à l’indépendance. (Une imposture). L’ONU a partagé la Palestine, cet organisme n’a pas donné tout le Moyen-Orient aux Juifs. Jérusalem devait rester sous statut international. Aujourd’hui il appartient aux grandes puissances de faire respecter le droit international, sinon cette région va s’embraser.

Voyez la suite

Agriculture savoureuse

Le boeuf est sacrifié sur l’autel satanique du réchauffement ! Pire des entreprises se font hara-kiri en suppriment le boeuf au menu… alors qu’il y a longtemps que nous ne mangeons que de la vache laitière en fin de course…

Publié

le

Le boeuf prévu en élevage pour la qualité de sa viande n’est tout simplement qu’un taureau châtré ! Qui pour sa docilité sans testostérone était prévu pour tirer les charrues ! Les paysans qui sont sûrement les plus hermétiques aux transgenres sont les premiers à avoir transformé un taureau en un eunuque corvéable à merci ! Car en général très maltraité… le paysan traditionaliste n’a jamais été très sentimental avec les animaux… Je me souviens de mon oncle dans le Gers qui n’ayant plus besoin de son chien de chasse lui a tiré un coup de fusil en pleine gueule ! Le même qui m’a renié parce que je faisais du porno… mon Dieu que l’être humain est incroyablement débile… Pour le porc mâle c’est pareil, on lui retire les testicules ! D’ou certainement cette paranoïa des musulmans et des juifs qui n’ont pas compris que pour qu’il sois mangeable un porc doit être châtré… sinon sa chair pue la pisse à la cuisson ! Ce qui a du déranger Momo le pédophile qui interdit le porc !

Ecolo-folie! Pour sauver la planète, un célèbre magazine culinaire ne propose plus de recettes de bœuf

Par Anne van Gelder – 29/04/2021 Facebook Twitter

Epicurious, l’un des magazines de cuisine les plus populaires au monde ne proposera plus de recettes à la base de bœuf. Il ne s’agit pas d’une question de goût ou de santé, mais de la lutte contre le changement climatique. Selon la direction du média, cela contribuera à sauver notre planète de la destruction.

La décision a été prise par Epicurious, propriété de Condé Nast, une société de médias américaine consacré à l’alimentation et à la cuisine, présente sur le web depuis 1995, et forte de millions de lecteurs.

Le service web Epicurious a déclaré qu’il ne publierait plus de nouvelles recettes contenant du bœuf.

Pour tous ceux qui envisagent d’adopter un mode de cuisson plus durable, l’élimination du bœuf est “une première étape intéressante“, indique le service dans un article explicatif publié sur son site.

L’élimination de ce seul ingrédient peut avoir un impact significatif sur l’adoption d’une cuisine plus respectueuse de l’environnement“, ajoute le site.

Cette initiative n’est pas “anti-bœuf, mais plutôt pro-planète“, déclarent ses rédacteurs.

Dans l’édito, la rédactrice en chef Maggie Hoffman et l’ancien directeur web David Tamarkin poursuivent en affirmant que “près de 15% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde proviennent du bétail (et de tout ce qui est lié à son élevage). 61% de ces émissions peuvent être attribuées au bœuf. Les vaches sont vingt fois moins rentables à élever que les haricots et environ trois fois moins rentables que la volaille et le porc“.

Les écolo-apôtres poursuivent en disant que, même si le changement climatique ne disparaîtra pas d’un coup de baguette magique, “dans un système alimentaire aussi défaillant, aucun choix n’est parfait“. C’est tombé donc (pour l’instant) sur le bœuf.

Le magazine énumère ensuite d’autres exemples d’animaux d’élevage ou de cultures qui font que la survie de la Terre est incertaine: “les ruminants (comme les moutons et les chèvres) ont un coût environnemental important, et que le poulet, les fruits de mer, le soja et presque tous les autres ingrédients posent problème“. Le magazine conclut que pratiquement toute notre alimentation a un impact négatif sur la planète. Mais, c’est bien sûr! En fait, toutes nos actions ont un impact négatif sur la planète, Sherlock.

La publication a progressivement réduit le nombre de recettes contenant du bœuf au cours des deux dernières années, n’en publiant “qu’une petite poignée”.

Notre espoir est que plus nous rendons nos publications durables, plus la cuisine américaine le deviendra“, ajoutent les rédacteurs.

Le site web Epicurious, qui appartient au géant de l’édition Condé Nast (Glamour, Vogue, Vanity Fair, GQ etc.), a été lancé en 1995. Il se décline aujourd’hui également sous la forme d’une application, d’une chaîne YouTube, d’une série de bulletins d’information ainsi que d’un groupe Facebook, et compte 8,4 millions d’utilisateurs numériques et 8,5 millions de followers sur les réseaux sociaux.

Après le développement durable, concept tant aimé des éco-terroristes, la notion de cuisine durable s’impose lentement. Bien sûr, Epicurious peut écrire sur tout ce qu’il veut ou ne veut pas, mais tous leurs arguments et leur attitude sectaire indiquent qu’ils veulent imposer leur vision fanatique aux autres médias et, par conséquent, aux lecteurs. Pour le bien de la société, bien sûr

Voyez la suite

Agriculture savoureuse

Vous allez vous régaler… bon appétit et vive la France !

Publié

le

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance