Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

JUIF

La naissance antisémite de l’État sioniste: une histoire des fondateurs auto-haineux d’Israël ;

Publié

le

Lorsque les victimes du sionisme auront enfin leur journée devant le tribunal, le monde verra à quel point les premiers sionistes étaient cruels et racistes.
JERUSALEM – «Juif auto-détesté» – avec d’autres termes comme «traître, Zhid, Kapo, nazi et petit juif» – font partie des épithètes utilisées par les sionistes pour insulter les juifs qui s’opposent ou rejettent le sionisme et son idéologie raciste.

Un épisode récent du podcast du rabbin Yaakov Shapiro «Committing High Reason» rappelle l’histoire de Theodor Hertzl, le fondateur du sionisme et de l’État sioniste, et jette un nouvel éclairage sur le terme «juif auto-détesté».Engager la haute raison

Le rabbin Shapiro tire méthodiquement toutes ses affirmations et quand on entend ce que Hertzl, qui était lui-même juif, a écrit sur le peuple juif, la seule conclusion est qu’il était le «juif auto-détesté» par excellence. Il ne fait aucun doute qu’il détestait le peuple juif et ne voulait rien d’autre que se dissocier du juif «ordinaire». De plus, il n’était pas seul: d’autres dirigeants sionistes – Vladimir Jabotinsky, Chaim Weizmann et d’autres – étaient tout aussi ouvertement haineux envers leurs frères juifs.

En 2018, le rabbin Shapiro a publié un livre de 1400 pages intitulé «Le wagon vide, le parcours du sionisme de la crise d’identité au vol d’identité». Le livre décrit les vastes différences qui existent entre le judaïsme et son principal ennemi, le sionisme. Le livre a été écrit pour les juifs orthodoxes et en effet chaque foyer juif orthodoxe que j’ai visité au cours des deux dernières années avait une copie de ce travail massif. Même s’il suppose une grande connaissance du judaïsme, le livre contient une quantité sans précédent d’informations de bonne qualité, de sorte que même ceux d’entre nous qui ne connaissent pas bien le judaïsme puissent en apprendre beaucoup.

Les informations présentées dans cet épisode particulier du podcast de Rabbi Shapiro peuvent également être trouvées dans son livre, et cela conduit au fait indéniable que le fondateur du sionisme – et beaucoup de ses contemporains – détestaient tout sur les juifs et le judaïsme et détestait le fait qu’ils eux-mêmes étaient juifs. Selon le rabbin Shapiro et de nombreux autres rabbins orthodoxes qu’il cite, c’est leur haine des juifs et non leur désir de les sauver de l’antisémitisme qui a été le moteur de la création du sionisme et de l’établissement d’un État sioniste.

Le fondateur du sionisme croyait non seulement que les trolls antisémites à propos des juifs étaient vrais, mais les justifiait également. Il a seulement affirmé que ces accusations racistes s’appliquaient aux «autres» juifs, ceux qui n’étaient pas aussi laïques et «éclairés» que lui.

L’histoire de Hertzl, telle qu’elle est racontée dans les écoles sionistes en Israël et dans le monde, le fait passer pour le sauveur des juifs, un homme motivé par le désir de faire le bien. Cependant, un examen plus approfondi de l’homme et de ses motivations révèle qu’il méprisait le peuple juif et voulait se séparer des juifs «ordinaires» en créant un espace, une existence pour des gens comme lui qui étaient juifs de naissance mais méprisaient ce qu’il signifie être juif.

Vladimir Jabotinsky , le père du sionisme de droite et du Likoud israélien actuel, était un autre cas classique du «Juif auto-détesté». Il a écrit que «[l] es Juifs sont des gens très méchants et leurs voisins les détestent et ils ont raison».

Un autre chef spirituel sioniste, Uri Zvi Greenberg, a écrit: «Ces Juifs répugnants sont vomis par n’importe quel collectif et État en bonne santé non pas parce qu’ils sont juifs mais à cause de leur répulsion juive.»

Les sionistes adorent la force physique tandis que le judaïsme orthodoxe la méprise. Dans une conversation que j’ai eue une fois avec le rabbin ultra-orthodoxe Dovid Feldman de New York, j’ai posé une question à ce sujet. Je lui ai dit que pour des gens comme moi, qui ont été élevés sionistes, les juifs orthodoxes semblent faibles et pâles et très peu attrayants. Le rabbin Feldman m’a regardé droit et m’a répondu: «Vous ne savez pas à quel point nous travaillons dur pour maintenir ce look. Être juif est une existence spirituelle-religieuse, pas une existence physique masculine. »

 Maushel (ou Moishel)

Dans l’édition du 15 octobre 1897 du journal sioniste Dei Welt, une publication fondée par Hertzl, il publia un essai, intitulé «Maushe», sur un juif antisioniste. Le centre de l’essai était un personnage fictif, un juif que Hertzl a appelé «Maushel», qui était un nom péjoratif pour les juifs utilisé par les antisémites à l’époque.

Dei Welt

 La première page du journal sioniste Dei Welt vers 1897

Maushel – ou Moishel, selon l’accent – est le juif religieux «commun». L’article a été écrit à l’origine en allemand, avec une version anglaisepubliée dans une autre publication sioniste appelée The Maccabean. Voici quelques exemples de la façon dont Hertz dépeint les Juifs dans son essai:

Maushel |  Théodore Herzl
Maushel | Théodore Herzl

“Maushel est un antisioniste. Nous le connaissons bien et depuis longtemps et nous nous sommes toujours sentis dégoûtés quand nous l’avons vu.” 
Hertzl est d’autant plus dégoûté et chagrin d’être obligé de reconnaître que Maushel est bien «de notre peuple», bien qu’il n’y ait «pas la moindre utilité à être fier de ce fait», dont il déplore le résultat une période sombre de notre histoire d’une classe inférieure de personnes dans notre nation.

Hertzl poursuit en disant que «Le dégoût que nous avions pour lui était associé à la pitié. Nous avons cherché à expliquer son apparence misérable et veule. Nous nous sommes dit que nous devions le tolérer car c’était notre devoir sacré de le civiliser. Voulant se dissocier du Juif Maushel, Hertzl dit: «Il est le terrible compagnon des Juifs et si inséparable d’eux que l’un se confond toujours avec l’autre. “

Hertzl continue avec sa haine flagrante et écrit que Maushel est «l’antithèse d’un être humain, quelque chose d’indiciblement dégradé et obstiné… Maushel mène ses propres affaires sales dans la pauvreté; Maushel est un misérable schnorrer. Puis, pour justifier tristement les attaques antisémites contre les Juifs, Hertzl dit: «Maushel a toujours fourni les raisons des attaques contre nous.» En d’autres termes, les juifs, les «vrais» juifs » comme Hertzl sont visés par les antisémites à cause de cette personne éloignée et sans parenté que les antisémites confondent avec un juif.

De plus, Hertzl écrit:

Aux yeux de l’antisémite, le Juif et Maushel étaient liés l’un à l’autre; puis le sionisme est apparu et le juif et Maushel ont dû définir leur position, et maintenant Maushel a rendu un service aux juifs: il s’est séparé du syndicat parce qu’il est antisioniste.

En d’autres termes, Hertzl affirme que seuls les vrais juifs sont des juifs sionistes laïques. Il poursuit ensuite en amalgamant l’antisionisme et l’antisémitisme: “Quand les gens disent que les Juifs ne soutiennent pas le sionisme, la réponse est non! Le Juif ne peut pas être un antisioniste, seul Maushel l’est.”

Une rhétorique comme celle-ci est très courante en Israël aujourd’hui, selon laquelle les vrais juifs sont les sionistes laïques et les juifs religieux non sionistes sont décrits dans une variété de termes désobligeants.

«C’est bien», poursuit Hertzl, “soyons soulagés de lui. C’est l’occasion de nous purifier de ces éléments dégradants.

La confusion concernant l’identité juive et les affirmations selon lesquelles le sionisme fait partie de l’identité juive sont très courantes, et même très troublantes. Cette profonde incompréhension à la fois du judaïsme et du sionisme peut être clairement attribuée au fondateur du sionisme, Theodor Hertzl.

Qu’est-ce qui fait d’un juif un juif?

Le grand sage juif, le rabbin Sa’adiya Ga’on – – dont le nom complet était Sa’id Bin Yousef El-Fayyumi – était l’une des figures rabbiniques juives les plus importantes de tous les temps. Il est né à Fayoum en Haute Égypte à la fin du IXe siècle; a poursuivi ses études à Tabariya, en Palestine, qui était un important centre d’apprentissage juif; et plus tard a vécu, travaillé et écrit à Bagdad. Dans ce qui est considéré comme l’un de ses livres les plus importants – «Emunot Ve-Deot», ou «Croyances et opinions», qu’il a écrit en arabe en utilisant des lettres hébraïques – Ga’on a écrit que le peuple d’Israël – en d’autres termes, les juifs – sont une nation uniquement en vertu de leurs lois religieuses (il a utilisé le terme charia en arabe pour désigner les lois religieuses). En d’autres termes, un peuple lié par la foi.

Saadiya Ga'on
Une page du livre de Rabbi Sa’adiya Ga’on «Emunot Ve-Deot»

Selon Hertzl, les Juifs sont une nation parce que, comme il l’a dit, «nos ennemis nous ont “fait un” sans notre consentement; la détresse nous unit. La première définit le peuple juif comme un groupe religieux lié par les lois et la foi, le second le définit comme un groupe indéfini uni par la haine des non-juifs.

Un éloge funèbre à Hertzl

L’ éloge funèbre de Vladimir Jabotinsky à Hertzl était une offrande monumentale de louange et même de vénération. Publié pour la première fois sous forme de livret à Odessa en 1905, il a été rédigé en russe, puis traduit en hébreu. Dans celui-ci, Jabotinsky discute de l’héritage de Hertzl, qu’il admirait profondément malgré leurs différences. Dans une section, Jabotinsky loue les merveilleuses caractéristiques d’un hébreu et les compare à ce qu’il appelle les caractéristiques dégoûtantes d’un juif. Au lieu de dire juif, il a utilisé le terme horriblement dégradant et antisémite « Zhid ».

Dr Hertzl
«Docteur Hertzl», la couverture du livret contenant l’éloge funèbre de Jabotinsky

L’éloge funèbre commence avec Jabotinsky admettant que personne n’a jamais vu un vrai hébreu («Aucun de nous n’a vu le vrai hébreu de nos yeux.») Et continue en disant que le juif que nous voyons autour de nous aujourd’hui n’est pas un hébreu mais un Zhid («Et donc aujourd’hui, nous prenons comme point de départ le Zhid , et essayons d’imaginer son opposé exact», dans un effort pour imaginer un hébreu.).Vladimir Jabotinsky Likoud

Photo de Vladimir (Zeev) Jabotinsky sur le site du Likud

«Parce que le Zhid est laid, maladif», écrit le père du Likudisraélien , «nous donnerons l’image idéale de la beauté masculine hébraïque, de la stature, des épaules massives, des mouvements vigoureux», conclut Jabotinsky:

Le Zhid est effrayé et opprimé, l’hébreu fier et indépendant. Le Zhid est dégoûtant pour tout le monde, l’hébreu devrait être charmant pour tous. Le Zhid accepte la soumission, l’hébreu doit savoir commander. Le Zhid aime se cacher des yeux des étrangers, l’hébreu possédera le courage et la grandeur.

Hertzl, selon Jabotinsky, était le spécimen parfait de l’hébreu que personne n’a jamais vu.

Le sionisme – pour qui?

Si en effet Hertzl et les autres dirigeants du sionisme étaient des juifs qui se haïssaient d’eux-mêmes et méprisaient le juif «commun», quelle était leur motivation pour établir le sionisme et travailler si dur pour fonder un État sioniste?

Dans le premier chapitre de son livre, le rabbin Shapiro cite l’un des rabbins les plus respectés de son époque, le rabbin Chaim Soloveichik, qui vivait en Europe de l’Est à la fin du XIXe siècle. Selon la citation, le rabbin Soloveichik dit que les sionistes voulaient créer un État afin de détruire le judaïsme.

En d’autres termes, les sionistes étaient laïques et se considéraient comme éclairés et meilleurs que le juif «ordinaire». Ils regardèrent les Juifs pratiquants de la Torah. Ils voulaient un endroit où des gens comme eux, qui ne ressemblaient pas ou ne vivaient pas comme des juifs «ordinaires», pourraient vivre sans avoir à traiter (ou même voir) des juifs pratiquants, et où ils pourraient être comme d’autres nations.

L’État d’Israël n’a pas été créé pour le juif «commun», celui à longue barbe et payot (les boucles qui pendent sur le côté de la tête), ceux qui vivaient dans les shtetl (ghettos) d’Europe. L’Etat sioniste n’a pas non plus été créé pour le juif arabe, mais pour le juif européen séculier, qui veut plus que tout être européen.

Dans un livre qui décrit comment les dirigeants sionistes considéraient les Juifs d’Europe, il y a une photo qui montre des Juifs sur le marché du ghetto de Nalewni à Varsovie. Il y a une citation attribuée à Chaim Weizmann, un leader majeur du mouvement sioniste et plus tard le premier président de l’Etat d’Israël. La légende dit: “Eretz Yisrael (la Terre d’Israël ou Palestine) n’était pas destiné aux colporteurs de Nalewski, Varsovie.” Ce sont les Juifs que Hertzl et les autres dirigeants sionistes méprisaient.

Lorsque les victimes du sionisme auront enfin leur journée devant le tribunal, le monde verra à quel point les premiers sionistes étaient cruels et racistes. Le monde verra qu’Israël, l’État sioniste d’aujourd’hui, est le reflet parfait de ce qu’étaient les premiers sionistes: raciste, violent et haineux.

En Israël aujourd’hui, les juifs ultra-orthodoxes qui s’opposent au sionisme sont méprisés et ridiculisés; les juifs non religieux et antisionistes sont repoussés; et les Palestiniens ne sont que des garanties – le prix à payer pour que la vision de Hertzl et des autres «Juifs auto-détestés» puisse devenir réalité.

Source : The Anti-Semitic Birth of the Zionist State. A History of Israel’s Self-Hating Founders

17 mars 2021; Par Miko Peled

Miko Peled est écrivain contributeur à MintPress News, auteur publié et activiste des droits de l’homme né à Jérusalem. Ses derniers livres sont « Le fils du général». Voyage d’un Israélien en Palestine » et « Injustice, the Story of the Holy Land Foundation Five ».

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

JUIF

Une pétition pour Fabien Azoulay, Français juif détenu en Turquie

Publié

le

Quand la connerie humaine permet à des tarés genre mahométans de condamner un individu juste à cause de son nom…

Condamné à près de 17 ans de prison pour avoir acheté du GBL, il subit depuis les violences de ses codétenus et l’inaction présumée du Quai d’Orsay

Fabien Azoulay. (Crédit : Comité de soutien de Fabien Azoulay)

Une pétition a été lancée pour que l’Elysée agisse de façon plus active en faveur du transfèrement de Fabien Azoulay, Français-américano juif de 43 ans détenu en Turquie, vers la France.

Lancée à l’initiative de David Benaym, journaliste et ami de Fabien Azoulay, elle a récolté près de 6 500 signatures. Elle est soutenue par ses avocats, qui dénoncent eux aussi l’inaction du Quai d’Orsay.

Sa vie s’est arrêtée il y a trois ans et demi. En septembre 2017, Fabien Azoulay a été arrêté pour « trafic de stupéfiants ». Quelques mois plus tard, au terme d’un procès expéditif, il a été condamné à 16 ans et 8 mois de prison par la cour d’assises d’Istanbul pour l’achat via internet de deux litres de GBL, solvant précurseur du GHB, utilisée notamment dans les clubs gays, devenu interdit en Turquie neuf mois auparavant. Après le rejet de son appel, sa condamnation est devenue définitive en janvier 2019.

Résidant à New York, où il est propriétaire d’un spa, il n’était de passage à Istanbul que pour quelques jours, pour une greffe d’implants capillaires. Le GBL, acheté sur un site lituanien et dont il ignorait l’interdiction en Turquie, devait lui être livré à son hôtel. Il affirme avoir acheté le produit à des fins récréatives, pour sa consommation personnelle, ce que les enquêteurs turcs rejettent, l’accusant de trafic.

Juif et homosexuel, il rapporte avoir été victime de nombreux abus et violences en détention. En novembre 2019, il a été brûlé par un codétenu. « Fabien est désespéré et ses jours sont en danger », a alerté sa famille auprès d’Emmanuel Macron.

« Il a été violé, battu, brûlé. Il est l’objet de vexations du fait de son orientation sexuelle, notamment de la part de détenus radicalisés. Il subit des scènes de conversion forcée à l’islam car il est de confession juive. Il en a perdu le sommeil », a expliqué l’un de ses avocats, François Zimeray, à Franceinfo.

« Ici ce sont tous des récidivistes, ils ont l’habitude des prisons mais moi non. Je ne sais même pas me défendre », a écrit Azoulay dans un courrier à un ami. « Je me fais voler quotidiennement. (…) Certains ont tenté de me radicaliser au nom de l’islam, imagine le supplice. »

« Ma tête parfois s’éteint complètement face aux horreurs auquel (sic) je fais face quotidiennement. La dernière en date est un type qui s’est fait trancher la gorge par un groupe de 4 Syriens. J’ai appris par la suite que le détenu qui est décédé avait fait des avances à l’un des Syriens et qu’au nom d’Allah il devait payer de sa vie du fait de son homosexualité », a-t-il ajouté. « Je dormais quand c’est arrivé, mais les cris des détenus m’ont réveillé. La vue du sang partout était effrayante, pire que dans un film d’horreur. »

Il explique aussi cacher sa religion : « Personne ne sait que je suis feuj [« Juif », NDLR]. » Des témoignages de proches et de ses avocats rapportent néanmoins qu’il aurait subi des intimidations et un harcèlement en vue de sa conversion à l’islam.

Il raconte ses prises de somnifères, avec ses codétenus qui le réveillent à 5 heures du matin pour la prière islamique, mais aussi « les djihadistes qui essaient de radicaliser d’autres détenus (…) Ils m’ont volé tous mes vêtements il les déchire (sic) pour fabriquer des objets ».

« Certains se prennent pour des caïds. Ils exigent des faveurs des plus faibles. Si tu ne les exécutes pas, ils te battent te gifle (sic) t’humilient. Je les maudis tous. »

La promiscuité dans la cellule collective, qui compte de nombreux détenus, est aussi invivable. « Nous sommes si nombreux que la nuit pour aller aux toilettes, il faut piétiner les gens qui dorment, ceux qui se réveillent piquent des crises et ne savent répondre que par la violence. Ici, pas de place pour la diplomatie ou les mots. Imagine-toi, la scène : pour aller aux toilettes la nuit, tu dois te prendre une beigne », a-t-il aussi écrit.

D’abord détenu dans la prison de Maltepe, près d’Istanbul, où il cohabitait avec vingt autres détenus, il a depuis été transféré à la prison de Giresun, à 800 km au nord d’Istanbul, sur le littoral de la mer Noire – apparemment des suites de l’agression qu’il a subie par un codétenu en 2019. Il expliquait en juin 2020 que sa cellule comptait là 9 détenus.

Selon l’une de ses avocates françaises, Carole-Olivia Montenot, Fabien Azoulay est une victime collatérale « de la mésentente franco-turque ». « Macron ne se rend pas compte que sa guerre avec Erdogan a des conséquences importantes », tonne-t-elle.

« Je sais combien les relations diplomatiques sont tendues entre Paris et Ankara mais nous connaissons aussi la volonté d’apaisement de part et d’autre », a ajouté Me François Zimeray, qui est aussi ancien député au Parlement européen et ancien ambassadeur de France chargé des droits de l’Homme. « Le transfèrement en France de Fabien Azoulay serait un geste humanitaire qui participerait de cet apaisement. Il faut un geste humanitaire. »

Contactée par Marianne, une source diplomatique a toutefois assuré que le Quai d’Orsay était « pleinement mobilisé sur la situation de Fabien Azoulay » et dit suivre « l’évolution de sa demande de transfèrement en France ». « Les autorités françaises sont intervenues rapidement auprès des autorités locales pour qu’il puisse bénéficier d’un transfert vers une nouvelle prison turque en janvier 2020 », a ajouté cette même source, cela afin de lui « garantir de meilleures conditions de sécurité en détention ».

« La famille considère que le risque que Fabien attente à ses jours est réel » s’il n’est pas transféré en France, peut-on lire dans la pétition.

Michel Mayer OhayonRemake de MIDNIGHT EXPRESS
Ça n’a pas l’air d’intéresser ni les droits de l’homme ni le quai d’Orsay 
La Turquie n’a en rien changé 
C’est un état de dictature et le restera probablement pour l’éternité

Philippe ZimmerBonjour, je viens de lire le Républicain Lorrain. J’ai vécu la même chose en Turquie en 2003, pendant mes vacances. Tout ce que je lis est juste. A Fabien, ne te fait pas de mal car ta libération peut être proche. Il faut comprendre et savoir quelques choses sur le droit, l’incarcération, le verdict en Turquie…ils sont au Moyen-Age. Si je peux contacter quelqu’un de la famille, je suis prêt à donner des infos (ministère des affaires étangères, transfèrement, avocat français…ne sont d’aucun secour) comment je suis passé de 11 années à 16 mois de prison à Kapali cezaevi à Antalya en 2003-2004. Je le fait dans un esprit totalement désinteressé sauf la libération aussi rapide que possible de Fabien. Tiens bon, je prie pour toi pour ta patience.
Cela dit, le peuple Turc est un peuple valeureux.

Voyez la suite

JUIF

G.B. Une femme emprisonnée pour avoir qualifié l’Holocauste de “vache à lait”

Publié

le

“Je ne vous condamne pas au motif que vous êtes antisémite, je ne vous condamne pas au motif que vous êtes une négationniste”, a déclaré le juge du district de Westminster, Michael Snow, après avoir exactement condamné cette dame pour une opinion qui ne plaît pas à ceux qui décident de tout. Encore une fois, Voltaire a raison : “Pour savoir qui vous dirige vraiment, il suffit de regarder ceux que vous ne pouvez pas critiquer.”

C’était le  message déroutant de Snow à Alison Chabloz, 56 ans, une commentatrice politique qui a été traînée en justice pour avoir déclaré que l’Holocauste est une “vache à lait éternelle” sur un podcast [1].  Elle purgera quatre mois et demi de prison.

Bien que le juge Snow n’ait aucune base légale pour emprisonner une personne spécifiquement pour des commentaires critiques sur l’Holocauste, il a été en mesure d’exploiter une loi ouverte et subjective sur les «infractions graves» pour punir Chabloz pour ses commentaires remettant en question le récit de la chambre à gaz d’Auschwitz et sur l’exploitation par la juiverie de l’histoire de l’Holocauste à des fins politiques et financières.

La loi sur les «infractions graves», vaguement définie, est souvent exploitée par les acteurs politiques pour réprimer ceux qui critiquent les groupes privilégiés et les intérêts puissants. Un policier est actuellement jugé par un tribunal britannique pour le “délit grave” d’avoir envoyé une blague de George Floyd dans un chat privé WhatsApp. La liberté d’expression au Royaume-Uni n’est pas un droit garanti.[2]

Le traitement de Chabloz par Snow correspond à un modèle. Beaucoup pensent que le juge de district est principalement un voyou proxy à la solde des puissants,  plutôt quelqu’un chargé de faire respecter la loi et de protéger les droits des honnêtes gens.

Un exemple très médiatisé est le comportement du juge Snow lors de la supervision de l’affaire Julian Assange en 2019. Afin de plaire au ministère américain de la Justice, Snow a décidé que le journaliste australien serait détenu et torturé en complet isolement dans une prison de haute sécurité.

Au cours du procès – ostensiblement à propos de la libération sous caution d’Assange en 2012 – Snow a raillé et réprimandé le prisonnier d’opinion, le qualifiant de “risible” et de “narcissique”. Au cours d’une audience, il a demandé à Assange de «se rendre aux États-Unis» et d’y «reprendre sa vie». L’ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan, Craig Murray, a qualifié le juge Snow de “honte” corrompue et politiquement motivée.

Le climat de discussion ouverte ou de critique sociale en Grande-Bretagne est pratiquement identique à celui qu’on trouve dans les dictatures du tiers monde [comme l’Arabie Saoudite, les E.A.U. , ou la Qatar, ces amis intimes de la G.B.]. Le juge Snow et d’autres personnalités de haut rang au Royaume-Uni pratiquent la stigmatisation publique dans la gestion de tribunaux fantoches qui emprisonnent les gens en fonction de ce que les riches juifs trouvent offensant. 
Mais en 2021, les «goyim libéraux» ne se soucient plus de ce que les gens pensent.Source : UK: Political Judge Sentences Woman To Jail For Calling Holocaust A “Cash Cow
Par 
Eric Striker

NOTES de H. Genséric

[1] Philip Giraldi: La pompe à fric de l’holocauste continuera à rapporter encore et encore

[2] USA. Un directeur d’école secondaire congédié pour avoir dit qu’il «ne peut pas dire que l’Holocauste est un événement factuel et historique»
–  Un cours accéléré sur les vraies causes de l’« antisémitisme » 
–  USA. Cours obligatoire de catéchisme pour les flics sur la religion de l’Holocauste 
–   Liste des personnes persécutées pour avoir contesté les données de l’Holocauste

VOIR AUSSI :–   An de grâce 2019. L’Inquisition Sioniste est imposée légalement au monde chrétien
–   ESSENTIEL. Vérité de l’Holocauste: Six millions ? Chambres à gaz ? par Ernst Zundel et Joseph G. Burg
–   HOLOCAUSTE. Lettre du Dr juif français Roger Dommergue à Steven Speilberg 
–   LA RELIGION DE L’HOLOCAUSTE : LA SHOAH OU LE CHAÎNON MANQUANT DE LA TORAH
–   Quelques mensonges évidents dans la Shoah – Par le professeur R.Dommergue 
–   USA. Cours obligatoire de catéchisme pour les flics sur la religion de l’Holocauste
–  ALERTE SANTÉ MENTALE : Une pandémie mortelle d’antisémitisme contamine l’Occident ! 
–  Comme COVID, l’antisémitisme ʺ asymptomatique ” peut passer inaperçu et se propager silencieusement s’il n’est pas ʺ traité ” de manière agressive
–  ESSENTIEL. Vérité de l’Holocauste: Six millions ? Chambres à gaz ? par Ernst Zundel et Joseph G. Burg
–  George Galloway explique la “militarisation” de l’antisémitisme 
–  HOLOCAUSTE. Lettre du Dr juif français Roger Dommergue à Steven Speilberg 
  –  Journaliste israélien : Les pires meurtriers du XXe siècle étaient Juifs !
–  L’antisémitisme est tout à fait respectable 
–  L’Histoire sans fin de l’antisémitisme 
–  La bataille d’Auschwitz par Israël Shamir
–  La croyance en «l’Holocauste» s’effrite dans le monde
–  LECTURE ESSENTIELLE. La Controverse de Sion
–  Les gens “très peu sympas” du Forum Économique Mondial 
–  Que disent Jésus, Einstein, Voltaire, Soljenitsyne, Goethe, Liszt sur l’antisémitisme ? 
–  Quelques mensonges évidents dans la Shoah – Par le professeur juif R.Dommergue 
–  Russie. Les atrocités inimaginables commises par les Juifs bolcheviques contre les Gentils : des preuves irréfutables.
–  Soljenitsyne : Les Protocoles de Sion se réalisent sous nos yeux
–  Tuez les Petits Blancs! Les “prestigieuses” universités américaines prêchent le génocide des Blancs

Hannibal GENSÉRIC

Voyez la suite

JUIF

Magazine juif : Plus on est éduqué et intelligent, plus on est antisémite !

Publié

le

Une nouvelle étude montre que plus les gens sont éduqués, plus ils sont susceptibles d’avoir des opinions antisémites. Pendant des années, le plaidoyer juif et les groupes suprémacistes juifs comme l’Anti-Defamation League ont affirmé que «l’antisémitisme» – comme d’autres formes de «racisme» – est né de l’ignorance et d’un manque d’éducation, mais une nouvelle étude menée par le magazine juif Tablet montre que c’est l’exact opposé qui est vrai : 
plus une personne est éduquée et intelligente, plus elle a de chances d’avoir des opinions antisémites. 
A contrario, cela voudrait dire que plus on est ignare et/ou bébête, plus on est philo-sémite. 

La façon dont nous combattons la haine devra peut-être être réévaluée après qu’une nouvelle étude ait révélé que les personnes éduquées peuvent en fait être à certains égards plus antisémites que les personnes moins éduquées , malgré des opinions largement acceptées soutenant le contraire, écrit  un article des chercheurs à l’origine de l’étude dans Tablet magazine.

L’opinion commune de la relation entre l’antisémitisme et l’éducation est que la formation de haut niveau conduit à moins d’antisémitisme, l’éducation étant considérée comme un outil important dans la lutte contre la haine de toutes sortes et l’antisémitisme en particulier

Les chercheurs ont décidé de mener l’étude après avoir réalisé que les études précédentes avaient été construites de manière à permettre aux personnes éduquées de comprendre quelles étaient les «mauvaises» réponses, ce qui signifie qu’elles pourraient répondre d’une manière qui ne refléterait pas nécessairement un antisémitisme plus nuancé.

Par exemple, une enquête menée pour évaluer l’antisémitisme sur les campus universitaires était basée sur le niveau d’accord des répondants avec des déclarations telles que «les Juifs ont trop de pouvoir sur les marchés financiers internationaux », que les répondants plus instruits peuvent être en mesure de détecter comme étant moins socialement acceptables, selon Tablet.

Pour essayer de détecter un antisémitisme plus nuancé, les chercheurs ont développé une nouvelle enquête basée sur l’idée du double standard, avec deux versions de la même question demandant aux répondants d’appliquer un principe à un exemple juif puis à un exemple non juif .

Les sujets ont été assignés au hasard les versions des questions afin que chaque répondant ne puisse voir qu’une seule version de la question, ce qui signifie que les répondants éduqués n’auraient aucun moyen de savoir que l’enquête était censée mesurer leur sentiment envers les Juifs.

Plus de 1.800 personnes ont participé à l’étude et les résultats ont présenté une image très différente de la croyance largement répandue selon laquelle plus d’éducation signifie moins d’antisémitisme.

Les répondants ont été interrogés sur 29 sujets couvrant des questions politiques et des controverses et des informations démographiques et contextuelles, avec sept paires d’items demandant aux répondants d’appliquer un principe à un exemple juif ou non juif.

L’étude a sur-échantillonné les enseignants de la maternelle à la 12e année et les professeurs de l’enseignement supérieurafin de fournir un soutien supplémentaire pour tirer des conclusions sur les personnes ayant un niveau d’enseignement supérieur.

L’étude a révélé que les personnes plus instruites étaient en fait plus susceptibles que les personnes moins instruites d’appliquer les principes plus durement aux exemples juifs , les chercheurs écrivant que les personnes plus instruites aux États-Unis ont tendance à avoir une plus grande antipathie envers les Juifs que les personnes moins instruites.

Les chercheurs ont ajouté que non seulement l’éducation ne semble pas protéger les gens de l’antisémitisme, mais peut même en fournir une licence en fournissant aux gens des moyens plus sophistiqués et socialement acceptables de l’exprimer et de le soutenir, selon Tablet.

L’étude s’est concentrée sur quatre des sept points relatifs aux doubles standards avec les Juifs pour générer une mesure d’antisémitisme. La première question demandait aux répondants si «le gouvernement devrait fixer des exigences minimales pour ce qui est enseigné dans les écoles privées», les écoles juives orthodoxes ou Montessori étant données comme exemple illustratif selon la version reçue par le répondant.

La deuxième question demandait si « l’attachement d’une personne à un autre pays crée un conflit d’intérêts lorsqu’elle plaide en faveur de certaines positions de politique étrangère des États-Unis », Israël ou le Mexique étant donnés comme exemples illustratifs. La troisième question demandait si «l’armée américaine devrait être autorisée à interdire» les couvre-chefs religieux, avec une kippa ou un turban sikh comme exemples. La quatrième question demandait si le rassemblement public pendant la pandémie de coronavirus«constituait une menace pour la santé publique et aurait dû être évité», avec des funérailles juives orthodoxes ou des manifestations de Black Lives Matter comme exemples.

Les situations dans ces questions étaient suffisamment similaires pour que les répondants y répondent ; en moyenne, de la même manière, indépendamment de ce qu’ils pensent des problèmes généraux eux-mêmes. Par exemple, quelqu’un contre les rassemblements publics pendant la pandémie devrait être contre à la fois les manifestations du BLM et les funérailles juives si elles ne tiennent pas un double standard , selon Tablet.

Les trois autres points avec des exemples juifs et non juifs étaient suffisamment différents pour qu’une personne puisse répondre différemment sans nécessairement refléter l’antipathie ou le favoritisme, y compris une question de savoir si les universitaires d’Israël ou de Chine devraient être soumis à des boycotts universitaires «pour protester contre les violations des droits de l’homme par les gouvernements de ces pays. »

Concernant les quatre items qui ont été utilisés pour mesurer les niveaux d’antisémitisme, les sujets titulaires d’un diplôme universitaire étaient 5% plus susceptibles d’appliquer un principe plus durement aux juifs qu’aux non-juifs. La probabilité augmentait chez les sujets titulaires d’un diplôme d’études supérieures qui étaient 15% plus susceptibles d’appliquer les principes plus durement aux juifs qu’aux non-juifs.

En général, les répondants ayant un niveau d’éducation supérieur étaient plus défavorables aux juifs pour trois des questions et n’ont exprimé aucune différence pour l’une des questions. En ce qui concerne la réglementation gouvernementale des écoles privées, les personnes plus instruites étaient favorables à une réglementation gouvernementale plus poussée, mais n’appliquaient pas ce principe différemment si l’exemple illustratif était juif ou Montessori, selon Tablet.

En ce qui concerne l’opposition aux rassemblements publics pendant la pandémie, les titulaires d’un diplôme étaient 11% plus susceptibles de s’opposer aux funérailles juives que les manifestations du BLM et ceux qui avaient un diplôme avancé étaient 36% plus susceptibles de s’opposer aux funérailles juives également.

Les chercheurs ont écrit que les résultats étaient préoccupants pour un certain nombre de raisons, dont la première est que les Juifs peuvent se tromper sur la prédominance des menaces antisémites. Les personnes bien éduquées ont également tendance à avoir une plus grande influence, ce qui pourrait nuire davantage à leurs opinions .

Les stratégies de lutte contre l’intolérance et l’antisémitisme ont également tendance à tourner autour de l’idée que la haine est causée par l’ignorance; cependant, si les personnes plus instruites ont plus d’antipathie envers les Juifs, alors les niveaux d’enseignement supérieur pourraient augmenter les préjugés .

«S’attaquer à l’antisémitisme et aux préjugés de manière plus générale peut exiger la culture de la vertu », ont écrit les chercheurs dans Tablet. «Plus précisément, cela nécessite la formation d’une sorte de personnage qui n’est pas seulement familier avec les autres groupes externes et les normes démocratiques, mais qui a également l’intégrité de se comporter de manière à démontrer la prise en compte de leurs intérêts et la retenue dans l’utilisation du pouvoir politique dans la poursuite d’intérêts personnels. »

«La lutte contre l’antisémitisme des personnes instruites sera une lutte politique et morale, pas une lutte qui puisse être abordée par des approches et des conceptions conventionnelles de l’éducation », ont ajouté les chercheurs.

Il y a un biais implicite évident avec les sujets choisis pour cette étude – les enseignants de la maternelle à la 12e année et les professeurs de l’enseignement supérieur – un groupe politiquement libéral – et de manière démesurée.

Historiquement, les Juifs ont insisté sur le fait que «l’antisémitisme» est beaucoup plus répandu au sein la droite politique – en fait, l’ADL continue de mal interpréter la droite politique – en particulier les «suprémacistes blancs ». Ceci était peut-être vrai au siècle dernier. Mais depuis quelques années, avec le flux incontrôlé des immigrés venant des pays dévastés par l’Occident (Syrie, Irak, Libye, Afrique, etc.), tous les mouvements d’extrême droite sont devenus les plus fervents philo-sémites, s’appropriant même le langage et le comportement haineux de l’extrême droite juive et israélienne. Il est vrai aussi que le niveau intellectuel ou le QI des adeptes de ces mouvements ne sont pas parmi les plus brillants de leurs populations respectives. Ce qui confirme les résultats de cette étude.

Et maintenant que les Juifs ont élargi leur définition nébuleuse de «l’antisémitisme» pour inclure la critique du sionisme politique et de l’État d’Israël – ils ont ouvert une boîte de pandore. 

Ce que cette nouvelle étude montre est vraiment très simple et intuitif : que plus les gens en apprennent sur les juifs – quelle que soit leur affiliation politique – moins ils les aiment.

Et même lorsque les gens trouvent un moyen d’aimer les juifs, ils se retournent et prétendent que si vous aimez trop les juifs, cela peut s’apparenter à une autre forme d’antisémitisme.

Les tentatives d’éduquer le public sur «l’antisémitisme» – principalement par l’endoctrinement des écoliers sur la fable de «l’Holocauste» – a été un échec absolu. Plus les gens se penchent sur l’Holocauste, plus ils sont susceptibles de réaliser à quel point il ne s’agit que de la propagande des atrocités de la Seconde Guerremondiale, une psy-op sophistiquée pour diaboliser l’Allemagne et justifier sa destruction totale, tout en assurant aux Juifs en général, et à Israël en particulier,  une vache à lait ad vitam æternam.

Il semble donc évident que, si les Juifs veulent réduire l’antisémitisme, ils devraient tout faire pour s’assurer que personne n’apprenne rien sur les Juifs (Talmud, Protocoles, mafia juive, mafia khazare, propagande harassante sur l’holocauste, mensonges sur la terre promise, etc. ), ou n’ait aucune interaction directe avec eux. En d’autres termes, les juifs doivent peut-être convaincre le monde qu’ils n’existent pas en tant que tribu à part, ou qu’un peuple “élu” différent de tous les autres.

VOIR AUSSI :

La naissance antisémite de l’État sioniste: une histoire des fondateurs auto-haineux d’Israël 

Makow – Pourquoi les rabbins ont crucifié le Christ 

–   An de grâce 2019. L’Inquisition Sioniste est imposée légalement au monde chrétien
–   Antisionisme/antisémitisme : Shlomo Sand adresse une lettre ouverte à Macron, «inculte politique» 
–   Comme COVID, l’antisémitisme ʺ asymptomatique ” peut passer inaperçu et se propager silencieusement s’il n’est pas ʺtraité ” de manière agressive
–   Comment fut inventé le peuple juif
–   Comté de Broward (Floride): QG pour les attaques sous faux drapeau dirigées par les services de renseignement israéliens en Amérique
–   Cours accéléré sur les vraies causes de l’«antisémitisme», 2e partie : la chasse aux antisémites
–   Dostoïevski et la “question juive”; Le Journal d’un écrivain, mars 1877 
–   ESSENTIEL. Vérité de l’Holocauste: Six millions ? Chambres à gaz ? par Ernst Zundel et Joseph G. Burg
–   France. Un gouvernement sous la botte sioniste
–   G.B. Une femme emprisonnée pour avoir qualifié l’Holocauste de “vache à lait”
–   HOLOCAUSTE. Lettre du Dr juif français Roger Dommergue à Steven Speilberg 
–   Introduction aux Protocoles des sages de Sion 
–   L’origine yéménite des Hébreux
–   La croyance en «l’Holocauste» s’effrite dans le monde
–   LA RELIGION DE L’HOLOCAUSTE : LA SHOAH OU LE CHAÎNON MANQUANT DE LA TORAH
–   Le martyr et l’holocauste des Noirs par les Juifs trafiquants esclavagistes
–   LE TALMUD révélé. 2. La haine raciste envers les non-juifs et envers Jésus et Marie 
–   LE TALMUD révélé. 3è partie. Les non-juifs ne sont pas humains, génocides, racisme, pédophilie, zoophilie,…
–   LE TALMUD révélé. Une littérature de la haine raciste. 1. Introduction La Torah et le Talmud
–   LECTURE ESSENTIELLE. La Controverse de Sion
–   Les Protocoles des Sages de Sion sont-ils authentiques ?
–   Liste des personnes persécutées pour avoir contesté les données de l’Holocauste
–   Que disent Jésus, Einstein, Voltaire, Soljenitsyne, Goethe, Liszt sur l’antisémitisme ?
–   Quelques mensonges évidents dans la Shoah – Par le professeur R.Dommergue 
–   Ron Unz – Pourquoi on cache aux Juifs les raisons de l’antisémitisme 
–   Un cours accéléré sur les vraies causes de l’« antisémitisme »
–   USA (et UE). La loi sur l’antisémitisme va rendre le christianisme illégal 
–   USA. Cours obligatoire de catéchisme pour les flics sur la religion de l’Holocauste
–   USA. Un directeur d’école secondaire congédié pour avoir dit qu’il «ne peut pas dire que l’Holocauste est un événement factuel et historique»

 Hannibal GENSÉRICEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

2 commentaires:

  1. nicolas bonnal8 avril 2021 à 20:56Faudrait savoir ! Ecoutez ce génial rabbin Hannibal : https://www.youtube.com/watch?v=pg2qs7wE4io&t=2544sRépondre
  2. andre boran9 avril 2021 à 06:31il suffit de croire en la parole de jesus pour etre anti juif talmudiste et anti sioniste Répondre

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance