Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

CORONAVIRUS

_

Publié

le

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CORONAVIRUS

_

Publié

le

Voilà le verbatim de la déclaration de la Sénatrice républicaine Brown trouvée sur la chaine Odysée du 11 juin 2021.

“Merci à tous d’être parmi nous aujourd’hui. Vous savez qu’il y a eu beaucoup de vagues à propos de la censure des géants de l’informatique ( Facebook, Tweeter), de ce qui s’est passé autour des origines du virus du Covid-19. Et d’où cela vient ( fabrication humaine en laboratoire de Wuhan). Comment il s’est transformé en pandémie. Et il y a aussi des questions sur la nature des informations, qui ont été révélées ou non au Peuple américain. Et comment elles ont évolué au fil du temps en fonction de l’avancement de la pandémie.

Nous savons que Facebook a récemment inversé ses positions consistant à retirer tout type d’informations disant que le virus vient d’un laboratoire de Wuhan. Que Pékin devait rendre des comptes.

Youtube avait précédemment annoncé qu’il allait censurer tout contenu qui contredisait la position de l’OMS, dirigée par Pékin, fiancé par la Chine. Youtube a même retiré des vidéos de certains médecins, qui remettaient en cause la valeur de ces confinements. Et remettaient en question ce qui a été fait à la population, surtout ce qui a été fait à nos enfants.

Tweeter : ils ont fermé le compte d’un virologue chinois qui disait : ce qu’ils font de la recherche sur le gain de fonction (fabrication humaine du Covid). Ce qu’ils font à l’Institut de Wuhan. Il demandait des comptes au Parti communiste chinois. 

Je vais vous dire que ces géants de la technologie ont vraiment franchi le pas. Ils ont vraiment franchi la ligne rouge sur cette affaire. Nous avons tous des suggestions sur la façon dont nous, en tant que Sénat, devrions gérer cela. Et les choses que l’on devrait faire pour nous assurer que cela n’arrive jamais plus au Peuple américain (sic) ” (fin du topo).

Mais ce n’est pas tout. Dans un discours ce week end (11 et 12 juin) en Caroline du Nord, Donald Trump a dénoncé à son tour, la fabrication humaine du virus Covid !

Voici ce qu’il a dit notamment : “Mais Fauci n’a peut être jamais commis de plus lourde erreur, que quand il a nié le virus et son origine (humaine en laboratoire). Il est temps pour les États-Unis et le monde de demander réparation. De demander que le Parti Communiste Chinois prenne ses responsabilités. Nous devrions tous déclarer d’une seule voix que la Chine doit payer. Ils doivent payer” (sic) Tout ce qui intéresse Trump, c’est le fric.

Résumons les grandes déclarations de la Sénateur Brown et de Donald Trump 

1°)Le virus du Covid a été sous-traité volontairement en laboratoire de Wuhan. Fauci a sous-traité la fabrication du Covid aux chinois. 

2°)-Facebook, Tweeter et Youtube ont empêché les lanceurs d’alerte de dire la vérité sur l’origine délictueuse du Covid.

3°)-Donald Trump et la Sénatrice Brown accusent nommément la Chine d’être derrière cette pandémie. Ils “oublient” que ce sont les Américains qui ont sous-traité la fabrication du virus (comme arme biologique) au laboratoire chinois. Les Chinois n’avaient les compétences américaines pour créer une telle arme biologique, ce savoir faire leur a été fourni par les Américains. 

Rien ne peut arrêter la mobilisation contre les responsables du Covid, une fois les mails de Fauci révélés et mis sur le table !

G.B. Il y a 5 fois plus de morts vaccinés que non vaccinés

Les foules entièrement vaccinées sont environ 5,721 fois plus susceptibles de mourir, selon ces données. Quelqu’un a une idée de ce qui se passe ?

via: Investment Watch Blog

www.gov.uk/government/publications/investigation-of-novel-sars-cov-2-variant-variant-of-concern-20201201

Unvaccinated: 23 / 19,573 = 0.0011750881316099
Fully vaccinated: 12 / 1,785 = 0.0067226890756303
Difference: 0.0067226890756303 / 0.0011750881316099 = 5.721x

The fully vaccinated crowds is about 5.721 times as likely to die,according to this data.

Anybody have any idea what is happening?

Source : Algora Blog | June 15, 2021  

Hannibal Genséric

Voyez la suite

CORONAVIRUS

_

Publié

le

Ne pas “poursuivre une enquête sur l’origine du COVID-19 car cela ouvrirait la boîte de Pandore”. Telle est l’instruction donnée par le Département d’État américain à ses enquêteurs il y a plus d’un an, comme le rapporte Vanity Fair dans un long article sur la fuite du labo (le Lab Leak). Les enquêteurs du département d’État ont été mis en garde contre le fait de “creuser dans des endroits sensibles” et on leur a conseillé à plusieurs reprises de ne pas ouvrir une “boîte de Pandore”.
Si la pandémie de 2020 n’avait pas existé, il aurait fallu l’inventer. Et elle a été effectivement inventée : en 2010, la Fondation Rockefeller avait publié le rapport Lock Step, un scénario de déploiement d’une pandémie ; toutes les mesures d’isolement social et de violation des droits civils des citoyens ont été prévues et effectivement mises en œuvre l’année dernière.
Les Russes sont d’accord avec Ron Unz. Ils pensent que le virus a été conçu par des scientifiques américains

 De quoi avaient-ils peur ? Ils avaient peur que quelqu’un révèle que le virus mortel avait été bricolé par des gâte-sauce chinois sous la direction des Américains. Les mains étaient chinoises, mais la voix était celle de l’Oncle Sam (Gen 27:22). En clair, si les Chinois ont modifié (gain de fonction) le coronavirus naturel, ils l’ont fait sur l’ordre de leurs partenaires américains et selon leurs instructions. Il est encore plus probable que la contribution chinoise ait été secondaire, car ils ne possèdent pas le savoir-faire nécessaire pour modifier un virus. Qu’il s’agisse d’une fuite accidentelle d’une arme biologique ou d’un déploiement intentionnel de bioterrorisme (comme l’a exposé au grand jour Ron Unz), dans les deux cas, les États-Unis sont le principal acteur de l’histoire. 

Le président Trump a menacé de poursuivre Pékin pour dix mille milliards de dollars pour la fuite du laboratoire de Wuhan. Bonne idée ! Mais cette somme rondelette devrait être imputée à Washington (ou plutôt à New York avec sa Wall Street) ainsi qu’à Pékin. En fait, on n’a pas eu à  attendre la fin du mois de mai 2021 pour cette révélation. Les faits de base ont été couverts dans les vidéos virales Plandemic et PlandemicII, sorties il y a presque un an et rapidement interdites. Vous pouvez regarder ici une version condensée (7 minutes), mais très convaincante, de ces deux longues vidéos, publiées en août dernier. Les créateurs concluent leur histoire en déclarant “une peste qui s’est abattue sur vos deux maisons” : “Les États-Unis pourraient dire que c’est la faute de la Chine, la Chine pourrait dire que c’est le fait des États-Unis. Et tous les deux avaient raison“.   

La vidéo (avec le Dr David E. Martin pour la narration,  et diffusée par London real, la société détenue par Brian Rose, un homme d’affaires juif de San Diego, CA, étroitement lié à la ville de Londres) montre que les travaux sur le coronavirus ont commencé en 1999 ; le CDC a déposé une demande de brevet sur le SARS-CoV en 2004 ; il a été accordé en 2007. Ils ont continué à modifier le virus pendant quelques années, en essayant de le rendre plus infectieux et plus mortel. Après que la recherche sur le gain de fonction a été interdite par le gouvernement américain en 2014, elle a été rapidement délocalisée au laboratoire de Wuhan. La recherche a été discrètement poursuivie avec des subventions américaines provenant (en partie) du célèbre Dr Fauci via le non moins célèbre Peter Daszak et son EcoHealth Alliance, bénéficiaire d’une subvention de 39 millions de dollars du Pentagone. Le Pentagone est une grande organisation humanitaire connue pour son amour de l’humanité, n’est-ce pas ? S’ils ont envoyé autant d’argent à Wuhan, ils avaient sûrement notre bien en tête. C’est probablement par pure modestie qu’ils ont caché les subventions, via un réseau de transactions multiples, faisant passer l’argent d’une ONG à une autre jusqu’à atteindre sa destination finale à Wuhan. En 2017, les travaux sur la militarisation du virus ont repris aux États-Unis, tandis que le président Trump coupait les subventions à Wuhan.

Les médias unis et les réseaux sociaux ont déchaîné leurs féroces fact-checkers contre la vidéo et sa conclusion que ce sont les Chinois qui l’ont fait sur commande spécifique des États-Unis. Et pendant longtemps, l’histoire a disparu. Mais maintenant que l’histoire du Lab Leak a été débloquée (grâce à l’article percutant de Nicholas Wade), nous pouvons vérifier les vérificateurs d’infos et constater qu’ils manquent cruellement d’arguments réels. Leur principal raisonnement, outre le fait de qualifier des opinions différentes de “déboulonnées” ou “discréditées”, repose sur un article paru dans le Lancet qui avait été commandé et produit sous la direction du même Peter Daszak, lequel a reconnu (en 2016) avoir commandé et financé des scientifiques chinois pour créer un “coronavirus tueur”. Ainsi, les démystificateurs se retrouvent démystifiés et les discréditeurs discrédités.

