Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

ETAT PROFOND

Le mensonge est le poison le plus utilisé par ceux qui paradoxalement ont peur de l’enfer… les soi-disant croyants ! Style les juifs et les musulmans…

Publié

le

LA CAUSE DU PEUPLE 

“Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer.” Voltaire

samedi 2 janvier 2021

Comment Yahweh a conquis Rome. Le christianisme et le “Grand Mensonge”. Par Laurent Guyénot

Quel est le plus grand mensonge juif de l’histoire? Sans conteste, c’est l’affirmation que les Juifs, de toutes les nations habitant cette terre, ont été autrefois «choisis» par le tout-puissant Créateur de l’Univers pour éclairer et régner sur l’humanité – alors que tous leurs ennemis étaient maudits par le même Créateur. Ce qui est vraiment déconcertant, ce n’est pas l’énormité du mensonge: de nombreux individus peuvent se sentir choisis par Dieu, et même des nations l’ont fait. Mais seuls les juifs ont réussi à convaincre des milliards de non-juifs (chrétiens et musulmans) de leur choix. Comment l’ont-ils fait? «Presque par accident», écrivait l’auteur juif Marcus Eli Ravage dans son article incontournable de 1928 «Un vrai cas contre les Juifs». 
Je pense que le facteur accidentel était plutôt mineur.

Le peuple du mensonge

Primo Levi, auteur italien de If this is a man (1947) – «un pilier de la littérature sur l’Holocauste» selon Wikipedia -, a écrit une courte histoire fictive intitulée «un testamento», composée de la dernière recommandation d’un membre de la guilde des «arrache-dents» à son fils. Il se termine par ces mots:

De tout ce que vous venez de lire, vous pouvez déduire que le mensonge est un péché pour les autres, et pour nous une vertu. Mentir est un avec notre travail: nous devons mentir par des mots, par les yeux, par le sourire, par les vêtements. Non seulement pour tromper les patients; comme vous le savez, notre but est plus élevé, et le mensonge, et non la force du bras, fait notre vraie force. Avec le mensonge, patiemment appris et pieusement exercé, si Dieu nous aide nous arriverons à dominer ce pays et peut-être le monde: mais cela ne peut se faire qu’à la condition d’avoir pu mentir mieux et plus longtemps que nos ennemis. Je ne verrai pas ce jour-là, mais vous le verrez: ce sera un nouvel âge d’or, où seuls les derniers recours nous forceront à nous refaire les dents, alors qu’il nous suffira de gouverner l’État et d’administrer les affaires publiques , pour prodiguer les pieux mensonges que nous avons appris à porter à la perfection. Si nous nous en montrons capables, l’empire des arracheurs de dents s’étendra d’Est en Ouest jusqu’aux îles les plus éloignées, et il n’aura pas de fin.[1]

Il n’y a aucune valeur littéraire dans cette prose. Son seul intérêt est la question qu’elle pose: qui Lévi entend par cette société de menteurs professionnels, dont le métier se transmet de père en fils, et dont le projet est de conquérir le monde? De qui sont-ils la métaphore? Et peut-être cette autre question: quel est leur «testament»?

Même si nous ne savions pas à quel gang de menteurs professionnels Lévi appartenait, leur «Dieu» les donnerait: il n’y a qu’un seul dieu qui a entraîné son peuple à mentir et lui a promis la domination du monde, et c’est le dieu d’Israël. «Israël», souvenez-vous, est le nom que Yahvé a donné à Jacob, après que Jacob eut menti à son père vieillissant Isaac, par des paroles et par des vêtements: «Je suis Ésaü votre premier-né», dit-il, vêtu des «meilleurs vêtements d’Ésaü, ”Afin de tromper Ésaü de son droit d’aînesse (Genèse 27: 15-19). C’est, au sens littéral – et littéraire – l’histoire fondatrice d’Israël. Tant que les chrétiens n’en verront pas la méchanceté et sa corrélation avec le comportement juif, ils continueront à jouer le rôle d’Esaü.

Quel est le plus grand mensonge juif de l’histoire? Sans conteste, c’est l’affirmation que les Juifs, de toutes les nations habitant cette terre, ont été autrefois «choisis» par le tout-puissant Créateur de l’Univers pour éclairer et régner sur l’humanité – alors que tous leurs ennemis étaient maudits par le même Créateur. Ce qui est vraiment déconcertant, ce n’est pas l’énormité du mensonge: de nombreux individus peuvent se sentir choisis par Dieu, et même des nations l’ont fait. Mais seuls les juifs ont réussi à convaincre des milliards de non-juifs (chrétiens et musulmans) de leur choix. Comment l’ont-ils fait? «Presque par accident», écrivait l’auteur juif Marcus Eli Ravage dans son article incontournable de 1928 «Un vrai cas contre les Juifs». Je pense que le facteur accidentel était plutôt mineur.

La théorie des chrétiens selon laquelle, après avoir choisi les juifs, Dieu les a maudits pour leur rejet du Christ ne contredit pas, mais valide plutôt l’affirmation des juifs selon laquelle ils sont le seul groupe ethnique que Dieu a choisi, aimé exclusivement et guidé personnellement à travers ses prophètes. Pour des milliers d’années. J’ai discuté dans “The Holy Hook”que cela a donné aux Juifs une autorité spirituelle ambivalente mais décisive sur les Gentils. En fait, même la «malédiction» des Juifs qui accompagne leur choix dans la vision chrétienne leur a été bénéfique, parce que la judéité ne peut pas survivre sans hostilité envers et depuis le monde païen; cela fait partie de son ADN biblique. Jésus a sauvé les Juifs dans le sens où leur haine du christianisme a préservé leur identité, qui autrement aurait pu périr sans le Temple. Selon Jacob Neusner, «le judaïsme tel que nous le connaissons est né de la rencontre avec le christianisme triomphant».[2] La judéophobie chrétienne avait un avantage sur la judéophobie païenne: avec le christianisme, les Juifs n’étaient pas seulement détestés comme atavistiquement antisociaux (Voir Histoires de Tacite v, 3-5), mais en tant que peuple autrefois choisi par Dieu, et leur Torah est devenue le best-seller mondial. “Le Choix – Chosenness” est un atout imbattable dans le jeu des nations. Si vous doutez de sa puissance, demandez-vous: les Juifs auraient-ils obtenu la Palestine en 1948 sans cette carte?  Le joker de l’Holocauste seul ne l’aurait pas fait!

Comme je suis devenu de plus en plus conscient de la résonance entre le spirituel et le génétique, ainsi que de la guerre juive contre l’identité blanche, je suis venu à me demander si la notion révélée de la préférence et de la prédestination divines juives n’a pas été un poison lent et débilitant injecté dans notre âme collective. L’élection juive signifie une supériorité métaphysique qui fait de nous, non-juifs, le deuxième choix de Dieu au mieux. Bien sûr, ce n’est pas un dogme explicite du christianisme – le Credo n’inclut pas «Je crois que Dieu a choisi les Juifs» -, mais seulement un postulat sous-jacent de la christologie. Cela le rend-il moins ou plus efficace contre notre système immunitaire rationnel? Il est difficile de dire. Je crois que les Juifs ont porté leur choix par le Jaloux comme une sorte d’aura effrayante semblable à la marque de Caïn qui dit: «Quiconque tuera Caïn subira une vengeance sept fois» (Genèse 4:15). (Il convient de mentionner ici que Caïn est l’ancêtre éponyme des Kénites, une tribu madianite alliée aux Israélites lors de la conquête de Canaan, et que, selon «l’hypothèse kénite» savante, le culte yahviste est d’origine kénite.)[3]

Comment l’ont-ils fait? Comment les Juifs ont-ils réussi à faire passer leur “Big Lie” ( Grand Mensonge) dans la religion exclusive des nations européennes? C’est une question légitime et importante, n’est-ce pas? D’un point de vue purement historique, cela reste l’une des plus grandes énigmes; celui que les historiens séculiers préfèrent laisser aux historiens de l’Église, qui sont à l’aise avec Constantin entendant des voix près du pont Milvius. La question est, très simplement: comment Rome a-t-elle fini par adopter comme fondement spirituel une doctrine et un livre affirmant que Dieu a choisi les Juifs, à une époque de judéophobie romaine généralisée? Et comment est-il possible que, moins de deux siècles après avoir transformé Jérusalem en une ville grecque nommée Aelia Capitolina, où il était interdit aux Juifs d’entrer, Rome ait adopté officiellement une religion qui annonçait la chute de Rome et une nouvelle Jérusalem?

Une partie de la réponse est que l’union de l’Empire sous une religion commune a été une préoccupation majeure des empereurs romains depuis le tout début. Avant le christianisme, il ne s’agissait pas d’éliminer les religions locales, mais de créer un culte commun pour donner une légitimité divine et un lien religieux à l’Empire. Lorsqu’ils cherchaient une inspiration religieuse, les Romains se tournaient généralement vers l’Égypte. Les cultes d’Osiris (ou Serapis, comme il est appelé à partir du troisième siècle avant JC), de sa sœur-épouse Isis, et de leur fils Horus (ou Harpocrate, Horus l’enfant) étaient extrêmement populaires tout autour de la Méditerranée, et a fourni aux Romains la chose la plus proche d’une religion internationale.

Hadrian (117-138) a donné à Osiris les traits d’Antinous, à qui il a également dédié une nouvelle ville, de nouveaux jeux et une constellation. L’origine d’Antinous n’est pas claire. L’ histoire augustéennenous dit qu’il était l’amant gay ( eromenos ) de l’empereur Hadrien, et de nombreux historiens reproduisent encore cette histoire, même si l’histoire augustéenne a été exposée comme l’œuvre d’un imposteur. Selon toute vraisemblance, cette histoire est une propagande chrétienne contre une religion concurrente. Antinoüs, dont le nom est formé des anti, « comme », et nous, « l’ esprit », est censé avoir étét noyé dans le Nil  un 24 octobre, tout comme Osiris, et sa mort fut interprétée comme un sacrifice. En tant que divinité, Antinous a été assimilée à Osiris, et par extension à Hermès, Dionysos et Bacchus, toutes divinités de l’Au-delà. Sur un obélisque monolithique trouvé à Rome mais construit à Antinopolis, Antinous est désigné comme Osiris Antinous. Son culte doit donc être vu comme une nouvelle expression du culte d’Osiris patronné par l’Empire. Le visage et le corps d’Antinous, sculptés à des milliers d’exemplaires, étaient une auto-célébration de la race blanche qui dominait alors le monde, de l’Anatolie à l’Espagne, et de la Grande-Bretagne à l’Égypte.[4]

Antinous comme Bacchus, sculpture colossale supposée provenir de la villa d’Hadrien à Palestrina

Quel contraste avec son concurrent, le culte du Crucifié. La question devient alors: pourquoi le Christ a-t-il finalement supplanté Osiris, absorbant même le culte d’Isis? Comment se fait-il que l’Empire romain glorieux et sûr de lui se soit converti au culte d’un guérisseur juif torturé et exécuté par les autorités romaines pour sédition? 
C’est la question juive que peu de gens veulent poser. 
En supposant que le christianisme est une création humaine – et c’est ma prémisse -, c’est évidemment une création juive dans une large mesure. Comment les Juifs ont-ils réussi à créer une religion pour les Gentils qui finirait par éradiquer toutes les autres religions de l’Empire – à commencer par le culte impérial?

Une compréhension complète de cette question ne sera probablement jamais atteinte, mais avec ce que nous avons appris sur les méthodes juives au cours des cent dernières années, nous pouvons essayer de formuler un scénario raisonnable, un scénario qui n’implique pas que Dieu parle aux empereurs, mais un autre. dispositif – l’argent – ainsi que l’influence politique d’un réseau transgénérationnel juif déterminé à prendre le contrôle de la politique religieuse de l’Empire. Nous savons aujourd’hui que de tels réseaux transgénérationnels juifs, capables de conduire leurs empires ou nations hôtes à leur ruine, existent. Nous savons aussi qu’ils sont bons pour fabriquer et promouvoir leur religion macabre judéocentrique pour les Goyim.

Les deux côtés du gros mensonge

Cette quête est-elle vraiment nécessaire? Peut-il y avoir un avantage pour la civilisation occidentale à remettre en question son fondement chrétien déjà fragile? Et le Big Lie est-il si important? Avant de poursuivre, je souhaite partager mon point de vue sur ces questions, auxquelles j’ai longuement réfléchi.

«La grandeur de la civilisation blanche est née de la foi chrétienne.» Une telle déclaration ne semble guère controversée. Et pourtant, je pense que c’est complètement faux. Les réalisations de notre civilisation découlent de la force intérieure de notre race, qui comprend une propension exceptionnelle à «idéaliser», ce que j’entends à la fois pour générer des idées et travailler à leur réalisation. Le génie de notre race est d’être des créateurs d’idées puissantes qui nous poussent vers l’avant et vers le haut. Cette capacité, que Søren Kierkegaard appelle l’idéalité ( In Vino Veritas, 1845), ne doit pas être confondue avec ce que nous appelons communément l’idéalisme, bien que l’on puisse affirmer que l’idéalisme est notre vulnérabilité, la faiblesse inhérente à notre force.

Pendant des siècles, la foi chrétienne a été un véhicule – on pourrait presque dire une superstructure – pour notre aspiration à idéaliser et à réaliser; elle ne l’a pas produit. Les prêtres ne construisaient pas les cathédrales dans lesquelles ils officiaient (la plupart des églises étaient des entreprises collectives de villes, villages et villages); les troubadours et les poètes qui ont élaboré le sublime idéal d’amour qui est le «miracle de notre civilisation» (Stendhal)[5], n’étaient pas des moines; Johann Sebastian Bach a écrit de la musique d’église, mais il n’était pas un pasteur, et son Ave Maria sonnerait tout aussi bien s’il était chanté à Isis ; beaucoup de génies de nos panthéons européens, comme Dante, Léonard de Vinci ou Galilée, étaient des catholiques nominaux par obligation, mais des amoureux secrets de Sophia (lire «La Crucifixion de la Déesse» ). La source du génie artistique, scientifique et culturel de la race blanche n’est pas le christianisme.

Kevin MacDonald fait un point discret mais crucial dans sa préface à L’épée du Christ de Giles Corey lorsqu’il écrit que «les aspects adaptatifs du christianisme» sont ce qui «a produit l’expansion occidentale, l’innovation, la découverte, la liberté individuelle, la prospérité économique et des liens familiaux solides. . »[6]  Cela est vrai si par «les aspects adaptatifs du christianisme» nous entendons les aspects adoptés et adaptés de l’ancien monde gréco-romain-germanique, plutôt que de l’Ancien et du Nouveau Testament. Parmi les aspects adaptatifs du christianisme, il faut compter ses différentes couleurs nationales. L’orthodoxie russe est bonne pour la Russie pour la même raison que le confucianisme est bon pour la Chine: parce que c’est une Église nationale, de sorte qu’être orthodoxe russe signifie être patriote. On pourrait dire la même chose dans le passé du luthéranisme pour l’Allemagne ou, dans un contexte plus étroit, du catholicisme pour l’Irlande. Mais ces versions nationales du christianisme sont, en fait, en opposition à son universelle ( katholikos) déclaration de mission – et à la Rome papale. Les valeurs familiales sont également des aspects adaptatifs du christianisme. Jésus a désavoué sa famille (Matthieu 12: 46-50) et Paul a enseigné que «il est bon pour un homme de ne pas se marier», le mariage n’étant recommandé que pour ceux qui ne peuvent s’empêcher de forniquer (1 Corinthiens 7). Les «valeurs chrétiennes» ne sont pas du tout chrétiennes, elles sont simplement conservatrices. En fait, si nous regardons ses expressions populaires, le catholicisme a été si adaptatif qu’il peut être considéré comme plus païen que juif.Qu’y a-t-il de juif à propos de Noël ou de Mère Marie?

Le problème avec le christianisme est avec ses aspects juifs non adaptatifs et maintenant proéminents. Ce n’est pas seulement la notion grotesque que les Juifs sont choisis, mais le caractère encore plus grotesque du dieu qui les a choisis. Paradoxalement, avec son image anthropomorphique – ou devrions-nous dire judéomorphique – de Dieu héritée de la Torah, le christianisme a jeté les bases de l’athéisme moderne et, peut-être, a nui irrémédiablement à l’idéalité païenne. Parce que le Dieu de l’Ancien Testament est «un maniaque du contrôle mesquin, injuste et impitoyable; un nettoyant ethnique vindicatif et sanguinaire; un intimidateur […] capricieusement malveillant », Richard Dawkins a décidé d’être athée, comme la grande majorité des universitaires d’origine chrétienne.[sept] Ils ont tous, de leur propre aveu, confondu Dieu avec Yahweh et sont tombés victimes du Grand Mensonge Biblique. Et parce qu’ils ne peuvent pas concevoir Dieu en dehors du paradigme biblique, ils interdisent la conception intelligente des universités sous l’accusation calomnieuse que c’est un autre nom pour le Dieu biblique (regardez le documentaire Expulsé: pas d’intelligent autorisé ), alors qu’il s’agit en fait d’une justification la grecque Sophia. Le Yahvé sociopathe a ruiné la réputation de Dieu et conduit à l’impiété occidentale moderne.

Et ainsi le Grand Mensonge juif a engendré le Grand Mensonge athée – ou devons-nous l’appeler le mensonge darwinien? «Yahvé est Dieu» et «Dieu est mort» s’opposent comme les deux faces d’une même médaille. Notre civilisation matérialiste est en fait plus juive que le christianisme qu’elle a rejeté, car le matérialisme (le déni de tout autre monde) est le noyau métaphysique de la Bible hébraïque (lire «Israël comme un seul homme»).

Si le christianisme pouvait inclure, parmi ses aspects adaptatifs, le rejet du Dieu jaloux de l’Ancien Testament et le grand mensonge de la sélection juive, alors il serait rachetable. Mais les chrétiens préfèrent vendre leur âme au diable plutôt que de devenir marcionites.   En deux mille ans d’existence, le christianisme institutionnel a constamment évolué dans la direction opposée, devenant de plus en plus scripturaire, judaïsée et centrée sur Israël: de l’orthodoxie au catholicisme, et du catholicisme au protestantisme, la tendance est indéniable. Que pouvez-vous attendre d’autre d’une institution qui a toujours invité les juifs et déclaré qu’ils cessaient d’être juifs au moment où ils recevaient le baptême?

Et donc le christianisme est dans une impasse. Cela fait maintenant partie du problème, pas de la solution. Cela nous a peut-être bien servi pendant quelques siècles, mais à long terme, cela a été un instrument d’asservissement des Gentils au pouvoir juif. Au moins, cela ne nous a pas aidés à l’empêcher, et cela ne peut pas nous aider à le surmonter. Beaucoup se demandent aujourd’hui: pourquoi sommes-nous si faibles? Il est grand temps de considérer l’évidence: avoir appris pendant des générations à adorer et à imiter l’homme cloué sur la croix sous la pression juive n’est pas la meilleure incitation à résister au martyre. Il existe une corrélation évidente entre se faire dire hier qu’il est moral d’«aimer ses ennemis» et être emprisonné aujourd’hui pour «discours de haine».

Je n’ai aucune rancune personnelle contre le christianisme. Le catholicisme fait partie de mes plus beaux souvenirs d’enfance, et le son des cloches de l’Église ne manque jamais de me toucher profondément. Mes grands-parents du côté de ma mère étaient des bourgeois catholiques qui ont élevé une famille nombreuse et heureuse avec de solides valeurs morales. Si je pouvais voir un espoir dans cette classe sociale, je serais un catholique politique comme Balzac, ou un catholique romantique comme Chateaubriand. Mais la bourgeoisie catholique est quasiment éteinte, n’ayant jamais récupéré de la disparition du maréchal Pétain. Leurs enfants les traitaient de fascistes et leurs petits-enfants étaient accros à la pornographie. Le catholicisme a également déserté le pays: il n’y a pas de prêtres, et à quoi bon un prêtre de campagne s’il ne peut pas bénir les récoltes à Pâques? Par conséquent, puisque je ne crois pas que Jésus soit littéralement ressuscité de sa tombe, je considère que le christianisme institutionnel a épuisé son potentiel de civilisation en Occident. Regardez notre pape, pour l’amour du Christ!

«À l’intérieur de chaque chrétien se trouve un juif» (Pape François)

Je parle des français, mais je doute que le catholicisme américain ait encore beaucoup plus de Saint-Esprit. Il est mort à Dallas avec la balle magique d’Arlen Specter. Bien sûr, il y a des catholiques courageux comme E. Michael Jones, qui a capturé le génie pervers de la race juive dans son livre indispensable The Jewish Revolutionary Spirit . Mais le professeur Jones est l’exception qui confirme la règle. Et je ne parle même pas du protestantisme américain, aujourd’hui une force mercenaire pour Sion.

Juifs à Rome avant les guerres juives

Bien avant d’être reconditionné pour les Gentils, le Grand Mensonge était une illusion juive. Comme je l’ai détaillé à la fin de mon long article «Sionisme, crypto-judaïsme et canular biblique», aux sixième et cinquième siècles avant JC à Babylone, une élite sacerdotale de Jérusalem décida que Yahvé, le dieu national d’Israël, bien qu’apparemment vaincu, était en fait le seul vrai dieu, et, par voie de conséquence, le Créateur du Ciel et Terre. Une affirmation risible, mais lorsque les Perses ont conquis Babylone, ces Juifs, qui se sont trouvés dans une position favorable après avoir aidé les Perses, ont fait semblant que leur monothéisme théoclastique, basé sur l’exclusion de tous les autres dieux, était identique au monothéisme tolérant des Perses; en d’autres termes, que leur dieu tribal Yahweh était Ahura Mazda, le Dieu du Ciel. J’ai montré que la tromperie est clairement apparente dans les Livres d’Esdras et de Néhémie, où seuls les Perses sont décrits comme croyant que Yahvé est «le Dieu du Ciel» Tandis que pour les Israélites, il est simplement « le dieu d’Israël ».Ce que les juifs sacerdotaux ont réalisé à Babylone au cinquième siècle avant JC était une étape préliminaire pour ce qu’une autre génération de la même distribution sacerdotale commencerait à planifier au premier siècle après JC à Rome, après y avoir été amenée dans des conditions similaires de captivité. Alors que Yahvé semblait de nouveau vaincu, il entreprit de conquérir son vainqueur de l’intérieur. La conspiration des Juifs de Babylone pour tromper les Perses avec leur faux monothéisme était le modèle de la conspiration plus sophistiquée des Juifs de Rome pour tromper les Romains avec le christianisme.

Entre ces deux étapes, les juifs semblent avoir convaincu une partie de l’aristocratie romaine qu’ils étaient les premiers vrais monothéistes, les adorateurs du vrai Dieu. Pour les Grecs et les Romains, le Créateur suprême était un concept philosophique, tandis que les cultes religieux étaient polythéistes par définition. C’est pourquoi, vers 315 av.J.-C., l’aristotélicien Théophraste d’Eresus considérait les Juifs comme des «philosophes de naissance», bien qu’il soit troublé par leurs holocaustes primitifs. Certains écrivains juifs (Aristobulus de Paneas, Artapanos d’Alexandrie, ou même Philon d’Alexandrie) avaient même réussi à bluffer certains Grecs avec l’affirmation farouche qu’Homère, Hésiode, Pythagore, Socrate et Platon avaient été inspirés par Moïse [8] !!

Les juifs sont mentionnés à Rome dès le deuxième siècle avant JC. On a supposé qu’ils étaient pour la plupart des Phéniciens convertis. Martin Bernal défend cette thèse dans «Juifs et Phéniciens», avec l’argument qu’«il n’y a aucune preuve de juifs en Méditerranée occidentale avant la destruction de Carthage [146 av. J.-C.]», mais «après cette date, ils y ont été largement rapportés, » tandis que les Phéniciens disparaissaient des pages de l’histoire. Les langues et cultures des phéniciens et des juifs étaient pratiquement identiques. [9] Peter Myers apporte un éclairage supplémentaire dans son article bien documenté «Carthaginois, Phéniciens et Berbères sont devenus Juifs», affirmant que “Après la destruction de Carthage par Rome, de nombreux Carthaginois et Phéniciens se sont convertis au judaïsme, car Jérusalem était le seul centre restant de l’Ouest”. (Civilisation sémitique. L’Encyclopédie Judaica). L’article  sur Carthage, cité par Myers, soutient cette hypothèse, ajoute que les Phéniciens, en se convertissant au judaïsme après leur déclin politique, «ont conservé leur identité sémitique et n’ont pas été assimilés par la culture romano-hellénistique qu’ils détestaient ». Cette théorie, qui explique aussi l’origine mystérieuse des Séfarades en Espagne – colonie carthaginoise -, est d’une importance évidente pour comprendre l’attitude des Juifs envers l’Empire romain, destructeur de la civilisation phénicienne.

Flavius ​​Josèphe souligne l'ancienne affinité entre les phéniciens et les juifs

Flavius ​​Josèphe souligne l’ancienne affinité entre les phéniciens et les juifs

En 63 avant JC, la communauté juive de Rome s’est agrandie avec des milliers de captifs ramenés de Judée par Pompée, et progressivement libérés (Philon d’Alexandrie, Legatio ad Caium , 156). On pense que Jules César a introduit une législation pour garantir leur liberté religieuse, et que la loi a été confirmée par Auguste, qui les a également exemptés du service militaire. L’empereur Claudius (41-54 après JC) aurait expulsé les Juifs de Rome (Suétone, Claudius XV, 4; Actes 18: 2), ou du moins leur aurait interdit de se rassembler (Cassius Dio lx, 6). Mais ils semblent avoir connu des temps favorables sous Néron (54-68), dont l’épouse Poppée Sabina est considérée comme une juive secrète de type Esther dans la tradition juive, parce que l’historien juif Flavius ​​Josèphe l’appelle «une adoratrice de Dieu» (Antiquités des Juifs, xx, 195) et mentionne son soutien à la libération des prêtres juifs poursuivis à Rome ( Vita 16).[dix]

La fondation de l’église romaine sous la dynastie des Flaviens

En 70, l’empereur nouvellement proclamé Vespasien et son fils Titus ont amené à Rome environ 97000 captifs juifs (Josèphe, guerre juive vi, 9), ainsi que des membres de la noblesse juive récompensés pour leur soutien dans la guerre en Judée – Josèphe étant le plus célèbre d’entre eux. Peu de temps après, alors que Josèphe commença à travailler sur ses Antiquités des Juifs en 20 volumes, on nous dit que les Évangiles ont été écrits.[11] Dans la même période, selon l’histoire classique de l’Église, nous avons déjà à Rome une église chrétienne, dirigée par un certain Clément de Rome (88-99). Clément doit avoir été un juif instruit comme Josèphe, car sa seule véritable épître est caractérisée par de nombreux hébraïsmes, de nombreuses références à l’Ancien Testament et un état d’esprit lévitique. Une tradition ancienne et crédible fait de lui un affranchi du consul Titus Flavius ​​Clemens, cousin des empereurs Flaviens. Nous apprenons de Cassius Dio que Flavius ​​Clemens a été exécuté par Domitien, frère et successeur de Titus, pour «athéisme» et «déviation vers les coutumes judaïques». Son épouse Flavia Domitilla a été bannie sur l’île de Pandateria (Ventotene). Au fil du temps, Flavius ​​Clemens a fini par être considéré comme un martyr chrétien, ce qui a donné lieu à l’idée de la persécution des chrétiens par Domitien. Mais les historiens rejettent désormais cette notion (il n’y a pas de persécution clairement attestée des chrétiens avant le milieu du IIIe siècle),[12] et supposons que Flavius ​​Clemens et Flavia Domitilla étaient simplement accusés de judaïsation, et le premier peut-être de se circoncire.[13] L’un des assassins de Domitien en 96 était un intendant de Domitilla nommé Stephanus, ce qui pourrait suggérer une vengeance juive.

L’attitude des Flaviens envers les Juifs était apparemment double. D’une part, ils paraissaient déterminés à supprimer la religion juive, qu’ils voyaient, à juste titre, comme la source du séparatisme juif. Non content d’avoir détruit le temple juif de Jérusalem, Vespasien a également ordonné la destruction de celui de Léontopolis, en Égypte. En général, les Romains avaient l’habitude d’intégrer les dieux vaincus à une cérémonie d’ évocatio deorum, par laquelle le dieu obtint un sanctuaire à Rome. Mais le dieu Yahweh était considéré comme inassimilable, c’est pourquoi ses objets de culte ont été traités comme de simples butins, selon Emily Schmidt: “Le traitement du dieu juif peut être vu comme une inversion du traitement ou de l’attitude typiquement romaine envers les dieux étrangers. , peut-être comme anti- évocatio .[14]”

D’un autre côté, la biographie de Josèphe montre que Vespasien et Tite n’étaient pas seulement miséricordieux, mais même reconnaissants envers les Juifs qui s’étaient ralliés à eux en Judée. Il n’y a pas de contradiction entre ces deux aspects de la politique juive des Flaviens: ils réprimaient le séparatisme juif et interdisaient le prosélytisme juif mais encourageaient l’assimilation juive. Les Juifs assimilationnistes abandonnèrent la circoncision et n’avaient aucune objection à l’assimilation syncrétique de Yahvé avec Zeus ou Jupiter. La même politique de base à deux volets fut suivie par les successeurs des Flaviens , Trajan (98-117) et Hadrian (117-138).[15]

À partir de ces faits de base, et en gardant à l’esprit le modèle établi par le cercle sacerdotal d’Ezra à Babylone, il n’est pas difficile d’imaginer ce qui se passait à Rome au premier siècle. La théorie dont je vais maintenant parler est la suivante: la pierre angulaire de l’Église catholique romaine a d’abord été posée par une confrérie secrète de juifs sacerdotaux, qui avaient été amenés à Rome par Vespasien et Titus au lendemain de la guerre juive qui a détruit leur Temple en 70 après JC. Certains avaient gagné la faveur et la protection de Vespasien en lui remettant le fabuleux trésor du Temple qui a rendu possible son ascension sur le trône impérial. Flavius ​​Josèphe, qui avait fait défection chez les Romains en Galilée et a été récompensé au-delà de toute mesure par Vespasien, peut avoir été un membre influent de ce cercle juif. Ces Juifs puissants, riches et conscients d’eux-mêmes, utilisant l’assimilation par la dissimulation, avaient le motif, les moyens et l’opportunité de fabriquer la religion syncrétique qui pouvait leur servir de cheval de Troie.

