La «Grande Retraite » des Américains

Spread the love

Les États-Unis quittent le Pacifique sans couverture aérienne, ce qui semble contrevenir à la politique américaine de protection de ses alliés et partenaires régionaux dans la région. .
Ils ont également retiré leurs systèmes de défense aérienne, notamment le Patriot et le THAAD, d’Arabie saoudite, d’Irak, de Jordanie et des Émirats arabes unis, exprimant clairement leur mécontentement à l’égard de ces pays et soulignant leurs efforts pour se concilier l’Iran.
Maintenant le Pentagone a réalisé  que ses méthodes de combat ne peuvent plus fonctionner dans les conflits d’égal à égal .
Pour aggraver les choses, les systèmes de défense aérienne américains restent un infâme fouillis et sont probablement inefficaces dans n’importe quel scénario de guerre.

Pourquoi le ministère américain de la Justice a-t-il abandonné cinq affaires contre des chercheurs chinois, dont le Dr Juan Tang, un chercheur sur le cancer qui aurait menti sur sa demande de visa après que des photos d’elle aient été trouvées portant un uniforme militaire chinois ?
Une partie de la réponse pour laquelle  l’affaire Tang a été abandonnée est de faciliter la visite de haut niveau de la secrétaire d’État adjointe Wendy Sherman cette semaine en Chine, où elle a été traitée avec hostilité par ses hôtes chinois.

Les marins affectés au navire d’assaut amphibie 
USS Makin Island se dégagent de la voie d’un Marine Corps 
F-35B Lightning II en vue du décollage 

Les cinq cas ne sont qu’une partie d’un tableau plus vaste que l’on peut qualifier de « la grande retraite ». Dans de nombreux domaines, les États-Unis abaissent leur visibilité et se retirent de leurs engagements.
Par exemple, les États-Unis ont retiré du Pacifique leur seul porte-avions, l’USS Ronald Reagan, pour couvrir la retraite d’Afghanistan. Mais quant à savoir si le porte-avions Ronald Reagan reviendra au Japon à l’avenir n’est pas tout à fait clair.
Comme le besoin d’un porte-avions pendant que les États-Unis se retirent de l’Afghanistan enclavé est discutable, le résultat est que les États-Unis quittent le Pacifique sans couverture aérienne, ce qui semble contrevenir à la politique américaine de protection de ses alliés et partenaires régionaux dans la région. .
À Guam, les États-Unis ont déplacé leurs gros bombardiers, y compris le B-1 et le B-52 vers les États-Unis continentaux (CONUS en Penatgonese) et utilisent principalement la base de Guam comme dépôt avancé où ils peuvent essayer de faire rouler des bombardiers sur une base au besoin. Le vrai problème : Guam est de plus en plus menacée par les missiles chinois.

Des véhicules militaires transportant des missiles de croisière
antinavires et terrestres YJ-18 passent devant la place Tiananmen
lors du défilé militaire pour célébrer le 70e anniversaire de la fondation
de la République populaire de Chine, à Pékin.


Pendant ce temps, les bombardiers stratégiques B-1 « Bone », qui ont joué un rôle tactique important en Afghanistan, sont désormais principalement confrontés à des problèmes allant des problèmes de livraison de carburant aux aérostructures défaillantes. Moins de 10 B-1 sont actuellement pilotables.
Il n’y a que 21 bombardiers furtifs B-2 dans l’ensemble de l’inventaire américain, mais la plupart, sinon tous, seraient en attente pour une mission nucléaire. Cela laisse le lourd B-52 comme le principal bombardier américain à longue portée pouvant être utilisé pour des missions conventionnelles.
Malheureusement, le B-52 est une cible facile et ne peut fonctionner qu’avec des armes à distance, éliminant son principal avantage qui est la capacité de lancer de lourdes charges de bombes sur des cibles.
Les États-Unis ont également retiré leurs systèmes de défense aérienne, notamment le Patriot et le THAAD, d’Arabie saoudite, d’Irak, de Jordanie et des Émirats arabes unis, exprimant clairement leur mécontentement à l’égard de ces pays et soulignant leurs efforts pour se concilier l’Iran.
Bien entendu, la décision de quitter l’Afghanistan a été prise sans coordination adéquate avec les autorités afghanes. Les troupes et les sous-traitants américains ont quitté la base aérienne de Bagram au milieu de la nuit à l’improviste et n’ont jamais officiellement remis la base à l’armée afghane. La base a été immédiatement pillée.