La conclusion que le virus a été fabriqué par des Chinois sous instructions américaines a également été validée il y a plus d’un an, en avril 2020, par Tsarfat, un blogueur franco-juif, qui a affirmé que Ralph S. Baric était l’homme qui a militarisé le virus en 2015, “et a décrit sans aucune inhibition comment il a pris ce qui semble être une souche naturelle d’un virus de chauve-souris et a modifié ses propriétés en ajoutant des souches de VIH (la protéine Spike en question)”. Le virus original que Baric a manipulé dans les travaux de son équipe en 2015 a été fourni par une équipe de scientifiques chinois qui a revendiqué sa découverte dans un article de Nature de 2013.” 
Pourquoi ne pas poursuivre le Dr Baric et Gilead Sciences pour une partie des milliards ? Ou Facebook pour avoir bloqué cette information importante ? Ou, encore, le Dr Fauci, qui a couvert Baric et Daszak ?

(Fauci a été déclaré l’homme le plus sexy au monde, ni plus ni moins, comme Henry Kissinger en son temps, et probablement par le même genre de personnes. Récemment, un autre Fauci, un certain Jacob Fauci, a fait son apparition à Jérusalem-Est, où il a soutenu qu’il avait l’intention de voler une maison palestinienne parce que “si je ne la vole pas, quelqu’un d’autre la volera.” [a] Jacob (ou Yaakov) Fauci est un fervent colon nationaliste juif. Serait-il un proche parent de Tony le plus sexy ? Je me pose la question!)

Les Russes sont d’accord avec Ron Unz. Ils pensent que le virus a été conçu par des scientifiques américains. Alors que Poutine a évité de répondre directement à cette question, Sergueî Glazyev, un conseiller de Poutine et ministre de la Commission eurasienne, nous a fourni tout le scénario. Selon lui,

…le virus a été synthétisé dans un laboratoire américain bien connu sur ordre d’une fondation scientifique étroitement associée à certaines structures de l’oligarchie financière américaine, puis transféré par des Chinois de souche vers un laboratoire de Wuhan et libéré dans l’environnement à cet endroit. Le but de cette opération était de déstabiliser la situation socio-politique en RPC afin de créer les conditions préalables à une situation révolutionnaire. Elle s’inscrit pleinement dans la logique de la guerre hybride mondiale, déclenchée par l’oligarchie financière américaine afin de maintenir la domination mondiale dans la confrontation avec la Chine en pleine expansion.

L’institut de Wuhan, dit Glazyev, travaillait en étroite collaboration avec un laboratoire américain plus avancé. Les scientifiques chinois qui travaillaient à Wuhan avaient auparavant suivi une formation et mené des recherches aux États-Unis. Les États-Unis sont le seul pays au monde à disposer des compétences nécessaires pour créer un tel virus. Les États-Unis sont le seul grand pays qui n’a pas signé la convention internationale sur les armes biologiques. Les spécialistes chinois qui travaillaient à l’époque dans le laboratoire de Wuhan venaient des États-Unis, où ils avaient mené des expériences sur la synthèse du coronavirus en utilisant des fonds américains quasi-secrets.

M. Glazyev, économiste de renom, a expliqué pourquoi les personnes à l’origine de la création d’un nouveau coronavirus ne se souciaient nullement du fait qu’il puisse se répandre dans le monde entier. Ils avaient besoin de dégonfler la bulle financière mondiale qui avait été gonflée par la Réserve fédérale américaine, la BCE, les banques d’Angleterre et du Japon au cours d’une décennie d’assouplissement quantitatif. Tout au long de la décennie, le volume de la masse monétaire en dollars a été multiplié par cinq, et celui de l’euro par quatre. L’effondrement financier était inévitable. Grâce à la pandémie mondiale, la bulle s’est dégonflée de manière pacifique et gérable, sans aucun excès désagréable. Un ou deux millions de morts sont des dommages collatéraux raisonnables aux yeux des super-riches américains.

Si la pandémie de 2020 n’avait pas existé, il aurait fallu l’inventer. Et elle a été inventée : en 2010, la Fondation Rockefeller avait publié le rapport Lock Step, un scénario de déploiement d’une pandémie ; toutes les mesures d’isolement social et de violation des droits civils des citoyens ont été prévues et effectivement mises en œuvre l’année dernière, selon M. Glazyev.

Je suis allé voir sur un site “vérificateur d’infos. Comme Wikipedia, il peut s’agir d’une source utile tant que vous êtes conscient qu’il s’agit d’une source hostile. C’est comme lire les excuses bien documentées des nazis pour leurs propres atrocités. Pas de tentative stupide pour prétendre qu’il n’y a jamais eu d’atrocités, mais un rapport intelligent rempli de demi-vérités. Les vérificateurs de faits affirment donc que ce rapport (techniquement parlant, The Rockefeller Foundation, Scenarios for the Future of Technology and International Development comprenait une section intitulée Lock Step) a été retiré du site de la Fondation Rockefeller, mais ils l’ont retrouvé d’une manière ou d’une autre. Et en effet, ils ont déclaré que c’était :

 …un scénario de contrôle autoritaire à la suite d’une hypothétique nouvelle pandémie de grippe similaire au COVID-19. Lock Step envisage “un monde où le gouvernement exerce un contrôle plus étroit du haut vers le bas et un leadership plus autoritaire, avec une innovation limitée et une opposition croissante des citoyens”, selon le rapport. Un autre extrait sur le “port obligatoire de masques de protection” et les “contrôles de température corporelle à l’entrée des espaces communs tels que les gares et les supermarchés” s’apparente aux pratiques actuelles visant à limiter la propagation du COVID-19. Le scénario “Lock Step” décrit une poursuite des politiques autoritaires après que la pandémie se sera “estompée”…

Malgré l’étrange ressemblance avec la réalité dix ans plus tard, les Fact Checkers ont déclaré qu’il s’agissait d’une fake news, car “Le rapport ne fait aucune référence au COVID-19, à un vaccin contre la maladie ou à des plans visant à instaurer un État policier totalitaire  pendant une pandémie.” Eh bien, pas facile de les satisfaire ! [1]

Le vaccin russe

La Russie vit comme si le virus n’existait pas. La semaine dernière s’est tenu le Forum économique international de Saint-Pétersbourg, le SPIEF, probablement le plus grand rassemblement international depuis le début de la pandémie dans le monde. La délégation américaine était la plus importante de toutes. Ils ont conclu des accords à coup de centaines de milliards. Saint-Pétersbourg, certainement la plus belle et la plus européenne des villes russes, débordait de participants au Forum et de touristes divers. C’est une période merveilleuse de Nuits blanches, où le soleil se couche à peine dans cette ville située sur le 60e parallèle nord comme l’Alaska et le Yukon. Le lilas est en train de fleurir, et la ville est remplie de son doux et délicieux parfum.

La ville a été établie par le tsar Pierre le Grand sur un ancien territoire suédois dans le delta de la Neva, et elle est constituée de nombreuses îles et îlots reliés par des ponts. Les tsars russes ont embelli leur capitale avec de magnifiques palais et cathédrales, faisant d’elle la Venise du Nord. La population locale est calme, majoritairement blonde foncée et aux yeux bleus ; il n’y a pas beaucoup de méridionaux, comme à Moscou, car la ville n’est pas aussi prospère que la capitale russe et offre moins d’opportunités à ceux qui cherchent un salaire décent. Cependant, c’est une ville très agréable, avec des bateaux de touristes naviguant sur ses canaux et ses rivières tandis que le soleil brille sur les dômes dorés de ses églises. C’est aussi une ville de grands musées, et c’est la base de la flotte de la Baltique. Elle n’est qu’à une courte distance de la frontière finlandaise, bien que celle-ci soit toujours fermée pour cause de pandémie.

Il n’y a pas d’obligation de porter un masque à l’extérieur, mais les masques sont recommandés dans les transports publics, et de nombreuses personnes choisissent de les utiliser. Dans quelques jours, Saint-Pétersbourg accueillera sept matchs reportés de l’UEFA EURO 2020, et des foules de gens sont attendues, même si elles sont probablement moins nombreuses qu’il y a deux ans, avant la pandémie. Les Russes observent les gestes de la réponse mondiale à la pandémie : les tests d’usage sont requis pour les visiteurs du Forum, on vérifie  les températures ; mais la peur a disparu, et c’est une bonne chose.

Les Russes ont décidé d’autoriser le tourisme vaccinal : les étrangers en visite pourront se faire vacciner avec le vaccin russe pour une somme modique (pour les locaux, c’est gratuit). Le vaccin russe Sputnik V n’est PAS une thérapie expérimentale à ARNm, et c’est un argument de vente important. Les vaccins à ARNm existent depuis de nombreuses années, mais ils n’ont jamais été utilisés sur des humains, car ils tuent immédiatement les furets. Sputnik V est un vaccin traditionnel ; il est bon marché et n’a pas besoin d’être stocké à moins 70 Celsius. Son efficacité est supérieure à 90 %, c’est donc un bon produit, tout comme les autres vaccins russes anti-Covid. Je ne suis pas un fan de la vaccination, mais je pense que les vaccins russes sont les plus sûrs, si vous avez déjà décidé d’en recevoir un.

Mais le sort du vaccin en dehors de la Russie dépend de la bureaucratie locale. Dans l’UE, les autorités chargées de l’homologation ont reçu d’énormes pots-de-vin de Pfizer (selon Poutine au Forum économique de Saint-Pétersbourg) et c’est la seule raison pour laquelle Sputnik V n’est pas reconnu en Europe. Les entreprises occidentales sont désireuses de préserver leurs parts de marché et veulent tenir à l’écart tous les braconniers. Les Américains sont aussi généreux en pots-de-vin que les politiciens et experts européens, peu importe si les Européens aimeraient avoir accès aux vaccins russes.

“Nous n’avons qu’un seul désaccord avec les États-Unis : leur volonté de freiner notre développement”, a déclaré Poutine. En effet, le refus de l’UE et de l’OMS de reconnaître le vaccin russe peut être considéré, au-delà des pots-de-vin, comme relevant davantage de la politique américaine standard consistant à entraver le développement d’autres pays. (Israël applique une politique similaire de dé-développement à Gaza). Partout où ils arrivent en conquérants, ils s’efforcent de limiter l’activité de tous les autres pays (y compris la Russie) à la fourniture de matières premières, tandis que les produits finis coûteux sont fabriqués sous licence américaine, apportant un profit maximum aux sociétés américaines.

Après la chute de l’URSS, les conseillers américains du président de l’époque, Boris Eltsine, ont conduit la Russie sur la voie rapide de la désindustrialisation [b]. Ils ont envisagé son avenir comme un État pompe à essence. Mais les Russes ont rejeté ce projet. Ce sont des gens actifs et bien éduqués ; ils aiment la science et les innovations techniques ; ce sont de bons travailleurs, probablement moins assidus que les Allemands ou les Suédois, mais de loin supérieurs aux Européens de l’Est. Poutine considère le vaccin comme un moyen de promouvoir la modernisation et une nouvelle industrialisation de son pays. Il ne veut cependant pas obliger les Russes à se faire piquer. Il existe des adeptes russes de la vaccination obligatoire, parmi lesquels Dmitri Medvedev, l’ancien président et premier ministre, et Sergei Sobyanin, le puissant maire de Moscou. Proposer des vaccins aux touristes semble un bon moyen de contourner la réticence des fonctionnaires de l’UE à reconnaître le Spoutnik V.

Le président du Belarus, Alexandre Loukachenko, offre également le vaccin russe aux citoyens des pays voisins. Il a placé des points-vax aux postes frontières afin que les Lituaniens, les Polonais, les Lettons et les Ukrainiens puissent venir se faire vacciner à moindre coût. Pour M. Loukachenko, il s’agit d’un moyen de se faire aimer de ses voisins de l’OTAN. Peut-être cela fonctionnera-t-il. Le vieux renard est un politicien intelligent, plein d’astuces, et il pourrait être en mesure de briser le blocus que l’OTAN tente continuellement d’imposer à cette petite nation.

Cependant, la Russie a besoin que son vaccin soit reconnu en Europe, sinon tout le tourisme transfrontalier restera en suspens pour la deuxième année consécutive. La Suisse a refusé de laisser les journalistes russes vaccinés au Spoutnik V couvrir le sommet Poutine-Biden. Cela fait partie des nombreuses indignités que l’Occident a infligées à la Russie désobéissante, comme l’interdiction de son drapeau et de son hymne national lors des manifestations sportives. Les Russes reconnaissent malgré eux qu’ils sont en guerre,une guerre hybride, mais une guerre quand même. Dans cette guerre, la Russie soutient le peuple américain contre les autorités américaines. Ils se demandent à voix haute si les sommets ont un sens. Nous connaîtrons la réponse dans une semaine, mais les attentes en Russie sont très faibles.


[1] Voir aussi les découvertes de Thierry Meyssan (ndt) : Le Covid 19 et l’aube rouge, 28 avril 2020,
https://www.voltairenet.org/article209775.html
Propagande autour de l’origine du Covid, 26 mai 2020
 https://www.voltairenet.org/article209543.html
En collaboration avec Paul Bennett. Israël Shamir peut être joint à l’adresse suivante : adam@israelshamir.net.
https://www.unz.com/ishamir/the-can-of-worms/

Par  ISRAEL ADAM SHAMIR – 
Sur Entre la Plume et l’Enclume

 Traduction: MP

NOTES de H. Genséric[1] En effet, selon le Talmud, il est normal, voire recommandé, qu’un juif vole les goyim :
 –  LE TALMUD révélé. Une littérature de la haine raciste. 
1. Introduction La Torah et le Talmud

–   LE TALMUD révélé. 2. La haine raciste envers les non-juifs 
et envers Jésus et Marie 

–   LE TALMUD révélé. 3è partie. Les non-juifs ne sont pas humains,
génocides, racisme, pédophilie, zoophilie,…

–   Le Talmud révélé. Voici comment les juifs doivent traiter les Goyim
–   Que dit le judaïsme rabbinique sur ce qui différencie les Juifs et les Gentils?
[b] Comment les juifs de Harvard pillent la Russie :
Sous Eltsine, le pays était de facto dirigé par ce qu’on a appelé la semibankirshchina,
 le « pouvoir des sept banquiers ». Il s’agissait des sept grands banquiers de la Russie 
qui possédaient environ 50% de l’ensemble de l’économie russe. Tous, sauf un (Potanine) 
étaient des Juifs. Pendant les années Eltsine, la grande majorité des membres du gouvernement et, 
surtout, leurs conseillers étaient des Juifs. Des Juifs contrôlaient également la quasi-totalité 
des grands médias. Pour vous donner une idée de la façon dont cette tendance était répandue 
dans les années 1990, voici une liste d’oligarques Juifs dans la Russie d’Eltsine disponible sur Internet :
(source en russe: https://goo.gl/jZlazH)
Boris Eltsine (Eltsine – Juif marié à Nina,  Juive).
Conseiller du Président sur les questions économiques – Livshits – Juif.
Pendant tout le temps du règne d’Eltsine (1991-1999) la majorité de ses conseillers étaient juifs.
Chef de l’administration présidentielle Filatov, Tchoubaïs, Volochine, la fille du président 
(une nouvelle position des autorités juives), Tatyana Dyachenko (par la loi juive – Halakha,
comme la fille d’un juif – Juive – tous Juifs.
GOUVERNEMENT
Tous les ministres clés – juifs: Ministre de l’Economie – Yasin – Juif ; Ministre adjoint de l’Économie 
– Ourinson – Juif
Le ministre des Finances – Panskov – Juif ; Ministre adjoint des Finances – Vavilov – Juif ; 
Président de la Banque centrale – Paramonov – Juif
Ministre des Affaires étrangères – Kozyrev – Juif
Ministre de l’Énergie – Shafranik – Juif
Ministre des Communications – Bulhak – Juif
Ministre des Ressources naturelles – Danilov – Juifs –
Ministre des Transports – Efimov – Juif
Ministre de la Santé – Netchaïev – Juif
Ministre de la Science – Saltykov – Juif
Ministre de la Culture – Sidorov – Juif
MÉDIAS
Président des médias – Gryzounov – Juif
PRESSE
«News» – Golembiovskiy – Juif
“Komsomolskaïa Pravda” – Fronin – Juif
“Moskovski Komsomolets” – Gusev (Drabkin) – Juif
“Arguments and Facts” – Starks – Juif
“Work”- Potapov – Juif
“Moscow News” – Karpinski – Juif
“Kommersant” – Yakovlev (Ginsburg) – Juif
«New Look» – Dodolev – Juif
“Nezavissimaïa Gazeta” – Tretyakov – Juif
“Evening Moscow” – Lisin – Juif
“Literary Newspaper” – Udaltsov – Juif
“Publicity” – Izyumov – Juif
“Interlocutor” – Kozlov – Juif
“Rural Life” – Kharlamov – Juif
“Top Secret” – Borovik – Juif
TV & RADIO:
Télévision et radio, “Ostankino” – A. Yakovlev – Juif
Russian TV et Radio Company – Poptsov – Juif
1996-1999 – “Sept banquiers”.
Toutes les finances de la Russie concentrées dans les mains de Juifs.
Un pays gouverné par sept banquiers :
1. Aven – Juif ; 2. Berezovsky – Juif, 3. Goussinski – Juif, 4. Potanine.
 5. Smolensk – Juif ; 6. Friedman –  Juif ; 7. Khodorkovski –  Juif : 
8 Roman Abramovich- Juif
Les listes de juifs dans le gouvernement soviétique de 1917 à 1939 
sont presque similaires. Vous pouvez les trouver sur Internet.
Tout comme entre 1917 et 1939, entre 1991 et 1999, 
les rênes du pouvoir en Russie étaient fermement dans les 
mains de Juifs, et dans les deux cas, avec des conséquences catastrophiques.
La grande différence est que si, au début du XXème siècle, 
les Juifs au pouvoir étaient des adversaires idéologiques de l’Empire anglais, 
à la fin du XXème siècle et aujourd’hui, les Juifs en Russie   sont pratiquement 
une extension de l’Empire anglo-sioniste.VOIR AUSSI :
–  16 octobre 2020: Grâce à Covid-19, la richesse combinée des milliardaires 
a atteint un record de 10,2 billions de dollars 

–  1 janvier 2021: Le Jackpot du PDG de Pfizer de 5,6 millions de dollars 
le jour de l’annonce de « l’efficacité de son vaccin
 » 
–  12 janvier 2021: PANDEMIE – 50 médecins, scientifiques et entrepreneurs
deviennent milliardaires en pleine épidémie de Covid

–  13 février 2021: Le complot des multimilliardaires 
–  23 avril 2021: Un conglomérat pharmaceutique au casier judiciaire chargé: 
Pfizer «s’empare» du marché européen des vaccins, soit 1,8 milliard de doses.
 
–  18 mai 2021: Le «boom des milliardaires» : doublement de leur richesse 
qui atteint 13 billions de dollars
 
–  Pognon. Liste des 50 médecins et scientifiques devenus milliardaires grâce 
au COVID-19
Hannibal GENSÉRIC 

Voyez la suite

CORONAVIRUS

_

Publié

le

Une nouvelle découverte montre que les cellules humaines peuvent écrire des séquences d’ARN dans l’ADN. Phys-org

14 mars 2021 : « Je vous présente ce soir quelque chose d’absolument extraordinaire ! Voici 3 données qui confirment ce que nous disons ici depuis un an, à savoir que même le vaccin dit vaccin à ARNmessager induit effectivement une réécriture du code génétique dans le but de transformer la cellule en machine à fabriquer des protéines. Démontrer ceci revient à démontrer que le vaccin à ARNmessager modifie le patrimoine génétique humain et en fait un Humain Génétiquement Modifié. Et cela sort de la bouche du scientifique en chef de Moderna Therapeutics, un des fournisseurs officiels de vaccins contre le SARS CoV 2. On ne peut faire mieux ».

Ce soir, je vous présente l’étude qui confirme qu’il peut y avoir transcription inverse sans rétrovirus. La chose que l’on injecte va donc très probablement modifier le génome des receveurs.

Les cellules contiennent des machines qui dupliquent l’ADN dans un nouvel ensemble qui entre dans une cellule nouvellement formée. Cette même classe de machines, appelées polymérases, crée également des messages d’ARN, qui sont comme des notes copiées à partir du référentiel central de recettes d’ADN, afin qu’elles puissent être lues plus efficacement en protéines. Mais on pensait que les polymérases ne fonctionnaient que dans un seul sens de l’ADN en ADN ou ARN. Cela empêche les messages d’ARN d’être réécrits dans le livre de recettes principal de l’ADN génomique.

Maintenant, les chercheurs de l’Université Thomas Jefferson fournissent la première preuve que les segments d’ARN peuvent être réécrits dans l’ADN, ce qui remet potentiellement en question le dogme central de la biologie et pourrait avoir de vastes implications affectant de nombreux domaines de la biologie.

« Ce travail ouvre la porte à de nombreuses autres études qui nous aideront à comprendre l’importance d’avoir un mécanisme pour convertir les messages d’ARN en ADN dans nos propres cellules », déclare Richard Pomerantz, Ph.D., professeur agrégé de biochimie et de biologie moléculaire à Université Thomas Jefferson. « La réalité selon laquelle une polymérase humaine peut le faire avec une grande efficacité soulève de nombreuses questions ». Par exemple, cette découverte suggère que les messages d’ARN peuvent être utilisés comme modèles pour réparer ou réécrire l’ADN génomique.

Les travaux ont été publiés le 11 juin dans la revue Science Advances.

En collaboration avec le premier auteur Gurushankar Chandramouly et d’autres collaborateurs, l’équipe du Dr Pomerantz a commencé par étudier une polymérase très inhabituelle, appelée polymérase thêta. Sur les 14 ADN polymérases dans les cellules de mammifères, seuls trois d’entre eux font l’essentiel du travail de duplication de l’ensemble du génome pour préparer la division cellulaire. Les 11 autres sont principalement impliqués dans la détection et la réparation en cas de rupture ou d’erreur dans les brins d’ADN. La polymérase thêta répare l’ADN, mais est très sujette aux erreurs et provoque de nombreuses erreurs ou mutations. Les chercheurs ont donc remarqué que certaines des « mauvaises » qualités de la polymérase thêta étaient celles qu’elle partageait avec une autre machine cellulaire, bien qu’une plus courante dans les virus – la transcriptase inverse. Comme Pol theta, la transcriptase inverse du VIH agit comme une ADN polymérase, mais peut également se lier à l’ARN et relire l’ARN dans un brin d’ADN.

Dans une série d’expériences élégantes, les chercheurs ont testé la polymérase thêta contre la transcriptase inverse du VIH, qui est l’une des mieux étudiées en son genre. Ils ont montré que la polymérase thêta était capable de convertir les messages d’ARN en ADN, ce qu’elle faisait aussi bien que la transcriptase inverse du VIH, et qu’elle faisait en fait un meilleur travail que lors de la duplication d’ADN en ADN. La polymérase thêta était plus efficace et introduisait moins d’erreurs lors de l’utilisation d’une matrice d’ARN pour écrire de nouveaux messages d’ADN que lors de la duplication d’ADN en ADN, ce qui suggère que cette fonction pourrait être son objectif principal dans la cellule.

Le groupe a collaboré avec le laboratoire du Dr Xiaojiang S. Chen à l’USC et a utilisé la cristallographie aux rayons X pour définir la structure et a découvert que cette molécule était capable de changer de forme afin de s’adapter à la molécule d’ARN plus volumineuse – un exploit unique parmi les polymérases.

« Notre recherche suggère que la fonction principale de la polymérase thêta est d’agir comme une transcriptase inverse », explique le Dr Pomerantz. « Dans les cellules saines, le but de cette molécule peut être la réparation de l’ADN par l’ARN. Dans les cellules malsaines, telles que les cellules cancéreuses , la polymérase thêta est fortement exprimée et favorise la croissance des cellules cancéreuses et la résistance aux médicaments. Il sera passionnant de mieux comprendre comment L’activité de la polymérase thêta sur l’ARN contribue à la réparation de l’ADN et à la prolifération des cellules cancéreuses ».

Liliane Held-Khawam

L’étude : « Polθ reverse transcribes RNA and promotes RNA-templated DNA repair »


source : https://lilianeheldkhawam.com

« Vaccins contre la COVID » et « Humains génétiquement modifiés »

Corona ADN Humain

Dans la vidéo suivante, la Dr Carrie Madej s’interroge sur ce que « c’est que d’être humain ». Pourquoi ? Parce que les vaccins dits [antis-] « COVID » utilisent la technologie de l’ADN/ARN qui « recompose » le code génétique tout comme Monsanto, par exemple, recompose le code génétique de nombreuses semences (y compris les tomates, le maïs, etc.), sans parler de l’application de la biotechnologie génétique aux animaux :

« La biotechnologie peut être classée comme le clonage d’animaux ayant une composition génétique identique ou le génie génétique (via la technologie de l’ADN recombinant et l’édition de gènes) pour produire des animaux ou des micro-organismes génétiquement modifiés. Le clonage permet de conserver des espèces et des races, en particulier celles qui présentent d’excellents caractères biologiques et économiques. La technologie de l’ADN recombinant combine des matériaux génétiques provenant de plusieurs sources en une seule cellule pour générer des protéines. (Journal of Animal Science and Biotechnology)

Les organismes génétiquement modifiés peuvent être brevetés et faire l’objet d’un droit de propriété. Monsanto est propriétaire des semences OGM. Une fois que les vaccins à ADN seront utilisés sur les humains – et cela n’a jamais été fait auparavant – les humains pourraient éventuellement devenir « propriétés intellectuelles » [sur les variations des gènes humains]. Nous pourrions [comme humains] en théorie être « brevetés ».

Rien de tout cela n’a été suffisamment discuté, et très peu de choses à ce sujet sont connues du grand public.

Aucun essai randomisé contrôlé par placebo n’a été réalisé. Les fabricants de vaccins sont exemptés de ces garanties et de bien plus encore.

En 2010, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) a admis que ce type de technologie peut être utilisé pour « améliorer et modifier » génétiquement les humains.

La nanotechnologie de l’hydrogel est injectée sous la peau. Elle peut s’interfacer avec les téléphones portables et l’intelligence artificielle pour surveiller pratiquement tout ce qui se trouve dans le corps humain, y compris les angoisses, les émotions, les ovulations, les vitamines, etc.

Une fois implantée, la technologie se répand dans tout le corps. Les scientifiques ne savent pas comment cela affecte notre ADN.

Selon la Dr Madej, la technologie de l’ARN et de l’ADN recombinés entraînera des modifications génétiques permanentes et inconnues dans le corps d’une personne.

Cela va-t-il créer une nouvelle espèce et détruire ainsi l’ancien Homo sapiens ?

 Vidéo complète en anglais (version Facebook) Dr. Carrie Madej avec l’introduction de Krystal Tini

https://www.facebook.com/KrystalTini13/videos/10221475005158816/?t=54

Article original en anglais :  “COVID Vaccines” and “Genetically Modified Humans”

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

La Dr Carrie Madej, DO est spécialiste en médecine interne à McDonough, GA. La Dr Madej a effectué une résidence à l’Université Mercer, au Med Center of Central Ga. Elle exerce actuellement au Phoenix Medical Group of Georgia, LLC et est affiliée à l’hôpital Piedmont Fayette.

Mark Taliano est un associé de recherche du Centre de recherche sur la mondialisation (CRG) et l’auteur de Voices from Syria, Global Research Publishers, 2017. Visitez le site web de l’auteur à https://www.marktaliano.net où cet article a été publié à l’origine.

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance