Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

USA

Les États-Unis disent à l’ONU qu’ils sont un ennemi principal maléfique de la Chine ; puis assènent de dures sanctions à la Russie

Publié

le

Un nouveau rapport du Conseil de sécurité russe (CS) qui suscite la réflexion et qui circule au Kremlin aujourd’hui, note pour la première fois que le président Poutine ne rencontrera certainement pas  Joe Biden. Il a aussi rejeté l’appel américain à des pourparlers urgents de crise. Le Kremlin a aussi averti Biden et ses collaborateurs bellicistes qu’une action militaire ukrainienne serait «le début de la fin de l’Ukraine», et que le gouvernement ukrainien et ses alliés occidentaux se comportent comme des enfants «jouant avec des allumettes».

Un avertissement maintenant suivi par le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov déclarant: “Nous considérons sans fondement toutes les préoccupations exprimées par quiconque, y compris les États-Unis, concernant le mouvement de nos forces armées sur le territoire russe,… la désescalade sur le territoire ukrainien, peut ne se produise que si les forces armées ukrainiennes abandonnent les actions de provocation “. Il a été rejoint par le secrétaire du Conseil de sécurité, Nikolai Patrushev, qui a fait le constat véridique suivant:” l’Occident dirigé par les États-Unis pousse l’Ukraine vers des provocations … ils déclarent verbalement qu’ils ne sont pas intéressés à inciter un conflit mais allouent en fait des fonds pour l’armement de l’armée ukrainienne, renforcent la présence de navires dans la mer Noire, planifient une série d’exercices conjoints, livrent des armes meurtrières, forment des militaires ukrainiens et intensifient les activités de reconnaissance dans la région de Crimée à l’aide d’avions et des moyens radioélectroniques … ces derniers jours seulement, plus de cinq avions de transport militaires sont arrivés en Ukraine depuis des bases aériennes américaines. “

Le plus important à noter au sujet de ces observations faites par le secrétaire du Conseil de sécurité Patrushev est la déclarationfactuelle supplémentaire: “Un prétexte pour lancer des actions militaires pourrait être des provocations organisées par l’Ukraine avec le soutien des États-Unis, entraînant la mort de militaires et la perte de matériel militaire. … Tout en flirtant avec la nouvelle administration américaine, Kiev est prête à entraîner le pays dans de nouvelles entreprises militaires, peu importe si cela aggrave encore la situation économique du pays “- et il est essentiel de le remarquer, car presque immédiatement après la publication de cette déclaration, le Service Sécurité de l’Ukraine (SBU) a publié un bulletin de guerre déclarant: “le SBU lancera des exercices antiterroristes en plusieurs étapes dans la région de Kharkov le 14 avril … l’exercice se déroulera dans toute la région jusqu’à la fin du mois de mai en se concentrant sur les zones frontalières russes. “

Ce bulletin de guerre ukrainien a ensuite été étonnamment suivi par le chargé d’affaires américain Courtney Austrian devenu fou lors de la réunion d’hier de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) discutant de l’action militaire défensive de la Russie pour raconter ce conte de fées dément : 
” Cela soulève des questions sur les intentions, et à notre connaissance, l’Ukraine n’a pris aucune mesure qui pourrait être considérée comme provoquant une telle réponse … Nous demandons à nouveau à la Russie d’expliquer l’ampleur, la composition et le but de cette activité “- alors que “le but” de ce que  la Russie a été obligée de faire est bien connu d’Austrian : c’est la signature par l’Ukraine d’une déclaration de guerre contre la Fédération de Russie, le 24 mars.

Ce conte de fées dément poussé le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à appeler le ministre suédois des Affaires étrangères et la présidente en exercice de l’OSCE Ann Linde et à exprimer les préoccupations de la Russie face à l’escalade du conflit causée par le redéploiement du personnel et du matériel militaire de l’Ukraine vers la ligne de l’engagement ainsi que le bombardement des quartiers de Donetsk et de Lougansk par les forces armées ukrainiennes qui sont devenus un phénomène régulier – et qui a été rejoint par la conseillère de la délégation russe, Yulia Zhdanova, disant aux membres de cette réunion de l’OSCE d’hier: “Si les États membres de l’OSCE souhaitent vraiment empêcher une escalade des tensions non seulement verbalement, mais avec réaction, ils ne devraient pas exhorter la Russie à freiner le renforcement militaire sur son propre territoire … alors qu’en fait, ce n’est pas le cas … mais devraient obliger Kiev à renoncer à la rhétorique belliciste et s’abstenir d’une aventure sanglante et suicidaire dans le Donbass. “

Pendant que tout cela se passait, l’ambassadrice de Biden aux Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, au-delà de toute croyance, a déclaré au monde entier que “les États-Unis sont une nation perverse dont la suprématie blanche est tissée dans les documents et principes fondateurs de l’Amérique“. -et a vu cette déclaration bizarre être rapidement rejointe par de hauts responsables du renseignement américain disant au Sénat américain que la nation chinoise peuplée de jaunes était la “priorité sans précédent” parmi les menaces mondiales contre l’Amérique, et que “aucune menace n’est plus grande ou épineuse que celle posée par la Chine “. Quant au directeur du renseignement national, Avril Haines, l’a qualifié de ” défi formidable “, puis a déclaré que ” la Chine est un concurrent quasi-équivalent à nous,  qui défie de plus en plus les États-Unis dans de multiples domaines, tout en poussant à réviser les normes mondiales de manière à favoriser le système autoritaire chinois.. “

