La dette à Rothschild n’est qu’une dette à lui-même en fausse monnaie…

Spread the love


Suprémacisme juif: les révélations de 1976 résonnent aujourd’hui 

Notre asservissement est dû au fait que les nations ont permis aux banquiers cabalistes de  créer le moyen d’échange (monnaie, crédit) sous la forme d’une dette envers eux-mêmes,  alors que les gouvernements pourraient facilement le faire, sans dette ni intérêt. Le succès dépend de la complicité dans cette fraude massive et de l’agenda suicidaire qu’elle représente. En 1976, l’initié Harold Rosenthal a révélé que ce programme subversif s’étendait déjà à tous les aspects de la vie occidentale.

Harold-Wallace-Rosenthal-w-Sen-Walter-Mondale-503w.jpg
 Harold Rosenthal, à gauche, avec Walter Mondale.
 » Nous plaçons en  vous un « complexe de culpabilité « 
qui vous fait peur de critiquer ouvertement la communauté juive. » 

Intitulée  The Invisible Tyranny,   cette interview choquante de  17 pages  rejoint les révélations de  Benjamin Freedman et de  CG Rakovsky  comme un rappel de la vraie dynamique dirigeante des événements mondiaux: c’est -à- dire l’expansion du monopole du crédit cabaliste à tous les coins du monde et à tous les aspects  de la vie.    

Les protocoles de Sion mis à jour 

————————————————- 

En 1976, le plan de «domination juive du monde» tel qu’il est décrit décrit dans les Protocoles des Sages de Sion avait été largement réalisé [1]. Harold Wallace Rosenthal, 29 ans, assistant personnel du Sénateur Jacob Javits, de  New-York, a estimé que le pouvoir juif était si inattaquable qu’il pourrait gagner de l’argent supplémentaire en racontant cette histoire à Walter White Jr., rédacteur en chef du mensuel conservateur Western Front.

walter_white_jr.png

« Trop de Juifs n’ont pas le courage de vous dire comment nous vivons et ce que planifions, mais je ne suis intimidé par rien ni par personne« , a déclaré Rosenthal à White, à gauche. 

« Il est trop tard pour que vos fidèles chrétiens mettent en place une défense. Ce temps est révolu. Il y a très, très longtemps, nous devions devenir les agresseurs! C’est sans aucun doute l’un de nos grands objectifs dans la vie. Nous sommes des agresseurs! »

Intitulée The Invisible Tyranny,   cette interview choquante de 17 pages  est en ligne depuis un certain temps. Elle se range avec les révélations de Benjamin Freedman, and C.G. Rakovsky en tant que description des forces réelles qui dirigent le monde : les juifs. [2]

Rosenthal avait besoin d’argent pour « jouer », mais sa franchise lui a coûté la vie. Le 12 août 1976, il a été tué dans un faux détournement d’avion à Istanbul. Walter White a conclu que l’incident était une couverture pour le meurtre de Rosenthal.

Un «Fellowship in International Relations» commémoratif pour Rosenthal favorise discrètement le travail qu’il a exposé indiscrètement. Curieusement, il n’y avait aucune photo de Rosenthal sur leur site Web  jusqu’à récemment. 

Selon Wikipedia, il est diplômé de l’Université de Cambridge et de la Harvard Graduate School, tous deux en étant boursier. Après avoir travaillé pour le membre du Congrès Hugh Carey (D-NY), il a déménagé au bureau du sénateur Walter Mondale (D-MN) où il a dirigé son programme législatif. Après un passage à la Rockefeller Brothers Foundation, Harold est retourné au Sénat pour travailler pour le sénateur Jacob Javits. Il était définitivement un insider (un «initié»). 

Rosenthal dit: « La plupart des Juifs n’aiment pas l’admettre, mais notre dieu est Lucifer … et nous sommes son peuple élu. Lucifer est bien vivant. »

Cette déclaration s’applique à la culture moderne dans son ensemble. Nous n’aimons pas admettre que notre société «laïque» est basée sur une rébellion cosmique contre Dieu. Son véritable caractère satanique devient de plus en plus évident chaque jour. 

APERÇU 

Rosenthal dit que les « Juifs » ont construit un empire terrestre en partie en rejetant la vision du Christ d’un royaume spirituel basé sur l’amour fraternel. Ils voulaient un roi guerrier et non un prince de la paix.

