« Le nouveau vaccin contre le coronavirus contient de l’oxyde de graphène » indique noir sur blanc un brevet chinois

Spread the love

Publié par wikistrike.com sur 1 Août 2021, 07:30am

Catégories : #Santé – psychologie,  #Science – technologie – web – recherche

Karen Kingston est une ancienne employée de Pfizer qui assure qu’il y a bien de l’oxyde de graphène dans les vaccins COVID.  Elle évoque notamment un brevet chinois datant de septembre 2020 évoquant l’utilisation de ce matériaux toxique pour l’homme en tant que vecteur dans un vaccin contre le coronavirus.  

 Contrairement à ce qu’affirment les médias de masse, la possibilité d’utiliser de l’oxyde de graphène dans un vaccin n’est pas une théorie fantasque. Dès 2016, des scientifiques chinois décrivaient le graphène comme un « nouveau nano-adjuvant vaccinal pour une stimulation robuste de l’immunité cellulaire ». 

 Une autre étude en juin 2020, toujours chinoise, évoquait l’oxyde de graphène (OG) comme vecteur potentiel de vaccin et adjuvant « largement utilisé pour l’administration de biomolécules, qui excelle dans le chargement et l’administration d’antigènes et montre le potentiel d’activation du système immunitaire. Cependant, l’oxyde de graphène s’agrège dans le liquide biologique et induit la mort cellulaire, et il présente également une faible biosolubilité et biocompatibilité.  Pour pallier ces limitations, divers protocoles de modification de surface ont été utilisés pour intégrer des substances compatibles aqueuses avec l’OG afin d’améliorer efficacement sa biocompatibilité. Plus important encore, ces modifications donnent à l’OG fonctionnalisé des propriétés supérieures à la fois comme support et comme adjuvant. » Kingston indique que tous les vaccins COVID contiendraient du graphène or on ne trouve pas ce composant dans la liste des ingrédients. Il s’agirait en fait d’un secret de fabrication selon elle. L’oxyde de graphène serait utilisé pour fabriquer les nano-lipides de Polyéthylène glycol comme l’ALC-0159 que l’on retrouve dans le Pfizer. Le Dr. Astrid Stuckelberger, chercheuse et enseignante à la Faculté de médecine de l’Université de Genève et de Lausanne, présente des théories relatives à l’oxyde de graphène dans les vaccins. Des études plus poussées sont nécessaires, notamment pour démontrer la présence éventuelle de nano graphène dans les vaccins à ARNm. Jusque là, les médias de masse ont totalement renié cette possibilité.  

https://rumble.com/embed/vhmqma/?pub=jfoib Fawkes News Partager cet article

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*