Abonnez vous pour avoir nos derniers articles !

ARNAQUES

_

Publié

le

mardi 20 avril 2021, par  Jean-Philippe Delsol

Aucun système n’est bon quand il est confié à un humain en particulier… car l’humain est faible et donc capable des pires trahisons… il est impossible de lui faire confiance. Ce n’est pas le peuple qui doit être controlé mais à l’inverse que le peuple contrôle ses dirigeants… à commencer par superviser les dépenses et faire cesser l’impôt sur les revenus totalement injuste… à Dubaï il n’y a pas d’impôts sur les salaires, car c’est une ineptie !
Le pire exemple est celui des dictateurs incapables de gérer une administration qui ont imposés l’islam qui permet par la charia le contrôle du peuple par le peuple… le régime le plus débile et le plus épouvantable qui est pris pour une religion par les musulmans qui n’en sont que les victimes… des soumis volontaires à une doctrine. Celle débile d’un Momo pédophile que entend un ange dans une grotte et qui monte au ciel sur un cheval ailé ! Il faut être vraiment taré pour croire en de telles affirmations bonnes pour la psychiatrie… Mais qui prouve à quel point l’être humain est influençable… donc une girouette !

La démocratie a besoin de notre détermination. Elle n’est pas toujours bonne, mais nous savons que les tyrannies sont mauvaises. Ne les soutenons d’aucune manière. Ne leur donnons pas d’avantages préférentiels. Et faisons en sorte que notre démocratie puisse servir de modèle.

Il y eut un temps, où Rome crut pouvoir faire régner la paix sur toute la terre qu’il dominait. Il y en eut un autre, après la chute du mur, où le monde se mit à rêver que la démocratie représentait la fin de l’histoire. C’est ce que prophétisait alors Francis Fukuyama, même s’il expliqua ensuite qu’il utilisait ces termes au sens hégélien selon lequel l’histoire est un processus sans fin. Les révolutionnaires de 1789 se faisaient un devoir de faire partager leur idéal à tous les peuples. Ce qui a aussi sans doute guidé, du moins en partie, Napoléon, les colonisations et les guerres américaines dans le monde. Mais la démocratie reste l’exception et la liberté la part congrue des démocraties elles-mêmes. Partout le monde demeure ce qu’il est, à la merci des ambitions et des prétentions humaines, à la portée de toutes les tyrannies. Dans les continents qui se sont libérés de la colonisation occidentale totale ou larvée, le passé et la nature des peuples a repris le dessus pour se livrer à des régimes politiques qui renouent avec leur histoire, très loin de la démocratie même quand ils en portent encore le nom. Et tandis que le monde n’a jamais été aussi ouvert aux possibilités d’échange, par les facilités du transport et de la communication notamment, de nombreux pays ou régions du monde manifestent leur particularité et entendent la faire reconnaitre et accepter par la communauté internationale.

La légitimation impossible de la tyrannie

Au forum numérique de Davos de cette année, Xi Jinping a rappelé que chaque pays était unique dans son histoire, sa culture et son système social, ce que les Européens ne nient pas. Il en a conclu que les Occidentaux n’avaient pas à s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, notamment au regard de sa politique à Hong Kong ou avec les Ouïgours. Erdogan justifie ses exactions par les vertus de l’islam qui ne saurait dissocier religion et politique. Il fonde son populisme sur la nostalgie de l’empire ottoman et des dynasties qui l’ont précédé.

Cette marque impériale est celle de la Chine, mais peut-être aussi celle de la Russie poutinienne qui utilise les ancrages culturels de l’orthodoxie dans l’empire byzantin pendant un millénaire. Dans cette pseudo démocratie tout lien avec l’étranger sert de prétexte à condamnation, un rien permet d’empêcher les opposants, comme la députée municipale de Moscou Ioulia Galiamina, de se présenter aux élections, quand ils ne sont pas assassinés, les journalistes d’investigation sont suspectés et empêchés de faire leur travail. La religion est ailleurs instrumentalisée pour servir consolider un pouvoir populiste, comme en Inde où l’indouisme sert la propagande identitaire de Modi et la violence contre les chrétiens et les musulmans. Dans tous les cas, il s’agit de légitimer des sortes de « régimes impériaux ». Ces pays se moquent de l’état de droit et siègent à l’ONU dont ils ont approuvé sans vergogne la Charte qui leur interdit de se comporter comme ils le font.

La démocratie est le meilleur des régimes…

En fait, les nouveaux tyrans du monde veulent redéfinir le mot même de démocratie pour justifier leurs turpitudes. Ce que déjà le communisme avait fait en inventant la « démocratie populaire ». Il ne faut pas se laisser leurrer.

Avec Churchill, acceptons volontiers que « la démocratie est le pire des systèmes, à l’exclusion de tous les autres. » Mais le caractère universel de la démocratie, s’il existe, ne réside pas dans son système formel de représentation élective, même s’il est nécessaire, mais dans sa pratique de la séparation des pouvoirs, le respect des libertés humaines…, un état de droit. Ce qui fait la grandeur de la démocratie est précisément ce que ne veulent pas prendre en compte les régimes impériaux. La démocratie est ouverte et tolérante. Elle ne doit pas être idiote pour autant.

Chaque pays est libre d’adopter le système politique de son choix. Mais il est du devoir des démocraties de protester quand les droits humains élémentaires sont bafoués. Il ne faut pas se priver de commercer avec ces régimes, mais il ne faut pas les encourager, même quand ils sont en Europe, à poursuivre leurs forfaits. Il est regrettable par exemple que la France ait accordé dans sa promotion du 1er janvier 2021 la légion d’honneur à M. Ivanichvili, le président démissionnaire de la Géorgie, un oligarque sans foi ni loi : son ministre de l’intérieur était son ex garde du corps, son ministre de la défense était l’ancien agent de son fils rappeur, sa ministre de la santé était l’ancienne dentiste de sa femme et le procureur général, son avocat personnel… ! Et il ne faut pas être naïf : le président Xi avait annoncé publiquement en 2015 “vouloir étendre l’état de droit à tout le pays”, convaincu qu’une justice effective est une nécessité pour la consolidation d’une économie et d’une société modernes en Chine. On sait ce qu’il en a fait : la Chine viole l’espace aérien et maritime de ses voisins, ment sur les vaccins, instaure une surveillance de tous, lave le cerveau des étudiants, poursuit sa politique de manipulation et répression religieuses….

Suivons plutôt l’exemple de Londres qui s’est opposé vigoureusement à la « barbarie » de Pékin à l’encontre des Ouïgours et a condamné durement les graves violations du statut de Hong Kong par Pékin. Après avoir à tort critiqué Trump à ce sujet, Biden a eu raison de manifester sa sympathie active à l’égard de Taïwan. Souhaitons que les Allemands n’achèvent pas le gazoduc NordStream 2 qui approvisionnerait l’Allemagne en gaz russe au bénéfice financier de la Russie d’un Poutine qui continue d’essayer d’assassiner Navalny.

La démocratie a besoin de notre détermination. Elle n’est pas toujours bonne, mais nous savons que les tyrannies sont mauvaises. Ne les soutenons d’aucune manière. Ne leur donnons pas d’avantages préférentiels. Et faisons en sorte que notre démocratie puisse servir de modèle. Ce qui exige que les pays occidentaux déjà respectent mieux nos libertés qu’ils bafouent eux-mêmes tous les jours dans une centralisation accrue aux niveaux national et européen, dans la multiplication insensée des règlementations, dans un conformisme sociétal qu’ils veulent imposer à tous, dans un égalitarisme qui fait disparaitre le particularisme personnel… Faire prévaloir la démocratie, c’est aussi et d’abord reconnaître que la société est faite pour les hommes et non l’inverse.Partager cet article :
La démocratie est-elle un modèle universel ?
    

Messages

  • 1. La démocratie est-elle un modèle universel ?, 21 avril, 03:48, par  Laurent46Mais à y regarder de très près aussi bien dans des pays comme la France ou les US il est permis de se poser la question de ce que cela peut être la démocratie ? est-ce la dictature des taxes, celle des contraintes de plus en plus pesantes et souvent idiote, la dictature administrative ou celle du fric, Peut-être est-ce l’assistanat permanent ou la liberté de la parole qui est de plus en plus mise en cause, ou encore la dictature de quelques groupuscules extrémistes qui arrivent à imposer leur vision auprès des politique. Mais peut-être aussi la grande victoire fêtée comme telle par les politiques élus par 10 à 15 % des inscrits ! C’est cela peut-être la nouvelle Démocratie ? celle qui veut réguler le monde entier alors qu’il y a de plus en plus de misère, que les soins sont de plus en plus coûteux lorsqu’ils existent pare manque de praticiens dans certaines régions et par leur omniprésence dans d’autres alors que leurs études et apprentissages reposent sur les deniers publics, On pourrait encore te toujours multiplier les exemples des dérives parfois même sectaires du monde qui se dit démocratique.
  • 2. être ou ne pas être ?, 21 avril, 06:31, par  Georges ClémentDans la “politique”, Aristote décrit sans états d’âme toute les constitutions si différentes d’un bout de la Méditerranée à l’autre de Sparte à Carthage et Athène. Elle sont aussi éloignées les unes des autres que les cultures de ces cités l’étaient.Pourquoi de si longs développements pour ce qui n’est qu’un mode de fonctionnement pour un peuple parmi d’autres et qu’il aura adopté selon ses pulsions, ses frayeurs et ses affects ?Ici c’est de la France qu’il s’agit. La démocratie n’est arrivée que sur les roues de la république. D’autres régimes furent plus efficaces et salutaires pour les âmes françaises, mais, faute de mieux et à bout d’alternative, comme si on avait atteint une sorte de moment du pendule, chacun accepta cette république qui finit dans ce que d’aucuns appellent la “démocratie”. Mais où est-elle ? Dans le référendum de 2005 ? Dans la loi d’urgence sanitaire anticonstitutionnelle ? Dans les pouvoirs spéciaux de 1962 accordés au général de Gaulle (Article 16) mais qui eux au moins furent constitutionnels ?Allons lisez ce qu’on pensait de la démocratie athénienne quand Aristote réfléchissait. Et vous verrez qu’elle est vouée à la démagogie qui est une tyrannie.Car la tyrannie n’est pas un régime mais le fait d’un homme seul. Et même cet homme seul peut être bon…ou mauvais. Mais ce qui doit toujours être c’est le patriotisme et le fait national.
  • 3. Sommes nous encore en démocratie en France ?, 21 avril, 07:23, par  Antoine RochéLa Démocratie classique arbitrait les choix politiques de la cité par un débat rationnel, dans une agora où tous les citoyens pouvaient intervenir. Dans la Démocratie représentative moderne, les parlementaires ont remplacé les citoyens, ce qui est déjà une réduction des opinions représentées, dommageable dans les Etats centralisés. Toutefois, la liberté de la Presse les libertés publiques ont permis de contenir ces défauts.Ce n’est plus vrai depuis l’essor de la “construction européenne”. Celle-ci est une centralisation. Elle est aussi un tranfert de responsabilité des politiques vers l’autorité judiciaire. Les Cours suprêmes ont pris le pouvoir au nom de l’Etat de droits.Or ce Droit supra-national est un droit hybride. Libéral pour les libertés individuelles. Libertaire pour la libre circulation. et même la libre-immigration, prônée par les no-borders. Social, socialiste pour les droits-créances, les droits sociaux. Anti-national pour la prohibition de la préférence nationale (y compris pour les droits sociaux).Dans tous les cas, ce droit onusien, applicable à la seule Europe (et au Canada) n’est pas issu d’une volonté des peuples d’accueil (forcés) à qui les pouvoirs en place n’ont jamais demandé leur avis (où n’en ont pas tenu compte, comme en France).Ce droit onusien confisque les dispositifs sociaux domestiques (les droits sociaux) au profit d’une migration internationale d’autant plus attractive, que les pays de départ sont mal gérés. (et/ou les Sociétés de départ inadaptées au monde tel qu’il est devenu). Clash ethnico-culturel assuré à l’arrivée.Le business de l’immigration sert de nombreuses corporations vivant de l’argent public (politiciens, secteurs social, certains avocats, sécuritaire). Il permet de concurrencer les autochtones sur le marché de l’emploi, et même sur le marché politique.L’immigration humanitaire (et donc pas celle du travail) sert aussi les intérêts des révolutionnaires, dont le nid est à l’Université. Celle-ci a renoncé depuis 1968 à la libre controverse sur les options philosophique et politiques. Depuis, les élites ont été “gauchies” via ce cursus. Il est donc logique qu’il y ait un impact législatif, juridique, judiciare, administratif. Le privé n’y échappe pas : recrutement par discrimination “positive” (pour qui ?)Toute cette réalité d’une certaine l’immigration est soigneusement cachée à l’opinion publique. Mention spéciale à notre régime mediatique et au CSA qui a inventé le concept de “maîtrise de l’antenne” où le responsable des propos tenus n’est plus l’invité (responsabilité a posteriori) mais le présentateur (censure a priori)Au bilan, en France avec le CSA, et les empire de Presse du capitalisme de connivence, ou pire, la censure privée sur les réseaux sociaux américains, le citoyen n’a plus d’Agora où exprimer son opinion. Partout en Occident, il est spolié par les politiciens, au profit d’une imigration humanitaire illimitée. Enfin en Europe il n’a pas le droit de se défendre. A tout moment il peut être victime de pogrom. (le laxisme judicaire est dans ce cas une complicité de l’Etat)Comparé au citoyen antique, ou même au citoyen du peuple souverain, aujourd’hui nous n’avons ni propriété assurée sur notre travail ni nos biens, ni armes ni sécurité ni justice, ni voie au chapitre sur l’agora.L’Etat fait aussi peu de cas de l’Egalité en droits. L’immigré bénéficie de la double nationalité : revenus ici, conservatoire culturel, identitaire et puissance démographique là bas (Turquie, Sahel et Maghreb sont deux fois plus peuplés que la France). Les diaspora de l’immigration n’ont rien de minoritaires, elles ont un gouvernement national à même de les soutenir.L’Etat centralisé et monopolistique étant un mauvais fournisseur de biens publics, le super-Etat européen est encore pire. Mais après tout, si ces Etats sont universels, pourquoi serviraient-ils les intérêts des autochtones de France ? ou d’Europe ? Nous devons mettre ces Etats en concurrence. Partager la République universelle, et choisir le notre propre Etat identitaire. N’est-ce pas ce que proposa l’initiateur du Sionisme, Théodore Herzl ? Un Etat réellement bienveillant pour les français ? est-ce possible ? Visitez le projet autochtoniste. https://blanche-hermine.com/
  • 4. La tyrannie est un modèle universel, 21 avril, 08:01, par  Jean Michel THUREAULe nombre d’États dans le Monde est voisin de 200 (cela varie en fonction des définitions retenues). À peu près 190 sont bâtis sur le modèle dirigiste : le pouvoir y appartient au(x) dirigeant(s). Ces régimes constituent un ensemble hétéroclite qui va de la tyrannie la plus sanglante à des presque démocraties. Contrairement aux apparences, il n’y a pas entre ces extrêmes de différence de nature mais seulement de l’intensité de l’exploitation et de l’oppression du peuple des sans pouvoir par les détenteurs de pouvoirs.Le pouvoir autoritaire bloque-t-il le développement ? Le sous-développement est-il un obstacle à la démocratie ? Toujours est-il que l’on trouve les dictatures “hard“, plutôt dans les pays sous-développés et les dictatures “soft“, plutôt dans les pays développés.La “démocratie représentative“ est l’habillage idéal de l’État non démocratique (les apparences de la démocratie et les pratiques de la dictature). Ce n’est pas par hasard que ce schéma constitutionnel est le plus répandu au Monde. La “démocratie représentative“ n’est jamais démocratique (c’est un oxymore)Dans la catégorie des Pays-développés-organisés-en-démocraties-représentatives c’est probablement la France qui a le régime le plus dirigiste et, en conséquence, les plus mauvais résultats politiques, économiques et sociaux.
  • 5. La démocratie est-elle un modèle universel ?, 25 avril, 15:47, par  COPPENSMerci pour cet article qui pose vraiment une question de fond, dont les commentaires illustrent bien la complexité par la dispersion des idée émises, néanmoins ils se retrouvent dans un sentiment identique que ce système conduit à un naufrage s’il est mal mis en pratique, en particulier en France. Cela provient, à mon avis du peuple lui-même qui vote sans les connaissances suffisantes pour choisir les mandants et ne sanctionne pas suffisamment les abus et dérives. Faut-il établir une certificat d’aptitude à voter ? Rappelons que celui qui ne vote pas, vote pour celui qui est élu, mon vote a la même valeur que celui qui ne connaît pas le nom du président en exercice. J’écarte ce sentiment qui animait mes parents, qui fulminaient contre le pouvoir en place, qu’ils avaient concouru à élire, mais qui ne pouvaient voter pour un autre, par tradition, ou parce qu’ils avaient été soumis à une persuasion coercitive émise par les média en place. La France est bien malade avec ce système et Churchill avait bien raison, qu’elle est la solution ? “Xi Jinping a rappelé que chaque pays était unique dans son histoire, sa culture et son système social, ce que les Européens ne nient pas”, mais ils s’emploient à faire disparaître ces bases de société, en particulier la nôtre par le président actuel.

Voyez la suite
Donnez votre avis il nous intéresse ! Géraldine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARNAQUES

FAUCI l’escroc qui a inventé le SIDA pour toucher des milliards depuis 40 ans vous a niqué avec le Corona crée par le labo Pasteur ! Pour vous humilier, vous tuer et alourdir la dette…

Publié

le

Voyez la suite

ARNAQUES

_

Publié

le

Il faut faire preuve d’une grande incrédulité pour considérer que le G7, le club le plus exclusif de ceux qui se prétendent démocratiques, est encore pertinent en 2020. Dans la réalité, même en tenant compte de l’inégalité structurelle inhérente au système mondial actuel, la production économique du G7 représente à peine 30 % du total mondial.
Cornwall a été au mieux un spectacle embarrassant. Une troupe de médiocres se faisant passer pour des « dirigeants » posant masqués pour des séances de photos et se donnant des coup de coudes en guise de salut, alors que lors de la fête privée avec la reine d’Angleterre, âgée de 95 ans, tout le monde était sans masque et se mêlait joyeusement dans une apothéose de « valeurs partagées » et de « droits de l’homme ».

La quarantaine à l’arrivée, les masques imposés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et la distanciation sociale ne concernent bien sûr que la plèbe.

Le communiqué final du G7 fut l’habituel blabla jonché de platitudes et de promesses. Mais il contient quelques pépites. A commencer par le « Build Back Better » – ou B3 – qui apparaît dans le titre. B3 est désormais le nom de code officiel pour le Grand Reset et le New Green Deal.

Ensuite, il y a le remix du Péril jaune, avec les troupes de choc constitués de « nos valeurs » qui « demande à la Chine de respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales », avec un accent particulier sur le Xinjiang et Hong Kong.

L’histoire derrière tout cela m’a été confirmée par un diplomate de l’UE, un réaliste (oui, il y en a à Bruxelles).

L’enfer s’est déchaîné à l’intérieur de la salle – exclusive – du G7 lorsque l’axe anglo-américain, soutenu mollement par le Canada, a tenté de pousser l’UE-3 et le Japon à condamner explicitement la Chine dans le communiqué final au sujet des « preuves » absolument bidons de l’existence de camps de concentration au Xinjiang. Contrairement aux accusations politisées de « crimes contre l’humanité », la meilleure analyse de ce qui se passe réellement au Xinjiang a été publiée par le collectif Qiao.

L’Allemagne, la France et l’Italie – le Japon se faisant presque invisible – ont au moins montré un peu de cran. Internet a été coupé dans la salle pendant ce très dur « dialogue ». Vous parlez de réalisme – une vraie représentation des « leaders » vociférant à l’intérieur d’une bulle.

La dispute a essentiellement opposé Biden – en fait ses manipulateurs – à Macron, qui a insisté pour que l’UE-3 ne soit pas entraînée dans la logique d’une guerre froide 2.0. Un point sur lequel Merkel et Mario « Goldman Sachs » Draghi ne pouvaient qu’être d’accord.

Finalement, la table divisée du G7 a choisi de se mettre d’accord sur une « initiative » intitulée « Build Back Better World » – ou B3W – pour contrer l’initiative chinoise des Nouvelles Routes de la Soie.

Reset ou sinon…

La Maison Blanche, comme on pouvait s’y attendre, a devancé le communiqué final du G7. Une déclaration retirée ultérieurement de son site web pour être remplacée par le communiqué officiel, assure que « les États-Unis et leurs partenaires du G7 restent profondément préoccupés par l’utilisation de toutes les formes de travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, y compris le travail forcé, parrainé par l’État, de groupes et minorités vulnérables dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie solaire et de l’habillement – les principales chaînes d’approvisionnement concernées étant au Xinjiang ».

« Le travail forcé » est le nouveau mantra qui relie aisément la diabolisation conjointe du Xinjiang et des Routes de la soie. Le Xinjiang est la plaque tournante cruciale qui relie les Routes de la soie à l’Asie centrale et au-delà. Le nouveau mantra du « travail forcé » ouvre la voie à l’entrée de B3W dans l’arène en tant que « paquet » venant « sauver » les droits de l’homme.

Nous avons ici un G7 bienveillant qui « offre » au monde en développement un vague plan d’infrastructure qui reflète ses « valeurs », ses « normes élevées » et sa façon de faire des affaires, contrairement au manque de transparence, aux pratiques de travail et environnementales horribles et aux méthodes de coercition qui sont la marque de fabrique du péril jaune.

Traduction : près de 8 ans après l’annonce des Nouvelles routes de la soie par le président Xi, après avoir été ignorées et/ou diabolisées 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, le Sud est censé s’émerveiller devant une vague « initiative » financée par des intérêts occidentaux privés dont la priorité est le profit à court terme.

Comme si le Sud allait se laisser prendre à ce gouffre à dettes remixé du FMI et de la Banque mondiale. Comme si « l’Occident » avait la vision, l’attrait, la portée et les fonds nécessaires pour faire de ce projet une véritable « alternative ».

Il n’y a aucun détail sur le fonctionnement de ce B3W, ses priorités et la provenance des capitaux. Les idéalisateurs du B3W feraient mieux d’apprendre des Routes de la soie elles-mêmes, via le professeur Wang Yiwei.

L’initiative B3W n’a rien à voir avec une stratégie de commerce et de développement durable destinée aux pays du Sud. Il s’agit d’une carotte illusoire que l’on fait miroiter à ceux qui sont assez fous pour croire à la notion d’un monde divisé entre « nos valeurs » et les « autocraties ».

Nous en revenons toujours au même thème : armé de l’arrogance de l’ignorance, l’« Occident » montre son incapacité à comprendre les valeurs chinoises. Le biais de confirmation s’applique. D’où la vision d’une Chine comme « menace pour l’Occident ».

Nous sommes des bâtisseurs de choix

Plus inquiétant encore, B3W est un bras du Grand Reset.

Pour l’approfondir, rien de mieux que d’examiner Building a Better World For All, de Mark Carney.

Carney occupe une position unique : ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre, envoyé spécial de l’ONU pour l’action climatique et les finances, conseiller du Premier ministre Boris « Global Britain » Johnson et du Premier ministre canadien Justin Trudeau, et administrateur du Forum économique mondial (WEF).

Traduction : un idéologue majeur du Grand Reset, du New Green Deal et du B3W.

Son livre – qui devrait être lu en tandem avec l’opus de Herr Schwab sur la Covid-19 – prêche un contrôle total des libertés individuelles ainsi qu’une remise à zéro des financements de l’industrie et des entreprises. Carney et Schwab considèrent la Covid-19 comme l’« opportunité » parfaite pour cette remise à zéro, dont l’aspect bénin et altruiste met l’accent sur une simple « régulation » du climat, des affaires et des relations sociales.

Ce Brave New Woke World qui vous est présenté par une alliance de technocrates et de banquiers – du World Economic Forum et l’ONU aux manipulateurs de l’hologramme « Biden » – semblait jusqu’à récemment avoir le vent en poupe. Mais des signes à l’horizon révèlent que c’est loin d’être une affaire réglée.

Les propos tenus par Tony Blair, l’un des piliers de B3W, en janvier dernier, sont révélateurs : « Plus tôt nous le comprendrons et plus tôt nous commencerons à mettre en place les décisions [nécessaires pour avoir] un impact profond dans les années à venir, mieux ce sera. »

Blair, dans un lapsus freudien, non seulement dévoile le jeu (« impact profond dans les années à venir », « monde nouveau ») mais révèle également son exaspération : les moutons ne sont pas rassemblés aussi vite que nécessaire.

Tony sait qu’il y a toujours la bonne vieille punition : si vous refusez le vaccin, vous devez rester enfermé.

BBW est le logo d’une boite de production de films porno. Le B3W pourrait finalement se révéler n’être qu’un porno social toxique.

Par Pepe Escobar – Le 14 juin 2021 – Source The Saker’s Blog

Via le Saker Francophone

Voyez la suite

ARNAQUES

_

Publié

le

Un milliard de dollars c’est quoi ?
Le salaire moyen en France, en 2020, est de 2547 Euros, soit 3082 Dollars US. Donc, UN milliard représente 1000.000.000/3082 = 324.465 salaires mensuels, soit 27039 salaires annuels, ou bien 27 millénaires de salaire moyen. Il y a de 27000 ans: les Néandertaliens disparaissent progressivement d’Europe et d’Asie au profit de l’Homme moderne. H.G.

Covid-19

Un an après la détection du premier cas de Covid-19 à Wuhan, les progrès en matière de santé marquent peut-être le début d’une nouvelle ère. La  pandémie a déjà tué plus de 1,7 million de personnes. En 2020, de nouveaux milliardaires ont émergé, leur fortune propulsée par une hausse des marchés boursiers.Au total, Forbes a trouvé 50 nouveaux milliardaires dans le secteur de la santé en 2020. Les nouveaux milliardaires les plus remarquables de l’année sont les scientifiques à l’origine des deux “vaccins” contre le coronavirus – l’un mis au point par Pfizer et la société allemande de biotechnologie BioNTech, l’autre par la société Moderna, basée dans le Massachusetts – qui ont vu leurs avoirs nets monter en flèche depuis janvier : Uğur Şahin et Stéphane Bancel.
Pratiquement inconnus au début de l’année 2020, ces deux hommes sont aujourd’hui milliardaires. Le PDG de BioNTech Uğur Şahin, qui a cofondé l’entreprise avec Özlem Türeci, son épouse et le médecin-chef de l’entreprise, possède aujourd’hui une fortune de 4,2 milliards de dollars (plus de 3,3 milliards d’euros) ; son homologue français chez Moderna, Stéphane Bancel, a une fortune presque égale, dépassant légèrement les 3,3 milliards d’euros également. L’ascension fulgurante de Moderna a également entraîné l’arrivée de deux autres milliardaires parmi ses premiers investisseurs, le professeur Timothy Springer de Harvard et le scientifique Robert Langer du MIT. Ces vaccins nécessiteront des milliards de flacons en verre pour être transportés en toute sécurité – entrez dans le monde de l’Italien Sergio Stevanato, nouveau milliardaire et actionnaire majoritaire du groupe privé Stevanato, qui fabrique des flacons en verre pour plusieurs dizaines de projets de vaccins dans le monde.
Il ne s’agit pas seulement de vaccins : les entreprises qui développent des traitements à base d’anticorps et des médicaments pour aider les médecins à combattre le virus ont également bénéficié de la frénésie du marché. Carl Hansen, PDG de la société canadienne de biotechnologie AbCellera, a aujourd’hui une fortune élevée à 2,9 milliards de dollars (2,4 milliards d’euros) suite à l’entrée en bourse de sa société le 11 décembre, soutenue par la Food and Drug Administration, le mois dernier, pour son traitement à base d’anticorps développé avec le géant pharmaceutique Eli Lilly. Même les sociétés qui travaillent dans l’ombre pour aider les grandes entreprises à tester de nouveaux médicaments et appareils ont vu le cours de leurs actions atteindre de nouveaux sommets. August Troendle, fondateur et PDG de Medpace, société de recherche sous contrat basée à Cincinnati, voit désormais sa fortune s’élever à 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) grâce à une hausse de près de 70 % des actions de la société depuis le début de l’année.
Les nouveaux magnats sont originaires de 11 pays différents, mais la majorité d’entre eux vivent en Chine, l’épicentre de la Covid-19, qui accueille aujourd’hui une trentaine de nouveaux milliardaires du secteur de la santé, dont le principal est Hu Kun, le président du fabricant d’équipements médicaux Contec Medical Systems, qui est entré en bourse à Shenzhen en août. Les actions de la société ont augmenté de près de 150 % depuis son introduction en bourse, grâce aux fortes ventes à l’étranger de produits allant des oxymètres de pouls aux appareils pulmonaires, tous devenus plus nécessaires avec la propagation de la Covid-19 dans le monde entier.
Voici les 10 nouveaux milliardaires les plus remarquables en lien avec la lutte contre la pandémie, suivis par les 40 autres milliardaires de la santé qui ont fait leur apparition en 2020 :
Uğur ŞahinUğur Şahin. DPA/Picture Alliance via Getty Images