J’emprunte cette théorie au livre de Flavio Barbiero, The Secret Society of Moses: The Mosaic Bloodline and a Conspiracy Spanning Three Millennia(2010). L’auteur n’est pas un historien de formation, mais un scientifique doté d’un esprit curieux et logique aiguisé combiné à une grande imagination et un goût pour les théories radicales. Il y a beaucoup de spéculations dans la grande histoire qu’il raconte, de Moïse aux temps modernes, mais elle est perspicace et cohérente. Au moins, c’est un bon point de départ pour essayer de répondre à la question de savoir comment les Juifs ont créé le christianisme.

Selon cette thèse, ces juifs sacerdotaux amenés à Rome par Vespasien et Titus avaient accepté la ruine de leur nation et de leur temple, mais ils n’avaient pas abandonné leur programme biblique de suprématie juive; ils l’ont simplement réinterprété depuis leur nouveau point de vue à l’intérieur de la capitale de l’Empire. Toujours jaloux de leur naissance et strictement endogames, ils ont conservé et transmis à leur progéniture le sens de la mission d’ouvrir à Israël une nouvelle voie vers son destin. Ne peut-on même pas supposer que, sous leur apparente loyauté envers l’empereur, ils partageaient la même haine de Rome qui inspira les textes juifs du I siècle comme les Apocalypses d’Ezra et de Baruch? À Esdras , le rugissement du Lion de Juda fait éclater l’aigle romain en flammes, et un Israël réunifié et libre est rassemblé en Palestine. Dans Baruch , le Messie met en déroute et détruit les armées romaines, puis amène l’empereur romain enchaîné sur le mont Sion et le met à mort.[16] La même haine de Rome imprègne le livre de l’Apocalypse, où Rome, sous le mince voile de Babylone, est appelée la grande prostituée, dont la chair sera consumée par la colère de Dieu, pour faire place à une toute nouvelle Jérusalem.

Considérons, comme hypothèse de travail, que ces prêtres juifs avaient un plan. Ils ont adopté la stratégie de réseau qui avait permis à leurs lointains ancêtres d’infiltrer la cour perse et de retrouver ainsi leur pouvoir perdu sous le patronage d’Ezra. Leur objectif, selon Flavio Barbiero, était «de prendre possession de la religion chrétienne naissante et de la transformer en une base de pouvoir solide pour la famille sacerdotale» (p. 146). Il existait déjà un culte du Christ, attesté par les épîtres de Paul écrites dans les années 50, mais les Évangiles lui ont donné une orientation complètement différente dans les décennies qui ont suivi la destruction du Temple. Le Pierre respectueux des lois, présenté comme le chef de l’Église de Jérusalem par l’Évangile de Matthieu, a été nommé fondateur de la papauté romaine dans la littérature attribuée à Clément de Rome, établissant ainsi un lien spirituel entre Rome et Jérusalem.

Pour mieux comprendre la communauté juive qui a élaboré ces traditions, nous devons regarder de plus près la première guerre juive. En 67, l’empereur Néron envoya son commandant d’armée Vespasien pour écraser la rébellion des sadducéens sacerdotaux qui avaient défié le pouvoir romain en bannissant du Temple les sacrifices quotidiens offerts au nom et aux frais de l’empereur. Quand, après la mort de Néron, Vespasien fut déclaré empereur en décembre 69, son fils Titus fut laissé en Judée pour finir de réprimer la rébellion. Dans le livre VI de la guerre juive de Josèphe ,nous apprenons que, dès le début du siège de Titus de Jérusalem, de nombreux Juifs sont passés chez les Romains, y compris «les chefs des familles sacerdotales». Titus «a non seulement accueilli ces hommes très gentiment à d’autres égards, mais […] leur a dit que, lorsqu’il serait dégagé de cette guerre, il rendrait chacun d’eux dans leurs possessions». Jusqu’aux derniers jours du siège, nous informe Josèphe, certains prêtres ont obtenu un sauf-conduit à la condition de remettre à Titus une partie des richesses du Temple. L’un, nommé Jésus, a livré «deux chandeliers semblables à ceux qui ont été déposés dans le Temple, des tables, des calices et des coupes à boire, tous en or massif. Il a également remis les rideaux [ceux qui ont été déchirés lorsque Jésus expirait selon Matthieu 27:51], les robes du souverain sacrificateur, avec les pierres précieuses et de nombreux autres objets utilisés pour les sacrifices.»Un autre, nommé Phinéas, présenté par Josèphe comme« le gardien du trésor du Temple », remit« les tuniques et ceintures des prêtres, une grande quantité de tissu violet et écarlate […] et une grande quantité des ornements sacrés, merci à laquelle, même s’il était prisonnier de guerre, il a obtenu l’amnistie réservée aux déserteurs.

Ces prêtres ont manifestement négocié leur vie et leur liberté avec des parties du trésor du Temple. Le Temple n’était pas seulement un sanctuaire religieux, c’était, dans un vrai sens, une banque centrale et une voûte géante, abritant d’énormes quantités d’or, d’argent et d’artefacts précieux financés par les dîmes du monde entier. L’un des buts du Temple, pourrions-nous dire, était de satisfaire l’avidité de Yahvé: «Je remplirai ce Temple de gloire, dit Yahvé Sabaoth. Le mien est l’argent, le mien l’or! (Aggée 2: 7).[17]Selon le rouleau de cuivre trouvé près de la mer Morte en 1952, le trésor du temple, qui s’élevait à des tonnes d’or, d’argent et d’objets précieux, avait été caché pendant le siège dans 64 endroits.[18] Il est donc logique de supposer, comme le fait Barbiero, que Titus et Vespasien n’ont pu mettre la main dessus qu’avec l’aide de prêtres de haut rang.

Cet énorme butin, dont la pièce maîtresse symbolique était l’énorme menorah représentée sur l’Arc de Titus (photo d’ouverture), a certainement aidé Vespasien à gagner l’acclamation de ses troupes en tant qu’empereur, puis à convaincre le Sénat. La construction du Colisée, entre 70 et 80, a été entièrement financée par ce butin.

Flavius ​​Josèphe et le christianisme

Barbiero fait l’hypothèse plausible que Josèphe avait donné sa part du trésor du Temple à Vespasien. Puisque Josèphe joue un grand rôle dans la théorie de Barbiero, décrivons d’abord ce que nous savons de lui. Né Yosef ben Matityahu, il était de la première des vingt-quatre classes sacerdotales de son père, selon son autobiographie. Il nous raconte aussi que, au milieu de la vingtaine, il avait passé plus de deux ans à Rome pour négocier avec l’empereur Néron la libération de certains prêtres juifs poursuivis, probablement pour évasion fiscale ( Vita16). En 67, âgé de trente ans, il servit comme commandant dans l’armée juive, puis fit défection du côté romain la même année. Il servit ensuite de traducteur pour Titus et Vespasien, et put sauver la vie de deux cent cinquante membres de son cercle sacerdotal. Lorsque Vespasien devint empereur en 69, il accorda sa liberté à Josèphe, date à laquelle Josephus prit le nom de famille de l’empereur. De retour à Rome, Vespasien le logea dans sa propre villa (après s’être construit un luxueux palais), et lui accorda un salaire à vie du trésor public, ainsi qu’un immense domaine en Judée. Josephus a consacré le reste de sa vie à écrire des livres célébrant l’histoire juive, son dernier livre, Against Apion,étant une défense du judaïsme. Jusqu’à sa mort au tournant du siècle, il était un membre éminent de la communauté juive de Rome, qui comprenait de nombreux autres prêtres.

Dans le livre IV de la guerre juive, Josèphe raconte comment, après sa capture en Galilée, il fut amené à Vespasien et convainquit le général de l’entendre en privé. Vespasien a consenti et a demandé à chacun de se retirer, sauf Titus et deux de leurs amis. Alors Josèphe a livré à Vespasien une «prophétie» de Dieu, que Néron mourrait bientôt et que Vespasien s’élèverait au pouvoir impérial. Vespasien garda Josèphe avec lui et le récompensa pour sa prophétie quand elle se réalisa. Cette histoire particulière n’a pas la crédibilité qui caractérise généralement le livre de Josèphe. Flavio Barbiero suppose donc qu’il doit être compris comme un euphémisme embarrassé: en réalité, Josèphe a fourni à Vespasien non pas une prédiction de son devenir empereur, mais les moyenspour devenir empereur. Cela signifie que c’était le trésor du Temple.

Josephus Flavius ​​fut le premier des prêtres juifs à tomber entre les mains des Romains, et c’est lui qui obtint les plus grandes faveurs. Voyant qu’il appartenait non seulement à la première des familles sacerdotales, mais qu’il occupait également un poste de responsabilité très élevé en Israël, en tant que gouverneur de Galilée, et qu’il avait une profonde connaissance du désert de Juda, où il avait passé trois ans de sa jeunesse, il est légitime de croire qu’il connaissait les opérations de dissimulation du trésor et était parfaitement capable de trouver les cachettes. Au cours de son audience privée avec Vespasien immédiatement après sa capture, Josèphe a dû négocier sa propre sécurité et sa prospérité future en échange du trésor du Temple. La proposition aurait été irrésistible pour le général romain sans le sou,qui voyait ainsi la possibilité de se procurer les moyens nécessaires à son ascension au pouvoir impérial. A cette occasion, ils ont probablement tous deux conclu un pacte, qui allait changer les destinées du monde.[19]

Ceci, plutôt qu’une «prophétie», peut expliquer l’extraordinaire faveur que Josèphe reçut de Vespasien, qui, admet Josèphe, a suscité beaucoup de jalousie parmi l’aristocratie romaine.

Néanmoins, il y a une certaine signification dans la prophétie de Josephus qui manque à Barbiero. C’est un renversement de l’attente messianique qui avait agité le soulèvement juif contre Rome. Comme l’écrit Josèphe dans The Jewish War(vi, 5), «la chose qui a le plus poussé le peuple à se révolter contre Rome était une prophétie ambiguë de leurs Écritures selon laquelle« un de leur pays devrait gouverner le monde entier ».» Les Juifs ont été trompés dans leur interprétation de cette prophétie Josèphe écrit, parce qu’il s’appliquait en réalité à Vespasien, «qui fut nommé empereur en Judée». Mais en renversant la prophétie messianique juive, Josèphe a-t-il abandonné le destin des Juifs pour gouverner le monde, ou élaborait-il un plan B, qui reposait sur l’utilisation de la force de l’Empire romain plutôt que de s’y opposer? En d’autres termes, en reconnaissant Vespasien comme le Messie, ne songeait-il pas à faire de Rome l’instrument à long terme du messianisme juif?

Peut-être pensait-il même déjà à la reconstruction de Jérusalem. Nous savons que les premiers chrétiens juifs l’ont fait. Deux générations après Josèphe, Justin Martyr (mort en 165), né en Samarie et très probablement juif, mais prêchant à Rome, a écrit dans son Dialogue avec Trypho qu’il a répondu par l’affirmative à la question: «Est-ce que vous, chrétiens, soutenez vraiment que cet endroit, Jérusalem, sera reconstruite, et croyez-vous vraiment que votre peuple se rassemblera ici dans la joie, sous le Christ…?[20]

Barbiero suggère que Josèphe était intimement lié aux pères fondateurs juifs du christianisme romain. Cette hypothèse découle des propres écrits de Josèphe, qui contiennent trois références indirectes au christianisme. Le livre XVII, chapitre 3 des Antiquités comprend le fameux passage sur Jésus, «un homme sage» et «un faiseur d’œuvres merveilleuses, un enseignant d’hommes qui reçoivent la vérité avec plaisir», condamné à la croix par Pilate. «Et la tribu des chrétiens, ainsi nommée d’après lui, n’est pas éteinte à ce jour.» L’authenticité de ce Testimonium Flavianumest débattue, mais l’opinion dominante des savants est qu’il s’agit d’un passage authentique avec des interpolations chrétiennes. En XVIII, 5, Josèphe parle avec une grande admiration de «Jean, qui s’appelait le Baptiste», soulignant sa grande popularité et condamnant Hérode Antipas pour son meurtre. Ceci est considéré comme un véritable passage. Dans xx, 9, Josèphe exprime la même sympathie pour Jacques, «le frère de Jésus, qui s’appelait le Christ», et le présente comme une figure respectée dans les cercles pharisiens: lorsqu’il fut lapidé à mort par ordre du grand prêtre Anan cela a provoqué l’indignation de tous ces zélés pour la Loi, et finalement la fin de la carrière d’Anan. Ceci est également considéré comme un passage authentique, avec seulement la référence à Jésus étant appelé Christ une insertion chrétienne.

La thèse de Barbiero sur l’implication de Josèphe dans le christianisme est plausible. Si nous acceptons le consensus selon lequel l’Église romaine était déjà organisée dans les années 90, avec un évêque de sang sacerdotal juif, alors il est inconcevable que Josèphe ait pu l’ignorer. En étant conscient de cela, il pourrait soit être hostile, soit le soutenir. Si en outre nous acceptons le consensus concernant les références positives de Josèphe à Jésus, à son précurseur Jean-Baptiste et à son frère Jacques, nous devons conclure que Josèphe soutenait l’Église chrétienne primitive. Était-il secrètement chrétien?

La question évoque un autre Joseph, personnage mystérieux présent dans les quatre évangiles canoniques: Joseph d’Arimathie, qui a assumé la responsabilité de l’enterrement de Jésus après sa crucifixion. Il est décrit comme “un membre éminent du Sanhédrin” (Marc 15:43), “un homme bon et droit” qui “n’avait pas consenti à ce que les autres avaient planifié et réalisé” (Luc 23:51), et ” qui était un disciple de Jésus – bien que secret parce qu’il avait peur des Juifs »(Jean 19:38), et suffisamment lié à Pilate pour obtenir sa permission de prendre le corps de Jésus de la croix et de l’enterrer dans son tombe privée. La raison pour laquelle je mentionne Joseph d’Arimathie ici est de suggérer – c’est ma contribution à la théorie de Barbiero – qu’il aurait pu être inventé comme un alter ego symbolique de Flavius ​​Josèphe.

Cela étant dit, Barbiero surestime peut-être l’authenticité des référencesde Josèphe à Jésus , Jean-Baptiste et Jacques. La question reste en suspens. Je trouve tout le Testimonium Flavianum entièrement, et pas seulement partiellement suspect. Il figure dans tous les manuscrits grecs, mais aurait pu être ajouté au deuxième ou troisième siècle. Je reviendrai sur ce problème.

Le culte mystérieux de Mithra

Pour expliquer comment une confrérie secrète de juifs sacerdotaux pourrait finalement convertir l’Empire au culte d’un messie juif, Barbiero propose une autre théorie audacieuse, basée sur le lien intime entre le christianisme et le mithraïsme.

Le culte de Mithra, associé à Sol Invictus, a connu son développement rapide à Rome à l’époque de Domitien. Comme l’explique Barbiero, ce n’était pas une religion, mais une association ésotérique réservée exclusivement aux hommes. Tous les participants étaient des prêtres, du moins à partir du quatrième niveau, et parmi eux, il n’y avait des différences que de hiérarchie déterminée par le niveau d’initiation »(p. 164). La plupart des mithraea étaient des cryptes souterraines, et beaucoup se trouvent maintenant sous les églises. «Tant les sources écrites que les témoignages archéologiques démontrent qu’à partir de Domitien, Rome est toujours restée le centre le plus important de cette organisation, qui s’était profondément enracinée au cœur même de l’administration impériale tant dans le palais que parmi la garde prétorienne» ( p. 160).

Mithra abattant le taureau, v. 150 après JC

Tertullien et d’autres auteurs chrétiens notent les parallèles entre le mithraïsme et le christianisme et les attribuent à l’ imitatio diabolica : on dit que Mithra est un démon qui a imité les sacrements chrétiens pour égarer les hommes. Les historiens conviennent généralement que l’imitation s’est déroulée dans la direction opposée.

Les parallèles ne doivent pas être surestimés. Par exemple, le fait que Mithra et Jésus soient nés au solstice d’hiver n’est guère significatif car c’est un développement tardif dans le cas du christianisme (il n’a aucun fondement dans les Évangiles), et s’applique à de nombreuses autres divinités. Mais il existe de nombreuses autres similitudes, comme la cérémonie mithraïque «au cours de laquelle ils ont consommé du pain et du vin consacrés en souvenir du dernier souper de Mithra» (p. 162).

L’organisation mithraïque était présidée par un chef suprême connu sous le nom de pater partum [abrégé en papa ], qui gouvernait depuis une grotte sur la colline du Vatican à Rome, où Constantin fit construire la basilique Saint-Pierre en 322. Cette grotte de la Le Vatican (le soi-disant Phrygianum , qui est toujours situé au pied de la basilique actuelle) est resté le siège central du culte de Mithra jusqu’à la mort du dernier pater patrum , le sénateur Vectius Agorius Praetextatus, en 384. Immédiatement après. , le culte de Mithra fut officiellement aboli et la grotte fut occupée par Syricius (le successeur de l’évêque de Rome, Damasus), qui adopta le nom du chef de la secte mithraïque, pater patrum, ou pape, pour la première fois dans l’histoire de l’Église. Il a également adopté les mêmes vêtements et s’est assis sur la même chaise, qui est devenue le trône de Saint-Pierre à Rome. Des dessins mithraïques étaient – et sont toujours – gravés sur ce trône. Sol Invictus Mithras, qui, selon les historiens, avait la croyance de la majorité dans le sénat romain, dans l’armée et dans l’administration publique, a disparu presque immédiatement, sans aucun meurtre, persécution, exil ou abjuration forcée. Du jour au lendemain, le sénat romain, fief du culte de Mithra, découvrit qu’il était totalement chrétien. […] Le siège, les robes, le titre et les prérogatives du pater patrumne sont pas les seules choses qui sont passées du culte de Mithra à l’église. Outre les similitudes dans les doctrines et les rituels, on retrouve dans les églises chrétiennes la table de pierre devant l’abside – l’autel où le disque du soleil était exposé dans la mithrée. On retrouve aussi l’étole, la coiffe d’évêque (encore appelée mitre), les robes, les couleurs, l’utilisation de l’encens, l’aspergillum, les bougies allumées devant l’autel, les génuflexions, et pas des moindres, les plus objet représentatif qui domine le rite chrétien: l’exposition de l’hostie, qui est contenue dans un disque d’où rayonne le soleil, l’ostensoir. (pp. 162-164)

Le culte de Mithra, note Barbiero, «prospéra presque en symbiose avec le christianisme – au point que les églises chrétiennes s’élèvent très souvent au-dessus ou à côté des lieux de culte mithraïque. C’est le cas, par exemple, des basiliques de Saint-Clément, Saint-Étienne Rotonde, Saint-Prisca, etc., qui ont surgi au-dessus de grottes dédiées au culte de Sol Invictus »(p. 32).

Barbiero conclut que le mithraïsme et le christianisme «n’étaient pas deux religions en concurrence, comme nous le lisons souvent, mais étaient deux institutions de nature différente étroitement liées», ou «les deux faces d’une même médaille». (p. 163). Il comprend que le culte initiatique de Mithra s’était transformé sous les Flaviens en une sorte de franc-maçonnerie, qui a promu le christianisme comme religion exotérique pour le peuple.

Mais évidemment, le christianisme ne dérive pas entièrement du mithraïsme: il a des racines juives. Comment le mithraïsme s’est-il mélangé au judaïsme? Ce Barbiero explique avec l’hypothèse que, sous les Flaviens, les juifs sacerdotaux sont entrés dans le sacerdoce mithraïque dans une stratégie concertée pour le reprendre et le judaïser – comme ils le feraient avec la franc-maçonnerie des siècles plus tard. Depuis le temps de Domitien, les adeptes du mithraïsme «étaient des affranchis de la famille impériale des Flaviens – et par conséquent, selon toute vraisemblance, des juifs romanisés» (p. 159). «Sol Invictus Mithras était la couverture derrière laquelle se cachait l’organisation ésotérique secrète recréée à Rome par la famille sacerdotale mosaïque qui avait échappé au massacre de Jérusalem» (p. 173). Je ne suis pas convaincu ici.L’hypothèse de la prise de contrôle du mithraïsme par les prêtres juifs est un maillon faible de la chaîne d’hypothèses de Barbiero. Le mithraïsme n’est clairement pas un culte juif, et la thèse de sa subversion par les prêtres juifs au premier siècle de notre ère repose sur très peu de preuves.

Cependant, un examen plus attentif de l’origine orientale du mithraïsme peut nous éclairer. Plutarque explique ( Parallel Lives xxiv, 7) que le culte de Mithra fut d’abord apporté d’Asie Mineure après que Pompée eut vaincu Mithridate VI, roi du Pont, qui, bien que d’origine perse, régna sur l’Anatolie. Mithra est un dieu phrygien – d’où son chapeau phrygien -, et Mithridate signifie «don de Mithra». L’historien romain Appien d’Alexandrie , dans Les guerres étrangères, décrit la troisième guerre mithridatique comme une guerre mondiale et dit qu ‘«en fin de compte, elle a apporté le plus grand gain aux Romains; car il a repoussé les limites de leur domination depuis le coucher du soleil jusqu’au fleuve Euphrate.[21]En cherchant plus d’informations sur le mithraisme, je suis tombé sur un livre de Cyril Glassé intitulé dans Mithraism, le virus qui a détruit Rome (2016). Bien que le livre soit de qualité non scientifique, sa vision centrale mérite d’être prise en compte:

La religion du mithraïsme était un cheval de Troie laissé sur la plage par Mithridate VI de Pontus comme un poison pour les Romains à prendre avec un bol de cerises. […] Le mithraïsme était un culte de lui-même conçu pour subvertir et détruire Rome. Ce culte a laissé sa marque sur la civilisation occidentale.

Selon Glassé, le sacrifice du taureau, ou Taurobolium, qui est représenté sur les reliefs innombrables, était un appel cryptique de vengeance contre Rome: le taureau représente Rome, alors que Mithra est Mithridate , cette théorie est étonnamment similaire à Barbiero de, seulement Phrygiens au lieu des Judéens comme conspirateurs contre Rome. La thèse de Glassé est également aussi infondée que celle de Barbiero, mais les deux peuvent se renforcer mutuellement si l’on se souvient que les Phrygiens et les Judéens avaient été vaincus par Pompée lors de la même campagne militaire en 63 av.J.-C., qu’il y avait beaucoup de Juifs dans le royaume de Mithridate, et que beaucoup les captifs des deux nations ont été réunis à Rome au premier siècle avant JC. Ils partageaient un destin commun et, peut-être, une aspiration commune à la vengeance.

Je ne peux pas penser à une raison particulière pour laquelle le taureau symboliserait Rome pour les captifs juifs de Pompée, mais je suis tombé sur un détail intéressant qui pourrait expliquer pourquoi il pourrait symboliser Rome pour les captifs juifs de Vespasien: la Legio X Fretensisromaine , qui était au centre de la guerre juive – de l’attaque de Judée en 66 à la prise de Massada en 72, en passant par le siège de Jérusalem menant à la destruction du Temple en 70 -, avait le taureau comme symbole.

La bannière de la Legio X Fretensis, et un aureus doré en son honneur

Barbiero conduit à l’idée que les Juifs ont non seulement imposé une religion juive à l’Empire, mais ont en fait repris sa direction lorsque l’empereur a été remplacé par le pape:

Le but de la stratégie était de remplacer complètement la classe dirigeante de l’Empire romain par les descendants de la famille sacerdotale qui avait survécu à la destruction de Jérusalem et du Temple. Ce résultat fut atteint en moins de trois siècles, date à laquelle toutes les religions anciennes avaient été éliminées et remplacées par le christianisme, et la noblesse romaine primitive avait été pratiquement anéantie et remplacée par des membres de la famille d’origine sacerdotale qui avait accumulé tout le pouvoir. et la richesse de l’Empire. (p. 184)

Cette thèse est le fondement des deux dernières parties du livre de Barbiero, sur «Les racines judéo-chrétiennes de l’aristocratie européenne» et sur «les origines mosaïques des sociétés secrètes modernes». Ces parties, bien que tout à fait spéculatives, regorgent de bribes informatives et de nouvelles perspectives sur ces sujets mystérieux et fascinants. La première partie sur la lignée de Moïse est également originale et bien argumentée, mais pas directement pertinente pour la question abordée ici.

La question de Jésus: à quel point la bonne nouvelle est-elle fausse?

Je considère le livre de Barbiero comme une tentative fructueuse de résoudre le mystère de la façon dont les Juifs ont créé le christianisme et en ont fait la religion romaine. Mais cela ne donne certainement pas toute l’histoire. Beaucoup de choses se sont passées au cours des trois prochains siècles qui doivent être clarifiées. Un contexte important, rarement considéré, est la «Crise du IIIe siècle» (235-284), au cours de laquelle «l’Empire romain a failli s’effondrer sous les pressions combinées des invasions barbares et des migrations vers le territoire romain, des guerres civiles, des paysans rébellions, instabilité politique »( Wikipédia ), mais aussi des événements cataclysmiques et des maladies répandues comme la peste de Cyprien (vers 249-262), qui aurait tué jusqu’à 5 000 personnes par jour à Rome.[22]Dans un tel contexte, la saveur apocalyptique du christianisme primitif doit avoir été un facteur clé de son succès. Fait intéressant, le Livre apocalyptique de l’Apocalypse, le dernier inclus dans le canon chrétien, est considéré par certains érudits comme une édition christianisée d’une apocalypse juive, car, à l’exception de son prologue et de son épilogue (de 4: 1 à 22:15), il ne contient aucun motif chrétien reconnaissable.[23]

Il y a aussi deux éléments importants du christianisme que l’accent de Barbiero sur le mithraïsme romain laisse de côté: la vie des Évangiles de Jésus et le Christ mystique de Paul. Comment sont-ils nés et comment ont-ils été intégrés? Le lien entre eux est l’un des problèmes les plus difficiles concernant la naissance du christianisme. Car, comme l’écrit Earl Doherty dans The Jesus Puzzle: Did Christianity started with a mythical Christ (1999), un livre qui a envoyé une onde de choc dans la bourse de Jésus (cité ici à partir de ce pdf de 600 pages): «Pas une seule fois Paul ou aucun autre écrivain d’épître du premier siècle n’identifie leur divin Christ Jésus à l’homme historique récent connu des Évangiles. Ils n’attribuent pas non plus les enseignements éthiques qu’ils proposent à un tel homme. Le Christ est simplement pour Paul une divinité céleste qui a enduré une épreuve d’incarnation, de mort, d’enterrement et de résurrection, et qui communique à ses fidèles à travers des rêves, des visions et des prophéties. Une telle christologie gnostique a des racines dans les religions des mystères qui ont longtemps précédé Jésus. Il est difficile d’expliquer comment un Jésus humain a pu se transformer en un Christ si divin en quelques décennies, du vivant de ceux qui l’ont connu.

La première difficulté est que la grande majorité des premiers chrétiens étaient, bien entendu, des juifs. «Dieu est Un», dit le plus fondamental des principes théologiques juifs. De plus, l’esprit juif avait une obsession d’associer quoi que ce soit d’humain à Dieu. Il ne pouvait pas être représenté même par la suggestion d’une image humaine, et les Juifs par milliers avaient dénudé leur cou devant les épées de Pilate simplement pour protester contre le montage de normes militaires portant l’image de César en vue du Temple. L’idée qu’un homme était une partie littérale de Dieu aurait été accueillie par n’importe quel Juif avec horreur et apoplexie.

Et pourtant, nous devons croire que les Juifs ont été immédiatement conduits à élever Jésus de Nazareth à des niveaux divins sans précédent dans toute l’histoire de la religion humaine. Nous devons croire non seulement qu’ils ont identifié un criminel crucifié avec l’ancien Dieu d’Abraham, mais qu’ils ont parcouru l’empire et ont pratiquement du jour au lendemain converti un grand nombre d’autres Juifs à la même proposition scandaleuse – et complètement blasphématoire. Quelques années après la mort supposée de Jésus, nous connaissons des communautés chrétiennes dans de nombreuses grandes villes de l’empire, toutes ayant vraisemblablement accepté qu’un homme qu’ils n’avaient jamais rencontré, crucifié en tant que rebelle politique sur une colline à l’extérieur de Jérusalem, était passé de les morts et était en fait le Fils de Dieu préexistant, créateur, soutenant et rédempteur du monde./ Étant donné que de nombreuses communautés chrétiennes dans lesquelles Paul a travaillé existaient avant son arrivée, et que les lettres de Paul ne soutiennent pas l’image.Actes peint une intense activité missionnaire de la part du groupe de Jérusalem autour de Pierre et Jacques, l’histoire ne raconte pas qui a exécuté cela exploit incroyable.[24]

Le moyen le plus simple de surmonter cette difficulté est de supposer que la transformation du Jésus humain en Christ cosmique (ou l’inverse, comme le suggère Doherty) ne s’est pas produite spontanément, mais a été conçue en reliant plusieurs éléments, dans le but de: fabriquer une religion syncrétique judéo-hellénistique.

Les lettres de Paul ont été recueillies pour la première fois dans la première moitié du deuxième siècle par Marcion de Sinope qui a également inclus dans son canon une courte évangélisation (il a été le premier à utiliser le terme), mais a rejeté le Tanakh juif. Vers 208, Tertullien, un Carthaginois d’origine juive probable, se plaignit que «la tradition hérétique de Marcion remplissait l’univers» ( Contre Marcionv, 19). Il nous dit aussi que, du temps de Marcion, un autre enseignant gnostique nommé Valentinus devint presque évêque de Rome. Au troisième siècle de notre ère apparaît le Persan Mani, qui se dit «apôtre de Jésus-Christ», mais rejette toute influence juive. Les Manichéens sont devenus l’étiquette épinglée par l’Église catholique sur tous les mouvements gnostiques venus d’Orient, comme les Pauliciens d’Anatolie au VIIIe siècle, ou les Bogomiles de Bulgarie au IXe siècle, les ancêtres des Cathares qui ont été éradiqués de le sud de la France au début du XIIIe siècle. Tous ces mouvements, qui peuvent être considérés comme des vagues successives d’un même mouvement, vénéraient Paul et rejetaient la Torah, dont ils considéraient le dieu soit comme un démiurge maléfique, un démon trompeur ou une fiction malveillante.

Au quatrième siècle, le christianisme gnostique était toujours vivant et florissant. La bibliothèque monastique de la Confrérie égyptienne de Saint-Pacôme, le premier monastère chrétien connu, contenait une grande richesse de littérature gnostique (y compris l’Évangile de Thomas), parmi des livres platoniciens, hermétiques et zoroastriens. Comme le dit Robert Price, érudit du Nouveau Testament dans son livre fascinant Deconstructing Jesus (2000):

Apparemment, lorsque les moines ont reçu la Lettre de Pâques d’Athanase en 367 EC, qui contient la première liste connue des vingt-sept livres canoniques du Nouveau Testament, avertissant les fidèles de n’en lire aucun autre, les frères ont dû décider de cacher leur chéri “hérétique” évangiles, de peur qu’ils ne tombent entre les mains des brûleurs de livres ecclésiastiques.[25]

Tous ces codex ont été cachés dans un cimetière à Nag Hammadi, où ils ont été découverts en 1945, révolutionnant notre image du christianisme primitif. Les chercheurs ont depuis commencé à remettre en question la vision traditionnelle des gnostiques en tant que dissidents qui se sont détachés de l’Église orthodoxe; plutôt, les gnostiques qui n’ont jamais cessé de prétendre que les catholiques romains corrompaient l’Évangile sous l’influence juive, ont peut-être toujours eu raison.

En commençant à approfondir ces questions, j’ai découvert qu’une nouvelle école d’exégèse du Nouveau Testament, lancée par Jesus Puzzled’Earl Doherty , prétend que le christianisme est né dans le mythe et non dans l’histoire. J’avais toujours supposé que la biographie de Jésus était trop plausible historiquement pour être une fiction. Dans la trentaine, j’étais devenu fasciné par la quête du Jésus historique et j’ai écrit un livre sur la relation «légendaire» entre Jésus et Jean-Baptiste , qui soutenait que les écrivains de l’Évangile falsifiaient les véritables prophéties de Jean et forçaient de fausses louanges à Jésus par Jean, et que la plupart des paroles attribuées à Jésus (du document hypothétique Q) étaient à l’origine attribuées à Jean.[26]Néanmoins, je ne doutais pas de l’historicité de Jésus. Mais mon récent voyage dans la théorie du «mythe du Christ» m’a convaincu que le Jésus historique est plus insaisissable que je ne le pensais. Les Evangiles, d’une part, ne sont pas aussi vieux qu’on l’admet généralement (entre les années 70 et 90), car, comme le souligne Doherty:

Ce n’est que dans Justin Martyr, écrit dans les années 150, que nous trouvons les premières citations identifiables de certains évangiles, bien qu’il les appelle simplement «mémoires des apôtres», sans nom. Et ces citations ne sont généralement pas en accord avec les textes des versions canoniques que nous avons maintenant, montrant que ces documents étaient encore en cours d’évolution et de révision.[27]

Une date de la fin du IIe siècle pour le premier récit sur Jésus est cohérente avec l’hypothèse – qui va à l’encontre de la théorie de Barbiero – que les Antiquités juives de Josephus contenaient à l’origine une référence à Jean-Baptiste et une à Jacques le Juste, mais aucune à Jésus, qui fut plus tard inséré entre les deux pour que Jean puisse être présenté comme le précurseur de Jésus et Jacques comme son frère et héritier. Il y a beaucoup de preuves que James, comme Jean-Baptiste avant lui, était une figure célèbre à part entière. Selon le biblique Robert Eisenman, auteur de James, le frère de Jésus: la clé pour déverrouiller les secrets du christianisme primitif et les manuscrits de la mer Morte, James est identique à «l’Instructeur de la justice» mentionné dans certains des manuscrits de la mer Morte, qui ont été datés trop tôt. Étrangement,

la personne de Jacques est presque diamétralement opposée au Jésus de l’Écriture et à notre compréhension ordinaire de lui. Alors que le Jésus de l’Écriture est anti-nationaliste, cosmopolite, antinomique – c’est-à-dire contre l’application directe de la loi juive – et acceptant les étrangers et autres personnes aux impuretés perçues, le James historique se révélera zélé pour la loi et rejetant des étrangers et des personnes polluées en général.

Sa mort par lapidation en 62 «était liée dans l’imagination populaire à la chute de Jérusalem en 70 de notre ère, d’une manière que Jésus, quelque quatre décennies auparavant, n’aurait pas pu être.

Des manuscrits variés des œuvres de Josèphe, rapportés par des pères de l’Église comme Origène, Eusèbe et Jérôme, qui ont tous à un moment ou à un autre passé du temps en Palestine, contiennent des documents associant la chute de Jérusalem à la mort de Jacques – pas avec la mort de Jésus. Leurs protestations aiguës, en particulier celles d’Origène et d’Eusèbe, n’ont probablement pas grand-chose à voir avec la disparition de ce passage de tous les manuscrits de la guerre juive qui nous sont parvenus.[28]

Les érudits de Jésus de l’école «mythique» – par opposition à «historiciste» – s’abstiennent d’exprimer leur conclusion en termes conspirateurs. Dans son livre On the Historicity of Jesus, Why We Might Have Reason For Doubt , Richard Carrier écrit: «le Jésus que nous connaissons est né comme un personnage mythique», et seulement «plus tard, ce mythe a été pris pour de l’histoire ). » Mais je trouve «l’erreur» très improbable et «délibérément reconditionné» beaucoup plus probable. Carrier suggère en fait que la structure fondamentale du récit a été empruntée à un modèle mythique romain bien établi:

Dans la biographie de Plutarque de Romulus, le fondateur de Rome, on nous dit qu’il était le fils de Dieu, né d’un humble berger; puis, en tant qu’homme, il devient aimé du peuple, salué comme roi et tué par l’élite complice; puis il ressuscite d’entre les morts, apparaît à un ami pour annoncer la bonne nouvelle à son peuple, et monte au ciel pour régner d’en haut. Tout comme Jésus.

Plutarque nous raconte également les cérémonies publiques annuelles qui se déroulaient encore, célébrant le jour où Romulus monta au ciel. L’histoire sacrée racontée lors de cet événement se déroula essentiellement comme suit: à la fin de sa vie, au milieu de rumeurs, il fut assassiné par une conspiration du Sénat (tout comme Jésus fut «assassiné» par une conspiration des Juifs – en fait par le Sanhédrin , l’équivalent juif du Sénat), le soleil est devenu sombre (tout comme il l’a fait quand Jésus est mort), et le corps de Romulus a disparu (tout comme Jésus l’a fait). Les gens voulaient le chercher, mais le Sénat leur a dit de ne pas le faire, «car il était ressuscité pour rejoindre les dieux» (tout comme un jeune homme mystérieux dit aux femmes dans l’Évangile de Marc). La plupart sont repartis heureux, espérant de bonnes choses de leur nouveau dieu, mais «certains ont douté» (comme tous les Evangiles ultérieurs disent de Jésus: Mt 28,17; Lc 24,11; Jn 20,24-25; même Mc 16.8 implique cela). Peu de temps après, Proculus, un ami proche de Romulus, rapporta qu’il avait rencontré Romulus «sur la route» entre Rome et une ville voisine et lui demanda: «Pourquoi nous avez-vous abandonnés?», À quoi Romulus répondit qu’il avait été un dieu depuis le début, mais il était descendu sur terre et s’était incarné pour établir un grand royaume, et devait maintenant retourner dans sa demeure céleste (à peu près comme cela arrive à Cléopas dans Lc 24,13-32). Puis Romulus dit à son ami de dire aux Romains que s’ils sont vertueux, ils auront tout le pouvoir du monde.et devait maintenant retourner à sa maison dans le ciel (à peu près comme cela arrive à Cléopas dans Lc 24.13-32). Puis Romulus dit à son ami de dire aux Romains que s’ils sont vertueux, ils auront tout le pouvoir du monde.et devait maintenant retourner à sa maison dans le ciel (à peu près comme cela arrive à Cléopas dans Lc 24.13-32). Puis Romulus dit à son ami de dire aux Romains que s’ils sont vertueux, ils auront tout le pouvoir du monde.

[…] Le récit de Livy [ Histoire 1.16], tout comme celui de Mark, souligne que «la peur et le deuil» ont gardé les gens «silencieux pendant longtemps», et ce n’est que plus tard qu’ils ont proclamé Romulus «Dieu, Fils de Dieu, Roi et Père », Correspondant ainsi à« ils n’ont rien dit à personne »de Mark, tout en supposant manifestement que le mot est sorti.

Il semble certainement que Marc façonne Jésus dans le nouveau Romulus, avec un nouveau message supérieur, établissant un nouveau royaume supérieur. Ce conte romulien ressemble beaucoup à un modèle squelettique pour le récit de la passion: un grand homme, fondateur d’un grand royaume, bien qu’il soit d’origine modeste et de filiation suspecte, est en fait un fils de dieu incarné, mais meurt à la suite d’un conspiration du conseil dirigeant, puis une obscurité couvre le pays à sa mort et son corps disparaît, où ceux qui le suivaient s’enfuient dans la peur (tout comme les femmes de l’Evangile, Mc 16,8; et les hommes, Mc 14,50-52), et comme eux aussi, on cherche son corps mais on dit qu’il n’est pas là, il est ressuscité; et certains doutent, mais alors le dieu ressuscité «apparaît» pour sélectionner des disciples pour livrer son évangile.

Il y a sûrement de nombreuses différences entre les deux histoires. Mais les similitudes sont trop nombreuses pour être une coïncidence – et les différences sont probablement délibérées. Par exemple, le royaume matériel de Romulus favorisant les puissants se transforme en un royaume spirituel favorisant les humbles. Il semble certainement que le récit de la passion chrétienne soit une transvaluation intentionnelle de la cérémonie de l’Empire romain de l’incarnation, de la mort et de la résurrection de leur propre sauveur fondateur. D’autres éléments ont été ajoutés aux Évangiles – l’histoire fortement judaïsée, et de nombreux autres symboles et motifs ont été amenés à la transformer – et le récit a été modifié, dans sa structure et son contenu, pour s’adapter à l’agenda moral et spirituel des chrétiens. Mais la structure de base n’est pas originale.[29]

D’autres érudits ont depuis longtemps identifié des parallèles forts entre la vie de Jésus et les vies légendaires d’hommes saints comme Pythagore ou Appolonius de Tyane. Dans ce dernier, par exemple, nous découvrons qu’Appolonius, après une vie à faire des miracles, à guérir les malades, chasser les démons et ressusciter les morts, a été livré par ses ennemis aux autorités romaines. «Pourtant», selon le résumé de Bart D. Ehrman, «après avoir quitté ce monde, il est retourné rencontrer ses disciples afin de les convaincre qu’il n’était pas vraiment mort mais qu’il vivait dans le royaume céleste.»[30]

Robert Price a indiqué une autre source probable pour les récits de l’Évangile: des romans grecs tels que Chaereas et Callirhoe de Chariton ,Xenophon’s Ephesian Tale , Achille Tatius ‘ Leucippe and Clitophon,Heliodorus’ Ethiopian Story, Longus ‘ Daphnis and Chloé, The Story of Apollonius, King of Tire, de Jamblique histoire de Babylone , et Pétrone de Satyricon.

Trois intrigues majeures reviennent comme une horloge dans les romans anciens, qui portaient généralement sur les aventures d’amoureux croisés, un peu comme des feuilletons modernes. Tout d’abord, l’héroïne, une princesse, s’effondre dans le coma et est prise pour morte. Enterrée prématurément, elle se réveille plus tard dans l’obscurité du tombeau. Ironiquement, elle est découverte à un moment donné par des pilleurs de tombes qui sont entrés par effraction dans le mausolée opulent, à la recherche de riches jetons funéraires […]. Les escrocs lui sauvent la vie mais aussi la kidnappent, car ils ne peuvent pas se permettre de laisser un témoin derrière eux. Quand son fiancé ou son mari vient au tombeau pour pleurer, il est stupéfait de trouver le tombeau vide et devine d’abord que sa bien-aimée a été emmenée au ciel parce que les dieux enviaient sa beauté. Dans un conte, l’homme voit le linceul laissé derrière lui, tout comme dans Jean 20: 6-7.

Le deuxième dispositif de l’intrigue boursière est que le héros, réalisant enfin ce qui s’est passé, part à la recherche de l’héroïne et finit par se heurter à un gouverneur ou à un roi qui la veut et, pour l’éloigner, fait crucifier le héros. Bien sûr, le héros parvient toujours à obtenir un pardon de dernière minute, même une fois apposé sur la croix, ou il survit à la crucifixion par un coup de chance. Parfois, l’héroïne semble aussi avoir été tuée mais finit par se retrouver vivante après tout.

Troisièmement, nous avons finalement une joyeuse réunion des deux amants, dont chacun a désespéré de ne jamais revoir l’autre. Au début, ils n’arrivent pas à croire qu’ils ne voient pas un fantôme venir les réconforter. Enfin, ne croyant pas de joie, ils sont convaincus que leur proche a survécu dans la chair.

Comme je l’ai noté dans mon article «La Crucifixion de la Déesse», le modèle de la romance d’amour est toujours apparent dans l’Évangile, où Jésus ressuscité apparaît d’abord à sa disciple de longue date, Marie-Madeleine, qui, peut-être pour cette raison, était considérée comme Jésus ‘âme sœur par de nombreux gnostiques.[31]

Price cite le passage suivant de Chaereas et Callirhoe de Chariton , où Chaereas découvre la tombe vide de sa bien-aimée:

Lorsqu’il atteignit la tombe, il découvrit que les pierres avaient été déplacées et que l’entrée était ouverte. [Cf. Jean 20: 1] Il fut étonné de la vue et envahi par une effrayante perplexité face à ce qui s’était passé. [Cf. Marc 16: 5] La rumeur – un messager rapide – a annoncé aux Syracusains cette étonnante nouvelle. Ils se rassemblèrent tous rapidement autour de la tombe, mais personne n’osa entrer jusqu’à ce qu’Hermocrate donne l’ordre de le faire. [Cf. Jean 20: 4-6] L’homme qui est entré a rapporté la situation entière avec précision. [Cf. Jean 19:35; 21:24] Il semblait incroyable que même le cadavre ne gît pas là. Alors Chaereas lui-même se décida à entrer, dans son désir de revoir Callirhoe même mort; mais bien qu’il ait chassé dans le tombeau, il ne pouvait rien trouver. Beaucoup de gens ne pouvaient pas y croire et sont allés après lui. Ils ont tous été saisis par l’impuissance. L’un de ceux qui se tenaient là a dit:«Les offrandes funéraires ont été emportées [traduction de Cartlidge:« Le linceul a été enlevé »—cf. Jean 20: 6-7] – ce sont les pilleurs de tombes qui ont fait cela; mais qu’en est-il du cadavre – où est-il? De nombreuses suggestions différentes ont circulé dans la foule. Chaereas regarda vers le ciel, étendit les bras et s’écria: «Lequel des dieux est-ce donc qui est devenu ma rivale amoureuse et a enlevé Callirhoe et la garde maintenant avec lui…?qui est devenue ma rivale amoureuse et a enlevé Callirhoe et la garde maintenant avec lui…?qui est devenue ma rivale amoureuse et a enlevé Callirhoe et la garde maintenant avec lui…?

Plus tard, Callirhoe, réfléchissant à ses vicissitudes, dit: «Je suis morte et je suis revenue à la vie.» Plus tard encore, elle se lamente: «Je suis morte et enterrée; J’ai été volé de ma tombe. En attendant, le pauvre Chaereas est condamné à la croix, qu’il doit porter lui-même. Mais à la dernière minute, juste avant d’être cloué, sa peine est commuée, et il est descendu de la croix. «Voici donc, commente Price, un héros qui est allé à la croix pour sa bien-aimée et est revenu vivant. Dans la même histoire, un méchant est également crucifié, mais comme il gagne ses déserts, il n’est pas récompensé. Voici Theron, le pirate qui a conduit le pauvre Callirhoe en esclavage. ‘Il a été crucifié devant la tombe de Callirhoe.’

Certains Juifs, par certains Hasbara concertés et persistants, ont-ils lavé le cerveau des Romains avec un conte juif incroyable plagié à partir de romans grecs, de mythes romains et de culte mithrique? Il y a sûrement d’autres manières de considérer le christianisme que comme une astuce juive. Mais je trouve que l’hypothèse mérite d’être considérée. J’entends sur ce webzine beaucoup de plaintes contre la colonisation culturelle juive. Je dis simplement que cela n’a pas commencé hier.

Laurent Guyénot est ingénieur (ENSTA, Paris) et docteur en études médiévales (Sorbonne, Paris). Il est l’auteur de De Yahvé à Sion: Dieu jaloux, peuple élu, terre promise… Choc des civilisations , et «Notre Dieu est votre Dieu aussi, mais il nous a choisis»: Essais sur le pouvoir juif (un recueil de la revue Unz précédente des articles). Il a également écrit JFK-9/11: 50 ans d’état profond (interdit d’Amazonie) et est le co-auteur d’un nouveau film sur «Israël et les assassinats des frères Kennedy».

NOTES

[1] Traduit du français: Primo Levi, Lilith et autres nouvelles, Le Livre de Poche, 1989.

[2] Jacob Neusner, Judaïsme et christianisme à l’ère de Constantin: Histoire, Messie, Israël et la confrontation initiale, University of Chicago Press, 1987 , pp. Ix-xi.

[3] Lisez Thomas Römer, The Invention of God, Harvard UP, 2015, pp. 137-138, ou Hyam Maccoby, The Sacred Executioner, Thames & Hudson, 1982, pp. 13-51. J’ai abordé ce sujet dans mon livre «Notre Dieu est votre Dieu aussi, mais il nous a choisis»: Essais sur le pouvoir juif, AFNIL, 2020, pp. 42-45.

[4] Royston Lambert, bien-aimé et Dieu: L’histoire d’Hadrien et d’Antinous, Phoenix Giant, 1984; Christopher Jones, Nouveaux héros de l’Antiquité, op. cit., pp. 75–83.

[5] Stendhal, Love, Penguin Classics, 2000, p. 83.

[6] Giles Corey, The Sword of Christ: Christianity from the Right, or The Christian Question, publié indépendamment, 2020, p. xiii.

[7] Richard Dawkins, The God Delusion, Houghton Mifflin, 2006, p. 51.

[8] Joseph Mélèze Modrzejewski, Les Juifs d’Égypte, De Ramsès II à l’empereur Hadrien, Princeton University Press, 1995, pp. 48-49, 66.

[9] Martin Bernal, Géographie d’une vie, chap. 45, « Juifs et phéniciens »,pp. 386-394.

[10] Nahum Goldmann, Le Paradoxe juif. Conversations en français avec Léon Abramowicz , Stock, 1976, p. 36; Heinrich Graetz, Histoire des Juifs,A. Lévy, 1882 (sur fr.wikisource.org), tome I, p. 413-428.

[11] Le premier évangile, l’Evangile de Marc, est généralement daté de la fin des années 60, mais cette date est beaucoup trop tôt, d’autant plus qu’elle mentionne la destruction du Temple.

[12] Tacite a écrit dans les Annales (XV, 44) que Néron a accusé les Chrétiens d’avoir allumé le grand incendie de Rome en 64 et avait beaucoup d’entre eux «jetés aux bêtes, crucifiés et brûlés vifs». Mais c’est la seule attestation de cette histoire, et certains chercheurs modernes ont mis en doute sa crédibilité: Richard Carrier y voit une interpolation chrétienne ultérieure, et Brent Shaw soutient que la persécution de Néron est un mythe ( Wikipedia ). Il y a une autre mention de la persécution contre les chrétiens avant le troisième siècle, dans une lettre écrite à Trajan par Pline le Jeune, gouverneur de Bithynie (nord de l’Asie Mineure). Mais cette lettre est également d’une authenticité douteuse, appartenant à un livre de 121 lettres retrouvé au XVIe siècle, copié et perdu à nouveau.

[13] Paul Mattei, Le Christianisme antique: De Jésus à Constantin , Armand Colin, 2011, p. 119.

[14] Emily A. Schmidt, «The Flavian Triumph and the Arch of Titus: The Jewish God in Flavian Rome», UC Santa Barbara: Ancient Borderlands Research Focus Group , 2010, extrait de https://escholarship.org/uc/ article / 9xw0k5kh

[15] On dit que Trajan a eu une épouse pro-juive, Pompeia Plotina, et il a une fois condamné à mort un dignitaire grec nommé Hermaiskos pour s’être plaint que l’entourage de l’empereur était «plein de juifs impies». (Joseph Mélèze Modrzejewski, Les Juifs d’Égypte – De Ramsès II à l’empereur Hadrien, Princeton University Press, 1997, p. 193-196). Mais Hadrian est crédité d’avoir interdit la circoncision et, confronté en 132 à un nouveau soulèvement juif anti-romain en Judée, dirigé par Simon bar Kokhba, il détruisit Jérusalem, la convertit en une ville grecque nommée Aelia Capitolina et l’interdit. Juifs pour y entrer.

[16] Norman Cohn, La poursuite du millénaire , Livres essentiels, 1957, p. 4.

[17] Selon 1Rois 10:14, la quantité d’or thésaurisée chaque année dans le temple de Salomon était de «666 talents d’or» (1 talent = 30 kg). Le trésor de Salomon est peut-être légendaire, mais il illustre ce que le temple de Jérusalem signifiait encore pour les prêtres du premier siècle de notre ère.

[18] Parce que le rouleau de cuivre fait partie des soi-disant manuscrits de la mer Morte, à qui on a attribué à tort une origine essénienne pendant des décennies, son contenu a longtemps été considéré comme fictif. La révision de cette théorie erronée, lancée par Norman Golb dans Qui a écrit les rouleaux de la mer Morte?: La recherche du secret de Qumran, Scribner, 1995, a corrigé ce biais.

[19] Flavio Barbiero, La société secrète de Moïse: la lignée de la mosaïque et une conspiration couvrant trois millénaires, traditions intérieures, 2010, p. 111.

[20] Norman Cohn, La poursuite du millénaire , Livres essentiels, 1957, p. dix.

[21] Cyril Glassé, Mithraïsme, le virus qui a détruit Rome , Apocalypse ,2016.

[22] Kyle Harper, Le destin de Rome: le climat, la maladie et la fin d’un empire, Princeton UP, 2017.

[23] Voir par exemple James Charlesworth, Jesus within Judaism, SPCK, 1989.

[24] Earl Doherty, Le puzzle de Jésus: N’y avait-il pas de Jésus historique? sur ce pdf de 600 pages , p. 33 et 16.

[25] Robert Price, Deconstructing Jesus, Livre de Prométhée, 2000, archive.org , pp. 44-45.

[26] Les érudits récents faisant valoir le long de ces lignes incluent Karl H. Kraeling, Jean le Baptiste , les Fils de Charles Scribner, 1951; Charles HH Scobie, Jean le Baptiste, Fortress Press, 1964; W. Barnes Tatum, Jean le Baptiste et Jésus: un rapport du séminaire de Jésus, Polebridge Press, 1994; Joan Taylor, The Immerser: Jean le Baptiste dans le judaïsme du Second Temple , Wm B. Eerdmans, 1996; Robert L. Webb, John the Baptizer and Prophet: A Socio-Historical Study, Sheffield Academic Press, 1991; Walter Wink, Jean-Baptiste dans la tradition évangélique,Cambridge UP, 1968.

[27] Earl Doherty, Le puzzle de Jésus, op. cit., p. 52 .

[28] Robert Eisenman, James le frère de Jésus: La clé pour débloquer les secrets du christianisme primitif et les manuscrits de la mer Morte , Viking Penguin, 1996.

[29] Richard Carrier, Sur l’historicité de Jésus, pourquoi nous pourrions avoir des raisons de douter, Sheffield Phoenix Press, 2014, p. 56.

[30] Bart D. Ehrman Jésus a-t-il existé?: L’argument historique pour Jésus de Nazareth, HarperCollins, USA. 2012, p. 208, cité de Wikipedia .

[31] Elaine Pagels, Les Évangiles Gnostiques, Weidenfeld et Nicolson, 1979.

SOURCE : How Yahweh Conquered Rome
Christianity and the Big Lie
Laurent GuyénotTraduction automatique 

8 commentaires:

  1. nicolas bonnal2 janvier 2021 à 20:13Grandiose : prions quand même les archistratèges !Répondre
  2. Yves2 janvier 2021 à 21:33Voyant le Monde actuellement, je peux te dire qu’avoir choisi les Juifs comme peuple élu fut une très bonne chose. Les Américains sont également un très bon peuple qui représente Dieu… Certains Musulmans du Maghreb et de l’Afrique sont également très bons… Mais l’Islam ne sera jamais une religion choisie par moi. Quoiqu’il en soit, mon retour a réinitialisé la flamme Chrétienne… Et aucun franc maçon athée ne pourra aller contre cela. A+Répondre
  3. Mr Reynard3 janvier 2021 à 01:06Yahweh nous est également connu, sous d’autres noms, comme Arrhiman, Sheitan, El Shaddai, Satan, tous un démiurge bien connu, qui a choisi des gens avec de l’ADN reptilien comme peuple élu.RépondreRéponses
    1. toutousweet3 janvier 2021 à 02:30coucou reynard ! yah weh ( comme allelu hya ) signfie vive hya, et hya c est hydra, la constellation du serpent !! mdrrrrrrrrrrrrrrrrr
      allélu hya !!! 
  4. toutousweet3 janvier 2021 à 02:18et oui les nazareens et les mahométans vous etes les créatures spirituels des juifs qui vont ont bien eu avec leur marionnette gabriel !! mdrrrrrrrrrrr
    2,5 milliards de chretiens cretins et 2 millairds de mahométans ! pauvre mondeRépondre
  5. toutousweet3 janvier 2021 à 02:28l histoire des crétins chretiens est une immense arnaque c est par l empereur constantin que rome est devenu soit disant ” chretien ” sa mère était une prostitué juive de taverne comme il y en avait beaucoup, elle a enfanté avec le chef des armées de l empereur, qui sera tué , et constantin héritera ” par hasard” du royaume, au départ il ne voulait pas etre juif mais la mort de sa fille et sa femme aidera l évangélisation de ce réfractaire, et il placera sa mère ( la juive prostitué d auberge) comme impératrice a vie ! et voila comme rabbi jacob avec une prostitué a conquis le trone des césars et a ensuite tout verrouillé faisant de la mère de constantin” la mère de tous les empereurs” notez que le terme ” chretiens ” n existait pas , c était tous des nazaréèns donc des juifs!
    dites moi la conquete de rome ça ne vous rappelle pas l infiltration d autres pays ? la france par exemple ! et tous les pays du monde! vous voyez epstein et ses prostitués n a rien inventé!
    cette analyse est mon cadeau de noel au blog ! avec une pareille découverte c est un million de livres venus garantiRépondre
  6. Julien3 janvier 2021 à 15:22N’importe quelle cretin comme toutousweet, qui porte bien son nom de caniche de Satan, s’autorise aujourd’hui à produire des « analyses » sans citer la moindre source. Ce n’est pas le cas de l’auteur de l’article, mais l’on voit bien qu’il mélange allègrement des sources connues, qu’il critique d’ailleurs comme interpolées à chaque fois qu’elle vont dans le sens du christianisme, avec des sources récentes complètement spéculatives. À se demander s’il ne serait pas lui-même un agent d’Isra-hell payé pour démolir les derniers chrétiens ayant survécu à Vatican II ou étant revenu à la foi après avoir traversé les enfers. D’autres passages sentent d’ailleurs la gnose, une des premières formes de christianisme, mais fausse, qui a accrédité l’idée que Yahweh était un simple démiurge plus ou moins malfaisant, la gnose qui est une création juive satanique et qui est à l’origine de la maçonnerie. Quoi qu’il en soit, à supposer même qu’il y eut un complot juif pour instaurer un christianisme contrôlé à Rome, il est clair qu’il a été comme tout mal utilisé par Dieu pour instaurer des sociétés plus charitables en Europe pendant plus de mille ans, et que les juifs kabbalistes ont eu pendant cette période quelque difficultés. Il leur a encore fallu créer la Réforme puis la maçonnerie et enfin renverser les valeurs d’en l’Eglise pour que leur pouvoir devienne total ou presque. Bref à quoi eut été nécessaire la révolution s’ils avaient contrôlé l’Eglise de tout temps? Tout cela n’est pas très sérieux, on voit bien quand on fréquente la tradition que tout oppose le vrai christianisme et le judaïsme kabbaliste, quelles que soit ses formes. Pour finir, une simple preuve que la,supériorité européenne vient du christianisme et non de qualites raciales intrinsèques : la pédophilie a été tolérée voire encouragée par toutes les sociétés païennes, blanches y compris. Seul le christianisme a instauré sa condamnation, notamment contre les sectes juives frankistes qui savent que c’est un mal mais le pratiquent comme tout mal pour hâter la venue d leur faux machiah et vrai antechrist. Et les soixante-huitards ont eu beau pousser à la roue, la pédophilie est désormais unanimement condamnée en public, même si les lobbies travaillent toujours à sa réhabilitation. Si Dieu n’existait pas, ou si le Dieu chrétien etait juste une invention juive et ses préceptes moraux un simple pharisaïsme, alors à l’heure actuelle, toutes les déviances pourraient s’exprimer sans limites…c’est une preuve parmi mille du travail de Dieu sur les âmes meme les plus éloignées de Lui…Répondre
  7. Bainville3 janvier 2021 à 16:20Article sans fondements, irrationnel, dénigrant le christianisme avec des arguments infantiles.

    Ce blogue pourrait s’épargner de publier un tel pensum.Répondre

https://www.blogger.com/comment-iframe.g?blogID=1992991511219911504&postID=3044246780682063214&blogspotRpcToken=761122#%7B%22color%22:%22rgb(0,%200,%200)%22,%22backgroundColor%22:%22rgb(170,%20242,%20238)%22,%22unvisitedLinkColor%22:%22rgb(0,%200,%20255)%22,%22fontFamily%22:%22%5C%22Droid%20Serif%5C%22%22%7D

Les commentaires Anonymes (ou Unknown) et les commentaires comportant des insultes ou des menaces seront supprimés. Les commentaires hors sujet, non argumentés ou vides de sens, etc. seront supprimés.Article plus récentArticle plus ancienAccueilInscription à : Publier les commentaires (Atom)

Posts les plus consultés

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANTI-BLANC

STANISLAS BERTON un de nos héros

Publié

le

Voyez la suite

ARNAQUES

Et si le mouvement Qanon ancré chez les cathos n’étais qu’un leurre psychiatrique lié à l’addiction du besoin de croire ?

Publié

le

LE PLUS GRAND PSYOP PORNO HOPE DE L’HISTOIRE MONDIALE

OPÉRATION HOPIUM

TRADUCTION GOOGLE IMPRECISE !

Comment la CIA a sapé et trahi le mouvement patriote 
…… en transformant de nombreux partisans de Trump en ADDICTS HOPIUM sans espoir.


Avez-vous une dépendance à HOPIUM?

Suivez-vous HOPE PORN ARTISTS? 

Peut-être que vous êtes juste un QTARD irréductible?!


Dans tous les cas, vous pourriez avoir besoin d’aide! Beaucoup de gens ont maintenant besoin d’une aide sérieuse, comme une aide professionnelle, pour s’éloigner du bord du précipice de houblon.


Soumis par l’ entraîneur du syndrome bipolaire politique
Exclusivité SOTN

Inconnu de la plupart des gens de droite , c’est devenu si mauvais dans les pays de survol.

Bien sûr, tout ce phénomène a commencé lors du cycle électoral de 2016, mais il a vraiment démarré avec le mouvement Q ou QAnon en 2017.

Pour les fidèles Q, et “OUI !!!” ces gens sont plus «religieux» que les chrétiens nés de nouveau les plus dévoués vivants, tout ce que Q a dit, prédit ou conclu était ÉVANGILE… comme dans «l’Évangile» de Q.

Il est assez intéressant de noter qu’il existe également une «source Q» pour les quatre principaux évangiles canoniques du christianisme comme suit:

* La source Q (également appelée document Q, Q Gospel, ou Q de l’allemand: Quelle, signifiant «source») est une collection écrite hypothétique des paroles de Jésus (logia). Q fait partie du matériel commun trouvé dans les Évangiles de Matthieu et de Luc mais pas dans l’Évangile de Marc. [1]

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que ces 4 évangiles canoniques ont été scientifiquement prouvés pour être basés sur les nombreux évangiles apocryphes pour inclure les évangiles mystiques de Thomas, Mary, James et Phillip. Et, que les Évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean ont tous été délibérément créés pour se soutenir mutuellement le récit de l’autre, tout en laissant de côté tout à fait délibérément les vérités ésotériques beaucoup plus profondes et transformatrices transmises par Jésus-Christ à ses disciples les plus proches.

De la même manière, QAnon fournit beaucoup d’informations, tout comme Matthew, Mark, Luke et John, mais ensuite Q laisse de côté les choses les plus importantes tout en trompant avec des tonnes de porno ridicule d’espoir. Plus que tout, Q a poussé sans relâche ses millions de fidèles à croire à tort qu ‘ «Israël ne peut pas faire de mal» et que «le sionisme est bon pour le monde» . Voir: QAnon: Désinformation sioniste et opération psychologique – 6D Chess Honeytrap (Vidéos)

De même, les quatre principaux évangiles de la «Sainte Bible» ont été écrits par des hommes qui ont intentionnellement fabriqué un récit fictif afin de présenter la naissance et la vie de Jésus-Christ dans un contexte totalement «israélien». Cette représentation très inexacte de la vie du Messie a fourni le contexte et la justification de la création des mouvements politiques extrêmement destructeurs connus sous le nom de sionisme chrétien et juif. Comme suit:


CAESARION : La plus grande histoire jamais racontée


Maintenant, ce qui s’est réellement passé ici, c’est que, là où Q est devenu leur «JEEEEESUS», de nombreux ARTISTES DU PORNO ESPOIR sont devenus les «12 apôtres». Ce que les artistes pornographiques espèrent disent ou écrivent devient le mantra du jour, de la semaine ou du mois jusqu’à ce qu’il se révèle être un hopium ridiculement faux.


POINTS CLÉS: Tout ce phénomène Q a en fait été conçu et est mis en œuvre par la même tribu de banquiers derrière le sionisme chrétien. Tout comme ils ont exploité le hopium de la «seconde venue» pour que les gens ne fassent rien pour eux-mêmes mais attendent le retour prophétisé de Jésus, ils ont lavé le cerveau des chrétiens et des conservateurs pour croire que Trump et les White Hats travaillent avec diligence dans les coulisses pour sauver miraculeusement la situation. Ces bons patriotes ne comprennent pas qu’il est vraiment de leur responsabilité de se sauver eux-mêmes … pour qu’ils puissent alors «sauver la situation». Soit dit en passant, ce programme particulier de contrôle mental dirigé par les sionistes est à l’œuvre depuis des millénaires – dans le monde entier – et est l’un des plus difficiles à se libérer. Les gens devraient donc profiter de cette dernière occasion pour s’en libérer – POUR TOUJOURS!


Voici une liste tronquée de certains de ces faux “ apôtres ” qui portent la torche Q jusqu’en 2021 et au-delà. Chacun de ces artistes pornos de l’espoir, bien sûr, remplit différentes fonctions lorsqu’il s’agit d’induire en erreur et de tromper les croyants naïfs.

DAVID WILCOCK

BENJAMIN FULFORD

DAVID ZUBLICK

DR. JEROME CORSI

MARTIN GEDDES 

DAVE chez X22 REPORT

JUAN O SAVIN

SCOTT MCKAY

LES PARCS SIMON

CHARLIE WARD

CHARLIE FREAK

MICHAEL JACO

DECODE GENE

BO POLNY

DANIELLE

MEL K

CERVEAU EN SÉRIE

Ce ne sont là que quelques -uns des ARTISTES HOPE PORN les plus connus qui ont accroché BEAUCOUP de DÉPENDANTS hardcore au cours des dernières années.

Examinons maintenant de près une seule émission de radio de ce type récemment mise en scène par trois de ces ARTISTES PORNO HOPE dans une même pièce en même temps:

https://youtu.be/ntZZgKAt0UM

Assurez-vous de lire les nombreux commentaires sceptiques et très critiques publiés sous la vidéo précédente pour comprendre l’essentiel de la réaction des gens ordinaires à ce porno absurde d’espoir. Remarquez également comment ces 3 clowns sont des anglophones – pourquoi ces têtes parlantes britanniques pèsent-elles toujours sur l’élection de POTUS et pour qui travaillent-elles vraiment? Voir: Ces artistes pornographiques de l’espoir sont-ils un produit du MK-ULTRA de la CIA, du Tavistock Institute de Londres ou des deux?

Ce qui suit est une autre vidéo de deux des mêmes mauvais acteurs affirmant que «l’inauguration de Biden a été mise en scène, préenregistrée, illégale et que DC est maintenant un territoire étranger clôturé et que l’armée est chargée d’éliminer les« méchants » . “

Vous pensez que la folie QAnon est terminée? Faux. Voici Charlie Ward, Simon Parkes et David Nino Rodriguez concluant que l’inauguration de Biden a été organisée, préenregistrée, illégale et que DC est maintenant un territoire étranger clôturé et que l’armée est chargée d’éliminer les “ méchants ”. 🙃 pic.twitter.com/TVNEtPBTCG

– Daniel James (@dulhunty) 21 janvier 2021

ADDICTION À L’HOPIUM

Qu’est-ce que l’hopium exactement?

C’est l’égarement profond et continu de l’espoir dans un récit manifestement faux qui n’a aucun fondement dans les faits ou la réalité.

Dans le cas présent concernant le mouvement patriote et la droite en général, l’espoir était constamment placé dans la fiction que Donald Trump serait inauguré le 20 janvier 2021.

Puis, alors qu’il ne l’était pas, le vieil espoir a été remplacé par un nouvel espoir que l’imposteur du POTUS Joe Biden serait bientôt démis de ses fonctions via un coup d’État militaire et que Trump serait légitimement installé à la Maison Blanche (ce qui devrait se produire mais ne se produira jamais. ).


POINT CLÉ: Il a été prouvé de manière concluante, avec des preuves scientifiques solides, que l’élection du POTUS 2020 a été carrément volée à Donald Trump. Le fait que Joe Biden et le Parti démocrate aient volé les élections ne fait aucun doute, donc ce fait historique confirmé n’est pas en question dans cette analyse importante de la dépendance au hopium.


Une autre histoire vraie que Q a répétée à plusieurs reprises au disciple de QAnon est qu’il y a eu dix mille inculpations et / ou arrestations massives pendant le mandat de Trump, dont beaucoup ont été enfermées rapidement à Gitmo. De nombreux “ détenus ” supposés étaient en fait des personnalités démocrates, des poids lourds de l’ État profondet de puissants mondialistes du NWO.

Souvent, des mois passaient où les patriotes naïfs croiraient que des criminels internationaux tels que George Soros ou Barack Obama ou Hillary Clinton étaient emprisonnés à Gitmo dans l’attente des tribunaux militaires, ou même déjà exécutés pour leurs crimes contre l’humanité, même s’ils venaient de participer à une récente audience publique. événements ou entretiens avec des HSH largement diffusés.

Ensuite, il y a les milliers d’enfants en cage et / ou emprisonnés et / ou kidnappés sexuellement abusés qui ont été secourus par diverses opérations paramilitaires dans des tunnels sous Washington, DC, dans des drogueries d’Hollywood et dans tous les autres endroits imaginables où ces enfants terriblement exploités sont logés par leurs bourreaux.

Veuillez comprendre que nous ne doutons pas de l’existence de Pedogate . Cependant, ce à quoi nous nous opposons vigoureusement, c’est l’utilisation de ces opérations de libération d’enfants totalement fausses comme un moyen d’engendrer des tonnes de sympathie (ET BEAUCOUP D’ARGENT) à l’appui des artistes pornographiques de l’espoir. Il y a eu tellement de ces missions de sauvetage fictives, et le tout sans la moindre preuve réelle d’avoir eu lieu.

Il y a tellement de pièces dans le psyop Q qu’il faudrait des volumes pour déconstruire cette opération noire furtive pour tromper toute la droite . Qu’il suffise de dire que, ce qu’il a fait avec succès, c’est donner à des millions de personnes le faux espoir que le président Trump et les chapeaux blancs aient tout sous contrôle parfait, jusqu’à l’inauguration prévue de Trump le 4 mars 2021 à venir après que Joe Biden soit ignominieusement frogmarched. hors du bureau ovale. WOW ! ! !

Regardez: il n’y a rien de mal à avoir de l’espoir.

Nous avons tous besoin d’espoir, en particulier dans le monde de plus en plus chaotique, extrêmement confus et totalement conflictuel d’aujourd’hui défini par la nouvelle ère COVID.

Cependant, il y a un VRAI espoir et un FAUX espoir.

Et les personnes énumérées ci-dessus colportent sciemment un faux espoir.

Et, ce faisant, ils enchaînent cruellement les gens pendant des mois et des années pour que quelque chose de très GRAND se produise qui renversera miraculeusement les tables contre la mauvaise cabale mondialiste du Nouvel Ordre Mondial .

Avouons-le tous: quelque chose de «très GRAND» va se passer – nous vivons, après tout, dans la «fin des temps».

En fait, cela ne devient ni plus grand ni plus biblique que là où l’humanité se trouve en ce moment même de l’histoire du monde.

Cependant, nous avons tous été avertis de l’apparition de faux prophètes ainsi que de la grande augmentation des fausses prophéties – PARTOUT.

Eh bien devinez quoi: cette heure est maintenant et l’endroit est ici.


POINTS CLÉS: Personne ne dit que Q n’a pas communiqué BEAUCOUP de vérité extrêmement importante à des gens de droite qui n’y auraient normalement jamais été exposés. Personne ne dit que QAnon n’a pas réussi à RED PILL, un bloc démographique de vote massif à travers l’Amérique qui devait d’urgence être au courant de la prise de contrôle communiste des États-Unis par les démocrates. À cet égard, Q a fait un travail formidable.


Cependant, nous sommes maintenant quotidiennement confrontés à l’administration Biden-Harris et les gens doivent faire face à cette réalité brutale, ne pas suivre un groupe d’escrocs à la recherche d’argent et à la recherche de la renommée qui ont monétisé leurs chaînes YouTube à la sueur d’une confiance excessive. Patriotes et conservateurs.

Au fait, pourquoi AUCUNE des chaînes YouTube des artistes pornos espoirs n’a-t-elle jamais été supprimée alors que tous les courageux diseurs de vérité Patriot ont été déplacés il y a des mois ou des années – POURQUOI?!?!

Non seulement aucune de leurs vidéos folles n’a été supprimée, signalée ou démonétisée, mais elles ont chacune gagné une audience à un rythme tellement sans précédent qu’elles doivent être discrètement soutenues par la direction de YouTube – WOW!

Syndrome bipolaire politique

Revenons à LA DÉDICTION À L’HOPIUM et sa vraie cause: le syndrome bipolaire politique .

Les gens, c’est une maladie mentale grave.

Les observations cliniques ont vérifié qu’il peut évoluer vers un ensemble tout à fait prévisible de maladies et de problèmes de santé, de déséquilibres émotionnels et de troubles psychologiques.

En tant que coach de santé à large spectre , j’ai eu l’occasion de coacher de nombreuses personnes qui se trouvent aux deux extrémités du  continuum du syndrome bipolaire politique .

Pour être clair sur la dure réalité psychiatrique du syndrome bipolaire politique , il y a ces individus à l’extrême gauche qui souffrent profondément du syndrome de dérangementde Trump (TDS). De même, il y a d’innombrables personnes de droite qui sont sans le savoir affligées par Trump Cult Complex  (TCC).

Dans le cas de TDS, Donald Trump ne peut faire aucun droit – JAMAIS. En ce qui concerne TCC, Trump ne peut jamais faire de mal – JAMAIS. Dans les deux cas, les individus préfèrent se voir ou se voir blessés au pays plutôt que de soutenir ou de protester, respectivement, toute action ou déclaration présidentielle particulière du président Trump.

Voyez-vous la maladie mentale grave dans les deux cas?

Voyez-vous comment une telle maladie mentale, un trouble émotionnel et / ou un déséquilibre psychologique peuvent évoluer vers un état psychiatrique complet et assez grave, s’ils ne sont pas traités?

Prenez-le de ce coach de santé , qui a été au courant de ces maladies mentales New Age depuis le tout début à cause des membres de sa famille radicalement affectés.

Vraiment, cet état de fait, à la fois individuellement et collectivement, peut détruire une famille, détruire une communauté et ruiner une nation.

Effets de la dépendance à l’hopium

En tant que consultante en santé intégrative depuis 30 ans, j’ai vu les ravages qu’une dépendance à l’hopium peut avoir sur un individu ou une famille.

Toute personne qui souffre d’un cas aigu ou chronique de dépendance au houblon peut se retrouver victime d’une crise cardiaque, d’un événement AFib ou d’un épisode d’angine de poitrine.

Ces personnes peuvent également avoir – sans avertissement – un accident vasculaire cérébral, un AIT ou tout autre type d’attaque cérébrale.

D’autres verront leur tension artérielle monter en flèche, leur pouls monter en flèche et leur respiration devenir constamment superficielle, réduisant ainsi considérablement leur niveau de saturation en oxygène. Tous ces effets secondaires extrêmement néfastes de la dépendance au houblon peuvent envoyer une personne aux urgences… ou à la morgue.

Peut-être que les pires effets d’une dépendance de longue date au houblon, en raison des montagnes russes émotionnelles qu’ils roulent littéralement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 – certains même dans leurs rêves – sont l’extraordinaire et / ou la surproduction de cortisol, qui empeste les glandes surrénales, le les reins, la glycémie, ainsi que le développement de tumeurs hypophysaires, de tumeurs surrénales et de tumeurs ectopiques telles que celles trouvées sur les reins.

Pour d’autres, cette dépendance à impact cérébral peut fournir des coups d’adrénaline périodiques les prenant aussi haut qu’un cerf-volant un moment, seulement pour s’écraser et brûler le suivant. Ces hauts et ces bas incessants ne font que rendre leur vie misérable, imprévisible et généralement inacceptable.

Ce qui est toujours le cas avec les addictions de hopium plus récentes directement associées au Trump Cult Complex, c’est que plus cette condition reste longtemps non traitée, plus il y aura de problèmes – à tous les niveaux – qui se manifesteront. Considérés dans leur ensemble, nous avons vu des toxicomanes inconditionnels à long terme affaiblir leur corps de manière irréparable, mettre fin à leurs relations les plus proches, en particulier la famille, fermer leurs entreprises et se mettre en faillite.

ARTISTES PORNO HOPE

Si les bonnes gens de droite savaient qui sont vraiment ces artistes pornos espoirs, ils courraient dans la direction opposée et ne regarderaient jamais en arrière.

Fondamentalement, ces escrocs sont du même acabit que les trafiquants de drogue du ghetto qui dirigent un terrier de crack. Ils savent exactement comment attaquer leur carrière comme un faucon s’attaquant à un lapin effrayé – exploitant de nombreuses peurs dominantes tout au long de la journée.

N’oubliez pas que ces artistes pornographiques espèrent être monétisés d’une manière que les gens ne savent même pas. Et, tout comme leur écurie de toxicomanes de hopium a besoin de leur prochain correctif, l’espoir que les toxicomanes du porno ont besoin de leur prochain chèque de paie. Dans certains cas, leur flux de revenus YouTube peut être la seule source de revenus dont ils disposent, il est donc facile d’apprécier leur désespoir lorsque le loyer du mois prochain est dû.

Cependant, ce que très peu de gens ne savent pas sur ces escrocs, c’est que beaucoup sont sous contrat avec les communautés de renseignement américaines et / ou britanniques. Ceux qui ne sont pas sous contrat direct ou indirect avec la CIA ou le MI6 (ou COINTELPRO) sont simplement une opposition contrôlée. En ce qui concerne les types d’oppo contrôlés, certains de ces agents contrôlés par l’esprit font progresser ces opérations DisInfo / MisInfo / False Info hautement sophistiquées, dirigées par Tavistock, consciemment ou non.

Dans l’ensemble, presque tous ces acteurs de la crise du porno espoir bien entraînés veulent devenir des sensations Internet expérimentant leurs 15 minutes de gloire au moins une fois par semaine, sinon plus souvent. Par conséquent, il y a BEAUCOUP d’ego impliqué avec ces GN incorrigibles qui font face à ces opérations psychologiques conçues par des experts.

L’essentiel est que quiconque a été victime de ces escrocs devrait être très malheureux qu’ils aient été si facilement exploités. Dans leur juste indignation, ils devraient avoir la ferme intention d’éviter tout ce qui a peur du porno à l’avenir. De cette façon, ils peuvent enfin retrouver leur vie, leur travail, leur famille et leur estime de soi restaurée.

Soyons bien réels: ce n’est pas amusant de vivre la vie comme un yo-yo qui vous fait monter et descendre sans fin – aux plus hauts sommets de l’euphorie et de l’extase artificiellement induites (rappelez-vous la drogue du même nom), puis vers le les plus basses vallées du désespoir, du découragement et de la dépression.


POINT CLÉ: S’il y a une vidéo qui expose totalement “LE PLUS GRAND PSYOP PORNO ESPOIR DE L’HISTOIRE MONDIALE”, cette excellente présentation est celle-là. Tous les accros de hopium sont vivement encouragés à regarder cette importante déconstruction du puissant programme de contrôle de l’esprit conçu par Tavistock: Q Cult, Hopium Addiction & Hope Porn Artists Exposed as Highly Organized PsyOp (Video)


Conclusion

Quiconque a déjà été victime d’une psyope déchirante, déchirante et déchirante dirigée par le tristement célèbre Institut Tavistock sait exactement de quoi nous parlons ici.

Ceux qui ont été initiés dans ce domaine de l’ingénierie sociale savent qu’il s’agit là des mêmes tactiques utilisées furtivement par le programme de contrôle mental MK-Ultra de la CIA, qui ont toutes été développées à l’origine à Tavistock. Par conséquent, les bons patriotes qui ont été capturés par un artiste porno espoir ou qui ont été dépendants de hopium pendant des années devraient savoir que des millions de personnes sont venues avant vous.

Il est maintenant temps de briser cette habitude une fois pour toutes. La manière précise de le faire sera discutée lors de notre prochaine séance de coaching HOPIUM ADDICTION. D’ici là, veuillez contempler profondément ce qui a été discuté dans cet exposé.

Ensuite, avec beaucoup d’intention et de détermination, éclairez votre conscience de cette situation difficile et commencez à la voir sous un nouvel angle. Ce faisant, vous sortirez lentement mais sûrement du déni qui est toujours présent dans une certaine mesure avec des addictions insolubles comme celle-ci.

Par-dessus tout, priez pour la grâce! Parce que les dépendances à long terme au houblon ne sont pas dupes! Chaque toxicomane a vraiment besoin d’une intervention divine. Par conséquent, les prières d’intercession sont grandement encouragées afin d’envoyer les bénédictions nécessaires aux affligés.

La bonne nouvelle est qu’en fin de compte, une fois qu’un accro à l’hopium est enfin libéré des griffes des artistes pornographiques de l’espoir, il devrait être libéré pour toujours. Ils ne devraient plus jamais devenir la proie d’une série aussi stupide de psyops. En outre, ils seront bien placés dans leur communauté pour aider les autres à se libérer de leur obsession de houblon, de leur dépendance et / ou de leur compulsion.

Tout le monde connaît quelqu’un qui a été capturé par le Q Cult ou qui est un accro au houblon. De nos jours, il y a tellement d’artistes pornos espoirs qui cherchent à gagner rapidement de l’argent sur Internet que la plupart des États-Unis connaissent également ces personnages exploiteurs. Par conséquent, veuillez leur envoyer cet exposé en toute hâte – leur vie peut dépendre de la compréhension vitale présentée dans cette séance de coaching.

Être bien!

L’entraîneur du syndrome bipolaire politique 
État de la nation
24 février 2021

La source

[1] source Q

Lecture et visualisation recommandées

«Operation Trust»: QAnon porte une ressemblance frappante avec le psyope bolchevique des années 1920

DOIT REGARDER: Le revendeur hardcore d’Hopium Hawks QAnon «Arrestations massives» et «37 000 troupes en Europe» – Trop drôle !!! (Vidéo)

Oui, Q Anon est une coopération d’enquête citoyenne, mais c’est aussi un revendeur de hopium sans pareil!

Excellent aperçu de la dépendance au houblon «Q»

Concessionnaires Hopium, QTards et producteurs de porno Hope Méfiez-vous

Méfiez-vous de ces marchands d’HOPIUM basés à Tavistock! ! ! (Vidéo)

HOPIUMgate : Les Qtards sont-ils aussi dangereux pour la République que les communistes?

Addenda

Les deux captures d’écran ci-dessous contiennent les titres les plus lus le 22 février sur le site Web du BIN qui publie régulièrement des informations de dernière minute. Voyez combien d’artistes pornos espoirs notoires figurent dans le TOP 50 des articles ainsi que le nombre extraordinaire d’autres lectures hopium à ce moment précis.

Cette entrée a été publiée dans Non classé . Ajoutez le permalien à vos favoris . ← Quand une seule photo dit tout!

SOTN: Nouvelles alternatives, analyses et commentaires Fièrement propulsé par WordPress.

Voyez la suite

CORONAVIRUS

Les vaccins à ARNm Pfizer et Moderna ne fournissent pas d’immunité contre le coronavirus

Publié

le

Un médecin de Houston, au Texas, a fait part de ses préoccupations concernant la technologie d’ARNm utilisée pour fabriquer les vaccins contre le coronavirus Pfizer et Moderna Wuhan (COVID-19). Dans une vidéo publiée sur Rumble  le 15 mars, le Dr Steve Hotze a affirmé que les deux injections proposées aux Américains n’offraient pas vraiment d’immunité contre le COVID-19.

Les affirmations de Hotze expliquent pourquoi la Food and Drug Administration (FDA) et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont averti le public qu’il est toujours possible pour les personnes vaccinées d’attraper et de propager le virus du Covid 19.

Pfizer et Moderna ont obtenu leur autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) de la FDA en décembre, pour devenir les deux premiers vaccins COVID-19 déployés aux États-Unis. Un EUA n’équivaut pas à une approbation FDA.

Le Dr Hotze a précisé que les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna étaient des médicaments de thérapie génique, conçus pour minimiser les symptômes si une personne était infectée par la maladie.

Selon la loi, les sociétés pharmaceutiques ne sont pas responsables des blessures ou des décès liés aux vaccins. (Connexes:  Indiana PT meurt DEUX JOURS après avoir reçu le vaccin à ARNm contre le coronavirus de Wuhan. )

Les propos d’un autre médecin font écho aux affirmations du Dr Hotze

Le Dr David Martin, un critique du vaccin à ARNm, a émis une opinion similaire.

«Ce n’est pas un vaccin… il fallait utiliser le terme “vaccin” pour dissimuler cette thérapie au moyen des exemptions de santé publique. Il s’agit d’ARNm emballé dans une enveloppe adipeuse, qui est délivrée à une cellule. Il s’agit d’un dispositif médical conçu pour stimuler la cellule humaine à devenir un créateur d’agents pathogènes », a déclaré le Dr Martin, faisant référence aux vaccins à ARNm COVID-19, utilisés pour inoculer la population des États-Unis et dans de nombreux autres pays du monde.

«Ils ont été très clairs en disant que le brin d’ARNm qui entre dans la cellule n’arrête pas la transmission. C’est un traitement. Mais s’il avait été désigné comme un traitement, il n’aurait jamais obtenu la bienveillance des autorités de santé publique, et les gens auraient dit alors : “Quels sont les autres traitements?”

Le Dr Martin a averti que les vaccins à ARNm induisent une maladie au lieu d’une réponse immuno-transmissive. «En d’autres termes, rien dans tout cela ne vous empêchera de transmettre quoi que ce soit. Il s’agit de vous rendre malade», a-t-il déclaré.

Selon le site Web du CDC, le vaccin à ARNm enseigne à nos cellules comment fabriquer une protéine – ou juste un morceau de protéine – qui déclenche une réponse immunitaire à l’intérieur de notre corps. Cette réponse immunitaire, qui produit des anticorps, est ce qui nous protège de l’infection si le vrai virus pénètre dans notre corps.

Les vaccins à ARNm COVID-19 donnent des instructions à nos cellules pour fabriquer un morceau inoffensif de ce qu’on appelle la «protéine de pointe». La protéine de pointe se trouve à la surface du virus qui cause le COVID-19. Une fois que les instructions (ARNm) sont à l’intérieur des cellules immunitaires, les cellules les utilisent pour fabriquer le morceau de protéine. Une fois le morceau de protéine fabriqué, la cellule décompose les instructions et s’en débarrasse.

C’est ce morceau de protéine qui stimule une réponse immunitaire. Ceci est différent des vaccins normaux où la réponse immunitaire est déclenchée par le vaccin lui-même.

Source

NOTES de H. Genséric 

La feuille de route Rockefeller : phase 2 en cours.


Peut être une image de texte qui dit ’la Croix Rouge du Japon vient de demander à ceux qui étaient vaccinés de ne plus donner leur sang.. jrc.or.jp/donation/about... et la Chine vient d'appeler à suspendre la vaccination Pfizer.. COVID-19 Vaccine BIONTECH Pfizer Chinese health experts call to suspend Pfizer's mRNA vaccine for elderly after Norwegian...’

La pandémie au Nigéria : 200 millions d’habitants, 2000 morts…

Le Nigéria  pays « historique » de l’Ivermectine, abondamment utilisée pour le #COVID19.
200 millions d’habitants, 2000 morts… soit 10 morts par million d’habitants !
Soit près de 15 fois moins (/Md’habitants) que la France par exemple…

Pourquoi les Français n’ont pas
confiance dans l’industrie pharmaceutique
 
  1. nicolas bonnal30 mars 2021 à 20:39Brusa : https://odysee.com/@quartierlibre.tv:8/brusa-devoile-la-supercherie-covid:3
  2. andre boran30 mars 2021 à 22:31non …il faut vacciner ou plutot purifier la terre de ces peuples sataniques 
  3. nicolas bonnal31 mars 2021 à 07:43D’ailleurs : https://www.naturalnews.com/2021-03-31-mrna-vaccines-1750-americans-dead-3-months.html

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance