L’ inventeur de vaccin Covid ARNm déclare: « plus on vaccine, plus il y a de malades » ». Les statistiques israéliennes le confirment

Le Dr Robert Malone, un pionnier dans le domaine des vaccins à ARNm, a partagé vendredi un fil Twitter viral qui expose une tendance inquiétante ; les pays les plus vaccinés au monde connaissent une augmentation des cas de COVID-19, tandis que les pays les moins vaccinés n’ont pas cette augmentation.

Par exemple :  En Israël, les vaccinés s’infectent à un rythme croissant et, en tant que tels, propagent le virus plutôt que de l’arrêter. Nous avons également de bonnes raisons de croire que le reste du monde occidental connaîtra un schéma similaire, car il a suivi la doctrine vaccinale israélienne.L’inventeur du vaccin à ARN messager, le Dr Robert Malone, s’entretient avec l’avocat Reiner Fuellmich suivi du Dr Gary Sidley psychologue :Vidéo.

« Cela m’inquiète un peu« , a tweeté Malone, 
intégrant le long fil rédigé par l’utilisateur de 
Twitter @holmenkollin (Corona Realism) via l’application « lecteur de fil ».

Voici ce qui inquiète Malone :

Robert W Malone, MD@RWMaloneMDthis is worrying me quite a bit. 

https://i0.wp.com/www.algora.com/Algora_blog/wp-content/uploads/2021/07/image-1.jpg?ssl=1

Source : https://www.algora.com/Algora_blog/
——————————————————————–

Israël. « Environ 85 % des nouvelles infections à COVID Delta en Israël sont entièrement vaccinées. » annonce du ministère israélien de la Santé, le 6 juillet

Ce sont les vaccinés qui sont le plus susceptibles d’être hospitalisés et de développer une maladie grave. Si Israël était une « expérience mondiale », comme Benjamin Netanyahou l’a présenté à un moment donné, cette expérience est maintenant en train de tourner au désastre (au moins pour les vaccinés).

Le 9 juillet, nous avons appris que Pfizer prévoyait de demander aux régulateurs américains et européens d’autoriser une dose de rappel urgente de son vaccin COVID-19, « sur la base de preuves d’un risque accru d’infection six mois après l’inoculation et la propagation de la variante Delta hautement contagieuse. « 

Le même jour, nous avons également appris que la FDA et le CDC n’étaient pas très enthousiastes à cette idée. Dans une déclaration commune, les deux institutions ont annoncé que « les Américains qui ont été complètement vaccinés n’ont pas besoin d’un rappel COVID-19 pour le moment« .

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a également déclaré qu' »il était trop tôt pour déterminer si plus que les deux injections actuellement requises seraient nécessaires, affirmant qu’elle était convaincue pour l’instant que le schéma thérapeutique établi était suffisant ».

Il a été révélé plus tard dans la journée que la demande de rappel d’urgence de Pfizer avait été lancée à la suite de données catastrophiques en provenance d’Israël.À la recherche d’un indice dans des sources médiatiques hébraïques, je suis tombé sur une révélation spectaculaire datée du 6 juillet qui montrait qu’environ 85% des personnes avec ces nouvelles infections à COVID Delta en Israël étaient entièrement vaccinées.

Les données ci-dessus suggèrent que, bien que dans le groupe d’âge le plus jeune (20-29 ans), les vaccinés étaient surreprésentés par un facteur de 2,3 (plus que le double) parmi les cas d’infection au COVID. Dans une partie de la tranche d’âge supérieure (50-59 par exemple), les vaccinés étaient surreprésentés encore plus de 15 fois. Nous devons tenir compte du fait qu’en Israël, la plupart des personnes âgées sont entièrement vaccinées. Et pourtant, puisqu’en Israël seulement 57% de la population est complètement vaccinée, on pourrait s’attendre à ce que le solde entre les cas Delta en Israël soit partagé par un taux qui ne dépasse pas un rapport de 6 à 4 entre les vaccinés et les non vaccinés. Ce n’est clairement pas le cas. En moyenne, selon les données ci-dessus, les vaccinés sont plus susceptibles d’attraper le delta dans un rapport de 5 à 1 en moyenne.

Étant légèrement méfiant à l’égard des données ci-dessus et de leur origine, j’ai demandé à mes partenaires israéliens de retracer un document officiel du gouvernement qui pourrait confirmer les chiffres ci-dessus. En quelques minutes, l’annonce du ministère israélien de la Santé le 6 juillet a fait surface dans ma boîte de réception et elle valide la conclusion ci-dessus.L’information la plus significative est produite par le tableau suivant.

L’étude ci-dessus révèle qu’en février 2020 (du 31/1 au 27/2), les non vaccinés dominaient les cas de COVID par un ratio de 20 à 1, six mois plus tard en juin 2020 (du 6/6 au 3/7), ce sont en fait les vaccinés qui sont susceptibles d’être infectés par un ratio de 5 à 1. Ce sont les vaccinés qui développent des symptômes dans un rapport de 5 à 1. Ce sont les vaccinés qui sont le plus susceptibles d’être hospitalisés et de développer une maladie grave. Si Israël était une « expérience mondiale », comme Benjamin Netanyahou l’a présenté à un moment donné, cette expérience est maintenant en train de tourner au désastre (au moins pour les vaccinés). En Israël, les vaccinés s’infectent à un rythme croissant et, en tant que tels, propagent le virus plutôt que de l’arrêter. Nous avons également de bonnes raisons de croire que le reste du monde occidental sera témoin d’un schéma similaire à celui qui a suivi la doctrine vaccinale israélienne.

Les gens aiment jouer avec les statistiques et tirer les conclusions qui leur conviennent. Si seulement 11 des 1271 cas vaccinés développent une maladie grave, nous avons affaire à un peu moins de 1 % des vaccinés développant une maladie grave. Dans le même temps, plus de 2 % des personnes non vaccinées développent une maladie grave. Pourtant, étant donné que les cas Delta sont 5 fois plus fréquents parmi les vaccinés au fil du temps, je peux suggérer que nous sommes confrontés à un éventuel désastre émergent en ce qui concerne les vaccinés Pfizer.

Je suppose que les scientifiques de Pfizer comprennent très bien tout cela et c’est pourquoi ils ont demandé une approbation immédiate pour un nouveau  rappel vaccinal.

par Gilad Atzmon via unz.com 

Israël : les vaccinés sont beaucoup plus touchés que les non vaccinés !

Posted: 16 Jul 2021 

Chiffres envoyés par des professionnels de la santé sur place et qui démontrent qu’il y a tout un monde entre la propagande et la réalité.

Voir aussi
–  Données officielles : DEUX FOIS plus de personnes sont décédées à cause des vaccins Covid-19 en 6 mois que de personnes décédées de Covid-19 en 15 mois
–  ALERTE : les vaccins à ARNm « tueront la plupart des gens » par insuffisance cardiaque, 62 % des personnes vaccinées présentent des caillots sanguins microscopiques
–  USA. Selon les statistiques officielles, les vaccins Covid-19 tuent 78 fois plus que les vaccins standards
–  Covid-Arnaque. Des « vaccins » au nano-graphène super magnétique, pour l’Intelligence artificielle et l’Internet des corps
–  Bio-arme Covid. Des brevets, concernant le coronavirus SARS-CoV-2, ont été déposés en Amérique depuis 2002 

Hannibal GENSÉRICEnvoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

2 commentaires:

  1. Vercingetorige18 juillet 2021 à 12:37Anthropologist Says, All Vaccinated People Will Die Within Two Years! 3.16 Billion Dead!  bitchute.com/video/SFz67xuzCsD0/

    ANTROPOLOGUE DIT: TOUS LES VACCINES MOURRONT DANS LES PROCHAINES DEUX ANNEES. 3,16 MILLIARDS DE VICTIMES. RépondreRéponses
    1. Mr Reynard19 juillet 2021 à 00:22Comme il est écrit dans la pierre, au Georgia Guide-Stones 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*