Valeur nette : 4,2 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros)
Nationalité : allemande
Source de richesse : BioNTech
Ce médecin d’origine turque a fondé BioNTech à Mayence en 2008 avec son épouse, Özlem Türeci, qui est la directrice médicale de la société. Uğur Şahin détient environ 17% des actions de la société. Les actions de BioNTech ont augmenté de 160% depuis janvier grâce au succès de son vaccin contre la Covid-19, développé en partenariat avec Pfizer, déclaré par la FDA américaine comme étant efficace à 95%. Les premières doses ont été mises en circulation au Royaume-Uni le 8 décembre et aux États-Unis le 14 décembre, d’autres doses étant réservées à l’Union européenne, au Japon et au Canada, entre autres. Avant de lancer BioNTech, Uğur Şahin et son épouse ont fondé la société biopharmaceutique Ganymed Pharmaceuticals en 2001, qu’ils ont vendue à la société japonaise Astellas Pharma pour environ 460 millions de dollars (373 millions d’euros) en 2016.

Stéphane Bancel

Covid-19

Stéphane Bancel. Getty Images

Valeur nette : 4,1 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros)
Nationalité : française
Source de richesse : Moderna
La français Stéphane Bancel est devenu PDG de la société Moderna, basée dans le Massachusetts, en 2011, après avoir quitté son précédent poste de PDG de la société française de diagnostic BioMérieux. Il détient actuellement environ 6 % de Moderna, contre environ 9 % lorsqu’il est devenu milliardaire en mars, après avoir vendu plus d’un million d’actions, le titre de la société ayant augmenté de plus de 550 % depuis le début de l’année. Le 18 décembre, le vaccin Covid-19 de Moderna, avec une efficacité à 95 %, a été le deuxième à être approuvé par les autorités de réglementation aux États-Unis après le vaccin Pfizer-BioNTech. Les États-Unis ont commandé 200 millions de doses avec une option pour 300 millions de doses supplémentaires.
Yuan Liping
Valeur nette : 4,1 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros)
Nationalité : canadienne
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Yuan Liping possède 24% de parts de l’un des principaux producteurs de vaccins chinois, Shenzhen Kangtai Biological Products, après son divorce du président (et camarade milliardaire) de la société Du Weimin en juin. La scission a instantanément fait de la résidente de Shenzhen la femme la plus riche du Canada. Les actions de Kangtai ont augmenté de 90 % depuis le début de l’année 2020. Elle a travaillé dans l’entreprise de 2012 à 2015 en tant que manager et directrice et est directrice d’une filiale de Kangtai, Beijing Minhai Biotechnology, depuis mars 2017. Kangtai est le fabricant chinois exclusif du vaccin développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford, avec un accord pour produire 200 millions de doses, mais la société a un passé mouvementé : en 2013, son vaccin contre l’hépatite B a été lié à la mort de 17 nourrissons, mais une enquête gouvernementale n’a pas abouti et les critiques auraient fait pression pour que les articles négatifs soient retirés.
 Hu Kun
Valeur nette : 3,9 milliards de dollars (3,2 milliards d’euros)
Nationalité : chinoise
Source de richesse : Équipement médical
Hu Kun est le président de Contec Medical Systems, un fabricant d’équipements médicaux basé dans la ville portuaire de Qinhuangdao, au nord-est de la Chine. Il a fait entrer la société à la bourse de Shenzhen en août et possède près de la moitié des actions, qui ont augmenté de près de 150 % depuis l’introduction en bourse. La société tire plus de 70 % de ses revenus de l’étranger et fabrique une gamme de produits médicaux pour les hôpitaux, notamment des nébuliseurs, des stéthoscopes et des tensiomètres.
Carl Hansen
Valeur nette : 2,9 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros)
Nationalité : canadienne
Source de richesse : AbCellera
Carl Hansen est le PDG et le cofondateur d’AbCellera, une entreprise de biotechnologie basée à Vancouver qui utilise l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour identifier les traitements par anticorps les plus prometteurs. Il a fondé la société en 2012. Jusqu’en 2019, il a également travaillé comme professeur à l’université de Colombie-Britannique, mais s’est consacré à plein temps à AbCellera. Cette décision semble avoir porté ses fruits, et les 23 % de parts détenues par Carl Hansen lui ont valu une place dans le club des milliardaires après l’introduction réussie d’AbCellera au Nasdaq le 11 décembre. Le gouvernement américain a commandé 300 000 doses de bamlanivimab, un anticorps qu’AbCellera a découvert en partenariat avec Eli Lilly et qui a reçu l’approbation de la FDA comme traitement Covid-19 en novembre.

 Timothy Springer

Covid-19

Timothy Springer. © 2018 BLOOMBERG FINANCE LPValeur nette : 2 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros)
Nationalité : américaine
Source de richesse : Moderna
Immunologiste et professeur de chimie biologique et de pharmacologie moléculaire à l’université de Harvard, Timothy Springer a été l’un des investisseurs fondateurs de Moderna en 2010 lorsqu’il a investi environ 5 millions de dollars dans la jeune entreprise. Aujourd’hui, une décennie plus tard, sa participation de 3,5 % vaut environ 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros). Il est un investisseur actif dans la biotechnologie, avec de petites participations dans les sociétés cotées en bourse Scholar Rock et Morphic Therapeutic, qui sont nées de ses recherches avec des étudiants postdoctoraux de son laboratoire à Harvard. Il a gagné son premier gros salaire en 1999 lorsqu’il a vendu LeukoSite, une entreprise de biotechnologie qu’il a fondée en 1993 et qui est entrée en bourse cinq ans plus tard, à Millennium Therapeutics pour 635 millions de dollars (516 millions d’euros). 
Sergio Stevanato
Valeur nette : 1,8 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros)
Nationalité : italienne
Source de richesse : Emballages médicaux
Sergio Stevanato est le président de la société italienne d’emballage médical Stevanato Group, le deuxième producteur mondial de flacons en verre et un fournisseur important de flacons pour plus de quarante vaccins Covid-19. Fondée dans la banlieue de Venise en 1949 par Giovanni, le père de Sergio, la société est aujourd’hui dirigée par les enfants de Sergio, Franco et Marco, qui en sont respectivement le PDG et le vice-président. La société, dont le chiffre d’affaires s’élève à 700 millions de dollars (567 millions d’euros), est également le plus grand producteur mondial de stylos à insuline et fabrique des machines qui permettent de fabriquer, de stériliser et d’emballer des milliards de flacons, seringues et autres produits en verre. En juin, Sergio Stevanato a signé un accord avec la Coalition pour la préparation aux épidémies et les innovations, soutenue par la Fondation Gates, pour fournir 100 millions de flacons pour neuf vaccins Covid-19 différents. Depuis lors, la société a conclu des accords supplémentaires avec plusieurs autres fabricants de vaccins qu’elle ne peut pas divulguer publiquement.

Robert LangerRobert Langer. 

Valeur nette : 1,5 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros)
Nationalité : américaine
 Source de richesse : Moderna
Connu sous le nom de « Edison of Medicine » pour son travail de pionnier dans le domaine du génie biomédical, Langer est professeur de génie chimique au Massachusetts Institute of Technology. Il a été l’un des investisseurs fondateurs de Moderna en 2010 et n’a jamais vendu une seule action ; ses 3 % de parts valent aujourd’hui environ 1,5 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros). Il détient des participations plus modestes dans les start-ups biotechnologiques cotées en bourse SQZ Biotechnologies et Frequency Therapeutics, toutes deux fondées par des étudiants postdoctoraux de son laboratoire, et il détient plus de 1 400 brevets qui ont été licenciés plus de 400 fois à des entreprises pharmaceutiques et médicales.
Premchand Godha
Valeur nette : 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros)
Nationalité : indienne
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Premchand Godha a commencé comme comptable agréé avant d’entrer dans le secteur pharmaceutique en 1975, lorsqu’il a racheté le fabricant de médicaments Ipca Labs, basé à Mumbai, en partenariat avec la famille de la superstar de Bollywood Amitabh Bachchan. La société, qui fabrique des médicaments génériques et des ingrédients pharmaceutiques, a vu son cours de bourse presque doubler cette année, en partie en raison de l’augmentation de la production et des ventes de l’hydroxychloroquine, un médicament antipaludique controversé, qui a été présenté comme un remède potentiel au début de la pandémie avant que son utilisation ne soit découragée par l’Organisation mondiale de la santé pour son faible effet sur la réduction de la mortalité due à la Covid-19.
Août Troendle
Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)
Nationalité : américaine
Source de richesse : Services pharmaceutiques
Août Troendle est le PDG et le fondateur de la société Medpace, basée à Cincinnati, qui réalise des travaux sous contrat et des essais cliniques pour des entreprises pharmaceutiques développant des médicaments et des dispositifs médicaux. Avant de fonder Medpace en 1992 et de la rendre publique en 2016, ce médecin formé à l’université du Maryland a travaillé au développement clinique du géant pharmaceutique suisse Novartis et comme médecin examinateur à la FDA. Les laboratoires de Medpace offrent toute une gamme de services pharmaceutiques, allant de la réalisation de tests par écouvillonnage et de tests d’anticorps pour la Covid-19 pour des cliniques externes à la réalisation d’essais cliniques complexes pour des fabricants de médicaments travaillant sur de nouveaux vaccins et traitements. Forbes estime que ce milliardaire, qui possède environ 21 % des actions de Medpace, possède aujourd’hui une fortune d’environ 1,3 milliard de dollars (un peu plus d’1 milliard d’euros), ce qui fait de lui le dernier entrepreneur du secteur de la santé à rejoindre le club des milliardaires en 2020.
Li Juanquan & sa famille
Valeur nette : 7,9 milliards de dollars (6,4 milliards d’euros)
Nationalité : chinoise
Source de richesse : Produits chirurgicaux
Jian Jun
Valeur nette : 4,4 milliards de dollars (3,5 milliards d’euros)
Nationalité : chinoise
Source de richesse : Biotech
Ye Xiaoping
Valeur nette : 4,2 milliards de dollars (3,4 milliards d’euros)
Nationalité : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Hao Hong
Valeur nette : 3,4 milliards de dollars (2,7 milliards d’euros)
Nationalité : américaine
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Jin Lei
Valeur nette : 3,2 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros)
Nationalité : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Liu Fangyi
Valeur nette : 3,2 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros)
Nationalité : chinoise
Source de richesse : Équipement médical
 Lv Jianming
Valeur nette : 3,1 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros)
Nationalité : chinoise
Source de richesse : Équipement médical
Gan Zhongru
Valeur nette : 2,8 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Weng Xianding
Valeur nette : 2,8 milliards de dollars (2,3 milliards d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Dispositifs médicaux
Chen Xiao Ying
Valeur nette : 2,7 milliards de dollars (2,2 milliards d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Informations sur la santé
Xie Juhua et sa famille
Valeur nette : 2,6 milliards de dollars (2,1 milliards d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Dai Lizhong
Valeur nette : 2,5 milliards de dollars (2 milliards d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Tests médicaux
Miao Yongjun
Valeur nette : 2,5 milliards de dollars (2 milliards d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Diagnostic clinique
Hu Gengxi & sa famille
Valeur nette : 2,3 milliards de dollars (1,9 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Biopharma
Li Zhibiao
Valeur nette : 2,3 milliards de dollars (1,9 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits de soins personnels
Lin Zhixiong & sa famille
Valeur nette : 2,1 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Dispositifs médicaux
Alberto Siccardi & sa famille
Valeur nette : 2,1 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros)
Citoyenneté : suisse
Source de richesse : Dispositifs médicaux
Gao Yi & sa famille
Valeur nette : 2 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Lin Zhijun
Valeur nette : 2 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Dispositifs médicaux
Xie Liangzhi & sa famille
Valeur nette : 2 milliards de dollars (1,6 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Biotech
Chen Baohua
Valeur nette : 1,8 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Zhu Yiwen & sa famille
Valeur nette : 1,8 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Services de santé
Li Wenmei & sa famille
Valeur nette : 1,7 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Équipement médical
Lin Jie & sa famille
Valeur nette : 1,7 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Liu Xiucai & sa famille
Valeur nette : 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros)
Citoyenneté : américaine
Source de richesse : Produits chimiques
Pu Zhongjie & sa famille
Valeur nette : 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Équipement médical
Rao Wei & sa famille
Valeur nette : 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Ren Jinsheng & sa famille
Valeur nette : 1,6 milliard de dollars (1,3 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Xiong Jun & sa famille
Valeur nette : 1,5 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Yi Xianzhong & sa famille
Valeur nette : 1,5 milliard de dollars (1,2 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Felix Baker
Valeur nette : 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros)
Citoyenneté : américaine
Source de richesse : Investissements dans les biotechnologies
Julian Baker
Valeur nette : 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros)
Citoyenneté : américaine
Source de richesse : Investissements dans les biotechnologies
Rajendra Agarwal
Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)  
Citoyenneté : indienne
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Banwarilal Bawri
Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)
Citoyenneté : indienne
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Girdharilal Bawri
Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)
Citoyenneté : indienne
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Benedicte Find
Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)
Citoyenneté : danoise
Source de richesse : Dispositifs médicaux
Alan Miller & sa famille
Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)
Citoyenneté : américaine
Source de richesse : Services de santé
Zhong Ming & sa famille
Valeur nette : 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Instruments médicaux
Yuan Jiandong & sa famille
Valeur nette : 1,1 milliard de dollars (900 millions d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques
Fan Minhua
Valeur nette : 1,1 milliard de dollars (900 millions d’euros)
Citoyenneté : chinoise
Source de richesse : Produits pharmaceutiques

Source : Forbes

VOIR AUSSI :
–  16 octobre 2020: Grâce à Covid-19, la richesse combinée des milliardaires a atteint un record de 10,2 billions de dollars 
–  1 janvier 2021: Le Jackpot du PDG de Pfizer de 5,6 millions de dollars le jour de l’annonce de « l’efficacité de son vaccin » 
–  12 janvier 2021: PANDEMIE – 50 médecins, scientifiques et entrepreneurs deviennent milliardaires en pleine “épidémie” de Covid
–  13 février 2021: Le complot des multimilliardaires 
–  23 avril 2021: Un conglomérat pharmaceutique au casier judiciaire chargé: Pfizer «s’empare» du marché européen des vaccins, soit 1,8 milliard de doses. 
–  18 mai 2021: Le «boom des milliardaires» : doublement de leur richesse qui atteint 13 billions de dollars

Hannibal GENSÉRICEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

3 commentaires:

  1. Paul Louis14 juin 2021 à 21:26Leurs milliard ne pourront jamais les rendre beauxRépondreRéponses
    1. Unknown16 juin 2021 à 00:58Ni immortels
  2. NOF16 juin 2021 à 01:20Partager au maximum pour que les gens soient au courant de cette vérité catastrophique. Répondre

Voyez la suite

Ma biographie

Votre Catalogue

Abonnez-vous à votre newsletter

GRATUITEMENT recevez
CLUB DEFI tous les Jours

Tendance