 « À l’époque du Christ, les Juifs cherchaient un royaume matériel et terrestre mais Christ a offert aux Juifs un royaume spirituel. Cela, ils ne pouvaient pas accepter, alors ils ont rejeté Jésus-Christ et l’ont fait crucifier. « 

Les banquiers juifs prévoient de gouverner le monde depuis Jérusalem selon leurs propres intérêts. Il dit que la religion juive est essentiellement un déguisement pour un impératif racial. « Nous pouvons vivre parmi d’autres peuples et États [en] les persuadant que les Juifs ne sont pas un peuple distinct mais les représentants d’une foi religieuse … » 

Le pouvoir «juif» a été obtenu en prenant le contrôle du système monétaire. «Nous avons réussi à diviser la société contre elle-même en opposant les travailleurs contre la direction. Cela a peut-être été l’un de nos plus grands exploits, car en réalité c’est un triangle, bien que seuls deux points semblent se produire. Dans l’industrie moderne … le capital , la force que nous représentons, est le sommet. La direction et le travail sont tous deux à la base de ce triangle. Ils sont continuellement opposés l’un à l’autre et leur attention n’est jamais dirigée vers la tête de leur problème.  » 

« Par l’intermédiaire de notre banque nationale, la Réserve fédérale, nous accordons des crédits comptables, que nous créons à partir de rien, à toutes les banques locales qui sont des banques membres. Elles accordent à leur tour des crédits comptables à l’industrie. Ainsi, nous faisons plus que ce que Dieu peut faire, car toute notre richesse est créée à partir de rien. Vous avez l’air choqué! Ne le soyez pas! C’est vrai, nous faisons plus que ce que Dieu pourrait faire. « 

 « Avec ce capital supposé, nous amenons l’industrie, le management et le travail à se soumettre à notre dette, laquelle dette ne fait qu’augmenter et elle n’est jamais liquidée. Grâce à cette augmentation continuelle, nous sommes en mesure de dresser le Management contre le travail afin qu’ils ne s’unissent jamais pour nous attaquer et inaugurer une utopie industrielle sans dette.  » 

Par le contrôle de la banque, les « Juifs » ont acquis le monopole total de « l’industrie du cinéma, des réseaux de radio et des médias télévisés nouvellement développés … nous avons repris la publication de tout le matériel scolaire … Même votre musique! les chansons publiées pour publication bien avant qu’elles n’atteignent les éditeurs … bientôt, nous aurons le contrôle total de votre réflexion.  » Il dit que les programmes télévisés sont soigneusement conçus « pour faire appel aux émotions sensuelles, jamais à l’esprit pensant logique. Pour cette raison, les gens sont programmés pour répondre selon nos dictats, pas selon la raison. » 

goy-serve.jpeg
Les goyim sont nés pour nous servir.
Ils n’ont aucune place dans ce monde,
sauf pour servir le peuple d’Israël
trump0.jpeg
Personne, à part Donald Trump, ne sauvera Israël;
Vous perdez votre temps avec ces clowns politicards.

D. Trump

Il dit que les «juifs» contrôlent les églises chrétiennes et les utilisent pour introduire des idées comme l’égalité raciale. 

« Aucune loi n’est jamais adoptée si ce n’est que ses mérites ont déjà été enseignés depuis nos chaires. Un exemple en est l’égalité raciale qui a conduit à l’intégration et finalement au métissage. Le clergé crédule dit dans un souffle à ses paroissiens que nous sommes un peuple spécial et élu tandis que dans un autre souffle, il proclame que toutes les races sont les mêmes [3]. Leur incohérence n’est jamais découverte. Ainsi, nous, les Juifs, jouissons d’une place particulière dans la société chrétienne tandis que toutes les autres races sont réduites à l’égalité raciale. C’est pour cette raison que nous avons créé le canular de l’égalité, réduisant ainsi le tout à un niveau inférieur.  » 

Il se vante qu’ils contrôlent les Américains en utilisant la culpabilité. 
« Votre peuple n’a pas de courage. Nous déterminons votre pensée – nous plaçons même en vous un  » complexe de culpabilité « qui vous fait peur de critiquer ouvertement la communauté juive. » 
« Nous, les Juifs, avons posé problème au peuple américain. Ensuite, nous faisons la promotion des deux côtés du problème alors que la confusion règne. Les yeux fixés sur les problèmes, ils ne parviennent pas à voir qui se cache derrière chaque scène. Nous, les Juifs, jouons avec le public américain un chat jouant avec une souris.  » 

Rosenthal affirme que la société ne peut échapper à cet embrayage de la mort que par une action violente et non par l’éducation:
« 
L’histoire a été écrite dans le sang, pas avec de l’encre. Aucune lettre, aucun éditorial ou aucun livre n’a jamais rallié le peuple ou arrêté la tyrannie. Nous comprenons ce principe et faisons toujours de la propagande pour que le peuple écrive des lettres au Président, au Congrès … Malheur  à nous s’ils en voient jamais la futilité, ils poseraient la plume et utiliseraient l’épée.  » 

Mais Rosenthal n’est pas inquiet. Faisant allusion à la promotion du féminisme et de l’homosexualité, il dit:

gay-kiss.jpegNous avons castré la société par la peur et l’intimidation. Sa virilité n’existe qu’en combinaison avec une apparence extérieure féminine. Étant ainsi stérilisée, la population est devenue docile et facilement gouvernable. Comme tous les hongres … leurs pensées ne sont pas impliquées dans les préoccupations de l’avenir et leur postérité, mais seulement avec le présent et avec le prochain repas. « 

Rosenthal explique comment un gouvernement invisible « juif » contrôle également l’URSS 

« En Russie, il y a deux gouvernements distincts, l’un visible et l’autre invisible. Le visible est composé de nationalités différentes, tandis que l’invisible est composé de TOUS JUIFS. La puissante police secrète soviétique prend ses ordres du gouvernement invisible. Il y a environ six à sept millions de communistes en Russie soviétique, 50% sont des juifs et 50% sont des gentils, mais les gentils ne se font pas confiance. Les juifs communistes sont unis et se font confiance, tandis que les autres s’espionnent. Environ tous les cinq à six ans, le Conseil juif secret appelle à la purge du parti et beaucoup de goyim sont liquidés.
Lorsque quelqu’un se demande «pourquoi»? La réponse est: « Parce qu’ils commencent à trop comprendre le gouvernement secret juif. Les communistes russes obéissent aux ordres d’un groupe secret qui se compose uniquement de juifs. Ils règnent sur tout ce qui concerne le gouvernement visible. C’était cette puissante organisation qui était responsable du transfert secret secrète du centre du communisme à Tel-Aviv d’où toutes les instructions proviennent maintenant.
 » [4]

volt-.jpg
« Pour savoir qui vous dirige vraiment,
il suffit de regarder ceux que 
vous ne pouvez pas critiquer. »
  
Voltaire

Il dit que les Juifs contrôlent l’ONU qui n’est «rien d’autre qu’une trappe à l’immense camp de concentration du monde rouge». Il dit que cette puissance invisible est responsable des guerres et des révolutions des 200 dernières années. ….

CONCLUSION

En présentant ces informations, j’essaie d’inspirer les juifs et les non-juifs à retirer le bandeau de leurs yeux posé par les médias et à reconnaître que les cabalistes (satanistes) ont détourné l’humanité. La culture moderne est largement le reflet de ce fait. Cela devient de plus en plus évident chaque jour.

La vraie culture est basée sur la religion, c’est-à-dire un engagement collectif envers des idéaux spirituels tels que la justice absolue, l’amour, la beauté et la vérité. « Dieu est un Esprit et nous l’adorons en Esprit et en Vérité », a dit le Christ. (Jean 4:24)

Nous vivons au crépuscule de la culture chrétienne. Nous n’avons pas d’idéal véritable pour la remplacer. Le double langage orwellien de l’élite («liberté», «tolérance», «diversité», «droits de l’homme» et «égalité» appliqués de manière sélective) est un outil de contrôle mental et de dépossession. Mais si nous comprenons la matrice juive maçonnique, nous pouvons échapper à son esclavage.

Par Henry Makow Ph.D.

————————————————————————-

Comment les libéraux/la gauche ont détruit la civilisation occidentale; et veulent éradiquer la race blanche  par Paul Craig Roberts

Les libéraux ont détruit la civilisation occidentale en enseignant aux Américains noirs la haine des Blancs, leurs « oppresseurs ». Ce qui a rendu impossible la diversité raciale et le multiculturalisme. S’il n’y a pas d’assimilation, alors c’est la désunion.
La gauche a détruit la civilisation en faisant de la classe ouvrière – les « Trump déplorables » – le véritable oppresseur. Ce qui a libéré l’avidité des élites jusqu’alors réfrénée par la classe ouvrière. Aujourd’hui le parti travailliste britannique et le parti démocrate américain représentent l’élite. Voyez à quel point Tony Blair et les Clinton furent enrichis par l’élite.

Les libéraux ont ouvert les frontières des pays occidentaux à l’immigration-invasion. Alors que des peuples à la peau plus foncée entrent à flots dans les pays de race blanche, les libéraux leur disent que les Blancs sont leurs oppresseurs. C’est ainsi que beaucoup de haine fut importée en Occident où le statut de victime des « gens de couleur » est utilisé pour brider la liberté d’expression et d’association des Blancs. L’assimilation, tenue pour raciste et destructrice de la diversité et du multiculturalisme, a pris fin officiellement. Ainsi fut détruite l’unité que nourrissait l’assimilation.

Les Blancs libéraux/de gauche en subiront les conséquences, comme dans le roman de Jean Raspail, « Le camp des saints », de la même manière que les « Trump deplorables ».

Bien entendu, tous les immigrés envahisseurs ne sont pas haineux. Certains apprécient d’avoir de meilleures chances dans l’existence et ils défendent le système, mais d’autres voient l’avantage politique du statut de victime et en profitent. D’une manière générale, l’attaque est plus payante que la défense. L’initiative est dans l’accusation, non dans la défense.

La gauche a détruit l’unité américaine avec « la politique de l’identité »« le racisme systémique », et « la théorie critique de la race »; elle a mis Karl Marx la tête en bas en définissant la classe ouvrière comme l’oppresseur raciste et misogyne des « gens de couleur » et des femmes. La gauche a fait passer la classe ouvrière du statut de victime à celui d’oppresseur. La bête noire (« the black hat ») n’est plus le capitaliste qui exploite le travailleur. Pour le libéral/la gauche, la bête noire diabolisée, c’est « la classe ouvrière blanche raciste et sexiste ».

Les prétendues « minorités raciales » sont, en réalité, des majorités massives. Les Blancs constituent un faible pourcentage des habitants de la Terre. Il y a plus de « gens de couleur » dans de simples pay, comme l’Inde ou la Chine, qu’il n’y a de Blancs dans tout l’Occident.

Le parti Démocrate a fait de « la politique de l’identité » une idéologie et il justifie le vol d’une élection comme un moyen nécessaire pour abolir l’« être-blanc » [ la « blanchitude », NdT] et tous ses péchés et ses crimes qu’incarnent, à ses yeux, Donald Trump et les « deplorables ».

L’arme idéologique est ce qui rend dangereux les Démocrates et leurs milices, Antifas et BLM. Comme l’a écrit Alexandre Soljénitsyne, « l’idéologie: c’est elle qui donne au crime sa justification tant recherchée et à celui qui le commet la fermeté durable dont il a besoin. »

Il faut de l’assurance et de l’audace au Congrès Démocrate National (« Democratic National Congress », DNC) pour organiser le vol d’une élection présidentielle, aux antifas et BLM pour agresser des inconnus, pour piller et brûler les commerces des Blancs et menacer leurs quartiers. Leur assurance vient de de ce qu’ils sont convaincus qu’il faut en finir avec l’« être-blanc ». Leur audace vient de ce qu’ils savent que la confiance en eux-mêmes des Blancs a été affaiblie par des années de diabolisation et qu’en conséquence, ils pourront être malmenés impunément.

De même que dans le « 1984 » d’Orwell, Big Brother a besoin d’un ennemi du peuple, de même le libéral/la gauche a besoin d’un ennemi et en a forgé un: « le suprémacisme blanc ». Mais où est l’idéologie de l’ennemi ? Ne lui a-t-on pas inculqué, pendant des décennies, dans le système éducatif, des choses comme la « théorie critique de la race », le « racisme systémique », et « la politique de l’identité » ? Où est le Jacques Derrida de l’« extrême-droite » qui déconstruira l’idéologie anti-blanche et la « politique de l’identité » ? Qui, dans le monde politique, universitaire, médiatique, judiciaire protègera les Blancs contre les discours et les crimes de haine? Personne.

Donc le combat est inégal. L’attaque contre les Blancs est sous-tendue idéologiquement et les Blancs n’ont pas de défense. Toute défense de leur part est tenue par le libéral/la gauche comme la preuve même de leur racisme.

Le 12 décembre 2020 –  Paul Craig Roberts

Remarque :  
Comme il est démontré dans l’interview de Harold Rosenthal ci-dessus les Juifs sont la colonne vertébrale des libéraux/gauche dont se plaint P.C. Roberts. Mais ce dernier, comme la quasi totalité des journalistes et écrivains occidentaux, fait gaffe à ses fesses. Il n’ose pas nommer un chat un chat: pour lui, il n’y a ni argent juif, ni lobby juif, ni, a fortiori, de maffia juive. Pourtant, en 2015, il a écrit :

Stephen Lendman est juif. Ce que vous lisez ci-dessous sont les mots d’un juif doté d’une conscience morale et qui ne peut tolérer les crimes épouvantables que le gouvernement de l’État d’Israël – soutenu à fond par les néocons américains qui ont dominé tous les gouvernements des États-Unis depuis Clinton – commet sur les Palestiniens.

Beaucoup de juifs ont une conscience morale. Les juifs sont les critiques les plus virulents d’un gouvernement sioniste israélien adoré par les gentils Américains endoctrinés. Le gouvernement d’Israël dit des juifs qui le critiquent qu’ils sont atteints de haine de soi et s’efforce de les éliminer, avec beaucoup de succès, de leurs emplois dans les universités et les médias occidentaux.

La Congrès américain,la mythique voix du peuple, est en fait la voix du gouvernement israélien cinglé. Les idiots du Congrès envoient effectivement chaque année à Israël les milliards de dollars de nos contribuables, que le gouvernement israélien utilise pour acheter les élections et les votes du Congrès.

Vous pouvez savoir qui sont les membres honnêtes de la Chambre et du Congrès. Ce sont les rares qui ne votent pas comme l’ordonne le lobby israélien. En général, ces représentants élus par les Américains ne restent pas longtemps à leur poste.

Paul Craig Roberts ; Publié le : 02 novembre 2015; lesakerfrancophone.net

H. Genséric
——————————————————————- 

NOTES de H. Genséric

[1] Pour comprendre le monde, lisez les Protocoles des Sages de Sion (1ère partie)
Pour comprendre le monde, lisez les Protocoles de Sion (2ème parie).
Soljenitsyne : Les Protocoles se réalisent sous nos yeux

Document le plus controversé de l’histoire d’Internet: L’histoire cachée de la mafia khazare incroyablement perverse

[2] Que disent Jésus, Einstein, Voltaire, Soljenitsyne, Goethe, Liszt sur l’antisémitisme ?
Ce que des hommes de renommée mondiale ont dit à propos des juifs. Introduction

Ce que des hommes de renommée mondiale ont dit à propos des juifs (suite et fin)

[3] USA. Chuck Baldwin détruit le sionisme chrétien et ses guerres perpétuelles
« En route vers Sion  » expose l’arnaque du « Peuple élu »
USA (et UE). La loi sur l’antisémitisme va rendre le christianisme illégal 

[4] Soljenitsyne : Les Protocoles se réalisent sous nos yeux
Les racines juives de Lénine exposées dans un musée russe
–  Russie. Le « meurtre rituel juif » de la famille impériale russe

–  Russie. Les atrocités inimaginables commises par les Juifs bolcheviques contre les Gentils : des preuves irréfutables.
–  « L’antisémitisme » en Union soviétique
–  Vladimir Poutine : « 80 à 85% des bolcheviques au pouvoir en URSS étaient juifs. » 
–  Poutine et ses juifs (partie 1)
–  Poutine et ses juifs (partie 2)

 « Les Juifs de Staline » 

Un événement historique est particulièrement passé sous silence,  et pourtant nous ne devons  pas oublier qu’il y a environ 90 ans, entre le 19 et le 20 décembre 1917, au cœur de la révolution bolchevique et de la guerre civile, Lénine signa un décret créant la Commission Panrusse pour la Répression de la Contre-révolution et du Sabotage, plus connue sous le nom de Tchéka.
En peu de temps, la Tchéka devint l’organisation de sécurité d’État la plus importante et la plus répressive. Son organisation et sa structure évoluèrent régulièrement, tout comme son nom : de Tchéka à GPU, puis à NKVD, et plus tard à KGB. Il est impossible de connaître avec certitude le nombre de morts dont la Tchéka fut responsable d’une manière ou d’une autre, mais il s’évalue probablement autour de 20 millions, incluant les victimes de la collectivisation forcée, des famines, des purges, des expulsions, des déportations, des exécutions et des tueries de masses dans les goulags.
Des pans entiers de la population furent éliminés: fermiers indépendants, minorités ethniques, membres de la bourgeoisie, officiers supérieurs, intellectuels, artistes, militants syndicalistes, « membres de l’opposition » à la définition très aléatoire, et un nombre incalculable de membres du parti communiste lui-même. Dans son dernier livre, qui recueille beaucoup de suffrages, The War of the World, l’historien Niall Fergusonécrit qu’aucune autre révolution dans l’histoire de l’humanité n’a dévoré ses enfants avec le même appétit insatiable que la révolution soviétique. De même, le Dr. Igal Halfin, de l’université de Tel-Aviv, indique dans son livre sur les purges staliniennes que la violence y fut unique en ce qu’elle fut dirigée vers l’intérieur.
Mais Lénine, Staline, et leurs successeurs n’auraient pas pu mener à bien leurs objectifs sans une large coopération de la part d’”officiers de la terreur” disciplinés : enquêteurs cruels, mouchards, bourreaux, gardiens, juges, pervers, et de beaucoup d’idéalistes membres de l’aile gauche progressiste, abusés par le régime soviétique de terreur au point de lui décerner un certificat casher.

 Genrikh Yagodafut le plus grand meurtrier juif du XXe siècle, chef adjoint de la GPU et fondateur-dirigeant du NKVD. Yagoda a consciencieusement exécuté les ordres de Staline pendant la collectivisation, et est responsable de la mort d’environ 10 millions de personnesSes employés juifs ont mis en place et géré le système des goulags. Après être tombé en disgrâce auprès de Staline, Yagoda fut dégradé et exécuté, puis remplacé en tant que chef des bourreaux, en 1936, par Yezhov, le « nain sanguinaire ».
Beaucoup de juifs ont vendu leur âme au diable de la révolution communiste et ont du sang sur les mains pour l’éternité. Nous n’en mentionnerons qu’un de plus : Leonid Reichman, dirigeant du département spécial du NKVD et interrogateur en chef de l’organisation, qui était un sadique particulièrement cruel.  En 1934, selon des statistiques publiées, 38,5% des officiels détenant les postes les plus élevés dans l’appareil de sécurité soviétique étaient d’origine juive. Eux aussi, naturellement, furent graduellement éliminés dans les purges successives. 
Il apparaît que les juifs aussi, quand ils sont fascinés par une idéologie messianique, peuvent devenir de grands meurtriers, parmi les plus grands de l’histoire moderne. La Palestine en a été et en est toujours un exemple.
Les juifs actifs dans l’appareil officiel de la terreur communiste (en Union soviétique et ailleurs), et qui l’ont parfois dirigé, ne l’ont évidemment pas fait en tant que juifs, mais plutôt en tant que staliniens, communistes, et « camarades soviétiques ». En conséquence, il nous est facile d’ignorer leur origine et de jouer les innocents: qu’avons-nous à voir avec eux ? Si ce n’est de les oublier. 
« Je pense qu’il est inacceptable qu’une personne puisse être considérée comme un membre de la communauté juive quand elle réalise de grandes choses, mais en être exclue quand elle commet des actes particulièrement méprisables. » (Sever Plocker, Stalin’s Jews, 21, 12, 2006). 
« Même si nous le nions, nous ne pouvons pas échapper au judaïsme de « nos bourreaux » qui ont servi la Terreur rouge avec application et loyauté envers ses dirigeants. De toutes façons, d’autres nous rappelleront toujours leur origine. » Sever PlockerStalin’s Jews, (Les Juifs de Staline), 21, 12, 2006.
Naturellement, et s’agissant d’un journal israélien, S. Poker  ne pouvait pas parler des génocides récurrents commis par les juifs sionistes contre les populations palestiniennes depuis 1948. Il ne parle pas non plus des confiseries empoisonnées larguées sur les populations civiles de Gaza et de Cisjordanie afin de tuer les enfants palestiniens, ni sur la pratique assez courante de faire asseoir les prisonniers palestiniens sur des plaques radioactives afin de les rendre stériles….H.G.

Les Juifs fomenteurs de la Shoah russe

80% des révolutionnaires bolcheviques en Russie étaient Juifs. Les Juifs ont été les artisans de la révolution russe de 1917. (Réf. Dr. Angelo Solomon Rappoport, 1918) 

Ceux qui ouvrirent la voie :
– Gesya Gelfman (juive) : criminelle responsable de l’assassinat du Tsar Alexandre II.
– Jacob Schiff (juif) : le banquier américain qui finança la révolution russe de 1917.
– Olaf Aschberg (juif) : banquier.
– Evno Azev (juif) : agent double.
– Grigori Guerchouni : assassin professionnel.
– Alexandre Parvus (juif) : révolutionnaire professionnel.
– Jacob Ganetski (Jacob Furstenberg) (juif) : larbin de Lénine.

Les moteurs de la révolution de 1917 :
– Léon Trotski (juif) : révolutionnaire professionnel.
– Lev Kamenev (juif) : révolutionnaire professionnel.
– Grigory Zinoviev (juif) : L’apôtre de la terreur socialiste.
– Iakov Sverdlov (juif) : Assassin du Tsar et de sa famille.
– Grigori Sokolnikov (juif) : ministre des finances de Juifs bolcheviques.
– Karl Radek (juif) : dirigeant socialiste.
– Maxim Litvinov (juif) : issu d’une famille de banquiers juifs, ministre des Affaires étrangères bolchevique.
– Adolf Joffé (juif) : commissaire du peuple aux Affaires étrangères.
– Moïsseï Ouritski (juif) : chef de la Tcheka de Petrograd et grand criminel.
– Moïse Volodarski (juif) : assassin en gros.
– Lazare Kaganovitch (juif) : assassin en gros (ses descendants sont les Kagan aux USA).

Les exécuteurs zélés : 
– Guenrikh Iagoda (juif) : le plus grand meurtrier juif du 20è siècle.
– Martyn Latsis : l’exterminateur de la bourgeoisie.
– Jacob Agranov (juif) : « S’il n’y a pas d’ennemi, il faut en créer ».
– Iakov Iakovlev (juif) : exterminateur de la paysannerie.
– Semyon Dimanstein (juif) : rabbin promoteur de la région juive « autonome », donc sioniste.
– Alexandre Lozovski (juif) : chef syndicaliste et fondateur du Comité antifasciste juif.
– Jacob Yourovski (juif) : criminel ordonnant le massacre de la famille impériale.
– Yakov Davydov (juif) : chef du Département des affaires étrangères de la Tchéka 1921-1922, le premier chef du renseignement extérieur soviétique.
– Solomon Mogilevsky (juif) : chef du service de renseignement extérieur.
– Mikhail Trilisser (juif) : espionnage et contre-espionnage en tous genres.
– Abram Slutsky (juif) : celui qui traquait les opposants à l’étranger.
– Sergey Spigelglas (juif) : chef par intérim du service de renseignement extérieur soviétique.
– Grigori Maïranovski : chimiste assassin.
– Isaï Berg (juif) : inventeur des chambres à gaz ambulantes.
Au Goulag :
– Naftali Frenkel (juif) : organisateur de l’esclavage dans l’institution du Goulag.

Bien-sûr tous les Juifs ne furent pas bolcheviques et tous les bolcheviques n’étaient pas des Juifs. Cependant incontestablement tout une génération de Juifs fut cancérisée par le pouvoir et donc participa à la Shoah anti russe qui fut commise à très grande échelle et jusqu’aux « grandes purges staliniennes » soviétiques de la fin des années 1930.

Des Juifs massacreurs sont parmi les plus grands criminels de tous les temps, et ils se moquaient totalement de leur religion.

Cette génération de Juifs joua un rôle essentiel, pourtant ils n’étaient qu’environ 4% de la population russe. De plus, cette génération de criminels bénéficia, surtout aux États-Unis, d’un fort soutien et d’une réelle sympathie de la diaspora juive.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*