Un casque parmi les camions-remorques détruits et 
les appareils électroniques vendus pour le prix du fer 
dans un bazar à l’extérieur de la base aérienne de Bagram 
dans un district au nord de Kaboul, en Afghanistan, le 19 mai 2021.

Avec l’Afghanistan, le président Biden se prépare à retirer les troupes américaines d’Irak. Déjà, l’ambassade des États-Unis dans la zone verte à Bagdad fait régulièrement l’objet d’attaques à la roquette.
Les États-Unis ont mis en place le système de canon C-RAM, mais son efficacité contre les roquettes est médiocre. Il ne faudra pas longtemps avant que l’ambassade soit indéfendable.
Pendant ce temps, le département américain de la Défense a publié des informations sur un autre jeu de guerre apparemment axé sur la « bataille pour Taïwan ». Mais le Pentagone pense que les forces américaines en soutien à Taïwan seraient « rapidement et complètement dominées ».
Le dernier wargame (jeu de guerre) ne fait que réaffirmer les résultats des wargames antérieurs dirigés par Rand Corporation, les Marines américains et un certain nombre de groupes de réflexion. Mais la différence est que maintenant le Pentagone a réalisé (s’il ne l’avait pas su auparavant) que ses méthodes de combat ne peuvent plus fonctionner dans les conflits d’égal à égal ou presque d’égal à égal.
Pour aggraver les choses, les systèmes de défense aérienne américains restent un infâme fouillis et sont probablement inefficaces dans n’importe quel scénario de guerre.
Les États-Unis s’appuient sur trois systèmes principaux : tactiquement sur Patriot PAC 3, stratégiquement sur  AEGIS (en mer et au sol) et THAAD. Le quatrième système, le Ground Based Interceptor (GBI) est pour le moment presque lettre morte, malgré des coûts énormes, car il a besoin d’un nouveau missile intercepteur.
Et Northcom estime que la Corée du Nord pourrait submerger et éliminer le GBI dès 2025, sinon plus tôt, et potentiellement attaquer les États-Unis. GBI est basé à Greely, en Alaska, et à la base aérienne de Vandenberg près de Lompoc, en Californie.

A THAAD interceptor is test-launched in Kodiak, Alaska, on July 11, 2017. Photo: Leah Garton / Missile Defense Agency / Handout via Reuters
Un intercepteur THAAD est lancé à l’essai à Kodiak, en Alaska, le 11 juillet 2017. 

Lors du dernier test d’AEGIS contre deux cibles de missiles balistiques à courte et moyenne portée, une seule des cibles a été touchée. Ce test, le 24 juillet 2021, a eu lieu au large d’Hawaï.
Le système AEGIS a été installé sur l’USS Ralph Johnson (DDG-114) et utilisait le missile intercepteur AEGIS,  SM-6 Dual II. Le navire a tiré quatre missiles contre deux cibles et n’en a touché qu’une.
Il s’agissait d’une amélioration par rapport à un test précédent en mai dernier où aucune seule cible n’avait été interceptée. AEGIS est peut-être considéré comme le meilleur système américain pour la défense antimissile balistique à courte et moyenne portée et constitue l’épine dorsale des intercepteurs japonais basés en mer.
Dans le domaine de la défense antimissile, il est généralement admis que tirer deux missiles sur une cible devrait donner une probabilité de 95 % de toucher la cible. Le dernier test AEGIS n’a atteint que 50 %.
L’inquiétude suscitée par les défenses antimissiles va de pair avec la vulnérabilité croissante des plates-formes et bases d’armes américaines. Les États-Unis ont des bases au Japon, notamment à Okinawa, et plus loin en Corée du Sud et à Guam, elles seraient toutes exposées à des attaques massives de missiles chinois.
De plus, les porte-avions américains, même s’ils sont disponibles, devront couvrir des centaines, voire des milliers de kilomètres d’un front de guerre comme Taiwan, ce qui les rend peu utiles pour le lancement et le soutien des avions de combat. La plupart des porte-avions américains ne prennent pas en charge le F-35.
Le dernier wargame suggère également que les États-Unis ne pourraient pas maintenir les communications en réseau, ce qui signifie qu’elles pourraient être perturbées par l’ennemi.

