La famille Macron pourrait être scénarisée par NETFLIX… un détournement de mineur puis tous les soutiens psychologiques pour réussir seul contre tous… mais une fin tragique car Macron poussé au génie devient la pire des ordures… la honte de la France ! Un traitre Rothschild comme Pompidou qui lui offrit l’impression de notre monnaie…

Spread the love

Brigitte Macron : la mère d’Emmanuel Macron lève le voile sur leur relation complexe

Camille Romano | jeu. 19 août 2021 VOIR LES PHOTOS DE EMMANUEL MACRON

@AGENCE / BESTIMAGE

Pour son livre sur le couple Macron, Tant qu’on est tous les deux, en librairies le 25 août, Gaël Tchakaloff a pu s’entretenir avec la mère d’Emmanuel Macron, et ainsi recueillir ses confidences sur sa relation avec Brigitte Macron. Le Point en publie des extraits, ce mercredi 18 août.

Un lien fort, plus profond et plus ambivalent qu’il est souvent entre bru et belle-mère. Dans son livre à paraître le 25 août et dont Le Point publie quelques extraits ce 18 août, Tant qu’on est tous les deux, Gaël Tchakaloff relate la complexité de la relation entre Françoise Noguès, la mère d’Emmanuel Macron, et Brigitte Macron. Quand l’écrivaine rencontre la mère du président, au cours de l’écriture du livre, elle lui révèle son affection pour Brigitte Macron, au point de la considérer plutôt comme « une amie » et « pas une belle-fille« .

Loin des rumeurs de mésentente et de rancœurs, Françoise Noguès décrit Brigitte Macron comme « une amie comme je n’en ai pas d’autreson a les mêmes affinités, les mêmes priorités, on se dit tout« . Les mêmes priorités, l’amour pour cet Emmanuel, que la mère appelle encore du sobriquet « Manu« . Elle reconnaît une « histoire inhabituelle« , entre deux femmes qui se connaissent « depuis toujours« , car voisines à Amiens. « Brigitte habitait dans la rue qui se situait entre chez nous et chez mes parents. Je la connaissais et je l’admirais parce qu’elle avait été la prof de français d’Estelle, ma fille cadette, qui faisait également du théâtre. Je l’ai beaucoup vue. » se souvient Françoise Noguès.

Conversations du samedi entre belle-mère et bru

Alors oui, elle admet une fraîche prudence au début de leur histoire, « quelques mises en garde liées à la différence d’âge« . Mais sous la plume de Gaël Tchakaloff, la mère affirme se rapprocher du couple, après les quelques années qu’il lui faudra pour « comprendre que son Manu débute l’histoire d’amour de sa vie« . Elle confie, probablement souriante : « Je connais Manu, quand il a une idée en tête, elle ne le quitte pas…  » Et quand l’idée est de vivre son histoire, quitte à ne pas fonder de famille, le résultat est le même. « En 2000, je suis partie en vacances avec eux. Je me suis rapidement aperçue qu’il n’était pas grave, pas essentiel, que Manu n’ait pas d’enfants. » relate l’ancienne médecin. « Quand je vois son frère Laurent qui en a quatre, il est clair que Manu n’aurait pas pu avoir le même profil de famille, je ne pense pas que les enfants soient sa priorité« , conclut-elle.

Emmanuel Macron embrasse sa mère Françoise Noguès lors de la passation de pouvoir à l'Élysée, le 14 mai 2017
© AGENCE/ABACAEmmanuel Macron embrasse sa mère Françoise Noguès lors de la passation de pouvoir à l’Élysée, le 14 mai 2017

Car elle aurait trouvé en Brigitte plus qu’une belle-fille, une confidente, une égale avec qui échanger des heures durant. Françoise Noguès mentionne ainsi « leurs conversations du samedi sur la politique, les papiers des journalistes, l’homme qu’elles aiment« , car on en revient toujours à Emmanuel. Pourtant, dans l’enquête parue en janvier dans le journal Le Monde, nos consœurs rapportaient une certaine amertume de la mère présidentielle vis-à-vis du clan Trogneux-Auzière. Françoise Noguès se serait « plaint que son fils, après avoir été accaparé par sa grand-mère, se soit laissé absorber par la famille de sa femme », n’accordant à sa famille que du temps « trois ou quatre fois par an« , selon Jean-Michel Macron, le père du chef de l’État. Des visites en pointillé, des appels « de temps à autre » à ses frères, sœurs et mère qui « s’attristent » de l’absence de ce « fils glorifié« . Attristée mais pas fâchée, malgré tout, Françoise Noguès se plaît à revendiquer qu’elle est bien la mère de ce président parfois impopulaire.

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*