Le Maroc ennemi traditionnel, ennemi classique de l’Algérie ! Tous frérots ces mahométans incohérants

Spread the love

Les dictateurs qui ont choisis l’islam pour faire de leur peuple des soumis, n’ont aucune idée à quel point l’islam rend con et que la circoncision rend malade…

Et quelle honte de dépenser des milliards dans des mosquées et de ne pas avoir d’hôpital pour se faire soigner… C’est en fin de route le mécréant qui sauve l’adepte de Momo le pédophile… quelle déchéance ! C’est à l’ennemi de vous soigner ! Et il est assez passif pour le faire !

ALGÉRIE: AUCUN SIGNE D’AMÉLIORATION DE L’ÉTAT DE SANTÉ DU PRÉSIDENT TEBBOUNE

Par Mohamed Chakir Alaoui le 16/11/2020 à 07h55Algérie: Grandes inquiétudes sur l'état de santé du président Tebboune après son transfert en Allemagne

Abdelmadjid Tebboune, président algérien.© Copyright : DR

Un communiqué sommaire de la présidence algérienne fait état de l’achèvement du protocole de soins administré à Tebboune contre le Covid-19. Mais sans aucun signe de rétablissement. Le chef suprême des forces armées est absent à un moment où le chef de l’état-major a qualifié le Maroc d’«ennemi».

Depuis son lit d’hôpital en Allemagne, le président algérien Abdelmadjid Tebboune aurait donné lui-même des instructions «concernant l’information de l’opinion publique sur l’évolution de son état de santé». Voilà ce que veut bien faire croire la présidence algérienne qui a diffusé, dans la soirée du dimanche 15 novembre, un communiqué officiel via l’agence APS.

«Le staff médical l’accompagnant assure que Monsieur le Président a achevé le protocole de soins prescrit et subit actuellement les examens médicaux post-protocole», nous apprend ce bilan de santé, qui tient en une phrase. Pis encore, il ne fait aucunement mention d’une quelconque amélioration et se contente de parler d’examens post-protocole, ce qui signifie clairement un prolongement du séjour hospitalier de Abdelmadjid Tebboune.

Trois semaines, donc, après avoir annoncé la contamination par le Coronavirus du locataire du palais El Mouradia, le régime algérien n’ose toujours pas évoquer des signes de rétablissement. Ce communiqué sommaire et sibyllin confirme donc la gravité de l’état du président algérien, 75 ans, réputé être un fumeur invétéré. Il accrédite quasiment la thèse d’un AVC causé par les complications du Covid-19, qui risquerait de laisser le patient Tebboune dans un état végétatif.

L’état du président Tebboune se détériore, l’Algérie tremble

L’objectif recherché par cette communication officielle autour de la santé du président ne vise visiblement pas à rassurer les Algériens. Mais plutôt à préparer l’opinion publique à une longue absence de Abdelmadjid Tebboune. Alger est à nouveau condamnée à une interminable vacance de pouvoir. Et c’est parti pour être pire que les dernières années de son prédécesseur, Abdelaziz Bouteflika.

A un moment où le chef d’état-major de l’armée algérienne, Saïd Chengriha, a qualifié hier, dimanche, le Maroc de «3ado6 ta9lidi » (qu’on peut traduire par «ennemi traditionnel» ou «ennemi classique»), le chef suprême des forces armées et ministre de la Défense, Abdelmadjid Tebboune, est absent. Ce qui décapite l’armée algérienne de son chef à un moment crucial. 

Par Mohamed Chakir Alaoui

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*