Julian Assange, de WikiLeaks, se meurt lentement dans une prison britannique, tandis que les États-Unis poursuivent leur combat pour le faire mourir dans une des leurs – mais il y a de l’espoir.

Spread the love

Julian Assange, de WikiLeaks, se meurt lentement dans une prison britannique, tandis que les États-Unis poursuivent leur combat pour le faire mourir dans une des leurs – mais il y a de l’espoir.


« Le but est la justice, la méthode est la transparence. Il est important de ne pas confondre le but et la méthode. »
Julian Assange

Une foule de journalistes et de manifestants munis de pancartes se presse devant le tribunal d’instance de Westminster. Il est un peu moins de 11 heures le matin du 4 janvier 2021 ; des masques faciaux contre un virus invisible, des blousons et des bonnets en laine contre le froid hivernal de Londres. L’accès à la salle d’audience a été fortement restreint, et pour ceux qui sont rassemblés ici, les seuls indices de ce qui s’est passé à l’intérieur proviennent de la poignée de journalistes qui regardent un lien vidéo et suivent les débats en direct. Et maintenant, le rebondissement.

« Oh Mon Dieu« , tweete la journaliste australienne Mary Kostakidis. « Pas d’extradition. »

Peu après, contre toute attente, Stella Moris émerge de la salle d’audience pour affronter la tempête médiatique avec un soupçon de sourire. « S’il vous plaît, soyez indulgents avec moi parce que j’ai dû réécrire mon discours« , dit-elle au groupe de presse. Les avocats représentant son fiancé, l’éditeur australien Julian Assange, viennent de faire échouer une tentative d’extradition de ce dernier de la prison de Belmarsh, à Londres, vers les États-Unis, où il est accusé en vertu de la loi sur l’espionnage. Le ministère américain de la justice cherche à le faire emprisonner pendant 175 ans.

Le jugement choc fait la une des journaux télévisés dans le monde entier.

« J’avais espéré qu’aujourd’hui serait le jour où Julian rentrerait à la maison« , dit Moris. « Aujourd’hui n’est pas ce jour. Mais ce jour viendra bientôt. Tant que Julian devra endurer la souffrance et l’isolement en tant que prisonnier non condamné dans la prison de Belmarsh, et tant que nos enfants continueront d’être privés de l’amour et de l’affection de leur père, nous ne pourrons pas célébrer. Nous fêterons le jour où il rentrera à la maison« .

Le jugement ressemble a un coup de frein qui pourrait bien mettre un terme à ce marathon tortueux. « La victoire d’aujourd’hui est le premier pas vers la justice dans cette affaire« , dit Moris.

Jennifer Robinson fait partie de l’équipe juridique d’Assange depuis les débuts enivrants de 2010, et pensait avoir tout vu. « Le jugement est la bonne issue, mais pour toutes les mauvaises raisons. C’est terrifiant, parce que [le magistrat] est d’accord avec les procureurs américains sur chaque point concernant la liberté d’expression et la capacité de poursuivre et d’extrader les journalistes« , me dit-elle. « Cela signifie que n’importe quel gouvernement, partout dans le monde, peut chercher à poursuivre et à extrader un journaliste basé en Grande-Bretagne ou un citoyen britannique qui a publié la vérité. »

Dans une étonnante capitulation devant les procureurs américains, le tribunal a convenu que, bien que la plupart des publications aient eu lieu alors qu’Assange se trouvait au Royaume-Uni et en Europe, « la faute dans cette affaire a été commise aux États-Unis parce que la publication des documents a causé un préjudice aux intérêts des États-Unis« .

« S’asseoir dans la salle d’audience et écouter le juge accepter les motifs américains était difficile« , me dit Moris des mois après s’être adressé à la presse à l’extérieur du tribunal. « Je m’étais préparé au pire, mais mon instinct me disait que les États-Unis ne pouvaient pas s’en sortir avec cette mascarade. Alors, quand la dernière partie du jugement a été lue, ce fut un incroyable soulagement. C’était la première fois qu’il y avait une rupture dans cette trajectoire qui s’était refermée sur lui depuis 10 ans. »

Il s’agit d’un précédent choquant : le jugement a accepté les arguments des procureurs américains selon lesquels le journalisme de sécurité nationale peut être considéré comme une forme d’espionnage, quel que soit le lieu où il est pratiqué, ce qui expose d’autres éditeurs et journalistes à être accusés d’espionnage.

Cette conclusion effrayante comportait un piège : la magistrate a reconnu que le fait d’enterrer des personnes vivantes dans le système pénitentiaire américain pouvait les tuer. « Je suis convaincue que, dans ces conditions difficiles, la santé mentale de M. Assange se détériorerait et qu’il se suiciderait avec la détermination obstinée caractéristique de son autisme… Je conclus que l’état mental de M. Assange est tel qu’il serait préjudiciable de l’extrader vers les États-Unis d’Amérique. »

Préjudiciable. Assurément, la nouvelle administration Biden reviendrait sur la décision de Trump d’engager des poursuites. Pour la première fois de mémoire récente, il y avait un espoir.

C’était en janvier 2010, et le soldat de première classe de l’armée américaine Chelsea Manning a écrit une brève note d’accompagnement initialement destinée au Washington Post. « Ces éléments ont déjà été épurés de toute information permettant d’identifier la source. Il s’agit de l’un des documents les plus importants de notre époque, qui dissipe le brouillard de la guerre et révèle la véritable nature de la guerre asymétrique du XXIe siècle. Passez une bonne journée. »

Ni le Washington Post ni le New York Times n’étaient intéressés. Manning s’est tourné vers un contact dans un forum de discussion crypté. Bien que cela n’ait jamais été prouvé, des documents judiciaires allègueront plus tard qu’elle parlait à Julian Assange, de WikiLeaks.

À l’époque, trois innovations avaient déjà distingué WikiLeaks des autres éditeurs : l’utilisation de boîtes de dépôt cryptées pour protéger l’identité des sources, des partenariats avec des organisations médiatiques établies pour accroître l’audience et la protection institutionnelle, et une préférence pour la publication d’archives entières plutôt que pour la diffusion au compte-gouttes. « On ne peut pas publier un article sur la physique sans l’intégralité des données expérimentales et des résultats ; cela devrait être la norme dans le journalisme« , affirmait Assange.

WikiLeaks publiait des informations confidentielles à grande échelle depuis 2006 : un rapide survol de la chronologie fait apparaître des données telles que « Le pillage du Kenya sous le président Moi » et « Les images de la catastrophe de 1995 au réacteur nucléaire japonais de Monju ». Le véritable acte d’ouverture, celui qui le mettrait sous les projecteurs, est celui que le soldat Manning a fourni.

Une séquence de 2007 montre des hélicoptères Apache américains tirant au canon sur un groupe d’hommes au coin d’une rue de l’est de Bagdad. « Regardez ces salauds morts« , glousse l’un des pilotes. Deux des bâtards morts se révéleront plus tard être le correspondant de guerre de Reuters Namir Noor-Eldeen et son assistant, Saeed Chmagh. Les hélicoptères poursuivent leur lente rotation autour du carnage poussiéreux, avec des bavardages et des échanges radio qui accompagnent le flux vidéo ininterrompu. Peu de temps après, ils détruisent une camionnette qui tentait d’évacuer les blessés. Lorsque les unités terrestres américaines arrivent, on apprend que les tirs de canon ont gravement blessé deux enfants qui se trouvaient dans la camionnette. « C’est de leur faute s’ils ont emmené leurs enfants au combat« , plaisante l’un des membres de l’équipage de l’hélicoptère, tandis que les soldats, à des centaines de mètres en dessous, bouclent la zone et évacuent les enfants blessés vers un hôpital de campagne.

Un jour comme un autre dans le Bagdad occupé.

WikiLeaks a publié la vidéo en avril 2010 au National Press Club de Washington, DC, catapultant les horreurs de l’invasion de l’Irak à la une des journaux. Ils l’ont intitulé « Meurtre collatéral », un clin d’œil à la terminologie militaire anodine qui reclasse les êtres humains hurlant et saignant en « dommages collatéraux » : malheureux et regrettables, mais nécessaires et oubliables.

Tout comme les victimes de ces dommages collatéraux, les soldats américains qui passent en revue les morts et les mourants sont anonymes dans la vidéo, des pixels anonymes se frayant un chemin sur l’écran. L’un d’entre eux, le soldat Ethan McCord, a par la suite cosigné une lettre ouverte de réconciliation et de responsabilité adressée aux familles des morts et, plus largement, au peuple irakien : « … ce qui a été montré dans la vidéo de WikiLeaks ne fait que qu’effleurer les souffrances que nous avons causées… nous savons que les actes décrits dans cette vidéo sont des événements quotidiens de cette guerre : c’est la nature de la façon dont les guerres menées par les États-Unis sont conduites dans cette région« .

Pour ceux d’entre nous qui sont confortablement installés loin du bruit des tirs, l’ampleur de ces événements quotidiens a commencé à apparaître deux mois plus tard lorsque WikiLeaks a publié 91 000 documents classifiés connus sous le nom de « Afghan War Diaries ». Trois mois plus tard, 391 000 documents constituant les stupéfiants Journaux de guerre en Irak ont été publiés. Un mois plus tard, un quart de million de câbles diplomatiques provenant des services les plus reculés du département d’État américain sont mis en ligne : c’est le premier épisode du « Cablegate », une archive qui atteindra finalement près de trois millions de câbles. Avec des détails étonnants, le système nerveux central de la seule superpuissance mondiale était mis à nu.

« Ce qui rend les révélations de communications secrètes puissantes, c’est que nous n’étions pas censés les lire« , écrit Assange. « Les câbles diplomatiques ne sont pas produits dans le but de manipuler le public, mais sont adressés à des membres du reste de l’appareil d’État américain, et sont donc relativement libres de l’influence déformante des relations publiques. »

Désormais en partenariat avec le New York Times et le Washington Post, ainsi qu’avec Le Monde, le Guardian et bien d’autres, WikiLeaks a maintenu un rythme étonnant de révélations fracassantes. Assange a fait la couverture du magazine Time ; il est soudainement devenu l’une des personnes les plus reconnaissables au monde.

Comme des charges explosives déclenchées les unes après les autres, les révélations ont eu des effets profonds. La fiction selon laquelle l’occupation de l’Afghanistan se passait bien a définitivement volé en éclats : « La discussion est devenue : comment sortir de là ? » a déclaré Assange à un public de l’Opéra de Sydney par liaison vidéo en 2013. « C’est une débâcle, un bourbier – comment sortir ?« . La discussion à partir de ce moment-là a vu un changement très important dans la perception de cette guerre. »

Les négociations sur le maintien de l’immunité du personnel américain en Irak se déroulaient tandis que les médias couvraient un câble du département d’État détaillant une frappe aérienne américaine destinée à détruire les preuves du massacre d’une famille irakienne en 2006. « Le Premier ministre Maliki a spécifiquement cité ce document comme raison pour laquelle l’immunité ne pouvait plus être prolongée« , a rappelé Assange à l’audience. « Le Cablegate a donc joué un rôle essentiel pour mettre fin à la guerre en Irak. Peut-être aurait-elle pris fin un peu plus tard, qui sait ? Mais cette année-là, le Cablegate y a mis fin« .

En Tunisie, la vérité sur la collusion du régime avec le gouvernement américain a contribué à attiser un soulèvement qui s’est transformé en printemps arabe. Les détails des dispositions contenues dans les projets secrets du Partenariat Trans-Pacifique ont contribué à galvaniser l’opposition et à faire échouer l’accord. Les communautés de solidarité et de résistance, fortes de la vérité, se sont organisées en autodéfense collective.

On peut dire que la valeur pérenne de ces révélations ne tient pas aux aiguilles dans la botte de foin. La véritable valeur est qu’il existe enfin une cartographie de l’ensemble. « Ce n’est qu’en abordant ce corpus de manière holistique – au-delà de la documentation de chaque abus individuel, de chaque atrocité localisée – que le véritable coût humain de l’empire apparaît au grand jour« , écrit Assange.

À l’exception de la classe politique américaine et de ses mandataires dociles à Canberra, personne ne doutait que ce reportage était dans l’intérêt du public. Fin 2011, lorsque la fondation australienne Walkley a ajouté un prix à la liste croissante des prix internationaux décernés à WikiLeaks, elle a noté « l’engagement courageux et controversé envers les meilleures traditions du journalisme : la justice par la transparence« .

Assange s’est joint à la cérémonie des Walkleys par vidéoconférence depuis Londres et a adopté un ton sombre. « Nos vies ont été menacées, des tentatives ont été faites pour nous censurer, des banques ont tenté de couper notre source de revenus« , a-t-il déclaré à l’assemblée. « Cette forme de censure a été privatisée. Des ennemis puissants tâtent le terrain pour voir jusqu’où ils peuvent aller, pour voir comment ils peuvent abuser du système qu’ils ont intégré pour empêcher tout contrôle« . Son discours lors de cette lointaine soirée de remise de prix a pris par la suite une prescience lugubre. « Eh bien, la réponse est : ils peuvent s’en tirer à trop bon compte. »

En décembre 2012, dans le quartier chic de Knightsbridge, à Londres, j’ai rejoint Julian Assange et une poignée de parents et d’amis à l’ambassade d’Équateur pour un étrange Noël en exil. J’avais rencontré Assange pour la première fois plus d’un an auparavant, dans les derniers mois d’escarmouches juridiques avant que le gouvernement de l’Équateur n’accepte que «  les représailles du ou des pays qui ont produit l’information […] peuvent mettre en danger [sa] sécurité, son intégrité, voire sa vie « . Une longue camionnette blanche remplie d’équipements de surveillance était garée dans la rue à l’extérieur ; j’ai été confronté au contact visuel avec des officiers en uniforme dans le bâtiment adjacent lorsque j’ai tiré les rideaux un instant. Être assis directement dans le champ de vision des agences de renseignement militaire les plus puissantes du monde était une expérience que je commençais à peine à comprendre : pour Assange, son équipe et le personnel de l’ambassade, c’était désormais leur quotidien.

À ce moment-là, nous avions passé un an à essayer d’arracher au gouvernement australien un soupçon d’intérêt en utilisant les divers outils qu’un député du Sénat peut utiliser. Travail médiatique, discours, motions, approches directes des ministres, longues séances nocturnes lors des audiences de la commission des prévisions budgétaires. Le premier ministre Julia Gillard a déclaré le site WikiLeaks « illégal » avant d’être contredit par la police fédérale australienne. Le procureur général Robert McClelland a lancé l’idée de révoquer le passeport d’Assange, jusqu’à ce que le ministre des Affaires étrangères Kevin Rudd écarte cette idée.

C’était un merdier incroyable.

Les messages subséquents du gouvernement ont rapidement tourné autour de deux lignes clés : « Nous sommes convaincus que M. Assange bénéficiera d’un traitement équitable dans toute procédure judiciaire« , et « M. Assange reçoit une assistance consulaire, comme tout citoyen australien en a le droit« . Assistance consulaire – comme s’il s’agissait d’un routard à Bali qui a perdu son passeport – et procédure régulière dans le cadre de l’irréprochable système juridique britannique. Les premiers ministres qui se sont succédé ont joué le jeu, au gré des gouvernements qui se sont succédé, pendant que les murs se refermaient lentement autour d’Assange.

« Si vous voulez dire la vérité aux gens, faites-les rire, sinon ils vous tueront« , a conseillé un jour Oscar Wilde. Lors de ses apparitions publiques, Assange peut apparaître comme quelqu’un d’articulé et d’hyper-concentré, qui choisit ses mots avec grand soin, mais pas toujours comme quelqu’un qui vous ferait rire. Ce tempérament sérieux a été déformé par une série interminable de documentaires, de livres révélateurs et de reportages à sensation qui l’ont dépeint sous toutes les coutures, du cyber-savant impénétrable au méchant Bond high-tech. En personne, ce fut un soulagement de découvrir que Julian Assange était chaleureux, réfléchi et sacrément drôle.

Cela ne vaut la peine d’être mentionné que parce que depuis plus d’une décennie, Assange et son entourage ont été soumis à une campagne systématique de destruction de leur réputation. En 2011, WikiLeaks a reçu la fuite d’un dossier de présentation épouvantable portant les logos de Palantir Technologies, HBGary Federal et Berico Technologies. On y trouve le plan directeur : « Alimenter les conflits entre groupes rivaux. Désinformer. Créer des messages autour d’actions visant à saboter ou discréditer l’organisation adverse. Soumettre de faux documents et dénoncer l’erreur … Campagne médiatique pour mettre en avant la nature radicale et imprudente des activités de WikiLeaks. Pression soutenue. Ne fait rien pour les fanatiques, mais crée de l’inquiétude et du doute chez les modérés. »

Le sous-traitant en sécurité privée Stratfor a ajouté ce conseil – également divulgué par la suite – en 2012 : « Multipliez les pressions. Déplacez-le de pays en pays pour qu’il fasse face à diverses accusations pendant les 25 prochaines années. »

Alors même que ces suggestions étaient faites, les allégations d’inconduite sexuelle en Suède ont été réactivées contre Assange, formant la base de neuf années d’ »enquête préliminaire ». Les retards de procédure surréalistes et les obstructions inexpliquées du Crown Prosecution Service britannique ont fini par être considérés comme une forme de « détention arbitraire » par le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire. Aucune accusation n’a jamais été portée.

Nils Melzer est le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture : c’est son travail de demander des comptes sur ce que l’humanité peut faire de pire. En mai 2019, il a rendu visite à Assange à la prison de Belmarsh, après l’extraction de l’Australien de l’ambassade, avec deux professionnels de la santé formés à l’évaluation des victimes de torture et de mauvais traitements. « En 20 ans de travail avec des victimes de la guerre, de la violence et de la persécution politique, a-t-il déclaré, je n’ai jamais vu un groupe d’États démocratiques se liguer pour isoler, diaboliser et maltraiter délibérément un seul individu pendant si longtemps et avec si peu de considération pour la dignité humaine et l’État de droit« .

« Il était évident que la santé de M. Assange a été gravement affectée par l’environnement extrêmement hostile et arbitraire auquel il a été exposé pendant de nombreuses années« , a conclu sans détour M. Melzer. « M. Assange a été délibérément exposé, pendant plusieurs années, à des formes progressivement graves de traitements ou de peines cruels, inhumains ou dégradants, dont les effets cumulatifs ne peuvent être décrits que comme une torture psychologique. »

Amie de longue date d’Assange et militante australienne, Felicity Ruby a été désignée comme une cible de surveillance par le sous-traitant de la CIA UC Global, actuellement devant la justice espagnole pour avoir espionné Assange pendant ses longues années de limbes à l’ambassade. Elle se souvient lui avoir rendu visite en 2019 : « Le fait d’avoir été à l’intérieur du donjon de Belmarsh pendant moins de deux heures me hante encore aujourd’hui. Après des semaines d’attente pour être inscrite sur la liste, j’ai eu le privilège qu’on prenne deux fois mes empreintes digitales, qu’on me fouille la bouche et les oreilles avant de passer par des couloirs, des portes, des barbelés et des grillages, pour arriver enfin dans une pièce remplie de chaises en plastique – vertes pour les prisonniers, bleues pour les visiteurs. Belmarsh a été conçu pour infliger une privation sensorielle et des tourments et ça marche ; il dépérit dans cette cage infestée de COVID« .

L’habile campagne visant à détourner l’attention du contenu des publications de WikiLeaks pour se concentrer sur le caractère des éditeurs a maintenant muté en quelque chose de vraiment menaçant.

Jennifer Robinson décrit comment le processus lui-même devient lentement la punition. « Si nous échouons dans notre lutte contre son extradition, il sera envoyé aux États-Unis où il y aura un procès pénal, des appels jusqu’à la Cour suprême, ce qui pourrait prendre encore 10 ans ou plus pour qu’on lui donne raison dans une affaire qui n’aurait jamais dû être engagée.

« Ils le punissent en le soumettant à ces processus, qui ont été intrinsèquement injustes et abusifs, et qu’ils ont fait traîner pendant des années et des années. »

Le lanceur d’alerte de la National Security Agency américaine Edward Snowden abonde dans le même sens, mettant en garde contre le risque qu’Assange « reste indéfiniment en prison pendant que le [ministère de la Justice] dépose sans fin des appels sans fondement par dépit« .

Stella Moris ne mâche pas ses mots lorsque je lui demande comment son partenaire tient le coup. « Il souffre« , dit-elle. « C’est une lutte quotidienne, de se réveiller et de ne pas savoir quand et comment cela va se terminer. Julian est incroyablement fort et tire sa force du fait qu’il sait qu’il est du bon côté de l’histoire, qu’il est puni pour avoir fait ce qu’il fallait. C’est un battant, mais personne ne resterait insensible à ce resserrement progressif sur lui, qui tente de le briser à tous égards. »

Cela fait maintenant 11 ans qu’Assange est sous une forme ou une autre en assignation à résidence, sous asile politique ou en prison. Les bracelets électroniques à la cheville et les longues camionnettes blanches ont cédé la place à l’isolement dans une prison de haute sécurité glaciale. « Je meurs lentement ici« , a-t-il déclaré à son ami Vaughan Smith lors d’un rare appel téléphonique la veille de Noël 2020.

Le tribunal d’instance de Westminster est d’accord. Continuer sur cette voie oppressive risque de tuer Julian Assange.

Pourtant, quelques jours après son jugement, le même magistrat a refusé la libération sous caution pendant que les autorités américaines examinaient leurs possibilités d’appel, laissant Assange toujours enfermé dans une cellule.

« Procédure régulière », récitent les fonctionnaires australiens aux regards vides quand on les invite à commenter cet assassinat au ralenti. « Assistance consulaire. »

Ce n’est pas pour rien que l’administration américaine précédente, dans laquelle Joe Biden était vice-président, n’a pas porté d’accusations. Matthew Miller, un responsable du ministère de la Justice de Barack Obama, a expliqué dans une interview de 2017 qu’ils appelaient cela le « problème du New York Times » : « Comment poursuivre Julian Assange pour avoir publié des informations classifiées et pas le New York Times ?« .

En 2017, Jennifer Robinson était présente à l’ambassade d’Équateur à Londres lorsque le député républicain Dana Rohrabacher et l’associé de Donald Trump Charles Johnson sont arrivés pour faire une offre à Assange : donner la source des fuites de 2016 détaillant un processus de nomination compromis au sein du Comité national démocrate, en échange d’un « pardon, d’une assurance ou d’un engagement » pour mettre fin à l’enquête sur WikiLeaks.

« Ils ont dit que le président Trump était au courant et avait approuvé qu’ils viennent rencontrer M. Assange pour discuter d’une proposition« , a témoigné Robinson lors des audiences d’extradition en 2020.

Assange a refusé de révéler sa source. Et pour l’administration Trump, le fait que le New York Times se retrouve comme un dommage collatéral dans une poursuite contre WikiLeaks ne semblait plus être un obstacle. Avec le feu vert d’un régime équatorien plus docile que celui qui lui avait offert refuge en 2012, la police métropolitaine a reçu son signal : après des semaines de rumeurs et de spéculations médiatiques, Assange a été arraché de l’ambassade et embarqué dans une camionnette, un exemplaire de History of the National Security State de Gore Vidal à la main.

Avec la révélation ultérieure des actes d’accusation relatifs aux fuites de Chelsea Manning, la guerre rhétorique du président Trump contre la presse s’est brusquement transformée en guerre juridique. « Obtenir et publier des informations que le gouvernement préférerait garder secrètes est vital pour le journalisme et la démocratie« , écrivait Dean Baquet, rédacteur en chef exécutif du New York Times, en 2019. « Le nouvel acte d’accusation est une étape profondément troublante vers un contrôle accru du gouvernement sur ce que les Américains sont autorisés à savoir. »

Avance rapide jusqu’en juin 2021 : dans un développement étonnant et peu rapporté, le témoin vedette du gouvernement américain fait soudainement effondrer le dossier de l’accusation. Sigurdur Thordarson, condamné pour pédophilie et détournement de fonds, avoue à un journal islandais que des éléments clés de son témoignage ont été inventés. L’argument central du gouvernement, à savoir qu’Assange a obtenu du matériel classifié en sollicitant et en conspirant pour commettre une intrusion dans un ordinateur, repose sur un témoignage que Thordarson admet maintenant être de la foutaise.

