La barbarie des racailles ne permet aucune explication rationnelle car elle échappe complètement à toute forme d’intelligence… même l’animal si cruel justifie sa tuerie pour se nourrir…

Spread the love

Nous sommes face à une communauté totalement dirigée vers la sauvagerie pour des raisons psychiatriques qui échappent au rationnel. Toute fois à la base, se mêlent le complexe d’infériorité et l’incapacité à se rendre utile… tout simplement à travailler ! Cette mission contre nature, pour laquelle l’être évolué doit lutter en se débarrassant de sa paresse naturelle. L’injustice des salaires trop bas contribue à ce dérèglement social organisé par la mafia juive qui prône le paupérisme… riche à milliards la mafia entretient la misère matérielle alors qu’elle fait sa richesse ! C’est schizophrène au dépend du blanc qui n’y peut rien.

Catégories Insécurité

Début du procès de Mohamed et Bilal, accusés d’avoir lynché et brûlé Fabien Lherbier pour « un regard » – DR Mohamed A. et Bilal B. sont accusés d’avoir gratuitement (mais pas vraiment « au hasard », on s’en doute) tabassé Fabien Lherbier, père de famille français, puis de lui avoir roulé dessus avec leur voiture, avant de le mettre dans leur coffre et de l’emmener plus loin, de le déshabiller, de l’arroser d’essence et de le faire brûler. Fabien a survécu de justesse mais, « traumatisé crânien, [il] mettra des années à reparler et à récupérer quelques souvenirs. » Les lois de la république nous empêchent de commenter davantage ce « fait divers » comparable à des milliers d’autres qui se produisent en France, bizarrement, depuis quelques décennies. Mais on peut remercier les politiciens de gauche et de « droite » et ceux qui ont voté pour eux… « […] à l’arrivée des pompiers, ce 28 mai 2015 près de Phalempin (Nord), cette terrible vision : à quelques mètres d’une voiture en flammes, un bras qui se lève et retombe, le son d’un râle, le corps nu et brûlé, aspergé d’essence, d’un homme au visage gonflé et aux yeux fermés. Ce corps meurtri, vite identifié par les enquêteurs, est celui de Fabien Lherbier, 41 ans. Son pronostic vital est engagé. A l’aube, ce grutier père de trois enfants a pour habitude d’aller faire un footing. Parfois, les chiens s’étant échappés du domicile familial, à Libercourt (Pas-de-Calais), il part à leur recherche. Sa femme a prévenu la police municipale : son époux n’est pas rentré. Et pour cause… Sur son chemin, l’ouvrier a croisé la route de ceux qui ont fait basculer à jamais sa vie et celle de ses proches. A l’origine du déferlement de violence dont Fabien Lherbier a été victime et dont il souffre chaque jour les lourdes séquelles, il n’y aurait, selon un informateur ayant confirmé les éléments d’une lettre anonyme qui orientait vers ses agresseurs présumés, qu’un « mauvais regard ». […] » (source Le Parisien)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*