Avec les collaborateurs dérangées de Biden [1] qualifiant l’Amérique de nation suprémaciste blanche maléfique et et désignant la nation chinoise de « péril jaune » et plus grande menace au monde, la Maison Blanche a poursuivi cette folie lorsque sa porte-parole Jen Psaki a déclaré: “Je dirai que le président Biden a eu une attitude constructive en  appelant hier le président Poutine ” [2]. À cette  déclaration, le porte-parole du Kremlin, Peskov, a noté le décalage entre les paroles et les actions du côté américain:” Leurs paroles ne sont pas en corrélation avec leurs actions “. Cette vérité est maintenant vérifiée comme en témoigne la nouvelle que Biden a maintenant critiqué la nation russe avec ses sanctions contre son économie et en expulsant davantage de diplomates russes d’Amérique [3]. Cela constitue une “escalade majeure” dont les conséquences seront la guerre. Biden et ses collaborateurs bellicistes viendront bientôt à le regretter.

Dans son service de presse d’aujourd’hui, la BBC note: “Dans le jeu d’acrobatie politique de Poutine, Biden a cligné des yeux le premier … Ce n’est que quelques semaines plus tard que le président américain a convenu dans une interview que le chef de la Russie était un tueur“. Cette évaluation suit celle du Conseil de Sécurité russe détaillant comment la Marine des États-Unis a «cligné des yeux la première» lorsqu’elle a décidé hier de faire demi-tour et de fuir alors qu’elle avait l’intention d’envoyer ses navires de guerre dans la mer Noire pour menacer la Russie. En ce moment, en Mer Noire, les forces navales russes écrasantes s’entraînent pour couler tout navire de guerre étranger présentan une menace, et dont  la confirmation officielle était reçu il y a quelques heures lorsque le ministre turc des Affaires étrangèresMevlut Cavusoglu, a informé le Kremlin que les États-Unis avaient annulé le passage de leurs navires de guerre vers la mer Noire, en déclarant: “On nous a dit verbalement que le passage des navires était annulé. Cependant, s’ils changent d’avis, ils ont trois jours de plus pour utiliser la notification précédente et envoyer les navires – la notification sera toujours valable…Si les navires ne passent pas dans les  3 jours, alors ils devront refaire une notification 15 jours avant le passage prévu “.

Après que la Turquie a confirmé que la marine américaine avait reculé, elle a vu le chef de la direction principale du renseignement du ministère de la Défense ukrainien, Kyrylo Budanov, déclarer que la Russie aura massé 110000 soldats à la frontière ukrainienne d’ici le 20 avril – un communiqué rejoint par le directeur de la CIA, William Burnsdisant au Sénat américain hier que la Russie a rassemblé suffisamment de forces et d’équipements militaires à la frontière de l’Ukraine pour permettre une incursion de la Russie dans le pays. Ces deux déclarations ont rejointes par les grand médias menteurs occidentaux disant des choses telles que

Plus de 100.000 russes dans des véhicules d’assaut peints avec des “bandes d’invasion” se dirigeaient jeudi vers la frontière ukrainienne, intensifiant les craintes de guerre entre les nations voisines … la force en progression comprend 1.300 chars de combat, 3.700 drones, 1.300 unités d’artillerie et de mortier et 380 systèmes de lance-roquettes multiples ” Puis on a vu le think tank Washingtonien CNA envoyer son expert principal en défense Michael Kofman pour déclarer: “Je pense que tout ce que la Russie signale, c’est que la prochaine guerre avec la Russie sera beaucoup plus grande … et qu’elle causera une défaite écrasante aux forces ukrainiennes “.

En 1918, alors que plus de 40 millions de morts gisants dans leurs tombes ont causé la catastrophe inutile de la Première Guerre mondiale, on prétend que le sénateur américain Hiram Warren Johnson a déclaré: “La première victime lorsque la guerre survient est la vérité“. 

La vérité qui est la victime aujourd’hui est qu’aucune personne sensée en Occident n’est en mesure d’expliquer logiquement comment la Russie peut même éventuellement constituer des forces militaires qui existent déjà dans sa propre nation – des forces militaires et des équipements russes contenus à l’intérieur de leurs propres frontières qui peuvent être librement déployés n’importe où dans le pays. La Fédération de Russie, ses commandants et ses dirigeants politiques jugent bon de le faire, et s’ils sont perçus comme une sorte de menace, personne ne suggère à la place où ils pourraient aller – et dont le nombre réel est faible par rapport aux millions de soldats que les États-Unis ont constitués dans leur pays, pour inclure les dizaines de milliers de ces forces militaires qu’ils ont autour de Washington D.C. pour protéger leurs soi-disant dirigeants de leurs propres citoyens. 

Les Américains empêchés d’entrer dans le centre du pouvoir de leur pays par des troupes de combat armées (photo du haut) peuvent toujours choisir de rejoindre les milliers de personnes heureuses qui peuvent visiter et traverser librement le Kremlin (photo du bas) chaque jour.

Source : US Tells UN It’s An Evil White Nation-Brands China Main Enemy-Then Slams “Nuclear Option” Sanctions On Russia
April 15, 2021
By: Sorcha Faal,

NOTES de H. Genséric

[1] USA. L’équipe sioniste de Biden

Joe Biden vante le rôle «immense» des juifs dans les médias et dans la vie culturelle américains

[2] Biden téléphone au «tueur» Poutine

[3] Mouvements américains de guerre contre la Russie 

Hannibal GENSÉRICEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

5 commentaires:

  1. nicolas bonnal16 avril 2021 à 19:29Très bon Hannibal. Cela aussi : https://turcopolier.com/bidens-presidency-will-be-destroyed-by-his-foreign-policy/RépondreRéponses
    1. Vercingetorige16 avril 2021 à 20:45M. Bonnal, J’avais regardé votre site parce qu’il me paraissait intéressant. Avec votre article offfensif en premier lieu envers Dieu, ensuite envers vous-meme et enfin vers les autres, sur la gardienne de but du hockey russe, je l’ai refermée et je pense que je ne le regarderai plus. Probablement vous ne comprenez pas cette remarque, mais c’est pas grave. Dieu nous donne toujours le temps d’acquerir une croissante finesse spirituelle pour comprendre que la vie est d’un serieux que vous n’imaginez meme pas. Contemplez plus souvent le Crucifix pour le comprendre toujours mieux. 
    2. nicolas bonnal16 avril 2021 à 21:29Ne soyez pas ridicule, jeune bouffon, je n’ai pas insulté le Christ ; la presse russe est abjecte et pornocrate, et ne me crachez pas dessus sur ce ton oiseux, prétentieux et pseudo-mystique. J’y ai collaboré dans cette presse pendant que vous vous prenez un starets, retrouvez mes textes et vos esprits.
  2. nicolas bonnal16 avril 2021 à 21:23Plus grave Hannibal : https://www.henrymakow.com/Répondre
  3. Joset16 avril 2021 à 22:11Poutine n’est pas le pleutre Elstine. Washington est devenu un asile de fous. Et l’Europe dans cette gabegie, elle ne fait rien pour préserver la paix sur son continent mais ajoute de l’huile sur le feu pour satisfaire Biden.

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

USA

Les États-Unis viennent-ils d’essayer d’assassiner Lukashenko ?

Publié

le

D’étonnantes nouvelles ce week-end : Le président Lukashenko a déclaré que Biden avait donné l’ordre de le tuer pendant un coup d’État organisé par la CIA.  Nous savons tous que Lukashenko dit toutes sortes de choses, souvent fausses ou tout simplement stupides.  Sauf que le FSB russe a confirmé tout cela !  Selon les Russes, une opération conjointe du KGB (biélorusse) et du FSB russe a permis de rapidement découvrir le complot et les Russes ont surveillé toute l’opération jusqu’à ce qu’ils aient suffisamment de preuves pour arrêter tous les comploteurs [1].  Non seulement les Russes ont des vidéos de leurs réunions, mais ils ont également intercepté leurs vidéoconférences Zoom (utilisateurs de Zoom, utilisez plutôt Jitsi !).

Jusque-là, tout va bien.  Mais il y a mieux !

Contrairement aux États-Unis, au Royaume-Uni et à d’autres pays, le FSB russe n’a pas dit qu’il était « confiant » et « hautement probable » que cette opération aurait eu lieu.  Ils ont diffusé toutes les images d’une réunion des comploteurs à Moscou, qui confirment tout.

Les personnes qui ne sont pas familiarisées avec ce type d’opérations pourraient se demander pourquoi cette réunion a eu lieu à Moscou et non à Varsovie ou à Riga.  Il y a plusieurs raisons à cela :

  • Il existe une frontière pratiquement ouverte entre le Belarus et la Russie, qui forment un « État unifié », et il n’y a rien de plus facile pour les (supposés) traîtres biélorusses (venant de l’armée) de sauter dans une voiture et de se rendre à Moscou.
  • L’utilisation de Varsovie ou de Riga réduirait considérablement ce que la CIA appelle le « déni plausible » pour les États-Unis et l’OTAN.
  • Oui, se réunir à Moscou restait une idée stupide, mais pas plus stupide que le coup d’État raté des États-Unis contre Maduro à qui les États-Unis ont fait exactement ce qu’ils ont essayé de faire à Lukashenko.  Le fait que les deux opérations aient échoué est tout à fait normal pour la CIA (qui échoue la plupart du temps).
  • Le principal comploteur, un militant anti-Lukashenko très connu, a la double nationalité, biélorusse et américaine, et il serait très dangereux pour lui de se rendre à Minsk pour cette réunion.
  • Enfin, et ce n’est pas le moins important, le KGB biélorusse opère dans une société très étroitement contrôlée, alors que la Russie est une société ouverte et libérale. Ils ont donc pu penser (à tort) qu’une réunion à Moscou était une meilleure idée.

Une histoire intéressante, n’est ce pas ?

En outre, si vous vous demandez s’il est crédible que le FSB ait sauvé Loukachenko, je vous rappellerai que ce sont les Russes qui ont sauvé Erdogan d’un coup d’État soutenu par les États-Unis, coup d’état qui était également censé se terminer par le meurtre d’Erdogan (les Turcs l’ont pratiquement admis publiquement à plusieurs reprises).

Mais il y a encore mieux !

Dès que l’accusation d’un plan de la CIA pour assassiner Loukachenko pendant un coup d’État fut révélée, ils ont fait ce qu’ils font toujours : ils l’ont nié contre toute évidence et ont créé une énorme diversion : la colonie américaine connue sous le nom de « République tchèque » a déclaré que l’explosion d’un dépôt d’armes en République tchèque, en 2014, était un sabotage russe impliquant… … attendez… … roulement de tambour…. les mêmes Petrov et Boshirov que le Royaume-Uni a accusés d’avoir empoisonné les Skripals !

Mes amis, les Tchèques ont publié cette histoire moins d’UNE HEURE après la nouvelle venant de Biélorussie !  Sérieusement, une seule petite heure !

Les Tchèques ont immédiatement expulsé 18 diplomates russes et les Russes ont rendu la pareille en expulsant 20 diplomates tchèques, ne laissant que 5 diplomates à Moscou.  Donc, si nous utilisons l’expression anglaise « shit hitting the fan » (la merde atteint le ventilateur), alors il serait également juste de désigner les Tchèques comme des « boucliers à merde » pour l’Empire 

  • Au fait, l’enquête officielle tchèque effectuée en 2014 a conclu que l’explosion avait été causée par une négligence, et non par un sabotage, mais, vraiment, qui s’en soucie ?  Après tout, regardez ces accusations, toutes aussi peu prouvées et aussi stupides que celle-ci : (liste partielle, sans ordre particulier)
  • La Russie a envahi le Donbass
  • La Russie a abattu le vol MH-17
  • La Russie a tenté d’empoisonner les Skripals
  • La Russie a assassiné Berezovskii
  • La Russie a tenté d’empoisonner Litvenenko
  • La Russie a tenté d’empoisonner Navalnyi
  • La Russie a assassiné Boris Nemtsov
  • La Russie a assassiné Politkovskaia
  • La Russie a tenté d’empoisonner Yushchenko
  • La Russie a interféré dans deux (!) élections présidentielles américaines.
  • La Russie a piraté les ordinateurs du Comité National Démocrate
  • La Russie a payé des Afghans pour tuer des soldats américains
  • Les Russes ont abattu l’avion du président polonais au-dessus de Smolensk
  • Les Russes ont tenté d’organiser un coup d’État au Monténégro.
  • Les Russes ont organisé le mouvement pour une Catalogne indépendante.

Je le répète, aucune, AUCUNE de ces accusations n’a jamais été prouvée ni même étayée.  TOUTES ces accusations sont uniquement basées sur la crédibilité putative et indéniable des services spéciaux occidentaux.

Et, bien sûr, les « experts de la Russie » occidentaux ont tous pleinement approuvé ces absurdités (hé, c’est ce que ces soi-disant « experts » sont payés pour faire ; en tant que personne ayant été membre de l’IISS, je connais bien ces « experts » et leur « expertise » – j’ai même démissionné de l’IISS pour protester contre sa totale soumission aux récits russophobes américains).

Et les gens qui se disent « démocrates » et capables de pensée critique achètent toute cette merde sans jamais douter, jamais.  Ils ne voient même pas à quel point ils sont pathétiques et ignorants…

Donc les Tchèques (et leurs maîtres américains) suivent une piste bien répétée et « sûre » parce qu’ils savent tous que le public occidental est parfaitement habitué à entendre ce qui suit :

Nous accusons la Russie de X, nous disons que nos services spéciaux ont des preuves, mais nous n’en présenterons aucune ; quant aux médias occidentaux, ils feront bien sûr confiance aux services spéciaux occidentaux, parce qu’ils sont  » démocratiques  » et donc  » dignes de confiance  » (l’Irak quelqu’un ? !).

Une autre astuce, que les Tchèques ont utilisée dans ce cas, est la suivante : le premier jour, ils annoncent urbi et orbi que « nous publierons bientôt toutes les preuves irréfutables dont nous disposons », puis les déclarent simplement classifiées parce qu’il est important de ne pas montrer aux Russes les preuves de leur propre opération, prétendument russe. Quant à la presse occidentale, elle oublie bien sûr tout cela et passe à la prochaine histoire de dénigrement de la Russie.

C’est simple, mais avec le genre de moutons auxquels les régimes occidentaux ont affaire, c’est aussi efficace.

Enfin, lorsqu’ils sont vraiment désespérés, vous pouvez compter sur Bellingcat, dirigé par le MI6, pour obtenir des « preuves », je ne plaisante pas, en les cherchant sur les médias sociaux et Internet.

Et, encore une fois, les moutons occidentaux « mangent tout », avec appétit et gourmandise ! Sic transit gloria mundi, en effet !

Pourtant, accuser les deux mêmes agents présumés du GRU, Petrov et Boshirov, montre à quel point les Tchèques étaient prêts à tout pour inventer une histoire du jour au lendemain.  Maintenant, ils ont l’air stupides au-delà de toute explication concevable pour un tel montage grossier et hilarant.

Le peuple de la République tchèque va-t-il maintenant se révolter pour protester contre l’idiotie de ses dirigeants ?  Non, bien sûr que non.  Après tout, nous vivons dans un monde post-vérité (et, je dirais, post-logique) où la seule chose qui compte est de suivre la devise des SS « mon honneur est ma fidélité » et d’obéir aveuglément aux maîtres du jour.

Qu’en est-il des États-Unis dans tout cela ?  « Biden » serait-il vraiment assez fou pour essayer d’assassiner un dirigeant étranger ?

Eh bien, comme j’aime à le dire, le comportement passé est le meilleur prédicteur du comportement futur, non ? Combien de dirigeants étrangers la CIA a-t-elle réellement assassinés et combien a-t-elle essayé, sans succès, d’en assassiner ?  (Remarque : quelqu’un devrait comparer le nombre de dirigeants étrangers assassinés par les États-Unis et l’URSS.  Je suis sûr que la comparaison serait à la fois choquante et très révélatrice).  Que pensez-vous du meurtre officiel (admis par la Maison Blanche) du général Soleimani ?  Cette opération n’était-elle pas bien plus dangereuse que l’utilisation de gens locaux pour tenter d’assassiner un dirigeant affaibli et en difficulté comme Lukashenko ?

Alors, dites-moi : histoire vraie ou « désinformation russe » ?

Par The Saker – Le 19 avril 2021 – Source The Saker’s Blog

PS : au cas où vous vous poseriez la question, les Russes rient aux éclats et se grattent la tête en se demandant ce qui a bien pu arriver à une société occidentale autrefois civilisée.

PPS : au fait, le FSB russe a également arrêté le consul d’Ukraine à Saint-Pétersbourg au moment où il recevait des informations classifiées de ce qu’il pensait être un agent.  Il sera expulsé.  C’était un grand week-end pour le FSB – il y aura de nombreuses médailles distribuées pour ce bon travail.

UPDATE 1 : Maria Zakharova, la principale porte-parole du ministère des affaires étrangères a maintenant confirmé officiellement tout cela à la télévision russe.

UPDATE 2 : Le Kremlin vient de confirmer que Poutine et Biden ont discuté de ce sujet lors de leur conférence téléphonique.

UPDATE 3 : J’adore les médias occidentaux, pas un mot sur la tentative de coup d’État, tout sur l’histoire à dormir debout tchèque.

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

[1] Bon coup de Moscou. Capture d’une équipe de la CIA préparant un coup d’état en BiélorussieEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

1 commentaire:

  1. Joset22 avril 2021 à 21:24Le Président américain Harry Truman, un démocrate a supprimé l’OSS pour créer la CIA ce service devenu un repaire de gangsters.Répondre

Voyez la suite

USA

L’effondrement de la puissance militaire américaine

Publié

le

En mars dernier a eu lieu un évènement incongru qui témoigne de l’état de délitement de la direction militaire américaine. Carlson Tucker, un commentateur de la chaine conservatrice Fox News, a relevé que la Chine avançait à grands pas vers la construction d’une marine de classe mondiale pendant que l’administration militaire américaine se concentrait sur la production de combinaison de vol pour femmes enceintes et sur de nouvelles exigences en matière de coiffure et de vernis à ongles pour les troupes US.

À la surprise générale, le Département de la Défense (DoD) a réagi furieusement en accusant Tucker d’être anti-femme et de « rabaisser l’ensemble de l’armée américaine “. Au lieu de répondre sur le fond aux critiques de Tucker, il a produit une réponse outragée dans la droite ligne de la doxa progressiste :

« Les femmes dirigent nos unités les plus meurtrières avec caractère. Elles domineront N’IMPORTE QUEL futur champ de bataille sur lequel nous serons appelés à nous battre. » (SMA Michael Grinston (@16thSMA)).

Le DoD a également produit un article sur son site officiel defense.gov avec un titre sidérant d’amateurisme : « Le porte-parole de la défense châtie l’animateur de Fox qui a critiqué la diversité dans l’armée américaine ».

La « wokenisation » en cours de l’armée US

Cette réaction ridiculement disproportionnée et politisée du DoD témoigne d’une évolution profonde de l’armée américaine qui, sous la pression du nouveau gouvernement Biden, se « wokenise » rapidement et fait désormais la chasse aux « suprémacistes blancs » qui peupleraient ses rangs.

L’une des premières mesures prises par le secrétaire à la défense Lloyd Austin a été de demander un examen à la loupe de tous les tatouages et symboles d’unité susceptibles d’avoir des « significations cachées ».

Un vaste programme de formation a également été engagé afin de « sensibiliser » le corps militaire US à l’existence de terroristes intérieurs caractérisé par un extrémisme “anti-gouvernemental”, “anti-autorité”, “anti-avortement” et diverses idées “suprématistes”. Les diapositives de cette formation incitent clairement à la délation de tous ceux qui seraient soupçonnés de soutenir cette « idéologie extrémiste ». La menace est claire : “le service est un privilège” et il serait dommage de perdre ce privilège en ne faisant pas votre part pour éradiquer les “extrémistes”. La « cancel culture » progressiste a revêtu son nouvel habit kaki.

C’est dans ce contexte délétère qu’une simulation récente de l’armée de l’air américaine (USAF) a conclu à une défaite rapide de l’armée américaine face à la Chine en cas d’invasion de Taïwan. Bien que ne pouvant encore se comparer à la puissance militaire américaine, la Chine a entrepris un énorme effort de modernisation de ses forces qui suscite désormais l’inquiétude au sein de l’hégémon américain. Un article de CNN relevait ainsi que « La Chine a construit plus de navires en un an de paix (2019) que les États-Unis en quatre ans de guerre (1941-1945) ».

Marine chinoise

Billions de dollars et guerres perdues

Il faut dire que pendant ces vingt dernières années, l’armée américaine s’est progressivement usée dans des guerres ruineuses qu’elle n’a jamais réussi à gagner et qui n’ont apporté aucun bénéfice stratégique majeur.

La guerre d’Irak a couté 3000 milliards de dollars aux États-Unis et, pour ce prix modique, elle n’a réussi qu’à renforcer la position de l’Iran et de la communauté chiite au moyen-orient. La guerre en Afghanistan a couté 450 Md$ ce qui aurait d’ailleurs fait dire à Ben Laden qu’il avait réussi à ruiner les États-Unis avec un attentat à moins d’un million de dollars. Pas faux.

La stratégie américaine en Syrie est devenue un jeu illisible dans lequel des proxys islamistes sont soutenus un jour pour être bombardés le lendemain. Au Yémen, le soutien actif de l’armée américaine en matériel, en renseignement et en actions clandestines n’a pas permis à l’Arabie Saoudite de vaincre les rebelles Houthissoutenus par l’Iran après 6 ans d’une guerre calamiteuse sur le plan humanitaire, et ce en dépit de la disproportion des moyens engagés.

Après l’intervention occidentale de 2011 à l’initiative du président Sarkozy, la Libye est devenue un cloaque ingouvernable en proie à la guerre civile et est aujourd’hui une des principales portes d’entrée de l’immigration clandestine africaine, menaçant de déstabiliser l’Europe.

En résumé, à part semer le chaos un peu partout au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pour un résultat stratégique clairement négatif, personne ne comprend trop à quoi ont servi les billions de dollars dépensés par les États-Unis dans son appareil militaire depuis 20 ans, si ce n’est pour gaver un appareil militaro-industriel devenu obèse. [1]

Guerre au Yemen

La surprise russe de 2018

À ces multiples déconvenues de l’Hégémon américain s’est ajoutée la rupture technologique majeure de la propulsion hypersonique, dévoilée en 2018 par le président Poutine qui est devenue le cauchemar des états-majors occidentaux.

Les nouveaux systèmes d’armes russes hypersoniques tels que l’Avangard remettent non seulement en cause la capacité des systèmes antimissiles américains de prévenir une première frappe russe sur le sol américain ; mais ils sont également une menace majeure pour les flottes US qui deviennent de facto d’énormes cibles à plusieurs dizaines de milliards de dollars au milieu de l’océan. Grâce à ces nouveaux systèmes d’armes, la mer Noire et la mer de Chine peuvent être désormais transformées en zone d’exclusion rendant très dangereuse toute incursion pour la Marine américaine.[2]

En matière de puissance militaire, le meilleur classement est sans doute établi par le site atlasocio.com. Son “Power Index” prend en compte plus de 50 indicateurs relatifs à la défense nationale. Plus il se rapproche de 0, plus le niveau est élevé.

Pour l’année 2020, le classement place logiquement en tête les États-Unis avec un score de 0,0606 suivi de la Russie avec 0,0681 et la Chine avec 0,0691. La France est classée 7ème avec un score de 0,1702. Malgré le poids énorme de budget de la défense américain (650 Md$ à comparer à 250 Md$ pour la Chine et 60 Md$ pour la Russie), on constate que les États-Unis sont désormaissérieusement contestés en tant que superpuissance militairece qui explique l’hystérisation croissante de leurs relations avec la Russie et la Chine.Le désastre industriel du JSF

Toujours dans le domaine technologique, un autre dossier donne également des sueurs froides à l’état-major américain : celui du JSF F35 surnommé la « dinde volante ». Cet énorme programme militaire à plus de 1000 milliards de dollars vise à remplacer l’ensemble de la flotte des avions de chasse américains par un seul avion multirôles.[3]

Hors de prix, bourré de défauts, incapable de dépasser durablement le mur du son sans se désagréger, ce programme va de Charybde en Scylla et est en passe de devenir le plus gros désastre industriel de tous les temps. Le dernier secrétaire à la défense de Donald Trump avait qualifié le F35 de « paquet de merde » et de « monstre » juste avant son départ et il est de plus en plus probable que le programme soit discrètement tué par l’USAF et remplacé par un programme moins ambitieux.

JSF F35

Mais rien n’est certain : le Pentagone est hors contrôle depuis le début des années 2000, engloutissant des sommes folles que le GAO (la Cour des comptes américaine) a renoncé depuis longtemps à auditer sérieusement, et Le Pentagone n’hésite plus à désobéir aux ordres reçus de l’exécutif.

Dans un entretien exclusif avec The Grayzone, le colonel Douglas Macgregor, ancien conseiller principal du secrétaire à la Défense, a ainsi révélé que le Pentagone avait continument et sciemment saboté tous les efforts du président D. Trump pour obtenir un retrait des troupes américaines d’Afghanistan au cours de son mandat.

Dans un discours d’adieu inquiétant prononcé en 1961, le président Eisenhower mettait déjà en garde contre le danger d’un complexe militaro-industriel en roue libre :

« Dans les assemblées du gouvernement, nous devons donc nous garder de toute influence injustifiée, qu’elle ait ou non été sollicitée, exercée par le complexe militaro-industriel. Le risque potentiel d’une désastreuse ascension d’un pouvoir illégitime existe et persistera. ».

Il semble que ce risque soit désormais avéré et que les forces armées américaines soient entrées dans une phase de déstructuration qui laissent un lointain souvenir des grands noms tels que Lee, Jackson, Grant, Sherman, MacArthur, Patton, Nimitz et tant d’autres généraux hauts en couleur qui ont fait la gloire de l’armée américaine, à l’époque où elle savait encore gagner des guerres.Une guerre mondiale aujourd’hui plus probable que jamais ?

Le dernier sommet sino-américain en Alaska des 18-19/03 témoigne de l’agacement grandissant de l’alliance sino-russe visà-vis d’interlocuteurs occidentaux qui ne sont plus considérés comme fiables et rationnels.

Des reproches maladroits du représentant américain Anthony Blinken sur la situation des droits de l’homme en Chine ont déclenché en retour une réaction aussi furieuse que rarissime du représentant chinois qui a agoni un Anthony Blinken livide pendant 15 minutes sur la situation intérieure des États-Unis où « de nombreux américains n’ont eux-mêmes pas confiance dans la démocratie aux États-Unis ».

Comme l’a relevé un commentateur perspicace :

«  S’il devait y avoir une date pour que les historiens marquent l’humiliation télévisée et la fin officielle de l’hégémonie américaine, ce serait la gifle publique du secrétaire d’État Antony Blinken et du NSA Jake Sullivan par l’ambassadeur chinois sur le sol américain » – Mollie (@MZHemingway) March 22, 2021.

Sommet Alaska Chine US

Malheureusement, il faut aussi craindre une réaction désespérée de l’hégémon américain désormais dirigé par une élite déconnectée qui ne vit plus que dans un monde de communication et d’affect outragé. C’est bien ce que craignent aujourd’hui les dirigeants chinois et russes : plus qu’une défaite militaire, une fuite en avant de l’occident vers une guerre mondiale.

Cette hypothèse catastrophique est aujourd’hui plus vraisemblable qu’elle ne l’était au temps de la guerre froide, à une époque où l’élite militaire et politique occidentale – qui connaissait encore le prix atroce de la guerre – était encore rationnelle et compétente et où aucun président américain ne se serait abaissé à attaquer ad hominem son interlocuteur russe en le traitant de « tueur ».

30 mars 2021 Nicolas Bastien

NOTES de H. Genséric 
[1] 
Depuis 2001, les États-Unis et leurs alliés ont largué plus de 326.000 bombes et missiles à l’étranger

– USA. Le Pentagone est un nid de pédophiles

[2] Voici la ” super-arme ” russe qui pose la plus grande menace pour l’armée américaine
[3]
 Le F-35, un échec emblématique… parmi d’autres

20 années durant, le programme du Pentagone en vue de développer l’avion F-35 est apparu comme invincible, malgré retards répétés et importants dépassements de budget. Et voilà qu’en l’espace d’à peine quelques semaines, le soutien officiel accordé au F-35 semble évaporé. Ce n’était pas trop tôt.
Sur la fin de l’administration Trump, le secrétaire à la défense en poste a qualifié ce programmé de « tas de merde…«  Le directeur de l’Air Force a reconnu que le F-35 ne serait jamais en mesure de remplir les tâches qui lui furent initialement assignées. Et voici qu’à présent, c’est le comité des services des armées à la Chambre qui affirme que nous devrions cesser de déverser de l’argent dans le « trou à rats » F-35. ….

À tout le moins, il faut bloquer la mise en production jusqu’à la fin des tests opérationnels du programme. Les tests continuent de révéler des problèmes de conception dans le F-35 — le dernier décompte du mois de janvier en dénombre 871, soit seulement 2 de moins que l’an passé. D’ici à ce que le processus de tests soit terminé, et que les ingénieurs trouvent des solutions à ces problèmes, tous les avions F-35 achetés seront fabriqués avec ces failles, ce qui exigera par la suite de coûteuses et profondes modifications pour pallier à des problèmes dont certains n’ont même pas encore été révélés par le processus de test.

Le F-35 est la tête d’affiche des programmes trop coûteux pour être pertinents à l’avenir. On aurait dû annuler ce programme il y a plus de dix ans, avec son manquement Nunn-McCurdy, lorsque les coûts de développement et d’achat furent doublés. L’annuler à présent pourrait assurer une économie de 200 milliards de dollars rien qu’en coûts d’acquisition…

Par Dan Grazier − Le 19 mars 2021 − Source pogo.org

Hannibal GENSÉRICEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

5 commentaires:

  1. nicolas bonnal9 avril 2021 à 19:18Excellent boulot.Répondre
  2. andre boran10 avril 2021 à 01:45les usa seront reduit en cendre ce pays est envahi de grand criminels juif et antichretien .le peuple usa aime la violence et le satanisme il doit etre purifie .Répondre
  3. Mr Reynard10 avril 2021 à 05:14La puissance militaire américaine ??
    Comme..e.g, 
    https://www.advocate.com/sites/default/files/02/10967203_856370964404060_371366687_x633_0.jpg

    https://www.advocate.com/sites/default/files/02/10988759_856370954404061_1601043175_x633_0.jpg

    https://www.advocate.com/sites/default/files/02/10969324_856370981070725_677178656_x633_0.jpgRépondre
  4. nicolas bonnal10 avril 2021 à 07:39Heureusement il reste la puissance sexuelle : https://www.zerohedge.com/political/daily-mail-exposes-hunter-biden-bombshells-after-tell-all-book-holds-backRépondre
  5. nicolas bonnal10 avril 2021 à 07:59“ce qui aurait d’ailleurs fait dire à Ben Laden qu’il avait réussi à ruiner les États-Unis avec un attentat à moins d’un million de dollars. Pas faux.” Ben Laden ? L’attentat ? Relisez-vous !Répondre

Voyez la suite

USA

Selon un ancien fonctionnaire américain, Al-Qaeda en Syrie est « un actif » pour la stratégie américaine

Publié

le

La Turquie a lancé une nouvelle campagne de relations publiques visant à blanchir Al-Qaïda en Syrie. Des journalistes « occidentaux » ont été invités dans le gouvernorat d’Idleb par une agence turque pour tourner des films sur Hayat Tahrir al Sham, l’entité d’Al-Qaïda dirigée par Abu Mohammad al-Jolani qui règne sur Idleb.

Jolani (G) et Martin Smith (D)

Le service public de radiodiffusion américain a envoyé une équipe pour suivre l’évènement et a obtenu une interview avec Jolani lui-même :

Dans sa première interview avec un journaliste américain, Jolani a déclaré au correspondant de FRONTLINE, Martin Smith, que son rôle dans la lutte contre Assad et ISIS, et dans le contrôle d’une région où vivent des millions de Syriens déplacés qui pourraient potentiellement devenir des réfugiés, reflétait des intérêts communs avec les États-Unis et l’Occident.
Jolani a déclaré à Smith que son groupe, Hayat Tahrir al-Sham, ne représentait aucune menace pour les États-Unis, et que le gouvernement devrait le retirer de sa liste de terroristes désignés.
“Avant tout, cette région ne représente pas une menace pour la sécurité de l’Europe et de l’Amérique”, a déclaré Jolani à Smith. “Cette région n’est pas une base de départ pour porter le djihad à l’étranger”.

Il n’y a bien sûr aucune raison de croire de telles inepties :

Aaron Y. M. Zelin, dont les recherches au Washington Institute for Near East Policy portent sur les groupes jihadistes en Afrique du Nord et en Syrie, a déclaré à Smith qu’il était difficile de connaître les intentions de Jolani “parce qu’il a toujours été un caméléon”. Zelin a déclaré dans une interview réalisée le 8 mars : “Comment pouvez-vous faire confiance à quelqu’un qui essaie simplement de survivre et de rester au pouvoir, parce que c’est la seule façon dont il peut le faire ?”.

Quand même – PBS blanchit le gars. Il suffit de voir ce passage :

Depuis le début du conflit en Syrie il y a dix ans, les forces du régime Assad et ISIS ont commis des violations des droits de l’homme à grande échelle. Les actions du régime Assad, a déclaré Jolani à Smith, correspondent à la définition du terrorisme parce qu’il “tue des innocents, des enfants, des pauvres, des femmes.”
Les organisations de défense des droits de l’homme ont également documenté les violations commises par Hayat Tahrir al-Sham, qu’il s’agisse d’attaques aveugles contre des zones civiles ou d’arrestations arbitraires.

Les « arrestations arbitraires » semblent légères par rapport aux « violations des droits de l’homme à grande échelle ». Et ce, jusqu’à ce que vous appreniez, à la lumière de l’actualité récente, comment Hayat Tahrir al Sham gouverne réellement :
Trois femmes et un homme ont été lapidés à Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, lundi, sur ordre du groupe militant islamiste Hay’at Tahrir Al-Sham (HTS).
Selon des sources proches de HTS, qui ont parlé au journal en langue arabe de The New Arab, Al-Araby Al-Jadeed, les personnes exécutées ont été accusées d'”adultère” et de “tentative de meurtre”.
Ils ont été brutalement exécutés dans le centre-ville et la sentence a été exécutée par les appareils de sécurité, selon les sources.

Mais le gouvernement américain et ses médias n’ont jamais eu de mal à s’allier avec des entités qui commettent de tels crimes. En fait, ils les considèrent souvent comme des outils précieux. 

D’anciens responsables américains n’ont aucun problème à l’admettre :
James Jeffrey, qui a été ambassadeur des États-Unis sous les administrations Républicaine et Démocrate et, plus récemment, représentant spécial pour l’engagement en Syrie et envoyé spécial auprès de la coalition mondiale pour vaincre ISIS sous l’administration Trump, a déclaré à Smith que l’organisation de Jolani était “un actif” pour la stratégie américaine à Idleb.

Jeffrey est-il désormais en infraction avec la loi sur la protection des identités dans les services de renseignement ?
La loi sur la protection des identités en matière de renseignement de 1982 (Pub.L. 97-200, 50 U.S.C. §§ 421-426) est une loi fédérale américaine qui fait de ceux qui ont accès à des informations classifiées, ou de ceux qui cherchent systématiquement à identifier et à exposer des agents secrets et ont des raisons de croire que cela nuira aux activités de renseignement extérieur des États-Unis, un crime fédéral.

Probablement pas. La loi ne protège que les agents couverts et il est depuis longtemps évident que Jolani et son groupe travaillent dans l’intérêt des États-Unis.

Par Moon of Alabama – Le 3 avril 2021;   Via le Saker Francophone

Proof that Osama bin Laden Was CIA and Died in 2001 — Bush – Laden – CIA  Connections | Alfred Vierling

VOIR AUSSI :
–   L’origine yéménite des Hébreux
–   « Printemps arabe » – Dix ans après… Ne me parlez plus de jasmin !
–   Le numéro 2 d’Al-Qaïda tué en 2005, 2006, 2007, 2008 … 2017, 2020
–   Ben Laden, la Star de la CIA éduquée à Oxford 
–   Un document de la CIA prouve qu’Oussama Ben Laden était un agent de la CIA nommé Tim Osman

Hannibal GenséricEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

1 commentaire:

  1. andre boran11 avril 2021 à 01:59merde mais , detruisez ce peuple satanique usa et purifiez ce pays avec le feu pour que la paix revienne sur terre .Répondre

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance