Les dissidents même pacifiques sont considérés comme étant les nouveaux terroristes… quand on veux tuer sont chat on dit qu’il a la galle…

Spread the love

Ils m’ont baptisé « conspirateur COVID »

La mauvaise nouvelle est que deux des institutions les plus puissantes d’Amérique m’ont baptisé «super-épandeur de COVID». La bonne nouvelle est que je suis accusé de super-diffusion des «théories du complot COVID», et non de la maladie elle-même. Mais la pire nouvelle est que dans la façon dont les choses se passent, les «propagateurs de conspiration» pourraient bientôt être mis en quarantaine dans les goulags COVID en tant que menaces pour la santé publique. Les dissidents, semble-t-il, sont les nouveaux terroristes. [0]

L’Associated Press et le Conseil de l’Atlantique ont publié simultanément une attaque coordonnée contre moi et d’autres personnes accusées de propager des analyses alternatives sur l’origine du COVID-19. Bien que l’éthique journalistique de l’écrivain de l’AP, David Klepper ait besoin d’une mise au point, et bien que le Conseil de l’Atlantique m’ait calomnié, je suis honoré d’être reconnu, même de manière mensongère et contraire à l’éthique, pour mes efforts pour découvrir et diffuser la vérité évidente mais indicible que COVID-19 presque certainement une arme biologique américano-OTAN, probablement délibérément déclenchée. Si les auteurs sont finalement poursuivis pour crimes de guerre, que le complexe mondial d’armes biologiques est fermé et que l’humanité est sauvée, je serai heureux d’en accepter une partie. Et dans le cas le plus probable où l’impunité prévaudrait, et des fléaux bien pires suivraient, je pourrai au moins dire que j’ai essayé.

L’article de l’AP du journaliste au Times of Israel, Klepper me cite avec justesse en écrivant que la première flambée en Iran «suggère que les Américains et / ou leurs partenaires, les Israéliens… ont délibérément attaqué l’Iran ». Puis Klepper me cite hors de son contexte: «Il me semblait assez évident que la première hypothèse à examiner quand quelque chose d’aussi extraordinaire que cette pandémie COVID se produirait, c’est que ce serait une attaque de guerre biologique américaine.» Cette déclaration, dépourvue de contexte, semble dingue. Klepper a délibérément laissé de côté mes déclarations antérieures exposant le contexte historique et géostratégique.

Contexte historique: les services de renseignement militaire américains et leurs alliés ont, à plusieurs reprises, mené une guerre biologique contre de nombreux pays, dont la Corée, Cuba, la Russie [1], le Zimbabwe et (presque certainement) la Chine; ont attaqué leur propre Congrès, ainsi que des journalistes, avec de l’anthrax; et ont ensuite utilisé leur propre attaque à l’anthrax contre l’Amérique pour augmenter massivement le budget de la guerre germinale, dépensant des milliards sur des éléments tels que la recherche sur le «gain de fonction» sur les coronavirus de chauves-souris extrêmement dangereux, entre autres pathogènes. Le COVID-19 ne serait pas le premier fléau militaire américain: le «découvreur» de la maladie de Lyme, Willie Burgdorfer, a avoué en larmes sur vidéo qu’il avait en fait fabriqué Lyme pour le complexe de guerre biologique américain [2]. Pour des preuves à l’appui des affirmations ci-dessus, voir les liens et les sources dans mon article pré-COVID «Guerre biologique américaine: un cocktail toxique de guerre bactériologique et de gros mensonges».

Contexte géostratégique: La puissance militaire n ° 1 mondiale actuelle, les États-Unis, cherche désespérément à contrecarrer l’essor économique de la deuxième puissance émergente, la Chine. Comme Graham Allison l’a observé dans The Thucydides Trap (Piège à Thucydide), «lorsqu’une grande puissance menace d’en déloger une autre, la guerre en est presque toujours le résultat…» Et cette guerre est presque toujours lancée par la puissance n ° 1 dans l’espoir de prévenir la montée de la n ° 2. Donc, selon le précédent historique, nous devrions nous attendre à ce que les États-Unis utilisent des moyens militaires pour essayer d’arrêter la montée en puissance de la Chine. Étant donné que la montée en puissance de la Chine est tirée par sa croissance économique extraordinaire et soutenue, nous nous attendons à ce que les États-Unis ciblent l’économie chinoise. Une manière évidente d’y parvenir est la guerre biologique.

De tels efforts sont probablement en cours depuis au moins une décennie. Des sources chinoises ont allégué que la grippe aviaire et la grippe porcine ont été délibérément propagées dans toute la Chine par des agents militaires américains afin de priver la Chine de ses principales sources de viande. COVID-19, qui est mystérieusement apparu à Wuhan (le centre de transit de toute la Chine) à la plus grande date de voyages, le Nouvel An chinois, à la suite de la visite d’une équipe très risquée des Jeux militaires américains [3], ressemble à une autre attaque  américaine, attaque visant à nuire à l’économie chinoise et à en faire –comme le disait Trump- la source du «virus chinois» ou de la «grippe de Wuhan». Cette analyse semble encore plus probable à la lumière de la prochaine cible, les religieux liés au gouvernement iranien au centre de l’épidémie qui a suivi à Qom.

L’analyse que je viens de décrire est admirablement développée dans l’article de Ron Unz «American Pravda: Our Coronavirus Catastrophe as Biowarfare Blowback?» Les preuves les plus solides que j’ai soulevées, citées par Klepper, ont été soulignées par Ron Unz dans sa présentation au séminaire en ligne COVID Biowar ainsi que dans son article: «Il apparaît donc que des éléments de la Defense Intelligence Agency étaient au courant de l’épidémie virale mortelle à Wuhan plus d’un mois avant tout fonctionnaire du gouvernement chinois lui-même. À moins que nos agences de renseignement n’aient été les pionnières de la technologie de précognition, je pense que cela peut être arrivé pour la même raison que les incendiaires ont la connaissance la plus précoce des futurs incendies.

Si l’AP et derrière lui, le Conseil de l’Atlantique recherchaient des personnes influentes responsables de la diffusion de l’hypothèse que COVID-19 est une arme biologique américaine, ils auraient dû appeler Ron Unz, comme j’ai fortement exhorté David Klepper [par ailleurs journaliste juif au Time of Israel] à le faire. Alors pourquoi Ron n’a-t-il pas fait partie de la liste? Peut-être que Klepper et ses maîtres Mockingbird (Oiseaux Moqueurs) ne voulaient pas attirer l’attention sur le formidable essai de Ron. En effet, les suspects habituels semblent terrifiés par cet article. Peu de temps après sa publication, la Unz Review a été soudainement frappée par une censure massive et apparemment coordonnée par Google et Facebook.

David Klepper détournerait-il délibérément les lecteurs de Ron Unz et de “American Pravda: Our Coronavirus Catastrophe as Biowarfare Blowback?”  [ La catastrophe du coronavirus : un effet boomerang de la guerre biologique déclenchée par les États-Unis contre la Chine ?]  

Utiliserait-il sciemment et intentionnellement une citation hors contexte pour essayer de me faire paraître irrationnel? Très probablement. Après tout, il a violé l’éthique journalistique et la décence humaine fondamentale en rompant sa promesse de partager son enregistrement de son interview avec moi. Comme je l’ai écrit à Ron Unz aujourd’hui:

Salut Ron,

C’est étrange comment vous et votre article avez été ignorés, alors que j’ai récolté tout le crédit de vos idées (avec lesquelles je suis d’accord, mais quand même …)

J’ai fait une interview avec l’auteur, David Klepper, il y a quelques mois, j’ai cité votre article «blowback» et je l’ai exhorté à vous contacter. Est ce qu’il l’a fait ?

Quand il a enregistré l’interview sur Zoom, il a dit que je pouvais l’enregistrer, puis a fait semblant d’être confus et incapable de changer le réglage pour me permettre de le faire. J’ai dit que je ne ferais pas l’interview à moins qu’il ne promette de partager son enregistrement avec moi. Il a accepté, puis a renié plus tard et a menti sur ce qui s’était passé. Voir ci-dessous.

Meilleurs salutations

Kevin

Ron Unz a répondu:

Merci, Kevin, ce silence est un peu irritant mais pas inattendu, et je n’ai certainement jamais entendu parler de lui.

Je suis à peu près sûr que l’ADL [4] et des organisations similaires ont, pour des raisons assez évidentes, publié une sorte de décret interdisant aux MSM (Grands Médias Menteurs) de mentionner mon nom ou ma publication. En fait, j’ai publié une chronique sur la situation l’année dernière:

À titre d’exemple, il y a eu une énorme controverse sur Internet l’année dernière qui est entrée dans le NYT, le WashPost et divers autres points de vente MSM. J’ai lu l’histoire dans mon NYT du matin et je me suis demandé de quoi il s’agissait, découvrant seulement plus tard qu’il s’agissait en fait de mon propre site Web.

De même, un enquêteur du SPLC a publié une énorme pièce à succès contre Stephen Miller, probablement le responsable le plus détesté de Trump [5], essayant de le forcer à démissionner en s’associant à toutes sortes d’écrivains «controversés». L’une des pièces principales a été initialement publiée sur mon site Internet, lui fournissant sûrement des «associations» suffisamment incendiaires pour couler Miller, mais ils ont scrupuleusement évité de nous mentionner, le sauvant ainsi. Apparemment, maintenir le black-out sur notre publication était plus important que de prendre le scalp de Miller.

Il y a encore un an ou deux, une journaliste du NYT m’a interviewé pendant environ une heure à propos du procès pour admission de Harvard, puis m’a envoyé plus tard une note m’excusant de n’avoir pu utiliser que quelques-unes de mes citations dans son article. Mais lorsque l’article a été diffusé, les citations avaient toutes disparu.

Salut,

Ron

Si David Klepper était un journaliste honnête, il aurait certainement contacté Ron Unz, l’auteur du meilleur article décrivant l’hypothèse du «retour de flamme de la guerre biologique» que j’ai formulé. Et il n’aurait pas permis à ses supérieurs d’effacer Ron Unz et la revue Unz de son article ou des médias en général.

De même, si Klepper avait été honnête, il aurait tenu sa promesse de partager son enregistrement de notre interview. J’aurais pu publier cet enregistrement ici, et vous auriez pu m’écouter et m’entendre exposer le contexte historique et géostratégique expliquant pourquoi la «première hypothèse» sur COVID devrait être une attaque de guerre biologique américaine. Sans l’enregistrement, c’est ma parole contre la sienne: je me souviens clairement d’avoir exposé le contexte, alors qu’il peut prétendre que je ne l’ai pas fait, ou plus probablement, qu’il m’a simplement ignoré.

J’insiste toujours sur le droit à un enregistrement complet et non édité de toutes les interviews que je fais avec quiconque, y compris le FBI. Si vous laissez quelqu’un d’autre vous enregistrer, il peut choisir vos mots, les extraire de leur contexte et les utiliser pour vous déformer. L’enregistrement complet et original de l’ensemble de l’entrevue est votre seule défense.

Klepper a violé l’éthique journalistique élémentaire en rompant sa promesse de partager l’enregistrement de l’interview avec moi, puis en prenant délibérément une citation hors de son contexte pour me donner un air irrationnel. Mais ses partenaires criminels au Conseil de l’Atlantique m’ont en fait diffamé:

«Press TV et d’autres médias iraniens ont également amplifié les affirmations de E. Michael Jones, rédacteur en chef du Culture Wars Magazine – également cité par le Southern Poverty Law Center comme antisémite – et de Kevin Barret, un négationniste américain qui a également affirmé que les attaques du 11 septembre étaient un «travail de l’intérieur» de l’administration George W. Bush. »

En plus de mal orthographier mon nom, les atlantistes m’ont, non seulement  faussement accusé de «négation de l’Holocauste», mais en ont fait mon identité principale, et ont fait de la vérité sur le 11 septembre, un intérêt secondaire! En fait, ma carrière de personnalité publique a été lancée entièrement grâce à ma participation au mouvement de vérité sur le 11 septembre. J’ai publié plusieurs livres et des milliers d’articles sur le 11 septembre et des sujets connexes, et je suis apparu dans tous les médias grand public, y compris le New York Times (ici et ici), NPRChicago TribuneThe Christian Science MonitorCNNthe Daily Beast, et ailleurs, en tant qu’érudit et activiste sur la vérité du 11 septembre.

En revanche, j’ai consacré moins de temps à la recherche et à la discussion sur l’Holocauste qu’à des dizaines, voire des centaines d’autres sujets. Je considère l’Holocauste comme une question de liberté d’expression, et pour cette raison, j’en discute occasionnellement dans mes émissions, qui sont consacrées à la liberté d’expression sur des sujets controversés, tout comme je discute sur des centaines d’autres questions brûlantes.

Sur l’Holocauste, comme sur COVID en tant que retour de flamme de la guerre biologique, je dois m’en remettre à Ron Unz, qui a écrit un article formidable sur le «déni de l’Holocauste» : Ron Unz : La narration dominante de l’Holocauste est « substantiellement, sinon totalement, fausse »  [6]. Ron [qui est juif] donne fortement raison aux révisionnistes. Je ne suis pas aussi calé que lui sur ce sujet. Mais après avoir fait des recherches superficielles, je ne peux m’empêcher de remarquer que les révisionnistes comme Thomas Dalton , Germar Rudolf et Nick Kollerstrom font une meilleure affaire, en se fondant sur la logique et les preuves (médico-légales), que leurs adversaires les plus éminents. Deborah Lipstadt, par exemple, est une idiote hystérique qui ne saurait pas faire la différence entre un argument rationnel-empirique et un drapeau israélien; alors que l’autre volume anti-révisionniste de premier plan, co-écrit par Shermer et Grobman, est moins ridicule mais presque tout aussi peu convaincant. Pourtant, après une poignée de livres et quelques dizaines d’heures de conversations et de films, je ne suis pas assez bien informé pour «nier» quoi que ce soit.

Alors, comment ai-je été diffamé avec de fausses accusations de «négation de l’holocauste»? Ils ont été inventés entièrement en 2006, après que je sois devenu bien connu pour mon travail sur le 11 septembre, mais avant d’avoir pensé ou lu beaucoup de choses sur le débat sur l’Holocauste. Des affirmations calomnieuses me liant à trois «négationnistes de l’holocauste». D’ailleurs, je n’avais jamais entendu parler de deux d’entre eux. Quant au troisième, je nn l’avais jamais lu. Les trois sont apparus sur ma page Wikipédia et y ont été conservées pendant plusieurs années par la direction de Wikipédia, malgré des dizaines de tentatives pour les supprimer par de nombreuses personnes différentes.

Après avoir mené des années de plaintes, Wikipédia a finalement supprimé toute ma page. Mais je continue d’être diffamé en tant que «négateur de l’Holocauste» – sur la page de Ron Unz! Quelles preuves cite l’auguste «encyclopédie du peuple»? Un article visiblement facétieux, publié le jour du poisson d’avril, avec un titre incontestablement ironique:

34 Barrett, Kevin (1er avril 2011). «Je suis un négateur de l’Holocauste». Récupéré le 11 mars 2020.

L’ironie, bien sûr, est une figure de style dans laquelle le sens réel est à l’opposé du sens superficiel. Mon article est une blague sombrement ironique du poisson d’avril. Ce n’est évidemment pas une déclaration sérieuse selon laquelle je suis un négationniste de l’Holocauste au sens où les rédacteurs mensongers et calomnieux de Wikipedia l’interprètent ou font semblant de le faire.[7]

Pourquoi les «rédacteurs» anonymes de Wikipédia sont-ils autorisés à diffamer les gens en toute impunité? Pourquoi ces mensonges diffamatoires sont-ils diffusés sans réfléchir par les médias et les groupes de réflexion? Pourquoi les journalistes professionnels comme David Klepper sont-ils autorisés à mentir et à rompre leurs promesses envers les personnes interviewées? Pourquoi des gens comme Klepper prennent-ils des citations hors de leur contexte dans le but d’éliminer quelqu’un?

Pas étonnant que de plus en plus de gens détestent les médias. Pas étonnant qu’une foule en colère ait détruit l’équipement des médias devant le Capitole le 6 janvier.

Une fois que le peuple américain a compris à quel point ses dirigeants lui ont menti, notamment en ce qui concerne le COVID-19 de la guerre biologique menée par les États-Unis, l’«insurrection» du Capitole peut s’avérer être un précurseur relativement gentil et doux de plus gros et plus conséquentes choses à venir.

Source : AP and Atlantic Council Anoint Me “COVID Conspiracy Super-Spreader”— and Erase Ron Unz; 
The Unz Review

Par Kevin Barrett • February 16, 2021

NOTES de H. Genséric

[0] COVID-Arnaque. Bientôt, des goulags « sanitaires » pour les récalcitrants, les contestataires, et tous les autres !!

[1] ESSENTIEL. Ron Unz: La catastrophe du coronavirus : un effet boomerang de la guerre biologique déclenchée par les États-Unis contre la Chine ?

–  La Chine soutient la Russie contre les menaces biologiques américaines
–  Les bombes biologiquse du Pentagone ciblent la Russie, l’Iran et la Chine
–  Poutine met en garde contre la collecte effrayante d’ADN russe par les Américains
–  Les Américains développent des armes biologiques pour exterminer les Russes

[2] Maladie de Lyme : le Pentagone a-t-il utilisé les tiques comme arme biologique ?
–  La maladie de Lyme a été inventée par un laboratoire américain d’armes biologiques
–  Le gigantesque programme d’armes biologiques du Pentagone frappe l’Amérique comme un boomerang

[3] CONFIRME. Les USA ont introduit le COVID-19 en Chine à l’occasion des « Jeux Militaires » de Wuhan
–   
 Preuve. Voici l’un des « athlètes américains » et officier du renseignement qui a introduit le COVID-19 en Chine
–   
Coronavirus. Après la Chine, les soldats américains infestent l’Europe, le Japon, la Corée du Sud, etc.
–   
Des sportifs français contaminés par le Covid-19 dès octobre aux Jeux militaires de Wuhan ?
–   
COVID. Les tenants et les aboutissants de l’Arnaque. Par Foster Gamble :
Onze mois de recherches dévouées m’ont conduit à la conclusion inéluctable que la plupart d’entre nous sont des cibles sans méfiance du plus grand crime de l’histoire . Nous sommes au bord d’un scénario mondial de tyrannie médicale, biologique et politique qui ferait passer l’holocauste d’Hitler ou le grand bond de Mao comme un jeu d’enfant – car cette fois, il englobe la planète entière.

Q – Êtes-vous en train de dire que vous êtes un théoricien du complot?
Oui, comme la plupart des gens qui se sont réellement penchés sur les complots du passé et du présent. Mais plus important encore, je me considère comme un analyste du complot. Je suis très conscient qu’une grande partie de l’activité destructrice dans le monde est le résultat de conspirations très réelles.

Alors peut-être êtes-vous un «théoricien de la coïncidence»? Le virus n’est pas naturelL’effondrement économique n’est pas naturel. Les vaccins proposés ne sont pas naturels. Forcer les gens à s’injecter des toxines n’est ni naturel ni moral. Se donner le pouvoir de forcer les gens à quitter leur travail et de restreindre leurs mouvements n’est ni naturel ni moral.

Nous sommes dans un moment très dangereux au niveau mondial – en partie en relation avec notre santé – mais surtout en relation avec les auteurs du programme de domination mondiale utilisant cette opération Covid sous «faux drapeau», ce scénario «Problème / Réaction / Solution», pour sauter leur ligne de but prévue dans leur plan de règle complète des espèces. De leur point de vue, c’est «Comment pouvons-nous obtenir un contrôle complet des systèmes mondiaux avec une résistance minimale et avant que les gens ne réalisent ce que nous faisons?»

[4] American Pravda. L’Anti-Defamation League dans la société américaine
–   Un « Privilège juif » = Le Monopole de la parole
–   Trump et ADL proposent un « Goulag » pour «les gens qui n’aiment pas suffisamment Israël»
–   Philip Giraldi : les groupes juifs manipulent le message 

[5] Appels au limogeage d’un conseiller de Trump, accusé de sympathies racistes

Stephen Miller, un des conseillers les plus radicaux de Donald Trump, est connu pour être le défenseur décomplexé d’une politique résolument anti-immigration. Mais une récente fuite d’emails le montre aussi puisant dans les idées du suprémacisme blanc, ce qui a poussé 25 parlementaires juifs à exiger son départ.
« En tant que membres juifs du Congrès, nous vous demandons de relever immédiatement Stephen Miller de ses fonctions« , ont écrit dans une lettre adressée ce week-end au président américain. Son soutien bien documenté aux leitmotivs du nationalisme blanc et violemment anti-migrants est absolument inacceptable« , ont-ils poursuivi.
« J’ai été horrifiée par ces emails et leur contenu mais malheureusement, je n’ai pas été surprise« , a dit dimanche à la radio NPR Kim Schrier, l’une des 25 parlementaires de confession juive à avoir signé la lettre au président Trump. « Je pense qu’aucun d’entre nous ne s’est étonné de voir qu’une si grande partie de la rhétorique émanant de Stephen Miller (qui est juif)) était enracinée dans une rhétorique antisémite et liée au nationalisme blanc« , a-t-elle affirmé.   Source : Le Point

[6] Ron Unz : La narration dominante de l’Holocauste est « substantiellement, sinon totalement, fausse » 
–   « Dites la vérité et vous humilierez le diable », livre de Gerard Menuhin 
–   HOLOCAUSTE. Lettre du Dr juif français Roger Dommergue à Steven Speilberg 
–   Quelques mensonges évidents dans la Shoah – Par le professeur R.Dommergue 

[7] Le fondateur de Wikipedia est un dealer de porno et un agent de propagande sioniste
–   Méfiez-vous de Wikipédia : mensonges et désinformation par la CIA et consorts
–   Le problème de Wikipédia par Paul Craig Roberts

VOIR AUSSI :

–   Les armes biologiques du Pentagone ou comment les USA veulent NOUS exterminer 
–   Confirmation : Les laboratoires US de guerre biologique à l’origine d’Ebola en Afrique de l’Ouest 
–   Les bombes biologiques du Pentagone ciblent la Russie, l’Iran et la Chine
–   Poutine met en garde contre la collecte effrayante d’ADN russe par les Américains
–   Les Américains développent des armes biologiques pour exterminer les Russes
–   Réel et prouvé: le plan américain de dépeuplement par la guerre biologique
–   Le projet pour un nouveau siècle américain et l’ère des armes biologiques : 20 ans de terreur psychologique
–   La «grippe mortelle» provenant de Géorgie est-elle créée dans le biolab américain?–   Programme financé par les États-Unis de «Désinformation» des armes biologiques développées en Géorgie 
–   La maladie de Lyme a été inventée par un laboratoire américain d’armes biologiques
–   ALERTE. Échappé d’un laboratoire étasunien, un fléau ravage l’Europe et les pays méditerrannéens
–   CONFIRMATION. Le coronavirus est une arme de guerre biologique

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*