« C’est la fin de l’affaire contre Julian Assange« , a tweeté Snowden.

« Suffisamment d’informations ont émergé pour montrer à quel point toute cette affaire est vide et politique« , me dit Kristinn Hrafnsson. Ce journaliste d’investigation de la vieille école, qui s’est fait les dents dans le secteur de la presse écrite et audiovisuelle islandaise, a mis la main à la pâte avec WikiLeaks en 2010 pour aider à diriger la publication de « Collateral Murder ». Depuis 2018, il est le rédacteur en chef de l’organisation. « La pression sur l’administration Biden pour qu’elle renverse l’héritage de Trump et abandonne l’affaire s’intensifie« .

Trump et ses collaborateurs sont partis, mais le « problème du New York Times » n’est plus une hypothèse. Une alliance sans précédent de syndicats de médias, de défenseurs de la liberté de la presse et d’organisations mondiales de défense des droits de l’homme s’est désormais mobilisée pour exhorter Biden et son nouveau procureur général, Merrick Garland, à abandonner l’appel. En février 2021, une lettre ouverte adressée à la nouvelle administration a été signée par Amnesty International, Human Rights Watch, Reporters sans frontières, l’American Civil Liberties Union et une douzaine d’autres organisations de premier plan. « Nous partageons l’opinion selon laquelle l’inculpation de [Assange] par le gouvernement constitue une grave menace pour la liberté de la presse, tant aux États-Unis qu’à l’étranger« , peut-on lire dans la lettre. « L’inculpation de M. Assange menace la liberté de la presse parce qu’une grande partie de la conduite décrite dans l’acte d’accusation est une conduite que les journalistes adoptent couramment. »

Ici, en Australie, une alliance improbable exerce une pression croissante sur le gouvernement fédéral pour qu’il aille au-delà des promesses creuses de fournir une assistance consulaire. « L’affaire Assange a toujours été motivée par des raisons politiques, dans le but de restreindre la liberté d’expression, de criminaliser le journalisme et d’envoyer un message clair aux éventuels lanceurs d’alerte et éditeurs qu’ils seront eux aussi punis s’ils sortent du rang« , a déclaré dans un communiqué le président fédéral de la Media, Entertainment and Arts Alliance, Marcus Strom. Assange est membre du syndicat des médias depuis 2007, mais la MEAA n’est pas une voix isolée au sein du mouvement syndical.

« Les accusations portées contre Assange sont entièrement liées à son travail, qui a mis en lumière de graves crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak« , peut-on lire dans une résolution adoptée en mars 2021 par l’Australian Council of Trade Unions. « Continuer à le poursuivre pour ce travail constitue une attaque contre les journalistes, le journalisme et le droit du public de savoir. Nous demandons instamment au gouvernement australien de faire tout ce qui est en son pouvoir pour faire pression sur les autorités américaines afin qu’elles mettent fin à ses poursuites. »

L’ACTU représente près de deux millions de travailleurs australiens à travers 36 syndicats affiliés. C’est une organisation qui se retrouve rarement sur la même longueur d’onde que le vice-premier ministre Barnaby Joyce. Néanmoins, nous y sommes. Au cours d’un débat télévisée en direct, Joyce a posé une question rhétorique : « Alors pourquoi exactement allez-vous extrader Julian Assange – un citoyen australien – aux États-Unis ? Pour les actions d’une tierce partie … qui lui a donné des informations qu’il a ensuite publiées ? Ce n’est certainement pas différent des journaux qui ont ensuite publié ce qui se trouvait sur WikiLeaks. Peut-être qu’ils devraient tous aller aux États-Unis pour être jugés selon la loi américaine ? Je veux dire, où est-ce que cela s’arrête  ? »

Joyce est un membre de longue date du groupe parlementaire Bring Julian Assange Home, une alliance formelle de parlementaires multipartites coprésidée par un ancien lanceur d’alerte de l’Office of National Assessments, le député indépendant Andrew Wilkie. Au début de 2021, des représentants du groupe ont rencontré Michael Goldman, chargé d’affaires à l’ambassade des États-Unis à Canberra, pour faire pression. « La poursuite de M. Assange par les États-Unis n’est manifestement pas dans l’intérêt public et doit être abandonnée« , a déclaré M. Wilkie après la réunion.

« Là où il y a du courage, il y a de l’espoir« , a écrit en ligne le sénateur des Verts Peter Whish-Wilson. « Nous mettons sur pied une campagne pour ramener Assange à la maison. » La campagne s’est enfin étendue au-delà du fougueux député ALP Julian Hill qui a donné le ton au Parlement : « Il a été enfermé et confiné pendant des années, risquant l’extradition vers les États-Unis et une condamnation à mort effective, sur la base d’accusations forgées de toutes pièces et motivées par des considérations politiques … traité pire que les responsables des crimes de guerre des États-Unis en Irak et à Guantanamo Bay, que lui et WikiLeaks ont exposés. »

Il semble que la direction de l’ALP [Parti Travailliste Australien – NdT] soit à l’écoute. « Trop, c’est trop« , a déclaré le chef de l’opposition Anthony Albanese lors d’une réunion du groupe parlementaire en février 2021. Une résolution de la conférence nationale de l’ALP un mois plus tard a confirmé : « Les travaillistes pensent qu’il est temps de mettre un terme à cette affaire qui dure depuis longtemps contre Julian Assange. »

Cette rare rupture dans le bipartisme est un signe parmi d’autres que les politiciens entendent enfin le message. Un étrange accord entre les Verts, les indépendants, les députés travaillistes et le vice-premier ministre des Nationals est maintenant sur la même longueur d’onde que les organisateurs de base, le mouvement syndical, Amnesty International et Human Rights Watch. Trop, c’est trop.

« Mon message aux autres journalistes« , me dit Hrafnsson, « est que vous devez prendre note et agir, car il est dans votre intérêt de combattre cette affaire. Cela ne se limite pas aux intérêts de Julian Assange ou de WikiLeaks : cela aura un effet sur le travail des journalistes en général, partout dans le monde. »

Des centaines d’actions populaires ont vu le jour dans le monde entier, l’ampleur de l’enjeu ayant frappé l’imagination du public. La tournée de conférences « Home Run for Julian » de 2021 a permis au père d’Assange, John Shipton, de rencontrer des foules curieuses dans des dizaines de villes de Victoria, de Nouvelle-Galles du Sud et du Queensland.

Pourtant, dix ans après la soirée des prix Walkley, l’horizon de la « justice par la transparence » s’est assombri. Les architectes de l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan – Bush, Blair et Howard – sont des hommes libres, célébrés comme des anciens hommes d’État sur fond de centaines de milliers de morts, hommes, femmes et enfants. La police fédérale australienne a fait une descente au siège de la chaîne ABC et au domicile d’Annika Smethurst, alors journaliste à la chaîne News Corp, recherchant les sources des articles sur les crimes de guerre en Afghanistan et étendant la surveillance militaire à chacun d’entre nous. Julian Assange a eu 50 ans en juillet ; pendant le temps que vous avez lu cet article, il a été isolé dans une prison de haute sécurité, empêtré dans de tortueux appels et contre-appels sans fin en vue.

« Le gouvernement australien détient la clé de la cellule de Julian« , me dit Stella Moris lors d’un appel tard dans la nuit depuis Londres. « Si le gouvernement australien intervenait en faveur de Julian, cela prendrait fin. Elle peut être inversée par la pression populaire, et par la pression des collègues de Julian dans les médias, en attirant constamment l’attention sur le fait qu’un innocent est persécuté pour avoir dénoncé des crimes d’État. »

« Savoir que vous êtes là à vous battre pour moi me permet de rester en vie dans cet isolement profond », a écrit Assange dans une lettre adressée à un sympathisant en 2019.

La transparence seule ne suffit pas pour rendre justice. Il faut aussi se battre.

Scott Ludlam est ambassadeur de l’ICAN et ancien sénateur des Verts australiens pour l’Australie occidentale.

Source originale: The Monthly

Traduction: Le Grand Soir

« Le but est la justice, la méthode est la transparence. Il est important de ne pas confondre le but et la méthode. »
Julian Assange

Une foule de journalistes et de manifestants munis de pancartes se presse devant le tribunal d’instance de Westminster. Il est un peu moins de 11 heures le matin du 4 janvier 2021 ; des masques faciaux contre un virus invisible, des blousons et des bonnets en laine contre le froid hivernal de Londres. L’accès à la salle d’audience a été fortement restreint, et pour ceux qui sont rassemblés ici, les seuls indices de ce qui s’est passé à l’intérieur proviennent de la poignée de journalistes qui regardent un lien vidéo et suivent les débats en direct. Et maintenant, le rebondissement.

« Oh Mon Dieu« , tweete la journaliste australienne Mary Kostakidis. « Pas d’extradition. »

Peu après, contre toute attente, Stella Moris émerge de la salle d’audience pour affronter la tempête médiatique avec un soupçon de sourire. « S’il vous plaît, soyez indulgents avec moi parce que j’ai dû réécrire mon discours« , dit-elle au groupe de presse. Les avocats représentant son fiancé, l’éditeur australien Julian Assange, viennent de faire échouer une tentative d’extradition de ce dernier de la prison de Belmarsh, à Londres, vers les États-Unis, où il est accusé en vertu de la loi sur l’espionnage. Le ministère américain de la justice cherche à le faire emprisonner pendant 175 ans.

Le jugement choc fait la une des journaux télévisés dans le monde entier.

« J’avais espéré qu’aujourd’hui serait le jour où Julian rentrerait à la maison« , dit Moris. « Aujourd’hui n’est pas ce jour. Mais ce jour viendra bientôt. Tant que Julian devra endurer la souffrance et l’isolement en tant que prisonnier non condamné dans la prison de Belmarsh, et tant que nos enfants continueront d’être privés de l’amour et de l’affection de leur père, nous ne pourrons pas célébrer. Nous fêterons le jour où il rentrera à la maison« .

Le jugement ressemble a un coup de frein qui pourrait bien mettre un terme à ce marathon tortueux. « La victoire d’aujourd’hui est le premier pas vers la justice dans cette affaire« , dit Moris.

Jennifer Robinson fait partie de l’équipe juridique d’Assange depuis les débuts enivrants de 2010, et pensait avoir tout vu. « Le jugement est la bonne issue, mais pour toutes les mauvaises raisons. C’est terrifiant, parce que [le magistrat] est d’accord avec les procureurs américains sur chaque point concernant la liberté d’expression et la capacité de poursuivre et d’extrader les journalistes« , me dit-elle. « Cela signifie que n’importe quel gouvernement, partout dans le monde, peut chercher à poursuivre et à extrader un journaliste basé en Grande-Bretagne ou un citoyen britannique qui a publié la vérité. »

Dans une étonnante capitulation devant les procureurs américains, le tribunal a convenu que, bien que la plupart des publications aient eu lieu alors qu’Assange se trouvait au Royaume-Uni et en Europe, « la faute dans cette affaire a été commise aux États-Unis parce que la publication des documents a causé un préjudice aux intérêts des États-Unis« .

« S’asseoir dans la salle d’audience et écouter le juge accepter les motifs américains était difficile« , me dit Moris des mois après s’être adressé à la presse à l’extérieur du tribunal. « Je m’étais préparé au pire, mais mon instinct me disait que les États-Unis ne pouvaient pas s’en sortir avec cette mascarade. Alors, quand la dernière partie du jugement a été lue, ce fut un incroyable soulagement. C’était la première fois qu’il y avait une rupture dans cette trajectoire qui s’était refermée sur lui depuis 10 ans. »

Il s’agit d’un précédent choquant : le jugement a accepté les arguments des procureurs américains selon lesquels le journalisme de sécurité nationale peut être considéré comme une forme d’espionnage, quel que soit le lieu où il est pratiqué, ce qui expose d’autres éditeurs et journalistes à être accusés d’espionnage.

Cette conclusion effrayante comportait un piège : la magistrate a reconnu que le fait d’enterrer des personnes vivantes dans le système pénitentiaire américain pouvait les tuer. « Je suis convaincue que, dans ces conditions difficiles, la santé mentale de M. Assange se détériorerait et qu’il se suiciderait avec la détermination obstinée caractéristique de son autisme… Je conclus que l’état mental de M. Assange est tel qu’il serait préjudiciable de l’extrader vers les États-Unis d’Amérique. »

Préjudiciable. Assurément, la nouvelle administration Biden reviendrait sur la décision de Trump d’engager des poursuites. Pour la première fois de mémoire récente, il y avait un espoir.

C’était en janvier 2010, et le soldat de première classe de l’armée américaine Chelsea Manning a écrit une brève note d’accompagnement initialement destinée au Washington Post. « Ces éléments ont déjà été épurés de toute information permettant d’identifier la source. Il s’agit de l’un des documents les plus importants de notre époque, qui dissipe le brouillard de la guerre et révèle la véritable nature de la guerre asymétrique du XXIe siècle. Passez une bonne journée. »

Ni le Washington Post ni le New York Times n’étaient intéressés. Manning s’est tourné vers un contact dans un forum de discussion crypté. Bien que cela n’ait jamais été prouvé, des documents judiciaires allègueront plus tard qu’elle parlait à Julian Assange, de WikiLeaks.

À l’époque, trois innovations avaient déjà distingué WikiLeaks des autres éditeurs : l’utilisation de boîtes de dépôt cryptées pour protéger l’identité des sources, des partenariats avec des organisations médiatiques établies pour accroître l’audience et la protection institutionnelle, et une préférence pour la publication d’archives entières plutôt que pour la diffusion au compte-gouttes. « On ne peut pas publier un article sur la physique sans l’intégralité des données expérimentales et des résultats ; cela devrait être la norme dans le journalisme« , affirmait Assange.

WikiLeaks publiait des informations confidentielles à grande échelle depuis 2006 : un rapide survol de la chronologie fait apparaître des données telles que « Le pillage du Kenya sous le président Moi » et « Les images de la catastrophe de 1995 au réacteur nucléaire japonais de Monju ». Le véritable acte d’ouverture, celui qui le mettrait sous les projecteurs, est celui que le soldat Manning a fourni.

Une séquence de 2007 montre des hélicoptères Apache américains tirant au canon sur un groupe d’hommes au coin d’une rue de l’est de Bagdad. « Regardez ces salauds morts« , glousse l’un des pilotes. Deux des bâtards morts se révéleront plus tard être le correspondant de guerre de Reuters Namir Noor-Eldeen et son assistant, Saeed Chmagh. Les hélicoptères poursuivent leur lente rotation autour du carnage poussiéreux, avec des bavardages et des échanges radio qui accompagnent le flux vidéo ininterrompu. Peu de temps après, ils détruisent une camionnette qui tentait d’évacuer les blessés. Lorsque les unités terrestres américaines arrivent, on apprend que les tirs de canon ont gravement blessé deux enfants qui se trouvaient dans la camionnette. « C’est de leur faute s’ils ont emmené leurs enfants au combat« , plaisante l’un des membres de l’équipage de l’hélicoptère, tandis que les soldats, à des centaines de mètres en dessous, bouclent la zone et évacuent les enfants blessés vers un hôpital de campagne.

Un jour comme un autre dans le Bagdad occupé.

WikiLeaks a publié la vidéo en avril 2010 au National Press Club de Washington, DC, catapultant les horreurs de l’invasion de l’Irak à la une des journaux. Ils l’ont intitulé « Meurtre collatéral », un clin d’œil à la terminologie militaire anodine qui reclasse les êtres humains hurlant et saignant en « dommages collatéraux » : malheureux et regrettables, mais nécessaires et oubliables.

Tout comme les victimes de ces dommages collatéraux, les soldats américains qui passent en revue les morts et les mourants sont anonymes dans la vidéo, des pixels anonymes se frayant un chemin sur l’écran. L’un d’entre eux, le soldat Ethan McCord, a par la suite cosigné une lettre ouverte de réconciliation et de responsabilité adressée aux familles des morts et, plus largement, au peuple irakien : « … ce qui a été montré dans la vidéo de WikiLeaks ne fait que qu’effleurer les souffrances que nous avons causées… nous savons que les actes décrits dans cette vidéo sont des événements quotidiens de cette guerre : c’est la nature de la façon dont les guerres menées par les États-Unis sont conduites dans cette région« .

Pour ceux d’entre nous qui sont confortablement installés loin du bruit des tirs, l’ampleur de ces événements quotidiens a commencé à apparaître deux mois plus tard lorsque WikiLeaks a publié 91 000 documents classifiés connus sous le nom de « Afghan War Diaries ». Trois mois plus tard, 391 000 documents constituant les stupéfiants Journaux de guerre en Irak ont été publiés. Un mois plus tard, un quart de million de câbles diplomatiques provenant des services les plus reculés du département d’État américain sont mis en ligne : c’est le premier épisode du « Cablegate », une archive qui atteindra finalement près de trois millions de câbles. Avec des détails étonnants, le système nerveux central de la seule superpuissance mondiale était mis à nu.

« Ce qui rend les révélations de communications secrètes puissantes, c’est que nous n’étions pas censés les lire« , écrit Assange. « Les câbles diplomatiques ne sont pas produits dans le but de manipuler le public, mais sont adressés à des membres du reste de l’appareil d’État américain, et sont donc relativement libres de l’influence déformante des relations publiques. »

Désormais en partenariat avec le New York Times et le Washington Post, ainsi qu’avec Le Monde, le Guardian et bien d’autres, WikiLeaks a maintenu un rythme étonnant de révélations fracassantes. Assange a fait la couverture du magazine Time ; il est soudainement devenu l’une des personnes les plus reconnaissables au monde.

Comme des charges explosives déclenchées les unes après les autres, les révélations ont eu des effets profonds. La fiction selon laquelle l’occupation de l’Afghanistan se passait bien a définitivement volé en éclats : « La discussion est devenue : comment sortir de là ? » a déclaré Assange à un public de l’Opéra de Sydney par liaison vidéo en 2013. « C’est une débâcle, un bourbier – comment sortir ?« . La discussion à partir de ce moment-là a vu un changement très important dans la perception de cette guerre. »

Les négociations sur le maintien de l’immunité du personnel américain en Irak se déroulaient tandis que les médias couvraient un câble du département d’État détaillant une frappe aérienne américaine destinée à détruire les preuves du massacre d’une famille irakienne en 2006. « Le Premier ministre Maliki a spécifiquement cité ce document comme raison pour laquelle l’immunité ne pouvait plus être prolongée« , a rappelé Assange à l’audience. « Le Cablegate a donc joué un rôle essentiel pour mettre fin à la guerre en Irak. Peut-être aurait-elle pris fin un peu plus tard, qui sait ? Mais cette année-là, le Cablegate y a mis fin« .

En Tunisie, la vérité sur la collusion du régime avec le gouvernement américain a contribué à attiser un soulèvement qui s’est transformé en printemps arabe. Les détails des dispositions contenues dans les projets secrets du Partenariat Trans-Pacifique ont contribué à galvaniser l’opposition et à faire échouer l’accord. Les communautés de solidarité et de résistance, fortes de la vérité, se sont organisées en autodéfense collective.

On peut dire que la valeur pérenne de ces révélations ne tient pas aux aiguilles dans la botte de foin. La véritable valeur est qu’il existe enfin une cartographie de l’ensemble. « Ce n’est qu’en abordant ce corpus de manière holistique – au-delà de la documentation de chaque abus individuel, de chaque atrocité localisée – que le véritable coût humain de l’empire apparaît au grand jour« , écrit Assange.

À l’exception de la classe politique américaine et de ses mandataires dociles à Canberra, personne ne doutait que ce reportage était dans l’intérêt du public. Fin 2011, lorsque la fondation australienne Walkley a ajouté un prix à la liste croissante des prix internationaux décernés à WikiLeaks, elle a noté « l’engagement courageux et controversé envers les meilleures traditions du journalisme : la justice par la transparence« .

Assange s’est joint à la cérémonie des Walkleys par vidéoconférence depuis Londres et a adopté un ton sombre. « Nos vies ont été menacées, des tentatives ont été faites pour nous censurer, des banques ont tenté de couper notre source de revenus« , a-t-il déclaré à l’assemblée. « Cette forme de censure a été privatisée. Des ennemis puissants tâtent le terrain pour voir jusqu’où ils peuvent aller, pour voir comment ils peuvent abuser du système qu’ils ont intégré pour empêcher tout contrôle« . Son discours lors de cette lointaine soirée de remise de prix a pris par la suite une prescience lugubre. « Eh bien, la réponse est : ils peuvent s’en tirer à trop bon compte. »

En décembre 2012, dans le quartier chic de Knightsbridge, à Londres, j’ai rejoint Julian Assange et une poignée de parents et d’amis à l’ambassade d’Équateur pour un étrange Noël en exil. J’avais rencontré Assange pour la première fois plus d’un an auparavant, dans les derniers mois d’escarmouches juridiques avant que le gouvernement de l’Équateur n’accepte que «  les représailles du ou des pays qui ont produit l’information […] peuvent mettre en danger [sa] sécurité, son intégrité, voire sa vie « . Une longue camionnette blanche remplie d’équipements de surveillance était garée dans la rue à l’extérieur ; j’ai été confronté au contact visuel avec des officiers en uniforme dans le bâtiment adjacent lorsque j’ai tiré les rideaux un instant. Être assis directement dans le champ de vision des agences de renseignement militaire les plus puissantes du monde était une expérience que je commençais à peine à comprendre : pour Assange, son équipe et le personnel de l’ambassade, c’était désormais leur quotidien.

À ce moment-là, nous avions passé un an à essayer d’arracher au gouvernement australien un soupçon d’intérêt en utilisant les divers outils qu’un député du Sénat peut utiliser. Travail médiatique, discours, motions, approches directes des ministres, longues séances nocturnes lors des audiences de la commission des prévisions budgétaires. Le premier ministre Julia Gillard a déclaré le site WikiLeaks « illégal » avant d’être contredit par la police fédérale australienne. Le procureur général Robert McClelland a lancé l’idée de révoquer le passeport d’Assange, jusqu’à ce que le ministre des Affaires étrangères Kevin Rudd écarte cette idée.

C’était un merdier incroyable.

Les messages subséquents du gouvernement ont rapidement tourné autour de deux lignes clés : « Nous sommes convaincus que M. Assange bénéficiera d’un traitement équitable dans toute procédure judiciaire« , et « M. Assange reçoit une assistance consulaire, comme tout citoyen australien en a le droit« . Assistance consulaire – comme s’il s’agissait d’un routard à Bali qui a perdu son passeport – et procédure régulière dans le cadre de l’irréprochable système juridique britannique. Les premiers ministres qui se sont succédé ont joué le jeu, au gré des gouvernements qui se sont succédé, pendant que les murs se refermaient lentement autour d’Assange.

« Si vous voulez dire la vérité aux gens, faites-les rire, sinon ils vous tueront« , a conseillé un jour Oscar Wilde. Lors de ses apparitions publiques, Assange peut apparaître comme quelqu’un d’articulé et d’hyper-concentré, qui choisit ses mots avec grand soin, mais pas toujours comme quelqu’un qui vous ferait rire. Ce tempérament sérieux a été déformé par une série interminable de documentaires, de livres révélateurs et de reportages à sensation qui l’ont dépeint sous toutes les coutures, du cyber-savant impénétrable au méchant Bond high-tech. En personne, ce fut un soulagement de découvrir que Julian Assange était chaleureux, réfléchi et sacrément drôle.

Cela ne vaut la peine d’être mentionné que parce que depuis plus d’une décennie, Assange et son entourage ont été soumis à une campagne systématique de destruction de leur réputation. En 2011, WikiLeaks a reçu la fuite d’un dossier de présentation épouvantable portant les logos de Palantir Technologies, HBGary Federal et Berico Technologies. On y trouve le plan directeur : « Alimenter les conflits entre groupes rivaux. Désinformer. Créer des messages autour d’actions visant à saboter ou discréditer l’organisation adverse. Soumettre de faux documents et dénoncer l’erreur … Campagne médiatique pour mettre en avant la nature radicale et imprudente des activités de WikiLeaks. Pression soutenue. Ne fait rien pour les fanatiques, mais crée de l’inquiétude et du doute chez les modérés. »

Le sous-traitant en sécurité privée Stratfor a ajouté ce conseil – également divulgué par la suite – en 2012 : « Multipliez les pressions. Déplacez-le de pays en pays pour qu’il fasse face à diverses accusations pendant les 25 prochaines années. »

Alors même que ces suggestions étaient faites, les allégations d’inconduite sexuelle en Suède ont été réactivées contre Assange, formant la base de neuf années d’ »enquête préliminaire ». Les retards de procédure surréalistes et les obstructions inexpliquées du Crown Prosecution Service britannique ont fini par être considérés comme une forme de « détention arbitraire » par le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire. Aucune accusation n’a jamais été portée.

Nils Melzer est le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture : c’est son travail de demander des comptes sur ce que l’humanité peut faire de pire. En mai 2019, il a rendu visite à Assange à la prison de Belmarsh, après l’extraction de l’Australien de l’ambassade, avec deux professionnels de la santé formés à l’évaluation des victimes de torture et de mauvais traitements. « En 20 ans de travail avec des victimes de la guerre, de la violence et de la persécution politique, a-t-il déclaré, je n’ai jamais vu un groupe d’États démocratiques se liguer pour isoler, diaboliser et maltraiter délibérément un seul individu pendant si longtemps et avec si peu de considération pour la dignité humaine et l’État de droit« .

« Il était évident que la santé de M. Assange a été gravement affectée par l’environnement extrêmement hostile et arbitraire auquel il a été exposé pendant de nombreuses années« , a conclu sans détour M. Melzer. « M. Assange a été délibérément exposé, pendant plusieurs années, à des formes progressivement graves de traitements ou de peines cruels, inhumains ou dégradants, dont les effets cumulatifs ne peuvent être décrits que comme une torture psychologique. »

Amie de longue date d’Assange et militante australienne, Felicity Ruby a été désignée comme une cible de surveillance par le sous-traitant de la CIA UC Global, actuellement devant la justice espagnole pour avoir espionné Assange pendant ses longues années de limbes à l’ambassade. Elle se souvient lui avoir rendu visite en 2019 : « Le fait d’avoir été à l’intérieur du donjon de Belmarsh pendant moins de deux heures me hante encore aujourd’hui. Après des semaines d’attente pour être inscrite sur la liste, j’ai eu le privilège qu’on prenne deux fois mes empreintes digitales, qu’on me fouille la bouche et les oreilles avant de passer par des couloirs, des portes, des barbelés et des grillages, pour arriver enfin dans une pièce remplie de chaises en plastique – vertes pour les prisonniers, bleues pour les visiteurs. Belmarsh a été conçu pour infliger une privation sensorielle et des tourments et ça marche ; il dépérit dans cette cage infestée de COVID« .

L’habile campagne visant à détourner l’attention du contenu des publications de WikiLeaks pour se concentrer sur le caractère des éditeurs a maintenant muté en quelque chose de vraiment menaçant.

Jennifer Robinson décrit comment le processus lui-même devient lentement la punition. « Si nous échouons dans notre lutte contre son extradition, il sera envoyé aux États-Unis où il y aura un procès pénal, des appels jusqu’à la Cour suprême, ce qui pourrait prendre encore 10 ans ou plus pour qu’on lui donne raison dans une affaire qui n’aurait jamais dû être engagée.

« Ils le punissent en le soumettant à ces processus, qui ont été intrinsèquement injustes et abusifs, et qu’ils ont fait traîner pendant des années et des années. »

Le lanceur d’alerte de la National Security Agency américaine Edward Snowden abonde dans le même sens, mettant en garde contre le risque qu’Assange « reste indéfiniment en prison pendant que le [ministère de la Justice] dépose sans fin des appels sans fondement par dépit« .

Stella Moris ne mâche pas ses mots lorsque je lui demande comment son partenaire tient le coup. « Il souffre« , dit-elle. « C’est une lutte quotidienne, de se réveiller et de ne pas savoir quand et comment cela va se terminer. Julian est incroyablement fort et tire sa force du fait qu’il sait qu’il est du bon côté de l’histoire, qu’il est puni pour avoir fait ce qu’il fallait. C’est un battant, mais personne ne resterait insensible à ce resserrement progressif sur lui, qui tente de le briser à tous égards. »

Cela fait maintenant 11 ans qu’Assange est sous une forme ou une autre en assignation à résidence, sous asile politique ou en prison. Les bracelets électroniques à la cheville et les longues camionnettes blanches ont cédé la place à l’isolement dans une prison de haute sécurité glaciale. « Je meurs lentement ici« , a-t-il déclaré à son ami Vaughan Smith lors d’un rare appel téléphonique la veille de Noël 2020.

Le tribunal d’instance de Westminster est d’accord. Continuer sur cette voie oppressive risque de tuer Julian Assange.

Pourtant, quelques jours après son jugement, le même magistrat a refusé la libération sous caution pendant que les autorités américaines examinaient leurs possibilités d’appel, laissant Assange toujours enfermé dans une cellule.

« Procédure régulière », récitent les fonctionnaires australiens aux regards vides quand on les invite à commenter cet assassinat au ralenti. « Assistance consulaire. »

Ce n’est pas pour rien que l’administration américaine précédente, dans laquelle Joe Biden était vice-président, n’a pas porté d’accusations. Matthew Miller, un responsable du ministère de la Justice de Barack Obama, a expliqué dans une interview de 2017 qu’ils appelaient cela le « problème du New York Times » : « Comment poursuivre Julian Assange pour avoir publié des informations classifiées et pas le New York Times ?« .

En 2017, Jennifer Robinson était présente à l’ambassade d’Équateur à Londres lorsque le député républicain Dana Rohrabacher et l’associé de Donald Trump Charles Johnson sont arrivés pour faire une offre à Assange : donner la source des fuites de 2016 détaillant un processus de nomination compromis au sein du Comité national démocrate, en échange d’un « pardon, d’une assurance ou d’un engagement » pour mettre fin à l’enquête sur WikiLeaks.

« Ils ont dit que le président Trump était au courant et avait approuvé qu’ils viennent rencontrer M. Assange pour discuter d’une proposition« , a témoigné Robinson lors des audiences d’extradition en 2020.

Assange a refusé de révéler sa source. Et pour l’administration Trump, le fait que le New York Times se retrouve comme un dommage collatéral dans une poursuite contre WikiLeaks ne semblait plus être un obstacle. Avec le feu vert d’un régime équatorien plus docile que celui qui lui avait offert refuge en 2012, la police métropolitaine a reçu son signal : après des semaines de rumeurs et de spéculations médiatiques, Assange a été arraché de l’ambassade et embarqué dans une camionnette, un exemplaire de History of the National Security State de Gore Vidal à la main.

Avec la révélation ultérieure des actes d’accusation relatifs aux fuites de Chelsea Manning, la guerre rhétorique du président Trump contre la presse s’est brusquement transformée en guerre juridique. « Obtenir et publier des informations que le gouvernement préférerait garder secrètes est vital pour le journalisme et la démocratie« , écrivait Dean Baquet, rédacteur en chef exécutif du New York Times, en 2019. « Le nouvel acte d’accusation est une étape profondément troublante vers un contrôle accru du gouvernement sur ce que les Américains sont autorisés à savoir. »

Avance rapide jusqu’en juin 2021 : dans un développement étonnant et peu rapporté, le témoin vedette du gouvernement américain fait soudainement effondrer le dossier de l’accusation. Sigurdur Thordarson, condamné pour pédophilie et détournement de fonds, avoue à un journal islandais que des éléments clés de son témoignage ont été inventés. L’argument central du gouvernement, à savoir qu’Assange a obtenu du matériel classifié en sollicitant et en conspirant pour commettre une intrusion dans un ordinateur, repose sur un témoignage que Thordarson admet maintenant être de la foutaise.

« C’est la fin de l’affaire contre Julian Assange« , a tweeté Snowden.

« Suffisamment d’informations ont émergé pour montrer à quel point toute cette affaire est vide et politique« , me dit Kristinn Hrafnsson. Ce journaliste d’investigation de la vieille école, qui s’est fait les dents dans le secteur de la presse écrite et audiovisuelle islandaise, a mis la main à la pâte avec WikiLeaks en 2010 pour aider à diriger la publication de « Collateral Murder ». Depuis 2018, il est le rédacteur en chef de l’organisation. « La pression sur l’administration Biden pour qu’elle renverse l’héritage de Trump et abandonne l’affaire s’intensifie« .

Trump et ses collaborateurs sont partis, mais le « problème du New York Times » n’est plus une hypothèse. Une alliance sans précédent de syndicats de médias, de défenseurs de la liberté de la presse et d’organisations mondiales de défense des droits de l’homme s’est désormais mobilisée pour exhorter Biden et son nouveau procureur général, Merrick Garland, à abandonner l’appel. En février 2021, une lettre ouverte adressée à la nouvelle administration a été signée par Amnesty International, Human Rights Watch, Reporters sans frontières, l’American Civil Liberties Union et une douzaine d’autres organisations de premier plan. « Nous partageons l’opinion selon laquelle l’inculpation de [Assange] par le gouvernement constitue une grave menace pour la liberté de la presse, tant aux États-Unis qu’à l’étranger« , peut-on lire dans la lettre. « L’inculpation de M. Assange menace la liberté de la presse parce qu’une grande partie de la conduite décrite dans l’acte d’accusation est une conduite que les journalistes adoptent couramment. »

Ici, en Australie, une alliance improbable exerce une pression croissante sur le gouvernement fédéral pour qu’il aille au-delà des promesses creuses de fournir une assistance consulaire. « L’affaire Assange a toujours été motivée par des raisons politiques, dans le but de restreindre la liberté d’expression, de criminaliser le journalisme et d’envoyer un message clair aux éventuels lanceurs d’alerte et éditeurs qu’ils seront eux aussi punis s’ils sortent du rang« , a déclaré dans un communiqué le président fédéral de la Media, Entertainment and Arts Alliance, Marcus Strom. Assange est membre du syndicat des médias depuis 2007, mais la MEAA n’est pas une voix isolée au sein du mouvement syndical.

« Les accusations portées contre Assange sont entièrement liées à son travail, qui a mis en lumière de graves crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak« , peut-on lire dans une résolution adoptée en mars 2021 par l’Australian Council of Trade Unions. « Continuer à le poursuivre pour ce travail constitue une attaque contre les journalistes, le journalisme et le droit du public de savoir. Nous demandons instamment au gouvernement australien de faire tout ce qui est en son pouvoir pour faire pression sur les autorités américaines afin qu’elles mettent fin à ses poursuites. »

L’ACTU représente près de deux millions de travailleurs australiens à travers 36 syndicats affiliés. C’est une organisation qui se retrouve rarement sur la même longueur d’onde que le vice-premier ministre Barnaby Joyce. Néanmoins, nous y sommes. Au cours d’un débat télévisée en direct, Joyce a posé une question rhétorique : « Alors pourquoi exactement allez-vous extrader Julian Assange – un citoyen australien – aux États-Unis ? Pour les actions d’une tierce partie … qui lui a donné des informations qu’il a ensuite publiées ? Ce n’est certainement pas différent des journaux qui ont ensuite publié ce qui se trouvait sur WikiLeaks. Peut-être qu’ils devraient tous aller aux États-Unis pour être jugés selon la loi américaine ? Je veux dire, où est-ce que cela s’arrête  ? »

Joyce est un membre de longue date du groupe parlementaire Bring Julian Assange Home, une alliance formelle de parlementaires multipartites coprésidée par un ancien lanceur d’alerte de l’Office of National Assessments, le député indépendant Andrew Wilkie. Au début de 2021, des représentants du groupe ont rencontré Michael Goldman, chargé d’affaires à l’ambassade des États-Unis à Canberra, pour faire pression. « La poursuite de M. Assange par les États-Unis n’est manifestement pas dans l’intérêt public et doit être abandonnée« , a déclaré M. Wilkie après la réunion.

« Là où il y a du courage, il y a de l’espoir« , a écrit en ligne le sénateur des Verts Peter Whish-Wilson. « Nous mettons sur pied une campagne pour ramener Assange à la maison. » La campagne s’est enfin étendue au-delà du fougueux député ALP Julian Hill qui a donné le ton au Parlement : « Il a été enfermé et confiné pendant des années, risquant l’extradition vers les États-Unis et une condamnation à mort effective, sur la base d’accusations forgées de toutes pièces et motivées par des considérations politiques … traité pire que les responsables des crimes de guerre des États-Unis en Irak et à Guantanamo Bay, que lui et WikiLeaks ont exposés. »

Il semble que la direction de l’ALP [Parti Travailliste Australien – NdT] soit à l’écoute. « Trop, c’est trop« , a déclaré le chef de l’opposition Anthony Albanese lors d’une réunion du groupe parlementaire en février 2021. Une résolution de la conférence nationale de l’ALP un mois plus tard a confirmé : « Les travaillistes pensent qu’il est temps de mettre un terme à cette affaire qui dure depuis longtemps contre Julian Assange. »

Cette rare rupture dans le bipartisme est un signe parmi d’autres que les politiciens entendent enfin le message. Un étrange accord entre les Verts, les indépendants, les députés travaillistes et le vice-premier ministre des Nationals est maintenant sur la même longueur d’onde que les organisateurs de base, le mouvement syndical, Amnesty International et Human Rights Watch. Trop, c’est trop.

« Mon message aux autres journalistes« , me dit Hrafnsson, « est que vous devez prendre note et agir, car il est dans votre intérêt de combattre cette affaire. Cela ne se limite pas aux intérêts de Julian Assange ou de WikiLeaks : cela aura un effet sur le travail des journalistes en général, partout dans le monde. »

Des centaines d’actions populaires ont vu le jour dans le monde entier, l’ampleur de l’enjeu ayant frappé l’imagination du public. La tournée de conférences « Home Run for Julian » de 2021 a permis au père d’Assange, John Shipton, de rencontrer des foules curieuses dans des dizaines de villes de Victoria, de Nouvelle-Galles du Sud et du Queensland.

Pourtant, dix ans après la soirée des prix Walkley, l’horizon de la « justice par la transparence » s’est assombri. Les architectes de l’invasion de l’Irak et de l’Afghanistan – Bush, Blair et Howard – sont des hommes libres, célébrés comme des anciens hommes d’État sur fond de centaines de milliers de morts, hommes, femmes et enfants. La police fédérale australienne a fait une descente au siège de la chaîne ABC et au domicile d’Annika Smethurst, alors journaliste à la chaîne News Corp, recherchant les sources des articles sur les crimes de guerre en Afghanistan et étendant la surveillance militaire à chacun d’entre nous. Julian Assange a eu 50 ans en juillet ; pendant le temps que vous avez lu cet article, il a été isolé dans une prison de haute sécurité, empêtré dans de tortueux appels et contre-appels sans fin en vue.

« Le gouvernement australien détient la clé de la cellule de Julian« , me dit Stella Moris lors d’un appel tard dans la nuit depuis Londres. « Si le gouvernement australien intervenait en faveur de Julian, cela prendrait fin. Elle peut être inversée par la pression populaire, et par la pression des collègues de Julian dans les médias, en attirant constamment l’attention sur le fait qu’un innocent est persécuté pour avoir dénoncé des crimes d’État. »

« Savoir que vous êtes là à vous battre pour moi me permet de rester en vie dans cet isolement profond », a écrit Assange dans une lettre adressée à un sympathisant en 2019.

La transparence seule ne suffit pas pour rendre justice. Il faut aussi se battre.

Scott Ludlam est ambassadeur de l’ICAN et ancien sénateur des Verts australiens pour l’Australie occidentale.

Source originale: The Monthly

Traduction: Le Grand Soir

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*