Le cannabis joue son rôle premier, une plante médicinale… sans faire oublier que le vrais bénéfice ne passe pas par la fumette, cet odieux détournement de la plante… de se droguer c’est débile ! Contre productif…

Spread the love

CANNABIS MÉDICAL: UN MARCHÉ MONDIAL EN PLEIN BOOM

Par Amine Kadiri le 24/02/2021 à 16h01

© Copyright : DR

Le marché mondial du cannabis à usage thérapeutique est en pleine ébullition. Il devrait croître de plus de 20% annuellement et peser près de 57 milliards de dollars d’ici 2026. Une aubaine pour le Maroc qui a décidé de légaliser cette culture à des fins médicales.

C’est désormais officiel: le Maroc va légiférer sur le cannabis. Un projet de loi portant usage légal du cannabis sera examiné, jeudi 25 février, en Conseil de gouvernement. Comme révélé par Le360, le projet de loi prévoit la création d’une Agence nationale spécialisée, qui sera chargée de l’achat et de la vente de la plante à des sociétés l’utilisant à des fins médicales.

Il s’agit d’une véritable aubaine pour le Maroc, qui compterait près de 400.000 personnes et 60.000 familles vivant de cette culture, essentiellement dans le nord du Royaume, et une superficie totale dédiée à la culture du cannabis, estimée à 73.000 hectares.

Si le projet de loi venait à être adopté, le Maroc rejoindrait une liste déjà composée d’une cinquantaine de pays ayant légalisé l’usage du cannabis à des fins thérapeutiques, comme le Canada, l’Uruguay, le Chili, le Brésil, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Australie, la Suisse, Israël, sans oublier certains Etats américains comme la Californie et le Colorado. Sur le continent africain, quatre pays ont légalisé l’usage du cannabis médical: le Lesotho, l’Afrique du Sud, le Zimbabwe et le Rwanda.

D’un point de vue scientifique, le cannabis médical est obtenu à partir des plantes Cannabis Sativa et Cannabis Indica. Il contient trois principaux composés actifs à savoir, le cannabidiol (CBD), le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabinol (CBN). Par rapport au cannabis récréatif, le cannabis médical a une quantité inférieure de THC et un nombre plus élevé de CBD, ce qui offre des avantages thérapeutiques aux patients et aide à conserver les effets antipsychotiques. Le cannabis thérapeutique est généralement prescrit aux patients atteints de cancer, d’épilepsie, de stress post-traumatique ou de maladies dégénératives.

Un marché mondial en ébullition

En décidant de légiférer sur le cannabis médical, le Maroc pourrait profiter des retombées générées par un marché mondial en plein boom, qui affiche des taux de croissance à deux chiffres.

Ces dernières années, en effet, le business mondial du cannabis médical a considérablement augmenté. Selon le groupe Imarc, une société d’études de marché de premier plan, les perspectives pour ce marché sont très prometteuses. Une étude de marché, intitulée Medical Cannabis Market, évalue le marché mondial du cannabis médical à 16,5 milliards de dollars en 2019. Il devrait croître de 22,9% annuellement entre 2019 et 2024, pour atteindre une valeur de 44,4 milliards de dollars d’ici 2024.

Une autre étude, celle d’Adroit Market Research, estime que le marché du cannabis médical pourrait atteindre 56,7 milliards de dollars en 2026. Les perspectives de croissance sont donc bien réelles et pourraient être bien plus élevées encore si la légalisation s’étendait à de nouveaux pays.

Des entreprises pionnières sur ce marché, comme la société canadienne Canopy Growth, affiche une hausse vertigineuse de leur chiffre d’affaires, passant de 78 millions à 438 millions de dollars canadiens entre 2018 et 2020. Pour la société Aphria, un autre géant mondial du cannabis, le chiffre d’affaires affiche une croissance de + 1.368 % sur 3 ans, pour s’établir à 543 millions de dollars canadiens.

Ce business florissant attire d’ailleurs de plus en plus de capitaux privés qui investissent des dizaines de millions de dollars dans la filière. Au Lesotho par exemple, petit pays enclavé d’Afrique austral qui a été le premier pays du continent à légaliser le cannabis médicinal, les investissements des multinationales américaines, canadiennes et britanniques, se multiplient. C’est le cas en particulier de l’entreprise Medigrow qui y a investi pas moins de 17,4 millions d’euros.

Le Maroc ne devrait pas être en reste. Le chiffre d’affaires qui sera généré par la commercialisation du cannabis thérapeutiques est estimé à plusieurs milliards de dirhams. Selon Larbi Mharchi, député du PAM et président du Conseil provincial de Ouazzane, qui a longtemps milité pour une légalisation du cannabis à des fins médicales, plusieurs investisseurs internationaux seraient déjà prêts à investir au Maroc dans cette filière. « Nous avons rencontré des délégations allemande, suisse, américaine, israélienne aussi bien au Parlement, qu’au siège de la région, et tous disent vouloir investir dans le secteur du kif, construire des usines et générer de la haute valeur ajoutée et des postes d’emploi », a affirmé l’élu dans une déclaration pour Le360.

Par Amine Kadiri 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*