Un avantage clé des États-Unis en temps de guerre est la capacité de masser la puissance de feu sur des cibles de grande valeur en utilisant des systèmes en réseau pour trouver la cible, diriger l’intercepteur le plus proche vers la cible et l’assommer. Les communications en réseau sont un important multiplicateur de forces américaines et la clé de la domination des États-Unis au combat.
Les informations publiées sur le jeu de guerre ne comprennent pas la possibilité distincte que le Pentagone n’ait pas une grande confiance dans l’utilité ou la capacité de survie du F-35 semi-furtif.
Le F-35 est principalement une plate-forme de supériorité aérienne tactique qui n’emporte qu’un nombre limité de bombes car il doit les transporter en interne. Il a une portée quelque peu limitée et il devra potentiellement rivaliser dans un scénario de conflit avec des avions chinois de plus en plus performants (Su-35, J-20) équipés de missiles air-air au-delà de la portée visuelle(BVD) et de radars AESA avancés.
Les navires de surface de la Marine sont principalement utiles pour les missions anti-aériennes et pour défier les navires de surface chinois. Il y a quelques progrès dans les missiles anti-navires, en particulier le missile anti-navire à longue portée(LRASM) qui peut être utilisé par des aéronefs tels que les F-18, B-1B et F-35 et sur des navires de surface.
Il a une portée de 300 milles et est considéré comme furtif. Contrairement au missile hypersonique russe Tsirkon (Zircon), qui vole à 8.000 km/h et s’intègre dans les tubes de lancement de navires existants, le LRASM (lorsqu’il est déployé) est subsonique.
Les Russes ont testé avec succès un missile Tsirkon depuis la frégate Admiral Gorshkov le 19 juillet. Le Tsirkon a une portée de 1000 kilomètres (621 miles) et ne peut pas être détecté sur radar, selon les Russes.
On ne sait pas si la Chine acquerra le missile russe ou construira le sien, mais le Tsirkon surpasse considérablement tout ce que les États-Unis ont actuellement ou auront dans les quatre ou cinq prochaines années.

Le destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke USS Barry (DDG 52)
transite par la mer de Chine orientale. 

Pendant ce temps, le budget de défense proposé par l’administration Biden (environ 716 milliards de dollars) est inférieur de 4% au budget de défense de Trump pour 2020, après prise en compte de l’inflation galopante. L’administration Biden maintient la marine américaine à 296 navires, en baisse par rapport à l’objectif de l’administration Trump de 316 navires d’ici 2026.
La Marine n’obtiendra qu’un seul nouveau destroyer lance-missiles de classe Arleigh Burke pour un coût de 2 milliards de dollars, et non deux comme la Marine l’avait prévu. Le budget de la défense proposé supprime également les anciens jets de l’US Air Force de l’inventaire, y compris une partie de la flotte A-10 (42 à retirer d’une flotte de 367), et le retrait de 47 F-16 C/D, 48 F-15 C /Ds, 14 KC-10 et 19 KC-35.
La capacité expéditionnaire des US Marines est également en train d’être supprimée, laissant les Marines comme une sorte d’annexe de l’US Navy. Le budget de l’armée est également réduit par rapport aux autres services, mais elle espère pourtant pouvoir surpasser ses adversaires potentiels, principalement la Chine, d’ici 2035.
En substance, donc, la posture actuelle des États-Unis est mieux définie comme « la grande retraite ». Les États-Unis retirent leurs cornes militaires, du moins pour le moment, laissant leurs partenaires et alliés, en particulier au Moyen-Orient et en Asie de l’Est, exposés et incertains.
Dans ces circonstances, de nombreux alliés et partenaires actuels des États-Unis pourraient ainsi chercher un compromis avec la Chine, et au Moyen-Orient un compromis avec la Russie et l’Iran.

Source : America’s ‘Great Retreat’ is Well Underway
by STEPHEN BRYEN
Algora Blog
 
Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

2 commentaires:

  1. nicolas bonnal31 juillet 2021 à 16:16Un écroulement occidental sauvera le monde et les populations occidentales menacées d’extermination.RépondreRéponses
    1. kafur altundag31 juillet 2021 à 23:09L’occident ne dispose pas d’un minimum de deux neurones, tout est dit.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*