Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

Mes livres

La vie du premier et dernier pornocrate ! MOI !

Publié

le

Sur le site je viens de recevoir la critique positive d’un lecteur qui m’a acheté mon livre “Mémoires d’un Pornocrate”

Je ne sais pas ce qui m’a le plus fasciné dans ce livre coup de poing, que j’ai lu les yeux écarquillés en me répétant : il a pu survivre à tout ça ? Peut-être la liberté de l’auteur. Pas la liberté mesquine d’être égoïste comme il est de mise actuellement, mais une métaliberté, profonde, la liberté de choisir sa vie malgré toutes les violences subies. La liberté de se révolter, d’en découdre, de rendre les coups. La liberté d’aller chercher la vue et l’amour, mais de se faire respecter aussi. Comme si l’auteur nous disait : quoi que vous subissiez, vous avez le choix et le droit d’en faire ce que vous voulez, moi, voilà ce que j’en ai fait.
Dans un style d’écriture, vivant, généreux et débridé qui habille de mots dignes et sans détour l’horreur, la maltraitance, les viols  à l’aube d’une vie à la résilience inépuisable, pleine de fureur et de panache, ou le tragique côtoie sans cesse le cocasse. Une leçon de vie, roborative et inoubliable.

En réponse à Francis.

Merci mille fois…. Je ne pourrais pas trouver meilleur “Attaché de presse que vous”… car effectivement quand un Francis Boyer fait TOUT pour vous faire passer pour un pédophile alors que justement votre idéal c’est le respect de la vie et de la liberté, donc la protection ( et la liberté ) des enfants… pour ne pas en faire des victimes pour de futures vengeances interminables. C’est extrêmement dur à supporter… et la rumeur est tellement efficace que le tribunal qui ne lit pas les dossiers m’a condamné à 5 ans de prison en tout… alors que je sais bien que je ne mérite pas un jour de prison mais une médaille pour avoir fait avancer les mœurs et une autre pour avoir créé des emplois et même formé de nombreux jeunes à des métiers passionnants comme photographes ou infographistes.

Dans le cerveau qui n’est qu’une caisse d’enregistrement on y met tout ce qu’on veut… comme par exemple que “le porno ce n’est pas bien”… et à ce moment-là tous les lâches pensent que ce n’est pas bien et vous culpabilise ? vous rendant indéfendable… comme si les imprimeurs, photographes, préparateurs de commandes, secrétaires et autres employés étaient des abrutis ?

Effectivement ça fait beaucoup de choses à supporter qui sont tellement contradictoires qu’elles peuvent pousser au suicide… J’ai connu Mr Madsen un précurseur au Danemark qui éditait entre autre “week-end Sex” qui sous l’avalanche de procès s’est suicidé… Car il y a aussi l’aspect économique ou il faut faire face aux fournisseurs, aux employés qui ont leurs exigences et les clients qui nous font vivre qui n’ont pas à subir nos problèmes…

En tout cas je vous dois un grand merci pour votre compréhension car votre appréciation me fait beaucoup de bien à un moment ou je me suis senti mourir alors que je suis en pleine reconstruction grâce à des amis sincères qui me soutiennent.

PS ; J’aurais voulu une couverture mieux réalisée et travailler le texte… mais ça s’est mal passé avec l’éditeur.

Donc vous aussi vous pouvez commander mon livre édité par la Bibliothèque Dissidente… Vous allez au menu, rubrique MES LIVRES !

Voyez la suite
1 Comment

1 Comment

  1. De Via

    11 juin 2021 at 21h10

    Bonsoir Francis,

    Votre analyse est étonnante, la question qui me vient à l’esprit est comment avez-vous été intérréssé par le Sujet Menoud car en effet, sujet passionnant, déchiré, vivant, défait, refait, surfait pour d’autres mais toujours aussi profond et attachant.
    Merci de votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mes livres

MEMOIRES du premier et dernier PORNOCRATE

Publié

le

La multinationale milliardaire DEFI…

DEFI

Ce nom inconnu des plus jeunes représente pour les plus âgés leur premier porno.

A une époque où la pornographie est encore clandestine et chaque tentative de sa libéralisation se solde par un procès, voire la prison.

Gérard Menoud à la rue depuis l’âge de 13 ans nous dévoile son ascension de garçon de boucher en passant par gigolo ou éleveur de lapins jusqu’à devenir le plus gros pornocrate de tous les temps comme il n’en existera plus jamais depuis que le porno est devenu gratuit sur internet.

22,50 €. à commander sur LIVRES

Découvrez un destin humain, celui de l’Homme qui a libéré la pornographie en France marquant à tout jamais l’Histoire : viols, relations sentimentales, vie de famille, démêlés politiques et judiciaire…

L’ex-pornocrate balance tout jusqu’à sa chute commanditée par un juge d’instruction, documents d’archive à l’appui illustrant cet ouvrage …

Croisant ceux qui deviendront des grands noms comme la bande à Dutronc pour les tournages de films ou encore Xavier Niels pour le minitel rose, enchainant les luttes judiciaires jusqu’à la prison pour obtenir à chaque fois plus de reconnaissance et de libertés…

Voyez la suite

Mes livres

KHAZARE MAFIA JUIVE

Publié

le



KHAZARE MAFIA JUIVE


Vous allez découvrir que 97,5 % des juifs sont Khazares… la Khazarie ce monde immense qui a disparu au Xe siècle, sous la pression de ses voisins Russes qui en avaient assez de leurs pillages, viols et rackets… et de leurs rites sataniques des sacrifices de vierges dont on boit le sang… prolongement du satanisme de la circoncision… Puis devenu nomades ils se sont disséminés sur les régions riches pour un y pratiquer l’usure… De terriblement affaiblis et peu nombreux, ils sont devenus les plus puissants banquiers de l’univers… possédant les banques centrales qui impriment la monnaie et financent tous les pays du monde sauf Poutine qui les a virés… la Chine qui s’en méfie et quelques petits pays courageux ayant horreur de l’esclavagisme du paupérisme… Le boss de cette mafia c’est Rothschild… mille fois plus riche que Jeff Bezos de Amazon… Cette mafia voulant se venger des Russes via la création des USA a financé toutes les guerres… celle des sudistes contre les nordistes, en finançant les deux camps pour être sûr d’avoir la main sur un vainqueur… Amérique qui verse 80 % de ses aides à Israël le petit chouchou qui dicte ses caprices sur le Moyen-Orient… et pompe la technologie, l’armement… via le super puissant Mossad… dont Jeff Epstein nous fait découvrir les réseaux de prostitution, chantages et spéculation dans les paradis fiscaux… Cette saga est extraordinaire car elle va de l’impossible lutte contre la drogue et les paradis fiscaux à l’exploitation du paupérisme dont les Gilets Jaunes sont les victimes… La géopolitique va vous sembler facilement compréhensible, car en réalité elle n’est que le résultat de cerveaux dérangés qui ne pensent qu’à détruire et piller… en créant au préalable le cahot… comme pour Assad !
Vous allez découvrir que seulement 2,5 % des juifs sont sémites… alors que les Saoudiens sont 100 % juifs sémites ! Ce qui éclaire sur leur copinage incestueux… très dangereux pour nous ! Ce qui explique tous les conflits dans le monde… Sans la Mafia Khazare, plus de guerre, plus de terrorisme et retour à une économie saine ou les Gilets Jaunes ne sont pas rackettés pour financer les guerres et rembourser la dette en fausse monnaie ! J’ai enfin compris cette bizarrerie paradoxale, la guerre est source de richesses* à vous de vous instruire pour refuser ce qui n’est pas une fatalité mais une diabolique spéculation hégémonique… car de jouer avec le feu le pyromane fini par s’y brûler. Daesh, l’EI… ce sont eux ! Détruire la France avec une immigration sauvage, toxique, ingérable et onéreuse ce sont eux ! Hitler, ce sont eux… le Titanic ce sont eux… Lénine ce sont eux… la liste est incroyable !
N B. À peine 5 % des juifs sont au courant de tout ce que je dévoile ici… les 99 % ne sont pas responsables, seul 1 % s’enrichie… mais il serait temps de raisonner intelligemment en dehors du confort folklorique des sectes… à commencer par supprimer la circoncision et l’abattage satanique…
Bien entendu la guerre est destructrice… et le seul qui s’enrichi c’est Rothschild qui finance le conflit, vend les armes à crédit, finance les combats… récupère les richesses du vaincu et offre son crédit pour reconstruire ce qu’il a détruit !

Voyez la suite

ART de VIVRE

Soudain, 70 millions de lecteurs…

Publié

le

Laurent Sagalovitsch — 3 novembre 2020 à 14h39

Depuis l’annonce du reconfinement, la France crève d’envie de lire des livres, d’en acheter, de les échanger, de les palper, de les sentir. Quel changement!

Le peuple veut du pain et des livres! 

Sans les libraires, à l’heure d’aujourd’hui, j’aurais vendu si peu de livres que j’aurais renoncé depuis belle lurette à en écrire. Sans eux, sans leur inlassable curiosité, sans leur indépendance d’esprit, sans leur fidélité, je n’existerais pas. Il faut le marteler sans répit : les libraires pour des écrivains comme moi qui ne sont pas dans les petits papiers des jurys littéraires et autres salles de rédaction, sont comme des parents nourriciers qui veillent sur les destinées de nos romans.

Ils les mettent en avant, ils les soutiennent, ils les cajolent. Aux lecteurs qui ne vous connaissent pas, ils vous présentent sous un jour si flatteur que bien souvent ces derniers repartent avec un exemplaire de votre livre sous le coude. Parfois même, ils vous invitent, et voilà que le temps d’une lecture ou d’une rencontre, vous êtes le roi du monde, choyé comme si vous étiez le plus grand des romanciers ayant jamais existé.

Ils viennent vous chercher à la gare, vous ramènent à votre hôtel, s’inquiètent si vous toussez de trop et quand les lecteurs ne sont pas au rendez-vous, pris par trop d’engagements ou peu inspirés par votre trombine qui trône à la devanture de leur librairie –comme on les comprend!– c’est à genoux qu’ils implorent votre pardon en vous suppliant de ne pas leur en tenir rigueur.

Autant dire que j’ai été absolument ravi de voir combien, d’une manière tout à fait soudaine et inattendue, les librairies sont devenues une grande cause nationale, une espèce en péril qu’il faudrait sauver des griffes du confinement et de ses règlements trop rigides. Jamais à m’être souvent promené dans leurs allées sans y rencontrer âme qui vive, je n’avais pris conscience d’un engouement pareil.

Du jour au lendemain, voilà que le pays tout entier s’est souvenu de leur existence et de leur importance. Partout, on chante leurs louanges et on se répète qu’on ne saurait vivre sans elles. Qu’il vaut mieux crever de faim que de se priver de livres. Que la vie de l’esprit l’emporte sur la vie des entreprises. Que quitte à mourir confiné, autant mourir d’avoir trop lu. Et que quiconque passerait un mois sans avoir la possibilité d’acheter un livre en librairie, celui-là risquerait de tout perdre, sa santé mentale comme son amour pour la littérature.

Depuis l’annonce du reconfinement, la France crève d’envie de lire des livres, d’en acheter, de les échanger, de les palper, de les sentir. Le soir venu, devant «Koh Lanta», on soupire: «Ah! Si seulement j’avais pu me procurer les oeuvres complètes de Lautréamont, je ne serais pas là à m’infliger de tels programmes.» / «Plût au ciel que les librairies fussent ouvertes, des nuits à relire Montaigne, j’aurais passé.» / « Une vie sans livres, c’est comme un repas sans camembert: une erreur.»

Quand on passe devant une librairie, on se met à sangloter, pensant à tous ces livres enfermés dedans, ces trésors du génie national qu’un gouvernement d’incultes, au mépris de toute considération artistique, a décidé d’embastiller. Mais comment, se demande-t-on, pourrions nous vivre sans livres, nous, qui le reste de l’année passons nos soirées encastrés dans nos téléviseurs ou enchainés à nos réseaux sociaux au point qu’une vie entière peut s’écouler sans jamais en tenir un entre nos mains?

Du pain et des livres, voilà ce que réclame le peuple. Et encore le pain vous pouvez le garder mais les livres sûrement pas. Certes, on lit de moins en moins, certes, c’est tout juste si on sait encore lire, certes, entre notre abonnement à Netflix et celui à Canal+, bien souvent il ne nous reste plus un centime au moment d’acheter un bouquin, mais quel rapport? Nous, la littérature, c’est par temps de confinement qu’on l’apprécie.

Hypocrisie quand tu nous tiens.

J’ignore si par temps de pandémie la librairie est un commerce essentiel et, au fond, je crois que cette question est vide de sens. Nous vivons des temps extraordinaires et j’ai la faiblesse ou la naïveté de penser que ceux qui nous gouvernent prennent des décisions qui vont dans le sens de l’intérêt général, animé de la seule volonté de protéger au mieux sa population. Si les librairies doivent rester fermées, c’est à escient et non point pour les punir ou punir d’éventuels lecteurs. J’espère seulement que le jour où elles rouvriront, il se formera une telle queue qu’elles ne fermeront pas de la nuit…

On peut toujours rêver.

Encore un gauchiste pro Macron qui croit que l’arnaque du Coronavirus c’est pour notre bien !!! FABULEUX … cet abruti n’a pas compris que le NOM… Nouvel Ordre Mondial veux nous tuer ? Avec en ce moment Bill Gates en représentation mondiale… et ses millions de morts !

Par contre pour ce qui est de la vente des livres c’est la Bérézina… la mise en place d’un livre a un coût qui neuf fois sur dix n’est pas rentabilisé… Les seuls qui se font du fric sont les intermédiaires qui proposent des formules miracles sans s’impliquer dans le bouillon des invendus ! Le livre ne se vend pas… les hommes ne lisent pas ! Alors que c’est le SEUL moyen de faire travailler ses méninges… ce muscle qui permet de développer l’analyse et l’esprit d’observation. Ce n’est pas étonnant que les mecs soient aussi cons, limités à leur télé et le foot ! INCAPABLES de tenir une conversation ou de s’intéresser à la conversation… Seules les femmes lisent à 80% ce qui explique leur grande supériorité intellectuelle et leur qualité d’écoute… bien que la majorité des lectures sont orientées Harlequin et ses histoires de toubib… Et le coté pervers des écrivains c’est de plaire au public féminin en le caressant dans le sens du poil… ce que je ne fais pas du tout ! Car d’ailleurs je ne flatte pas non plus les hommes si décevants car terriblement ingrats.

Mais j’en profite pour vous rappeler que j’ai écrit des livres majeurs qui vont dans le sens de se remuer les méninges pour être moins con… moins pigeon influençable. En attendant l’ouverture de la boutique sur ce site Vous pouvez me commander sur Paypal via geraldineclaise@me.com à 25 € la version broché et 12 € par PDF… Je recommande le PDF qui permet d’inclure des photos couleurs et des vidéos ! Je reconnais toutes les vertus du livre papier… mais l’avenir c’est le PDF mieux que la tablette…

Je recommande PREPUCE mon AMOUR car tant que vous n’avez pas compris l’utilité majeure du prépuce vous ne faites pas le distinguo entre NOMADE et SEDENTAIRE… et entre l’homme tranquille et la violence dites gratuite… Vous avez aussi KHAZARE MAFIA JUIVE qui vous explique d’ou sort ROTHSCHILD, sa corruption innée et ses assassinats sans scrupules jusqu’à aujourd’hui à vouloir nous exterminer tout en gardant des esclaves parmi les plus doués et le plus dociles… ALLER SUR “MES LIVRES” !

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance