Joe Bilden le fantôme sénile ?

5f6be7533ab5f218bb76989b_o_U_v2.jpg
Spread the love

La presse française étant en pamoison devant Joe Biden, et des biographies qu’on croirait écrites par des journalistes de Gala ou de Voici parlant d’un chanteur pour adolescents attardés, il me semble utile de rappeler quelques vérités sur celui qui est devenu le quarante-sixième Président des Etats-Unis, pour le malheur du monde.

Joe Biden a derrière lui un demi-siècle de vie politique, et si vous cherchez ce qu’il a accompli de marquant pendant tout ce temps, vous aurez les plus grandes difficultés à trouver, car il n’a peu ou prou rien fait.

Si vous cherchez chez lui une idée originale, vous n’en trouverez pas non plus.

 Joe Biden est la quintessence du politicien médiocre et vide.

Si vous creusez un peu davantage, vous trouverez quelques détails intéressants. Joe Biden a fréquenté de très près au début de sa vie politique un certain Robert Byrd, qui fut sénateur de West Virginia et qui fut aussi l’un des plus hauts gradés au sein du Ku Klux Klan.

Cela permet de rappeler que le parti démocrate a été le parti du racisme et de la ségrégation raciale jusqu’au moment où Lyndon Johnson en a fait le parti qui a placé les noirs en position d’assistés permanents en leur accordant des allocations sociales massives que de grands intellectuels noirs, tell\s Thomas Sowell, ont appelé les chaines esclavagistes d’une “nouvelle plantation”.

Jusqu’au début des années 1980, Joe Biden a multiplié les déclarations racistes, et il a, par exemple, dit, lorsque des logements sociaux destinés à loger des familles noires devaient être construits à proximité de sa maison dans le Delaware, qu’il ne voulait pas “vivre dans la jungle”. Quand Barack Obama s’est présenté, il lui a réservé un compliment remarquable, et a déclaré que c’était “le premier noir qu’il rencontrait qui était intelligent et propre”. Apparemment, Barack Obama a apprécié, puisqu’il l’a choisi comme vice-président. Au cours des élections primaires démocrates de 2020, d’autres candidats ont rappelé aux électeurs que Joe Biden était raciste.

Quand le parti a décidé que Joe Biden serait le finaliste, les autres candidats se sont tus, et le silence sur le sujet règne depuis.

Outre le vide et le racisme qui le caractérisent, Joe Biden a aussi montré un visage antisémite le jour où il s’est autorisé, lors d’une visite du Premier Ministre israélien Menahem Begin à Washington, à tenir des propos arrogants vis-à-vis des Juifs et d’Israël, ce qui lui a valu une réponse cinglante de Menahem Begin.

Joe Biden a aussi montré plusieurs fois un visage méchant et vil. Il a trainé plus bas que terre un juriste absolument remarquable que Ronald Reagan entendait nommer à la Cour Suprême, Robert Bork. Et il est pour beaucoup dans le fait que Robert Bork ait dû renoncer. Au moment où il se conduisait ainsi vis-à-vis de Robert Bork, Joe Biden savait que l’épouse de Robert Bork était à l’hôpital en train de mourir d’un cancer. Ce genre de détail n’arrête pas un homme tel que Joe Biden.

Quelques années plus tard, il a tenté le même type d’opération contre un autre juriste absolument remarquable, Clarence Thomas, en y mettant un acharnement du sans doute au fait que Clarence Thomas est noir, et Clarence Thomas l’a accusé de vouloir le lyncher. Il a, cette fois, échoué et Clarence Thomas siège aujourd’hui à la Cour Suprême, où il est un exemple d’intégrité (donc l’inverse absolu de Joe Biden).

Dois-je ajouter que Joe Biden s’était auparavant présenté deux fois à la présidence, sans succès :  il avait, la première fois, recopié in extenso un discours d’un travailliste britannique, Neil Kinnock, en se l’attribuant, la deuxième fois il avait abondamment menti sur son passé : à l’époque, les journalistes d’investigation faisaient leur métier. Ce n’est plus du tout le cas. Ou plus exactement : les journalistes d’investigation qui font encore leur métier sont traités de psychopathes ou de “complotistes”, le mot favori des totalitaires aujourd’hui.

Dois-je ajouter que Joe Biden est l’un des politiciens les plus corrompus de Washington et est tenu par la Chine, la principale puissance ennemie des Etats-Unis (tous les détails sont disponibles et bien sûr, quasiment personne n’en parle), et dois-je ajouter qu’il est à la tête d’une famille criminelle, qui inclut son frère James, sa sœur Valérie, son fils Hunter ? Chacun sait tout cela à Washington, mais ceux qui ont porté Joe Biden au pouvoir sont aussi corrompus que lui, tout aussi tenus par la Chine, tout aussi criminels. Si je devais leur consacrer une notice biographique, elle serait longue pour chacun d’entre eux, et ressemblerait à un acte d’accusation conduisant à la prison à vie.

Dois-je ajouter que Joe Biden est atteint de sénilité avancée, et que chacun le sait aussi à Washington ?  

Dois-je ajouter qu’on lui fait signer des executive orders (décrets) qui ont été conçus par des gauchistes crapuleux et qui sont destinés à ravager l’économie et la société américaines. Il y a déjà des dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires et des milliers d’entreprises en faillite. Et je ne parle pas des décisions en politique étrangère…. Xi Jinping et Ali Khamenei sont contents. Leurs victimes beaucoup moins.

La plupart des journalistes américains sont en pamoison. La plupart des journalistes français aussi. Ce ne sont pas seulement de vils propagandistes. Ce sont des propagandistes qui tombent en dessous du degré zéro de la débilité mentale.

Les biographies de Joe Biden ne sont pas écrites par des journalistes de Gala ou de Voici. Les journalistes de Gala et de Voici savent qu’ils écrivent des articles débiles. Les auteurs des biographies de Joe Biden sont en deçà de la débilité, bien en deçà. Elles sont davantage dépourvues de la moindre once de vérité que les biographies de Joseph Staline écrites sous Joseph Staline. Et n’imaginez pas que leurs auteurs ont honte de ce qu’ils font. Ils sont fiers d’eux-mêmes. 

Un crétin fier de lui-même nommé Jean Eric Branaa parade sur les plateaux de télévision et ose traiter des gens comme moi de “complotistes”. Ce n’est pas surprenant. Triste époque.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*