Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

OMS

_

Publié

le

Le Président Malgache dénonce l’OMS qui veut le payer pour mettre du Poison dans son remède naturel à l’Artémisia pour tuer les Africains ! 

L’OMS (L’Organisation Mafieuse de la Santé) semble vouloir corrompre tous les Chefs d’État pour qu’ils appliquent les Plans du Nouvel Ordre Mondial Nazi en supprimant tous les remèdes efficaces pour que la population soit malade et meurt au maximum dans le cadre de leur Plan de la dépopulation de plus de 95% qu’ils aimeraient atteindre avec de nombreux poisons, métaux lourds, 5G et surtout leurs vaccins stérilisateurs ! Ainsi ils avaient proposé 800.000€ au Président Biolérusse pour appliquer la Dictature Sanitaire qui a refusé, le présentant comme un horrible dictateur ! C’est pour cela qu’ils financent son opposition pour essayer de le faire tomber ! Par contre le dictateur Macron est présenté comme un gentil démocrate, même s’il a été élu par une fraude électorale digne des dictatures bananières !  “L’OMS m’a offert 20 millions de dollars pour mettre un peu de toxique dans mon remède Covid-19” !  
Le Président Malgache Andry Rajoelina aurait déclaré que l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS, lui aurait offert 20.000.000 $ pour mettre du poison dans son remède contre les coronavirus, alors que les Européens ont piraté leur remède.
Andry Rajoelina dit : “Soyez vigilants, l’Organisation mondiale de la santé que nous avons rejointe en pensant qu’elle nous aidera, est là pour tuer les Africains”. 
“Mon pays, Madagascar, a trouvé un remède contre le coronavirus, mais les Européens m’ont proposé de mettre des toxines dans ce remède pour tuer mes amis africains qui l’utiliseront. Je demande à tous les Africains de ne pas utiliser leur vaccin contre les coronavirus, car c’est tuer, venez à Madagascar vous qui êtes malades, mon pays est prêt à vous recevoir avec enthousiasme, notre remède est de couleur jaune, n’achetez pas celui de la couleur verte, celui de la couleur verte vient d’Europe, les Européens ont piraté notre remède, ils ont mis des poisons pour tuer seulement les Africains comme ils le voulaient avec les vaccins que nous refusons”. Il a ajouté : “S’il vous plaît, partagez ce message car il est urgent, ils ont piraté notre médicament, je veux que tous les Africains le sachent, s’il vous plaît ne gardez pas ce message avec vous, partagez conclu-t-il !

Source : 
https://aobrempongnana.wordpress.com/2020/05/15/who-offered-me-20million-dollars-to-put-a-little-toxic-in-my-covid-19-remedy-madagascar-president-exposes-who/

Le Président Malgache dénonce l’OMS !

L’OMS (L’Organisation Mafieuse de la Santé) semble vouloir corrompre tous les Chefs d’État pour qu’ils appliquent les Plans du Nouvel Ordre Mondial Nazi en supprimant tous les remèdes efficaces …

https://changera.blogspot.com/2021/01/le-president-malgache-denonce-loms.html

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARNAQUES

_

Publié

le

Par Gauthier Vincent – 09/02/2021

Une équipe d’enquêteurs de l’Organisation mondiale de la santé a “trouvé” exactement ce que Pékin veut faire croire au monde sur les origines de Covid-19. Il est “extrêmement improbable” que le virus se soit échappé d’un laboratoire chinois. Il s’agit d’une nouvelle tentative de blanchiment par l’OMS de son patron chinois auquel l’agence onusienne est inféodée.

L’équipe a passé quelques jours à Wuhan, où l’épidémie a d’abord été attribuée à un marché de fruits de mer fin 2019 et où le gouvernement a fait de son mieux pour effacer toutes les preuves.

La Chine l’admet: les preuves ont été détruites. Il n’est donc pas surprenant que les enquêteurs n’aient pas appris grand-chose en visitant le labo de Wuhan.

Pas plus que, compte tenu de l’utilisation impitoyable par la Chine de son pouvoir sur les organisations internationales, il n’est surprenant que l’OMS ait fait cette déclaration “improbable”.

En fait, l’équipe a également déclaré que des travaux supplémentaires sont nécessaires pour identifier la source du virus, tout en s’en tenant à l’hypothèse standard selon laquelle le virus a été transmis aux humains par “une espèce hôte intermédiaire”, comme l’a dit Peter Ben Embarek, expert de l’OMS en matière de sécurité alimentaire et de maladies animales.

Il est clair depuis le début de la pandémie que l’OMS est dans la poche de Pékin, travaillant activement pour aider à dissimuler les méfaits du Parti communiste chinois. Et maintenant, selon Peter Ben Embarek, décourageant toute enquête visant à déterminer si le virus s’est échappé de l’Institut de virologie de Wuhan.

L’équipe de l’OMS va plutôt se concentrer sur le suspect préféré de Pékin: la possibilité que le virus ait été transmis par la vente de produits animaux congelés. C’est pratique. Circulez, rien à voir. Le joker chinois, c’est le pangolin.

L’administration Biden, qui a choisi de rétablir les liens entre les États-Unis et l’OMS, devrait faire une enquête approfondie sur les antécédents du groupe en matière de courbettes à Pékin, ou le monde devra s’attendre à ce que l’agence continue à cautionner les mensonges du régime communiste.

Source: NY Post


Voici le patron de l’OMS: un ancien terroriste marxiste-léniniste téléguidé par les Chinois

Par Anne van Gelder – 18/05/2020

Tedros
Photo / Wikipedia

La pandémie de coronavirus a permis aux peuples du monde entier de découvrir que l’OMS était une organisation louche, étrangement liée à la Chine communiste. Mais la grande presse française a consacré trop peu de temps à l’effrayant curriculum vitae de son Directeur Général, Tedros Adhanom Ghebreyesus. 

A l’occasion de l’assemblée générale de l’OMS, qui se tient ce lundi, il est temps de s’intéresser de très près au dossier de cet homme encore bien plus dangereux que nous ne croyez. FL24 vous dit tout. Accrochez-vous, ça secoue.

Comme vous le savez probablement, Tedros est l’homme qui a recommandé aux États de confiner les peuples, conformément à ce que faisait déjà Xi Jinping en Chine. Une recommandation que Macron a suivie aveuglément.

Quand Taïwan a alerté le monde sur le fait que la solution au coronavirus n’était pas le confinement, mais la généralisation des masques, Tedros a usé de tout son pouvoir pour faire taire ce petit pays notoirement anticommuniste, et ennemi de Xi Jinping. Au fur et à mesure que la pandémie se répandait, Tedros n’a jamais cessé de soutenir la politique mensongère et cynique du Parti Communiste Chinois, et aujourd’hui encore, il chante les louanges de Xi Jinping chaque fois qu’il en a l’occasion.

Entretemps, lucide et courageux, Donald Trump a claqué la porte de l’OMS et annoncé que les États-Unis ne la financeraient plus. Avec l’appui de l’Australie, Washington a décidé de lancer une enquête sur les agissements de Tedros. Macron a interdit à la France de participer à cette investigation, faisant officiellement entrer notre pays dans le camp des tyrannies.

Mais ce n’est pas tout, loin s’en faut. Car ex-médecin, ex-Ministre de la Santé et des Affaires Étrangères d’Éthiopie, directeur Général de l’OMS depuis le 23 mai 2017, Tedros est membre d’une organisation d’extrême-gauche, le Front de Libération du Peuple du Tigray, qui a financé, avec l’appui de la Chine, son élection à la tête de l’OMS.

Ce parti marxiste-léniniste pur et dur, officiellement désigné par le Département d’État américain comme une organisation terroriste, a fait régner la terreur, par les armes, en Éthiopie, en réprimant toute opposition par des exécutions de masse et en faisant éliminer des journalistes. Le grand journaliste éthiopien en exil Abebe Gellaw, qui travaille entre autres pour le Wall Street Journal, affirme que Tedros était un des leaders de ce parti “responsable en dernier ressort de toute la corruption, des meurtres, de la torture, de la détention massive, de l’accaparement des terres ou des déplacements” en Éthiopie. Bref: un assassin.

Et nous en arrivons au nœud du problème, qui nous concerne tous: les liens entre ce communiste africain et le communisme chinois. Le grand quotidien suisse Le Temps, écrit: “Les opposants au docteur Tedros dénoncent des relations privilégiées avec la Chine, qui influenceraient sa gestion de la crise sanitaire du coronavirus.”

Quand Tedros était Ministère des Affaires Étrangères d’Éthiopie, de 2012 à 2016, la Chine a signé des contrats gigantesques avec l’Éthiopie, faisant de ce pays une porte d’entrée pour le projet de Pékin de colonisation de l’économie africaine. Tedros a participé à ces négociations, les a facilitées et signées. Ainsi est-il devenu un allié très fidèle du Parti Communiste Chinois. Non content d’être un tyran sur son sol, il se mettait ainsi au service de la plus grande dictature au monde: le totalitarisme impérialiste de Xi Jinping.

De plus, quand il était Ministre de la Santé éthiopien, il est soupçonné d’avoir dissimulé, pour des raisons purement politiques, trois épidémies de choléra en Éthiopie: en 2006, 2009 et 2011. Mentir sur la santé des peuples au point de provoquer d’innombrables morts ne semble pas du tout le déranger.

Plusieurs célèbres politiciens américains, comme Ted Cruz, Marco Rubio, John Bolton, ont demandé sa démission de son poste à l’OMS. Une pétition signée par un million de personnes a exigé son renvoi. Selon la chercheuse française Valérie Niquet, sous le règne de Tedros, “l’OMS a suivi pas à pas toutes les déclarations chinoises, les répétant comme un perroquet. L’OMS n’a pas joué son rôle, et c’est exactement ce que voulait Pékin. De la même manière, elle a refusé de donner un siège d’observateur à Taïwan, ce qui était une exigence de la direction chinoise.”

Wikipédia précise: “Élu directeur de l’OMS grâce au soutien de la Chine, il a repris ses éléments de langage, félicité Pékin pour sa transparence alors qu’au même moment la Chine cachait des informations et faisait pression pour ne pas déclarer d’urgence internationale, et critiqué les États-Unis qui avaient fermé leurs frontières aux voyageurs venant de Chine.”

Tedros est également l’inventeur de la thèse selon laquelle “les frontières n’arrêtent pas Covid-19”, longtemps chère à Emmanuel Macron et Olivier Véran, et qui a favorisé la démultiplication du virus sur les cinq continents. Quand on voit que la France soutient l’OMS, on est alors en droit de se poser la question: quels liens entretient vraiment l’Élysée avec Xi Jinping?

Voilà comment un monstre totalitaire est devenu la référence de la médecine mondiale, et a plongé la plupart des nations de la terre dans un confinement hyper-autoritaire, bureaucratique, aveugle, dont on sait maintenant qu’il était contre-productif, a fait des milliers de morts en France et saboté l’économie occidentale.

Pendant ce temps, vos impôts continuent à financer l’OMS et le salaire mirobolant de Tedros, exempté d’impôts et tous frais payés.

Sources: Le Temps, Fox News, Wikipédia.

Voyez la suite

INFOS

_

Publié

le


UE : “l’inquiétude” de Michael Martin face à certains Etats membres

Par Shona Murray  •  Dernière MAJ: 25/11/2020 – 19:10

Depuis 4 ans le Brexit est omniprésent dans l’actualité européenne, et dans les semaines à venir on espère qu’un accord sur les futures relations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni puisse enfin être négocié. Mais à quel prix pour chacun ? Et que se passera-t-il si les négociations échouent ? Michael Martin, le Premier ministre irlandais a répondu à nos questions.

Shona Murray : Je pense qu’à ce stade on peut dire que les négociations ont largement dépassé le temps imparti. Savez-vous depuis combien de temps l’Union européenne négocie ?

Michael Martin : Et bien parfois vous obtenez un résultat satisfaisant dans le temps additionnel. Et je crois que c’est important étant donné l’ampleur des problèmes, l’énormité des implications en cas de « no deal ». Je dirais même, en ce qui concerne l’économie du Royaume-Uni, d’Irlande et d’Europe, que nous devons utiliser tout le temps dont nous disposons pour trouver un accord.

Parce que je crois qu’un “no deal” serait catastrophique pour notre économie, pour l’économie du Royaume Uni mais aussi pour l’Europe. Donc, les politiques ont l’obligation de trouver un accord vis-à-vis des personnes qu’ils représentent.

Shona Murray : Nous sommes déjà presque au stade où il ne sera peut-être possible pour chaque état membre de ratifier l’accord, et pour le Parlement d’avoir son mot à dire sur cet accord. Que se passera t-il si cela prend une semaine de plus ? Y aura-t-il une transition ? Pourriez-vous appliquer l’accord qui a été conclu avant la ratification en janvier ? Quelle est la situation ? Quels sont les scénarios possibles ?

MM : Ce qui nous préoccupe le plus évidemment en ce moment, c’est d’essayer de faire en sorte que l’Union européenne et le Royaume Uni arrivent à un accord satisfaisant sur leurs futures relations. L’Europe a la capacité de développer des procédures de ratification appropriées.

Je reconnais que le temps presse. Mais je crois qu’avec une bonne dose de créativité on peut faciliter la ratification d’un accord, peut-être par étape. Je crois que c’est un problème que nous pouvons résoudre de manière satisfaisante une fois un accord conclu.

SM : Les questions en suspens restent bien entendu, la pêche, où il y a eu très peu de progrès depuis mars, et bien sûr trouver des règles du jeu équitable, les subventions de l’Etat et la question de la gouvernance. Pouvez-vous nous dire où on en est sur ces questions et pourquoi on ne trouve pas de solution ?

MM : Nous sommes tous conscients des craintes des deux côtés en ce qui concerne l’avantage de l’un sur l’autre au sujet des l’application par exemple de l’aide de l’Etat. Mais je crois qu’on peut trouver un terrain d’entente qui aiderait à régler les différends et permettrait aux deux parties de réagir si l’un des deux portait atteinte à l’accord ou le violait. Je pense que derrière cela il y a un besoin de confiance et de reconstruire la confiance entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. C’est sur la base d’une confiance solide que la future relation entre le Royaume-Uni et l’Europe fonctionnera le mieux.

SM : Et cette confiance justement a été mise à l’épreuve quand on pense à ces 4 années de négociations avec des avancées et des reculs mais aussi et surtout avec le projet de loi sur les marchés intérieurs, qui, s’il est adopté, violera probablement le protocole irlandais ?

MM : Je pense que le projet de loi britannique sur les marchés intérieurs a érodé la confiance. Cela dit je pense que la réponse mesurée de l’Union européenne a été importante ici pour régler les choses et rester concentrés sur l’essence même des négociations autour de la future relation commerciale. Parce que si une future relation commerciale peut être envisagée, celle-ci devrait gommer les clauses problématiques du projet de loi britannique sur le marché intérieur. Donc pour moi, ça a été géré de manière mesurée et appropriée étant donné de l’importance des enjeux du Brexit pour beaucoup de gens.

SM : Mais bien sûr vous dites que ces clauses seraient annulées par un accord commercial. Le Royaume-Uni a déjà dit qu’il n’enlèverait pas ces clauses. Et c’est ce que veut l’Union européenne. C’est un pré-requis. C’est bien ça ? Le Royaume Uni affirmé avec force qu’il ne reverrait pas cet aspect de la loi.

MM : Oui je crois que nous devons avancer étape par étape. Je voudrais aussi signaler que la Chambre des Lords britannique a rendu un verdict très catégorique sur les clauses incriminées et sur le projet de loi sur le marché intérieur. Le projet de loi lui-même a connu un parcours chaotique jusqu’à présent, dans le contexte de l’Ecosse par exemple et du Pays de Galle et lors de la récente réunion du conseil Britannico-irlandais qui a été très claire. Mais si on laisse ça de côté, je crois que la nature de l’accord est telle, que nous avons une future relation commerciale viable avec le Royaume-Uni, et que beaucoup de choses pourront en découler. Par conséquent les craintes et les affirmations du Royaume Uni ne seront pas fondées s’ils obtiennent un accord commercial avec l’Europe.

SM : A propos des autres problèmes en Europe, on a vécu en juillet un moment sans précédent avec l’accord de budget de l’Union européenne et du fonds de sauvetage de 750 milliards d’euros. Deux pays s’y opposent, interrompent sa mise en oeuvre alors que de nombreux états membres ont vraiment besoin d’accéder à cet argent. Que pensez-vous du véto de la Hongrie et de la Pologne la semaine dernière ?

MM : Je suis très très déçu par cette attitude. Je pense que ce n’est pas justifié. C’est une enveloppe très importante. C’est une percée historique sur la manière dont on traite la dette collectivement et avec tous les états membres qui travaillent ensemble pour lever des fonds sur les marchés. Voir cela ralenti ou bloqué par deux états membres qui n’approuvent pas l’accord entre le Parlement et le conseil est très regrettable.

SM : A propos de ces deux pays, en particulier sur le fait qu’ils sèment des embûches aux état membres qui ont accès à cet argent, le fait qu’il poursuivent des politiques anti-démocratiques, qu’ils diminuent les droits des personnes LGBT… des réfugiés, en Hongrie l’expulsion d’une université. Tous deux violent constamment l’état de droit alors qu’on leur demande simplement d’obéir au droit fondamental. Quelle est votre position sur ces deux pays ?

MM : Ma position c’est de dire qu’ils devraient retirer leurs objections sur ce plan de relance et faciliter la cirulation de l’argent entre les états membres. Je crois que le traité existe pour lutter contre les violations des valeurs fondamentales de l’UE. J’ai une réelle inquiétude quant à l’attitude des états membres. En particulier de la Pologne sur les questions LGBT. C’est inacceptable pour beaucoup de monde en Irlande. Et plus largement je dirais qu’il existe dans le traité des mécanismes qui permettent de remédier aux atteintes faites aux valeurs de l’UE.

Et selon moi, étant donné la gravité de la crise liée au Covid 19, il est très très important de vaincre ces obstacles. Et je crois aussi que la Pologne et la Hongrie devraient prendre connaissance des points de vue des autres états membres sur ces questions.

Voyez la suite

ARNAQUES

_

Publié

le

Toute croyance en une secte (ou religion) et liée à la paranoïa qui est la peur de mourir… PIRE avec les musulmans ces tarés la peur d’aller en enfer ! Les pauvres limités en capacité de réflexions sont paranoïaques bi polaires… ils cumulent deux paranoïas qui leur bouffent le cerveaux… ce qui explique ce comportement délirant des imbéciles qui se croient malins de revendiquer une religion (secte). Tous ces cons semblent ignorer que la nature leur a offert un cerveau qui permet d’être libre arbitre de sa pensée ! LA LIBERTE DE PENSER !

https://youtu.be/TJfrYfjrOw4

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance