Le nouveau conseiller de Macron est mouillé jusqu’au cou dans des magouilles financiers

Spread the love

Par Anne van Gelder – 22/11/2020 Facebook Twitter

Le député macroniste des Hauts-de-Seine Thierry Solère et le député européen Stéphane Séjourné remplace dans le rôle de conseil politique auprès du président Emmanuel Macron, deux anciens conseillers qui quittent l’Elysée tels les rats un navire qui valdingue.

Je n’ai évidemment aucune fonction à l’Elysée“, a déclaré Thierry Solère. “On va avoir un rôle politique renforcé auprès du chef de l’Etat dans cette nouvelle organisation“.

Les deux nouveaux bouchent les trous après le départ récent du conseiller spécial Philippe Grangeon et du conseiller en communication Joseph Zimet. Ils complètent une longue liste des collaborateurs de Macron qui sont déjà partis. Le tournover à l’Elysée est plus grand que dans un McDo parisien.

Stéphane Séjourné a déjà collaboré avec Emmanuel Macron, ce qui lui a valu un poste juteux de l’eurodéputé en 2019.

Thierry Solère, député UMP/LR depuis 2012, avait quitté avec fracas la campagne de François Fillion au début de l’affaire Penelopegate puis, après sa réélection en 2017, il avait créé aux côtés de Franck Riester le groupe des “Constructifs”, c’est-à-dire des Républicains macronistes, avant de rejoindre LREM quelques mois plus tard.

Ce qui est curieux dans le choix de Macron, c’est que son nouveau conseiller est accusé de détournement de fonds publics, fraude fiscale et trafic d’influence passif. Thierry Solère a été mis en examen en octobre 2019 pour “trafic d’influence actif et abus de biens sociaux”.On pensait même que cette affaire donnait un coup d’arrêt à sa carrière politique, sans visiblement compter avec la générosité du président de la République.

Accusés avec lui sont aussi six dirigeants d’entreprises pour lesquelles Thierry Solère a exercé en tant que consultant ou salarié en parallèle de ses mandats d’élu.

Les suspects sont soupçonnés d’avoir rémunéré ou octroyé des faveurs au député macronisteen échange de coups de pouce pour l’obtention de marchés publics ou de faveurs réglementaires lorsqu’il était élu au conseil départemental des Hauts-de-Seine. Une pratique illégale, mais qui reflète la véritable nature du socialisme.

Un chef d’entreprise d’une société informatique est soupçonné d’avoir obtenu plusieurs marchés publics, moyennant rémunération. Aussi l’objet de soupçons, un amendement déposé à l’Assemblée par Thierry Solère pour l’exonération de taxes douanières pour les véhicules transportant des déchets dangereux.

L’amendement avait finalement été rejeté, mais le député a été salarié de Chimirec, une entreprise spécialisée dans la collecte et le traitement des déchets industriels et d’autres entreprises comme Aliapur (recyclage) ou un promoteur immobilier ami du député sont également au cœur des suspicions d’un possible trafic d’influence.

Alors pourquoi cette ascension élyséenne? Marcon est-il confiant en la justice à sa botte? Ou c’est juste une manière de dire au peuple français “je fais ce que je veux”?

Source: JDD

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*