ISLAM c'est la fin proche ! N° 1

capture-decran-2019-09-12-a-21-37-00-1024x846-1.png
Spread the love

6% des enfants consanguins courent le risque d’avoir un QI inférieur à 70 !

Publié le 29 septembre 2020 – par gigobleu– 5 commentaires

J’ai découvert un truc fabuleux. L’avis d’une criminologue et experte reconnue en terrorisme international et qui dirige une société spécialisée à Genève. Elle a pondu un article captivant sur les ravages de la consanguinité particulièrement au sein des populations musulmanes. Un article époustouflant, sourcé et documenté : http://www.nicoletouati.com/2018/10/08/les-effets-de-la-consanguinite-dans-la-societe/

Et pour son CV, voici : https://www.bilan.ch/entreprises/nicole_touati_l_ame_securitaire

L’article est fort long, pour en rendre la lecture plus facile nous vous en proposons des extraits, vous pouvez lire l’ensemble en suivant le lien en fin de page.

Les effets de la consanguinité dans la société

J’ai toujours été fascinée par la génétique et cela fait de très nombreuse années que je fais des recherches et étudie ce phénomène, ce qui aide, sans le moindre doute, à comprendre des situations très complexes soit sur la santé soit sur les comportements.

C’est dans le cadre de la criminalité et du terrorisme, qui sont mon métier, que j’ai toujours essayé de comprendre ce qui pousse ou qui motive quelque part les criminels ou les terroristes à agir en dépit de toute logique ou raisonnement humain. Il est clair que des pathologies plus ou moins graves sont bien présentes chez les criminels et il est tout aussi clair que certaines ethnies soient sujettes à des effets de la consanguinité ce qui explique la violence fréquente qu’ils exercent.

Quand nos dirigeants européens crient “au déséquilibré” pour justifier les actions terroristes qui font désormais partie du quotidien, ils ne croient pas si bien dire et sont très proches de la réalité. Je tiens à préciser que je ne leur accorde aucun mérite, bien au contraire, car ils ne le font que pour minimiser l’horreur de ces actes, sans aucune décence, afin ne pas susciter de panique alors qu’il y aurait lieu de le faire et pour enfin justifier leur manque totale d’action pour endiguer ces actes!

Quand je déclare qu’ils sont très proches de la réalité, c’est simplement pour le fait que tous ces malfrats commettent leurs crimes odieux parce qu’ils sont vraiment déséquilibrés mentalement ou génétiquement.

De nombreuses universités se penchent sur les effets des mariages consanguins mais il est très rare d’en entendre parler. Pourquoi les médias taisent une réalité inquiétante?

Parmi toutes les études que j’ai suivies, il y en a une, en particulier, que je vais partager avec vous aujourd’hui qui a été conduite par  Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh qui est un avocat palestinien naturalisé suisse et qui a été responsable auprès de l’Institut suisse des Droits comparés de 1980 à 2009.

[…]

La traduction de cette recherche a été faite par Caroline Lezmy.

A présent tenez-vous bien car vous pourriez être choqués par cette lecture:

“Consanguinité musulmane: Impacts sur l’intelligence, la santé mentale, la santé et sur la société.”

“ Voici une étude fort intéressante qui peut expliquer le fort décalage qui existe entre les pays occidentaux et les pays arabo- musulmans en général, certains l’appelleront le choc des civilisations…. voyons les faits…

La consanguinité massive dans la culture musulmane au cours des 1.400 dernières années peut avoir causé des dégâts catastrophiques au patrimoine génétique des musulmans. Les conséquences de mariages entre cousins germains ont souvent des conséquences graves sur l’intelligence, la santé mentale, la santé de leur enfants et dans leur environnement.

L’exemple le plus célèbre de la consanguinité se passe en Égypte antique, où plusieurs dynasties pharaoniques se sont effondrées après une centaine d’années de règne. Afin de maintenir la richesse et le pouvoir au sein de la famille, les Pharaons, souvent, se mariaient à leur propre soeur ou demi-soeur, Après une poignée de générations, les descendants étaient mentalement et physiquement inaptes à gouverner.

Un autre exemple historique se passe au sein des maisons royales d’Europe où les familles royales se mariaient également entre elles parce que la tradition ne leur permettait pas de se marier avec gens de classe autre que royale.

Le nombre élevé des arriérés mentaux et des handicapés tout au long de l’histoire européenne montre les conséquences malsaines de cette pratique. Heureusement, les familles royales permettent, de nos jours, de se marier par amour et non plus seulement pour le statut.

La culture musulmane pratique toujours les mariages entre personnes d’une même famille et ce depuis plus longtemps que toute les dynasties égyptiennes. Cette pratique concerne aussi la plus ancienne monarchie du monde (les Danois) par 300 ans de règne.

Une estimation grossière montre que près de la moitié de tous les musulmans dans le monde sont consanguins: Au Pakistan, 70% de tous les mariages se font entre cousins germains (consanguinité) et en Turquie, le chiffre se situe entre 25% et 30% (Jyllands-Posten, 27/2 2009 More stillbirths among immigrants.

Les statistiques pour les pays arabes montrent : qu’il y a jusqu’à 34% de mariages consanguins à Alger, 46% à Bahreïn, 33% en Egypte, 80% en Nubie (région du sud de l’Egypte), 60% en Irak, 64% en Jordanie, 64% au Koweït, 42% au Liban, 48% en Libye, 47% en Mauritanie, 54% au Qatar, 67 % en Arabie saoudite, 63% au Soudan, 40% en Syrie, 39% en Tunisie, 54% dans le Emirats Arabes Unis et 45% au Yémen Reproductive Health Journal, 2009 Consanguinity and reproductive health among Arabs).

Une grande partie des musulmans consanguins sont nés de parents qui sont eux-mêmes nés de parents consanguins – Ce qui augmente considérablement les risques et les conséquences physiques et mentaux.

Le taux des mariages connexes de sang est plus faible chez les immigrants musulmans vivant en Occident. Parmi les Pakistanais vivant au Danemark, le taux est tombé à 40% et 15% chez les immigrants turcs (Jyllands-Posten, 27/2 2009 More stillbirths among immigrants »).

Plus de la moitié des immigrés pakistanais vivant en Grande-Bretagne sont mariés: la recherche, menée par la BBC et diffusée à choqué les téléspectateurs. Ils ont pu constater qu’au moins 55% de la communauté était mariée à un cousin germain. Ceci laisse à penser que le risque, pour une famille pakistanaise britannique, est 13 fois plus important d’avoir des enfants qui présentent des troubles génétiques récessifs. Times of India, 17/11 2005 Ban UK Pakistanis from marrying cousins).

En Occident, Les pourcentages sont plus faibles peut-être parce qu’il y a moins de chance de se marier avec une personne de la même famille ou parce que l’éducation pour la santé est meilleure.

Faible intelligence:

Plusieurs études montrent que les enfants issus de mariages consanguins ont une intelligence inférieure aux enfants de parents non apparentés. Les recherches montrent que le QI est de 10 à 16 points de moins chez les enfants nés de parents connexes, et que les capacités liées au comportement social se développent plus lentement chez les bébés consanguins:

«Les effets de la consanguinité des parents sur le comportement cognitif et social des enfants ont été étudiés chez les musulmans auprès de the Ansari Muslims of Bhalgapur, Bihar.

Le QI chez les enfants consanguins (8-12 ans) est jugé inférieur (69 en milieu rural et 79 dans les populations de banlieue) que celle des enfants à faible consanguinité (79 et 95 respectivement).

L’apparition de différents profils sociaux comme la fixation visuelle, le sourire, la compréhension des sons, de l’expression orale et de la saisie d’un objet sont considérablement retardés chez les bébés consanguins nouveau-nés. (Indian National Science Academy, 1983 Consanguinity Effects on Intelligence Quotient and Neonatal Behaviours of nsari Muslim Children »).

[…]

Une autre étude montre que le risque d’avoir un QI inférieur à 70 est de 400%. Passant de 1,2% chez les enfants de parents normaux à 6,2% chez les enfants consanguins: «Les données indiquent que le risque de retard mental pour les enfants issues d’un couple aléatoire de 0,012 et de 0,062 si la filiation se fait avec un cousin germain au 1er degrès ». (Proceedings of the National Academy of Science, 1978 Effect of inbreeding on IQ and mental retardation »).

L’étude montre des effets délétères possibles de consanguinité et sont la cause de « d’apparition de tumeurs malignes, anomalies congénitales, un retard mental et un handicap physique et étaient significativement plus élevés chez les enfants de consanguins que pour les mariages non consanguins « .

[…]

Il y a aussi des preuves suggérant que les personnes consanguines ont un risque plus élevé de développer des troubles mentaux: «Les observations cliniques ont indiquées que la dépression est très élevée dans certaines communautés où la consanguinité des mariages est également élevée. » (Indian Journal of Psychiatry, 2009 « Relationship between consanguinity and depression in a south Indian population »).

[…]

Implications pour l’Occident et le monde musulman:

Les conséquences pour les descendants de mariages consanguins sont malheureusement : la mort, une faible intelligence ou un retard mental, un handicap et des maladies conduisant souvent à une mort lente et douloureuse.

D’autres conséquences peuvent, également, être constatées :

Compétences limitées socialement et intellectuellement, capacité limitée face à l’enseignement et au travail, et des traitements douloureux. Les conséquences cognitives négatives invuencent également les fonctions exécutives. La dépréciation de la concentration et le contrôle émotionnel conduit le plus souvent à un comportement anti-social.

Les coûts économiques et les conséquences pour la société dus à la consanguinité sont évidemment secondaires en comparaison à la réalité de la souffrance humaine.

Cependant, la consanguinité chez les musulmans a des conséquences graves tant pour les sociétés occidentales que pour le monde musulman.

Les dépenses liées aux immigrés musulmans handicapés mentaux et physiques drainent de lourds budgets pour les services publics: «Quand les cousins ont des enfants ensemble, ils sont deux fois plus susceptibles d’avoir un enfant handicapé –

[…]

Cela explique probablement aussi – au moins en partie – pourquoi les deux tiers de tous les enfants immigrés à l’école ayant des antécédents arabes sont analphabètes après 10 ans dans le système scolaire danois: «Ceux qui parlent l’arabe avec leurs parents ont une tendance extrême à l’absence des capacités de lecture – 64% sont analphabètes …. Peu importe s’il s’agit de capacités de lecture, en mathématiques ou en sciences, le schéma est le même. Les compétences bilingues (à majorité musulmane) des immigrants sont extrêmement pauvres par rapport à leurs camarades danois « (Rockwool Foundation Research Unit, May 2007: Ethnic students does not make Danish children worse).

[…]

Conclusion:

Il ne fait aucun doute que la grande tradition de propagation de premiers mariages entre cousins parmi les musulmans a nui à l’ensemble des gènes chez les musulmans. Parce que les croyances religieuses des musulmans interdisent d’épouser des non-musulmans et les empêche ainsi d’ajouter du matériel génétique frais et plus hétéroclite à leur population.

Les dommages génétiques causés à leur patrimoine génétique depuis leur prophète a permis les premiers mariages entre cousins il y a 1400 ans et sont les plus répandus. Les conséquences humaines et sociales directes et indirectes accablantes ont été expliquées ci-dessus.

La compassion pour la santé des générations futures devrait être suffisante pour interdire les mariages entre cousins germains. Les conséquences économiques et sociales sont réelles aussi. Il faudrait également réduire l’immigration musulmane en Occident parce que les familles musulmanes aimeraient être en mesure de poursuivre leur pratique de mariages mixtes afn de respecter les traditions culturelles et religieuses et de garder la richesse et la puissance à l’intérieur de leur famille.

Une interdiction législative sur les mariages entre cousins est un impératif, logique et de compassion tant pour le monde musulman, pour l’Union européenne que nos gouvernements nationaux occidentaux.

Yusuf Yadgari de l’université médicale de Kaboul a autopsié les restes de kamikazes et ses conclusions soutiennent la théorie énoncée ci-dessus. Yadgari a constaté que près de quatre-vingt dix pour cent souffraient de maladies graves telles que la cécité, cancer, d’amputation ou de lèpre. De nombreuses sociétés musulmanes, y compris celle de l’Afghanistan, ont une faible acceptation sociale des handicaps et des maladies graves.

Selon Yadgari, être handicapé physiquement ou être mentalement retardé conduit souvent à l’exclusion dans une société comme l’Afghanistan, et devenir un martyr pourrait être la seule chance d’obtenir la reconnaissance sociale et l’honneur – si ce n’est pas juste une façon de mettre fin à la douleur d’être isolé socialement (ce qui est particulièrement traumatisant dans les cultures collectivistes comme l’islam).

L’utilisation par Al Qaida de personnes atteintes du syndrome de Down pourrait être un autre effet secondaire désagréable des nombreuses maladies chromosomiques résultant de consanguinité entre cousins germains. Les personnes à faible intelligence (en raison de la consanguinité) pourraient aussi être plus faciles à manipuler (lavage de cerveau) pour l’islam fondamentaliste.

Certes, de nombreux versets du Coran commandent aux musulmans de combattre jusqu’à la mort afin de répandre la charia et défendre l’honneur de leur religion et le prophète et représente la motivation la plus évidente et la plus forte pour le terrorisme islamique. Être un paria en raison d’un handicap physique, vivant dans un pays qui ne parvient pas à prendre soin de personnes handicapées, souffrant de douleurs physiques après la maladie, être déprimé ou schizophrénique, s’est maintenant avéré être un facteur important.

La culture malsaine de la consanguinité dans les sociétés musulmanes augmente le nombre de martyrs musulmans qui cherchent une façon honorable et socialement et religieusement d’être acceptés. “

Cela explique cela, n’est-ce-pas?

Nicole Touatihttp://www.nicoletouati.com/2018/10/08/les-effets-de-la-consanguinite-dans-la-societe/

Quel traitement pour les musulmans porteurs de la musulmanose, maladie grave causée par le virus islam ?

Publié le 29 septembre 2020 – par Claude

Virologie

Claude, virologue : quel traitement pour les musulmans porteurs de la musulmanose, maladie grave causée par le virus islam ?

La  » muz-d  » (abréviation de  » musulman-disease « ), appelée aussi  » musulmanose  » ou  » coranose  » est une maladie très grave, voire mortelle, causée par un virus appelé  » islam « .

Ce virus a un R0 – taux de contagiosité – très élevé, souvent supérieur à 7 ou 8 (le taux de reproduction l’atteste).

Tous les musulmans ne sont pas porteurs de la  » musulmanose « , mais tous les porteurs sont musulmans.

Parfois, quelques-uns, bien que non musulmans, sont un peu contaminés et donnent un petit coup de main dans la transmission de la  » musulmanose « . 
On les nomme souvent :  « écolos », » bobos », « gauchos ».

Ils sont aussi un vecteur de ce terrible virus appelé « islam « , ou  » islam-622  » pour les chercheurs qui se réfèrent à une date possible d’apparition de ce virus. 
 
Actuellement, aucun traitement fiable n’est efficace pour les personnes contaminées, même pas l’hydroxychloroquine, même associée à tout ce qu’on veut. La  » laïcité « , un autre traitement médical, ne montre aucune efficacité. 

Quant au vaccin, existera-t-il un jour ? Sera-t-il efficace ? That is the question.

On peut en douter : ce virus existe depuis longtemps et a rarement muté vers des formes plus bénignes, et encore, c’était temporaire.

Pour l’instant, selon certains médecins, la seule solution efficace pour éviter la contagion mortelle serait de confiner les malades atteints dans un endroit dont ils ne pourraient jamais s’échapper. Une île déserte, par exemple.

D’autres réfléchissent à les envoyer tous en Musulmanie, un ensemble de pays terriblement contaminés où, pensent-ils, ils s’annhileraient eux-mêmes.

D’autres scientifiques encore pensent, eux,  qu’il faudrait immédiatement euthanasier les porteurs du virus de la » musulmanose « .

Mais tout ça, ce sont des problèmes d’éthique…
           ___________

NB : les termes entre guillemets sont des termes médicaux.

L’islam est un virus autrement plus dangereux que le coronavirus. C’est pourquoi j’ai tenté d’utiliser un langage « médical « .

L’islam pourrit chaque jour davantage la vie des Français

Publié le 29 septembre 2020 –

Illustration de ce que voudraient nous imposer un nombre grandissant de mahométans.

Depuis plusieurs jours, semaines, les agressions contre la culture française, contre la liberté d’être s’accélèrent.

Ici des femmes frappées, agressées, humiliées, vilipendées car affichant simplement leur féminité. Là des jeunes hommes tabassés, poignardés pour un regard, ou refusant de se soumettre à l’ennemi de l’intérieur, l’adepte de la sinistre religion de puanteur et d’horreur.

Mes amis, les loups sont dans la bergerie et ils ont tout le loisir pour commettre leurs carnages. Ils agissent à la vue de tous, en toute quiétude puisque le berger, les bergers ont décidé de regarder ailleurs. Circulez ! Il n’y a rien à voir !!! Allez-y régalez-vous, tout est à volonté !!!

Il est difficile de ne pas craquer dans ce contexte délétère. Il est difficile de supporter la vision de toutes ces femmes ainsi marquées par la prégnance de la charia sur notre territoire. Il est difficile de regarder toutes ces familles endeuillées par l’innommable, l’incroyable expansion de l’islam en France, terre chrétienne, terre à l’âme laïque.

C’est dur, très dur et ça l’est de plus en plus. Le cœur est continuellement lourd maintenant. La légèreté s’en est allée et pour combien de temps encore ?

Nul n’est capable de le dire, tant d’un côté nos zélites ont vendu leur âme au diable, et tant de l’autre côté, la population dort d’un sommeil de plomb. Que faut-il faire, espérer dans ce bourbier ambiant ?

Garder la foi car c’est sûr, cela ne pourra pas être continuellement supporté. Ici et là, le calme, le sang-froid se lézardent. Les langues se délient, ce qui n’était pas concevable, il y a encore si peu.

Tous les jours, des personnes autour de moi me parlent de leur ras-le-bol, des situations incroyables qu’elles rencontrent et qu’elles ne peuvent plus supporter. L’addition va se faire comme ça. Le réveil viendra du fait que plus personne ne sera épargnée par les méfaits des adeptes de la charia, et qu’à ce titre, la politique de l’autruche ne tiendra plus.

Une de mes collègues, incroyablement dhimmie, il n’y a pas si longtemps, cumule les « désagréments » causés par vous savez qui. Pas la peine de se répéter, nous savons tous d’où viennent les situations de violence, ou quand il n’y a pas encore d’agression, ubuesques car tellement à des années-lumière de l’âme française.

Cette collègue vient encore de m’en conter une bonne, ah ah ah. Non ! Vraiment pas envie de rire, le cœur n’est pas à la fête.

Cette femme travaille pour un salaire en-deçà du mérité. Elle est une bonne professionnelle, investie dans ce qu’elle fait. Elle est utile à notre société, et pourtant elle fait partie de cette catégorie de travailleurs qui ne sont pas payés à la mesure de leur utilité. Les infirmiers, les instituteurs, les pompiers…

Dans notre monde pourri, on préfère bien rémunérer les petits merdeux comme tous ces politicards qui détruisent la France allègrement, ou donner à tout va aux parasites débarquant tous les jours dans l’hexagone. Mais cela est un autre débat !

Elle gagne donc un salaire pas vraiment mirobolant mais malgré cela, elle paye des études d’ostéopathe à son fils.

Les écoles sont très chères et pas financées car privées. C’est aux étudiants, donc souvent aux parents, de débourser des sommes importantes. C’est un sacrifice que sont prêts à faire certains parents, pour assurer l’avenir de leur enfant, et surtout l’aider à exercer le métier qu’il a choisi. Ma collègue fait partie de ces parents…

Pour exemples :

  • À Nantes, les frais s’élèvent à 8480 € annuel, sachant que les études durent 5 ans
  • À Toulouse, 8930 €
  • À Bordeaux, 8750 €

Et c’est partout pareil !

Voilà donc des familles qui se saignent aux quatre veines pour leur progéniture, ce que je trouve admirable pour ma part. Eh bien ces efforts, dans notre France avec son pantalon aux chevilles, sont vains !!!

Et pourquoi me direz-vous ?

Comme d’habitude, les adeptes mahométans sont de la partie !!!

Les études d’ostéopathie consistent en une alternance entre théorie et pratique. Pour cela, les écoles ouvrent leurs portes au public par le biais de séances qu’elles ne font pas payer cher du tout, quand on sait le coût en cabinet classique, entre 50 et 70 euros voire plus. Dans ces instituts de formation, la séance d’ostéopathie, c’est entre 15 à 20 euros.

Eh bien, figurez-vous que c’est une aubaine pour les adeptes du pas cher !

Ces bonnes gens s’imaginent que cela a été créé pour eux, juste pour les satisfaire. Ils s’imaginent sûrement que c’est le LIDL de l’ostéopathie. En même temps, tout leur est concédé, donc normal qu’ils prennent leurs aises sans aucune gêne. Cet autre rien à faire, il n’a qu’à se la fermer…

Ma collègue m’a dit que son fils et ses camarades masculins étaient de plus en plus confrontés aux exigences de certains enfants de momo, plus précisément de bonnes dames mahométanes. Beaucoup d’entre elles refusent d’être manipulées par des mains masculines, perturbant dès lors l’apprentissage des garçons chèrement payé lui !

Ce refus venant aussi directement du fait que c’est un péché de montrer son corps à un homme autre que son mari. Pourtant, j’ai envie de dire, est-ce si grave de dévoiler son corps bouffi de graisse aux yeux, soi-disant libidineux de ces jeunes hommes ?

Il y a des coups de pied au derrière de ces bécasses nourries aux beignets bien huileux, qui se perdent.

La colère monte, monte…

Mais non sûrement pas ! Il ne faut pas stigmatiser, n’est-ce pas ? Il ne faut pas froisser les pudeurs de ces bonnes femmes, n’est-ce pas ?

Alors voilà ! Vous pourrez vous décarcasser, pour vos enfants, tant que vous pourrez, les bons seigneurs de notre chère France viendront réduire à néant toute cette abnégation. C’est une autre façon de nous agresser, moins visible, plus insidieuse mais tout aussi grave, préoccupante…

Je trouve aberrant que les lieux, tels que celui-ci où l’on paye des sommes astronomiques, se soucient plus de satisfaire les demandes de gens qui n’ont rien à faire ici, plutôt que de protéger les intérêts de leurs étudiants, étant en définitive leurs clients, ceux qui les font vivre !!!

Les parents devraient se plaindre, faire des pieds et des mains pour que cela cesse, mais non, en guise de réponse à ce scandale, résignation et tutti quanti !!!

Une autre histoire, montrant l’état de désolation de notre France, montrant qu’elle est tombée bien bas, vraiment très bas.

Une autre de mes collègues m’a parlé de la situation du médecin qui la suit pour un problème de procréation. Une vraie catastrophe !

Le pauvre homme n’en peut plus des voilées et des barbus, ce sont ses mots. Il n’a jamais vu ça, en des décennies de carrière. C’est infernal. Des demandes, des exigences, des menaces. Des salauds qui veulent être soignés par le kouffar, mais à leurs conditions, toujours plus contraignantes les unes que les autres. Et si le praticien refuse, il a droit aux menaces à peine déguisées, en réalité bien réelles. Pas de doute possible !

Il ne peut plus exercer son métier en toute sérénité. Son cabinet est situé à proximité d’une zone hautement islamisée, ce qui a pour conséquence fâcheuse une patientèle importante d’adeptes du torchon et de la barbichette. Il ne sait plus à quel saint se vouer.  Faut pas toucher la femme de ces messieurs, faut pas regarder. Oui, mais comment faire des actes médicaux où justement il faut manipuler le corps du soigné, et bien sûr regarder pour pouvoir agir ? Eh bien non pas avec les enfants du bédouin tordu !!!

Il a beau demander à ceux qui ne respectent pas  nos usages de quitter son cabinet, rien n’y fait. Ils refusent, ils veulent être soignés, coûte que coûte, par le méchant kouffar. La relation de confiance entre le soigné et le soignant envolé. Cela mes amis, c’est l’enchantement apporté par l’islam. Il est beau n’est-ce pas ? On en redemanderait !

.

Que faire alors dans notre France dhimmisée ?

Se résigner ou partir ? Ce médecin a choisi la deuxième option, celle qui est trop souvent prise car les choses paraissent inextricables à beaucoup d’entre nous…

A mon plus grand dam ! Eh oui les adeptes fanatiques du coran avancent, gagnent du terrain sur nos libertés, sur notre tranquillité, notre sécurité, notre joie de vivre…

Tous les jours, les infos qui nous arrivent ne sont pas réjouissantes et montrent l’état de déliquescence de notre pays. Un vrai désastre qu’il faut, de surcroît, regarder en face sans sourciller !!!

A la vitesse que prend ce phénomène de désertion de pans entiers du territoire national, la culture française ne sera plus qu’un souvenir lointain, oui mais c’est là que le mot résistance prend tout son sens.

Joyeux anniversaire mon cher site, celui qui nous donne la force de nous battre, de continuer d’avancer… Depuis toi, depuis notre rencontre, je ne me sens plus seule dans mon combat anti-islam. Merci d’être là, merci d’exister ! ❤️

La France vulnérable doit fermer ses portes

S’il y a une guerre à mener en France, c’est contre l’islam politique. 

Une fois de plus, il a armé le bras d’un fanatique, Ali Hassan, qui a grièvement blessé au couperet deux personnes, vendredi à midi devant les anciens locaux de Charlie-Hebdo, à Paris. 

Le terroriste, venu du Pakistan, a expliqué avoir voulu se venger des caricatures de Mahomet, produites à nouveau par l’hebdomadaire à l’occasion du procès des attentats de janvier 2015, qui se déroule actuellement. 

L’islamiste, entré en France il y a trois ans sous le statut de mineur isolé, ignorait que la rédaction avait déménagé. La veille, le premier ministre, Jean Castex, avait déclaré sur France 2, parlant du Covid-19 contre lequel Emmanuel Macron avait dit précédemment, et à trois reprises, être « en guerre » : « Mon seul objectif c’est de vous protéger ». En réalité, si le gouvernement sait multiplier les interdits et les obligations pour faire respecter son contestable ordre sanitaire et hygiéniste, il reste totalement inefficace face au totalitarisme islamique. 

Le chef de l’Etat devrait, vendredi 2 octobre, en dire plus sur sa riposte face à cet ennemi cruel, qui se pavane en pays conquis. La solution est simple dans son énoncé : cet islam-là n’a rien à faire en France. Les vrais responsables de cet énième attentat sont ceux qui, au cœur du pouvoir, laissent encore venir les sicaires et ceux qui les endoctrinent.

Manuel Valls a raison quand il déclare, dimanche dans Le Parisien 

« Il faut clairement désigner l’islamisme comme l’ennemi et le défi de ce début de siècle ». 

Votre serviteur le répète depuis plus de vingt ans, sous les sifflets des traîtres à visage humain. 

La France continue d’accueillir environ 400.000 immigrés par an. Ali Hassan, qui dit avoir 18 ans mais en paraît plus, fait partie de ces 40.000 mineurs inexpulsables.

Le salafisme et les frères musulmans, qui veulent la charia en France, n’y ont pas leur place. Cependant, il serait temps, également, de remonter à la source de cette islamisation importée, en asséchant les filières d’immigration de peuplement. Or ce sujet reste tabou chez les somnambules et ceux qui se réveillent. La France continue d’accueillir environ 400.000 immigrés par an. Ali Hassan, qui dit avoir 18 ans mais en paraît plus, fait partie de ces 40.000 mineurs inexpulsables. Ils coûteraient deux milliards d’euros par an à la collectivité. La législation leur permet de faire valoir le regroupement familial pour leurs parents et leur fratrie. 

A Paris, ces « enfants des rues » seraient à l’origine de 60% des violences. L’islamisme continuera son extension tant que les lois d’accueil, socle de la doctrine de l’Union européenne qui impose ses normes, lui permettront de surjouer la victimisation. Lutter contre l’islamisme oblige préalablement la France à retrouver sa souveraineté législative afin de choisir ses invités. Il faut rompre avec la Cour européenne des droits de l’homme, qui a offert les clés aux squatters de la nation et à ses ennemis. 

Oui, la France vulnérable doit désormais fermer ses portes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ivan Rioufol.

Navydrahcoc 

Je vous apprécie Ivan Rioufol. J’aime vos analyses qui viennent toujours sur l’essentiel, alors que d’autres parlent de détails parce qu’ils cachent la vérité.
Comment est-il possible que la France et ses dirigeants ne luttent pas plus contre l’islam? Le coran appelle ouvertement à tuer les mécréants et les juifs!
Comment peut-on dire que ce n’est que l’islamisme qui est un problème? Chaque bon musulman, s’il obéit à Allah, n’en déplaise à ceux qui utilisent la langue de bois, est un tueur potentiel. D’ailleurs chaque assassin nous est présenté comme un voisin sans problème.
Si le coran est incréé, ce que je ne crois pas, alors chaque personne se disant musulmane doit se soumettre à la volonté barbare de ce dieu assoiffé de sang.
Je n’attends rien de Macron. Mais un blabla et blabla et en même temps un blabla et blabla. Je suis prêt à parier. Et si par hasard, je m’étais trompé, je serais prêt à m’en excuser sur Dreuz.
Comment avons-nous pu interdire Mein Kampf et tolérer le coran? Je ne le comprends pas! Répondre

Georges S 

L’ennui c’est que tous ceux qui le disent se retrouvent en prison, ou sont qualifies d’extremistes de droite dangereux. J’ai pour exemple les membres de Generation Identitaire qui se sont retrouves en prison, Damien Rieu critique de tous les cotes, Eric Zemmour force de payer 10 000 euros d’amende.  Au total son procès lui coute 50 000 €

Navydrahcoc 

Je le sais pourtant certains courageux comme Ivan Rioufol, Éric Zemmour et bien d’autres continuent de dénoncer ce cancer qui enfle et produit des métastases.
Ce cancer n’est pas de notre fait. C’est bien une maladie qui trouve son origine dans l’islam. Tous les assassins crient Allah akbar.
Les gouvernements démocratiques ne luttent que contre quelques métastases. Pour se donner bonne conscience, pour plaire à un certain électorat et en même temps pour ne pas froisser l’islam soi-disant de France. Il y a l’islam avec son « prophète », et son coran. Pourtant c’est aux gouvernements qu’incombent, paraît-il, si l’on en croit nos constitutions, notre bien-être et notre sécurité.
Attendons l’intervention de Macron. Il est le dos au mur. Donnons-lui le bénéfice du doute et souhaitons lui courage. Une fois qu’il aura posé sa loi contre le séparatisme nous serons définitivement fixé en ce qui le concerne. 

Georges S Reply to  Navydrahcoc 

Une chose que je ne donnerai jamais a macron est le benefice du doute. Ce type etait l’employe des rotschild 

andre 

« les squatters de la nation »: jolie formule qui devrait être entendue. 

patphil 

Il faut fermer les frontières et arreter de s’excuser comme a dit Emmanuel Vals .Quand à l’Union Européenne qui trahit les peuples, pratiquer la politique de la chaise vide, comme l avait fait de Gaulle et défendre les interets de la France . Répondre

Eschyle 49 

Rappelons que le Coran est un outil politique de destruction du christianisme, de surcroît un faux et usage de faux, ainsi que le démontrent mathématiquement ces six livres : L’islam est une invention bâclée par les juifs pour détruire ses ennemis comme le christianisme… Le génie juif c’est d’inventer des ennemis pour tuer un autre ennemi… par le nombre, alors qu’ils sont minoritaire. Un exemple simple, c’est le patron qui crée son propre syndicat avec ses traitres comme chef. Ou la conquête de l’ouest ou les juifs finançaient les deux camps… il existe un génie juif extraordinaire, capable de créer des entreprises magnifiques mais aussi de financer des guerres ou des meurtres… La circoncision crée des monstres, des légumes et des génies !
http://www.librairietequi.com/A-56805-le-coran-revele-par-la-theorie-des-codes-studia-arabica-xxii.aspx
https://legrandsecretdelislam.com/
http://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/revolution-nos-yeux-grand-format
http://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/letrange-suicide-leurope
https://www.ring.fr/livres/la-france-interdite
https://www.editionsdutoucan.fr/livres/essais/projet
Sinon : https://ripostelaique.com/lislam-cest-un-oradour-sur-glane-par-jour-depuis-1400-ans.html
Certes après rectification de l’histoire officielle: https://reseauinternational.net/oradour-sur-glane-les-faits/
Voire plus: https://www.dreuz.info/2019/11/01/670-millions-de-morts-lislam-est-la-religion-du-genocide-2/
De 711 à 975, invasion des Alpes : https://www.dreuz.info/2020/05/26/invasions-des-alpes-par-les-musulmans/
À rapprocher de Saint Jean Damascène [676-749]: https://www.dreuz.info/2020/03/25/mansour-ibn-sarjoun-alias-jean-damascene-1er-critique-de-lislam-7eme-et-8eme-siecles-3/
Ou [1559-1619] : http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2020/07/21/saint-laurent-de-brindes-6252746.html
Ou Benoît XVI : https://www.dreuz.info/2020/05/28/le-message-du-pape-benoit-xvi-sur-la-violence-de-lislam/
Ce sont encore trois congrégations, les trinitaires (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_des_Trinitaires), les mercédaires (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_Notre-Dame-de-la-Merci), ainsi que les lazaristes (https://www.dreuz.info/2020/05/27/saint-vincent-de-paul-contre-les-pirates-esclavagistes-maghrebins/),qui ont été fondées pour libérer les chrétiens prisonniers des barbaresques, en leur substituant des martyrs ; ce sont encore la moitié des 7000 martyrs (étymologiquement, tués en témoignage de leur foi) inscrits au Martyrologe romain de 2004 ; c’est surtout Saint Thomas d’Aquin, dans la « Somme contre les Gentils », chapitre 6: https://www.dreuz.info/2020/05/11/sur-mahomet-et-lislam-saint-thomas-daquin-nous-avait-prevenu-2/
Rappelons que la 13e division SS « Handschar », la 23e division SS de montagne « Kama », et la 21e division SS « Skanderbeg » étaient des divisions SS exclusivement musulmanes. En 1943, ce sont plus de 200.000 musulmans qui combattirent dans les rangs de l’Allemagne nazie, soit probablement plus que dans toutes les autres guerres réunies; les liens entre le grand mufti de Jérusalem et le IIIe Reich sont bien connus : opposé à la présence britannique en Palestine et séduit par l’antisémitisme des nazis, Amin al-Husseini a approuvé la constitution de divisions musulmanes dans la SS, dont il est devenu aumônier.
Rappelons aussi le rapport de la 9ème Conférence islamique de Doha du 13 novembre 2000 (109 pages): http://www.guerredefrance.fr/Documents/STRATEGIEVFLR1.pdf
Également accessible ici:
http://www.abhatoo.net.ma/maalama-textuelle/developpement-economique-et-social/developpement-social/culture/politique-culturelle/strategie-de-l-action-islamique-culturelle-a-l-exterieur-du-monde-islamique
Ce sont enfin de multiples écrivains et musiciens, de Ronsard, Bossuet, Mozart, Voltaire, à Victor Hugo (http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/victor_hugo/chanson_de_pirates.html), tous passibles de 7 ans de prison et 100 000€ d’amende pour islamophobie, officiellement l’incitation à la haine raciale : https://fr.wikipedia.org/wiki/Lois_contre_le_racisme_et_les_discours_de_haine
https://www.causeur.fr/anne-hidalgo-rue-alain-antisemitisme-150258?utm_source=interne&utm_medium=sidebarshare 

patito 

Attention : ramener le problème à l’immigration et vous aurez immédiatement l’islamogauchiste de service qui objectera que la plupart des terroristes sont des français  » comme vous et moi  » ce qui est faux puisque ni vous ni moi ne tuons au nom d’un Dieu supposé mais permet de vous contredire .
Je pense , au contraire , que le danger majeur est la montée de l’islam de conquête de l’Europe par les musulmans qui y vivent et le terrorisme n’est que la partie visible de l’iceberg .
Pire encore, on nous montre notre futur et nous ne voyons que le doigt.

On ne peut pas se prétendre Français et trahir la France. Dans ce cas on est un collabo, gestapiste et on mérite le sort qui leur fut réservé à la libération. 

Bernard vasseur 

pourquoi « islam politique » ? c’est contre l’islam tout court qu’il faut lutter. Cette secte n’autorise aucune place pour les autres dans ce monde ! 

Saskia

Nous savons tous, sur ce site, ce qu’il faudrait faire,
Monsieur. Or, le chef de l’Etat est le responsable de
l’immigration indésirable de centaines de milliers de
mahométans en France. L’on ne nous fera pas croire
qu’ils sont « réfugiés »: ils viennent de pays tjrs en
guerre, eux dont le moteur est le coran. Les installer
en France revient à installer la guerre permanente
contre le peuple de France.
D’où les égorgements innombrables, faits en
application du coran à l’encontre des « mécréants ».
E. Macron, tout comme Manuel Valls et leurs
copains gauchistes portent une très lourde
responsabilité dans les crimes commis.
La justice est d’une clémence formidablement
encourageante pour les criminels que, malgré
nous, l’on entretient gratis sur le sol de France.
L’on n’a rien à espérer de la fausse droite: elle
pratique l’ »apaisement », comme les gauchistes.
L’argent de nos impôts est détourné vers des
associations pseudo-humanitaires aidant les
illégaux et les faux-mineurs comme ce
pakistanais dont le but est de tuer pour Allah. 

Jodunord 

Inexpulsables, en vertu de QUOI ? en vertu de qui ? 

Lisianthus 

Non, il ne s’agit pas de « cet islam là », des gens qui savent de quoi ils parlent comme Wafa Sultan et Waleed al Husseini le disent, il n’y a pas l’islam et l’islamisme, c’est une idée occidentale, il n’y a qu’un seul islam. Erdogan l’a dit aussi. 

jurassik park Reply to  Lisianthus 

Et comme l’a si bien dit Zemmour, l’islam est l’islamisme au repos, et l’islamisme est l’islam en action.

FERHAT MEHNNI a écrit :  » L’islamisme c’est l’islam en action ; l’islam c’est l’islamisme au repos . C’est une seule et même chose . » 

Hagdik 

Heureusement que nous avons, entre autre (trop peu), Yvan Rioufol pour planter quelques clous.
Mais j’ai un désaccord. Nous sommes en guerre contre l’islam. Sans nuance ni tergiversations.
Nous sommes en guerre parce que l’islam nous fait la guerre.
Contre cet ennemi, toute demi-mesure se retourne contre nous.
Il n’y a qu’un solution si nous voulons vivre : c’est la guerre totale, par tous les moyens. 

JEAN-YVES MALENGREZ 

une solution très simple serait – si nous n’avions renié notre civilisation ! – exiger la conversion religieuse ou l’apostasie pour l’obtention de la nationalité : ainsi, les musulmans ne pourraient venir qu’en touristes ou pour affaires, ou pour un contrat à durée déterminée… notre civilisation aurait ainsi pu avoir un avenir… Car désormais, ce n’est plus qu’une question de temps ! quelques années ! quelques décennies !… 

Islam et/ou islamisme ?

PUBLIÉ PAR  ABBÉ ALAIN ARBEZ 

Il y a quelques années, le grand juriste égyptien Saïd el-Achmaoui publiait son fameux livre Al Islam as-syâssi, traduit en français sous le titre : « l’islamisme contre l’islam ».

Dans cet ouvrage, Achmaoui cherchait à montrer que l’islamisme est une déviation, une perversion du véritable islam, dont l’orientation est uniquement spirituelle et religieuse.

Je prendrai ici le contre-pied de la position d’Achmaoui en affirmant que l’islamisme, c’est l’islam!

Cette affirmation n’a rien d’arbitraire ou de fantaisiste. Elle ne relève pas d’un parti-pris ou d’une provocation, ni d’une prise de position fanatique ou intolérante, ni d’une approche volontairement négative ou réductrice.

Je pense au contraire que cette affirmation est parfaitement cohérente avec l’histoire et la géographie, avec le Coran et la sunna, avec la vie de Mohamed et l’évolution de l’islam, avec ce que l’islam dit de lui-même. Je refuse la position de ceux – musulmans ou chrétiens – qui se voilent la face, jouent à la politique de l’autruche, tournent autour du pot, refusent de voir la réalité en toute objectivité, ou prennent leurs désirs pour des réalités, au nom du dialogue et de la tolérance

On dira que le problème de l’islam est plus complexe, que ma position est simpliste, simplificatrice et tend à l’amalgame. Je suis tout à fait conscient de la variété des islams. J’ai même une conférence de deux heures sur « Les six islams » où je déploie l’éventail des différents islams, depuis l’islam ouvert libéral, modéré et laïcisant, jusqu’à l’islam le plus radical, en passant par le soufisme, l’islam des confréries et l’islam populaire.

Je suis parfaitement au courant de toute la tendance actuelle de l’islam laïc et laïcisant, moderne et modernisant. Je pense malgré tout que ce courant n’est guère représentatifde l’islam officiel, de l’islam orthodoxe et classique, de l’islam sunnite tel qu’il s’est toujours manifesté, tel qu’il s’est toujours voulu, tel qu’il se veut encore aujourd’hui. D’où le rejet par l’islam officiel de tous les penseurs et intellectuels qui, cherchant à réinterpréter l’islam à la lumière de la modernité, se font taxer d’hérétiques, d’apostats ou de déviationnistes.

L’islamisme n’est ni une caricature, ni une contrefaçon ni une hérésie ni un phénomène marginal et aberrant par rapport à l’islam classique orthodoxe sunnite. Je pense au contraire que l’islamisme, c’est l’islam à découvert, l’islam sans masque et sans fard, l’islam parfaitement conséquent et fidèle à lui-même, un islam qui a le courage  et la lucidité d’aller jusqu’au bout de lui-même, jusqu’à ses dernières implications.

L’islamisme, c’est l’islam dans toute sa logique, dans toute sa rigueur. L’islamisme est présent dans l’islam comme le poussin dans l’œuf, comme le fruit dans la fleur, comme l’arbre dans la graine.

Mais qu’est-ce que l’islamisme? L’islamisme, c’est l’islam politique, porteur d’un projet et d’un modèle de société visant à l’établissement d’un état théocratique basé sur la sharia, seule loi légitime – parce que divine – telle que révélée et consignée dans le Coran et la Sunna, une loi qui a réponse à tout.

Il s’agit là d’un projet global et globalisant, total, totalisant, totalitaire. Car l’islam est un tout: une foi et un culte, un horizon et une morale, un mode de vie et une vision du monde. Intransigeant, il offre le salut ou la perdition. L’islam est la vérité qui ne supporte pas le doute et ses adeptes forment « la meilleure des communautés ».

L’islam se veut à la fois religion, état et société – din wa dawla.

Et c’est ainsi qu’il a été depuis ses plus lointaines origines.

Le passage de La Mecque à Médine, qui marque le début de l’ère musulmane, l’Hégire, signifie que l’islam cesse d’être une simple religion pour devenir Etat et société. L’Hégire est le moment où Mohamed cesse d’être simple chef religieux pour devenir chef d’état et leader politique. Religion et politique seront désormais indissolu-blement liées.

« L’islam est politique ou n’est rien! », (Khomeiny). La « soumission » à Dieu, qui est le sens même du mot « islam » est aussi bien exigée du croyant que de l’Etat. Le pouvoir politique se voue donc entièrement à une mission religieuse. C’est l’annexion de la politique par la religion.

Ce qui frappe dans l’islam, c’est son extraordinaire cohésion. Car dans l’islam se mêlent indistinctement, inextricablement, le sacré et le profane, le spirituel et le temporel, le religieux et le civil, le public et le privé. L’islam couvre et embrasse tous les aspects de la vie et de la société. C’est en ce sens que je disais plus haut que l’islam est global et globalisant, total, totalisant, totalitaire. L’idée d’un islam laïc est en soi une hérésie. Il contredit l’essence même de l’islam.

L’islam est un creuset fusionnel intense qui engendre un tissu social fortement structuré et donne à une société consistance, cohésion et continuité. D’où son extraordinaire capacité d’intégration. L’islam a toujours été intégrateur, jamais intégré; toujours assimilateur, jamais assimilé…

Simplicité de son dogme, de sa morale, de ses principes. Sa souplesse, son élasticité, sa capacité quasi infinie d’adaptation, à partir d’un noyau dur, solide, irréductible. C’est cette souplesse de l’islam qui explique en partie sa foudroyante expansion tant en Afrique qu’en Asie. Ce continent, dans lequel le christianisme a pénétré six siècles avant l’islam, ne compte que 3% de chrétiens, alors qu’on évalue à près de 30% le nombre de musulmans.

Un dernier point: le djihâd. Le djihâd n’est pas un aspect marginal, un accessoire de l’islam. Il constitue une des obligations du croyant. On a voulu interpréter ce terme de façon réductrice, comme si le djihâd n’était qu’un combat spirituel et intérieur, un combat contre les passions et les instincts.

Non, les textes sont clairs: il s’agit bel et bien d’un combat par l’épée et ce n’est pas un hasard si l’Arabie saoudite et tel ou tel groupe islamiste représentent un glaive sur leur écusson. (voir Coran: 2.216-217; 3.157-158; 3.169; 8.17; 8.39; 8.41; 8.67; 8.69; 9.5; 9.29; 9.41; 9.111; 9.123; 47.35; 59.8). Il y a dans l’islam l’idée de force, de puissance. L’islam est la religion de la forceIl s’impose souvent par la force et ne cède en général qu’à la force.

C’est un fait: historiquement l’islam s’est étendu par la contrainte et la violence. Il n’est que de consulter les ouvrages de Bat Yeor pour s’en convaincre. D’ailleurs, l’islam ne divise-t-il pas le monde en deux: la demeure de l’islam et celle de la guerre – dar-al-Islaâm wa dar al-harb?

L’islam a pour ambition et pour prétention de convertir l’humanité entière…Pour le musulman, il n’y a qu’une seule vraie religion: l’islam: inna-dîn ‘ind-Allah al-Islâm.

Le musulman a en lui la certitude d’avoir raison, de posséder la vérité. Cette conviction a pour conséquence la froide détermination d’aboutir, de réussir un jour à conquérir le monde envers et contre tout. Rien ne l’arrêtera. Car l’islam compte avec le temps. Il a le temps, il a tout le temps, il a toute l’éternité. Il y a dans l’islam la patience infinie du bédouin suivant sa caravane. Ca prendra le temps que ça prendra, mais on y arrivera !

REVUE « CHOISIR », Genève, 1997.

Par le R.P. Henri BOULAD, jésuite égyptien, directeur de Caritas, conférencier spécialiste de l’islam.


Hugo Micheron diagnostique le jihadisme, mais n’imagine aucune réponse

Le chercheur nous propose une minutieuse analyse, nouvelle, des liens que les salafistes ont noués avec le Levant. Il ne répond cependant pas à la question que chacun se pose: qu’auraient pu faire les autorités si elles avaient su ce qu’il dévoile ?  

Micheron.jpg

Plus de 8000 personnes sont inscrites au «Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste» a annoncé Gérald Darmanin le 31 août. Une déclaration faite à la veille du procès lié à Charlie Hebdo.

Cette actualité m’a rappelé le livre de Hugo Micheron -grand succès de presse- qui explique comment le djihadisme a évolué, et reproche aux autorités et aux chercheurs de n’avoir pas compris ce qui se passait. «Aucune recherche empirique de grande ampleur n’a été menée pour expliquer l’attrait de cette guerre sainte.» Sauf la sienne. Micheron fait partie avec Rougier de «l’école» de Gilles Kepel, son directeur de thèse. 

Pour décrire ces forges de l’horreur califale dans «Le jihadisme français. Quartiers, Syrie, prisons», Micheron a consulté une immense masse de documents, réalisé de nombreuses interviews, dont celles de quelque 80 jihadistes. Son livre, dense, fourmille d’informations. 

J’ai cependant ressenti la même frustration qu’en lisant Bernard Rougier et ses «Territoires conquis de l’islamisme». Une semblable question se pose: si les autorités avaient compris ce que le chercheur nous explique, qu’auraient-elles pu faire?Et que peut-on faire aujourd’hui face aux radicalisés? Micheron, après cinq ans de recherches, estime qu’il a réalisé un travail exceptionnel, ouvert de nouvelles clé de compréhension. Mais son diagnostic n’indique à aucun moment une voie à prendre. Et lorsque qu’un député LR cite un passage de son livre pour s’opposer au rapatriement des djihadistes, il condamne cette «logique de récupération politique prisée d’individus qui ne savent pas de quoi ils parlent». On excusera le député, car si Micheron sait de quoi il parle, il ne répond pas clairement à la question. 

Sa seule indication, c’est qu’il ne faut pas envisager la solution «uniquement sous l’angle sécuritaire.» Bien… Sommes-nous plus avancés?

Enclaves et «phalanstères»

La thèse du chercheur est qu’en France, quelques idéologues ont créé dans des terreaux favorables des «phalanstères» (communautés fermées) ou des enclaves communautaires. Ils ont «salafisé» leur petit territoire. Ainsi dans le village d’Artigat, département de l’Ariège, ou au Grand Mirail à Toulouse. Les jihadistes originaires de ces micro-communautés se retrouveront dans l’EI. L’analyse de cette configuration permettrait de «comprendre la diffusion du phénomène jihadiste dans l’Europe du début du XXIe siècle».

Toulouse Mirail émeutes 2020.jpg

Voitures incendiées au Mirail à Toulouse en avril 2020. 
Ces émeutes ont 
été précédées de plusieurs autres (2018 et 2014).

En 2010 les autorités mentionnent déjà la présence de 1000 salafistes militants. Selon Micheron, la tuerie de Merah en 2012 est réduite au geste d’un fou alors qu’il est «au cœur du pôle jihadiste violent des Izards» qui enverra nombre d’enragés en Syrie et en Irak. 

 Mais pourquoi, selon ses observations, seules une quinzaine de zones en France sont-elles massivement touchées par ces départs? La réponse tient à l’histoire et à la «géo-politique» de ces quartiers. Micheron en a étudié une demi-douzaine (les mêmes que Rougier), a parlé avec 80 jihadistes. 

Au total, quelque 2000 Français ont rejoint l’EI.  

Les jihadistes partent de ces enclaves dont les liens avec le Levant sont déjà anciens, et cette dynamique se retrouve «partout ailleurs sur le vieux continent», en Belgique, en Allemagne, en Grande-Bretagne ou en Espagne. Une généralisation audacieuse.

 L’absurdité idéologique

 L’«idéal» de ces obsédés a été mille fois décrit: la croyance en un modèle politique et religieux parfait, celui du prophète à Médine, qu’il faut ressusciter. Une approche «millénariste» qui consiste en l’attente du retour du sauveur et l’extermination de la mécréance. «Au prisme de cette logique, les attentats les plus abominables trouvent toujours justification.» C’est une croyance mâtinée de superstitions. Ainsi les désenvoûtements (roquia), se pratiqueront largement dans l’E.I.  

En 2012, les enquêteurs prennent Mohamed Merah pour une petite frappe sans considérer, selon Micheron, son endoctrinement. Globalement, avant 2015, la justice sanctionne mollement. Les adeptes du phalanstère et de l’enclave, «bulle de pureté au cœur de la société détestée», ne sont pas inquiétés. Mais, se prend-on à réfléchir: que faire face à un écosystème qui ne pratique pas (encore) la violence? La législation actuelle les protège. Les frères Kouachi, auteurs des meurtres de Charlie Hebdo étaient sous écoute jusqu’en 2014. Elles ont été abandonnées, car rien n’indiquait un passage à l’acte. L’endoctrinement est hélas rarement pénalement condamnable.

Daech émerge à l’été 2013, il annonce le rétablissement du califat en juin 2014. Celui-ci implique d’enclencher le djihad partout dans le monde. L’apogée de l’EI se produit à l’été 2015 parallèlement à l’ouverture de la campagne d’attentats en Europe. 

 Entre les jihadistes de quartiers salafisés et l’EI, les allées et venues sont nombreuses. «Les premiers de cordée installent des passerelles qui vont être exploitées dans les deux sens en vue des départs pour le Levant mais aussi des «retours»

L’utopie vire au cauchemar

 Daech organise un contrôle absolu sur les habitants. «Un processus de déshumanisation est au cœur de la machine jihadiste». Arrivés au califat, les Européens sont fichés, triés, envoyés dans des camps d’entraînement. Et Micheron fait une analogie osée: «Les dirigeants du califat les confinent [les djihadistes étrangers] dans un ordre totalitaire comparable au système carcéral.»

Le califat destiné à être universel n’exercera son pouvoir que sur huit millions d’habitants, mais ses conquêtes auront coûté d’immenses pertes humaines. Le quotidien est entièrement consacré à la guerre. Hicham, un recruteur: «Les Lunellois, ils ont été envoyés à Deir-ez-Zor, la durée de vie là-bas à l’automne 2014 était d’une heure…» Les moins entraînés tombent rapidement, beaucoup d’autres cherchent à fuir. Les déserteurs sont envoyés au front. 

Les prisons de l’EI donnent l’occasion aux sadiques de se muer en tortionnaires. Les séances de désenvoûtements (roqia) réservés à ceux qui ont des problèmes, y compris médicaux, se transforment en séances de torture. Les exorcistes estiment que des djinns sont à l’œuvre.

Certaines réflexions de Français revenus de ce champ d’horreur laissent pantois: «…Par exemple, l’adultère en islam est puni par lapidation. Si la personne reconnait les faits, on va pas se choquer de l’avoir lapidée. Mais il faut vraiment pas avoir de cœur pour être heureux quand quelqu’un se fait lapider. Là-bas, les gens jubilent. »

On apprend aussi que les Syriens exprimaient une «curiosité teintée de racisme envers les Noirs». Et qu’ils se méfiaient aussi de leurs frères étrangers. «Les Syriens ne voulaient pas qu’on épouse les Syriennes», raconte un revenant. Les femmes manquaient, ce que la capture des yézidies palliera en partie après que des dizaines de milliers d’hommes yézidis aient été massacrés. Les femmes sont gardées loin du champ de bataille, elles doivent enfanter les futurs soldats. Mais comme le montre Thomson, les revenantes évoquent surtout l’ennui, elles n’expriment aune empathie pour les victimes.. 

 En France les revenants ne sont pas systématiquement arrêtés. Ça changera à partir des attentats de Charlie Hebdo. Dès lors, les départs pour la Syrie deviennent très difficiles. L’EI lance une nouvelle campagne d’attentats en Europe: métro de Bruxelles et aéroport de Zaventem, assassinat d’un couple de policiers, carnage de Nice, prêtre égorgé. Mais pour Daech, c’est la débandade, et des jihadistes sont acheminés dans des camps de prisonniers gérés par les Kurdes. Le califat perd ses derniers territoires fin 2017 pour l’Irak et en mars 2019 pour la Syrie.

Micheron et Cie réussi.jpg

De gauche à droite: Hugo Micheron, Gilles Kepel et Bernard Rougier

Les revenants s’organisent

 Selon les revenants, dont beaucoup seront prochainement libéré, Daech a commis des erreurs, mais la doctrine reste intacte. Dans les prisons, les jihadistes se liguent et créent une perpétuelle agitation, en particulier en 2016: mutineries, incendies volontaires, promenades en vêtements noirs du jihad, agressions de gardiens, etc. Le prosélytisme bat son plein. Les droits communs sont intimidés. «C’est stressant, parce que si vous vous manquez sur un truc religieux, ils sont violents . Si vous dites un mot approximatif, ils vous tombent dessus.»

Les jihadistes incarcérés fascinent, en prison comme dans les quartiers d’où ils viennent. «C’est un délire. Y a un succès de ouf à être jihadiste en prison…». Les revenants de Syrie sont considérés comme des «demi martyrs». Les prosélytes diffusent leurs idées à l’intérieur de la prison, mais aussi vers ces lieux dont ils sont partis. 

Les surveillants vivent un enfer. Un directeur: «Les individus dont on parle, c’est une encre dont la toxicité est telle qu’une simple goutte suffit à troubler tout le verre. Si vous ne versez pas l’encre à côté, vous perdez le verre. Vous perdez la détention…»

Quelques nouveaux idéologues apparaissent. Selon eux, Daech aurait eu une mauvaise appréciation du rapport de force. Ils distinguent deux phases de l’action jihadiste: la première correspond à la période mecquoise, encore pacifique. La seconde, médinoise, est l’affirmation du nouveau pouvoir des musulmans et l’extermination des mécréants. L’EI a voulu trop vite entrer dans cette phase médinoise et dans l’affrontement armé. 

 Priorité à l’éducation!

Aujourd’hui, affirme un prisonnier, «on est la génération «sacrifiée», mais celle de nos enfants, on est en train de l’éduquer pour que quand ils auront nos âges, le rapport de force face à l’État leur soit favorable, qu’ils soient tellement nombreux que l’État ne puisse même plus les mettre en prison…» Ça commence par de nouveaux comportements dans l’habillement, la nourriture, l’éducation des jeunes. «C’est déjà pas mal avancé. À long terme, ça va changer la société…»

Revenons à notre question: que faire devant la menace? Pour Micheron, d’abord produire des savoirs nouveaux et «les mettre au service d’un diagnostic global, préalable à toute recherche de solutions». Car la catastrophe menace surtout «si rien d’autre que le renforcement de l’ordre sécuritaire et la stigmatisation n’est formulée en guise de réponse définitive.»

Mais quoi d’autre? «mener un débat serein», «s’approprier le savoir», «sortir du déni généralisé qui nourrit l’hystérisation», ne pas «confondre l’idéologie salafiste avec l’islam». 
Encore cinq ou dix ans de diagnostic avant de passer à l’action ?

 …Surtout qu’on peut avoir confiance: «L’État et ses différents services, de l’éducation nationale à la justice en passant par la multitude d’acteurs sociaux, disposent de milliers d’intervenants quotidiens qui ont les capacités de faire face à l’activisme de quelques centaines d’individus. » 

Cinq ans de recherche pour en arriver à cette envolée…

Rappelons que Darmadin ne parle pas de centaines, mais de 8000 radicalisés liés au terrorisme, et tous sont loin d’être répertoriés. 

 Enfin, Micheron affirme -très légèrement- que les Frères musulmans ont passé au salafisme. Comme si l’extension de la doctrine jihadiste avait effacé leur présence et leur stratégie, plus pacifique, d’infiltration politique et culturelle. Or, ils se multiplient. Et au final, les deux mouvances œuvrent à un même objectif: l’islamisation de la société. 

Eric Delbecque, Les silencieux.

Eric Delbecque, Les silencieux. (Plon)

Ce titre elliptique s’éclaire en lisant le bandeau blanc sur fond noir  de la coiuveture: Ne nous trompons pas, les salafistes menacent la République. Dès lors, tout est dit. Ce livre assez épais et bien documenté de première main, rédigé par un homme qui sait de quoi il retourne, montre que la situation est sérieuse pour la tradition républicaine de notre pays, la France, même si certains secteurs de l’opinion et de la classe politique ne prennent toujours pas cette menace au sérieux. Le titre, dès lors, se justifie : ceux qui minent les fondements de la société française effectuent leur sinistre besogne, loin des regards indiscrets ou de la vigilance des services de sécurité. Ceux qui détruisent l’essence même du pacte républicain, le font sournoisement, en silence, sans que l’on réalise vraiment ce qui se passe. Et après, il risque d’être trop tard, même s’il. faut éviter tout alarmisme et garder la tête froide. Mais il est indéniable qu’un travail de sape est à l’œuvre.

Eric Delbecque, Les silencieux. (Plon)

Je trouve que les livres et les émissions télévisées sur l’islamisme et le communautarisme (les deux termes sont pratiquement équivalents) abondent mais sans jamais traiter le sujet en amont, en d’autres termes, comment en sommes nous arrivés là ? Au point qu’aujourd’hui les plus hautes autorités de l’Etat parlent de séparatisme et de partition. Jadis, on évoquait à voix basse les territoires perdus de la République, désormais on parle de gens qui érigent sous notre nez une contre-société avec pour législation essentielle le dogme religieux islamique, alors que depuis au moins 1905 la loi existe qui sépare les églises de l’Etat. Y déroger serait trahir les principes républicains et constituerait une régression inadmissible.

Mais je voudrais, en non-spécialiste, poser la question suivante ; pour quelle raison avons nous laissé se constituer un véritable ghetto regroupant de l’autre côté du périphérique des populations maghrébine et africaines, non intégrées, touchées gravement par le chômage et qui ont, pour cette raison ou pour une autre, développé une économie locale souterraine (drogues, fraudes, trafics en tout genres, etc ). Est ce que les différents gouvernements n’ont pas pu ni voulu intégrer cette immigration que le pays ne pouvait plus absorber ? Y a t il eu une méfiance presque automatique envers l’appartenance confessionnelle de ces immigrés qui a établi une barrière entre eux et la majeure partie de la population ? Je ne le crois pas à cent pour cent. Car, certains, mais ils sont hélas trop rares, ont réussi une brillante intégration dans le secteur bancaire, industriel, médical et autre. Ils sont des citoyens français comme tous les autres.

Je pense, au contraire, que certains agitateurs-idéologues ont exploité l’ignorance de ces laissés pour compte, leur faisant miroiter un avenir bien meilleur s’ils se laissaient guider par la voie de l’islam, ce qui impliquait, à leurs yeux, le rejet des valeurs occidentales et de l’humanisme individualiste. Enfin, il y a aussi cette théologie, cette théocratie selon laquelle seul Dieu peut souverainement nous diriger, l’homme qui y aspirerait s’arrogerait obligatoirement un pouvoir que n’est pas le sien. Et évidemment ce sont les salafistes, tenants d’un passé légendaire, qui incarneraient ce règne de la volonté divine sur terre. L’avenir, pour eux, c’est l’islamisation du pays et du monde entier. Cela paraît dément et pourtant ces idéologues ont réussi à entraîner nombre de leurs coreligionnaires dans tous les pays occidentaux, des jeune gens et des jeunes femmes les ont suivis et sont partis se faire tuer au nom d’Allah dans la zone dite irako-syrienne. Pourquoi, comment se fait il, que les valeurs de l’Occident qui ont bercé l’enfance et l’adolescence de cette population, née sur place, accompagné leur scolarisation et leur socialisation, se sont comme évanouies lors de la confrontation avec le délire des islamistes ?

L’auteur de ce livre, Eric Delbecque, pointe souvent cette énigme et pense que c’est la mauvaise conscience des nations occidentales qui s’est mue en haine de soi et les a conduits à se coucher eu lieu de réagir énergiquement. Et les gouvernements  qui se sont succédés, de droite comme de gauche, ont eu peur, notamment de l’accusation d’islamophobie, voire de racisme généralisé ; dans la presse allemande, on parle de massue morale (moralische Keule) que la gauche brandit chaque fois que l’on aborde de tels sujets et qu’on veut défendre son identité nationale, vieille d’au moins deux millénaires. On tombe alors dans le redoutable creuset de la critique de la gauche. Tout s’y mêle : la haine de l’homme blanc, la colonisation, le génocide culturel, les mœurs dégradées et dégradantes de l’Occident, les juifs  le sionisme, la cause palestinienne, etc. La liste est loin d’être exhaustive. Certaines revendications qualifiées d’indégénistes sont proprement stupéfiantes, ce qui ne les empêche pas d’être à l’honneur sur certains plateaux de télévision.

Le sujet principal du présent ouvrage est de mettre à nu le travail de sape des salafistes qui, comme le disait l’actuel président du Sénat, M. Gérard Larcher, campent aux perdes des mairies… Selon l’auteur, les salafistes sont particulièrement dangereux car ce sont eux qui génèrent des djihadistes. Il est vrai que même si l’auteur classifie les différentes méthodes, les différentes affiliations des uns et des autres, leur objectif ultime reste désespérément le même : l’islamisation, la prise du pouvoir dans certaines zones, pour commencer, et l’imposition de la shari’a, la loi religieuse musulmane. Or, la France est un vieux pays de grande tradition judéo-chrétienne dont l’ADN ne peut pas supporter une telle chose.

Ce qui est aussi frappant, et l’auteur le souligne, c’est l’absence de certaines autorités islamiques qui ne condamnent que du bout des lèvres de tels projets. C’est comme si ces mêmes personnalités redoutaient d’être mal perçues par leurs mandants. Mais dans ce cas, la situation serait vraiment très préoccupante 

L’auteur de cet ouvrage consacre un important chapitre à la définition même d’un acte terroriste et aux instruments juridiques censés le combattre. Et là nous nous trouvons dans une situation très complexe car il ne s’agit plus d’un engagement de deux armées ennemies, reconnaissables à leurs uniformes, leurs méthodes et leurs objectifs, ici c’est la terreur, la violence aveugle qui, si l’on y regarde bien, ne datent pas d’hier. Les chefs mongols et d’autres potentats orientaux comme Tamerlan faisaient régner la terreur, dont le terrorisme, afin que des villes attaquées se soumettent sans combattre, à la seule vue de ce que les cités réfractaires avaient dû endurer… C’est, au fond, la philosophie du terrorisme, frapper partout, à tout moment, sans considération aucune concernant l’identité des victimes : c’est la violence aveugle, terrifiante. C’est bien ce que recherchaient en mai 1971 les terroristes japonais, recrutés par le FPLP à l’aéroport de Lod, en Israël. L’auteur rappelle aussi la difficulté des gouvernements occidentaux à s’entendre sur la définition du terrorisme, sans même parler des moyens de le combattre.

Les Etat occidentaux sont des Etats de droit, ils sont les mains liées par la législation en vigueur dans leurs pays respectifs et doivent rendre des comptes, toutes choses dont ne s’embarrasse guère le terroriste : son but est de faire parler de la cause qu’il défend à une époque où les média gagnent sans cesse du terrain. Songez que nombre de gouvernements regardent immédiatement CNN ou BFM tv pour se tenir informés, avant même que leurs propres services aient pu collecter des renseignements fiables… Que ce soit du temps de Tamerlan ou, plus proches de nous, les révolutionnaires russes, ou d’autres mouvements de libération nationale (le FLN, LIRA, etc) les actes de terreur ont été utilisés pour l’intimidation ou la soumission d’un adversaire.

Les démocraties occidentales ne sont plus aussi désarmées face aux méfaits des terroristes. Il existe à présent des collaborations entre les différents services européens, en lien avec la CIA et le Mossad. On parle de plusieurs dizaines de tentatives d’attentats déjoués par les services auxquels l’auteur consacre toute la seconde partie de son livre.

Mais déjà, la lecture du chapitre intitulé Les territoires perdus de la République sur le terrain … et dans les têtes, est proprement stupéfiante. La richesse de la documentation, la citation de sources de première main nous fournissent une idée de la réalité sur le terrain. En effet, les salfistes ne semblent pas vouloir se replier sur leur pré carré. Cela se constate par exemple aussi bien sur les lieux de travail que dans les entreprises où des salles sont demandées pour la prière ou les entrainements sportifs. Le communautarisme s’affiche sans pudeur.

Mais le combat est asymétrique.. Si vous touchez à la pratique religieuse, vos adversaires diront que vous vous en prenez aux libertés publiques, voire aux droits de l’homme. La France est à la croisée des chemins. 

De vrai, l’Europe et la France auraient pu être une chance pour cette religion islamique. Après tout, un penseur comme Averroès, bon musulman s’il en est, avait composé toute une théorie des relations entre la philosophie grecque et la religion musulmane. Il pouvait, en sa qualité de penseur, être considéré comme l’un des pères spirituels de l’Europe comme Thomas d’Aquin , Albert le Grand, Maimonide, etc… Mais lui ne connaissait pas de zèle convertisseur, il préférait de fines interprétations de la philosophie aristotélicienne…

A bon entendeur salut !

Commentaires

  • Pourquoi avons-nous laissé se répandre les cancers du chômage et de l’immigration tant légale, illégale que sous-qualifiée ?
    Parce ces cancers servent de « variable d’ajustement de l’économie » depuis 1976 lorsque le gouvernement Giscard a décidé de remplacer l’inflation, qui était à 2 chiffres et qu’il ne maîtrisait plus, par le chômage.
    Ajoutez à cela la désindustrialisation, c’est-à-dire la fin de la production de richesses réelles et concrètes, et vous créez une république bananière et un pays en voie de sous-développement. Une vraie proie pour un islam qui n’a jamais renoncé à la conquête du monde. Par tous les moyens, surtout les plus barbares.

Nouvelle décision spectaculaire de Riyad :
l’Arabie Saoudite « tombe » le hidjab

Nouvelle décision spectaculaire de Riyad : l’Arabie Saoudite « tombe » le hidjab

Le port du hidjab n’est plus une obligation pour les femmes saoudiennes et les étrangères vivant dans le pays. Les autorités du royaume viennent de casser un des tabous les plus tenaces du pays. 

Le ministère de l’Intérieur fait savoir, dans une note, que dans le cadre des réformes entreprises dans le pays, « il a été décidé de lever l’obligation du port du voile dans l’espace public pour les femmes saoudiennes et les étrangères qui vivent dans le pays ».

La décision interdit également à la police d’importuner les femmes non-voilées. « Il faut dénoncer les membres de la police qui ne respectent pas cette décision, pour qu’ils soient sanctionnés de manière exemplaire », précise la note des autorités saoudiennes.

Après avoir propagé, de longues années durant, l’islam radical et ses pratiques rigoristes dans le monde, l’Arabie Saoudite se débarrasse peu à peu de ce qu’elle considérait comme des « obligations religieuses ».

En effet, depuis l’arrivée au pouvoir du prince héritier Mohamed Ben Selmane (MBS), plusieurs décisions tendant à desserrer l’étau sur la société ont été prises, dont l’autorisation de la musique, l’ouverture de cinémas, les concerts et la conduite des véhicules pour les femmes.

Reste à savoir qui en profite le plus ?… les mecs ou les nanas ? 
Nous avons ici la preuve flagrante que le coran est un outil pour les dictateurs… pour avilir le peuple comme en ce moment ce ridicule masque ! 

La France à l’épeuve de la métastase musulmane

L’islam est un marchand d’illusions, un mystificateur et un usurpateur.

Avec lui la France n’est pas au bout de ses surprises, après l’épisode douloureux du terrorisme qui porte sa signature mais sans qu’il soit nommément mis en cause et qui n’est pas encore fini, le  voilà qu’il vient polluer son paysage politique où il se donne une honorabilite de façade en arborant le masque de l’union des démocrates musulmans qui est en soi une hérésie. L’islam est lui-même un système politique qui entend régir toutes les sphères du pouvoir et de la vie dans ses moindres petits détails antinomique à la démocratie.

Un musulman qui s’inscrit dans la voie de la démocratie est soit un apostat soit un hypocrite doublé d’un schizophrène.

Il faut être atteint de cécité mentale pour donner une once de crédit à cette nouvelle effigie de l’hydre musulmane.

Ce parti prétend avoir quelques centaines d’adhérents, mais au vu de son vivier électoral et grâce aux relais des mosquées et les réseaux sociaux il ne va pas tarder de devenir le premier parti de France et faire ainsi un pied de nez à tous les idiots utiles de l’islam qui nient l’existence du vote communautaire.

Il n’y pas plus de démocrate musulman le concept lui-même n’existe pas en islam, que terroriste non-violent. C’est du pur enfumage de l’opinion publique et le fait même qu’ils accolent à la démocratie le qualificatif islam marque ouvertement le choix de leur appartenance politique.

Si l’islam était soluble dans la démocratie on aurait pas 57 États musulmans à la traîne des droits politiques et des libertés publiques dans le monde. On aurait pas exclu les non-musulmans du clamp politique et du pouvoir ni leur interdire l’accès à la magistrature suprême d’un pays musulman.

De quelle démocratie musulmane parlent-ils est-ce de celle qui met  à mort les musulmans qui exercent leur liberté de conscience et leur liberté de critique de l’islam ou celle qui divise le monde en musulmans et non-musulmans avec prééminence des premiers sur les derniers ?

La démocratie musulmane est-celle qui consiste à imposer le paiement d’un impôt de capitation aux Juifs et aux Chriens pour qu’ils puissent vivre en sous-hommes parmi les musulmans ?

La démocratie n’exclut pas les hommes en raison de leurs différences elle crée les conditions pour favoriser leur intégration dans la vie de la cité qui passent entre autres par l’obolition des frontières religieuses où les individus sont citoyens et non pas des fidèles

L’islam n’a pas vocation à faire des non-musulmans les égaux des musulmans, il leur dénie même le droit à l’existence en tant qu’êtres humains àccondition qu’ils lui fassent allégeance.

En démocratie l’homme a son existence propre, libre de ses choix politiques et personnels et acteur de sa vie, il est l’antithèse de l’homme musulman qui n’existe pas en propre et n’existe que par son groupe et s’y dilue. Il vit pour la chimère de l’Oumma, une sorte de Reich où il n’y a de place qu’aux seuls musulmans. 

La démocratie ne définit pas l’homme à l’aune de ses obligations religieuses et ne cherche pas à le ravaler au rang de mouton de panurge.

Un musulman est par définition celui qui croit en Allah et n’a d’exemple à suivre que Mahometet, le modèle parfait pour l’humanité tout entière paraît-il.

Il ne s’appartient pas à lui-même, il est l’esclave d’Allah, son éternel débiteur, pour servir sa cause et non pas pour concourir au bien-être commun de tous les hommes.

Il ne vit que par et pour l’islam et de loi à respecter que la loi de l’islam, de but dans la vie que payer de sa vie et détruire celle des autres pour imposer la dictature de l’islam aux quatre coins du monde. 

Le musulman est un supremaciste dogmatique convaincu qu’Allah l’a élevé au-dessus de tous les êtres humains pour le simple fait d’être musulman. Le présidestinant à la première place de la hiérarchie humaine parce que c’est écrit dans le Coran et a force de vérité absolue. Fort de ses certitudes il ne peut penser que les meilleurs de la classe sont ceux qui y arrivent grâce à leurs mérites et non pas grâce à leur rang social ou croyance.

Un musulman ne peut voter que pour un candidat musulman à moins que l’union des démocrates musulmans soit d’avis contraire fondé sur un verset tronqué ou imaginaire. 

Il commet un sacrilège, si jamais il investit de sa confiance et apporter sa voix à des non-musulmans même s’ils sont des islamo-compatibles : C’est illicite car cela veut dire qu’il leur fait confiance et allégeance alors qu’Allah dit: « Ô les Croyants! N’adoptez par pour alliés ceux qui prennent en raillerie et jeu votre religion, parmi ceux à qui le livre fut donné avant vous et parmi les mécréants. Et craignez Allah si vous êtes croyants. » (sourate 5/verset 57).

Les électeurs musulmans, ce qui est déjà en soi une hérésie doivent choisir parmi les candidats musulmans ceux qui leur paraissent les plus dignes, aptes, qualifiés et qui ont le sens des intérêts de leur communauté.

Un élu musulman ne doit pas oeuvrer pour le bien de la collectivité plurielle, seuls priment dans le cadre de son action politique qui doit être fidèle aux prescrits coraniques les aspirations de ses coreligionnaires.

Un nazi ne pouvait pas voter pour un juif de même qu’un musulman  – malgré son incapacité et sa faiblesse – est jugé meilleur que l’insoumis à Allah au coeur rempli de rancune et de mépris à leurs égards : « Et certes, un esclave croyant vaut mieux qu’un associateur même s’il vous enchante. » (sourate 2/verset 221)

Il faut savoir aussi que l’élection du non-musulman – et lui donner primauté – est considérée comme accorder une voie aux mécréants contre les croyants, ce qui est interdit ! Allah dit: « Et jamais Allah ne donnera une voie aux mécréants contre les croyants. » (sourate 4/verset 141)

Il n’y a pas de plus clair pour convaincre ceux qui drapent les musulmans dans la vertu de la démocratie électorale et balayer d’un revers de la main le leitmotiv des musulmans aussi menteurs et fourbes qu’un arracheur de dents sur la démocratie chrétienne : « Si les chrétiens sont démocrates nous le sommes aussi. » Or, les chrétiens ne sont pas en contradiction avec le message originel de leur religion qui séparent le profane du sacré. Le Christ n’était ni un chef de guerre, ni un chef d’Etat, ni un assassin, ni un malfrat,  et n’a prêché ni la violence, ni le racisme, ni le suprématisme, ni la haine entre les hommes contrairement à Mahomet.

Les chrétiens ne sont pas nourris au biberon de l’abhorration des valeurs de la république et de la laïcité à la différence notoire des musulmans.  Etre chrétien est aussi être maître de ses choix politiques et acteur de plein droit dans la vie sociale, c’est le refus du fatalisme, de la misère et de la pauvreté.  Comparer le christianisme à l’islam c’est faire fi des nombreuses réformes et innovations sociales réalisées par le Vatican dont la fameuse encyclique Rerum Novarum publiée le 15 mai 1991 sous Léon XIII qui marque l’ouverture de l’Eglise sur les questions sociales, ouvrières et syndicales.

L’islam n’a jamais connu l’ombre d’une réforme, comment peut-on envisager une démocratisation de ses institutions alors que c’est la main invisible d’Allah qui gouverne la vie des hommes dans les moindres petits détails ?

L’homme n’a pas à briser les chaînes dont il est entravées car cela consisterait à à commettre une Fitna, une révolte ? Il est condamné à la résignation et à l’immobilisme, il ne doit pas changer les cours de l’évolution de sa vie.

Etre musulman est d’accepter le sort quelque soit le degré de son amertume qu’Allah lui a dévolu. Etre musulman c’est aussi le refus de la démocratie et la laïcité.

C’est l’islam qui fait les amalgames entre les différentes sphères des pouvoirs et non pas ceux qui doutent de l’innocence de l’islam et de sa neutralité politique.

L’islam a fait de ses fidèles des bombes à neutron pour asservir l’humanité et détruire tous les modes de pensée qui ne sont pas de son bord. Comment peut-on imaginer que la démocratie fait la paire avec l’islam alors que la première veut mettre l’homme au coeur de la vie de la cité et le second fait d’Allah le seul et unique maître de la vie des hommes. Ils ne peuvent ni se juxtaposer, ni se superposer, ils ont tous les deux des propriétés antinomiques. Autant la démocratie n’est pas mortelle pour l’islam où il y a de place chez elle pour tous les hommes qui aspirent à vivre ensemble autant ce dernier est un poison mortel non pas seulement pour la démocratie mais pour toute l’humanité qui ne croit pas en lui.

L’islam ne reconnaît qu’une seule logique de la cohabitation harmonieuse entre les hommes celle qui consiste à nier les droits à la différence et à la liberté de pensée et de convictions

 Des islamo-compatibles, des naïfs et tous ceux qui draguent les voix des musulmans ne manqueront de se faire les avocats de ce parti de l’islam appelé l’Union des musulmans démocrates en plaidant la cause de ce nouveau-né en insistant sur son caractère républicain et inoffensif avec un certain scepticisme dissimulé en espérant qu’il sera un mort-né.

La chute de Byzance s’est faite par la ruse et un musulman ne s’avoue jamais vaincu tant qu’il n’a pas piégé sa proie. Ce parti à caractère religieux n’aurait jamais dû bénéficier de l’autorisation préfectorale.

Au point où nous en sommes pourquoi pas un parti des Témoins de Jéhovah démocrates, des Juifs démocrates, des Bouddhistes démocrates, des Animistes démocrates, des Athées démocrates et pourtant leurs systèmes de pensée ou de croyance sont compatibles avec les valeurs de la République contrairement à l’islam qui est un danger mortel pour les fondements de la République ?

L’islam se veut religion, Etat et monde, où l’homme n’a pas voix au chapitre, il doit suivre au long de sa vie la voie qu’Allah lui a tracée, il n’a pas à être ni une force de proposition, ni à discuter du choix du modèle de société qui lui convient. L’islam est lui-même un mode de gouvernance politique qui exige de ses fidèles une allégeance totale et absolue. Prôner la démocratie c’est s’éloigner de la voie de l’islam et par conséquent commettre une hérésie punissable de la peine de mort.

En revanche, il est permis aux musulmans de tromper son auditoire en arborant tous les masques de circonstances selon les besoins de la cause de l’islam. Ce parti qui est une insulte à la démocratie est moins guidé par les intérêts de la France que par les intérêts de l’islam.

La démocratie française est entrain de signer son propre arrêt de mort en laissant proliférer en son sein la cancer de l’islam.

Islam de France ou plutôt la mort programmée de la France

Vouloir créer un islam de France c’est vouloir faire pousser un nénuphar dans le désert d’Arabie ou plus encore c’est carrément donner les clés de la Maison France à l’islam. Une vue de l’esprit, un mirage, un pur fantasme, une fausse bonne idée pour appâter l’électorat musulman et nourrir les conversations de salons des bobos-collabos-droits-de-l’hommisme.

Un islam de France, même pas un islam en France soumis aux lois de la République est aussi tout simplement un aveu d’impuissance et de reddition face au péril musulman

L’histoire sanguinaire et mortifère de l’islam conquérant et totalitaire devrait les instruire et leur faire prendre leur distance envers la pire idéologie totalitaire qui puisse exister plutôt que d’asséner des vérités sur son innocuité dénuées de tout fondement sérieux.

L’islam est une idéologie de discrimination et d’exclusion.  Les non-musulmans qui ont vécu dans les pays musulmans peuvent en témoigner avec leur statut de dhimmis, d’humains de seconde zone, comme s’ils étaient des pestiférés.

De quel islam tolérant parle-t-on de celui qui persécute les apostats ou celui qui interdit à un non-musulman de se marier à une musulmane ou plutôt celui qui légitime et sanctifie la haine du Juif et du Chrétien ?

Il n’y a pas un jour qui passe sans que l’islam ne dévoile sa nature belliciste, raciste, haineuse, antisémite, criminelle, ultra-violente, barbare, rétrograde, intolérante,  ultra-machiste,  perfide, fourbe, immorale, perverse,  esclavagiste, cruelle.

Mais il n’y a que les musulmans et leurs collabos de gauche comme de droite qui continuent à doter l’islam des vertus qui ne sont pas les siennes et que si jamais elles le deviennent il cessera d’être l’islam pour finir par disparaître de la surface de la terre.

 Le triste sieur Al-Qaradhaoui, prédicateur-vedette de la chaîne  qatarie de la Jazeera, qui partage les mêmes propriétaires avec le PSG,  disait à juste titre que sans les menaces de mort qui pèsent sur les apostats et tous ceux qui veulent se libérer de sa tutelle l’islam aura vécu. 

L’islam est bien plus qu’une religion c’est un système politique globalisant, loi et foi à la loi, qui instrumentalise le sacré à des fins de pouvoir total sur les hommes. 

Pour ceux qui croient aux attributs humanistes de l’islam,  il leur suffit d’aller l’expérimenter à leurs dépens dans les pays de l’Apartheid religieux que sont l’Arabie Saoudite et certains Émirats du Golf arabique, peut-être que cela va leur ouvrir enfin les yeux sur l’incompatibilité de l’islam avec la vie humaine.

Ce ne sont pas les destinations touristiques qui leur manquent aujourd’hui qui leur feront regretter de ne pas avoir goûté aux joies du Goulag sibérien. Kaboul, Khartoum, Mogadiscio, Jeddah, le Nord du Nigéria le fief des Boko Haram, le Yémen,  Tripoli, Bagdad, Mossoul théâtre de nettoyage religieux et des razzias dans la pure tradition mahométane,   Téhéran

Le vrai islam est le culte de la mort, la négation de la vie humaine et la sanctification de la barbarie .

Un musulman est par définition celui qui pave le chemin d’Allah de cadavres des innocents et l’irrigue de leur sang. Celui qui tue et se fait tuer au nom de cette divinité maléfique du nom d’Allah.

Il n’y a qu’un seul islam, celui qui est mis est mis en scène par les islamistes et ce n’est certainement pas celui qui est à la paix ce que l’urine du chameau est à la médecine.

Le vrai danger est moins les islamistes, le visage découvert de l’islam agressif et violent, qui sont en cohérence avec les prescrits coraniques que la majorité silencieuse musulmane,  un ennemi sans visage, un véritable volcan en sommeil qui peut cracher sa lave au moment où l’on l’attend le moins. Elle constitue, en réalité, le gros des troupes de l’islam, qui excelle dans son rôle d’enfumeuse de l’opinion publique et qui sort de sa renardière à chaque attentat terroriste au nom d’Allah pour jouer à la pleureuse de service et fait passer les musulmans pour les premières victimes de l’islamisme, cet islam en isme.

Quoi qu’il en soit islamiste et musulman taiseux sont les deux têtes de l’hydre musulmane pendant que le premier tue l’autre plaide son innocence.

Les dissocier revient à séparer les deux faces d’un même miroir.

Vouloir jouer la carte de l’un pour écarter le danger de l’autre est comme si l’on lutte contre la drogue en s’en menant la guerre aux dealers et laisser les producteurs impunis.

Les musulmans, de par la circoncision sont des drogués à l’adrénaline… la souffrance de la coupure du prépuce en pleine formation biologique est telle que la montée d’adrénaline atteint le cerveau dont les hypophyses et la thyroïde ce qui explique ce besoin de cracher parterre… et ce que personne ne comprend c’est que le mutilé comme tout drogué cherche désespérément à revivre cette expérience, comme pour éteindre la douleur. Car toute opération chirurgicale est mal interprétée par le cerveau qui gardien de notre inventaire corporel est rappelé à l’ordre par l’homéostasie qui veux à tout prix réparer et cicatriser toute blessure… cette restauration permanente du corps nous maintient en vie… sans cette régénérescence permanente nous serions en lambeaux avec un espoir de vie hyperlimité. Notre peau et tous nos organes se reconstruisent en permanence… dont le foie en quatre mois ! Et le cerveau veut réparer le prépuce qui lui manque à l’inventaire… il est bête et discipliné et c’est son seul rôle, l’intelligence étant dans le prépuce qui capte nos émotions… mais le cerveau n’arrive pas à lancer la réparation, ce qui crée des douleurs, un conflit interne et des maux de tête. Ces douleurs comme à TOUS les infirmes créent un besoin de détruire… c’est ainsi que le circoncis est un délinquant en puissance, car par frustration il va brûler des voitures, nous provoquer avec son drapeau dont il n’a rien à foutre… il va jusqu’à violer et tuer car non seulement il recherche des sensations fortes pour ce besoin d’adrénaline mais en plus la circoncision détruit l’empathie… ce qui fait du circoncis un piètre amoureux car ce sentiment est annulé par celui de la haine de soi… ce qui explique cette violence innée et invivable pour les gens normaux non racisés par la circoncision… le circoncis est un haineux qui doit épancher sa colère dans la violence et le meurtre… sans aucun remords car l’empathie normale chez les intacts, n’existe pas chez lui… il est déconnecté de tout sentiment… ce qui est un handicap pour développer l’intelligence, mais qui est programmé par les dictateurs qui désirent un peuple soumis. Le paradoxe de cette violence souvent refoulée, c’est que cela fait aussi du circoncis un agneau de six mois très faible physiquement et intellectuellement. Ce sont des vaccinés par Bill Gates avant l’heure ! Bill Gates avec son vaccin veut reproduire sur les intacts le même handicap que celui des circoncis ; être malléables car ils croient en une puissance divine avec le chantage d’aller au paradis, menteurs par la tackia, et adeptes de la sharia pour faire la police gratuite entre eux… ce qui correspond chez les chinois à la reconnaissance faciale qui inventorie et donne des notes à chaque citoyen… on invente rien, on perfectionne !

Vendredi 4 septembre 2020, Gérard Depardieu s’est reconverti ! En la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky, située à Paris, le comédien de 71 ans a en effet été baptisé chrétien orthodoxe en présence d’une trentaine de personnes.

Star du cinéma, Gérard Depardieu a quitté la France il y a quelques années afin de vivre en Russie. Si ce dernier a obtenu la nationalité russe en 2013, il ne manque jamais une occasion de se rendre à Paris. Si il y a quelques jours, il avait fait parler de lui pour avoir été arrêté par la police en état d’ébriété, c’est pour une toute autre raison que la star fait l’actualité aujourd’hui ! Alors qu’il avait profité de son passage à la capitale pour se rendre sur le plateau de Touche pas à mon poste la semaine dernière, Gérard Depardieu a également organisé dans le plus grand des secrets son baptême dans la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky, dans le 8ème arrondissement.

C’est le magazine Valeurs Actuelles, qui a assisté à la cérémonie qui a rapporté les détails du baptême du comédien. Vendredi 4 septembre 2020, c’est à 16h30 que Gérard Depardieu est arrivé dans une Mercedes noire. Si ce dernier était entouré d’un cercle restreint composé d’une trentaine de personnes, il n’a cependant pas manqué de fantaisie lors de cette cérémonie religieuse, notamment grâce à des « gestes animés et parfois fantasques, inhabituels au sein d’une cérémonie orthodoxe.«  Avec enthousiasme, il a ensuite dû renoncer à Satan en soufflant et crachant sur ce dernier. Sous les « chants solennels du chœur et les prières des célébrants« , le comédien de 71 ans s’est fait « abondamment asperger le corps et la tête d’eau. » Pendant ce temps, le reste de l’assemblait s’adonnait à « des étreintes bruyantes et joyeuses. » Interrogé sur sa volonté de devenir chrétien orthodoxe, Gérard Depardieu a expliqué à Valeurs Actuelles « son goût pour la liturgie orthodoxe » et « ses liens avec le clergé orthodoxe.

Gérard Depardieu s’était converti à l’Islam pendant deux ans

Si aujourd’hui, le célèbre comédien est chrétien orthodoxe, c’est en 1967 qu’il décidait de se convertir à l’Islam. Pendant deux ans, ce dernier a alors fréquenté assidûment la Grande Mosquée, lisait le Coran et préparait ses prières. En 2016, c’est dans les colonnes du Parisien que Gérard Depardieu était revenu sur ses convictions religieuses : « J’ai été musulman deux ans dans les années 1970. 

« C’était difficile, les cinq prières quotidiennes de l’islam, l’interdiction de manger du porc, ce qui n’est, entre nous, pas fondamental.« 

Zineb et l’attentat de Charlie : partout « on voit des manifestations de l’islamisation de la société »

Zineb et l’attentat de Charlie : partout « on voit des manifestations de l’islamisation de la société »

Zineb El Rhazoui: «Où que le regard se pose dans l’espace public, on voit des manifestations de l’islamisation de la société»

ENTRETIEN – Alors que s’ouvre mercredi le procès des attentats de janvier 2015, pour la journaliste, il n’est pas possible de considérer les crimes terroristes comme des crimes de droit commun.

Ancienne journaliste à Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui, militante de la laïcité et des droits de l’homme, n’était pas à Paris le jour de l’attentat contre l’hebdomadaire.

Mais elle qui est régulièrement menacée de mort, notamment pour avoir déclaré en 2017 que l’islam «devait se soumettre aux lois de la République, à la raison et à la critique», s’est néanmoins constituée partie civile dans le procès de l’attentat du 7 janvier 2015.

Une manière pour elle de défendre la liberté d’expression.

Et de dénoncer les complicités morales.

Zineb EL RHAZOUI. – J’étais au Maroc, à Casablanca.

J’hésitais à rentrer au journal.

Quand je me suis réveillée, ce matin-là, j’ai écrit un mail à Charb, pour lui proposer, avant la réunion de la rédaction, un article sur la «commercialisation» des femmes par l’État islamique, qui avait élaboré un barème très précis d’évaluation en fonction de leur âge.

C’était tragique et drôle en même temps. J’avais estimé mon prix, c’était 150 ou 200 dollars…

Peu de temps après, j’ai reçu un appel affolé d’Omar Radi, un journaliste marocain: «Où es-tu? Il y a une fusillade à Charlie. . Je ne me suis pas inquiétée tout de suite.

J’ai appelé Charb, lui ai laissé un message, puis un autre.

N’ayant pas de réponse, j’ai téléphoné alors à Luce Lapin, secrétaire de rédaction à l’époque, qui m’a dit:

«On est planqués dans le bureau de Riss, il y a au moins dix morts.» Mais je ne l’ai pas crue.

J’ai continué à penser que c’était une blague jusqu’à ce que j’entende alors des hurlements de bête blessée.

C’étaient les pleurs de Patrick Pelloux.

Là, j’ai enfin compris et je me suis effondrée.

Et après, qu’avez-vous fait?

Mes deux téléphones étaient inondés d’appels d’amis et de la famille qui voulaient savoir où j’étais.

Je ne répondais à personne.

Moi, ce qui m’intéressait, c’était de savoir qui était mort, qui était vivant.

J’ai posté un message sur Facebook pour dire que je n’étais pas au journal, que j’étais en vie.

J’ai trouvé une télé, j’ai appris la mort de Charb, Wolinski, Cabu et Tignous, puis de Philippe Honoré.

Et, après avoir passé toute la journée du choc d’avoir appris le décès de quelqu’un à la joie, le bonheur d’apprendre qu’un autre était vivant, ce n’est qu’à 21 heures que j’ai connu l’identité des douze morts.

J’étais en état de choc.

J’ai eu l’impression que la vie s’arrêtait.

Que la terre s’ouvrait et m’avalait.

J’avais deux amis au journal, Charb et Simon Fieschi: lorsque j’ai appris que ce dernier était entre la vie et la mort, j’ai eu le courage de prendre un billet d’avion.

Est-il normal que, cinq ans après cet attentat, je doive continuer à me balader avec des hommes armés en plein cœur de Paris, alors que je suis pacifique ?

Zineb El Rhazoui

Vous avez dit que votre vie a basculé dès votre retour en France, le lendemain, le 8 janvier. Pourquoi ?

Avant même de prendre l’avion, le consulat de France à Casablanca m’avait contactée pour me signifier ma mise sous protection et me demander de venir dormir à la résidence – pour mieux assurer ma sécurité -, ce que j’ai refusé.

Le lendemain, dans l’avion, j’ai reçu un SMS:

«Je suis votre officier de sécurité, je vous attends sur la passerelle. J’ai un béret, vous me reconnaîtrez.»

J’avais déjà eu une fatwa officielle des oulémas marocains (suite à l’organisation d’un pique-nique au Maroc pendant le ramadan, NDLR), mais là c’était différent, la menace venait d’une nébuleuse internationale et était beaucoup plus inquiétante.

Alors oui, bien sûr, ma vie a basculé mais elle a fini par reprendre ses droits, même si, depuis, je suis toujours accompagnée d’officiers de sécurité.

Avez-vous été informée des autres attentats qui ont eu lieu ce jour-là, notamment à l’Hyper Cacher?

Le 9 au matin, tous les gens de Charlie et leurs familles ont décidé de se retrouver devant le magasin Camaïeu de la place de la République.

On est tombés dans les bras les uns des autres et on a marché vers la rue Béranger, le siège de Libération, qui nous hébergeait.

C’est là que l’on a compris que quelque chose avait profondément basculé: il y avait des barricades, les journalistes derrière, les caméras, les flashes crépitaient.

Nous étions hagards, je n’avais pas dormi une demi-heure depuis l’attentat.

Des politiques sont passés.

On fumait des clopes, on a enfumé Libération, personne n’osait nous dire que c’était non-fumeur.

Je me souviens d’avoir vu, dans un nuage de fumée, arriver Manuel Valls dans un costume impeccable.

C’était très particulier. On n’a pas vraiment suivi ce qui s’est passé à l’Hyper Cacher.

On voyait que la violence continuait mais nous étions incapables de regarder ces événements comme des journalistes.

À ce moment-là, nous ne l’étions plus.

La sidération faisait que tout notre intellect était focalisé sur l’attentat.

Vous étiez à la manifestation du 11 janvier 2015. Quel souvenir en avez-vous ?

C’était extraordinaire!

Même s’il y avait quelque chose d’hermétique entre nous et le monde extérieur.

Quand nous sommes arrivés, on a appris que derrière nous il y avait des chefs d’État du monde entier et notamment de pays qui interdisent Charlie à la vente et condamnent le blasphème dans leur juridiction.

On a eu aussi un grand moment d’hilarité au milieu des larmes, quand François Hollande est venu nous serrer la main.

On était éplorés, les visages déformés par la douleur, les nuits blanches. On nous avait donné des espèces de rubans avec «Charlie Hebdo» écrit dessus.

On entendait des gens aux fenêtres nous crier qu’ils nous aimaient, c’était un moment chargé d’émotion, solennel, grave.

Jusqu’à ce que l’on remarque qu’un pigeon avait c… sur l’épaule du costard de François Hollande. Luz est parti dans un fou rire, puis nous aussi.

On s’est dit que Charb s’était peut-être réincarné dans un pigeon!

Après, nous avons marché sur ce boulevard Voltaire noir de monde.

À ce moment, j’étais réconfortée.

Je pensais que les gens avaient compris pourquoi nous faisions ce travail, pourquoi ce n’était pas un détail de pouvoir dessiner le Prophète pour des journalistes satiriques.

Une petite musique différente s’est cependant vite fait entendre. Certains disaient «Je suis Charlie, mais»…

Les représentants du CFCM, par exemple, qui ont déclaré, la main sur le cœur et la larme à l’œil, que «le terrorisme, c’était mal», mais condamneront, quelques jours plus tard, la une du numéro des survivants.

On a rapidement appris aussi que des gamins, en France, refusaient de respecter la minute de silence en hommage aux victimes des attentats ou qu’il y avait eu des explosions de joie dans certains pays.

Peu de temps après les attentats, Edwy Plenel a tenu une conférence avec Tariq Ramadan et tous ceux qui ont toujours accusé Charlie d’être islamophobe – un délit qui n’existe pas en France – se sont exprimés.

Par ailleurs, des personnes comme Rokhaya Diallo, qui ont accusé Charlie d’être raciste pendant des années, ne se sont pas amendées.


L’Islam a gagné plus de pouvoir au cours des 5 dernières décennies qu’au cours des siècles précédents:

ils savent utiliser les deux piliers de la religion, de la pauvreté et de l’ ignorance pour organiser les gens en une arme de frappe redoutable contre ses «ennemis»Très probablement, le premier humain qui a inventé le premier dieu, était un type tribal intelligent qui a vu que c’était un moyen très efficace de se protéger des blessures corporelles par les plus forts s’il les faisait et les membres les moins intelligents de sa tribu croient qu’il l’avait fait. un ami très fort vivant à travers les montagnes, un ami si fort qu’il pouvait faire gronder les montagnes en tapant du pied sur le sol … 
D’autres n’oseraient pas l’attaquer de peur de la vengeance d’un ami si puissant et même si personne n’a jamais vu cet ami, il valait mieux prévenir que guérir. 
Il n’a probablement pas fallu longtemps à ce type intelligent pour découvrir que ses camarades de la tribu étaient faciles à croire que cet allié du tonnerre les rendrait presque invincibles dans la bataille avec des tribus rivales et pourrait même conquérir ces tribus. 
Le type intelligent était bien conscient qu’en réalité il n’était pas du tout en sécurité, alors il s’est tourné vers le plus fort du monde, généralement le chef de tribu et lui a fait croire qu’il était favorisé par le puissant ami du tonnerre à travers les montagnes. 
Au fur et à mesure que l’histoire progressait, les chefs tribaux sont devenus les rois des temps ultérieurs où les hommes intelligents sont devenus les hommes «  saints  » et les prêtres … 
Bien sûr, l’histoire de l’ami fort a été révisée lorsque les gens pouvaient traverser la montagne et étaient susceptibles de ne rien y trouver. Au fil du temps, le puissant ami s’est déplacé vers un endroit où personne ne pouvait voyager, des endroits comme dans le ciel, la mer la plus profonde ou le sommet de montagnes impossibles à escalader. La religion est devenue le moyen le plus puissant de rendre les gens dociles et même l’Empire romain a vu que sa culture d’innombrables familles de dieu ne fonctionnait pas s’ils voulaient maintenir le pouvoir sur l’Europe. 
Au 4 e siècle l’ empereur Constantin le Grand a commencé un changement quand il a décidé d’aller pour une nouvelle approche qui semblait travailler dans les territoires de l’ Est ainsi il a jeté les vieilles familles Dieu avec leurs histoires mythiques immensément complexes et a commencé à simplifier les choses en adoptant la un seul dieu de la culture juive combiné avec le folklore à propos d’un prophète qui prétendait être le fils de ce dieu juif … 
C’était une sage décision car de cette manière il ne traverserait pas les Juifs, qu’il considérait comme une nuisance et dont il souhaitait pouvoir se débarrasser. 
Il a nommé un groupe de gars intelligents, que vous trouverez à n’importe quelle époque, et leur a confié la tâche de créer ce système de, 
un Père, un Fils et une Mère qui ont été choisis pour enfanter ce fils de ‘Dieu’, Jésus … 
Ces gars intelligents étaient bien sûr le Conseil de Nicée qui était bien au courant … 
Créer une religion entière à partir de zéro coûterait des décennies à moins qu’ils ne réunissent les anciennes chroniques avec des écritures principalement tirées du Talmud juif, et combinées avec la nouvelle histoire du prophète, Jésus fils de Dieu , dans le seul livre qui serait la ligne directrice de la nouvelle religion romaine le christianisme dans le futur. 
Ce compromis a été créé en un temps beaucoup plus court, et il y avait forcément des erreurs dans la Bible parce qu’il n’y avait pas assez de temps pour croiser les livres qui étaient inclus. 
Prenant le fait que personne ne pouvait lire de toute façon et que les sermons seraient donnés en latin, ces erreurs ne seraient pas visibles avant un autre millénaire. 
« Roi et Cardinal » 
Pour faire un grand bond en avant, le christianisme sous forme de catholicité romaine s’est répandu à travers l’Europe et plus tard dans le monde d’une manière sanglante, impitoyable, souvent génocidaire . 
Comme à l’époque préhistorique, les dirigeants et les prêtres ont uni leurs forces pour garder leur peuple conforme, et un exemple parfait est: 
Comme le cardinal a dit au roi, « si vous les gardez pauvres, je les garderai ignorants ». 
Même aujourd’hui, les historiens discutent encore de l’historicité de cette déclaration, mais cela donne une bonne image du système religieux consistant à maintenir les gens dociles et à ne pas se retourner contre la classe dirigeante. 
Dans le même temps, montre à quel point des personnes dociles endoctrinées pourraient être manipulées pour mener leurs guerres, au nom de Dieu et du Roi. 
Aux rois, les empereurs à venir ont reçu les forces de l’église et de la religion, une arme d’un nombre presque illimité de sujets prêts à combattre leurs guerres et à étendre leur illusion de pouvoir qui, en réalité, était entre les mains des hommes intelligents derrière la religion. . 
Les dirigeants finiraient par mourir et pourraient être remplacés tandis que la religion continuait d’étendre son pouvoir et son influence. 
Une religion à travers l’histoire a été utilisée comme l’arme la plus puissante de génocide et de destruction connue de l’humanité. 
Cela est allé parfait jusqu’au moment de l’illumination où, malgré les efforts de la religion pour les garder ignorants , les gens ont commencé à penser par eux-mêmes et à découvrir qu’ils étaient utilisés et ont commencé à s’élever au pouvoir de ces rois et autres dirigeants, mais toujours de la façon dont la religion leur avait enseigné, maintenant c’est devenu, 
« pour Dieu et la patrie » … 
À l’époque de la modernisation, et en particulier au XXe siècle, toutes les religions ont commencé à perdre leur emprise sur les gens quand de plus en plus de gens ont quitté l’église parce qu’ils sont devenus éduqués et conscients qu’ils ont été manipulés … 
Le temps sans Dieu est né, du moins en Europe occidentale où la moyenne des gens s’identifie actuellement comme athée, ne croyant plus en un dieu présenté par l’Église. 
Ne pensez pas que l’arme religieuse a perdu son pouvoir. 

L’Islam a gagné plus de pouvoir au cours des 5 dernières décennies qu’au cours des siècles précédents: 
ils savent utiliser les deux piliers de la religion, de la pauvreté et de l’ ignorance pour organiser les gens en une arme de frappe redoutable contre ses «ennemis» et le christianisme n’a qu’une perte minime dans ce domaine … 
Arme religieuse de petit calibre 
La même chose s’est produite aux États-Unis. 
Parce que la classe dirigeante n’était ni rois ni empereurs, la religion a trouvé d’autres moyens de garantir son pouvoir en aidant les riches qui peuvent contrôler la politique uniquement par leur argent. 
Mais la religion a rencontré un hic, pour la première fois, elle ressent des pertes dans le nombre d’adeptes qu’elle peut contrôler, car de plus en plus de gens deviennent éduqués et sceptiques sur toute cette affaire religieuse. 
Un des piliers de la religion, l’ignorance pourrit … 
Au cours des dernières décennies, les riches et les puissants ont été très actifs pour s’enrichir et maintenir les gens pauvres. Ce n’est pas suffisant, pour garder son pouvoir, la religion a également besoin de cette autre jambe sur laquelle se tenir debout. 
Pour retrouver cela, il est absolument nécessaire de ramener les gens à l’ignorance complaisante et de mettre un terme à cette «menace» d’ éducation . 
La religion se rend trop bien compte qu’il ne sera jamais plus possible de revenir à l’analphabétisme, alors les gars intelligents font maintenant activement ce qu’ils font de mieux, 
manipulant les circonstances en leur faveur, et par conséquent ils doivent contrôler l’éducation au profit de leur religion … 
Je pense que la seule preuve dont j’ai besoin pour présenter tout ce qui se passe, c’est de vous exhorter et de regarder la montée du dogme créationniste dans l’éducation en engageant les religieux dans des fonctions clés du système éducatif. 
Pour que l’ arme religieuse puisse survivre, elle a besoin d’un nombre croissant d’adeptes aveugles et ignorants. 
L’arme religieuse maintient les régimes totalitaires au pouvoir et, ensemble, ils maintiennent la majorité des gens dans le monde pauvres et ignorants. 
Mais maintenant, au lieu des rois et des empereurs, ce pouvoir est donné aux riches qui peuvent utiliser leur fortune pour acheter leur place dans la prise de décision politique tandis que les «paysans» vont à l’église tous les dimanches et envoient leurs enfants dans des écoles dominées par l’église pour faire sûr qu’ils reçoivent leur dose quotidienne de lavage de cerveau …

La reine blanche va-t-elle tomber sous la pression des pions noirs surnuméraires ?


La reine blanche va-t-elle tomber sous la pression des pions noirs surnuméraires ?

.

Les prévisions sont plus que pessimistes : selon Michel Onfray « dans deux ou trois générations nous (les Français de souche) serons en infériorité numérique ». Laurent Obertone confirme : « si tout continue au train où vont les choses, en 2060 ce sera plié ».Ceci est sans compter sur les petits coups de pouce de la vie ; un petit virus qui décime les ehpad, ou encore notre ami Erdogan qui se propose une ouverture massive de ses frontières, sont des catalyseurs du processus…

Au départ les dés sont pipés. Nous ne jouons pas avec les mêmes règles. D’un côté nous avons le couple désireux d’éduquer ses enfants du mieux qu’il peut, de les soutenir dans leurs cursus scolaires sans aucune aide, tout en subissant les assauts d’une fiscalité punitive. De l’autre le polygame Traotrucnuche, aux 4 femmes et ses 17 bambins et gamines à l’élévation sociale qu’on leur connaît.

Plus de 100 000 étrangers deviennent « français » chaque année. Mais d’intégration, d’assimilation il n’en est pas question ; au contraire. Gerald Pandelon, un avocat des caïds, nous dévoile la réalité des cités ; ce qui compte le plus pour les habitants est dans l’ordre :

  1. L’islam
  2. Le pays d’origine
  3. La famille
  4. La cité
  5. La ville

Chacun a en mémoire ces supporters drapés du drapeau algérien sur les Champs Elysées à l’issue de la coupe d’Afrique des nations de football. Plus récemment la victoire de listes communautaires aux élections municipales fêtées au son de one two three Viva l’Algérie…
La République Française est aux abonnés absents. Et pourtant l’acquisition de cette nationalité de papier déclenche automatiquement un bulletin de vote ; bulletin de vote qui aura le même poids, que l’on soit chef d’une entreprise qui aura œuvré sur 4 générations pour fournir du travail à des dizaines de citoyens, ou que l’on soit moukère à 200 mots de vocabulaire téléguidée par une idéologie lui demandant de s’enchiffonner et qu’elle prétend que c’est son chouaaahhh !

Ce bulletin de vote sera plutôt un : «bon pour une ingérence de puissance étrangère aux mains d’une idéologie totalitaire, violente et mortifère» dans la souveraineté républicaine. Les prétentions sont avérées, écrites et il n’est pas question de faire de la figuration.

« L’islam va retourner en Europe, comme un conquérant et un vainqueur, après en avoir été expulsé à deux reprises. […] Cette fois-ci, la conquête ne se fera pas par l’épée, mais par le prosélytisme et l’idéologie. »  Et encore :  « Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons, avec nos lois coraniques, nous vous dominerons« . Yusuf Al-Qaradawi.

Quand le rapport de force sera suffisamment favorable, attendons-nous donc à l’horizon des présidentielles de 2072 à avoir un président musulman ; nous sentons déjà les prémices de cette « voie démocratique » avec l’apparition des listes communautaires municipales. Quelques lois seront votées par l’assemblée pour bien enfoncer le clou de la domination : taxation outrancière de l’élevage du porc qui fera disparaître le pâté Henaff des goûters sur les plages bretonnes désolée Nolwenn pour tes souvenirs d’enfance), arrachage de la vigne (désolée pour toi Maité et ta famille de viticulteurs). En contrepartie l’implantation de trois usines « Fanta » dirigées par Ali, Foued et Aziz permettra à Geoffroy, Quentin et Louis de s’éclater sur les chaînes d’embouteillage. Quant à Camille, Geraldine et Morgane en fait, on n’a rien prévu pour vous…

Le féminisme n’a plus vraiment le vent en poupe. D’ailleurs rappelez-vous de cette émouvante cérémonie de passation de pouvoir entre l’ancienne présidente Chloé et le nouveau président Mohammed et en particulier la transmission des codes de l’arme nucléaire. Le Maghreb avait enfin la bombe atomique, sans aucune recherche, sans aucun investissement, sans aucun effort. C’est cadeau. La reine blanche tombait sous la pression des pions noirs surnuméraires ; nous assisterons encore à quelques tressautements des pièces blanches, tel le poisson extrait du chalut qui vient de refermer sur lui. Qui pensait que regroupement familial, droit du sol, double nationalité, tolérance de la polygamie et ce n’est pas exhaustif, allait nous conduire à vendre la rue de la Paix et son hôtel ? A moins que les possesseurs « institutionnels » de l’arme atomique (Pakistan exclu) ne flairent la manœuvre, eux, et ne donnent un salutaire coup de pied dans l’échiquier…

Que dire de ces musulmanes en mini-jupe
qui se font tatouer « Mahomet » sur le décolleté ?

Que dire de ces musulmanes en mini-jupe qui se font tatouer « Mahomet » sur le décolleté ?

Illustration : Toutes les femmes musulmanes ne sont pas ainsi voilées, mais une grande part est ainsi muselée !

Comment est-il possible que des femmes qui se disent libres, qui disent même vouloir vivre leur vie en toute liberté plébiscitent le prophète Mohamed ? Elles se présentent comme voulant leur indépendance, et en même temps, affichent leur adoration pour un prophète dont les recommandations rendent ce vœu impossible à atteindre.

Ces femmes, je ne sais quoi en penser. D’un côté, elles s’habillent à la mode non islamique, jupe courte, décolleté, maquillage tape à l’œil. Elles correspondent plus au look bimbo qu’à celui de la parfaite musulmane. D’ailleurs, ces femmes sont en général dénigrées par leurs consœurs voilées, ou tout du moins, par celles ayant une apparence plus raisonnable, selon la norme musulmane. Ce dénigrement s’aggrave quasi-systématiquement, quand en plus de cela, elles ne se contentent pas d’afficher une apparence non musulmane, quand leur mode de vie est tout autant non islamique. Sorties en boîte de nuit, voyages, alcool et autres…

Rien en adéquation avec les préceptes coraniques selon les dires de leurs coreligionnairess et pourtant, elles vont quand même continuer à se réclamer de la musulmanie.

Je ne pensais pas spécialement à ce genre de personnes car je me suis fait une raison. La bêtise de nombre de musulmanes dites libérées est tellement grande que j’ai arrêté de me casser la tête à essayer de comprendre leur stupidité.

J’ai essayé avec certaines de leur ouvrir les yeux, sans grand succès. Depuis, j’ai décidé de laisser ces ahuries se fourvoyer dans leur délire mahométan. Je ne vais pas m’épuiser en pure perte pour des bouchées, cela n’en vaut pas la peine. Je tiens à ma santé mentale !

Pourquoi dès lors vouloir aborder ce sujet ? Parce que j’ai rencontré hier une jeune femme, jupe courte, décolleté pigeonnant, avec un physique pas spécialement reconnaissable comme étant celui d’une musulmane, en réalité, une femme ordinaire en Terre de France. Sauf que le décolleté de celle-ci laissait voir un tatouage inattendu. Je ne m’attendais pas à voir sur cette personne une telle déclaration d’amour. Un Mohamed bien en vue, gravé sur la peau du haut de son sein, côté cœur, avec en dessous sa version en arabe, je suis allée vérifier sur Internet.

Comme d’habitude, encore une qui se permet de profiter de la liberté que la France offre, et dans le même temps se réclame adepte de la sinistre religion musulmane. Je ne dis pas pour celle-ci, je ne la connais pas, même si j’ai de fortes présomptions en ce qui la concerne, mais elles me font doucement rire ces mahométanes qui disent que l’islam n’est pas une entrave à l’exercice de leur liberté. Elles vont même jusqu’à dire que c’est leur religion qui leur permet d’être libre. Mahomet est, paraît-il selon ces cruches, un grand féministe.

Il est curieusement féministe en terre non islamique, et bizarrement misogyne en pays musulman.

Comme par hasard, les femmes musulmanes jouissent de la liberté d’agir seulement en pays kouffar, et sont réduites à pas grand chose dans les shitoles islamiques.

Ce n’est pas dans un, pas deux pays musulmans où les femmes disposent de peu de droits, mais bien dans la quasi-majorité des 57 Etats mahométans.

On ne va pas nous faire croire que tous n’ont pas compris le fameux message de momoh, car cette excuse de l’interprétation est vraiment risible. La religion musulmane, censée être parfaite, comment peut-elle être à ce point incompréhensible, incomprise ? Comment ?

Peut-être que tout simplement, les choses se passent ainsi parce que l’essence de l’islam, c’est cela même ! C’est un système où tout type de liberté n’existe pas car tout est codifié, réglementé par le menu. Le comportement des femmes, plus que pour celui des hommes, fait l’objet de toutes les attentions, je dirais plutôt, est frappé de tous les interdits. Rien n’est laissé au hasard. On leur a taillé une case sur mesure assortie d’une série de punitions pour bien les maintenir dans celle-ci.

C’est pourquoi quand une féministe musulmane, oxymore et pas des moindres, vient nous dire que la situation des femmes en terre d’islam n’est pas le fait de ce dernier, mais des hommes ayant mal interprété, mal saisi la profondeur du message de sa majesté mahomet, le modèle parmi les modèles, je reste dubitative. Je me demande que choisir pour la désigner, adepte de la mauvaise foi ou de l’aveuglement, ou peut-être les deux en même temps. Comment peut-on oser débiter de telles contre-vérités, sans la moindre gêne, le plus normalement du monde ? Je vous laisse prendre connaissance d’un extrait du discours de l’une de ces volailles halal, et juger par vous-même du haut niveau de malhonnêteté de ce type d’individu :

« La nouvelle approche féminine islamique- dans laquelle je me reconnais pleinement- s’inscrit dans un registre de fond différent, quoique dans la forme il y a une certaine cause commune. Notre but sera de militer pour les droits des femmes musulmanes, de l’intérieur de l’islam en tant que religion, mode de vie, selon une vision globalisante et contemporaine…Nous luttons dans un cadre explicitement religieux pour la simple et bonne raison que nous considérons que l’islam est à nos yeux porteur d’un message profondément émancipateur. La différence est de taille. De et par l’islam, et à partir des références islamiques … »

Tout le reste est de la même veine, des âneries, en veux tu en voilà. Le message censé être émancipateur, qui a tout de même plongé les femmes vivant sous les cieux musulmans, dans des ténèbres sans fin depuis 1400 ans. Sur cette si longue période, pas un musulman digne de ce nom pour mettre en lumière la magnificence des prescriptions coraniques, des paroles d’allah. Eh ben ! Ils ne sont pas doués !

On ne pourra pas cacher, avec de tels arguments bidons, la responsabilité de l’islam sur la situation plus que catastrophique des femmes. Le recul des sociétés musulmanes en matière de droit féminin n’est plus à démontrer, les versets coraniques, les hadiths se succèdent les uns derrières les autres, et laissent à voir toujours la même chose, une considération pour la gent féminine proche de zéro !

Les incidences délétères de l’islam sur la condition féminine de millions d’individus ne sont plus à prouver, elles sautent aux yeux de qui veut bien les voir.

Les féministes musulmanes sont à l’œuvre tous les jours dans leur basse besogne, celle de prouver aux yeux du monde les bienfaits apportés par l’héritage de momo. Mais pas que, des sites internet de musulmans dits modérés sont aussi de la partie. Plus on est de fous, plus on rit !

Ainsi, le site dénommé « islam web », pour dédouaner la religion musulmane des accusations qu’elle récolte régulièrement quant aux conséquences néfastes sur la vie des femmes, dit de ces dernières qu’elles sont esclaves de leurs émotions, incapables de raison, et donc doivent être protégées d’elles-mêmes. En conclusion, on cherche à justifier l’injustifiable en déclarant que l’islam n’est pas mauvais pour elles, au contraire, il est génial, car sans lui, elles feraient tout et n’importe quoi jusqu’à se mettre dans des situations improbables. Sous des airs de bienveillance, on fait donc passer le message que la gent féminine est bête, stupide, incapable de s’auto gérer. Et c’est ça qui est censé nous convaincre de l’infinie bonté de l’islam envers les femmes ?!?!

Pour ma part, je dois dire que ce genre d’arguments a plutôt tendance à renforcer la haine ressentie face à cette doctrine. En refusant, ces explications bidon, et même en les condamnant sans appel, je serais selon les énergumènes de ce site un détracteur, entendre par-là une personne qui n’a rien à faire de sa vie si ce n’est chercher des poux à l’islam pour son bon plaisir.

« Le Prophète () a dit : « Je n’ai pas vu des êtres comme vous (les femmes) dont la raison et la religion sont déficientes, mais capable de troubler l’homme décidé. » (Boukhari et Mouslim). Certains détracteurs, dans leur tentative malsaine de porter atteinte à l’image de l’islam, laissent entendre que ce hadith est une preuve de plus que la religion musulmane humilie la femme, porte atteinte à sa dignité, à son rang dans la société et ne lui reconnait aucune forme de raisonnement ni dans ses réflexions et  ni dans son comportement.

Or, ceci n’est absolument pas vrai et le hadith en question, comme nous allons le voir, prouve exactement le contraire de ce qu’ils essayent de nous faire avaler. Ce hadith décrit en réalité la nature de la femme, une nature dominée par les émotions. En aucun cas ceci ne constitue un défaut. Au contraire, c’est une qualité adaptée à sa vocation dans la vie. De par sa nature, la femme est une source inépuisable de tendresse et ce rôle est plus important pour sa famille en particulier et pour sa société en général que son rôle de source de réflexion raisonnée. En effet, c’est elle qui procure l’affection, c’est elle qui essuie les larmes et les remplace par le sourire, et c’est elle encore qui dissipe les peines que son mari et ses enfants ont endurées toute la journée. Ce rôle, elle l’assume non pas par la raison, mais par les sentiments. Ceci n’est pas une sous-estimation de la pensée et de l’intelligence de la femme, mais plutôt une mise en exergue de sa véritable nature. »

Trêve de plaisanterie, les sites musulmans pratiquant la takkya, les pseudos féministes musulmanes, les indigénistes, les gauchos, les dhimmis, la liste est longue de ceux qui pratiquent la langue de bois, pourront dire tout ce qu’ils voudront pour masquer la toxicité, les méfaits de la doctrine mahométane, les versets du coran, les hadiths et autres seront toujours là, eux, pour contrecarrer leur mauvaise foi, leur baratin bas de gamme. Ce n’est pas compliqué, il n’y a qu’à les lire tout simplement !

Les adeptes de la secte à Momo prennent le coran
pour un livre scientifique… car des savants se penchent dessus !

Que dit le Coran au sujet de la femme ? Les textes de l’islam posant le statut de celle-ci :

La supériorité de l’homme sur la femme

Le Coran affirme clairement que les hommes ont reçu le privilège d’avoir autorité sur les femmes. Ils ont même le droit de les frapper, au seul motif de craindre une désobéissance de leur part :

(S4, V34) : « Les hommes ont la prééminence ou l’autorité sur les femmes à cause des privilèges par lesquels Allah a favorisé ceux-là (les hommes) sur celles-ci et parce que les hommes emploient leurs biens pour doter les femmes. Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises ; elles conservent pendant l’absence de leurs maris ce qu’Allah a ordonné de conserver. Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre la désobéissance et vous les reléguerez dans des lits à part et vous les frapperez. »

La femme ne peut pas se marier sans tuteur masculin

En vue du mariage, la femme doit obéir à des règles et des conditions sans lesquelles celui-ci ne serait pas valide. Parmi celles-ci figurent la présence du Walî (tuteur) et de deux témoins musulmans ainsi que la demande de mariage et l’acceptation. Si ces règles ne sont respectées, le mariage n’est pas valide :

(S4, V25) : « …Et épousez-les avec l’autorisation de leurs maîtres (Walî) et donnez-leur une dot (mahr) convenable… »

Ce principe fait de la femme une mineure à vie, jusqu’à ce qu’elle soit répudiée ou veuve, puisque la femme qui n’a pas été répudiée ou qui n’est pas veuve, ne peut se marier et choisir son époux en toute liberté.

Le précepte coranique qui impose l’obligation d’un tuteur masculin pour valider le mariage de la femme est confirmé par les paroles de Mahomet :

« La femme ne peut pas se marier elle-même (sans tuteur). Seule la débauchée se marie elle-même (sans tuteur) » (Sunan Ibn Majah- Livre du mariage).

Situation des mères célibataires

Le fait d’avoir un enfant en dehors du mariage met la mère et l’enfant dans une situation dramatique. En premier lieu, la mère célibataire doit subir le châtiment de la flagellation, qui est pratiqué encore aujourd’hui dans de nombreux pays musulmans, à commencer par l’Iran chiite et l’Arabie sunnite. Le châtiment est prescrit par le Coran dans la Sourate « La Lumière » :

(S24, V1-2) : « Voici une Sourate que Nous avons fait descendre et que Nous avons imposée, et Nous y avons fait descendre des versets explicites afin que vous vous souveniez. La fornicatrice (la débauchée) et le fornicateur (le débauché), fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah – si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition. »

Le voile pour la femme

Le port du voile résulte de deux versets coraniques :

(S24, V31) : « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît. Et qu’elles rabattent leur voile sur leur poitrine …»

(S33, V59) : « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. »

Dans le premier verset, le Coran utilise le terme arabe « khimar », qui aurait pour signification un voile qui couvrait la femme. Le verset 59 de la Sourate 33 prescrit aux musulmanes de « ramener sur elle » le voile.

Ces expressions ont amené les Oulémas à imposer aux femmes de voiler leurs cheveux, même si la chevelure n’est pas explicitement citée dans le Coran.

Soulignons la fin du deuxième verset : « elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées ». La signification de ce passage est très claire : les femmes qui portent le voile seront reconnues comme étant des musulmanes, et elles ne seront pas offensées. Comme si l’interdiction d’offenser les femmes ne concernait que les musulmanes portant le voile.

Le mal réside dans la femme, la maison et le cheval

Le Prophète, en disant que le mal réside dans la femme, la maison et le cheval, fait de la femme la responsable du mal, puisque la maison et le cheval ne sont pas conscients du mal qui réside en eux. Seule la femme a ce pouvoir d’abriter le mal en toute conscience.

Pour appuyer son explication, l’islam cite le verset du Coran qui précise que la ruse des femmes est supérieure à celle de Satan :

(S12, V28) : «… C’est bien de votre ruse de femmes ! Vos ruses sont vraiment énormes ! »

Alors que les ruses des femmes sont énormes, celles du démon sont faibles :

(S4, V76) : « Les croyants combattent dans le sentier d’Allah, et ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du Démon. Eh bien, combattez les alliés du Diable, car la ruse du Diable est certes faible ».

Suite à ce mal qui réside en elles, Mahomet affirme que les femmes représentent la majorité des occupants de l’Enfer :

« J’ai vu l’enfer, et j’ai vu que la plupart de ses habitants étaient des femmes ». (Imam Malik, Muwatta : Livre 12 – Ch. 1 – Hadith 445).

En conséquence, le Prophète explique aux fidèles musulmans :

« Les femmes représentent la pire calamité que j’ai laissée après-moi pour les hommes ». (Bukhari : Livre du mariage, Hadith 34).

Et pour finir, on citera cette prescription qui reste encore valable de nos jours :

« La prière est annulée par les chiens, l’âne et la femme, s’ils passent devant les personnes en prière » (Bukhari : Livre de la prière, Hadith 102).

Aïcha, la jeune femme de Mahomet, s’emporta contre cette prescription et s’écria : « Vous nous considérez comme des chiens » !

Je n’ai pas ici retranscrit tous les aspects du droit coutumier musulman en ce qui concerne les femmes, ils sont trop nombreux, signe à mon humble avis de la grandeur du totalitarisme frappant cette catégorie de personnes. J’ai repris les grandes lignes, et ce n’est déjà pas mal pour entrevoir la responsabilité de l’inénarrable islam.

Cependant, selon les mahométans, il y a un problème de taille dans ce genre de dénonciation, car à priori ce type de jugement se fait à partir d’une vision occidentale des choses. Selon eux, les femmes musulmanes ne sont pas comme les autres. Elles n’ont pas les mêmes besoins, les mêmes envies. Elles, paraît-il, elles sont différentes, elles ont seulement besoin d’être des mères, des épouses, des filles, des sœurs. Elles n’attendent rien pour elles-mêmes, tout ce qu’elles veulent c’est satisfaire leur famille, leur société, leur religion. Elles ont été taillées sur mesure pour correspondre au modèle féminin musulman. Un miracle apparemment, sûrement islamique !

Il m’arrive d’ailleurs, souvent, d’entendre des musulmanes dire à des non musulmanes : « nous, on n’est pas comme vous ».

C’est cela oui ! Alors comment expliquent-elles le fait que des femmes, n’ayant jamais mis les pieds en Occident, ou même n’ayant aucune connaissance de la culture occidentale, aient succombé aux appels de la chair, ou simplement, aient eu envie d’un peu de liberté, liberté d’aimer, de sortir, de rire, de s’amuser ? Peut-être que c’est tout simplement parce que les femmes musulmanes sont comme toutes les autres ? Elles ne sont pas si différentes que cela, comme on voudrait nous le faire croire. En réalité, ce qui les différencie des autres, c’est l’épée de Damoclès qu’elles ont au-dessus de la tête, celle qui y a été installée par le fameux islam. Eh oui ! Les pratiquants de la takkya ont oublié un détail de taille, c’est qu’elles risquent à tout moment d’être la cible du code de l’honneur, l’horreur pour ma part, pratiqué allègrement en pays islamique, alors pas le choix elles se tiennent à carreau ou presque. Tout se fait en souterrain jusqu’au jour où éclate le scandale, et là, la machine infernale islamique se met en branle, plus rien ne peut l’arrêter.

Les faits divers allant dans ce sens sont glaçants, mais bien sûr, ils sont ignorés volontairement par nos baratineurs professionnels. Il ne faut pas donner du grain à moudre aux détracteurs de leur cher hisse lame, n’est-ce pas ?

Ce sont des histoires réelles, ce n’est pas du pipeau sorti d’un cerveau malade, comme celui d’une apostate comme moi.

J’ai connu, à ce propos, une jeune fille à Alger, qui sortait discrètement la nuit de chez elle, pour aller rejoindre son amoureux. Elle avait interdiction formelle de sortir sans un chaperon. Et, les chaperons islamiques ne sont pas les autres chaperons dans d’autres cultures qui peuvent, eux, accorder quelques libertés. Les harpies musulmanes, c’est toute autre chose, avec elles, tu ne bouges pas une oreille, impitoyables qu’elles sont je vous le dis !!!

Cette fille, en était arrivée, pour vivre quelques moments de bonheur, à se mettre en danger, en sortant ainsi les nuits à des heures indues au risque d’être prise la main dans le sac. Cela n’a pas été le cas, mais elle m’avait dit qu’elle ressentait une peur terrible qui la faisait cauchemarder pendant plusieurs jours. Elle prenait son courage à deux mains pour être en compagnie, un temps, avec celui qu’elle aimait. Le prix était fort, des tensions internes extrêmes, des risques de punition terrible, mais le jeu en valait la chandelle.

Idem, pour une autre qui me racontait les terribles sentiments de culpabilité qu’elle ressentait quand elle avait du désir pour son chéri, une vraie torture mentale ! Elle était tiraillée entre ses sentiments, somme toute naturels, et sa loyauté forcée vis à vis de sa famille, la société. Elle était incapable de prendre du recul face à ses mouvements contradictoires. J’appelle cela de la persécution intériorisée.

Les femmes musulmanes ont été modelées, dès leur plus jeune âge, pour toujours choisir l’honneur familial au détriment de leur propre intérêt. S’écouter, se faire plaisir, c’est quoi ce truc ? Elles très peu connaître !

Il avait fallu que cela soit une personne comme moi qui l’aidât à faire la part des choses pour qu’elle puisse trouver la paix intérieure. C’est avec mon esprit occidental que je l’ai aidée et sûrement pas avec des incantations islamiques.

Conclusion de tout cela, c’est que dans pratiquement toutes les situations rencontrées ou que l’on m’a rapportées, je n’ai jamais entraperçu la moindre once de paix, la moindre bonté, le moindre respect. A chaque fois, les mots, sortant de la bouche de ces femmes, revenant en boucle, étaient peur, terrifiée, culpabilité, brutalité, frappée, terrorisée… J’ai eu beau chercher, écouter attentivement, je n’ai jamais eu la moindre allusion au mot amour, soutien, compréhension, tendresse et plus si affinités.

Alors, toutes ces donzelles se pavanant en Terre de France qui déclarent que leur religion ne les empêche pas de vivre leur vie, au contraire, que c’est une source inépuisable de bienfaits, je les trouve vraiment pitoyables, pire même hypocrites au possible. Grâce à la France, rien d’autre, oui rien d’autre, elles peuvent conduire, travailler, voyager, avoir leur propre appartement, divorcer… Et d’ailleurs, si d’aventure, elles devaient subir une certaine pression de la part de leur famille, rien ne les empêche de plier bagages pour aller chercher ailleurs des cieux plus cléments, ce qui est impossible à réaliser dans n’importe quel shitole islamique !!!

L’honnêteté serait de rendre à César ce qui est à César, mais ça, il ne faut pas rêver le virus islamique ôte toute envie d’aller dans ce sens !!! C’est par le baratin, la violence que tout cela perdure depuis tant de temps…

Quant à moi, l’islamophobe invétérée, je désavoue définitivement la musulmanie. En échange, je plébiscite avec force la République, elle qui m’a donnée ma chère liberté ! Je me désintéresse totalement de celles qui s’acharnent à défendre la corde qui les maintient en état de servitude !!!

Samia
Samia

Apostate de l’islam, islamophobe et fière de l’être, je me sens comme Dihya, la reine des Berbères, qui a combattu l’envahisseur musulman sans jamais faiblir. Bien sûr, je ne combats pas par l’épée mais par les mots que l’on peut parfois, quand ils sont bien choisis, comparer à des flèches bien aiguisées.

10 thoughts on “Que dire de ces musulmanes en mini-jupe qui se font tatouer « Mahomet » sur le décolleté ?”

  1. AvatarChristian Le plus grave ce n’est pas tous ces signes extérieurs qui sont de la provoc à deux balles mais ce qu’elles ont dans le crane. Au 21e siècle si leur dieu existe je ne pense pas que son soucis est de savoir si le voile c’est bien ou pas ou si une tranche de jambon va te boucher le derrière…Pour moi ces femmes sont des idiotes utiles à la cause de grands manitous qui ont des visées politiques en se servant de la religion pour déstabiliser nos démocraties.. A nous de ne rien céder mais comme nos politicards ne pensent qu’à être élus ou réélus car la soupe est bonne, il n’ay a qu’à regarder Edouard Philippe qui veut nous faire voter en juin aux municipales pour aller se mettre au chaud et comme les gens sont des veaux il sera élu ce tocard. il faudrait maintenant voter utile et le seul vote utile serait pour un parti souverainiste qui reste à inventer…
  2. pikachupikachu Quand un musulman sur trois s’appelle Mohamed, difficile de savoir si cette femme « libérée » s’est fait tatouer le nom de son chéri ou celui de son prophète.
    Ceci étant dit, la takya féministe est un angle d’attaque important.
    La fille de Tariq Ramadan exploite le créneau. Il est certain qu’avec l’exemple de son père, le respect de la femme est une valeur cardinale :
    cf https://www.medias-presse.info/maryam-ramadan-fille-de-tariq-ramadan-et-diplomee-en-etudes-de-genre/9086/
    Aux Etats-Unis, Maryam Tariq Ramadan plaide pour que l’islam participe au dévelopement du féminisme. Elle parle notamment de « féminisme islamique ». Le 27 mars 2013, Maryam Tariq Ramadan donnait une conférence à l’Université de New York sur le thème « Pourquoi tous les musulmans devraient être féministes ». Cette conférence était notamment recommandée par The Young Feminists and Allies (YFA) dont l’objectif est de soutenir les jeunes femmes, les hommes et les personnes « au genre non conforme » (appellation cosmétique pour les transsexuels ou transgenres) qui se reconnaissent dans « l’activisme féministe ».Tout ceci est à mettre en relation avec les déclarations très relativistes et libérales de Tariq Ramadan à propos de la théorie du genre. Voilà qui explique sans doute également que l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), réputée proche des Frères Musulmans, se soit montrée opposée aux Journées de Retrait des Ecoles (JRE) initiées par Farida Belghoul.
    1. AvatarSamia Nul n’est en capacité de dire si c’est un Mohamed ou le Mohamed, toujours est-il mon propos est de dénoncer l’hypocrisie des mahométanes dites libérées, les voilées idem c’est kif kif bourricot. Elles jouissent et profitent de la liberté que la France offre, tout en voulant faire croire, à qui veut bien les entendre, que leur religion n’est pas liberticide, même est progressiste. C’est cette ineptie que je dénonce car c’est ce qui m’horripile plus que tout !
  3. pikachupikachu Cette phrase que vous citez et apparemment traduite par un imbécile est savoureuse :
    « Les femmes représentent la pire calamité que j’ai laissée après-moi pour les hommes »
  4. AvatarMachinchose Chère Samia, Pikache a presque compris la signification de ce « tatouage », moi je dirais ce « marquage »« Un Mohamed bien en vue,….tout a fait normal!
    c’est le propriétaire de la chosette qui a mis son nom !! en Camargue le propriétaire de vaches ou autres bovidés marque bien au fer son troupeau !!non! vraiment rien d’ extraordinaire…..et ça peut aider a trouver un mari..y a tellement de Mohamed (premier prénom de France, ou pas loin…)je vais en parler a mon épouse, et lui suggerer de se faire tatouer mon prénom (Paul) sur son épaule
    possible qu on ne me lise plus sur RR pendant quelques jours a la suite de cette idée géniale et de la réaction qu elle suscitera…. /LOL/
  5. AvatarHans muller Bonjour , j’ai un pote en Europe de est qui est st dans un business très particulier ou son personnel hôtesse féminin est tatoué de son emblème professionnel ,ces femmes muss qui se font tatoué momo , appartiennent a ce même type de boulot , inutile de préciser lequel.
  6. AvatarEslafin Sont-ce vraiment « les mauvais esprits » qu’il s’agissait premièrement de tenir à distance, en obligeant les femmes arabes à dormir groupées et lumières allumées ?« Dès que la salle fut libre par le départ des invités qui eut lieu de bonne heure, la femme de Habib, mon hôte, et quatre autres dames vinrent me voir [c’est l’auteur, qui est une femme, qui raconte]. Une d’elle offrit de coucher avec moi dans la chambre des hôtes, pour que je n’eusse pas peur, car les femmes arabes sont très timides pendant la nuit et se réunissent toujours pour dormir. Elles gardent les lampes allumées afin d’éloigner les mauvais esprits, quand elles couchent sous un toit. Aussi furent-elles très surprises d’apprendre que je couchais seule et sans lumière. »
    (Mary Eliza Rogers, “La vie domestique en Palestine”, chapitre VIII ; Agence de la Société des Écoles du dimanche, Paris, 1865, p. 233.)
  7. Avatar palimola J’ai connu une musulmane dans le genre de celle que vous décrivez mini short décolleté et en plus bien roulée , on peut dire qu’elle était libérée sexuellement car seul le train n’était pas passé sur elle et pourtant a la moindre occasion elle sortait du  » sur le coran ! ou sur ma race ! ou encore sur la mecque ! Allez comprendre !
  8. AvatarGillic C’ est vraiment la religion des déséquilibrés par excellence !!!!!!!!!!!
  9. Avatarebw C’est le nom d’un de ses ex :-))) elle aura juste a ajouter I II III IV…
    On ne peut que se félicité de la dégénérescence de cette sous-culture communotariste à la sauce franco-beurre, ça me fait penser à un spectacle que j’étais allé voir à Las Vegas, vraimment haram …. et tu voyais applaudir des femmes emburkanées « chic Vegas » applaudir.
    Esperons que la France se reveille.
    Merci et bon courage.

Nolan, 10 ans, est-il mort pour avoir mangé de la viande halal ?


Nolan, 10 ans,  est-il  mort pour avoir mangé de la viande halal ?

.

Nolan assassiné par ceux qui refusent l’étiquetage « halal » et nous obligent à manger halal sans le savoir ?

Maxime nous avait parlé de Nolan il y a 2 ans :

.

Pauvre gosse ! Plein de vie, plein d’envie de rire… A l’âge de 2 ans, comme une quinzaine  d’autres enfants, qui seront moins atteints mais qui en conservent de lourdes séquelles, il mange un steack haché LIDL…

EColi va envahir son petit organisme et cela va être un chemin de croix pendant 8 ans, chemin de croix qui l’a mené à la mort à la mi-septembre. En fauteuil roulant, avec les membres qui se déformaient, les os qui se cassaient, atteint de diabète, incapable de manger, de se mouvoir, nourri avec une sonde, « courant » les hôpitaux, les opérations, devenu handicapé mental…

L’horreur absolue.

Nombre d’articles des medias subventionnés ont parlé de cette terrible histoire. Pas un seul n’a prononcé le mot « halal », pas un seul n’a parlé « d’abattage rituel ». Personne n’a demandé pourquoi il y avait la bactérie e-coli dans la viande hachée vendue à LIDL. Personne n’a demandé d’où provenait la viande, dans quel abattoir la bête avait été abattue. Personne sauf les anti-islam pour qui les problèmes sanitaires générés par le halal et la multiplication des abattoirs halal, majoritaires à présent en France, génère un énorme problème de santé publique.

Au centre de la médiatique affaire, née en juin 2011 avec une quinzaine de signalements de l’Agence régionale de santé (ARS) du Nord-Pas-de-Calais, la souche 0157H7, l’une des variétés de la bactérie E. coli. Entre autres manquements, les deux prévenus sont soupçonnés d’avoir délibérément décidé de ne pas diligenter d’analyse spécifique à cette souche particulièrement dangereuse lorsque, sur les lots mis en cause, ils ont été confrontés à une concentration bien plus élevée que le seuil réglementaire de la bactérie E. coli : 770 germes contre 500.

« Nous sommes une entreprise sérieuse »

« Si on avait su qu’il y avait de l’E. coli 0157H7, on n’aurait pas mis les steaks sur le marché », a assuré Guy Lamorlette. « Nous n’étions pas une entreprise qui depuis 20 ans travaillait comme ce qui est décrit, avec les volumes que nous avions. Nous sommes une entreprise sérieuse. » Mais l’expert cité à la barre est formel : « Ils n’ont pas mis en œuvre cette recherche de 0157H7. […] Or, la réglementation exige une mise sur le marché de marchandises saines et sûres, sans atteintes à la santé ».

La société a aussi modifié son PMS (plan de maîtrise sanitaire) début 2011 sans en référer aux services vétérinaires de l’État. Résultat, elle ne s’astreignait plus à des contrôles systématiques, mais aléatoires. « Il faut s’imaginer ce que c’est, un camion avec 800 blocs de viande. S’il y en a 20 de contaminés, comment les trouver ? » a fait valoir Laurent Appéré. « Là, le camion devait repartir en production, sinon on fermait l’usine. Donc, on analyse toujours de façon aléatoire. »

La contrainte de temps et de volume à livrer, pour une entreprise dépendante à entre 50 et 70 % des commandes de Lidl, constitué partie civile, pourrait faire des débats « le procès de la filière bovine et de la grande distribution », a d’ailleurs noté auprès de l’AFP Me Marion Giraud, avocate de l’UFC-Que choisir, partie civile. « On parle de la possible mort d’un être humain, vous ne trouvez pas qu’il y a un fossé avec votre explication sur les camions ? » demande cependant la présidente, agacée, à Laurent Appéré. « Le risque zéro n’existe pas malheureusement », rétorque l’ancien responsable qualité. « Il y a déjà eu, par le passé, des rappels de steaks mis sur le marché, ce sont des choses qui arrivent… »

E-coli ou la génération spontanée. C’est la faute à E-Coli, arrivée là par hasard…

Je me contenterai de copier le petit commentaire que j’avais fait sous l’article de Maxime, la mort dans l’âme, pleurant Nolan avec ses parents. J’accuse ! 

Les pouvoirs publics savent pourtant. Parfaitement. La preuve ? Les responsables de cantine ont à présent l’obligation de passer la viande hachée à ultra haute température quelques secondes pour essayer de tuer les bactéries comme e-coli…

Or, tout le monde sait que si l’on trouve cette bactérie dans la viande, c’est à cause de l’abattage rituel, sans étourdissement, qui fait que le contenu de l’estomac et même parfois des intestins se déverse sur les bons morceaux du boeuf et le contaminent… Les musulmans sont à l’abri parce qu’ils mangent la viande essentiellement sous forme de ragoût mijoté, ce qui tue les bactéries… Or nous avons, nous, l’habitude de manger la viande rouge plutôt peu cuite, voire saignante.

Plus de 100 enfants meurent tous les ans de la viande halal qu’ils consomment sans le savoir, puisque les pouvoirs publics ne veulent pas de l’étiquetage qui « stigmatiserait » les musulmans et ferait augmenter le prix de la viande halal pour les musulmans, ce qu’ils ne consomment pas se retrouvant dans le secteur ordinaire sans que vous le sachiez…

Et c’est un pédiatre qui vous le dit :

Vous aimez l’islam comme Macron et ses amis ? Vous en aurez au point de faire mourir vos enfants ou les voir en chaise roulante ! Pas de principe de précaution, ici…

Je le dis et le répète, une seule sauvegarde : ne pas manger de viande dont on ne connaît pas le mode d’abattage, à part le porc.

Un coran plus vieux que Mahomet ? 

Islamrapports

Selon un récent rapport publié par le Times de Londres la datation au carbone 14 suggère que l’un des plus vieux Coran du monde (se trouvant en Angleterre) pourrait-être encore plus ancienne que le Prophète Mahomet. 


Un coran de l’Université de Birmingham aurait été produit entre 568 et 645 après JC, alors que la vie du Prophète Mahomet était entre 570 et 632 après JC.

La datation au carbone 14 suggère que le Coran de Birmingham serait si vieux qu’il contredirait la plupart des récits de la vie et de l’héritage du Prophète.
Ce serait comme trouver une copie des Évangiles remontant avant l’époque de Jésus-Christ.
L’ historien Tom Holland a déclaré au Times que les nouvelles preuves suggèrent que les histoires traditionnels des origines de l’Islam seraient fausses, en notant :

« C’est déstabilisant, pour employer un euphémisme, nous ne pouvons rien savoir avec certitude comment le Coran émergé – et que cela a des implications pour l’historicité de Mahomet et de ses disciples. »

Keith Petit, de l’Université de la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford, estime que les conclusions donnent du crédit à la théorie selon laquelle Mahomet et ses premiers disciples « ont utilisés un texte qui était déjà existant et en forme pour l’adapter à leur propre besoin politique et théologique, plutôt que Mahomet ait prétendu qu’il a reçu une révélation du ciel ».


M. Petit a déclaré:
« Cela modifierait radicalement l’édifice de la tradition islamique et l’histoire de la montée de l’islam dans l’Antiquité tardive du Proche-Orient qui devrait être entièrement révisée, en quelque sorte ce qui représente un autre livre de l’Écriture venue à l’existence de 50 à 100 ans avant, et puis aussi expliquer comment cela a été coopté dans ce qui est devenu l’entité de l’Islam d’environ 700 ans après JC. »

Évidemment, si Mahomet n’a pas couché sur le papier (ici un parchemin) la réception des révélations divines qui sont pensés pour conception du Coran, l’Islam deviendrait une fraude. Toutefois, comme on pouvait s’y attendre, les apologistes musulmans rejettent les implications de la datation au carbone 14, ainsi que toutes remisent en cause le fait que, bien que ce parchemin ait été daté, l’encre sur le parchemin ne l’a pas été.

Ainsi, si le Coran était antérieure au prophète Mahomet, il en résulte que le Coran n’est probablement pas un produit des révélations divines que Mahomet et ses disciples ont revendiqué, ce qui fausserait toutes revendications qui constituent le fondement même de l’Islam.

Le déni cognitif chez les musulmans. Une analyse pertinente de Yassine El-Masri

Yassine El-Masri est un écrivain et chercheur égyptien 

Il est diplômé en sciences de Nutrition de l’Université de Munich en Allemagne. 

Sa vie se métamorphose suite à un séjour de travail en Arabie Saoudite. 

Depuis lors, il s’attèle à chercher et à comprendre la vérité de l’islam, cette croyance dans laquelle il est né.

Il y découvre l’invraisemblable et l’épouvantable. Ses réflexions sont publiées dans un livre très surprenant paru en arabe et intitulé, La grande duperie – Les Arabes entre la vérité et l’utopie 

. De nombreux articles de sa plume décortiquant l’islam sont publiés sur différents sites arabophones 

 il analyse le phénomène du mensonge chez les musulmans, les raisons qui les conduisent à s’attacher à ce déni cognitif et à haïr le parler vrai. Il se révolte contre les vendeurs de mensonges spécialisés dans les prêches tonitruants. 

Lorsque vous rencontrez un musulman qui apprend que vous n’êtes pas un croyant comme lui mais d’une autre religion, il essayera par tous les moyens de vous attirer à l’islam. Il agit ainsi avec la ferme conviction d’avoir un jour, pour récompense, une demeure de luxe très confortable au paradis coranique. Mais si vous êtes musulman comme lui, il s’efforcera de vous prouver qu’il est plus pieux et plus enraciné dans la science islamique que vous.

Cependant, si vous lui posez une question quant aux croyances constantes dans sa religion, lesquelles s’avèrent incompatibles avec la science, la raison et la logique, alors vous risquerez de voir sa réaction dépasser les limites de l’entendement. C’est le problème du drogué persuadé que le produit qu’il consomme est le meilleur et que donc vous devez fumer avec lui… 

Par exemple, si vous lui demandez que pensez-vous des coraneries comme : « Nous avons aplati la terre, y avons installé des hautes montagnes afin qu’elle soit stable sous vos pas » (15.19 et 16.15), ou « que le soleil se couchait dans une source d’eau bouillante » (18.86). Ou bien, si vous souhaitez avoir son avis à propos d’enseignements islamiques dans le hadith comme : « les deux ailes de la mouche dont l’une porte le mal et l’autre le remède…, l’urine du chameau qui guérit de nombreuses maladies…, la raison pour laquelle Mahomet est resté quatre ans dans le ventre de sa mère…, de baiser avec une gamine de six ans », et tant d’autres balivernes, alors vous verrez un volcan qui se réveille brusquement.

Le top de la connerie c’est l’écoute dans une grotte d’un ange…. Et de monter sur un cheval ailé pour aller au ciel vérifier l’enfer et relire le coran qui serait sans faute alors que celui des fidèles n’est qu’une copie bourrée d’erreurs…  Nous savons que le monde existe depuis des milliards d’années avec des doutes sur les dinosaures.. mais ils croient à un cheval qui vole ! 

Vous l’entendrez aussitôt hurler haut et fort : « Ne soyez pas mécréant ! Le Coran, parole d’Allah, est intouchable, immuable, sans tortures ni fioritures. Les hadiths confirment sa parole et constituent l’ensemble de la charia révélée à notre noble prophète. » Puis, il achève sa joute oratoire par la récitation de versets coraniques tels que : « Le Coran n’est qu’une révélation inspirée. Il ne dit rien sous la passion » (53.3-4), etc. Alors qu’il existe des millions d’hadiths totalement illisibles, même si on s’y consacre 24/24… Le pire c’est que ce connard illettré n’en a lu aucun… 

Ainsi seriez-vous donc ensorcelé par une longue litanie déjà bien enracinée dans son cerveau. À force de l’avoir entendue et répétée des dizaines de fois par jour, il ne pourra plus y changer un iota, ni réfléchir une seconde à ce qu’il dit. Enfin, vous serez bien heureux si vous sortez indemne de ce simple échange, sans subir les insultes les plus odieuses, les malédictions éternelles, et la condamnation infernale.

Face à ce phénomène délirant, l’on se demande : Pourquoi ce musulman et tant d’autres comme lui sont-ils victimes de cette cécité mentale et de cette fureur émotionnelle ? Comment se fait-il qu’aucun lien logique ne puisse émerger d’une telle discussion ? Comment tolère-t-il les clercs qui le harcèlent et l’accompagnent avec leur fausse bigoterie, leur supercherie systématique même dans sa chambre à coucher, tandis qu’ils n’hésitent pas à s’enliser dans des abominations de façon apparente ou discrète ? Ce musulman voit ses clercs commettre l’adultère, voler, tuer, s’enfoncer dans l’ignominie, sans jamais les condamner ni dénoncer son prophète, leur parfait modèle, qui avait fait pire qu’eux et laissé des enseignements qui incitent à ces affreuses aberrations.

J’ai du mal à croire qu’un con pareil se tape le front sur le sol 5 fois par jour pour faire une prière ?… pour prier quoi quand on ne pige rien à rien ? Pire, que l’on est persuadé d’être parfait et donc de ne pas avoir à se faire pardonner ! 

En effet, il faut trouver les racines historiques de cet égarement mortifère. Il convient alors de se rappeler que cette religion a été fabriquée par des persans, qui haïssaient les bédouins, venus du désert arabique et qui ont réussi, avec leur barbarie, leur mensonge et leurs ruses, à emporter des victoires militaires et à devenir maîtres de toute la région au huitième et neuvième siècle de notre ère. Pour conférer une certaine « légitimité » à un pouvoir qu’ils venaient d’extorquer et à une riche civilisation qu’ils avaient confisquée [ou plutôt détruite], ces nouveaux conquérants jugeaient nécessaire d’avoir une histoire, un prophète et une religion comme les autres. Alors, ils chargent Bukhari et Muslim (d’origine perse) ainsi que d’autres pour fabriquer une religion d’une manière trompeuse et fallacieuse susceptible de satisfaire leur arrogance de conquérants et assouvir leur soif de perversions. Les scribes grecs ont écrits ainsi que les égyptiens… sur deux siécles… à l’époque l’imprimerie n’existe pas ! A l’époque ça fait bien d’avoir des manuscrits pour passer pour un lettré ! 

Ils imposent de force ces mensonges à tous les peuples conquis et soumis à l’islam, sous prétexte qu’il fallait respecter la volonté des injonctions coraniques et non-coraniques. In fine, cette politique bédouine finit par dominer avec une nouvelle idéologie totalisante et coercitive. C’est comme si Mediapart ou le Figaro imposaient que les écrits de Zemmour et de Hanouna étaient à apprendre par coeur pour en faire une secte… Le coran c’est Gala et People 

Dans ce contexte, nous devons nous interroger : Quelle est la raison qui amène les musulmans à y croire de façon absolue et absurde, de sorte qu’ils ne puissent plus s’en libérer ? Pourquoi dénigrent-ils tous des faits scientifiques avérés que l’esprit humain a découverts au cours des siècles ?

Il est lamentable d’observer que les hommes et les femmes, instruits ou analphabètes, intelligents ou stupides, croient tous en islam de la même manière. 

Y croient-ils parce que c’est un devoir sacré imposé par leur « Allah qui manigance » et leur « honorable prophète qui trompe et égare » ? Ou bien, par devoir idéologique supplémentaire qu’on leur impose et qui s’ajoute à leur nature humaine qui croit plutôt au mensonge qu’à la vérité ? Ne sont-ils pas ainsi devenus amoureux du mensonge qu’ils adorent, et haineux de la vérité qu’ils détestent ? Pourquoi sont-ils les seuls à vivre et à croire toute leur vie à de faux mensonges ? Et pourquoi lorsque la vérité émerge, dans tout son éclat, devant leurs yeux, elle leur cause un choc énorme qui les perturbe ? Alors, ils s’engouffrent dans un déni cognitif et s’adonnent à la violence et aux crimes les plus abjects.

La réponse à ces interrogations est à détecter dans la psychologie sociale qui confirme que plus le mensonge est gros, plus nombreux sont ceux qui y croient et s’y attachent [Plus c’est gros plus ça passe, dit-on]. L’inverse est également exact. Les grands mensonges ne proviennent pas d’une personne ni d’un petit groupe, mais d’organisations officielles et tyranniques, comme les gouvernements et leurs institutions, mais aussi des institutions religieuses dont le pouvoir est très puissant dans le monde musulman [L’exemple du récent comportement iranien est frappant].

Le pire c’est que des chefs d’état comme Macron font semblant de croire en ces mensonges… et c’est là que justement en tant que menteurs eux-mêmes ils sont incapables de lucidité… car la pratique du mensonge crée des maladies mentales comme la mythomanie et le mensonge à sois même. 

Les adeptes de l’islam approuvent bien entendu ces mensonges. Ils les radotent sans cesse comme les perroquets, dans les mosquées, les conseils publics et privés et dans les médias. Ils donnent même libre cours à leur fantaisie imaginaire pour fabriquer de nouveaux mensonges et les attribuer à leur « généreux prophète » ou à interpréter à leur guise des versets coraniques ambigus. Ils agissent ainsi dans le cadre de la prétendue jurisprudence islamique, dite al-ijtihad, qui désigne l’effort de réflexion entrepris pour interpréter les textes fondateurs de l’islam et tenter si possible de comprendre les véritables préceptes de la charia d’Allah.

« Si le mujtahid [celui qui interprète un verset du Coran] a raison, il aura deux récompenses, et s’il a tort, il en aura une » [C’est un hadith dit « authentique » cité par Bukhari, Livre des récompenses]. Toute nouvelle interprétation devient donc une loterie toujours gagnante pour son auteur. Son avis sera consulté comme référence sérieuse. Bien qu’ils ne disposent d’aucun d’argument pour soutenir leur interprétation des mensonges religieux, ces faux interprètes multiplient leurs efforts de besogne pour ajouter de nouveaux mensonges à l’exégèse coranique dans l’intention de maintenir et de protéger leur doctrine.

Cependant, s’ils étaient effectivement des oulémas, ils auraient dus protéger et nettoyer cette doctrine de tout mensonge, au lieu de lui ajouter de nouvelles justifications futiles, que même les gens les moins avertis sont en mesure de les détecter.

Paul Craig Roberts publie dans Informationclearinghouse.info, le 15.9.2009, un article intitulé « Pourquoi la publicité mensongère l’emporte-t-elle sur la vérité ? ». Il y commente une étude parue  dans la revue Sociological Enquiry, dans laquelle les chercheurs analysent la raison du succès des grands mensonges et l’échec des petits mensonges. « Les gouvernements, dit-il, peuvent se lancer dans des opérations de fraude massive et s’en sortir indemnes, tandis que les politiciens ne peuvent pas échapper au scandale de leurs aventures amoureuses ». 

Puis il ajoute :

« Dans son livre Mein Kampf, Hitler explique qu’il est possible de croire au grand mensonge plutôt qu’au petit. Il pensait tout simplement que les gens sont victimes du grand mensonge et non du petit, parce qu’ils inventent eux-mêmes tant de petits mensonges mais ils ont honte d’être impliqués dans un grand mensonge. Ils ne croient pas que les autres peuvent le faire, même s’ils sont confrontés à des preuves pour les confirmer. Ils continueront toujours à en douter et à croire qu’il doit y avoir encore une autre interprétation…. Les sociologues et Hitler disent que même lorsque le temps vient pour révéler la vérité, les gens se trouveront émotionnellement attachés aux croyances que la fausse propagande leur a déjà inculquées. Le fait de les abandonner ou de s’en libérer serait alors une expérience très douloureuse. Alors, ils se trouveront plus à l’aise et plus rassurés de démentir et de condamner ceux qui ont démasqué les faits véridiques que de dénigrer les menteurs dénoncés. »

Roberts en déduit : « Le fait de conserver les anciennes croyances, même si elles sont erronées, représente un socle de cohésion et de stabilité pour la société. C’est une raison de plus pour les gouvernements de maintenir et de protéger les anciennes croyances, même les plus obsolètes. »

Nous sommes dans un monde tellement sclérosé par le mensonge que les individus non contaminés sont rares…  Quand l’individu est persuadé qu’il vit mieux en mentant il s’enferme dans sa névrose hystérique… il devient fou…. Et un consommateur de drogue ou de médoc antidépresseurs… 

Mais le défaut le plus nocif dans la préservation de ces croyances c’est la négation des faits, ce qui rend tout particulièrement les gouvernements arabo-musulmans incapables de faire face aux problèmes économiques et sociaux. Ils recourent alors à des mensonges et radotent des slogans comme « c’est la volonté d’Allah… c’est mektoub, c’est la destinée… il faut obéir à Allah, à son prophète et au gouverneur légitime… il faut éviter la sédition » et tant d’autres balivernes. En même temps, ils soutiennent le terrorisme et l’usage de la violence contre leurs propres citoyens.

Il s’avère alors plus facile pour plus d’un milliard de musulmans de s’accrocher à ces mensonges que d’accepter les faits qui nécessitent un changement. Ainsi s’impose une hégémonie en faveur du pouvoir qui détient des mensonges obsolètes à caractère religieux.

Ainsi on entend des connards avec leurs gros sabots qui disent 20 fois par jour « Si dieu le veux « … ce qui est le royaume des lâches et des fatalistes incapables d’agir sur leur destin… 

Ce phénomène permet de distinguer deux groupes de musulmans qui connaissent bien la vérité authentique de l’islam ainsi que ses mensonges :

D’abord, les clercs – ou plutôt les gardiens du temple – constituent le premier groupe et incarnent la personnalité du prophète de l’islam. Ils diffusent ses mensonges qui leur procurent, sans effort ni souci, des revenus matériels exorbitants ainsi qu’un statut social élevé… En radotant ces mensonges, ils finissent eux-mêmes par y croire. Ils ne peuvent pas en parler ouvertement, mais ils sont tenus en public de les approuver, de les défendre, de les entretenir et de maintenir la tromperie et l’hypocrisie. Ainsi contribuent-ils à préserver et à accroître leur richesse excessive et leur prestige social. Mais fort heureusement, il arrive souvent que certains d’entre eux se réveillent et réagissent avec raison, sagesse et lucidité, Ils se révoltent et dénoncent ces méthodes trompeuses, fallacieuses et irritantes.

Le deuxième groupe comprend les criminels qui, tout simplement, sont convaincus de la véracité de ces mensonges. Ils cherchent à les appliquer sur le terrain par le terrorisme et la violence à l’instar de leur prophète. Ils savent très bien ce qu’ils font et s’y sacrifient facilement. Le menteur sait qu’il ment… il se sent en insécurité permanente et développe parano et schizophrénie… il a une vie de merde et tombe facilement malade… son espoir de vie est limité car la nature lui fait payer de ne pas la respecter… 

Par exemple les algériens savent très bien qu’ils ne méritent pa d’être en France… ainsi cette blague chez Hanouna de l’Algérien qui se ramasse des billets de 10 euros… ou ces hystériques à la télé qui insultent les français et nous font passer pour des cons… tout en sachant qu’ils nous insultent et qu’on ne croie pas en leur tackia… car leur pratique quotidienne de la tackia … du mensonge permanent en fait des malades mentaux… qui ne savent plus ou ils habitent. La circoncision qui crée des dérèglement hormonaux rajoutent à cette incapacité à faire face à la réalité… 

Quant à la grande majorité des musulmans, ils obéissent béatement à l’hégémonie du pouvoir des vendeurs des mensonges islamiques. Bien qu’obligés d’y croire, ils ne les appliquent pas pour des raisons personnelles ou juridiques. Par contre, beaucoup d’entre eux agissent en conséquence pour alimenter la flamme de cette idéologie. Trompés et forcés d’aimer le dieu Allah et son prétendu messager, ils constituent tout de même le terreau fertile de l’hégémonie des mensonges coraniques. Ils imaginent comme les algériens qui ont virés les français d’Algérie qu’à force de détruire le tissu français ils vont pouvoir virer les français de chez eux et les voler… car le voleur ou le menteur sont les mêmes personnes… en sachant que le menteur se ment d’abord à lui même… il s’auto détruit pour devenir une loque humaine, alors que la nature lui a donné toutes les chances d’avoir une vie harmonieuse… Ce qui est grave chez cet algérien c’est qu’il pourri sa vie de merde mais en même temps il pourri la vie des français… Bénéfice = zéro ! 

Cette grande majorité de musulmans constitue cependant la cible privilégiée des gardiens du temple. Ils leur reprochent leur éloignement de l’islam, alors que personne d’entre eux n’est en mesure de distinguer entre le vrai et le faux dans cette religion. Même s’ils ne croient plus aux mensonges islamiques, ils ne veulent pas s’en libérer. Car, il est beaucoup plus facile de croire à un mensonge religieux qu’ils entendent en permanence que d’accepter une vérité scientifique dont ils n’ont jamais entendue auparavant.

Le drogué sait qu’il consomme de la merde… mais il la bénit ! C’est un problème affectif de gens devenus des montres par la circoncision et la consanguinité… D’après l’OMS un sur deux de ces gens ont au moins une maladie mentale… ils remplissent nos hôpitaux et nos prisons… 

L’hégémonie que l’autorité ou les vendeurs de ces grands mensonges imposent aux musulmans, dresse en plus devant eux un barrage impénétrable face à la religion. Elle s’appuie sur des versets coraniques dont la suivante constitue l’épée de Damoclès : « O vous qui croyez, gardez-vous de poser de questions sur des choses qui, si elles vous étaient divulguées, vous causeraient du tort » (5.101). Aucun musulman n’ose alors briser cette injonction coranique ni lui porter atteinte.

Chez les cathos on vous dit face aux mensonges qu’il ne faut pas chercher à comprendre ! 

À cela s’ajoute la confirmation constante que l’islam est la religion d’Allah : « La vraie religion pour Allah c’est l’islam » (3.19). Et pour dénigrer les autres religions considérées comme fausses, le Coran prodigue les menaces : « Quiconque recherche une religion en dehors de l’islam, celle-ci ne sera point acceptée de lui et il sera dans l’au-delà parmi les perdants » (3.85).

C’est comme si Auchan vous dit que si vous allez chez Carrefour vous irez en enfer ! Et des cons le crois… c’est dire le niveau de QI de ces gens dangereux qui détruisent la démocratie, car ils sont incapables de voter pour une société moderne et évoluée… 

« Puis vient encore un verset du pur chauvinisme qui clame et qu’on entend très souvent dans la bouche des musulmans : « Vous étiez[et non : « vous êtes »] la meilleure nation créée pour l’humanité » (3.110). Faut-il en déduire qu’ils étaient la meilleure nation à un moment donnée de l’histoire et qu’ils ne le sont plus maintenant ? Les exégètes affabulateurs se trouvent embarrassés face à l’expression « vous étiez » (en arabe, c’est au passé et non au présent, comme dans les traductions françaises). Certains prétendent qu’elle concerne ceux qui avaient émigré avec Mahomet de La Mecque à Médine. D’autres clament qu’ « Allah seul le sait » (Allah a’lam), puisque cette phrase est consignée dans la « table gardée » (al-Louh al-Mahfouz) au septième ciel et qu’on doit y croire, comme s’ils avaient réellement vu cette prétendue table et décortiqué son contenu. » Que de mensonges ! Et toujours au pluriel… le menteur est incapable de vivre seul et d’assumer seul ses mensonges… il lui faut un groupe de connards comme lui qui font semblant d’être d’accord… tout est dans l’illusion ! 

Cette hégémonie totalitaire affecte tout naturellement la culture dominante dans les sociétés islamiques. Elle inocule des maladies à l’homo islamicus. Elle l’oblige ainsi à adopter des préceptes et des enseignements très complexes établis sur un mensonge sacré coercitif. Ils pénètrent dans son tissu sentimental et cérébral et deviennent une partie consubstantielle de son identité personnelle et de sa croyance. Par conséquent, nous trouvons toujours cet homo islamicus à la recherche d’informations susceptibles de confirmer ses convictions. Mais il évite d’évoquer les renseignements, les découvertes et les certitudes qui les contredisent. Il ferme les yeux sur les données objectives ainsi que les oreilles pour ne rien entendre.

Il n’est donc pas étonnant d’observer chez lui une obsession chronique pour inventer des prétextes fragiles et des arguments superstitieux afin de prouver que son Allah existe, que sa religion vienne de ce dieu, que Mahomet est son messager, etc.

La superstition est aussi un dérèglement cognitif… qui paradoxalement pousse aux jeux de hasard pour gagner le gros lot alors que l’islam interdit tous le sujet d’argent…  D’ailleurs la secte crée une multitude d’interdits pour entretenir cet inconfort cognitif de la superstition qui fait croire que si on mange du porc on va en enfer… il faut être très con pour le croire et illettré pour ne pas savoir que de manger du porc est justement très bon pour notre équilibre mental… En plus c’est un animal proche de l’homme qui mérite TOUT notre respect… Et la nature sanctionne tout individu qui ne respecte pas les animaux… en tant que vivant et d’utile à notre survie… 

Quant au mythe du miracle scientifique du Coran, devenu un fonds de commerce très lucratif pour maints imposteurs spécialisés dans ce domaine, il constitue une preuve évidente de cette obsession religieuse indescriptible. Ces opportunistes donnent l’impression qu’ils doutent très fort de leur croyance, mais ils ne veulent pas reconnaître sa véracité, ni savoir que leur prétendu dieu délire, que leur messager ment et manigance. Ils se comportent comme des « braves » aveugles qui sacrifient leur vie pour leur croyance.

Qu’est-ce qui les rend aveugles et leur procure le courage de favoriser le sentimentalisme, la loyauté et l’accommodation collective au détriment de la rationalité ? Pourquoi la pensée logique, la déduction rationnelle et l’abstraction judicieuse sans parti pris ne figurent-elles  pas dans leur logiciel mental ? Qu’est-ce qui les empêche d’utiliser la raison logique comme critère pour parvenir à la vérité plutôt que de s’arc-bouter sur des critères émotionnels ?

En fait, ces mythes islamiques et ces mensonges sont délibérément élaborés pour favoriser la paralysie de l’esprit chez l’homo islamicus dès sa naissance. Elle laisse aussi libre cours à ses impulsions désordonnées, notamment si ces mythes et ces mensonges lui sont présentés par ses proches ou par les autorités religieuses. À force de les écouter au cours de sa vie, leur impact s’empare progressivement de sa personnalité et s’incruste dans ses émotions et son mode de pensée. Alors toute discussion logique, tout processus de déduction rationnelle ou toute formation universitaire ne servira à rien.

Dès que les mensonges religieux pénètrent la personnalité de l’homo islamicus, la faculté du raisonnement méthodique et critique s’efface. Il ne pourra plus trouver une corrélation entre cause et effet, ni s’intéresser à identifier les véritables mobiles des évènements ou des opérations qui se déroulent devant lui, comme le meurtre, la crucifixion, le pillage, la captivité et le viol des femmes, le cuissage avec des gamines, etc. 50 millions par an de mariages forcés…  850 millions de meurtres d’innocents ! 

Par ailleurs, un homme peut croire aux mythes et aux légendes acquis qui deviennent ses uniques références et s’emparent de son esprit comme de son mécanisme de réflexion. Il s’en sert pour comprendre et expliquer tant de choses autour de lui. Par conséquent, il craint s’il les ignore ou y renonce – surtout à un âge avancé – de s’empéguer dans la confusion et la perdition.

Dans un tel contexte, il n’aura d’autre choix que de faire fi de son esprit critique et d’adhérer davantage à ce qu’il a déjà entendu de ses proches pendant son enfance et de son milieu environnant. Il n’est pas étonnant de voir, par exemple, un professeur d’université ou même un vrai scientifique qui croit toujours que « la terre est plate » et pas ronde, que « le soleil couche dans un lac d’eau bouillante » ou que « l’urine du chameau guérit de nombreuses maladies ».

En raison de sa mise au diapason avec son environnement social, il lui sera difficile d’admettre publiquement une interprétation rationnelle des mensonges entendus et dénoncer des crimes commis en conséquence, car cela contredira ce qui est socialement admis autour de lui.

Un musulman peut être intelligent, cultivé, mais il reste bien conscient des graves conséquences s’il sort de sa bergerie ou conteste sa croyance héritée.

Ainsi se trouve-t-il obligé de vivre dans un contexte mental et sociétal perturbé et truffé d’hypocrisie, d’incertitude et de malhonnêteté avec soi-même. Il demeure émotionnellement attaché à la sacralité des mensonges religieux enfouis dans ses tripes depuis son enfance. Il les subit et ne songe jamais à les abandonner ni à s’en libérer. Même s’il souhaite le faire à un moment donné, il se heurtera à des obstacles psychiques qui rendront très pénible tout processus de transformation ou de conversion. Par conséquent, il se sentira beaucoup plus à l’aise de mentir, de nier et même de tuer ceux qui dévoilent les faits et les certitudes que de dénoncer les mensonges et leurs auteurs. Malheureusement, c’est l’islam. Il ne peut survivre que grâce à la désinformation, aux affabulations et aux mensonges. Il est donc totalement incompatible avec notre culture basée sur le modernisme, la vérité et l’évolution. Face à des individus gavés comme des oies dés la naissance pour avoir une maladie de foie qui réjouis ceux qui le gave… Le cerveau à la naissance est capable de développer son intelligence et sa sociabilité mais si dans son apprentissage on le gave de mensonges sa mémoire cognitive ne retient que des mensonges…  Tout comme la circoncision, le mensonge a pour but de détruire des individus destinés au cimetières mais pas à la vie collective joyeuse et responsable… Le malheur c’est que les kollabos français qui les soutiennent sont aussi malades et menteurs qu’eux ! 

Pour le musulmenteur Brahim Z, « des dômes et des minarets », comme Himmler, Mahomet est innocent des meurtres qu’il a ordonnés


Pour le musulmenteur  Brahim Z,  « des dômes et des minarets », comme Himmler, Mahomet est innocent des meurtres qu’il a ordonnés

.

L’islam est une idéologie du mensonge totalitaire.

Comme l’était le Lénino-stalinisme …

Comme l’était le Nazisme …

Comme l’était (l’est ?) le Maoïsme …

Chaque jour, les militants musulmans en donnent  la preuve.

Dans le twitt ci-dessous, le musulmenteur Brahim Z. est pris à partie par un patriote qui lui met la réalité devant les yeux.

Mahomet, entre 622 et 632 (date de sa mort) a ordonné la décapitation de nombreux innocents.

Le musulmenteur  Brahim Z. nie avec aplomb :Dômes & Minarets@domes_minarets

AUCUNE. Le Prophète (paix et salut sur lui) a participé à 27 batailles en 8 ans. Bilan de toutes ces batailles des deux côtés : ~ 1000 morts. La seule personne tuée des mains du Prophète fût Ubay Ibn Khalaf lorsque celui-ci tenta de l’assassiner lors de la bataille d’Uhud. https://twitter.com/PAColombier/status/1274799283485790208 …Pierre A. Colombier@PAColombierEn réponse à @domes_minaretsCombien de têtes coupées par Mahomet dans la Sira ?256Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité88 personnes parlent à ce sujet

Le musulmenteur  Brahim Z.  retwittait, il y a peu,  un musulman  qui se vantait que seuls les musulmans connaissent la vie de Mahomet :Abdelhay-yahya abou ishaq@ishaq_abou

Mourrez de votre rage jamais une biographie d’un homme écrite après sa mort ou même de son vivant de ses propres mains n’a atteint un tel dégrés d’authenticité et de détails.
Nous connaissons notre prophète mieux que vous ne connaissez vos propres enfants.
Ignares que vous êtes

Voir l'image sur Twitter

Ben  NON !

La preuve !

Nous connaissons mieux  que vous la vie du tueur Mahomet.

Malheureusement pour ces musulmenteurs, les islamophobes que nous sommes savent lire.

Ils savent lire la Sira:  la biographie musulmane  autorisée  de leur « prophète ».

Et Mahomet, selon la Sira, elle-même,  était un tueur sanguinaire qui a décapité ou fait décapiter  bien plus d’une (!) fois.

S’il s’agit de jouer sur le fait que Mahomet n’a décapité qu’une seule fois en personne et que  dans les autres cas il n’a fait qu’ordonner les crimes : c’est se foutre du monde, c’est être un gangster, un être immoral.

Alors exonérons Himmler, responsable de millions de mort et  que le sang révulsait, de sa politique criminelle au motif qu’il ne tuait pas en personne et qu’il ne faisait qu’ordonner les meurtres de masse.

 Un exemple des crimes de décapitation  de Mahomet, entre mille, après la Bataille du Fossé (627):

Sur ordre de Mahomet, la plupart des hommes (plus de six cents) de la tribu des Banû Qurayza furent alors décapité  et les femmes et les enfants réduits en esclavage.

L’immigration a apporté, avec elle, un très grave problème.

Des populations, principalement musulmanes,  pour lesquelles le rapport à la Vérité est inexistant.

On le voit bien avec Brahim Z. affirmant que Mahomet n’a décapité qu’une seule une fois, contre ses propres textes qu’il prétend connaitre mieux que les mécréants.

On le voit aussi bien avec les grossiers mensonges d’ une Assa Traoré.

Ce vice est renforcé par le relativisme extrême qui a frappé la néo-Gauche : néo-Gauche qui fait corps avec le mensonge musulman.

Une attention particulière pour les barbus


Pour les hommes barbus, qui représentent 50% des sondés, le nettoyage du visage est primordial. En effet, selon le Professeur Roger Jankowski, chef du service d’ORL du CHU de Nancy: «Des études suggèrent que la barbe accumule des bactéries et risque d’être un réservoir de virus. Si vous parlez avec quelqu’un qui postillonne même un petit peu, ses postillons vont s’accrocher plus facilement sur un visage barbu que sur un visage glabre.» En réalité les postillons ne sont pas dangereux mais se sont les milliards de particules dans l’air qui s’accrochent à une moquette qui ne possède aucune défense comme sous les bras ou sur le sexe.
Pourtant, selon le sondage, se nettoyer la barbe quotidiennement n’est malheureusement pas un geste acquis. En effet, 39% des barbus ne se lavent pas la barbe quotidiennement. Un quart d’entre eux se la lavent uniquement de 2 à 4 fois par semaine, ce qui est insuffisant. Et 4% des sondés déclarent ne jamais se laver la barbe, ce qui est problématique. C’est identique à toutes ces noires qui portent des postiches pour paraitre plus européennes en cheveux lisses, et qui ne se lavent la tête que tous les six mois ou un an. Nonobstant que le marketing des vendeurs de shampooing poussent à se laver la tête bien trop souvent ce qui tue les défenses immunitaires et provoquent des maladies gênantes comme des plaques voyantes.
De plus, dans le cadre sanitaire actuel, le port de la barbe a des inconvénients.
La barbe est un nid à cochonneries avec en plus une peau qui se dégrade… merci Mohamed le pédophile qui impose l’affreuse barbe… tu n’as que des idées de merde ! Pour plaire à Momo il faut avoir une barbe, alors que c’est extrêmement gênant pour s’embrasser. Momo l’amour avec les femmes il s’en fout ! L’esthétique et l’élégance ce n’est pas son truc ! Lui c’est le viol et les gamines de huit ans ! Bel exemple pour les musulmans atteints du syndrome de München… l’adoration du laid.

La vérité sur Muhammad

[Note de la rédaction : Il a été allégué que l’islamophobie est en hausse, cela pourrait bien être vrai. Comme tous les préjugés, l’islamophobie est fondée sur une ignorance de la religion elle-même.

Il est largement connu qu’il n’existe aucune preuve de l’existence de Jésus-Christ, que les évangiles sont très contradictoires et ont été écrits des siècles après sa vie supposée ; que le christianisme a été fondé par l’aristocratie romaine au Conseil de Nicée en 384 afin de maintenir l’emprise de l’Empire romain sur l’Europe par d’autres moyens.

Cependant, la connaissance de l’Islam et de ses origines est beaucoup moins répandue et comme l’ignorance est toujours la pierre angulaire des préjugés, il serait bon de réduire le niveau d’ignorance sur l’Islam.

Par où commencer ? Par un examen de la vérité sur Mohammed, le fondateur de l’Islam. Il s’agissait certainement d’un personnage complexe. Alors que pour beaucoup, il était un prophète et un bien-aimé de Dieu, on ne peut nier le fait qu’il était pédophile puisqu’il a consommé son troisième mariage alors que sa femme Aïcha n’avait que dix ans. S’il y a un dieu, il est certain que personne qui a des relations sexuelles avec un jeune enfant ne peut être aimé de quelque manière que ce soit.

Le livre saint de l’Islam, le Coran, contient autant de passages « gênants » en termes d’incompatibilité avec les droits de l’homme et la morale moderne que la Bible ; par exemple, le verset suivant est souvent cité pour justifier les nombreux attentats terroristes islamiques.

Boukhari (52:256) – On a demandé au prophète … s’il était permis d’attaquer les guerriers païens la nuit avec la probabilité d’exposer leurs femmes et leurs enfants au danger. Le Prophète a répondu : « Ils (c’est-à-dire les femmes et les enfants) sont d’eux (c’est-à-dire les païens) ». Dans cet ordre, Mahomet établit qu’il est permis de tuer des non-combattants en train de tuer un ennemi perçu.

Muhammad lui-même n’était pas un homme de paix si nous le jugeons par ses propres mots :

Tabari 9:69 « Tuer les non-croyants est une petite affaire pour nous »

Ibn Ishaq : 327 – « Allah a dit : ‘Un prophète doit abattre avant de rassembler les captifs. Un ennemi abattu est chassé de la terre. Mohammed, tu as désiré ardemment les désirs de ce monde, ses biens et la rançon que les captifs apporteraient. Mais Allah désire les tuer pour manifester la religion. »

L’islam est donc tout aussi violent et anachronique que les autres religions abrahamiques ; par conséquent, si l’islamophobie peut être orientée vers un rejet non violent et non préjudiciable de tous les cultes médiévaux inhumains qui prônent la violence contre les incroyants, alors c’est une sacrée bonne chose qu’elle soit en hausse. Ian]

La semaine
La vérité sur Mahomet

Publier le Coran et le rendre disponible en traduction était une entreprise dangereuse au XVIe siècle, susceptible de confondre ou de séduire le fidèle chrétien. C’est du moins l’avis des conseillers municipaux protestants de Bâle en 1542, lorsqu’ils ont brièvement emprisonné un imprimeur local pour avoir prévu de publier une traduction latine du livre saint musulman. Le réformateur protestant Martin Luther est intervenu pour sauver le projet : Il n’y avait pas de meilleur moyen de combattre le Turc, écrivait-il, que de dénoncer les « mensonges de Mahomet » pour que tout le monde puisse les voir.

La publication qui en résulta en 1543 mit le Coran à la disposition des intellectuels européens, qui l’étudièrent pour la plupart afin de mieux comprendre et combattre l’Islam. D’autres, cependant, ont utilisé leur lecture du Coran pour remettre en question la doctrine chrétienne. Le polymat catalan et théologien Michael Servetus a trouvé de nombreux arguments coraniques à employer dans son traité antitrinitaire, Christianismi Restitutio (1553), dans lequel il a qualifié Muhammad de véritable réformateur qui prêchait un retour au monothéisme pur que les théologiens chrétiens avaient corrompu en inventant la doctrine perverse et irrationnelle de la Trinité. Après avoir publié ces idées hérétiques, Servetus fut condamné par l’Inquisition catholique à Vienne, et finalement brûlé avec ses propres livres dans la Genève de Calvin.

Pendant le Siècle des Lumières européen, un certain nombre d’auteurs ont présenté Muhammad dans une veine similaire, comme un héros anticlérical ; certains voyaient l’Islam comme une forme pure de monothéisme proche du Déisme philosophique et le Coran comme un paean rationnel au Créateur. En 1734, George Sale publie une nouvelle traduction anglaise. Dans son introduction, il retrace les débuts de l’histoire de l’Islam et idéalise le Prophète en tant que réformateur iconoclaste et anticlérical qui a banni les croyances et pratiques « superstitieuses » des premiers chrétiens – le culte des saints, les saintes reliques – et a réprimé le pouvoir d’un clergé corrompu et avare.

La traduction du Coran par Sale a été largement lue et appréciée en Angleterre : Pour beaucoup de ses lecteurs, Mahomet était devenu un symbole du républicanisme anticlérical. Il était également influent en dehors de l’Angleterre. Le père fondateur des États-Unis, Thomas Jefferson, en acheta un exemplaire chez un libraire de Williamsburg (Virginie) en 1765, ce qui l’aida à concevoir un déisme philosophique qui dépassait les frontières confessionnelles. (L’exemplaire de Jefferson, qui se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque du Congrès, a été utilisé pour la prestation de serment des représentants musulmans

qui a été utilisé pour la prestation de serment des représentants musulmans au Congrès, à commencer par Keith Ellison en 2007). Et en Allemagne, le romantique Johann Wolfgang von Goethe a lu une traduction de la version de Sale, qui a contribué à colorer sa notion évolutive de Mahomet en tant que poète inspiré et prophète archétypal.

En France, Voltaire a également cité la traduction de Sale avec admiration : Dans son Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756), il a dépeint Mahomet comme un réformateur inspiré qui a aboli les pratiques superstitieuses et éradiqué le pouvoir du clergé corrompu. À la fin du siècle, le whig anglais Edward Gibbon (un lecteur avide de Sale et de Voltaire) a présenté le prophète en termes élogieux dans The History of the Decline and Fall of the Roman Empire (1776-89) :

Le credo de Mahomet est exempt de tout soupçon ou ambiguïté ; et le Coran est un témoignage glorieux de l’unité de Dieu. Le prophète de la Mecque a rejeté le culte des idoles et des hommes, des étoiles et des planètes, en se basant sur le principe rationnel que tout ce qui monte doit se fixer, que tout ce qui naît doit mourir, que tout ce qui est corruptible doit se décomposer et périr. Chez l’auteur de l’univers, son enthousiasme rationnel confessait et adorait un être infini et éternel, sans forme ni lieu, sans question ni similitude, présent à nos pensées les plus secrètes, existant par la nécessité de sa propre nature, et dérivant de lui-même toute perfection morale et intellectuelle … Un philosophe théiste pourrait souscrire au credo populaire des Mahométans : Un credo trop sublime, peut-être, pour nos facultés actuelles.

Mais c’est Napoléon Bonaparte qui a le plus pris à cœur le Prophète, se faisant un « nouveau Mahomet » après avoir lu la traduction française du Coran que Claude-Étienne Savary a réalisée en 1783. Savary a écrit sa traduction en Égypte : Là-bas, entouré par la musique de la langue arabe, il a cherché à rendre en français la beauté du texte arabe. Comme Sale, Savary a écrit une longue introduction présentant Mahomet comme un homme « grand » et « extraordinaire », un « génie » sur le champ de bataille, un homme qui a su inspirer la loyauté de ses disciples. Napoléon a lu cette traduction sur le bateau qui l’a emmené en Égypte en 1798. Inspiré par le portrait du prophète par Savary, brillant général et sage législateur, Napoléon cherche à devenir un nouveau Muhammad, et espère que les oulémas (érudits) du Caire l’accepteront, lui et ses soldats français, comme amis de l’Islam, venus libérer les Egyptiens de la tyrannie ottomane. Il a même affirmé que sa propre arrivée en Égypte avait été annoncée dans le Coran.

Napoléon avait une vision idéalisée, livresque, des Lumières, de l’Islam comme pur monothéisme : En effet, l’échec de son expédition en Égypte est dû en partie à son idée que l’Islam est très différent de la religion du oulama du Caire. Pourtant, Napoléon n’était pas le seul à se considérer comme un nouveau Mahomet. Goethe proclamait avec enthousiasme que l’empereur était le « Mahomet der Welt » (Mahomet du monde), et l’auteur français Victor Hugo le dépeignait comme un « Mahomet d’occident » (Muhammad de l’Occident). Napoléon lui-même, à la fin de sa vie, exilé à Sainte-Hélène et ruminant sa défaite, a écrit sur Mahomet et a défendu son héritage en tant que « grand homme qui a changé le cours de l’histoire ». Le Muhammad de Napoléon, conquérant et législateur, persuasif et charismatique, ressemble à Napoléon lui-même – mais un Napoléon qui a mieux réussi, et certainement jamais exilé sur une île froide balayée par les vents dans l’Atlantique Sud.

L’idée de Muhammad comme l’un des grands législateurs du monde a persisté au XXe siècle. Adolph A. Weinman, un sculpteur américain d’origine allemande, a représenté Mahomet dans sa frise de 1935 dans la salle principale de la Cour suprême des États-Unis, où le prophète prend sa place parmi les 18 législateurs. Plusieurs chrétiens européens ont appelé leurs églises à reconnaître le rôle particulier de Mahomet en tant que prophète des musulmans. Pour les catholiques spécialistes de l’Islam comme Louis Massignon ou Hans Küng, ou pour le protestant écossais William Montgomery Watt, cette reconnaissance était le meilleur moyen de promouvoir un dialogue pacifique et constructif entre chrétiens et musulmans.

Ce type de dialogue se poursuit aujourd’hui, mais il a été largement noyé dans le vacarme des conflits, car les politiciens d’extrême droite en Europe et ailleurs diabolisent Mahomet pour justifier des politiques anti-musulmanes. L’homme politique néerlandais Geert Wilders le qualifie de terroriste, de pédophile et de psychopathe. L’image négative du prophète est paradoxalement véhiculée par les musulmans fondamentalistes qui l’adorent et rejettent toute contextualisation historique de sa vie et de ses enseignements ; pendant ce temps, les extrémistes violents prétendent défendre l’Islam et son prophète des « insultes » par le meurtre et la terreur. Raison de plus, donc, pour prendre du recul et examiner les divers et souvent surprenants portraits occidentaux des innombrables visages de Mahomet.

L’islam un culte catastrophique

Hussein Elgohary : L’islam, un culte catastrophique pour l’humanité
Hussein Elgohary, ingénieur électronique égyptien, connait bien l’islam par ses origines familiales et son éducation. Il subit, dès sa naissance l’endoctrinement islamique. Mais ses recherches ultérieures bouleversent totalement la conception initiale qu’il a acquise de l’islam et des valeurs de cette croyance dont il était imprégné. Elles lui prouvent également que cette présumée religion n’est rien d’autre qu’une idéologie néfaste pour l’humanité.

Cet ingénieur électronique égyptien qui a contribué en 1972 à l’élaboration de la lecture du système des codes-barres, s’est intéressé, depuis 2001, à approfondir l’évolution civilisationnelle de l’homme. Ses investigations l’ont amené à constater que cette évolution suit une règle d’or ayant quatre composantes : les outils, la langue, l’ordre social et la vision cosmique. Toutes se complètent, s’interfèrent et s’impactent mutuellement.

L’application méthodique de cette rège à l’islam le bouleverse. Il en sort convaincu que cette croyance dans laquelle il est né, n’est rien d’autre « qu’un culte catastrophique pour l’humanité ». Depuis 2016, il publie régulièrement en arabe ses réflexions (plus de 170 articles) sur Facebook comme sur des sites électroniques, notamment sur son compte dans ahewar.org. Les réflexions suivantes sont tirées de ses articles qui l’ont amené à ce constat angoissant et effrayant, mais plein de discernement. Nous les présentons aux lecteurs francophones pour faciliter leur compréhension de la nature de l’islam, la prise de conscience de ses effets pervers, mais aussi pour en tirer les leçons qui s’imposent.

Hussein Elgohary définit la règle d’or, la projette sur l’islam et explore ses conséquences

Ma règle d’or est un principe facile et simple qui me guide dans mon comportement avec mes semblables. Chaque fois que je me rapproche de l’Autre, j’agis envers lui comme j’aimerais qu’il agisse envers moi, même si nos positions et nos convictions se révèlent différentes ou diamétralement opposées…

Cette règle d’or qui émane de l’amour et du respect d’autrui, est le pilier de la foi chrétienne et de nombreuses autres croyances et conceptions philosophiques… Elle s’impose comme principe directeur devant régir les relations entre les humains et permettre de répondre à leurs besoins croissants…

La pierre angulaire du succès de cette règle d’or réside dans la conviction des individus que leurs décisions et leurs actions sont les seuls qui déterminent leur destin dans la vie.

Notre croyance islamique est aux antipodes de cette règle d’or, puisqu’elle est totalement dépourvue de tout ce qui favorise de près ou de loin ce principe directeur déterminant. La preuve de cette défaillance se manifeste dans les relations de nos peuples les uns avec les autres. Elle est destructrice à tous les niveaux. Les adeptes de cette croyance ont toujours été et le sont encore divisés, perturbés et désemparés à cause de l’orientation verticale de leur allégeance vers une « symbolique de leur foi » au détriment de leur loyauté horizontale les uns envers les autres…

Par conséquent, ils ne peuvent trouver aucun lien susceptible de les réunir ni de leur assurer une coexistence harmonieuse et paisible. Cette désintégration est calamiteuse en soi, d’autant plus que les musulmans eux-mêmes avouent leur fatalité et leur incapacité d’acquérir la maîtrise de leur destin. Celui-ci est préétabli en raison de leur conviction religieuse qui révèle que le destin de tout être humain se trouve à l’avance gravé sur une tablette conservée au septième ciel depuis la nuit des temps…

Quant aux conséquences désastreuses de cette stupide fatalité mentale, elles sont multiples. L’absence totale du concept de cette règle d’or dans l’esprit de l’homo islamicus conduit impérativement à favoriser toutes les relations dévastatrices dans nos sociétés. Ce qui signifie clairement que l’islam constitue en soi la cause directe de la détérioration de nos relations morales et sociales, de notre corruption, de nos incapacités collectives pour répondre aux besoins de nos peuples, de notre paralysie quasi totale dans l’achèvement de toute action collective à long ou à court terme, de notre travail hasardeux, de l’absence de propreté dans nos villes et cités, du vacarme permanent dans notre environnement, etc. Ces carences ne peuvent cesser de s’empirer et de s’aggraver… En bref, nos communautés musulmanes ne sont pas en mesure d’éviter le précipice vers lequel elles s’acheminent. Sans vouloir faire la promotion de la règle d’or que je préconise, j’estime que l’absence de cette règle dans les enseignements de l’islam est destructive pour notre avenir (ahewar.org, 19.12.2016).

Le musulman ressemble à une brique creuse, sèche, privée d’autocollant ou de tout produit nécessaire à sa cohésion avec les autres briques. Cette sécheresse dans l’ADN du musulman n’est que le produit naturel des cinq piliers de l’islam et leur négligence désastreuse de toute relation de l’être humain avec ses semblables. À cela s’ajoute l’incitation incessante dans les parties complémentaires de ce culte [Hadith, Sira, Sunna, Sharia] au rejet comme à la haine des autres pour différents prétextes. In fine, le musulman se révèle comme une personne inapte à toute réalisation fructueuse. Il n’excelle que dans sa frénésie collective barbare pour s’adonner seul ou en groupe au vol, au pillage, à la délinquance, au viol des femmes et à la destruction des biens publics et privés (ahewar.org, 1.05.2019).

L’islam est un culte et pas une religion

Mes recherches, mes observations et mon vécu me permettent de déduire que l’islam est un culte à caractère sectaire et pas une religion. Il existe uniquement pour servir les intérêts d’un groupe mafieux qui s’approprie ou confisque les structures de sa gestion. Ce groupe est composé de dirigeants politiques liés étroitement par une alliance indéfectible à des juristes [fuqaha’] et des commissaires gardiens de la croyance [imams, oulémas, prédicateurs]…. Ce culte asphyxie l’esprit des gens, égare leur conception de la vie et détruit les relations entre eux. Il faut criminaliser l’islam et l’éradiquer du cerveau des gens… C’est la seule solution pour nos peuples affligés (ahewar.org, 15.09.2019).

Détails de la règle d’or d’Elgohary

En tant que croyance, l’islam est situé aux antipodes de la capacité de développer des outils et de les produire. Toutes les données et les preuves confirment que les sociétés musulmanes, comparées à d’autres sociétés qui produisent des ordinateurs, des téléphones portables, des avions, des missiles, etc., ne semblent pas faire partie de la race humaine mais de celle des singes. En effet, le développement et la production d’outils nécessitent des efforts communs et une accumulation collective de connaissances. Ce phénomène fait défaut en islam, parce que cette idéologie sectaire incarne une croyance destructrice des relations entre les humains. Il lui manque l’esprit de coopération, d’engagement, de créativité, d’exactitude et du sérieux. Cette défaillance mortifère entraîne l’abs ence de toute accumulation et fructification de connaissances entre ses adeptes de quelque manière que ce soit.

Sur le plan sociétal, l’islam se trouve également aux antipodes du concept de l’égalité entre les êtres humains. Ceci explique pourquoi tous les systèmes de domination politique en islam sont oppressifs, tyranniques et injustes envers les droits naturels de leurs citoyens. La raison se trouve dans les enseignements et les pratiques de l’islam. L’individu musulman ne croit pas qu’il est responsable de lui-même, puisqu’il est certain que c’est la volonté de son dieu Allah qui détient le pouvoir d’ordonner et d’interdire dans tous les domaines de sa vie et que l’islam n’est rien d’autre que la soumission absolue à cette volonté.

En même temps, le musulman n’est en aucune manière autorisé à s’opposer à cette volonté quoi qu’il arrive… Un groupe mixte politico-clérical détient tous les systèmes de domination islamique. Des dirigeants politiques et religieux s’attribuent des pouvoirs absolus qu’ils considèrent comme révélés d’une manière opaque mais réelle et tangible … Donc, ce groupe en profite pour consolider sa position privilégiée et confirmer son pouvoir en manipulant sournoisement la stratégie de « diviser pour bien régner ». Telle pratique impacte l’esprit de l’individu musulman et lui fait croire que « l’autre » [le non-musulman] est méchant ou envieux. Ainsi le musulman lambda se trouve généralement obsédé par la peur de cet « autre » et par la méfiance permanente à son égard.

Quant aux sociétés musulmanes spécifiquement arabophones, leur drame dépasse tout entendement en raison de leur langue qu’est l’arabe. Cette langue, utilisée pour développer et promouvoir la littérature islamique, a déjà acquis un halo de sacralité qui se reflète dans son usage quotidien de façon calamiteuse dans plusieurs domaines. Le recours à cette langue affecte très gravement l’être humain, comme dans les trois cas suivants :

(a) La forme prime sur le fond. En effet, se tromper ou non n’a aucune importance. L’essentiel c’est de faire ce qu’on veut sans que personne ne le sache.

(b) Les textes et même les dits des uns et des autres sont sanctifiés. On se fie à ce que « untel a dit, untel a rapporté ou a raconté ». Cette conception idolâtre produit une aberration absurde dans le comportement individuel et collectif. Ainsi untel dit qu’il fera ceci ou cela, son énoncé lui permet d’apaiser son esprit et de dormir sans souci, comme s’il avait effectivement fait ce qu’il a dit ou promis de faire.

(c) Dès que quelqu’un parvient à parler un arabe littéraire de façon un peu éloquente avec un ton oratoire et à utiliser des expressions ou des versets coraniques bien articulés, il s’octroie aussitôt le droit de s’autoproclamer ‘âlim [savant en sciences islamiques]. Ainsi réussit-il souvent à réunir autour de lui des gens pour l’écouter avec ou sans conviction, abstraction faite du contenu de son discours, fût-il juste ou faux, rationnel ou illogique [C’est le cas de nombreux imams, dont beaucoup autoproclamés, prédicateurs et recteurs de mosquées en France et ailleurs].

Elgohary en tire un constat pathétique et troublant

De ces faits avérés, nous tirons des leçons éminemment incontestables :

1. Il est impératif de mettre un terme à la stupidité et à l’aliénation mentale lorsqu’on compare la situation de l’Europe au Moyen Âge avec nos conditions actuelles mommdans le monde arabo-musulman, pour justifier notre sous-développement.

2. Les sociétés musulmanes, notamment arabophones, ne connaîtront ni réforme, ni succès, ni prospérité, sans que l’islam, la pensée islamique et ses pratiques soient éradiqués du cerveau de nos parents et de nos peuples… La seule solution de s’en sortir consiste à remplacer la croyance islamique par un ensemble de concepts basés sur la « règle d’or » déjà énoncée 

RACINES DU MAL

Entre islamisme et pétages de plomb, ces meurtres mis en scène qui ébranlent la société française

A l’heure du déjeuner un fonctionnaire de la préfecture de Police de Paris âgé de 45 ans et qui, selon le Ministre de l’intérieur ne présentait aucun signe de fragilité psychologique, a tué quatre de ses collègues dans une attaque au couteau. Certains médias ont déclaré que l’assaillant s’était converti à l’islam depuis 18 mois. On ne connaît pas pour l’heure les motifs de son acte, mais le déroulé des faits est semblable aux mises en scène du terrorisme islamiste. Si “pétage de plomb” il y a, comme dit l’expression consacrée, la répétition de cette mise en scène interroge sur les causes de cette violence dans la société française. Quelles émotions trouve-t-on derrière un tel basculement ? 

Bertrand Vergely : Dans le drame qui vient de se dérouler il importe de faire la part entre ce qui relève de la violence ordinaire et ce qui relève de la violence hors-norme. 

Quand quelqu’un « pète les plombs » de façon ordinaire la violence qu’il déploie relève du caprice d’un enfant qui se roule parterre parce qu’on lui a refusé quelque chose qu’il désirait. Ce caprice peut donner lieu à des coups de folie comme le fait d’agresser directement et violemment.  celui ou celle qui lui a refusé l’objet de son désir. Il peut donner lieu au fait de s’agresser soi-même. Ce qui peut aller loin. Il n’est pas rare que l’on tue ou que l’on se suicide quand est en proie à un tel coup de folie. Dans le cadre de la violence hors-norme on a affaire à autre chose.

Une chose frappe dans le drame qui vient de se dérouler : la façon dont le meurtre a eu lieu. Cette façon est celle-là même que pratiquent certains terroristes musulmans. Elle est celle-là même  recommandée par  Daech depuis sa défaite. 

Ces dernières années on a vu surgir dans l’actualité de nombreux attentats commis par un homme seul descendant dans la rue et attaquant des passants à l’arme blanche en criant « Allah Akbar ! » « Dieu est grand ! ». Quand Daech a été défait, avant de disparaître dans la clandestinité, ses chefs ont donné comme consigne à leurs sympathisants de commettre des attentats et, au besoin, de ne pas hésiter à commettre des attentats seuls. 

Quand de tels attentats ont lieu ceux qui les commettent ne « pètent pas les plombs ». Ils sont très déterminés, leur logique étant non pas psychologique mais idéologique.

Le scénario qui les conduit là se déroule en général en trois temps. Au commencement, une vie soit normale, soit brillante, soit médiocre. Puis un jour, rupture. À la suite d’une rencontre avec un leader idéologique fascinant, ceux-ci tombent sous le charme. Ils sont médusés, envoûtés, sous emprise. Vient alors la dernière phase : subjugués par le discours idéologique du leader fascinant ils n’entendent plus rien. On a beau leur parler, ils ne sont plus de ce monde. Ils sont partis ailleurs. C’est là que le passage à la violence s’opère. Possédés par l’idéologie, ils deviennent insensibles. Devenant insensibles, ils ont un sentiment d’invincibilité. Invincibles, ils se mettent à tuer en voyant dans leurs crimes la preuve de leur invincibilité. 

Dans le crime qui s’est déroulé hier Jeudi c’est manifestement ce qui s’est passé. Le meurtrier est-il un français converti à l’Islam qui a prêté allégeance à Daech ? Ne l’est-il pas ? On ne le sait pas. En revanche, ce qui est sûr c’est qu’il s’est converti à la symbolique du meurtre terroriste rituel. Il a tué au couteau sans raison apparente. 

Peut-on relier ce phénomène à la déconstruction depuis les années 70 des structures symboliques  traditionnelles  en débouchant sur ce que Durkheim appelle l’anomie ? 

Dans les années 70 le gauchisme a vécu une mutation idéologique. Le communisme étant en train de s’écrouler et le marxisme se révélant passablement sclérosé à cause de son dogmatisme, le désir de changer le monde s’est appuyé sur un nouveau modèle théorique hérité de Nietzsche et d’Heidegger. Reprenant le mythe gnostique de la  création originelle  lumineuse détournée par un dieu pervers et méchant, l’intelligentsia éprise de subversion a pensé le monde comme la victime d’un complot perpétré par l’Un, cet Un étant  monothéiste judéo-chrétien, platonicien, métaphysique, essentialiste et   contre les énergies du multiple, ces énergies  étant féministes, transgenre, écologistes et « no boarder ». Cette déconstruction a favorisé non pas la montée de la violence mais la montée d’une violence sous la forme d’une violence   ritualisée à travers un terrorisme intellectuel prenant d’assaut les medias, l’art et la culture. Prise d’assaut réussie, la violence mentale soupçonneuse, provocatrice et  insoumise par principe devenant la norme. Dans ce climat de subversion banalisée, institutionnalisée et normalisée au nom de la libération du genre humain, l’islamisme a séduit. Il est apparu comme la version réactualisée de la lutte de l’esclave contre son maître, du colonisé contre le colonisateur, de l’immigré contre son patron, du dominé contre le dominant. Des terroristes islamistes faisaient  des victimes lors d’attentats qu’ils commettaient ? Ils n’étaient pas vus comme des meurtriers mais comme des victimes défendant leurs droits bafoués. Aujourd’hui, un homme seul de 45 ans tue soudain au couteau quatre de ses collègues. Au niveau de la mise en scène on a là la suite logique du climat délétère dans lequel nous vivons depuis quelques décennies. Déconstruction, subversion, islamisme puis mise en scène d’un meurtre en série de façon islamiste, cela résume bien la dérive infernale d’une certaine aventure intellectuelle. 

Est-ce le système éducatif qui est en cause et qui explique que les individus n’arrivent plus à vivre pacifiquement leurs frustrations ? 

Si le système éducatif français arrive à produire de l’excellence, s’il se donne un mal fou avec courage, compétence  et dévouement pour que le plus grand nombre d’élèves puisse maîtriser les fondamentaux de l’instruction, il n’en est pas moins confronté à deux problèmes majeurs qu’il ne parvient pas à résoudre. 

Le premier est interne et relève de son sens. Quand un élève sort de Terminale, il sait un certain nombre de choses. Il est incapable de faire le lien entre celles-ci. Le lien qui pourrait unir toutes ces connaissances n’existe pas. La raison en est simple. On ne sait pas quel est le but de l’éducation. On ne le sait plus parce que l’on ne sait plus où l’on va. 

Deuxième problème, celui-ci relève de la société. En France, toute une partie de la société est perdue et les pouvoirs publics ne savent pas comment il va être possible de la remettre à flots. Dans le système éducatif il en va e même. Toute une partie de la population scolaire est perdue et l’on ne sait pas comment il va être possible de la remettre à flots elle aussi. Qu’il s’agisse de la société ou du système éducatif cette population est une proie rêvée pour l’islamisme et, si ce n’est l’islamisme, pour les mises en scène islamistes de la violence et de la mort. 

Des meurtres fous sur fond de mises-en-scène de violence terroriste. On s’interroge sur les causes de leur apparition. Osons cette hypothèse. Qui a souffert fait souffrir, dit-on. Pas de sens à propos de ce que l’on fait et de ce que l’on est ? Un monde perdu qui décroche du monde réel ? Quand le sens a été tué on tue le sens. Quand le monde a été tué on tue le monde. Les crimes qui ont lieu se font toujours sur le fond de crimes qui ont déjà eu lieu. 

Ce phénomène rappelle les tueries qui ont lieu aux États-Unis. Est-il lié à une crise de la masculinité ? 

Les assassins sont souvent des hommes. Crise de la masculinité ? Quand on a affaire à l’islamisme, c’est clair. Une crise est une contradiction que l’on n’arrive pas à résoudre et qui explose de façon douloureuse. Quand l’homme et la femme qui forment un couple fondamental n’arrivent pas à vivre leur complémentarité, quand donc ils se séparent, privée de son autre la masculinité devenant incompatible avec elle-même, celle-ci explose. Le monde a beaucoup de mal à vivre la complémentarité homme-femme. Soit le couple homme femme est le lieu d’une domination de l’homme sur la femme, soit il est celui de leur division.  Dans tous les cas le résultat est le même : le masculin est seul et étant seul il devient fou.   Ce qui frappe dans le drame qui a eu lieu hier Jeudi, c’est cet homme seul, ce masculin livré à lui-même tuant d’autres masculins afin sans doute de tuer le masculin qui, en lui, n’a pas su vivre. 

Un  Allemand résiste à l’appel de la prière islamique
avec des cloches de vache et des casseroles, bravo !


Un  Allemand résiste à l’appel de la prière islamique avec des cloches de vache et des casseroles, bravo !

Marcel Bauersfeld fait du bruit devant une mosquée d’Erdogan  pendant la prière du vendredi

Avec une cuillère et une casserole contre l’appel au muezzin !

La police l’attend déjà : Marcel Bauersfeld s’entretient avec les deux officiers devant la mosquée de sa ville (photo ci-dessus). Après une longue discussion argumentée l’homme de 37 ans est chassé.

Mais il promet : « Je serai de retour vendredi prochain ».

 Vendredi midi, 13h30 précises : lorsque le muezzin appelle à la prière dans la mosquée Marcel Bauersfeld se tient sur le trottoir face au bâtiment – une fois de plus. Il martèle sans cesse une casserole avec une cuillère. Peu de temps après, la police arrive pour le chasser.

S’agit-il de liberté d’expression ou l’action de ce Résistant porte-t-elle « atteinte à la liberté de religion » ?

« Deux droits fondamentaux s’affrontent », déclare la porte-parole de la police, Simone Lah-Schnier. Cependant, dès qu’il y a suspicion d’infraction, la police peut – comme dans ce cas – lancer des poursuites. Selon la porte-parole, le trouble-fête qui n’a pas eu affaire à la police auparavant, se voit  accusé de porter atteinte à la liberté religieuse.

Le 3 juillet, Marcel Bauersfeld avait également fait beaucoup de bruit devant la mosquée. En effet,  il avait utilisé une cloche de vache !

 « Elle a été confisquée par la police. C’est pourquoi je suis ici avec une casserole aujourd’hui », dit-il.

L’affaire est actuellement examinée par le parquet de Bielefeld. Là, dit Simone Lah-Schnier, on examine s’il y a infraction. En attendant, la cloche de vache qui a été saisie restera aux mains des autorités.

L’appel du muezzin est diffusé tous les vendredis via un haut-parleur ( en haut à droite à la fenêtre).

Pour la troisième fois consécutive, l’homme de 37 ans proteste ce vendredi contre l’appel à la prière islamique que le maire Tim Kähler a autorisé à la communauté turque à la mi-juin.

Depuis lors, la décision du chef de l’administration a suscité des discussions controversées. La CDU [parti politique] avait critiqué cette décision.

Une majorité du Conseil municipal considère cependant que l’appel à la prière est un droit fondamental.

Dans une interview, Marcel Bauersfeld a précisé :

Je ne suis ni de gauche ni d’extrême droite. Je n’ai également rien contre les autres coutumes culturelles. La seule chose qui me dérange est l’appel au muezzin, qui à mes yeux n’est rien d’autre qu’un appel au califat. Je ne veux pas de la charia ici.

Le manifestant dit avoir étudié le Coran en profondeur. Avec l’autorisation de l’appel du muezzin, la boîte de Pandore a été ouverte.

« D’autres communautés turques pourraient revendiquer le même droit. » Il demande que la ville de Herford révoque son permis d’appel au muezzin.

L’homme de 37 ans annonce qu’il sera de retour vendredi prochain. « Je suis curieux de voir si je serai poursuivi pour une cloche de vache ou une casserole », dit-il.

Les autorités locales envisagent  d’empêcher un jugement embarrassant pour elles en obtenant du tribunal de district une injonction temporaire avec interdiction d’approche. Cela signifierait que Marcel Bauersfeld ne serait autorisé à s’approcher de la mosquée qu’à une certaine distance.

La Résistance prend souvent la forme de petits gestes isolés en apparence dérisoires. Il faut du courage pour affronter les autres et ce Marcel doit se sentir bien seul. Bravo, il peut se regarder dans une glace, il a osé se  lever et protester contre un état de fait scandaleux et malheureusement accepté par le plus grand nombre.

Alors qu’Erdogan parle de conquête et de reconquête,

l’Europe parle des « Droits fondamentaux » des musulmans….

La conquête en Allemagne…

La « reconquête » en Turquie…

Impunité de l’islam :
c’est parce que nous nous ne bougeons pas
que nous sommes dans la merde

Impunité de l’islam : c’est parce que nous nous ne bougeons pas que nous sommes dans la merde

L’IMPUNITÉ DE L’ISLAM

Je me suis depuis longtemps demandé comment il se fait qu’une „religion“ aussi primaire et primitive, aussi génocidaire, raciste, misogyne, homophobe, esclavagiste, suprémaciste, antisémite, en un mot aussi monstrueuse que l’islam, pouvait être non seulement tolérée dans nos pays occidentaux mais aussi défendue malgré les assassinats, les meurtres, les viols, les tabassages, les incendies perpetrés dans l’impunité quasi totale. Oui, défendue!

– Ceux qui pensent que l’islam en soi est un problème font le jeux de ceux qui veulent nous diviser“  (Emmanuel Macron)                                                                                                                                                      – „Ceux qui veulent que les gens croient que l’islam se construit en détruisant d’autres monothéismes vous trahissent“. (idem)  – „Les Français doivent accepter l’islam. Le rejet du multiculturalisme est une trahison“  (idem)                                                                                                                     -“il n’est pas juste d’identifier l’islam avec la violence. Cela n’est pas juste et n’est pas vrai.»  (Le pape Francois)                                                                                                                     -“Le Coran est un livre de paix, c’est un livre prophétique de paix»( idem)

Vous trouverez toutes les autres citations du même acabit de la part de tous les  dirigeants occidentaux dans:                                                        https://resistancerepublicaine.com/2019/10/14/combattre-lislam-quand-les-castres-nous-gouvernent-deuxieme-partie/

Mais ce ne sont pas seulement nos dirigeants atteints de maladies mentales qui profèrent de telles âneries mais la majorité des citoyens lambda de nos pays.

Je vous invite à faire une petite experience à l’occasion de n’importe quelle réunion de famille, d’anniversaire, de pots d’entreprise ou de rencontres sportives. Déclarez dans la discussion: „Je trouve que l’islam prend vraiment trop de place en France“ ou „Depuis cette immigration incontrôlée les actes de violence et les viols n’ont cessé d’augmenter“ ou toute autre phrase du genre mettant en cause l’islam.

Observez alors ce qui se passe:

– Un silence gêné, lourd…

– Des tentatives de changer du sujet: „Au fait vos vacances, cela s’est passé comment?“

– Des réactions du type „Il y a aussi des Francais qui violent“ ou „Tu ne serais pas un peu raciste sur les bords, toi?“, „Là, je trouve que tu exagères…“, „On ne peut quand même pas les mettre tous dans un même sac“, „Mais qu’est ce qui te prend? Tu as trop bu?“, „Quand il a un petit coup dans le nez, il devient agressif“  etc…etc…etc…

Afin de répondre à ma question „Comment se fait-il qu’une religion aussi monstrueuse que l’islam puisse être non seulement tolérée mais défendue dans nos pays soi-disant éclairés et rationnels“, je vais essayer d’analyser ici les divers facteurs qui contribuent à ce paradoxe.

1) Le pacte pétrolier

1973: Guerre au Moyen -Orient, Israel fout la pâtée au monde arabe qui se venge:      

  1) en multipliant les prix du petrole par quatre

2) en menacant de couper les approvisionnements en petrole aux pays qui continuent à soutenir Israel

3) en exercant un chantage qui sème la panique chez les gouvernements Européens. Ceux-ci se couchent et signent l’accord imposé par les pays arabes. (Pour l’accord, voir la video ci dessous)

4) Comme il ne faut en aucun cas que les peuples européens l’apprennent et comme ils risquent de se demander pourquoi on construit tant de mosquées et de centres culturels islamiques avec leur argent, on va leur vendre le „vivre ensemble“ et l’impératif de sauver les pauvres migrants.

5) En réalité nos gouvernements ont lâchement cédé au chantage et nous en subissons aujourd’hui les conséquences: 20.000 fichés S, d’innombrables naturalisés qui haïssent la France, 720 zones de non-droit (de zones islamisées) où les Francais sont „interdits de séjour“, un antisémisme virulent accompagné de meurtres, un racisme anti-francais déchainé, une frilosité sans pareille des autorités, un déni et un enfumage permanent…

Alain Wagner: „Ils ont vendu l’occident à l’islam depuis 1975: Une bombe!“

Je ne suis pas un fanatique des theories de conspirations mais lorsque des décisions, qui nous concernent tous, sont prises sans que les peuples non seulement n’y participent mais de plus n’en sont même pas informés, il est légitime de parler de conspiration. A moins que vous ne me proposiez un autre mot qui rende aussi bien compte de ce qui s’est réellement passé.

Nous n’avons pas ici seulement la responsabilité des politiques mais aussi des médias. Si vous vous demandez comment ils peuvent imprimer ou diffuser de telles conneries sur l’islam lisez les Qatar papers pour comprendre á quel point ils sont vendus „corps et âmes“: 

Ces documents confidentiels, divulgués pour la première fois, détaillent la plupart des 140 projets de financement de mosquées, écoles et centres islamiques, au profit d’associations liées à la mouvance des Frères musulmans. Ils dévoilent le salaire payé à Tariq Ramadan, figure de l’islam politique que Doha sponsorise hors de ses frontières. Au terme d’une enquête dans six pays européens et une douzaine de villes de l’Hexagone, les auteurs exposent la dissimulation, parfois le double langage, des associations islamiques sur leur financement étranger, ainsi que la politique de l’autruche suivie par de nombreux maires, par électoralisme ou ignorance.

L’Arabie laisse encore des imams venir en France distribuer de l’argent aux mosquées salafistes. Que penser des dirigeants français qui « se couchent » devant les responsables de ces monarchies pour obtenir des contrats ?

2) Le bourrage de crânes

Nos concitoyens sont soumis à un bourrage de crânes sans précédents

– Bourrage de cranes par nos élites: Voir le lien déjà cité:https://resistancerepublicaine.com/2019/10/14/combattre-lislam-quand-les-castres-nous-gouvernent-deuxieme-partie/

Si vous voulez vous amuser vous pouvez lire ce que les hommes d’antan, les vrais, ceux qui en avaient, disaient de l’islam:

– Bourrage de cranes par les médias payés pour le faire (Qatar papers)

– Clientélisme des maires, des conseillers municipaux, des élites locales.

A titre d’exemple: Lisez cela qui est sidérant, incroyable, ahurissant.

Violence, malversation, introduction de caids dans le processus municipal, islamisme, financement de l’islamisation: voici ce que révèle l’enquête de la courageuse Eve Szeftel qui signe une enquête édifiante sur la gestion clientéliste islamiste des banlieues à une poignée de kilomètres de Paris. „Ilan Halimi aurait pu être sauvé au lieu d’être torturé à mort par le gang des  barbares  „A Bobigny, le gang des barbares est dans les allées du pouvoir“   

– Idéologie mondialiste tant prisée par notre président jupitérien qui est une catastrophe ambulante. Comme disait Trump:

N’empêche qu’il pousse le mondialisme à fond aidé en cela par the open society de Georges Soros. Ce mondialisme se caractérise par l’ouverture des frontières (ces ignares ignorent qu’une cellule biologique ouverte meurt. On voudrait faire mourir nos pays que l’on ne s’y prendrait pas autrement.            Voir: https://resistancerepublicaine.com/2018/09/05/avec-limmigration-il-faut-appliquer-les-lecons-de-notre-systeme-immunitaire/

3) La peur

L’islam est une culture violente, de domination et de soumission de l’autre.

Vous avez peut-être parfois lu « tué pour un mauvais regard » sans vraiment comprendre de quoi il s’agissait. Lorsque j’étais étudiant, un ami tunisien me l’expliqua: « Tu marches dans la rue à Tunis…Sur le trottoir opposé quelqu’un que tu n’as jamais vu passe et tu le regardes par hasard et le voilà qu’il beugle, prêt à te casser la gueule  « Tu veux ma photo ou quoi? »

Regarder dans les yeux est déjà un défi qu’il faut relever « si tu es un homme ». Ainsi les Dhimmis (citoyen non-musulman et donc de statut inférieur) devaient toujours baisser les yeux en signe de soumission face à un musulman.

Nous avons été élevés dans l’égalité des droits et ne pouvons comprendre que tout, mais alors absolument tout en islam, tourne autour de qui domine et qui est soumis.

De plus nous avons été individualisés alors qu’ils sont toujours en bandes et violents.

Philippe, le conducteur de bus de bayonne en est mort, massacré par 4 Maghrébins « chances pour la France ». Voir l’article

La peur physique est justifiée quand tu penses à Philippe Monguillot, le chauffeur de bus  massacré pour avoir dit à de jeunes maghrebins de mettre un masque s’ils veulent voyager en bus, à Thomas Carbonnel, 23 ans, poignardé à mort par un repris de justice qui venait de sortir de prison (maghrebin, je suppose puisqu’on ne donne pas son nom), à la gendarme Mélanie Lamée fauchée par un chauffard connu des services de police (maghrebin je suppose puisqu’on ne donne pas son nom) quand tu penses aux innombrables coups de couteaux, aux tabassages avec coups de brodequins dans la tête par une meute acharnée. Et cela ne date pas d’aujourd’hui: Je pense à ces deux jeunes filles pleines de vie, Laura et Mauranne, poignardées et égorgées à Marseille, en 2017 par un musulman adepte de l’Etat islamique…Allez jeter un coup d’oeil sur www.fdesouche.com et sa liste quotidienne de tabassage, de voitures folles et d’égorgements….

A part la légitime peur physique ( quoique je ne comprends pas ceux qui n’ont toujours pas suivi un cours de Krav Maga et n’ont toujours pas acquis des armes legales d’auto-défense, https://www.fusil-calais.com/fr/173-arme-de-defense) il y a encore d’autres peurs: La peur d’attaques médiatiques, d’attaques judiciaires, de perdre son emploi, de voir ses amis s’éloigner, de l’isolement et de l’ostracisme…

Je veux détailler un peu plus la crainte d’attaques judiciaires:

Il faut savoir que les organisations islamiques telles que le CFCM (Conseil Francais du Culte Musulman), MF (Musulmans de France, anciennement Union des Organisations Islamiques de France-UOIF) qui regroupe 600 (SIX CENTS) associations musulmanes de France et les organisations pro-islam telles que la LICRA (Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme) et le MRAP (Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples) attaquent systématiquement tous ceux qui critiquent un tant soit peu l’islam MÊME LORSQUE LES CHANCES DE GAGNER UN PROCÈS SONT NULLES. Ils s’en foutent car ce sont les pétro-dollars du Qatar et de l’Arabie Saoudite qui paieront.

Alors pourquoi attaquer en justice lorsque les chances de gagner sont quasi-nulles?

1) Parce qu’on peut toujours espérer tomber sur un juge gauchiste qui jugera en dépit du bon sens et de l’évidence.

2) Et c’est la raison principale, pour intimider, épuiser, harasser, décourager et enfin faire renoncer et provoquer l’abandon de ceux qui luttent contre l’islamisation de notre pays. Il s’agit d’une véritable guerilla judiciaire menée avec des moyens financiers quasi inépuisables. Sans oublier qu’obliger les Résistants à l’islamisation à subir un procès c’est les atteindre dans leurs ressources financières et donc les obliger peu à peu à se retirer de la lutte faute d’argent.

Qui n’a pas eu à se battre dans un procès quelconque ne peut pas imaginer ce que cela représente! Oubliez les séries d’Hollywood!

J’ai vécu deux procès relatifs au droit du travail. On est complètement accaparé, absorbé, envahi par l’affaire, on s’y consacre totalement, on est traqué émotionnellement lorsque l’avocat de la partie contraire s’acharne sur vous, ment outrageusement, vous dépeint  comme un monstre pire que Frankenstein et vous traite comme une créature immonde sortie du caniveau… On ne dort plus, on est assailli de cauchemars, on sursaute à trois heures du matin, croyant avoir oublé de faire valoir un argument décisif…Bref il s’agit non seulement d’une attaque financière, mais aussi d’une charge émotionnelle difficile à supporte et d’une démolition systématique de votre dignité et de votre respectabilité…Et lorsque vous êtes injustement condamné et que vous faites appel, tout recommence.

J’en profite ici pour rendre hommage à Christine Tasin, Pierre Cassen, Eric Zemmour Georges Bensoussan et tant d’autres qui ont à subir de tels outrages et n’en démordent pas. Ce sont des âmes fières et nobles, des guerriers, je le dis comme je le pense!

Mais il n’y a pas seulement la peur physique, la peur de l’ostracisme ou des attaques judiciaires. Même lorsqu’il n’y a aucune crainte à avoir l’on ne peut que constater une sorte de paralysie mentale et émotionnelle face à l’islam.

4) paralysie mentale et émotionnelle

Vous connaissez probablement tous l’histoire de Mila, cette jeune étudiante qui a dû quitter son lycée par crainte de représailles et de menaces de mort. Elle plait à un jeune musulman de son lycée qui voudrait bien qu’elle devienne son amie. Elle refuse. Sur ce il l’abreuve de sarcasmes, puis d’injures et attaque le fait qu’elle soit lesbienne ( ce dont elle ne se cache pas) et proclame que c’est interdit par l’islam.

Excédée elle répond, dans un tweet, que de toutes facons « l’islam c’est de la merde ».

Sur ce menaces de mort de la part des autres étudiants musulmans et elle doit quitter le lycée car le recteur déclare qu’il ne peut plus garantir sa sécurité.

À ce stade, trois remarques:

  1. A) Dire que « l’islam c’est de la merde » relève de la liberté d’expression et n’est en aucun cas punissable par la loi.
  2. B) Regardez l’image ci-dessous:

C’est la garde nationale armée qui, sur ordre du Président Eisenhower, protège les étudiantes noires menacées de mort si elles osaient entrer dans l’école jusque là réservée aux Blancs. Mais Eisenhower c’était autre chose que Macron le freluquet!

  1. C) Il est d’usage et c’est facile de déplorer et de fustiger le manque d’action, voire la lâcheté de nos gouvernants. Mais nous? Que faisons -nous? Quelles sont nos actions?

Lisez plutôt:

Lorsque les nazis envahirent le Danemark, la Kommandatur décréta que les juifs devaient porter une étoile jaune avec au centre le mot JUIF. Le lendemain,le Roi du Danemark sortit de son palais avec une étoile jaune sur la poitrine! Le surlendemain tous les Danois avaient une étoile jaune sur leur poitrine…

Lorsque Mila est violemment aggressée pour avoir dit à un garcon musulman qui ne cessait de l’importuner et de l’insulter, que l’Islam c’est de la merde, elle doit quitter son lycée et se cacher et recoit 30.000 mails et menaces de mort du genre «“je vais t’égorger“, „je vais te sortir tes tripes et te les faire manger puis je te violerai ensuite, au nom du Prophète » 

“Je vais t’égorger au nom du Prophète” : Mila a reçu 30 000 menaces de mort de musulmans (Vidéo)

OÙ SONT LES MILLIONS DE FRANCAIS QUI, POUR SOUTENIR MILA, DÉCLARENT AUSSI QUE L’ISLAM C’EST DE LA MERDE PUISQU’IL MÈNE À CELA? («Vous reconnaitrez l’arbre à ses fruits»). OÙ SONT LES DÉCLARATIONS INDIGNÉES, LES ARTICLES, LES TRACTS, LES AUTO-COLLANTS??? OÙ SONT NOS HUMANISTES, NOS ARTISTES, NOS «ÉLITES», NOS «GOUVERNANTS», NOS INTELLECTUELS, NOS DÉFENSEURS DE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION??? RIEN!!!

Moi, je l’ai fait ! MAIS NOUS AURIONS Dû ÊTRE DES MILLIONS, d’autant plus qu’il n’y avait pas de risques!!!

 Alors, qu’elle est l’explication? D’où vient cette absence de réactions qui laisse le champ libre à l’islam et garantit son impunité?  Je viens de relire un article que j’avais écrit le 25 Janvier 2020 et qui contient des élements de réponses:

1) Se prétendre être un être humain bon (phénomène d’auto-divinisation)

2) Notre sadisme refoulé vécu par procuration dans l’admiration des vrais  sadiques.

3) fascination sexuelle pour ceux qui n’ont pas (encore?) été castrés par les „féministes“

Bref: Nous sommes devenus une nation d’eunuques 

5) Autres facteurs d’incompatibilité entre l’islam et nos démocraties

Voilà, vous savez maintenant purquoi la France est dans la merde.    

                           Parce que nous ne bougeons pas                                      


c’est parce que nous nous ne bougeons pas que nous sommes dans la merde”

  1. Martine Moyencourt Attendez vous n’avez encore rien vu ! Si la France est dans la merde, elle le sera encore bien plus d’une année sur l’autre. Suffit de bien regarder nos villes d’aujourd’hui pour imaginez sans trop se tromper la France de demain (disons dans 10 ans) Car dans dix ans une question pourrait bien être sur toutes les lèvres « Quelle sera le sort qui sera réservé aux autochtones de souche chrétienne quand ils deviendront minoritaires sur les terres de leurs ancêtres ?  » suivant récit love story « les corps indécents » C’est une petite devinette. Bien réfléchir avant de répondre. La réponse pourrait surprendre.
  2. J Vous avez raison MAIS vous oubliez aussi le fait que les gouvernements français ont tout fait pour nous réduire à l’inaction. Vous savez très bien que le Français ne peut plus agir sous peine d’être arrêté. On l’oblige à se laisser dépouiller, agresser, violenter, voler, et j’en passe, car au moindre geste de rébellion, au moindre sursaut d’auto-défense, c’est lui qui sera accusé d’agression et mis au placard. Les Français en ont ras-le-bol depuis bien longtemps et aimeraient bien pouvoir répliquer et se défendre. mais ils savent que s’ils bougent le petit doigt, ils seront traqués, mis en surveillance, arrêtés, emprisonnés, jugés et déclarés coupables. Tout est fait aujourd’hui pour que le Français Blanc soit coupable et doive payer, en billet ou en nature, pour l’envahisseur.
    Le Français n’attend qu’une chose : trouver un soutien valable, vraisemblablement, il attend un mouvement de l’armée contre le pouvoir politique, pour renverser le cours des choses. Il espérait le soutien des FDO (il supporte encore relativement les FDO) mais a perdu confiance après le coup des GJ. Que se lève un homme capable de mener la révolte et vous verrez les hordes de Français suivre.
    1. Moktar ; pardon amigo mais il faut peut-être arrêter de raconter n’importe quoi.
      Certes et je suis d’accord sur le fait qu’une réaction un tant soit peu musclée envers une racaille risque d’être sanctionnée. MAIS QUOI? ET ALORS? est-ce une raison pour se faire enlever le pantalon et se faire sod…………sans rien dire.
      NON camarade il faut se rendre à l’évidence même si cela fait mal: les Français globalement sont de pleutres. Nous en avons tous les jours des preuves. Quant à la jeunesse?! à part se foutre une casquette à l’envers, prendre la démarche des racailles, des tatouages dd partout; pour le reste rien de rien dans la pantalon;
      Les seuls jeunes pour lesquels j’adhère sont ces Identitaires qui, eux-mêmes, sont décriés par le bas peuple.
      Qu’attendez-vous pour vous regrouper, qu’attendez-vous pour réagir quand une racaille agresse un(e) de vos compatriotes?
      Dans mes propos, que l’on se rassure, je n’évoque pas les vieux riblonds (dont je fais partie): nous avons prouvé NOUS ce que nous étions capables de faire dès l’âge de 16 ou 17 ans.
      Faites en autant et la France sera sauvée. Poursuivez à faire des proses et dans peu de temps vous vous agenouillerez devant votre maître.
      Je conclue: excellente suggestion de Gérard (Michèle). Cela sera significatif.
      1. J Je suis d’accord avec vous, mais vous savez bien que la répression envers les patriotes est terrible. Regardez Mme Tasin, Génération Identitaire qui se prennent des procès à la pelle alors qu’ils ne font que des actions pacifiques. Même s’ils sont déclarés innocents, ils doivent débourser un max. Quant à se regrouper, oui, vous avez raison. Et il faut aller les chercher, ces Français mollassons.
        Cela dit, vous pouvez aussi comprendre ceux qui craignent de recevoir un coup de couteau s’ils bougent le petit doigt. L’actualité ne vous a pas encore assez montré quelle est la sentence ? S’il était aussi simple de se rebeller, ne croyez-vous pas que ce serait déjà fait ? Les racailles ont le gouvernement, les juges et les collabos avec eux. Les Français patriotes essaient en premier d’assurer la sécurité à leurs proches et eux-mêmes. C’est facile de décrier ceux qui font de la prose, comme vous dites. Quelles armes avons-nous réellement aujourd’hui pour nous battre ?
        Non, il faut créer des groupes, réinformer les Français, leur redonner confiance et assumer d’être « raciste/facho » afin qu’ils se réveillent. Et ça prend du temps.
  3. Michèle J’avoue que je n’ai pas eu le temps de tout lire ce matin avant de repartir au boulot, mais, rien que le titre, oh oui, mille fois (puissance 15) oui, c’est parce que nous nous nous bougeons pas, ou insuffisamment, pour les plus actifs, que nous en sommes là!Donc, je vais continuer à me bouger, préparer la résistance, tous azimuts, et faire un peu de propagande lorsque j’en ai l’occasion.De lourds nuages s’accumulent sur nos têtes:
    Masque obligatoire
    Retour de l’urgence sanitaire
    Retour du confinement
    Tests obligatoires
    Vaccins obligatoiresEtc. …Manifestons notre indignation le 14 juillet devant les mairies, sous/pref;, etc.Bonne semaine productive à toutes et à tous,
  4. Alexcendre Merci pour ces révélations : Ce que nous avons accepté des pays arabes est scandaleux et en plus honteux comment des dits responsables ont pu accepter une chose pareille (haute trahison ) Mais rien n’a été soumis et accepter par les peuples donc tous ces documents accords peuvent êtres déchirés instantanément ! ( pas sans une intelligente préparation ) Il nous suffit de trouver l’homme ou la femme qui en sera capable quitte a le ou la recruter chez les loups , je me comprends ! Sachant que pour un tel travail nous ne trouverons pas notre candidat chez nos poules mouillées qui peuplent nos institutions plus souvent couchés que debout devant les problèmes incapables de s’approvisionner en masques en pleine pandémie mais très bon en comme reconnaissons le .Pas un Giscard ,pas un Mitterrant , pas un Chirac , pas Sarkosy , pas un Macron n’ont vendu la mèche , ça en dit long sur le patriotisme de ces gens .
  5. Christian Jour Oui dans les repas de famille, on me faisait des réflexions sur mon racisme et j’avoue que j’attendais ça avec impatience. Je les coinçais très facilement et pousser dans leur retranchement, je leur démontrais que c’était eux les intolérants, et que c’étais eux qui avais des idées nazi et racistes avec les juifs, puisqu’ils toléraient très bien et sans problème l’islam qui lui voulait tuer tous les juifs. Ils me soutenaient que j’avais tort sans avoir lu le coran. Moi j’étais content car leurs arguments à la noix étaient démonté un à un. Bon du coup je ne suis plus invité. Mais c’est pas grave, parce que il n’y avait que moi qui m’amusait.
  6. Moktar  – je me garderai bien de vous répondre car je ne souhaite pas engager de polémique. Je n’évoque ni Christine, ni Pierre. Je parle de la rue…simplement de la rue que les Français doivent reconquérir.
    Expliquez moi pourquoi en d’autres temps, en d’autres lieux face à des périls autrement plus graves, des gens se sont levés et n’ont pas eu peur d’affronter les ennemis AU RISQUE DE LEUR VIE.
    Et c’étaient des jeunes qui avaient pour la majorité entre 17 et 25 ans.
    Alors excusez moi mais le baratin ne sert à rien.
  7. Machinchose un premier monotheisme est apparu, disons il y a 3500 ans , le « judaisme » en pays hébraique
    un deuxième en est né, ce sera le christianisme ça marche tant mal que bien et 4 siècles plus tard , après le deuxième, apparait le troisième, le Mahometisme ..auquel souscriront tous les laissés pour compte du coin mais là, ça se gâte! tu es obligé de t’y confor mer ! tu n’ as plus le choix que te laissaient les deux premiers de souscrire ou d’ en rigoleralors ces intolérants feront la guerre a tous ceux qui doutent, ils massacreront des centaines de millions d’ humains( voir Indoukoush) pour imposer leur trouvaille initiée par un épileptique, amateur de fillettes, de parfums et de menterieset pour humilier les deux premiers monotheismes inspirés par deux celibataires, Moise et Jésus, ils nous offriront la « dhimma » tout en menageant l’ harissa et le couscous en faisant semblant de reconnaitre le Moussa (encore Darmanin !! féchié ! ) et le Aïssa (Jésus) les disant « sidna moussa, sidna Aissa, sans oublier le roi Salomon, dit Sidna Slimaneet parlant de « ahl el kitab » -peuples du livre pour les chrétiens et les juifsmais tout ce scenario c’est du pipeau, histoire de tenter de faire oublier la violence de leur coran (pour les non arabisants, Korane signifie « récitation »
    on ne te demande pas de reflechir, de penser, de comprendre, non ! on te demande de réciter, surtout sans te poser de questions

Les 92 attentats islamistes perpétrés en France entre 1973 et 2015

f311c0ae5644492914453ee39b83bcebd19b1da3

La liste des crimes de l’islam depuis les origines ;
il y a de quoi faire tourner la tête.

Voici celle des crimes de l’islam sur le sol français.

  1. 9 janvier 1973: bombe à l’Agence juive à Paris.
  2. 5 septembre 1973: prise d’otages à l’ambassade d’Arabie saoudite par un commando palestinien.
  3. 15 septembre 1974: Attentat à la grenade au drugstore Saint-Germain-des-Prés à Paris, 2 morts et 34 blessés.
  4. 13 janvier 1975: A l’aéroport d’Orly, des Palestiniens du FPLP (dont un des membres sera décoré de la médaille des droits de l’homme par Christiane Taubira) avec Carlos à leur tête, tirent au lance-roquettes et manquent un Boeing 707 de El Al, atteignent un DC-9 yougoslave. Trois blessés. L’attentat est revendiqué à Beyrouth par l’organisation palestinienne « Septembre noir ».
  5. 19 janvier 1975: Carlos réattaque l’aéroport d’Orly et obtient un avion pour s’enfuir à Bagdad. Il y aura 21 blessés.
  6. 10 mars 1975: Attentat de la gare de l’Est à Paris, 1 mort et 7 blessés.
  7. 20 mai 1975: des Palestiniens tirent contre le comptoir d’El Al d’Orly, et tuent une personne.
  8. 22 février 1976: attentat à l’Office de tourisme algérien (revendiqué par le Front de libération unifié de la nouvelle Algérie).
  9. 2 novembre 1976: tentative d’assassinat contre Homayoun Keykavoussi, attaché culturel de l’ambassade iranienne (revendiqué par les Brigades internationales Reza Rezayi, groupe maoïste issu de la Gauche prolétarienne.)
  10. 7 juillet 1977: tentative d’assassinat contre l’ambassadeur de Mauritanie (revendiqué par les Brigades internationales Mustapha El Wali Sayed).
  11. 20 mai 1978: A l’aéroport d’Orly, un commando de trois hommes ouvre le feu dans la salle d’embarquement d’El Al, faisant 4 morts et 5 blessés. L’attentat est revendiqué par une organisation libanaise inconnue, « les Fils du Liban ».
  12. 31 juillet 1978: Prise d’otages à l’ambassade d’Irak à Paris exécuté par un militant de l’Organisation de libération de la Palestine et commandité par Yasser Arafat, son président (qui recevra des obsèques nationales en France). 1 policier trouve la mort.
  13. 3 août 1978: Assassinat à Paris du représentant de l’OLP Izz al-Din al-Kalak et un de ses assistants, par l’organisation Abu Nidal.
  14. 2 décembre 1978: Attentat du BHV. Huit blessés dont un grave, revendiqué par le groupe Carlos.
  15. 31 août 1978: attentat au domicile d’Yves Mourousi, revendiqué par la section franco-arabe du front du Refus (10 blessés).
  16. 27 mars 1979: Une explosion fait 33 blessés dans un foyer israélite, rue Médicis, à Paris VIe, au lendemain de la signature du traité de paix israélo-égyptien, revendiqué par une organisation antisioniste, le Collectif autonome d’intervention contre la présence sioniste en France et la paix israëlo-égyptienne.
  17. 17 janvier 1980: Assassinat du directeur de la librairie palestinienne à Paris, Yusef Mubarak, par l’organisation Abu Nidal.
  18. 18 Juillet 1980: L’ancien Premier ministre iranien Chapour Bakthiar échappe à une tentative d’assassinat menée par un commando iranien. 2 personnes sont tuées et 6 sont blessées durant l’attaque.
  19. 3 octobre 1980: Une bombe dissimulée dans la sacoche d’une moto explose devant la synagogue de la rue Copernic, à Paris XVIe. 4 morts et une vingtaine de blessés. Trente-quatre ans après, en novembre 2014, un suspect libano-canadien, Hassan Diab, est extradé du Canada et écroué en France. Considéré comme proche du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), il est accusé d’avoir confectionné et posé la bombe.
  20. 29 août 1981: attentat par un groupe terroriste palestinien à l’hôtel Intercontinental à Paris. 15 blessés.
  21. 18 janvier 1982: assassinat de Charles Robert Ray, attaché militaire américain, à Paris. Revendiqué par les FARL, fractions armées révolutionnaires libanaises.
  22. 3 avril 1982: Le diplomate israélien Yacov Barsimantov est assassiné à Boulogne-Billancourt. Le Libanais Georges Ibrahim Abdallah, chef des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL), condamné à perpétuité à Paris en 1987, notamment pour complicité de ce crime, est détenu depuis octobre 1984.
  23. 22 avril 1982: une voiture piégée explose au siège du magazine Al Watan Al Arabi rue Marbeuf à Paris. Un mort, 63 blessés (attentat revendiqué par Carlos et semblant être commandité par la Syrie)
  24. 9 août 1982: Un commando de 5 arabes appartenant au Fatah et au Conseil révolutionnaire d’Abou Nidal – un groupe palestinien dissident de l’OLP, ouvre le feu rue des Rosiers, à Paris, et jette des grenades à l’intérieur du restaurant juif Goldenberg, faisant 6 morts et 22 blessés.
  25. 17 septembre 1982: Le diplomate israélien Amos Manel est gravement blessé à Paris par l’explosion de sa voiture piégée, rue Cardinet. Une cinquantaine de personnes sont blessées, en majorité des élèves du lycée Carnot. L’attentat est revendiqué par les FARL libanaises.
  26. 30 septembre 1983: Une bombe explose au Palais des congrès de Marseille, près des pavillons américain, soviétique et algérien lors d’une foire internationale. 1 mort, 26 blessés. Revendiqué par les FARL.
  27. 7 février 1984: Assassinat de Gholam Ali Oveisi, ex gouverneur militaire de Téhéran, et de son frère, en exil à Paris. L’attentat est revendiqué par le Jihad islamique.
  28. 8 février 1984: Assassinat de l’ambassadeur des Etats arabes unis en France, Khalifa Abdel Aziz al-Mubarak dans une rue de Paris, attribué à l’organisation Abu Nidal.
  29. 23 février 1985: Explosion d’une bombe au magasin Marks & Spencer du boulevard Haussmann, revendiquée par l’Organisation Arabe du 15-Mai faisant partie du Hezbollah, fait un mort et 14 blessés.
  30. 29 mars 1985: A Paris, une explosion fait 18 blessés au cinéma « Le Rivoli Beaubourg », lors du 4e festival international du cinéma juif. L’attentat est attribué au Hezbollah.
  31. 7 décembre 1985: Double attentat au Printemps Haussmann et aux Galeries Lafayette, 43 blessés. Revendiqués par le CSPPA, Comité de Solidarité avec les prisonniers politiques arabes et du Proche-Orient, organisation marxiste liée au Hezbollah et au Djihad islamique animé par des Musulmans chiites inspirés et financés par Téhéran.
  32. 3 février 1986: Une explosion au rez-de-chaussée de la galerie du Claridge, avenue des Champs-Elysées, revendiqué par un groupe inconnu, le Comité de solidarité avec les prisonniers politiques arabes et moyen-orientaux, mais attribuée au Hezbollah, fait un mort et huit blessés.
  33. 3 février 1986: Le même jour, un engin explosif est désamorcé au troisième étage de la Tour Eiffel.
  34. 4 février 1986: Une explosion suivie d’un incendie au sous-sol de la librairie Gibert-Jeune, place Saint-Michel, fait cinq blessés. L’acte s’inscrit également dans la liste des attentats commis par le Hezbollah.
  35. 5 février 1986: Explosion à la FNAC-Sports au Forum des Halles. 22 blessés, dont un très grave. Revendiqué par le CSPPA à Paris.
  36. 17 mars 1986: Explosion dans le TGV Paris-Lyon à la hauteur de Brunoy. Neuf blessés légers. Revendiqué par le CSPPA à Paris.
  37. 20 mars 1986: Attentat Galerie «Point Show», avenue des Champs-Elysées. Deux morts et 29 blessés, dont neuf graves. Revendiqué par le CSPPA à Beyrouth.
  38. 8 septembre 1986: Attentat au bureau de poste de l’Hôtel de Ville de Paris. Un mort et 21 blessés. Revendiqué par le CSPPA à Beyrouth et à Paris et le PDL affilié au Hezbollah à Beyrouth.
  39. 12 septembre 1986: Explosion à la cafétéria de l’hypermarché Casino du centre commercial des «Quatre-Temps» à la Défense. 54 blessés. Revendiquée par le CSPPA à Paris et le PDL à Beyrouth.
  40. 14 septembre 1986: Attentat au sous-sol du «Pub-Renault» sur les Champs-Elysées. Deux policiers morts, un blessé grave. Revendiqué par le CSPPA et le PDL à Beyrouth.
  41. 15 septembre 1986: Attentat dans la salle de délivrance des perm is de conduire de la préfecture de police de Paris. Un mort, 56 blessés. L’attentat est revendiqué par le Hezbollah (CSPPA et PDL à Beyrouth).
  42. 16 septembre 1986: Une bombe explose dans un restaurant au nord de Paris.
  43. 17 septembre 1986: A Paris, attentat rue de Rennes, dans le magasin Tati, sept personnes trouvent la mort et 55 autres sont blessées lors de l’explosion revendiquée par le CSPPA, Comité de Solidarité avec les prisonniers politiques arabes et du Proche-Orient.
  44. 7 avril 1987 : Assassinat d’Ali André Mécili, avocat et politique algérien, à Paris. Le principal suspect, Mohamed Ziane Hasseni, bénéficie d’un non lieu dans des conditions floues qui ressemblent à une collusion entre l’Etat français et algérien.
  45. 24 décembre 1994 – 26 décembre 1994: détournement du vol AF 8969 par le GIA, Groupe islamique armé. Après deux jours de prise d’otage du vol Alger-Paris par des membres du GIA algérien, l’assaut du GIGN à l’aéroport de Marignane fait 3 morts (plus les 4 preneurs d’otages).
  46. 11 juillet 1995: assassinat de l’imam Abdelbaki Sahraoui, cofondateur du Front islamique du salut (organisation concurrente du GIA), et son secrétaire, abattus dans la mosquée de la rue Myrha à Paris par deux musulmans armés d’un fusil à pompe et d’un pistolet.
  47. 15 juillet 1995: Fusillade à Bron entre les policiers et Khaled Kelkal, du GIA qui tente de forcer un barrage de police. Kelkal sera abattu le 29 septembre 1995.
  48. 25 juillet 1995: Gare Saint-Michel une bombe explose dans un train du RER B. Revendiqué par le Groupe islamique armé algérien. L’attentat a coûté la vie à 8 personnes et a fait 117 blessés.
  49. 17 août 1995: Une bonbonne de gaz avec des clous, signature du GIA, explose à Paris près de la place Charles-de-Gaulle. 16 blessés.
  50. 26 août 1995: une bombe est découverte sur la ligne TGV Sud-Est près de Lyon avant d’exploser au passage du TGV. Les empreintes de Khaled Kelkal et de Boualem Bensaïd sont retrouvées sur la bombe.
  51. 3 septembre 1995: une cocotte-minute remplie de clous et d’écrous explose sur le marché du boulevard Richard-Lenoir dans le 11e. Quatre blessés légers. C’est toujours la signature du GIA.
  52. 7 septembre 1995: L’explosion d’une voiture piégée devant l’Ecole juive de Lyon à Villeurbanne (Rhône) fait 14 blessés. Elle est attribuée aux extrémistes islamistes dirigés par Khaled Kelkal, directement lié à l’attaque.
  53. 27-29 septembre 1995: Fusillade dans les monts du Lyonnais. Karim Koussa, Abdelkader Bouhadjar et Abdelkader Mameri sont interpelés. Khaled Kelkal est abattu.
  54. 6 octobre 1995: Le jour de l’enterrement de Khaled Kelkal, une bombe du GIA (bouteille de gaz avec des clous et boulons) explose près de la station de métro Maison-Blanche. 12 blessés légers. On retrouve sur la bombe les empreintes de Boualem Bensaïd.
  55. 7 octobre 1995: Le leader du GIA, Djamel Zitouni annonce qu’il lance le « jihad », des « frappes militaires au cœur même de la France » pour la punir de son soutien au régime d’Alger. Il exige que le président Jacques Chirac se convertisse à l’islam.
  56. 17 octobre 1995: Attentat du RER C, une rame est perforée par l’explosion d’une bombe à la station Musée d’Orsay. Smaïn Aït Ali Belkacem, du GIA, est responsable de l’attentat.
  57. (En 2010, Amedy Coulibaly (auteur de l’attentat de la supérette casher en 2015), Djamel Beghal (maître à penser des frères Kouachi qui ont commis l’attentat contre Charlie Hebdo) et une quinzaine de musulmans projettent de faire évader Smaïn Aït Ali Belkacem. Ils sont arrêtés, font un peu de prison, et sont relâchés)
  58. 27 mai 1996: Reza Mazlouman, ancien vice-ministre iranien de l’éducation à l’époque du Chah d’Iran est assassiné à Créteil.
  59. 3 décembre 1996: Paris, attentat du RER B à Port-Royal. Une bonbonne de gaz remplie d’explosif éclate dans une rame de train. Une lettre du groupe islamique armé (GIA) envoyée à Jacques Chirac signe implicitement la revendication qui fera 4 morts et 91 blessés.
  60. 3 décembre 1996: attentat contre le journal Tribune juive. L’attentat est revendiqué dans une lettre anonyme, qui explique que les terroristes «font partie de la grande nation arabe comme certains font partie de la grande nation juive». Le texte poursuit: «A ce titre nous nous sentons solidaire du sort qui est fait à nos frères palestiniens, en particulier à Hébron ».
  61. 31 décembre 2001: Une classe de l’école Ozar-Hatorah de Créteil est détruite par un incendie criminel.
  62. 1er avril 2002: La synagogue Or Aviv, à Marseille, est détruite par un incendie criminel et terroriste, alors qu’une vague d’attentats aux cocktails Molotov vise des synagogues.
  63. 10 avril 2002: Un autocar scolaire est la cible de jets de pierre, rue Piat, à Paris. Une élève est légèrement blessée.
  64. 22 mars 2003: En marge du défilé contre la guerre en Irak, deux membres du mouvement juif Hachomer Hatzaïr sont agressés près de leurs locaux.
  65. 8 juillet 2003: Des élèves de l’école Jeunesse Beth Loubavitch à Paris sont attaqués à coups de barres de fer.
  66. 17 octobre 2003: Le rabbin Michel Serfaty, reconnu par ses vêtements, est frappé au visage à Ris-Orangis (Essonne). Son agresseur, Abdelrahim criait « Palestine, Palestine, on vous casse la gueule, Youd! » pendant l’agression.
  67. 17 octobre 2003: L’agression du rabbin Michel Serfaty à Ris-Orangis (Essonne) provoque un intense émoi. L’agresseur est condamné en décembre 2004 à 6 mois de prison dont 2 mois avec sursis.
  68. 15 novembre 2003: Un établissement scolaire juif fréquentée par 200 élèves est dévasté par un incendie criminel à Gagny (Seine-Saint-Denis). Le président Jacques Chirac préside le lendemain une réunion interministérielle sur l’antisémitisme qu’il déclare « intolérable » – et offrira des obsèques nationales au terroriste et tueur de juifs Yasser Arafat.
  69. 20 novembre 2003: Dans le garage du 5 rue Louis Blanc, à Paris Xe, Adel Amastaibou prend un long couteau et poignarde Sébastien Salem de plusieurs coups de couteau à la poitrine, jusqu’à la mort. Puis il rejoint l’appartement de sa mère et déclare : « J’ai tué un Juif. J’irai au paradis. Allah m’a guidé ! »
  70. 8 octobre 2004: attentat contre l’ambassade d’Indonésie à Paris, revendiqué par le Front islamique français armé. 10 blessés.
  71. 25 mai 2005: deux jeunes musulmans lancent trois bouteilles d’acide chlorhydrique sur une école juive du XVIIIe, à Paris.
  72. 20 janvier 2006: Un jeune juif, Ilan Halimi, 23 ans, est enlevé par le gang des barbares, un gang musulman dirigé par Youssouf Fofana, qui espère faire payer les juifs. Il est torturé pendant trois semaines dans une cité HLM de Bagneux et retrouvé agonisant au bord d’une voie ferrée le 13 février 2006, et meurt lors de son transfert à l’hôpital.
  73. 19 avril 2007: le rabbin de la communauté du Nord-Pas-de-Calais, Elie Dahan, reconnaissable par ses vêtements, est violemment frappé par un jeune musulman, gare du Nord à Paris.
  74. 6 décembre 2007: À 12h50, l’explosion d’un colis piégé au un cabinet d’avocats du 52 boulevard de Malesherbes à Paris où est domiciliée la Fondation pour la mémoire de la Shoah fait 1 mort et 5 blessés. Le coursier, une jeune femme « brune, d’un mètre cinquante-cinq, la vingtaine et portant un casque », et de type « nord-africain » est activement recherchée.
  75. 16 décembre 2008: Le Front révolutionnaire afghan informe les autorités après avoir déposé des bâtons de dynamite (sans détonateurs) au Printemps à Paris.
  76. 20 décembre 2008: Arrestation à Paris de Rany Arnaud, 29 ans, un islamiste isolé soupçonné d’avoir voulu faire sauter le bâtiment de la DCRI.
  77. 5 janvier 2009: Une voiture bélier est lancée contre la gr ille d’une synagogue à Toulouse, qui est incendiée.
  78. 8 septembre 2009: Des engins explosifs sont lancés depuis l’extérieur et explosent dans une école juive du Xe arrondissement de Marseille dans le but de la faire brûler avec tous les élèves. «Un riverain aurait aperçu quelqu’un de jeune» au moment du drame.
  79. 11 et 15 mars 2012: Mohamed Merah assassine trois militaires à Toulouse et Montauban.
  80. 19 mars 2012: Trois enfants et l’un de leurs parents sont sauvagement assassinés dans une école juive de Toulouse par Mohamed Merah, un musulman français.
  81. 25 mai 2013: La Défense. Un islamiste arrive par derrière et poignarde Cédric Cordier, un militaire français au cou, dans l’intention de le décapiter. L’agresseur portait une barbe et une djellaba de couleur claire.
  82. 20 décembre 2014: Joué-lès-Tours. Un homme armé d’un couteau hurle « Allahu Akbar » en entrant dans un commissariat, et se jette sur un officier de police pour le tuer. 3 policiers sont blessés, dont deux gravement. Le musulman est tué.
  83. 21 décembre 2014: Dijon. Un homme hurlant « Allahu Akbar » écrase 13 piétons avec sa voiture.
  84. 22 décembre 2014: Nantes. Un homme que les témoins entendent crier « Allahu Akbar » écrase des piétons avec sa voiture sur un marché de Noël. 1 mort et 9 blessés dont 3 graves.
  85. 7 janvier 2015: Les frères Kouachi commettent un attentat contre le siège de Charlie Hebdo qui fait 12 morts et 11 blessés.
  86. 8 janvier 2015 : Amedy Coulibaly abat une jeune policière de 25 ans, Clarissa Jean-Philippe, à Montrouge (Hauts-de-Seine), et blesse un policier.
  87. 9 janvier 2015: Yoav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham et Michel Saada, des clients de la supérette casher HyperCasher de Vincennes sont tués, et cinq autres sont pris en otages par Amedy Coulibaly, membre de l’Etat islamique.
  88. 9 janvier 2015 : prise d’otages à Dammartin-en-Goële par les frères Kouachi. Les 2 terroristes sont abattus. Un membre du GIGN est blessé, l’otage est sain et sauf.
  89. 3 février 2015: 3 militaires qui protègent un centre communautaire de Nice, sont attaqués par Moussa Coulibaly (sans relation avec Amédy Coulibaly).
  90. 19 avril 2015: Un djihadiste algérien tue une jeune femme accidentellement en voulant voler sa voiture, se tire une balle dans la jambe, ce qui l’obligera à renoncer à son attentat terroriste contre deux églises de Villejuif pendant la messe du dimanche.
  91. 26 juin 2015: Attentat terroriste dans l’Isère à Saint-Quentin-Fallavier contre une usine de gaz de la société Air Products dans l’intention de la faire exploser. Un cadavre sera retrouvé, décapité, avec des inscriptions en arabe et un drapeau de l’Etat islamique.
  92. 21 août 2015: Attentat du Thalys. Un islamiste qui venait de déclencher un attentat terroriste est terrassé par des héros américains. Les employés à la sécurité du train s’étaient enfuis. Quatre blessés, y compris le terroriste.

Eric Denécé évaluait à 102 le nombre de victimes françaises du terrorisme islamiste entre 2001 et 2015.

Une séance photo de Vogue près de la Mecque
avec  des « mannequins décadents » : les musulmans choqués !

Une séance photo de Vogue près de la Mecque avec  des « mannequins décadents » : les musulmans choqués !

Vogue fait des vagues chez les islamos.

Vogue Arabia a réalisé une séance photo dans la province d’Al Ula, à 300 km de Médine [La Mecque] à laquelle ont participé des mannequins célèbres tels que Kate Moss, Candice Swanepoel et Alek Wek. Cette séance photo a provoqué « le courroux » des musulmans.

L’autorisation accordée au magazine Vogue par le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane,  de réaliser des séances photos avec des mannequins étrangers en Arabie est vertement (!) critiquée par les musulmans.

Clip de Vogue Arabia :

Quelques photos –tout à fait supportables pour un Occidental !

Clip monté par des musulmans anti-saoudiens, pour dénoncer l’opération et critiquer le prince :

Cette séance photo qui s’inscrit dans le cadre de la campagne d’automne 2020 de la marque de mode de luxe du designer d’origine libanaise Eli Mizrahi Monot n’est pas du goût des musulmans.

  Une campagne de photographie de mannequins décadents d’un magazine étranger à Al-Ula, Médine, ébranle les piliers de chaque croyant et chagrine chaque musulman… C’est la ruine de Médine.

Certains internautes n’ont pas hésité à comparer la séance photo et la récente décision de la Turquie de transformer le musée Sainte-Sophie en mosquée. Ils ont souligné le contraste significatif entre les deux nations dans la préservation de la sacralité des lieux de culte.

Erdogan, le modèle du  vrai musulman.

Le Turc Erdogan dans la basilique chrétienne transformée en mosquée.

 «  Un merveilleux paradoxe. Les Adhan [appel à la prière] résonnent depuis la basilique Sainte-Sophie tandis que des prostituées nues sont filmées sur la terre la plus propre de la terre…  », commente un autre internaute.

«  Alors que les femmes saoudiennes comme #Lujain_Hathloul, sont emprisonnées pour avoir exigé des droits tels que la conduite et sont contraintes de se conformer à un code vestimentaire strict… les mannequins sont autorisés à porter des vêtements semi-nus dans la ville du messager de Dieu », s’indigne un autre. [NDLR : ne pas voir dans ces propos un appel à se libérer de l’islam ! Le mal, c’est bien sûr les mannequins].

Vogue Arabia parfaitement à l’aise dans les eaux troubles de l’islam.

Le luxe tapageur comme vecteur de propagande du totalitarisme islamique.

Très glamour, la page Facebook de Vogue Arabia regorge de belles choses inabordables qui brillent et séduisent, comme dans un mirage, comme ces sublimes corps féminins, ces endroits de rêve ou les spas de Dubaï qui « rouvrent enfin ». Mais la page est émaillée de propagande à la gloire des puissants de la péninsule quand ce n’est pas de la propagande  franchement pro-palestinienne, par exemple ou vantant la « culture islamique » qui « doit être conservée ».

La femme comme trophée.

La femme est un objet de possession et de collection dans l’islam. Comme dans toutes les communautés primitives… chez les gitans la femme est traitée comme inférieure. C’est un réflexe des hommes contre la peur de manquer de virilité et d’assumer sexuellement.

La femme est une  moins que rien : la femme « prostituée » est  présentée comme le faire valoir de la femme musulmane, par contraste.

Hypocrisie.

Les employés des hôtels de luxe à Paris ne manquent pas d’histoires à raconter sur ces Saoudiens qui, loin de la Mecque,  font monter dans leur suite pour des orgies sans nom tout ce que la capitale compte de prestataires de services rapprochés, mâles et femelles.

Les « vrais » Arabes sont au-dessus des autres.

On ne mélange pas les serviettes et les torchons. Les Arabes de la péninsule tiennent à montrer qu’ils sont les vrais maîtres du jeu. L’autorisation donnée à Vogue apparaît comme étant un pied de nez au reste des musulmans, un caprice du Prince qui peut tout se permettre et affiche ainsi sa puissance sur ses vassaux.

Les ententes intéressées entre Arabie Saoudite, Pakistan, Inde et Iran sont très fluctuantes.

Les Turcs ? Les Saoudiens ne peuvent pas les voir.  L’objectif de Riyad est de restreindre l’influence régionale de la Turquie et d’Erdoğan : Le « plan stratégique » de l’Arabie saoudite pour mettre la Turquie au tapis).

Les maghrébins ?  Rien n’agace plus les Arabes que de voir les  maghrébins être appelés ou se faire appeler arabes.

Illustration.  A propos des affrontements armés qui ont éclaté récemment, dans le quartier des Grésilles à Dijon, entre des membres de la communauté maghrébine et quelques-uns de la communauté tchétchène en représailles après qu’un Tchétchène a été passé à tabac dans un bar à chicha.   L’incident de trop que les internautes arabes n’ont pas pu digérer en voyant les tweets relayant l’affaire en mentionnant des violences entre des gangs tchétchène et « arabe ».
Un internaute, fier d’être un Arabe, a écrit sur Twitter : Les Arabes sont une race supérieure. Ceux qui parlent arabe ne peuvent pas devenir Arabes (…) Les Arabes existent uniquement dans la péninsule arabique .

Un autre a écrit : Les Arabes sont seulement dans la péninsule arabique (…) Les Nord-africains, ne sont pas arabes, le Maroc, l’Algérie bla bla bla ne sont pas arabes. Les Arabes sont originaires des pays riches et ce ne sont pas des réfugiés .

Les Maghrébins sont exclus du monde arabe 

Les Maghrébins exclus du monde arabe

« Instruisez-vous, les Maghrébins ne sont pas des Arabes ». Des internautes des pays de la péninsule arabique mènent une campagne sur le réseau social Twitter, pour « corriger l’histoire ». 

Pour certains, les habitants des pays nord-africains et en particulier, les Tunisiens, les Algériens et les Marocains, ne sont pas d’origine arabe. 

Une nouvelle carte du monde arabe, circule, d’ailleurs, sur Twitter. Sur cette carte, les Maghrébins ont été classés d’origine berbère (amazighe) les Egyptiens ont eu droit à l’étiquette copte. 

Et pour cause, les affrontements armés qui ont éclaté, il y a de cela quatre jours, dans le quartier des Grésilles à Dijon dans l’ouest de la France, entre des membres de la communauté maghrébine et quelques uns de la communauté tchétchène en représailles après qu’un Tchétchène a été passé à tabac dans un bar à chicha.   

L’incident de trop que les internautes arabes n’ont pas pu digérer en voyant les tweets relayant l’affaire en mentionnant des violences entre des gangs tchétchène et arabe. 

Un internaute, fier d’être arabe, a écrit sur Twitter : « Les Arabes sont une race supérieure. Ceux qui parlent arabe ne peuvent pas devenir Arabes (…) Les Arabes existent uniquement dans la péninsule arabique ». 

Un autre a écrit : « Les Arabes sont seulement dans la péninsule arabique (…) Les Nord-africains, ne sont pas Arabes, le Maroc, l’Algérie bla bla bla ne sont pas Arabes. Les Arabes sont originaires des pays riches et ce ne sont pas des réfugiés ». 

Commentaires

Ber5

Galice | Au Maghreb il y’a les vrais berbères fier, et il y’a les faux arabes c’est à dire les arabophones qui sont persuadés d’être arabes et que les vrais arabes détestent, tout ce qui est attribué aux arabes la gloire des temps anciens n’est en rien le fait des arabes qui sont très peux sorti de leur péninsule arabique, tout ce qui est dit invention arabe technique ,médecine ,algèbre ,algèbre, a été fait en langue arabes par des gens qui n’étaient pas arabes, les arabes de la péninsule sont devenus riche grâce aux occidentaux qui ont découverts le pétrole et ils doivent tout à l’Occident avant ça c’était des bédouins pauvres écrasés par la chaleur. 

Berbère

Fière d’être AFRICAIN  Il était temps les maghrébins détestent tant les africains noirs et se revendiquent arabes mais les pauvres ils ont été rejetés aussi par les pays arabes de la péninsule. Ils sont même rejetés de France d’ou l’on sait qu’ils ne sont pas arabes. Mais des rescapés des bédouins en voie de disparition avant la colonisation.

Arabe

L arabe  On est arabe au Maghreb. Pas des barbares multi-spermes(phéniciens,romains,vandales,grecs,arabe,ottoman)….

Les faux Arabes d’Afrique du Nord

Génétique. Les faux Arabes d’Afrique du Nord ; « Génétiquement, les Maghrébins ne sont pas des Arabes » : 
« Le Fantasme. Alors que la vaste majorité des Tunisiens (98 %), et des autres Maghrébins, s’identifient culturellement aux Arabes, des études scientifiques tendent à indiquer qu’ils seraient ethniquement plus proches des Berbères qu’ils ne le sont des Arabes. » 
Des études récentes démontrent qu’il en est ainsi pour toute l’Afrique du Nord, y compris l’Egypte et la Libye. Inversement, des pays qui rejettent toute affiliation arabe, comme l’Iran, sont majoritairement arabes.  
Enfin, les conquêtes « arabes » en Europe sont, en réalité, des conquêtes berbères. Les Sarrasins étaient des Berbères islamisés et arabisés, et non pas les « Arabes d’Andalousie » ! 
La désignation génome « nord africain » signifie génome berbère. 
L’apport démographique arabe lors des premières conquêtes est négligeable. Il est beaucoup plus significatif à partir du XIe siècle, lorsque le pouvoir des chiites Fatimides envoya, dans le but de réprimer des dynasties berbères ayant proclamé leur indépendance, certaines tribus arabes telles que les Hilaliens et les Banu Soulaym. 
Les estimations en termes de déplacement de population vont de 80.000 à 200.000 ou 250.000 Arabes. Comment alors, 100.000 à 200.000 Arabes peuvent-ils « arabiser » plusieurs millions de Berbères ? C’est matériellement et génétiquement impossible. Il serait plus juste de dire que la petite minorité arabe a été berbérisée. 

quelle perte

kimou |ouuff..finalement..s.v.p. informer le globe terrestre ainsi que les autres planètes de cette fameuse affaire…j’espère que si une personne nous accuse d’être arabe qu’on peux porter plainte et avoir un dédommagement hhhhhh cad en faire une loi pour ça 

Berbere

Saroutchi | Mais vous avez toujours pas compris que c’est une honte pour nous d’être associés à vous, et de quelles richesse tu parles, toi Le fameux arabe qui est soit disant une race supérieure, le mec qui meurt de chaud, vas t’acheter une personnalité, les maghrébins berbères t’emmerdent, on est des hommes et femmes libres. 

@ Chater

Justinia | .La Tunisie est berbère et vous, l’Arabe, vous n’êtes pas le bienvenu chez nous..Alors CASSE TOI. 
Pour vous flatter vous avez avoué avoir trompé votre femme.Vous l’avez rabaissé en la traitant « d’Allemande esclave de l’argent et matérialiste ».Vous envoyez vos enfants en Tunisie la privant de ses enfants. 
Tout le monde sait que vous n’aimez pas les « Koffars  » avec qui vous vivez et qui vous ont tout donné.Vous n’arrêtez pas de les insulter et cracher sur leur religion. 
Pour finir,Le Berbère que je suis vous emmerde royalement et vous réserve une bonne dose de mépris.

@Justinia

Abel Chater Toi, qui t’intéresses de trop aux Arabes musulmans par une haine incompréhensible, comment va ton carnet de crédits non-remboursables? 
Où est-ce que tu ne vaux pas beaucoup sur le marché des crédits non-remboursables, chez les Arabes et les Musulmans!!! 
Je dois te confesser, que je n’ai jamais vu une belle femme transpirer une haine contre nous les Arabes et les Musulmans, que lorsqu’elle est délaissée par l’un de nous, à la manière de la vieille Brigitte Bardot. 
Nous ne sommes pas dupes Madame « Omar m’a tuer » !!! 

Nord d’Afrique 

Jugurtha | Le nord africain n’est pas arabe 
L’Afrique au africain 
Le nord africain est berbère amazigh pas arabe 

Notre dignité,leur mépris.

Justinia | Les Arabes (ceux d’Arabie ) sourient quand ils entendent d’autres se revendiquer Arabe, eux qui cultivent la pureté de leur ethnie et méprisent celle des autres.

ils ignorent

taiebja |  Ils ignorent les invasions des tribus hillaliens en Afrique du Nord ! 

We are the people

Arslan | Qui sommes nous ? Je suis Algerien comme 40 millions de compatriotes et nous n’avons pas besoin qu’on nous dise qui nous sommes. Les Marocains, les Tunisiens, les Lybiens, les africains… sont nos frères et nous nous aimons tels que nous sommes avec nos différences et nos defauts. Oui on s’aime, la colonisation et son lot de souffrance et de mépris nous ont rendu egaux et semblables. Nous sommes freres avec le syrien qui souffre en exil et freres avec le yéménite qui se fait bombarder par les forces de l’Otan. Oui frères du palestinien qui subit une colonisation occidentale. Oui ce sont nos freres de race humaine mais peut être que ces officiers du pentagone sont d’une autre race. Foutez la paix au monde arabe ou appelez le comme vous voulez, nous on sait qui nous sommes et ce que nous voulons rester : des hommes libres ! Sauf que pour être libre il ne faut surement pas s’enfermer dans la secte à Momo le pédophile, qui à aujourd’hui a provoqué la mort gratuite de 850 millions d’innocents.

Il faudrait confirmer 

Berbères |  Pourquoi ces critiques il faut être fière que les marocains algériens tunisiens ne sont pas des arabes. Je suis heureux que les arabes le confirment et je leur souhaite bonne chance. POINT A LA LIGNE

Bonne nouvelle

Tripode |  Depuis le temps qu’on en est conscient. Il faudra maintenant réveiller les maghrébins qui ont cru qu’ils étaient arabes. Cette information est le plus bel événement de cette année pour nous nord africains.

Nos ancêtres les Arabes maîtrisaient l’épée et la cavalerie.

Abel Chater |  Ceux-là ne sont que des mouches électroniques sans la moindre importance pour les Arabes et les Musulmans de notre Cher Prophète Mohamed (sws).

Réponse aux Twitt.

Nourredine | Les Maghrébins ne sont pas des porcs ‘?’ comme vous ‘?’

la réalité 

Cannaane |  Ces pingouins d’arabe, nous les Amazighs nous n’avons pas besoin d’être de leur souche 

Réponse aux crétins 

A. Mazigh | 20-06-2020 21:36 Les maghrébins sont amazigh et sont fiers de l’être. La majorité de leurs gènes sont amazigh. Ils ne s’agenouillent ni devant les israéliens ni devant les américains et autres occidentaux. Contrairement aux crabes du golfe.

Avis personnel 

Avis | 20-06-2020 21:01 Je pense que l’histoire doit réconcilier les uns les autres, naturellement chacun doit assumer ses origines . 
Grâce à cet état d’esprit les peuples se libère de ce fardeau qui a mener les peuples en sous développement dans tout les niveaux, si l’Algérie si les autres pays du Maghreb ne sont pas arabes ou peu arabe je trouve normal et naturel de sortir du concepteur du monde arabe .

Ils disent la vérité c’est pas parce que tu parles arabe que tu es arabe. Les arabes sont d’Arabie saoudite et de la péninsule arabique. 

Cix-ilka | 20-06-2020 20:50 Les arabes ont eu toujours ce comportement de race supérieur par rapport à l’islam d’ailleurs en Afrique du Nord les autochtones sont utilisés comme des valets voire leursur esclaves qui s’occupent de toutes les besognes pour leur seigneurs arabes. Allant de la traite des animaux du travail dans les champs de l’entretien des maisons et lavage des affaires des femmes arabes et de leur époux. ..etc… 

@ Zizimoh

Justinia | 20-06-2020 15:30 Bonjour, 
Querelle Amazigho-Arabe? Et la tolérance? 
Ceux qui se veulent Arabe sont les bienvenus et aucun mépris l’un envers l’autre n’est permis.Nous formons un peuple. 
Cordialement.

NORD AFRICAIN # Arabes.

Alhif-n-wen | 20-06-2020 15:27 Déjà durant les années 80, le Roi d’Arabie avait exprimé sa colère, quand les médias français qualifiaient d’arabes les voleurs à la sauvette dans les rues parisiénnes.

Yemen dévasté

skywalker | 20-06-2020 15:25 Ces khalijis ont dévasté le Yemen pays d’origine de la pluparté des tribus arabes alors qu’attendons nous d’eux !! ce n’est pas une question de race ou d’ethnie ils trouveront toujours des arguments pour expliquer leur sentiment de supériorité

RIEN

juba5 | 20-06-2020 15:09 enfin ils on fini par le dire et une claq a certains maghrebins arabisé plus qe les arabes eux meme

@ Mimi. Bonjour

Justinia | 20-06-2020 15:06 c’est votre affaire si vous vous identifiez au tiers monde. 
L’Amérique appartient aux indiens qui ont été colonisés et massacré par les Européens.Comme la Tunisie a été agressée,colonisée,asservie par vos amis Arabes en 698. 
Personne ne vous oblige d’être Berbère car les Amazighs sont tolérants au contraire des Arabes. 
D’autre part,je trouve inélégant de votre part de traiter les gens de cons ou de débiles…. 
Cordialement.

Les zarabs

Foura | 20-06-2020 14:54 Vous ne nous apprenez rien. Seuls quelques idiots au Maghreb se prennent pour des arabes. Les Maghrébins sont tous Berbères et tant car ça les exclu des buveurs de pisse de chamelle , de la pedophilie légalisée , ils ne sont pas esclavagistes ni les valets des américains. 

@ Youyou le vrai Arabe de souche

Justinia | 20-06-2020 14:28 Bonjour, 
Je vous cite, » « on est des algériens on parle arabe nos noms sont arabe,les berbères sont une minorité ». 
Autant que je sache,personne ne vous oblige à être Berbère.Une minorité les Berbères?Attention,le mépris va vous ronger. 
Avoir un nom arabe ne veut pas dire qu’on est arabe: voyez Mohamed Ali alias Cassius Clay.Il est américain sauf si vous décidez qu’il est Arabe… 
Cordialement.

Les arabes 

Tedi | 20-06-2020 14:01 Dieu merci, je suis musulman et les plus grandes figures ne sont pas des arabes. 

Très très fière de mes origines berbères 

Imen | 20-06-2020 13:59 Ha ha ha ha ha .. bon débarras .. Hallelujah .. je suis tunisienne, fière d’être méditéranéenne, nord-africaine .. mais surtout fière d’avoir mes orgines berbères. .. Amen bande de nazes .. c’est nous qu’on veut pas d’vous ‘?’?’?’?

Article ci-dessus

Zizimoh | 20-06-2020 13:26 Cela ne me derange aucunement qu’on denie aux africains du nord la qualité d’arabe. Cela metra peut-être fin a la querelle amazigho-arabe.

Arabe ou non

1919 | 20-06-2020 09:25 Je dirai inchallah qu’on arrette de nous ètiqueter nous Tunisien d’Arabe. On parle un dialecte de l’arabe, on vend le peu de petrole qu’on a, sur les marchès d’Amsterdam, on a eu une conquette islamique menè par un ou des Arabes et c’est tout. Le Quebec ou la Cote d ‘Ivoire parle Français, et alors !

Origine des Arabes 

Abidou | 20-06-2020 09:20 Il y a trois types d.Arabes 1 ) les Arabes Purs ( arabisé saoudite , yamen , adamite (et environ ) 2 ) les arabes Ell Aaribaah ( Syrie . Jordanie et environ ) 3 les arabes El moutard af ( Afrique du nord et morigéniez ) .merci 

Tant mieux pour nous

Saga | 20-06-2020 08:59 Car les arabes ne représentent que la laideur, la trahison, la cruauté, la décadence, l’arieration et le sous développement. 
Je les renie de tout mon âme 

Origine des nord africain

Raouf | 20-06-2020 08:49 Nous ne possédons des arabes que la langue avec le français et l’anglais et la langue mère «amazigh» avec ses lettres et son histoire qui s’étend à des milliers d’années et son drapeau tricolore bleue vert et jaune avec couleur mer ,terre,sahara les arabes ne représentent que 2 pour cent des nord africains et la majorité est berbères ,nous sommes heureux de ne pas être arabe

Maghrébins vs arabes

Ali | 20-06-2020 08:41 Débat d’arrière garde dénué à la fois du sens de l’histoire et de la géopolitique. 
Lire SVP Mohamed Arkoun historien maghrébin pour intégrer les nuances de l’histoire du Maghreb avé le Monde arabe

Précisions

Moncef | 20-06-2020 08:40 Des Berbères ou Amazigh ou encore Numides et Libyques ont été à des moments de l’histoire empereurs à Rome et pharaons en Egypte. L’Arabie (dite pétrée) n’a pas d’histoire avant l’avènement de l’islam, c’était la jâhiliya, c’est-à-dire l’ignorance, sachant que le message de l’islam est universel. Il est vrai que les Maghrébins sont dans leur majorité d’origine ethnique berbère, mais ils sont aussi de culture arabe, et cela est irréversible. 

Et alors… 

Agatacriztiz | 20-06-2020 08:00 On est plus fiers d’être maghrébins berbères, de s’être battus pour notre indépendance, de construire bon gré mal gré nôtre démocratie que d’être mis en place par le foreign office et se retrouver laquais des américains et des israéliens. 

LES GRANDS DE CE MONDE SAVENT TRèS BIEN CE 

Citoyen_H | 20-06-2020 07:52 qu’ils font. 

Semer la zizanie et générer une pagaille sans nom au sein d’une race rongée profondément par les effets catastrophiques de la consanguinité, a été pour ces manipulateurs, un simple jeu d’enfants. 

La dégénérescence de l’esprit logique, engendrée par les fruits des relations incestueuses pratiquées sans restrictions, est comparable à une arme d’autodestruction massive. 
Nous sommes en train de vivre les prémices de ce qu’il advint à Sodome et Gomorrhe. 
Les innombrables courants de trivialités, d’ignorances, de rivalités, de jalousie, etc.’?’, récemment introduit au sein de notre société, sont des signes précurseurs d’une chute fatale, qui fera le bonheur de ceux qui reconstruiront, ce qui résultera de la désolation que nous nous affligerons.  
Seuls le bâton et le zoulate, administrés sans restrictions par des dirigeants prudes et patriotes tels que (Assad, Saddam, Kadafi, Sissi, kim jung un, Duterte, Morales, Rohani, Chavez) pourraient éventuellement inverser le sort qui nous est imposé. 

Avoir voulu (puissances occidentales) mettre les affamés traitres bagla-liha à la tête de pays tel que le nôtre, n’était pas un choix humanitaire. Bien au contraire, c’était intentionnel. C’est l’assurance de toucher le jackpot. N’oublions pas que l’occident est en « faillite ». 

Le mode de pensée de nos pingouins chameliers, qui culmine au mieux, au niveau du ventre et du bas ventre, est une garantie incontestable de nouvelles sources de richesses pour les criminels marionnettistes. 
Le réservoir de matières fécales logés dans la boite crânienne des meneurs de notre basse-cour nationale, fait office d’un appendice, leur servant uniquement à cligner des yeux. 
Eh oui, la nature sait aussi mal faire les choses, quand on va à son encontre (consanguinité à profusion). 

Il est grand temps de remettre de l’ordre dans l’anarchie endémique qui vit le jour, la maudite année 2011, avant de sombrer définitivement dans les abysses de l’enfer. 
Quant aux pays du golfe, je ne m’attarderai pas dessus, vu que leur inexistante histoire qui se résume en à peine deux lignes. 

Réponse a ces arabes de la péninsule arabique

Jendoubi Taieb Les Nord Africain(Tunisie /Algérie/Maroc)vous avez raison comme vous le criez à vive voix nous ne sommes pas arabes mais l’histoire à voulut que nous le devenions ont est Amazigh(Berbère)et fière de l’être vous parlez de richesses ils n y a pas si longtemps vous étiez des nomades crevant la faim sous des tentes en plein désert et voyez les actualités vous concernant il n’y a pas si longtemps, seulement 80ans… avant la colonisation.

Et..fières de ne pas ou plus être

beija-flor Décidément cette phobie d’absolument s’identifier aux arabes!!! et bien NON les Maghrébins ne sont pas ARABES, ils parlent cette très belle langue heureusement ils n’ont gardés de cette civilisation riche que les choses positives!! ils ont laissés le reste…(chauvinisme, fanatisme, ignorance, arrogance, méchanceté, mépris, xénophobie, y compris le pétrole) à tous ces habitants de cette Arabie et surtout à leurs incultes de gouvernants! 
Faites un sondage et vous verrez ce qu’en pensent les Tunisiens de ces gens là! personnellement je fais abstraction des Yémenites habitants proches de la péninsule arabique! enfin toutes ces anciennes colonie britanniques..une vrais cata!!

Voici Venu Le Temps Pour ‘?’?’?’?’ ‘?’?’?’?’ ! 

JAMES-TK |  C’est une très bonne nouvelle, et très bon début pour ouvrir ce dossier, et « ‘?’?’?’?’ ‘?’?’?’?’  » ! ! ! 
Tunisien jusqu’au bout des ongles, je ne me suis jamais senti proche, de près ou de loin avec ces peuples arriérés et hors du temps, de véritables erreurs de la nature ? 

Amazigh et fier

Hounga |  Merci beaucoup. Justement nous ne sommes pas arabes, et les maghrébins ont peu de  » sang arabe « . Nous avons été forcé de le devenir et l’histoire le prouve.Nous ne voulons plus de vous à priori c’est réciproque. Surtout que s’il y a des peuples réellement racistes ceux sont ceux du  » Khalij  » , là où l’invasion arabe a commencé. Au sujet du conflit entre Tchétchènes et maghrébins, c’est ce dernier mot qui est sans cesse utilisé par les médias français. Sauf BFMTV qui a utilisé le terme arabe comme si ça concerne tout le monde arabe. Mais il est vrai que les français lorsqu’ils ont occupé l’Algerie ils classaient la population locale comme étant  » arabe « . Or l’Algérie est plus hétéroclite. Quand aux immigrés de France qu’ils arrêtent de dire  » nous sommes arabes  » et de quel droit d’ailleurs. Quant aux pseudo-arabo-islamique et les déchets nasseriens avez-vous un peu de dignité ! Au lieu de collaborer avec ces pays. Enfin, le terme « Maghreb  » est arabe Il faudrait le faire disparaître pour remplacer par  » les états amazigh « . Par la même occasion, le parti  » Al Karama  » devrait demander des indemnisations aux ottomans et aux arabeo- bédouins. 

Et si on faisait de notre dialecte la langue officielle !

Ridha_E  Si on avait un peu d’honneur et de respect pour nous même, on déclarerait que notre langue n’est plus l’arabe, langue imposée par nos envahisseurs, mais celle pratiquée par tout le monde et compréhensible par tous : notre cher dialecte qui est est un mélange très harmonieux et doux à nos oreilles (arabes, amazigh, français, italien, etc…). 
Si vous avez été à malte, vous auriez certainement remarqué que leur langue est un mélange harmonieux de plusieurs langues différentes. Par exemple, pour dire merci beaucoup, ils disent grazie hafna. Ils utilisent aussi les termes, spitar (hôpital); mechmech (rogner), etc… 
Ayons la même audace, le même orgueil et le sens de l’honneur pour délaisser cette langue de bédouins à ceux à qui la revendiquent et nous dénigrent. 

Un peu de dignité

Mohamed 1  Si les « panarabistes » avaient un brin d’amour-propre, ils enterreraient tout de suite cette utopie, au lieu de paraître maintenant lécher les bottes à des personnes qui au fond d’elles-mêmes vous renient.

Enfin la rectification! 

Docsambs |  Allez rectifions la constitution et éliminons le fameux article premier. Tunisianité! ‘?’

Et voila l immobilisme qui avance

Mouchahed Horr |  Apres la campagne Sunnite/Chiite,voila l’autre arme de destabilisation Arabe/Berbere…tout est bon pour foutre la merde…Dresser Chiites contre Sunnites et voila qu’arrive soudainement la machiavelique idee de creer un conflit Arabo/Amazight ..Arabo/Berberes…colporter par des medias ….je m’arrete la pour ne pas tomber dans leur piege…soyons vigilents une guerre de la manipulation ethnique et confessionnale est declenchee… 

Il faut fêter l’événement 

Tounsi2 | Il faut fêter le fait qu’on soit rejetés par les bédouins du désert d’Arabie. Comme ça on retrouve notre vraie identité Amazigh Berbère et s’associe à nos frères algériens et marocains pour former le grand Maghreb. Les tunisiens se foutent de leur « 8 » sur la tête pour tenir leur serpillère…  

430 millions d’arabes 

Amazigh |  Ils se vantent chaque jour que le monde arabe possède 430 millions d’habitants, mais sans les 100 millions de maghrébins et les autres arabisés ( ‘Egypte, Irak, Palestine, Soudan…) Ils seraient insignifiants. D’ailleurs ils adorent s’approprier nos joueurs amazigh, il suffit de regarder Bein sport , ils adorent dire que les Hakim Ziyech ( Marocain de Chelsea ), Riyad Mahrez ( Algérien de Manchester City ), Mohamed Salah ( Egyptien de Liverpool ) , Achraf Hakimi ( Marocain du Real Madrid ) sont la fierté des arabes ( FAKHR AL ARAB) . Ils ne savent tout simplement pas jouer au foot, le maghrébin est très technique, rapide, possède une très bonne endurance, les arabes lorsqu’ils jouent au football, mon dieu, mieux vaut ne pas en parler 

Incroyable

baskalite Cassée | Des arabes qui disent la vérité ! 
Un moment historique !! 

L’ISLAM EST UNE SECTE QUI DOIT ÊTRE CONDAMNÉE

Le décret du 15 juillet reconnaît-il que la radicalisation et la délinquance sont des dérives sectaires de l’islam ?


Le décret du 15 juillet reconnaît-il que la radicalisation et la délinquance sont des dérives sectaires de l’islam ?

Certes, le mot « islam » ne figure pas textuellement dans le décret du 15 juillet. Comme toujours, il s’agit de « ne pas stigmatiser ».

Mais il semble évident que ce décret signé par Macron, Castex et Darmanin établit une corrélation entre dérives sectaires, radicalisation et délinquance.

Le parti pris de la novlangue macronienne a été de faire entrer dans le vocabulaire officiel la radicalisation, dont on ne parle que depuis les attentats islamistes, pour mieux éradiquer le radical « islam ».

Le 8 décembre 2018, j’attirais l’attention des lecteurs sur ce qui se passait à ce sujet :

Ce décret « modifiant le décret n° 2002-1392 du 28 novembre 2002 instituant une mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires » opère quelques modifications du droit qui montrent bien que les témoins de Jéhovah et autres adeptes de Rael que le législateur avait à l’époque à l’esprit ne sont pas ceux qui terrorisent la population en 2020, 18 ans après la loi « anti-sectes ».

Cependant, on se demande quel est le véritable but du gouvernement en prenant ce décret puisque si la mission interministérielle contre les sectes est désormais placée sous l’égide du « secrétaire général du comité interministériel pour la prévention de la délinquance et de la radicalisation, qui en assure la présidence » et non plus du premier ministre, aucune mesure tant préventive que répressive n’est associée à ce changement.

On a donc encore l’impression que la déclaration de Darmanin d’intransigeance contre « l’islam radical », augurant sa prise de poste de ministre de l’Intérieur, relève, comme ce décret censé venir dans le prolongement de ces proclamations, d’une « politique spectacle ».

Mais au moins, par association d’idées, on perçoit qu’il ne fait pas de doute pour les pouvoirs publics que la radicalisation islamique va de pair avec la délinquance et les dérives sectaires.

Il serait alors peut-être temps de s’interroger quant aux raisons qui font que c’est de l’islam que ces dérives se nourrissent et pas d’autres religions…

On n’a jamais parlé par exemple de chrétiens radicalisés, mais de « chrétiens intégristes » et ce, pour une bonne raison : leurs opinions très conservatrices ne se sont jamais accompagnées d’un appel à la violence incompatible avec leur religion.

Comme dans la jurisprudence (https://resistancerepublicaine.com/2016/05/18/terrorisme-quand-le-conseil-detat-joue-au-taboo/), on observe dans la loi un véritable tabou à ce sujet car et pour que le débat public reste tronqué, « politiquement correct ». Il y a un mot, « l’islam », qu’on ne voit écrit nulle part quoique son champ lexical soit convoqué tant dans les décisions juridictionnels que dans les textes réglementaires ou législatifs !

Au passage, on remarquera que cette mission instituée sous les socialistes en 2002 a complètement échoué dans ses objectifs, posés à l’article 1er de la loi de 2002 :

1° D’observer et d’analyser le phénomène des mouvements à caractère sectaire dont les agissements sont attentatoires aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales ou constituent une menace à l’ordre public ou sont contraires aux lois et règlements ;

2° De favoriser, dans le respect des libertés publiques, la coordination de l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre de ces agissements ;

3° De développer l’échange des informations entre les services publics sur les pratiques administratives dans le domaine de la lutte contre les dérives sectaires ;

4° De contribuer à l’information et à la formation des agents publics dans ce domaine ;

5° D’informer le public sur les risques, et le cas échéant les dangers, auxquels les dérives sectaires l’exposent et de faciliter la mise en oeuvre d’actions d’aide aux victimes de ces dérives ;

6° De participer aux travaux relatifs aux questions relevant de sa compétence menés par le ministère des affaires étrangères dans le champ international.

Echec total puisque 18 ans plus tard, nous savons que nous sommes plus que jamais soumis au risque djihadiste comme l’a montré encore l’incendie de la cathédrale de Nantes de ce 18 juillet.

A force de ne pas vouloir nommer les choses, on contribue au malheur du monde et cela se voit très bien avec l’échec des politiques anti-sectaires.

Ce sont des choix d’autant plus criminels que la loi Avia censurée très largement par le Conseil constitutionnel comme étant excessivement attentatoire à la liberté d’expression voulait interdire le simple fait de dénoncer cela, sous couvert de répression des « propos haineux ». Mais si la loi Avia a été censurée, cette censure ne saurait faire oublier que déjà, dans les faits, la liberté d’expression est excessivement brimée. La censure du Conseil constitutionnel n’a-t-elle pas eu pour unique but d’endormir le peuple quant à cette dérive consacrée législativement dans la loi modifiée de 1881 par la loi Pleven ?

Ce décret vise à instituer un super-Darmanin érigé en « ministre antiterroriste » qui aura le pouvoir, selon l’article 5, de nommer des personnalités censées être compétentes dans ce domaine pour constituer un « conseil d’orientation » contre les dérives sectaires.

On ne sait pas encore si les personnalités en question auront reçu au préalable quelques SMS « coquinous » du ministre pour mériter une telle sinécure…

Bref, circulez, il n’y a pas grand-chose à voir avec ce décret, si ce n’est qu’il associe radicalisation, délinquance, dérives sectaires et, implicitement, islam. La manoeuvre consiste peut-être finalement à élargir le concept de radicalisation pour mieux le déconnecter encore de « l’islam radical » et en faire un équivalent des dérives sectaires.

Il est plus que douteux que ce simple toilettage du décret de 2002 suffira à enrayer la menace djihadiste avec laquelle, de toute façon, Macron avait déclaré qu’il fallait s’habituer à vivre !


Il décapite sa fille : au nom du Code pénal islamique, il ne risque que trois à dix ans de prison

Chacun a ses priorités, ses centres d’intérêt, ses causes à défendre. Les journaux n’échappent pas à cette règle. Lundi dernier, un Afro-Américain meurt asphyxié sous le genou d’un policier au cours d’une interpellation des plus musclées, pour ne pas dire des plus violentes. Cela se passait à Minneapolis, dans le Minnesota. Les images font le tour du monde et la une de tous les médias. Cet homme de 46 ans, qui avait été interpellé pour un délit mineur, s’appelait George Floyd. Aujourd’hui, tout le monde connaît son nom.

Sur fond de tensions raciales toujours présentes, des émeutes s’en sont ensuivies. La violence appelle la violence. Évidemment, on est à l’affût des écarts de discours que pourrait commettre Donald Trump. Ce ne serait que bonheur. Désormais, on sait tout ou à peu près tout de ce malheureux dont on fera vite un martyr, assurément. Cette affaire est évidemment triste, déplorable et, d’ailleurs, devrait peut-être inviter la célébrissime Camélia Jordana à relativiser ses propos sur ces policiers qui massacrent à tour de bras, ici, en France. À l’heure où ces lignes sont écrites, Le MondeLibé20 Minutes et Le Huff titrent, rendent compte, analysent sur et autour de cette affaire. À juste titre, car un homme ne devrait pas mourir comme ça.

Toujours cette semaine, autres cieux, autre drame. En Iran. L’Iran des mollahs, de l’islam qui ne badine pas avec l’amour. Une gamine de 13 ans a été assassinée par son père. Elle avait quitté la maison pour rejoindre son amoureux, un homme de 30 ans qu’elle voulait épouser. Le problème, c’est qu’il est sunnite et que la famille de cette adolescente est chiite. Donc, refus paternel, d’où la fugue. Ramenée à son domicile par la police, son père l’a décapitée à la faucille dans son sommeil. On appelle cela un « crime d’honneur ». Selon le Code pénal islamique, le père est propriétaire de son enfant et ne risque qu’entre trois et dix ans de prison.

Cette jeune fille de 13 ans s’appelait Romina Ashrafi. Aujourd’hui, tout l’Iran connaît son nom car cette affaire a soulevé un énorme tollé sur les réseaux sociaux persans, comme le rapporte Courrier international. Comme quoi les réseaux sociaux peuvent avoir du bon. Tout l’Iran connaît son nom. Et en France ? Une relative discrétion, si l’on compare à ce qu’il en est de l’affaire de Minneapolis. Et si on en parle, à quelques rares exceptions, on préférera évoquer « le débat sur les lois patriarcales » en Iran plutôt que celui sur les lois islamiques. Ne faudrait surtout pas casser la campagne de pub d’Adidas qui se lance dans la vente de voiles islamiques pour le « running ».

On devrait parler autant de Romina Ashrafi que de George Floyd.

Le fascisme est parmi nous


Le fascisme est parmi nous

.

Le fascisme est parmi nous

Une étude en 6 étapes

Erreur commune sur le fascisme

Je mets ce lien en premier, hors concours, car il représente pour moi le summum de la bêtise, de l’ignorance et du délire ivre du pouvoir, bref des vraies sources du fascisme. On imagine le fascisme comme les défilés des chemises brunes de  Mussolini et l’on a un petit sourire moqueur qui se veut supérieur:“C’est fini cette époque là! On en n’est plus là…“ Or c’est faux car le fascisme commence là où le droit à la parole et à l’opinion divergente est contesté, là où ceux qui devraient nous informer honnêtement(pourquoi ce mot sonne-t-il tout à coup si étrange, si bizarre, si ringard…) nous mentent, camouflent, dévoient la vérité et par exemple changent les noms des aggresseurs, Hamza et Mohammed en Alain et Pierre…Le fascisme commence comme cela et se développe comme une tumeur cancéreuse avant de métastaser et d’envahir le corps entier. Si vous ne deviez regarder qu’une seule video, voyez celle-là qui montre un fascisme en plein essor dans une Université US, précurseur du fascisme en France, un fascisme sous le masque de l’anti-fascisme. L’horreur…  

Les diverses étapes du fascisme

Je commence par la définition classique que tout le monde connaît

Le fascisme est un système politique autoritaire qui associe populismenationalisme et totalitarisme au nom d’un idéal collectif suprême. Mouvement révolutionnaire, il s’oppose frontalement à la démocratie parlementaire et au libéralisme traditionnel, et remet en cause l’individualisme. » (wikipedia)

En voici les degrés:

1) Le fascisme pur: Un chef, un parti, ceux qui ne sont pas d’accord sonr fusillés ou enfermés, la liberté d’expression est abolie, tout le monde espionne tout le monde afin de détecter des déviants….

2) Degré moindre: La liberté d’expression est officiellement autorisée avec des exceptions importantes. On n’a pas le droit de critiquer le chef, le parti, la religion d’État sous peine de procès (avec des juges à la botte du pouvoir) et condamnations certaines. En terre d’islam: Peine de mort pour ceux qui critiquent Allah, Le Coran ou Mahomet ou même qui quittent l’islam.

3) Encore un degré de moins et on a les menaces de mort qui affluent. Mila qui, excédée par les avances d’un étudiant musulman qui lui reprochait en plus d’être lesbienne (l’homosexualite est interdite par le Coran) lui répondit que „l’islam c’est de la merde“

Résultat elle dut quitter son lycée et a recu à ce jour 16//2020) 30.000 mails avec menaces de mort les plus horribles: „«je vais t’égorger…je vais te sortir tes tripes et te les faire manger puis je te violerai ensuite, au nom du Prophète » https://www.europe-israel.org/2020/07/je-vais-tegorger-au-nom-du-prophete-mila-a-recu-30-000-menaces-de-mort-de-musulmans-video/

Hamed Abdel-Samad en Allemagne , Zineb el Rhazoui en France sont contraints de vivre sous protection policière. Et aucune révolte parmi les politiques…

4) Encore un degré de moins et on a apparemment la liberté d’expression sauf que l’on est sujet aux accusation d’incitations à la haine ou au racisme, on est astreint aux comparaisons en justice avec condamnation à de lourdes amendes et tentatives de faire disparaitre les médias non-conformes ou les rebelles à l’étouffoir ambiant… (voir Eric Zemmour, Christine Tasin, Pierre Cassen, Georges Ben Soussan)

5) Un degré en dessous et ce seront les tsunamis d’accusations de fascisme, de racisme (sans toutefois faire intervenir les tribunaux), l’ostracisme, les amis qui s’éloignent, les parents qui s’indignent „Tu ne peux pas rester tranquille comme tout le monde?“, les enfants qui demandent „Papa, pourquoi es-tu raciste?“, les collègues qui s’adonnent au mobbing (Mobbing= harceler, harrasser, tourmenter, épuiser, persecuter…) On se sent isolé, persecuté, trahi pour ses convictions, impuissant à se défendre. L’un de mes ex-patients, ayant eu à subir un mobbing dans l’entreprise, revint me voir pour que je l’aide. J’eus de la peine à le reconnaitre: 20 Kilos de moins, le teint gris, les poches sous les yeux, l’air epuisé, les tremblements nerveux…

6) Dernier degré et l’on a l’auto-censure. On ne prononce plus les mots „musulmans“ ou „islam“ (sinon pour dire que c’est une religion de bonheur et d’amour), on ne donne plus les noms maghrébins des aggresseurs ou on leur donne des noms francais. Ou alors on parle de „jeunes“ C’est à un point que lorsqu’il y a une aggression et que le nom des agresseurs n est pas nommé, je sais à coup sûr qu’il s’agit d’immigrés, de maghrébins ou d’Iraquiens ou de nigériens ou de tchétchènes…Et j’ai raison à 90%. Ho, les journalistes, vous n’avez pas honte???

Résumé:

J’ai compté 6 degrés que je résume ici:

1) Dictature totalitaire   (Hitler, Mussolini, Staline, Mao, Pol Pot…)

2) Dictature „soft“      (sous l’impulsion du prince Mohamed ben Salman, les

                                    femmes auront le droit de conduire une auto et

                                   d’assister à des matchs sportifs…)       

3) Menaces de mort       (parfois executées, voir Charlie Hebdo…)

4) Poursuites judiciaires (Eric Zemmour, Christine Tasin, Pierre Cassen…)

5) Ostracisme, Mobbing (Une reine de beauté anglaise, Jasmine Archer-Jones déchue

                                       de son titre pour avoir écrit sur facebook „Alllives matter“)           

                                        Une journaliste du New York Times, Bari Weiss demissionne

                                       car elle ne peut plus faire son travail à cause du Mobbing: Elle        

                                       avait soutenu Israel…)     

6) Autocensure               Ce n’est pas parce que je nomme ceci le 6ème degré qu’il

                                       s’agit du degré le plus faible et le moins dangereux. Bien au

                                       contraire! Lorsque l’on atteint ce stade là tout est perdu! 

Le gouvernement, le parlement, les hauts-foctionnaires, les partis politiques, les médias, les juges, les „intellectuels“ peuvent triturer et manipuler ce peuple

à loisir, il ne se rebellera pas, il ne réagira pas.                                                                   Les pouvoirs n’ont aucun besoin de réaliser une dictature totalitaire dure ou soft, puisque les degrés 3, 4, 5 et 6 sont déjà en place en France et que les Francais ont atteint le stade de larves molles et résignées.

Un rapport alarmant et totalement inutile sur l’Islam

Un rapport sur l’islam en France a été récemment présenté au Sénat. Un de plus. 

Les journaux en ont parlé, et ont dit que le rapport décrivait “une situation plus alarmante que jamais” : c’est exact. La situation décrite est effectivement plus alarmante que jamais. Les journaux ont dit aussi que le rapport définissait des “moyens d’agir”. Il importe de dire, là, que ce n’est pas exact du tout.

Quiconque connait un tant soit peu l’islam sait qu’il n’existe aucun clivage entre “islamisme” et islam. Un bon Musulman a le devoir de suivre l’intégralité des préceptes du Coran, et s’il le fait, il est “islamiste”, et “radicalisé” aux yeux d’un Occidental qui ne connait pas l’islam, ou qui préfère ne pas regarder la réalité en face. Un Musulman qui ne suit pas l’intégralité des préceptes du Coran est, aux yeux d’un Occidental qui ne connait pas l’islam, ou qui préfère ne pas regarder la réalité en face, un Musulman “modéré”, ou “intégré” : il est, aux yeux d’un bon Musulman, un mauvais Musulman qu’un bon Musulman a le devoir de reconduire vers l’islam.

Les problèmes commencent dès la description de la situation. Rien n’est faux dans ce qui est écrit, mais les présupposés sous-jacents aux notions utilisées sont, eux, comme à l’accoutumée, gravement erronés. Il est question de “radicalisation islamiste”, et l’”islamisme” est présenté une fois de plus comme une déviation de l’islam n’ayant que fort peu à voir avec celui-ci.

Et toute tentative d’imposer un islam édulcoré sera vaine (et il est consternant qu’il en soit encore question). Le Coran est défini dans l’islam comme la parole d’Allah et celle-ci ne peut en aucun cas s’édulcorer. Tenter de le faire est considéré en islam comme un crime majeur. Toute volonté de reconduire des “radicalisés” vers un islam édulcoré sera tout aussi vaine : c’est pour cela que les cours de “déradicalisation” proposés à un moment donné par le gouvernement français étaient d’emblée voués à un échec total.

Des Musulmans vivant au contact de l’Occident peuvent finir par poser un regard occidental sur l’islam, et en ce cas, ils quittent en général l’islam. Ils deviennent des apostats, et leur vie est dès lors menacée, car tout bon Musulman a le devoir de tuer tout apostat qui passerait à sa proximité, mais aucun Musulman ne peut passer de l’islam à une version édulcorée de l’islam, car il sait que cette version édulcorée n’est pas l’islam (il peut mentir bien sûr, et trouver un public à anesthésier). Toute volonté d’espérer que le prosélytisme cesse est inepte. Non seulement un bon Musulman a le devoir de reconduire un mauvais Musulman vers l’islam, mais il a le devoir de conduire aussi les infidèles vers l’islam.

L’islam est censé conquérir le monde et soumettre l’humanité entière, et tout bon Musulman doit œuvrer pour que l’islam conquière le monde et soumette l’humanité entière

La notion de “séparatisme”, qu’on trouve dans le rapport (et ailleurs, hélas) est un contre-sens immense : les bons Musulmans. (Les “radicalisés”) ne se séparent pas. Ils prennent des territoires, y acceptent les autres Musulmans, peuvent y tolérer des infidèles qui baissent la tête et se conduisent en dhimmi (infidèles soumis), mais chassent les infidèles qui refusent d’être dhimmi. Au bout de quelques années, la majeure partie des infidèles qui refusent d’être dhimmi sont partis vivre ailleurs.

La France est confrontée à un grave problème qui porte un nom, l’islamisation. Un nombre croissant de ses territoires sont des territoires pris, et soumis à l’islam. Une part croissante de sa population est musulmane, et les bons Musulmans agissent pour ramener vers l’islam les mauvais Musulmans. Un nombre croissant de non Musulmans se conduisent en dhimmi. Des élus font des descriptions inexactes, et donc inutiles. Ils proposent des remèdes tout aussi inutiles. Quelques années plus tard ils font des descriptions une fois encore inexactes et disent que la situation s’est aggravée. Ils proposent les mêmes vains remèdes. Des islamologues font des descriptions exactes, mais on ne les écoute pas.

Y a-t-il une issue ? Au stade où en sont les choses, je dois dire que je crains le pire. J’aimerais me tromper, mais des signes s’accumulent qui me rendent très pessimiste.

  1. Grégory9 dit :1/3 va à la mosquée régulièrement, 1/3 uniquement pour les fêtes religieuses importantes et le dernier 1/3, jamais.
  2. Geneviève Boyer dit :Entièrement d’accord avec l’article, bien sûr.
    Sur la remarque qu’un musulman modéré aux yeux d’un occidental non connaisseur de l’islam est en fait un mauvais musulman aux d’un musulman radical qui n’aura de cesse à le ramener vers la pratique radicale, j’ajoute ceci : le jour où un musulman modéré sera sommé de CHOISIR entre, par exemple, la vie d’un musulman et celle d’un non musulman, même si le 1er est condamnable et le 2eme une victime, il ne choisira JAMAIS le non musulman. Alors qu’un chrétien, par exemple, peut tout à fait s’offrir en sacrifice. On voit cela d’ailleurs tous les jours, de manière bien sûr édulcorée.
    Et c’est une réflexion à laquelle je suis arrivée aussi : la seule manière de critiquer sincèrement l’islam, puisque même les musulmans modérés ne le font pas, c’est d’apostasier.

Les origines et le sens du “chapelet”,
symbole de victoire sur la menace islamique

Le chapelet en Asie

Comme la cloche, le chapelet est originaire d’Asie. C’est au départ une création indienne qui remonte à des millénaires, et dont le but est de canaliser les pensées de l’homme autour d’une prière. Le chapelet a donc existé dans l’hindouisme et dans le bouddhisme bien avant d’apparaître comme support de la foi dans le christianisme d’Orient et d’Occident.

Le chapelet originel indien est dénommé « mala », ce qui signifie en sanscrit : collier de méditation, car il est souvent porté autour du cou. Dans le bouddhisme, il comporte 108 graines ou perles, correspondant aux 108 noms du bouddha. Sa récitation se veut être un apaisement spirituel pour guérir les blessures de l’âme. Les grains successifs servent à concentrer la pensée autour d’un thème méditatif ou d’un mantra.

Le chapelet dans le christianisme

Très tôt dès la période apostolique, des anachorètes ou ermites d’Orient enchaînent des prières vocales dans le but d’orienter leur être vers la contemplation du Dieu de la Bible. La plupart récitent les 150 psaumes de David, et Palladius évoque un religieux qui emmagasine sur lui des petits cailloux qu’il jette au fur et à mesure qu’il a exprimé ses prières. Les ermites d’Egypte ont enfilé des cailloux sur un cordon pour faciliter leur démarche spirituelle, et guider le rythme de leur récitation de passages bibliques et d’oraisons. Un peu plus tard, les chapelets ainsi constitués se sont focalisés sur la prière du Notre Père, d’où le premier nom connu du chapelet en Occident : le « paternostre ».

C’est donc plus tardivement que le chapelet dédié au Notre Père s’est mué en support de dévotion à la Vierge Marie, dès la moitié du Moyen Age. A signaler qu’il s’agissait bien de guider une prière au Père par le Christ, puisque la distribution des grains se répartirait en mystères de la vie de Jésus.

L’origine du terme « chapelet » provient du fait qu’au Moyen Age, les communautés et les familles possédaient une statuette de la Vierge sur la tête de laquelle on déposait une couronne de roses. Cette coiffure florale a induit le mot chapeau, chapel en vieux français. Le soir, une prière était dite à partir de chaque rose, ce qui donnera également le nom de rosaire.

On imagina alors de disposer sur un fil des grains de buis, d’olivier ou d’argent pour remplacer la série de fleurs plus fragile. Sainte Brigitte d’Irlande (6ème siècle) organisa autour de ces grains les prières du Notre Père et du Je vous salue Marie (à partir du texte biblique). Le chapelet prit une tournure beaucoup plus mariale dès le 11ème siècle. 

Du Notre Père au Je vous salue Marie

Dès le 3ème siècle, les chrétiens se tournent vers la Mère du Christ en reprenant les paroles de l’Ange à l’Annonciation : « Je te salue Marie, pleine de grâce ». C’est au 9ème siècle qu’une antienne du temps de l’avent est ajoutée en reprenant l’exclamation d’Elisabeth lors de la Visitation.

Au 12ème siècle, la dévotion à Marie se développe en Occident, et l’antienne de l’avent touche la sensibilité du peuple qui se plaît à la reprendre en boucle, de même qu’à la même période les Orientaux chrétiens pratiquent la répétitive prière du cœur, la philocalie. Dans les deux cas, c’est une prière qui canalise les pensées et unit l’invocation au rythme de la respiration. 

Au 15ème siècle, en Prusse, le prieur de la chartreuse de Trèves conseille à ses novices de réciter ces prières d’invocation en méditant la vie de Jésus. A partir de là, le frère dominicain Alain de la Roche qui prêche en Flandres et en Artois diffuse la pratique du chapelet. Il s’inspire des méditations évangéliques composées par le prieur germanique pour les associer à toute récitation. Au 16ème siècle, l’imprimerie permet de diffuser diverses versions de ces méditations associées au chapelet.SPONSORED CONTENT

Le chapelet, symbole de victoire sur la menace islamique

En 1571, l’importance du rosaire va connaître une popularisation extraordinaire. Lorsque les Turcs menacent et que leur flotte, supérieure en nombre, se tient aux portes de l’Europe chrétienne, le pape Pie V engage toute la chrétienté à prier le chapelet pour repousser l’assaut musulman imminent. Confiant, il reçoit la vision de la victoire avant même qu’elle soit reconnue et annoncée. Tout l’Occident célèbre avec action de grâces le miracle de Lépante et le rosaire devient la prière du peuple chrétien.

Les chapelets musulmans

Les musulmans ont eux-mêmes un chapelet, appelé sabha ou misbaha, constitué au départ de grains de dattes, puis de perles. La tradition islamique relie cet objet au prophète mais d’autres hypothèses existent selon lesquelles les musulmans auraient emprunté le collier de grains aux chrétiens soit au moment où les caravaniers se croisaient sur les pistes d’Orient aux 7ème et 8ème siècles, soit lors des croisades. Le chapelet musulman comporte 99 grains correspondant aux 99 noms d’Allah. Il n’y a pas d’explication sur ce chiffre, mais certains historiens estiment qu’il s’agit – par emprunt au christianisme – du chiffre 33, âge du Christ, multiplié par 3, chiffre de la Sainte Trinité, ceci évidemment à l’insu des mahométans, hostiles à l’idée de messie christique et au concept trinitaire. Les turcs ont un chapelet plus court, avec 33 grains (chacun valant pour 3) appelé « tespi ».

Les Africains musulmans prononcent les attributs d’Allah en faisant glisser les grains entre leurs doigts et ils considèrent que la prière est faite automatiquement, tout en répétant à chaque étape « allah ouakbar , Allah est le plus grand », (affirmation de supériorité de l’islam sur les autres religions propres aux infidèles). 

Le message du rosaire aujourd’hui

Le rosaire nous conduit sur les chemins de l’histoire, il nous permet d’abord de rejoindre nos ancêtres dans la foi, de nous unir, dans la communion des saints, à leur confiance en Dieu, de porter les peines et les espoirs de nos compagnons de route sur cette terre. 

Mais le rosaire nous laisse aussi découvrir d’autres pratiques religieuses, avec des spiritualités différentes, à l’image du monde où nous vivons, et où la prière chrétienne enracinée dans l’héritage biblique a un message particulier à transmettre pacifiquement à nos contemporains. L’être humain n’est pas un pion anonyme jeté par le hasard dans la jungle de l’existence. Aimé de Dieu, il est appelé à un accomplissement de son être qui dépasse toutes perspectives matérielles, car il lui laisse entrevoir le monde nouveau à venir.

Vous me gonflez avec les Ouïgours

La persécution des musulmans ouïgours par la Chine est une « profanation de la foi elle-même » et doit être condamnée par la communauté internationale, a déclaré l’ancien chef rabbin britannique Jonathan Sacks.

Fichez-moi la paix avec les Ouïgours ! Les musulmans s’en désintéressent, et on voudrait que je m’apitoie sur leur sort ? 

Lors de la 44e session du conseil des droits de l’homme de l’ONU, 46 pays ont accordé leur soutien à la Chine pour son action contre les Ouïgours.

Je suis scandalisé par le traitement réservé par les communistes chinois à cette communauté, à tout individu – mais je ne voudrais pas être le seul !

Qui oserait se dire étonné que les communistes se conduisent ainsi, c’est leur marque de fabrique, c’est leur seule contribution au bien de l’humanité – mais je refuse d’être plus royaliste que le roi.

Vous avez vu les manifestations de soutien des musulmans dans les rues de Paris, de Madrid, de Berlin et de Londres ? Vous avez vu les dirigeants des pays arabes condamner publiquement le comportement de la Chine ? Vous avez vu le chef suprême de la république d’Iran, l’ayatollah Khamenei, lancer une fatwa contre le président Xi ? Les déclarations du Hezbollah ? Du Hamas ? Du FPLP ?

Fichez-moi la paix avec les Ouïgours !

L’université Al-Azhar, le plus haut lieu de l’islam, n’a pas dit un mot.

Mahmoud Abbas n’a pas dit un mot (Erdogan a protesté parce que ce sont des sunnites d’origine turque qui parlent turc).

Tariq Ramadan (oui je sais, il a quelques soucis pour viol, mais il n’a pas perdu la parole), et les Frères musulmans n’ont pas dit un mot

Aucun imam n’a ouvert la bouche. Seulement des rabbins ? Fichez-moi la paix avec les Ouïgours !

Un million de Ouïghours sont détenus dans les prisons chinoises du Xinjiang et les camps de rééducation. Face à la répression systématique de cette communauté musulmane, les États musulmans sont silencieux.

Ouïgours…Ouïgours…Ouïgours. Faut pas prendre les gens pour des cons ! L’OCI, la puissante Organisation de coopération islamique, forte de 54 membres, n’a pas défendu leur cause. Et on voudrait que les non-musulmans se sentent concernés ? Et quoi encore. 

Que le monde islamique donne l’exemple. Qu’on nous explique cette indifférence, alors qu’il se soulève chaque fois qu’un Palestinien se retourne un ongle.

A l’ONU, 54 pays ont apporté leur soutien à la Chine, en octobre 2019, dont 14 pays de l’OCI.

Alors, fichez-nous la paix avec les Ouïgours ! Ce n’est qu’une secte puante de malades mentaux !

Nigéria : des musulmans exécutent 5 hommes,
3 convertis au christianisme et 2 qui allaient se convertir

Des musulmans ont publié mercredi une vidéo montrant l’exécution de cinq hommes nigérians dans l’État de Borno. 

C’est un avertissement à « tous ceux qui sont utilisés par les infidèles pour convertir les musulmans au christianisme », ont indiqué les tueurs d’après le Morning Star News (1).

Un habitant de Borno a déclaré que trois des hommes assassinés étaient chrétiens. Les deux autres victimes seraient musulmanes.

La vidéo de 35 secondes, qui a été publiée par Eons Intelligence avant d’être retirée, montre un groupe de militants islamiques armés de fusils AK-47 se tenant derrière cinq captifs qui avaient les yeux bandés et étaient agenouillés au sol.

Avant de procéder à l’exécution, l’un des militants armés a donné un bref message d’avertissement aux chrétiens qui regardaient.

« Nous voulons que vous compreniez que ceux d’entre vous qui sont utilisés pour convertir les musulmans au christianisme ne sont utilisés qu’à des fins égoïstes », a déclaré le tueur. 

« Et c’est la raison pour laquelle, chaque fois que nous vous capturons, ils ne se soucient pas de vous sauver ou de travailler pour obtenir votre libération, et ce parce qu’ils n’ont pas besoin de vous et n’accordent aucune valeur à vos vies. 

Nous vous appelons donc à retourner à Allah en devenant musulmans. 

Nous continuerons à bloquer toutes les routes que vous empruntez. Si vous ne tenez pas compte de notre avertissement, le sort de ces cinq personnes sera le vôtre ».

Le nom des hommes chrétiens qui ont été assassinés :

  • Ishaku Yakubu, un travailleur humanitaire de Chibok avec Action contre la faim, était membre de l’Église des frères.
  • Luka Filibus, un travailleur humanitaire de Monguno avec l’International Rescue Committee, était membre de l’Église des frères.
  • Joseph Prince, employé d’une société de sécurité privée, était membre de l’Église chrétienne rédemptrice de Maiduguri.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré que les deux autres hommes exécutés travaillaient avec l’Agence nationale de gestion des urgences du Nigeria et une société nommée Rich International.

Perpignan : l’Algérien avait la peau blanche et les yeux bleus, ils l’ont poignardé !


Perpignan : l’Algérien avait la peau blanche et les yeux bleus, ils l’ont poignardé !


Cruelle méprise à Perpignan.

Un jeune homme est mort,  tué par des coups de tournevis portés au niveau de la carotide et du cœur dans la nuit de jeudi à vendredi 

Ce soir là, la victime, originaire du quartier Saint-Mathieu à Perpignan, était dans un bar pour fêter l’anniversaire d’un ami. 

 » Vers deux ou trois heures du matin, nous sommes sortis pour prendre la voiture  » raconte Fethi.

Et alors, à ce moment là  ….

 » Un type est arrivé et il a poignardé mon ami avec un tournevis. On ne sait pas pourquoi, nous ne l’avions jamais vu « . 

C’est finalement un effroyable quiproquo qui est la cause de ce meurtre.

Un des jeunes explique :

 » Le tueur est d’origine algérienne comme la victime. 
Sauf que mon ami est blanc aux yeux bleus.
C’est uniquement pour ça qu’il est mort « .

Quelle idée aussi d’être blanc et d’avoir les yeux bleus aujourd’hui, à Perpignan, comme ailleurs !

Il va faire semblant d’être fou pour ne pas rendre de compte à la justice », s’énerve Pascal, ce dimanche 26 juillet, devant le Centre Hospitalier Léon Jean Grégory à Thuir dans les Pyrénées-Orientales. Selon ce Perpignanais d’une quarantaine d’années, le jeune homme qui a tué son ami trois jours plus tôt dans les rues de Perpignan serait actuellement hospitalisé sur place. 

Violence gratuite ? 

Ce soir-là, la victime, originaire du quartier Saint-Mathieu à Perpignan, était dans un bar pour fêter l’anniversaire d’un ami. « Vers deux ou trois heures du matin, nous sommes sortis pour prendre la voiture », raconte Fethi, témoin du drame. Un peu alcoolisée, la victime au volant percute un trottoir et crève les deux pneus droits de sa voiture. 

« Ça fait quatre jours que je ne dors plus » 

Les deux jeunes hommes d’une vingtaine d’années cherchent une place pour se garer. « Une fois dehors, un type est arrivé et il a poignardé mon ami avec un tournevis. On ne sait pas pourquoi, nous ne l’avions jamais vu… Ça fait quatre jours que je ne dors plus parce que je n’aurai peut-être jamais de réponse à mes questions« , soupire le jeune père de famille. 

La victime sera touchée à de nombreuses reprises au niveau du cœur, de la carotide et de la tête. Une énième agression dans les rues de Perpignan qui est celle de trop pour les proches de la victime. « Nous en avons marre de cette violence dans les rues de Perpignan. Il faut faire le nécessaire pour que ça s’arrête. C’est une agression gratuite, sans explication. On a peur alors qu’on est en France. C’était pas comme ça avant Perpignan ».Pour les proches, il s’agit d’une agression raciste. « Le tueur est d’origine algérienne comme la victime. Sauf que mon ami est blanc aux yeux bleus. C’est uniquement pour ça qu’il est mort », insiste l’un des jeunes. 

« Il faut qu’on prenne les armes nous aussi ? »

Parmi les jeunes présents devant le centre hospitalier, il y a le frère de la victime. Un jeune homme qui réclame une vraie justice. Pour Pascal, le grand frère de la bande, c’est le mort de trop. « Ce gamin je le connais depuis toujours. J’ai 42 ans, ça pourrait être mon fils. On va où là ?Quand est-ce que ça va s’arrêter cette violence à Perpignan ? Est-ce qu’il faut qu’on prenne les armes nous aussi ? Il faut que justice soit faite. Que le Procureur et la justice arrête tout ça. On ne veut plus un seul mort à Perpignan », insiste Pascal. 

Taxation des gogos. Les certifications religieuses Casher et Halal

Lors de notre rencontre du mois d’octobre, nous avons eu le grand plaisir de recevoir Mme Suzanne Bousquet, chercheure en agroalimentaire et auteure du livre Les certifications religieuses, Le business de la crédulité, pour nous faire une conférence informelle au même sujet. Sa présentation, ponctuée et suivie de nombreux commentaires et questions, a rempli complètement notre plage de trois heures, et je n’ai vu personne s’ennuyer. Une expérience à la fois enrichissante et inquiétante, étant donné le sujet. Je n’en ferai pas un compte-rendu exhaustif — ce serait impossible dans un court texte comme celui-ci. Je me contenterai d’identifier et de décrire quelques points saillants des propos de Mme Bousquet. Pour le reste, je vous invite à vous procurer son livre.
Les certifications religieuses constituent, comme tout sujet qui touche de près ou de loin à la religion, un sujet dangereux, voire tabou. La militante laïque et écrivaine Louise Mailloux et le vétérinaire et député André Simard l’ont appris à leurs dépens lors du houleux débat autour de la Charte de la laïcité en 2014. Pour avoir utilisé l’expression « taxe religieuse » et critiqué l’abattage sans insensibilisation des animaux, les deux ont subi la vitupération, se faisant accuser d’antisémitisme[1] et d’islamophobie. Nous connaissons la chanson.Un sujet tabou
Pourtant, les agences qui vendent des services de certification « religieuse » et les sociétés qui tirent profit de produits étiquetés casher ou halal sont des commerces. « Par conséquent, leurs activités devraient constituer un objet d’étude en soi sans que leur référence intrinsèque au religieux ne serve de repoussoir à l’examen approfondi des pratiques en cause », déclare Mme Bousquet. « Y a-t-il un domaine plus vital que celui de la consommation, du panier d’épicerie ? Que celui du monde économique? » En effet, c’est un sujet d’intérêt public, dont nous devons discuter.Objection de conscience impossibleNous vivons une époque de « consumérisme éclairé », où il est fortement conseillé à tout le monde de s’informer de la qualité et de la provenance de tout ce que l’on achète, et surtout de tout ce que l’on mange. Mais pour le halal et le casher, c’est impossible. Il y a un manque flagrant de transparence en ce qui concerne les certifications religieuses, surtout pour la viande.Les logos qui indiquent une certification religieuse sont rarement mis en valeur et parfois absents. La majorité des acheteurs n’appartient à aucune des confessions concernées et ne remarque pas les sceaux. Pourtant les produits cashers et halals sont omniprésents dans les épiceries. Il est à peu près impossible de les éviter.Casher et halal : Des inventions récentesMme Bousquet nous enjoint de ne pas confondre « cacherout » et « casher ». La cacherout est le code alimentaire prescrit aux Hébreux dans la bible hébraïque ; elle existe évidemment depuis des millénaires. Mais le casher est une instrumentalisation de la cacherout pour des fins de marketing, une invention moderne qui date de 1919. C’est un dénommé Joseph Jacob de la ville de New York qui a eu l’idée d’utiliser ce concept afin de tirer profit du marché de 1,5 million de juifs pratiquants dans cette ville.Quant au halal en tant qu’outil de marketing, il est né vers 1979 en Iran lorsque Khomeiny proclame que les viandes importées d’Occident sont illicites et stimule ainsi l’établissement de chaînes de production à protocole islamique.Le marché halal est un mariage parfait entre fondamentalisme et néolibéralisme. L’implantation du halal aux États-Unis a été facilitée par du mentorat de la part de Juifs suivant le modèle du casher. En Amérique du Nord, un rôle-clé a été joué par l’Islamic Food and Nutrition Council of America (IFANCA) une organisation ayant apparemment des liens avec les Frères musulmans. En Europe, plusieurs non-musulmans sont actifs dans le commerce, l’industrie et la certification du halal.[2]Casher et halal : Des instrumentalisations de normes d’une époque préscientifiqueLa cacherout, le code alimentaire traditionnel du judaïsme, comprend trois principes :

  1. Interdiction de manger certains animaux, par exemple le porc, et obligation d’abattage rituel ;
  2. Interdiction de consommer le sang, le nerf sciatique et le suif ;
  3. Interdiction de mélanger viandes et produits laitiers.

De plus, tout ce qui n’est pas interdit, c’est-à-dire impropre à la consommation ou « treif », est permis.Le code alimentaire traditionnel de l’islam, pour sa part, est assez semblable, mais pas tout à fait pareil :

  1. Interdiction de manger certains animaux, par exemple le porc, et obligation d’abattage rituel ;
  2. Interdiction de consommer le sang ;
  3. Interdiction de consommer l’alcool [3].

Encore une fois, tout ce qui n’est pas interdit (« harām ») est permis (« halal »).Dans les deux cas, il s’agit de normes d’une époque révolue, basées sur des référents, des superstitions et des conceptions erronées d’un autre temps, provenant de tribus des déserts de l’Antiquité, avant le microscope et avant la science moderne.L’arnaque de remplacer le permis par l’interditUn élément-clé commun au casher et au halal, en tant qu’outils de marketing, c’est l’arnaque de remplacer la permission, quant aux produits non couverts par la norme, par l’interdiction. C’est-à-dire que, sous les deux normes, tout ce qui n’était pas explicitement interdit était par défaut permis. Mais avec le marketing moderne, tout ce qui n’est pas explicitement permis devient interdit. Cette supercherie est particulièrement flagrante dans le cas de produits non comestibles. Rappelons qu’il s’agit de normes alimentaires.Des aliments qui n’étaient pas du tout touchés par les normes traditionnelles, par exemple les bleuets, se trouvent être actuellement les cibles de certifications religieuses. Nous trouvons aussi dans les épiceries et dans d’autres magasins du papier hygiénique, des essuie-tout, des éponges et du savon vaisselle cashers ! De la même manière, les produits halals ne se limitent pas à l’alimentation, mais s’étendent au produits financiers, aux voyages, à la mode, à la pharmaceutique et quoi encore. [4]

Suzanne Bousquet
Suzanne Bousquet

Les coûts financiers, sociaux et politiquesIl est difficile d’estimer le coût en argent que peuvent représenter les certifications cashères et halales, étant donné le peu de transparence en ce domaine. En ce qui concerne le coût refilé aux consommateurs, Mme Bousquet mentionne plusieurs chiffres, allant de 3% jusqu’à 15%, dépendant du secteur et de l’agence de certification. De plus, les commerçants et les producteurs subissent régulièrement une pression énorme pour se procurer, au coût de frais importants, des certifications religieuses afin de se conformer à un marché qui les éxige, malgré le fait que c’est souvent seulement une petite minorité de la population qui suit ces habitudes de consommation. Il y a souvent un effet domino, où les fournisseurs en amont doivent aussi être certifiés. Ainsi, toute la chaîne de production est affectée.Pendant la présentation de Mme Bousquet, un individu dans la salle a fait la remarque que les coûts financiers de ces certifications religieuses doivent être très en deçà des coûts faramineux de la corruption dans les gouvernements et dans le système global bancaire. Sans doute, mais il est évident que le problème ne se limite pas du tout à une question d’argent. Le vrai coût des certifications religieuses comprend aussi les implications sociales et politiques.Le casher et le halal sont des moyens de renforcer le communautarisme, c’est-à-dire le repli identitaire des communautés religieuses sur elles-mêmes. Le halal est un moyen de conditionner les consommateurs musulmans : le bon musulman est celui qui opte pour des produits et services halals. Il s’agit d’une banalisation de la charia pour servir des intérêts mercantiles, que Mme Bousquet qualifie de « très mauvais souffle sur nos démocraties ». Le casher sert les exigences de la Loi hébraïque, tandis que le halal, la Loi islamique. Le casher et le halal sont « des normes commerciales et industrielles théocratiques. »La mentalité théocratique — irrationnelle, rigide, immuable et dogmatique, qui valorise la soumission aveugle — est incompatible avec la démocratie.Par jean.meslier

Compte-rendu par David Rand

2018-10-25————————————- NOTES de H. Genséric[1]  Oscar Levy a approuvé « l’antisémitisme »–   Comment le lobby israélien a mis en place le programme de l’UE sur l’antisémitisme –   ALERTE SANTE MENTALE : Une pandémie mortelle d’antisémitisme contamine l’Occident !–   FRANCE. Comment Israël manipule la lutte contre l’antisémitisme –   Cours accéléré sur les vraies causes de l’«antisémitisme», 2e partie : la chasse aux antisémites–   Que disent Jésus, Einstein, Voltaire, Soljenitsyne, Goethe, Liszt sur l’antisémitisme ?–   L’escroquerie croissante de l’antisémitisme[2] Business halal, ou comment les judéo-sionistes arnaquent les musulmans naïfs–  Sinistre Arabie. Les « gardiens des lieux saints » sont des trafiquants et des junkies–  La religion islamique, un sacré business [3]Suzanne Bousquet se trompe : le Coran, seule référence indiscutable pour les musulmans, quelle que soit leur obédience, n’interdit pas le vin. Au contraire, il prévoit des « rivières de vin » au paradis !L’Association internationale des musulmans coraniques  fondée en 2013, par l’Islamologue et historien tunisien, Mohamed Talbi , dans le but de « rénover la pensée musulmane », a publié, en 2015, un article dans lequel elle cite des versets coraniques affirmant que l’alcool présente à la fois des vertus et des méfaits. Selon le rapport de l’association, aucune référence coranique n’a formellement interdit de boire de l’alcool. Voici différents textes du Coran concernant la boisson enivrante tels que traduits par Denise Masson.Sourate de La vache (219) : « Ils t’interrogent au sujet du vin et du jeu de hasard, dis : Ils comportent tous deux, pour les hommes, un grand péché et un avantage mais le péché qui s’y trouve est plus grand que leur utilité. » Sourate de La Table servie (90 – 91) : « Ô vous qui croyez ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées et les flèches divinatoires sont une abomination et une œuvre du Démon. Évitez-les… — Peut-être serez-vous heureux — * Satan veut susciter parmi vous l’hostilité et la haine au moyen du vin et du jeu de hasard. Il veut ainsi vous détourner du souvenir de Dieu et de la prière. — Ne vous abstiendrez-vous pas ?— »Sourate Les femmes (43) : « Ô vous qui croyez ! N’approchez pas de la prière, alors que vous êtes ivres — attendez de savoir ce que vous dites ! »Voici trois autres versets où il est aussi question de vin, boisson enivrante ou alcoolisée, qui permettent de s’interroger quant à l’attitude du Coran en la matière.Sourate Mohamed (15) : « Voici la description du Jardin promis à ceux qui craignent Dieu. Il y aura là des fleuves dont l’eau est incorruptible, des fleuves de lait au goût inaltérable, des fleuves de vin, délices pour ceux qui en boivent.» Sourate Les Abeilles (67) : « Vous retirez une boisson enivrante et un aliment excellent des fruits des palmiers et des vignes. — Il y a vraiment là un Signe pour un peuple qui comprend ! — »Sourate Les Fraudeurs (25-28) : « On leur donnera à boire un vin rare, cacheté par un cachet de musc — ceux qui en désirent peuvent le convoiter — et mélangé à l’eau de Tasnim, une eau qui est bue par ceux qui sont proches de Dieu. »[4]Les Islamistes , que le président Bourguiba appelait (déjà dans les années 60) les « commerçants de la religion » ont édicté un ensemble de « fatwas » qui leur profitent politiquement et surtout financièrement :-  Le « nikah djihadiste » ou la « prostitution halal »–   Syrie : viol et nettoyage ethnique halal–  La Chine déclare que l’islamisme est une maladie mentale–  Témoignage d’une djihadette tunisienne : « On m’a promis le Paradis, alors je me suis livrée à 152 hommes »–  Tunistan/ChariaGate. Si vous voulez épouser une fillette, violez-la.–   L’Etat islamique vend des esclaves sexuelles sur Facebook –  Tunisie islamiste. L’homosexalité est « haram » pour les uns et « halal » pour les autres–  Perversions islamistes et fatwas scélérates

L’exil au Maghreb La condition juive sous l’Islam
(1148-1912)

L’auteur de L’Exil au Maghreb* est le regretté David Littman, époux de Bat Ye’or et ami de l’Abbé Alain-René Arbez. Il s’agit d’une collection inédite et précieuse de témoignages de juifs vivant au Maghreb sous régime islamique. Alain-René Arbez a personnellement beaucoup travaillé sur cet ouvrage, son nom est mentionné dans la préface.

Fruit de longues années de recherches, L’Exil au Maghreb* est la première tentative de cerner la réalité historique de la condition juridique et sociale des Juifs en Islam maghrébin entre le Moyen Age et l’époque de la colonisation française. 

Non pas histoire formelle mais anthologie chronologique de documents, elle puise aux sources littéraires et historiques, pour la plupart inédites en français. 

A côté des extraits traduits des chroniques historiques arabes et hébraïques et des textes théologiques musulmans, une première partie rapporte les témoignages oculaires de voyageurs européens – captifs, diplomates, médecins, religieux, et aventuriers. Chaque document est présenté et annoté de façon à mettre en évidence son importance. 

Une deuxième partie, reflétant le déploiement d’activités diplomatiques en faveur des Juifs, présente des documents du XIXe jusqu’au début du XXe siècle, tirés des archives de l’Alliance israélite universelle, à Paris, et des archives diplomatiques françaises et anglaises, le tout accompagné d’une riche iconographie d’une soixantaine d’illustrations extraite de carnets de voyage et de la presse du XIXe siècle. 

Seule face au Croissant, la diaspora juive au Maghreb, la plus nombreuse en terre d’Islam à la fin du XIXe siècle, constitue, par son histoire, un paradigme archétypique, souvent ignorée du grand public et de certains  » experts  » – et aucunement semblable à un second  » âge d’or andalou « .


Blasphème : 50 % des Français déjà soumis à la charia

Blasphème : 50 % des Français déjà soumis à la charia

Voici ce que révèle l’affaire Mila qui décidément marque une étape dans la conquête musulmane, dans la soumission des élites et maintenant dans celle de 50 % du peuple de France.

Zekri, président du CFCM, confirme l’appel au meurtre sans que personne ne s’y oppose. Ce fanatique haineux, représentant la communauté musulmane de France, s’est autorisé à cautionner l’appel au meurtre en affirmant publiquement que Mila l’avait bien cherché. « Cette fille sait très bien ce qu’elle fait. Qui sème le vent récolte la tempête ». Bien cherché quoi ?  La mort, bien sûr, que lui ont promise les barbares musulmans sur les réseaux sociaux ! 

Personne pour lui faire fermer sa gueule. La menace est telle, elle est tellement crédible, prégnante, avérée, que le gouvernement a été obligé de placer Mila et sa famille sous protection policière. Et pourtant, personne pour faire fermer la gueule de Zekri et de tous les musulmans avec lui. Personne pour lui intenter un procès pour incitation au meurtre. Personne pour arrêter net l’appel au meurtre rituel. Voilà où nous en sommes en France. Maintenant, le premier des musulmans peut s’autoriser à appeler au meurtre rituel sans que rien ne se passe.

Le gouvernement impuissant. Impuissant à lutter contre la conquête musulmane, qu’au contraire il favorise par tous les moyens, impuissant à contrer l’arrogance musulmane ; le pouvoir républicain est incapable de faire taire l’appel au meurtre. Impuissant dans toutes ses fonctions régaliennes, le pouvoir est incapable de protéger Mila, incapable de la scolariser normalement, incapable de faire respecter les lois de la république à l’école, incapable de s’opposer à la prise de contrôle des musulmans sur les établissements scolaires, où désormais règne la charia. 

Les masques de la taqîya sont définitivement tombés. Par ses déclarations publiques, le président du CFCM a définitivement assumé l’intention musulmane de nous imposer la charia. Pour la première fois le masque de la taqîya est tombé, révélant que les conquérants en étaient arrivés à un tel point d’avancement dans leur entreprise qu’ils n’avaient plus besoin d’avancer masqués. Cela représente pour eux une étape majeure. Et pour nous que le point de non-retour est franchi.

Les masques des soumis sont définitivement tombés. Le président de la République, la quasi-intégralité du gouvernement, la gauche et la droite républicaines, les francs-maçons, les tenants de la laïcité, les féministes, les associations et groupes de pression LGBT, la quasi-intégralité du monde politique, le monde de l’éducation, les syndicats enseignants, Fourest, de Haas, Autain, le monde judiciaire, le monde des arts et des médias, les grandes voix, les grandes consciences, la LDH, les défenseurs des droits de l’homme, les ligues de vertu diverses et variées ; tous les masques sont tombés. Tous se sont écrasés devant la loi imposée par les musulmans. Tous se sont couchés. Tous se sont soumis. Pire, emboîtant les pas du président du CFCM, certains, dans un excès d’empressement dans la soumission, ont même déclaré que Mila l’avait bien cherché. Dont des femmes, dont des femmes de gauche. Pire, la ministre de la Justice a publiquement remis en cause le droit au blasphème et un procureur a failli mettre Mila en examen. Une honte. À part quelques voix dans la fachosphère, personne ou presque n’est monté au créneau pour prendre la défense de cette jeune fille menacée d’être enterrée vive, de mort, de viol, de brûlure à l’acide. Comble du comble, certains en sont même à considérer que si des voix dans la fachosphère viennent au soutien de Mila, cela confirme qu’elle n’a que ce qu’elle mérite.

L’intelligentsia française quasi intégralement soumise. À quelques très rares exceptions près, toute l’intelligentsia française a abandonné sa foi républicaine et s’est soumise en bloc à la loi des musulmans. Toute l’intelligentsia française s’est aplatie devant l’islam et devant la loi coranique. 

50 % des Français contre le droit au blasphème. En fait déjà soumis à la charia. Un récent sondage Ifop commandité par Charlie Hebdo nous apprend que 50 % des Français se déclarent défavorables au blasphème. En fait, bien que la question n’ait pas été posée de cette manière, il faut comprendre :  défavorables à toute critique de l’islam. En effet, à part quelques cathos, plus personne en France n’est défavorable au blasphème contre le catholicisme. Pareillement pour le judaïsme et pour les autres religions minoritaires pour lesquelles la question est sans objet. Par conséquent, l’islam est la seule religion pour laquelle cette question se pose. Et c’est donc bien à l’islam et à lui seul que se soumettent ceux qui s’opposent au blasphème.

Résumons. 

  • Appel public au meurtre rituel lancé par le premier représentant de la communauté musulmane de France, sans aucune réaction de l’État,
  • Conquête musulmane tellement avancée que le premier des musulmans peut s’autoriser a abandonner la taqîya pour imposer la loi coranique à visage découvert,
  • Quasiment toute l’intelligensia soumise à la charia et opposée au blasphème contre la religion musulmane,
  • Un pouvoir soumis à la mainmise des musulmans sur l’école,
  • 50 % de la population française opposée au blasphème contre l’islam et donc déjà soumise à la charia.

L’affaire Mila révèle que le point de non-retour a été franchi. Il y a désormais tout lieu de penser que l’affrontement est inévitable. Nous n’y échapperons pas.


« J’ai essayé de lire le coran, il est question de haine et de violence, de soumission et de meurtre »
PUBLIÉ PAR  FRANÇOIS SWEYDAN LE 30 JUILLET 2020SUGGESTED NEWS

Mgid

Attention ! impossible de tenir plus de 5 minutes à ce jeu !Video GamingImpossible de durer 5 minutes en jouant a ce jeu !Video GamingUne découverte sur le diabète bluffe les médecinsLibre Du DiabèteUn investisseur révèle comment convertir 100€ en 10 000€Ripple

Sous le pseudonyme Pascal Raines, l’auteur dont le travail en collectivité hospitalière consiste à soulager la souffrance humaine, décrit sa confrontation à l’islam.

« Si vérité et amitié nous sont également chères, c’est un devoir sacré d’accorder la préférence à la vérité », Aristote, Éthique à Nicomaque, I, 4, 1096 a 13.

Voici mes observations sur l’ouvrage de Pascal Raines, « Quel dialogue possible avec l’islam du Coran ? Point de vue d’un catholique »*.

Comment lui est-elle venue cette idée d’écrire un tel livre ?

« Sur mon lieu de travail, je connais des musulmans d’une grande gentillesse et d’une grande intériorité. Mais surtout après 50 ans, j’ai fait l’expérience de la haine tenace d’une musulmane pourtant intelligente et compétente. Elle savait que j’étais chrétien. Depuis des années, rancœur, animosité, mépris, attitude froide et antipathique, etc. 

Je me suis dit : ce n’est pas normal. Il est fréquent de s’embrouiller, de se fâcher, mais au bout de quelques jours normalement, on s’apaise et la vie reprend. J’ai pris conscience que ce n’était pas seulement psychologique, mais culturel et atavique ; nous étions dans une autre dimension. 

Cette musulmane était très religieuse et très pieuse. Je me suis dit que pour la comprendre j’allais donc essayer de lire le Coran. 

Durant la lecture et pendant quelques semaines, je n’ai pas dormi tant le contenu m’effrayait ! Il était question de haine et de violence, de ségrégation et de discrimination, de soumission et de meurtre. Et j’étais là au cœur de l’islam ! 

Pour exprimer alors mes angoisses, j’ai donc écrit d’abord à titre thérapeutique. »

Dans un travail minutieux — et avec l’assentiment d’universitaires islamologues et de spécialistes de l’islam et de son histoire — l’auteur prend la peine d’expliquer dans un langage accessible les versets les plus délicats et les plus controversés, à l’aide de plusieurs versions du texte coranique.

Il précise à chaque fois le contexte et interpelle de multiples sources afin d’être le plus objectif possible :

« J’avais déjà eu à feuilleter de nombreux livres négatifs sur le sujet, mais inconsciemment je me disais que c’était des préjugés, voire le rejet plus ou moins larvé de l’islam. Pour éviter ce genre de réactions, je suis parti directement du Coran. »

On sent un souci permanent d’objectivité et de clarté. Ni angélisme, ni préjugés stériles, mais des pistes qui sortent des sentiers battus du relativisme et du politiquement correct. L’auteur évite la fausse complaisance et le compromis hypocrite ou ignorant :

« Mon idée était de savoir comment surmonter le côté guerrier et conquérant de l’islam pour un hypothétique « vivre ensemble » avec les musulmans. »

le Dieu « Allah » des musulmans est radicalement différent de celui des deux religions révélées avant l’islam

– I —

Dans une première partie — la plus « pédagogique » des trois — l’auteur présente à l’aide de nombreuses traductions du Coran, le texte coranique lui-même, avec ses incohérences et ses contradictions. Il est pourtant aux musulmans l’« incarnation » de la Parole sacrée et immuable d’Allah, ce que le Christ est aux chrétiens. Et contrairement à ce que l’on entend des relativistes de tout bord, y compris parfois juifs et chrétiens (« nous avons le même Dieu ! »), le Dieu « Allah » des musulmans est radicalement et définitivement différent de celui des deux religions révélées avant l’islam.

Les musulmans pensent que le Coran a été révélé, « descendu » d’un bloc à Mahomet.

Puisque ce livre vient directement de Dieu, nommé Allah, il n’est sujet à aucune erreur. Il ne peut donc être contesté. Or la révélation coranique s’est faite plutôt progressivement sourate (chapitre) après sourate, sur vingt ans environ avec les périodes mecquoise (première de la révélation, pré-hégire) et médinoise (deuxième et tardive, post-hégire).

Rappelons que les premiers versets du Coran qui invitent à la tolérance ont été rendus caducs ultérieurement par d’autres sourates et versets clairs et nets plus récents, appelant notamment au jihad armé, à la guerre sainte, al-qitâl fi sabîl Allah, « le combat guerrier/meurtrier dans la voie/le sentier d’Allah ».

Du point de vue strict du Coran, l’autorité des fondamentalistes l’emporte toujours sur celui des modérés

Le principe de l’abrogation (annulation d’une loi plus ancienne par une autre plus récente) est incontournable. Il repose en effet sur deux versets du Coran (2:106 et 16:101), et sur l’aval de l’institution islamique de référence sunnite Al-Azhar au Caire, bien que le Coran officiel ne suit pas l’ordre chronologique de la révélation. C’est ainsi que le lecteur non averti s’y perd en contradictions déroutantes au fil d’une lecture suivie.

Il en découle, du point de vue strict du Coran, que l’autorité des fondamentalistes l’emporte toujours sur celui des modérés quand il y a confrontation entre eux. Ce fut toujours et invariablement ainsi dans toute l’histoire des conquêtes islamiques, notamment de tous les pays dits aujourd’hui arabes ou musulmans. Ce qui peut expliquer pourquoi ces « modérés » ne réagissent finalement que très mollement ou gardent souvent le silence face aux auteurs des attentats islamistes, et pratiquent le déni sur leurs motivations.

Le coran n’est vraiment complet que depuis le IXe siècle. Il s’est transmis par voie orale et seulement par fragments et n’est pas « incréé »

D’où l’intérêt de s’en remettre à une version chronologique du Coran et à sa nouvelle traduction en français faite par le professeur Sami Aldeeb (voir en référence et dans son blog), montrant, par ailleurs, plus de deux milles cinq cent erreurs grammaticales, stylistiques, linguistiques et scientifiques, n’en déplaise aux oulémas de l’islam qui soutiennent que c’est un livre parfait (Le Coran est empli d’erreurs grammaticales et stylistiques). Ce qui démontre bien que ce livre ne fut nullement une divine révélation littérale, mais une rédaction foncièrement humaine sur plusieurs siècles, bien après la mort de Mahomet en 632 (le Coran a commencé à porter des diacritiques et des accents qu’à la fin du VIIe siècle, ou plutôt durant le VIIIe. Il n’est vraiment complet que depuis le IXe siècle. Il s’est donc transmis essentiellement par voie orale et seulement par fragments écrits pendant au moins un siècle avant une forme écrite lisible. Son contenu actuel a donc pu subir des modifications majeures).

– II —

Les versets-clés qui expriment les liens entre musulmans et non-musulmans sont exposés dans la deuxième partie.

On y découvre que la prière et le combat n’en font qu’un en islam, qu’Allah est antisémite, antichrétien, et sa haine est incommensurable

C’est sans doute la partie la plus « percutante » de ce travail qui met en évidence un Coran conquérant et guerrier.

On y découvre que la prière et le combat n’en font qu’un en islam, qu’Allah n’aime que les musulmans fidèles, qu’il est antisémite, antichrétien, sa haine est incommensurable. Il incite au combat et cautionne pleinement les actes de guerre et de mort. Les musulmans ne doivent pas prendre alliés et amis parmi les juifs et les chrétiens. Ils sont constamment incités à combattre les non-musulmans, à les humilier et à les soumettre dans la dhimmitude, voire à les tuer.SPONSORED CONTENT

Mgid

Attention ! impossible de tenir plus de 5 minutes à ce jeu !Impossible de durer 5 minutes en jouant a ce jeu !Le diabète devient réversible : supprimez-le en 3 joursUn investisseur révèle comment convertir 100€ en 10 000€

On y découvre que le jihad — à la fois défensif et offensif — est une composante essentielle de la foi islamique, que la stratégie de la terreur et les actes barbares réfléchis sont encouragés dans le but de forcer l’individu à l’autocensure liberticide et à terme le soumettre sous l’emprise psychologique du syndrome de Stockholm. On découvre aussi que le mensonge (taqiyya) est autorisé, voire recommandé tant chez les sunnites que chez les chiites afin d’induire en erreur et duper les non-musulmans.

la justification de violence islamique y est abusivement justifiée par une victimisation supposée

Contrairement aux derniers livres de la Bible et notamment le Nouveau Testament (avec la condamnation de la violence, et incitant à la charité et à la miséricorde), la révélation coranique s’achève plutôt par de multiples appels à la violence et au meurtre, paradoxalement et curieusement sous un verset introductif de « miséricorde » à la tête de chaque sourate ! Le plus choquant est que la justification de violence islamique est abusivement justifiée par une victimisation supposée.

– III —

Pas de différence de fond entre « islam » et « islamisme » ou « islam radical » ; c’est une distinction entièrement fictive

La troisième et dernière partie pose la question de la possibilité d’un dialogue réel et sincère entre musulmans et non-musulmans.

Étant donné que le Coran est irréformable — contrairement à l’enfumage d’une poignée d’intellectuels musulmans de France glosant sur le contraire — ce dialogue est logiquement impossible puisque la réciprocité est impensable pour tout bon musulman, d’autant plus qu’il n’y a pas de différence de fond entre « islam » et « islamisme » ou « islam radical » comme on le prétend ; c’est une distinction entièrement fictive. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré :

« Ces distinctions très laides et offensantes sont une insulte à notre religion. Il n’y a pas d’islam modéré ou immodéré. L’islam est l’islam, un point c’est tout. »

En fait, un islam « modéré » est un ersatz dénaturé du vrai islam qui lui est « immodéré », radical et fondamentaliste par nature.

En définitive, réformer le Coran ou le censurer partiellement est une utopie occidentale et franco-française, ou un subterfuge d’une poignée d’intellectuels musulmans de France qui se trompent et s’illusionnent. Sinon, malaisés, ils tentent de se mentir à eux-mêmes et aux non-musulmans pour se rassurer ou atténuer à leurs yeux et ceux des autres les nombreux versets belliqueux et choquants, ou de duper les Français et les Occidentaux dans une mauvaise foi calculée, et les induire en erreur sur leur vrai projet impérialiste de conquête et d’islamisation des sociétés.

Impossibilité donc d’une quelconque réforme de l’islam, d’autant qu’elle ne s’est pas faite durant les quatorze siècles de son histoire. Toute tentative minime soit-elle fut étouffée dans l’œuf.

Se référer au mythe du soufisme ?

Ces maîtres soufis ont eux-mêmes fait le jihad armé en leur temps

Une fumisterie de plus, celle d’une poignée de notre classe politique française de droite et de gauche, proclamant — comme quelques dominicains égarés à la suite de leurs référents islamiques pratiquant la taqiyya — l’existence d’une forme de soufisme fantasmé d’un islam de France ».

Il s’agit en réalité d’une utopie qu’on n’a pas rencontrée dans toute l’histoire des conquêtes islamiques. Les grandes figures du soufisme (al-Ghazâlî ; Ibn cArabî ; Rûmî et bien d’autres), maîtres supposés mystiques, tolérants et pacifiques, furent d’un fanatisme notoire, d’une intolérance et d’un mépris singulier pour les juifs et les chrétiens, appelant à être particulièrement sévères avec les trinitaires chrétiens associationnistes », et appelant au jihâd actif, armé et offensif.

Ces maîtres soufis ont eux-mêmes fait le jihad armé en leur temps.

Les islamistes de France nous anesthésient donc avec le soufisme qui fut fondamentalement jihadiste jusqu’aux 19e et 20e siècles dans tout le Maghreb.

Derrière le mirage du soufisme, il y a la forêt du vrai islam fanatique et arrogant, celui de l’UOIF des Frères musulmans

En France, les tenants de cette imposture tentent de nous induire en erreur sur la possibilité d’un islam qui serait compatible avec les lois de la République, la démocratie, les droits de l’homme et ses libertés. Il n’en est absolument rien et les tenants de cet islam (hypothétique) de France sont des imposteurs, dangereux parce que manipulateurs de la classe politique inculte de la stratégie de l’islam en Europe : derrière le mirage de l’arbre rachitique du soufisme, il y a la forêt du vrai islam fanatique et arrogant, celui de l’UOIF des Frères musulmans qui sème à tout vent.

De plus, le soufisme (qui se décline en dizaines d’écoles, de groupes et de sous-groupes), ultra minoritaire, est condamné par la quasi-totalité des musulmans du monde, sunnites et chiites confondus, et à peine toléré comme un folklore populaire (et pour une poignée d’écoles seulement), sinon comme une déviation de l’islam vrai. Les soufistes sont regardés comme des sectes hérétiques, voire même d’une mystique ‟associationniste » à éradiquer comme les chrétiens.

Nos islamistes de France tenants de ce folklore de diversion le prônent et s’en accommodent provisoirement, uniquement dans les apparences, pour séduire les citoyens français.

De la part du gouvernement, refuser de nommer le Coran et la charia comme étant les causes principales du fanatisme et de la violence islamique, ainsi que du terrorisme jihadiste, c’est laisser le champ libre à la haine, notamment envers les musulmans, dont certains sont inévitablement tentés par les attentats. Les citoyens finiront par dépasser la peur, et ils réagiront aux tensions engendrées par les violences subies. Le risque est grand que le fatalisme se transforme en colère et vengeance.

Conclusion

On en vient à dire que parfois — ou souvent, selon le cas — les Occidentaux ne comprennent pas les fondements du Coran. Car nous ignorons le système pervers et retors abrogeant-abrogé des versets coraniques non chronologiques du Coran officiel de l’Arabie saoudite et d’Al-Azhar, qui permettent aux oulémas de l’islam de dire et de décréter tout et exactement son contraire, selon les circonstances, les situations et les individus, ignorants que nous sommes de la stratégie de la taqiyya, celle de la dissimulation et du mensonge prônés par le Coran.

Par souci de respecter les musulmans dans leur humanité et au nom de nos valeurs éthiques, nous refusons d’admettre que le Coran est fondamentalement dangereux et belliqueux. C’est une dangereuse inconscience !

Oui, respectons nos frères, mais n’ayons pas peur de dénoncer ce qui doit l’être en islam et dans le Coran pour le bien de tous.

C’est sans aucun doute au prix de ce devoir sacré, celui de la vérité, que les musulmans ouvriront les yeux sur la réalité totalitaire de l’islam du Coran. Leur liberté et notre amitié sont au prix de l’aveu et de l’acceptation du réel. Nulle autre voie — d’aveuglement et de déni, de relativisme et de compromis, de mensonge et de zèle islamophile ou de lâcheté complaisante — n’est 

envisageable pour les musulmans comme pour les Occidentaux que l’approche raisonnée et rationnelle du religieux islamique, si ce n’est historiquement déjà trop tard…

« Cet ouvrage, fruit d’un travail considérable, est une excellente introduction à l’islam et au Coran. Il s’agit là d’une étude sérieuse, fouillée, documentée, étayée par des références multiples — tant islamiques qu’occidentales. L’auteur ne craint pas d’aborder, avec honnêteté et lucidité, la plupart des points controversés. Il le fait en toute objectivité, dans un souci de vérité et un langage qui n’est ni offensant ni blessant. » Henri Boulad, jésuite.

« Quel travail ! Cela devrait aider les gens à ouvrir les yeux et voir enfin clair en toute responsabilité citoyenne et pour la vraie paix. » François Jourdan, eudiste.

64 thoughts on “« J’ai essayé de lire le coran, il est question de haine et de violence, de soumission et de meurtre »”

  1. angoulafre dit :S’endormir pour voir apparaître l’archange gabriel amène à la parution de « Mein Koran ».RÉPONDRE
  2. Lagaffe dit :Le coran = mein kampf en version poétique ou l’art de la taqiyya. Un musul-ment, ment, ment et ment TOUT le temps (en Occident). La prière et la guerre sont les deux mamelles de l’islam.RÉPONDRE
    1. Jerry Khan dit :Je dirai plutôt que Mein Kampf à côté du Coran fait pâle figure. J’ai eu l’occasion de lire le Coran quand je me suis lancé à l’écriture d’un film que je voulais réaliser et pour une personne normalement constitué intellectuellement, on ne peut que rejeter toutes les contradictions, tous les messages de haine, de violence et de discrimination qu’on retrouve dans ce livre.
      Je crois au Bien et au Mal, ce livre est le livre du Mal et cette religion est La religion du Mal et on ne peut que constater qu’il a de très (trop) nombreux adeptes.RÉPONDRE
      1. Guy dit :J’ai lu le Coran en entier, deux fois d’une manière aprofondie.
        Première remarque : je me suis emm… comme ce n’est pas possible, tant c’est ch… par rapport à la Bible, que j’ai lue aussi deux fois et d’une manière tout aussi approfondie.
        Deuxième remarque : il s’agit soi-disant d’un ouvrage religieux. Admettons, Mein Kampf en était aussi un, du même tonneau.
        Lors de ma seconde lecture, je me suis heurté à des difficultés, du style :
        — Qu’est-ce qui te dit que cette traduction est bien la bonne ? Ma réponse : dis donc, te poses-tu la question lorsque tu lis Dostoïevski ou Goethe ou Shakespeare ? Non, alors ???
        — Te rends-tu compte du nombre de Musulmans qu’il y a dans le monde ? Ma réponse : oui, parfaitement, ça ne fait que prouver que l’erreur est humaine.
        — Ce n’est pas possible qu’il y ait tant de personnes qui se trompent ! Ah bon ! Sais-tu qu’il y a des Américains et, plus près de nous, des Allemands (je ne me souviens plus de la proportion mais ça te fait réfléchir) qui croient que le soleil tourne autour de la terre et que les théories de Darwin sont complètement fausses ? Désolé, pour moi l’homme descend du singe comme le singe descend de l’arbre, comme tu aimes tant à le dire, ça s’appelle l’évolution des espèces.
        Outré par ces questions à la noix, parce que j’en avais entendu d’autres, j’ai fini par préciser :
        — Tu veux que je te dise ? Pour moi, Mahomet était un illettré total). Un jour, il s’est bourré la g… et tu sais que dans le désert ça ne pardonne pas (au passage, je te rappelle que le nom alcool est d’origine arabe) ; il s’est mis au frais dans une grotte pour cuver. Là, il a déraillé complètement et ses instincts sanguinaires et sa maladie de vouloir dominer le monde ont pris le dessus et voilà ce qu’on appelle une religion. Lamentable !
        Il me regarde encore !
        Je vous invite, en complément plus sérieux, à lire ce pdf de 96 pages : https://legrandsecretdelislam.files.wordpress.com/2015/08/le-grand-secret-de-lislam.pdf
        L’islam, si tant est qu’on puisse baptiser ça de ce nom, est tout sauf une religion.RÉPONDRE
        1. patphil dit :je me suis obligé à lire le coran et à le relire plume à la main en notant les versets assassins, sadiques, misogynes, « scientifiques » etc; effectivement c’est une corvée mais si salutaireRÉPONDRE
        2. AFMC98000 dit :Vous avez été courageux de lire le coran 2 fois
          Pour moi une seule fois m’a suffit pour comprendre le fond de ce texte qui donne la nausée. Il s’agit d’un texte qui régit la vie du fidèle du matin au lever jusqu’au soir au coucher, avec chaque geste quotidien même le plus anodin, comme pour s’adresser à un débile mental. Puis viennent les versets qui condamnent à mort les infidèles les juifs et les chrétiens et les mauvais musulmans destinés à l’enfer. Puis encore l’obligation du djihad pour conquérir le monde. C’est écrit vraisemblablement par des personnes quasiment illettrées tellement c’est difficile à lire et à comprendre. On peut supposer que les traducteurs de l’arabe étaient des bedouins ne maitrisant qu’un language approximatif. Comme il est interdit de toucher une virgu le du texte original, personne ne s’aventure à faire une traduction intelligible sous peine de mort.
          Le coran est une escroquerie monumentale dont Mahomet s’est servi pour spolier, piller et tuer avec un justificatif soit disant divin.
          1 milliard de personnes croient cette idiotie dangereuse pour l’humanité.RÉPONDRE
        3. AFMC98000 dit :C’est une escroquerie destinée a des pauvres bedouins ignorants que mahomet a inventé de toutes pièces à dessein pour voler et tuer ceux qui le gênaient dans sa course à la fortune. Il a meme tue le mari d’une de ses femme pour lui ravir. Quand on lit sa vie, ce ne sont que vols, meurtres, tueries viols etc.RÉPONDRE
        4. PHIPHI dit :@guy
          le problème du soleil et de la terre n’en est pas un.
          c’est simplement une histoire de referenciel.
          Pourtant la relativité a plus de cent ans.
          DommageRÉPONDRE
  3. Xot66 dit :Malheureusement lire le « coran » ne suffit pas. Ce livre n’est qu’une prémice des sources qui régentent la vie du musulman. Spécialiste de cette croyance, je peux vous dire que si vous aviez pris en plus le temps de lire les « hadiths », c’est à dire les paroles de celui qui s’est présenté comme prophète et qui constituent avec le « coran » le texte appelé « sunna », la haine et l’appel à la violence y sont bien plus présents.
    Quelques exemples…
    Sur les femmes :
     » Le Prophète a dit :
    – J’ai regardé le paradis et j’ai trouvé que les pauvres gens formaient la majorité des habitants; j’ai regardé en enfer et j’ai vu que la majorité des habitants étaient des femmes.  » (récit d’Imran bin Husain, Bukhari LIV 464) » L’apôtre d’Allah a dit :
    – S’il y a un signe maléfique quelque part, c’est dans la femme, le cheval ou la maison.  » (récit de Sahl bin Sad Saidi, Bukhari LII 111) Sur ceux qui refusent de se soumettre à cette haine :
     » Le messager d’Allah a dit :
    – J’ai été désigné pour combattre contre les hommes aussi longtemps qu’ils ne disent pas : il n’y a de dieu qu’Allah.  » (récit d’Abu Huraira, Muslim I 29) » L’apôtre d’Allah a dit :
    – Sache que le paradis est à l’ombre des épées.  » (récit d’Abdullah bin Abi Aufa, Bukhari LII 73)
     » Celui qui quitte la religion de l’islam, tuez-le.  » (récit d’Ikrima, Bukhari LXXXIV 57)  » L’apôtre d’Allah a dit :
    – Aucun musulman ne mourra sans qu’Allah n’admette à sa place un juif ou un chrétien dans le feu de l’enfer.  » (récit d’Abu Burda, Muslim XXXVII 6666) Bref il y a pléthore de règles à suivre de ce genre…RÉPONDRE
    1. Bentata David dit :Les Hadiths sont au nombre de millions ! Fantaisies de FOUS! le plus souvent.RÉPONDRE
  4. Elisa Naibed dit :Pour en finir avec l’idée du soufisme qui serait soi-disant plus tolérant (du moins, en apparence), lisons ce que Averroès, l’un des érudits musulmans les plus célèbres en Occident, considéré pour sa modération, écrit à propos du Jihadhttp://ajm.ch/wordpress/?p=41RÉPONDRE
    1. François Sweydan dit :Merci encore Elisa !
      Oui, je connais cet article de AJ Mairet de 2006.
      Averroès, modéré et tolérant ? C’est un mythe éventé, comme d’ailleurs d’autres qu’on encensent dans les universités européennes et françaises… par des mandarins retors et de mauvaise foi (heureusement pas tous !)
      FSRÉPONDRE
  5. Oliange dit :Quand va-t’on se décider à ne plus nommer l’islam « religion ». C’est un totalitarisme sectaire, belliqueux et hégémonique qui annihile l’individu comme l’ont fait le nazisme et le communisme.
    Relisons Anna Arendt pour y voir plus clair.
    Je ne comprends pas qu’on puisse envisager sa compatibilité avec un quelconque système démocratique, n’en déplaise à nos politiques de tous bords !!!!RÉPONDRE
    1. AYIN BEOTHY dit :@Oliange, je suis tout à fait de votre avis, la simple appellation « religion » est un mensonge efficace et constamment en action, dans tous nos esprits.RÉPONDRE
      1. aloygah dit :@ AYIN BEOTHYL’islam est une religion par définition. Mais c’est une religion qui comporte le commandement d’imposer au monde entier par la force ou la ruse ses préceptes, qui sont également politiques et culturels. De ce fait, il faut comprendre le problème de l’immigration différemment avec l’islam. En principe, un immigrant est quelqu’un qui vient dans un pays pour s’intégrer dans ce pays, c’est-à-dire adopter la culture, la langue, les mœurs, les coutumes, la vie sociale de ce pays. Si l’immigrant vient dans un pays pour au contraire imposer sa langue, sa culture, ses mœurs, ses coutumes, sa vie sociale, ce n’est plus un immigrant, mais un envahisseur. Or, l’islam commande aux musulmans d’imposer l’islam partout où ils vont, autrement dit, tout musulman qui immigre dans un pays non-musulman et qui reste musulman est en réalité un envahisseur et plus un immigrant. Voilà pourquoi, si on ne peut interdire la croyance en l’islam, au nom de la liberté de religion, on devrait pouvoir interdire son développement dans nos pays, au nom de la légitime défense face à un envahisseur. On devrait donc interdire les mosquées, les minarets, la pratique du culte, les écoles, les associations et les banques islamiques, les noms, prénoms et expressions arabes, les signes religieux et vestimentaires proches de l’islam. Car tout cela n’est pas seulement l’expression d’une religion, mais également une stratégie de conquête.RÉPONDRE
        1. AFMC98000 dit :Peut-on reellement appeler l’islam une religion? En lisant le coran, à mon avis, ce texte est proche d’un manuel stratégique de guerre. Dans certains versets on y trouve les méthodes pour envahir et asservir tous ceux qui n’adhèrent pas à l’islam en préconisant la force, le fer et le feu pour la conquête et la conversion forcée. Les menaces de mort pour les infidèles, les juifs et les chretiens sont courantes. C’est ce qui a été appliqué depuis sa naissance de l’islam au 7 ème siècle jusqu’à nos jours avec de 4 à 500 millions de victimes.RÉPONDRE
      2. spanu dit :pour moi c est tres simple si dieu existe si dieu est amour alors la secte qu est l islam ne peut se revendiquer d etre une religion de paix et d amour un individu normal qui se pose des questions arrive vite a la conclusion suivante ou je situe comme chretien ou comme juifs ou autres ou comme non croyant MAIS EN AUCUN CAS sauf lavage de cerveau ne peur adherer a la secte l islam a bon entendeur salutRÉPONDRE
  6. Elisa Naibed dit :Par ailleurs, j’ai moi-même lu le Coran. Outre ce qui est décrit plus haut (et que je confirme), je voudrais signaler quelque chose qui n’a pas été dit: une forme de climat oppressif se développe progressivement à la suite du caractère répétitif des nombreuses répétitions de déclarations haineuses contenue dans ce livre démoniaque, et c’est parfois douloureux de continuer la lecture. Inutile d’ajouter que ceux qui ajoutent foi à ce genre de « révélations » subissent un véritable lavage de cerveau !RÉPONDRE

L’islam n’est pas une religion,
mais un système politique totalitaire
C’est l’ingrédient pour créer des centaines de sectes.

L’islam n’est pas une religion, mais un système politique totalitaire

Photo : l’islam est le système parfait pour toute l’humanité.

L’islam n’est pas une religion, mais un système politique totalitaire avec une superstructure quasi-religieuse.

L’islam est une forme de gouvernement.

L’islam sert à  gouverner. Cette sobre réalité est si importante qu’elle mérite d’être répétée.

Les dirigeants occidentaux sont coupables et devraient être punis pour ne pas avertir  le public de cette question essentielle et pour  persister à traiter l’islam comme une simple affaire de culte. L’islam n’est absolument PAS limité au culte.

Il concerne des questions très publiques – le territoire, le droit pénal, les sanctions, le droit matrimonial, les restrictions sur la liberté d’expression, le statut de seconde classe pour les non-musulmans, les règles vestimentaires, le régime alimentaire et le jeûne – infligées à tous – et une foule d’autres détails.

Plus que cela, il contient le commandement intégré selon lequel il doit être imposé à tous – par la force si nécessaire. Il dicte de façon impérative qu’il doit supplanter tous les autres systèmes. Nos hommes politiques ne nous en ont pas donné la moindre idée, et ne sont probablement pas bien au clair eux-mêmes sur le sujet.

L’islam est un système.

« L’islam est le système parfait pour toute l’humanité », dit l’affiche de la photo.

« Système » signifie ici système de règles, de lois, c’est-à-dire de gouvernement. Le système est, selon l’expression favorite de Tariq Ramadan, « global », c’est-à-dire totalitaire. Il n’y a pas d’autre choix possible.

L’islam est LE SEUL système autorisé : « Et quiconque désire une religion autre que l’islam, ne sera point agréé » dit le Coran 3:85, qui fait partie de la loi islamique. Le système de l’islam n’est ni inclusif ni tolérant :

« Ma religion ne tolère pas les autres religions. Elle ne tolère pas », … « La seule loi … partout … doit être l’islam », dit l’ecclésiastique Abu Bakr, en Australie.

 L’adhésion est obligatoire. Il n’y a pas de conscience privée dans l’islam. Le cheikh égyptien Yassir al-Burhani l’explique clairement dans une interview :

« …le musulman a-t-il le droit de se convertir au christianisme ou à une autre religion ? »

« Bien sûr que non, ce n’est pas un droit. »

Pour quiconque quitte l’islam, c’est la peine est la mort : le départ est traité comme une trahison contre le gouvernement. Tout justicier peut commettre le meurtre des apostats : il n’y a pas de peine, « car c’est tuer quelqu’un qui mérite de mourir » (Manuel de droit islamique, Reliance du voyageur, o8.4).

C’est ce qu’explique Maududi, le vénéré érudit pakistanais du XXe siècle :

« L’islam n’est pas une « religion » au sens où ce terme est communément compris. C’est un système qui englobe tous les domaines de la vie. L’islam signifie politique, économie, législation, science, humanisme, santé, psychologie et sociologie. Personne ne peut considérer un domaine de ses affaires comme personnel et privé. L’État islamique présente une sorte de ressemblance avec les États fascistes et communistes ».

L’islam, le système, a une composante de prière qui en fait aussi une religion, et les deux sont inséparablement liés. À l’époque de Mahomet, le chef régnait à travers la mosquée : il n’y avait pas de distinction entre la mosquée et l’État. La menace d’un feu éternel de l’enfer divin est ce qui a donné à la loi son pouvoir. L’islam n’a pas changé depuis. Il continue à fusionner les deux en un seul. Le Dr. J.S. Idris, chercheur au Soudan, le confirme,

« La séparation de la mosquée [la religion] et de l’État n’est pas une option. »

Le système de l’islam est un système rival.

L’islam n’a pas besoin de législation élaborée par l’homme : ses lois, la charia, sont déjà établies et immuables, et doivent être appliquées.

Le Dr Ijaz Mian, à Derby, au Royaume-Uni, l’a dit à ses auditeurs de la mosquée :

« … vous devez vivre comme un État-dans-un-État – jusqu’à ce que vous preniez le pouvoir. Il n’y aura pas de Chambre des Communes ».

L’islam n’a pas non plus d’utilité pour les États-nations :

« La nation musulmane est une nation, à l’exclusion de toutes les autres », dit la pancarte dans une marche pro-Sharia dans Oxford

C’est par le biais des mosquées que l’islam administre son gouvernement.

Photo ci-dessus : Charia — La solution pour l’Est et l’Ouest — Démocratie en enfer !

Le système de l’islam est hostile à l’Occident.

Le système de gouvernement islamique, tel qu’il est appliqué dans les mosquées, est hostile aux lois occidentales. Il est considéré comme intrinsèquement supérieur à ces dernières, n’étant pas créé par l’homme, mais par Allah. Le système islamique n’a pas de place pour un autre système.

La démocratie, la monarchie, la république, le communisme, tout doit être fait pour céder au califat mondial sous l’islam. Les musulmans ont le devoir d’imposer le système de l’islam, la Charia, aux non-musulmans. Écoutez ce que disent les porte-parole :

« C’est un devoir qui incombe à chaque musulman de lutter dans le but de rendre chaque peuple musulman et le monde entier islamique. » – Hassan al Banna (www.watson37).

« L’islam doit dominer, et non être dominé ». – Hassan al Banna.

« Si nous sommes des musulmans pratiquants, nous sommes au-dessus de la loi du pays. » – Mustafa Carroll de CAIR Texas.

« La loi créée par l’homme, en enfer ! » – Al Muhajiroun.

« La démocratie, en enfer ! » – pancarte.

« La Reine [d’Angleterre] et le pays, en enfer ! » – Al Muhajiroun.

« Brûlez, brûlez, Etats unis d’Amérique ! » – Choudary et ses compagnons.

Les dirigeants occidentaux, à l’exception de Geert Wilders, n’ont pas réussi à mettre en garde contre cette d’hostilité. Pire encore, ils perpétuent  l’histoire fausse selon laquelle l’islam, c’est la paix.

Affiche tenue par Usman Khan, le tueur  de Londres, attentat du Fishmongers’ Hall.

La mosquée, un lieu au service de la guerre.

La mosquée est le lieu de réunion (avec présence obligatoire) où les sentences sont prononcées, les troupes envoyées et où les armes sont stockées. C’est l’Ayatollah Khomeini qui l’a dit :

« Les guerres devraient se dérouler dans le périmètre des mosquées. La mosquée est le lieu de la guerre ».

Dans la vision du monde de l’islam, l’Occident est Dar al Harb, « le royaume de la guerre ». La mosquée est une déclaration politique de revendication territoriale. C’est un centre d’endoctrinement où le djihad – = « lutte » – avec des armes est encouragé – « Nous enseignons comment poignarder » (www.islam-watch.org) – et où l’on surveille les membres, pour s’assurer qu’eux, et leurs filles, sont dans le rang. Il s’agit d’un centre d’information sur les esclaves sexuels mineurs à louer. C’est à la fois un tribunal, une école, un lieu d’entraînement pour les troupes et un lieu de rassemblement pour les prières. Les non-musulmans ne sont pas autorisés à assister aux sermons.

Le mot arabe « dîn«  est utilisé pour désigner le régime que les mosquées administrent, et est fréquemment, mais de manière inadéquate, traduit par « religion ».

 Le Coran ordonne aux musulmans de combattre les non-musulmans jusqu’à ce que le « dîn » soit « tout pour Allah », c’est-à-dire l’islam. Traduire « dîn » par « culte », comme le font de nombreux traducteurs musulmans, est plus qu’inadéquat : c’est trompeur.

La tromperie, cependant, des non-musulmans est autorisée par la doctrine de l’islam de la taqiyya, le mensonge sacralisé. Le « dîn« , c’est la gouvernance, le régime. L’islam est bien une forme de  gouvernement.

Conquérir et détruire.

Le système de gouvernement de l’islam est non seulement opposé à la gouvernance occidentale et hostile à celle-ci, mais, ce qui est crucial, il commande aux musulmans de l’imposer « par la persuasion ou par la force », comme l’a écrit Ibn Khaldoun, pour faire dominer l’islam. Maududi exprime bien ce qui est l’objectif :

« L’islam souhaite détruire tous les États et gouvernements qui sont opposés à l’idéologie et au programme de l’islam, où que ce soit sur la surface de la terre ».

« Éliminer le système non islamique… établir la domination de l’État islamique. »

Abu Hafs al Masri, des attentats à la bombe dans les trains de Madrid, a expliqué : « Nous changeons et détruisons les pays. »

Mohammed Mahdi Akef, des Frères musulmans d’Égypte, a proclamé :

« L’islam va envahir l’Europe et l’Amérique, en écrasant la civilisation occidentale et en la remplaçant par l’islam. »

Le « Mémorandum interne » de la confrérie pour l’Amérique du Nord désigne son objectif comme suit :

« …détruire la civilisation occidentale de l’intérieur… »

Sayyid Qutb l’a exprimé avec force :

« L’islam a le droit de détruire tous les obstacles [à l’islam] ».

L’islam utilise la force. Oussama Ben Laden l’a énoncé il y a des années, mais aucun homme politique ne l’a pris au sérieux :

« L’islam force-t-il ou non les gens à se soumettre par le pouvoir de l’épée ? Oui ! »

Considérez aussi ces proclamations :

« L’islam reviendra en Europe en tant que conquérant et vainqueur. » – Yusuf al Qaradawi, ancien conseiller des Frères musulmans.

« Nous allons conquérir leurs pays, qu’ils le veuillent ou non. » – Cheikh Muhammad Ayed, dans la mosquée Al Aqsa.

« Nous venons pour récupérer notre terre et la purifier des infidèles. » – Fouad Belkacem, de Sharia4Belgium.

« L’Europe doit être envahie… Le Jihad exige la conquête de l’Europe ! » – Imam Monzer Abdullah, Hizb ut-Tahrir, Danemark 23 juillet 2017.

« Les musulmans vont détruire la croisade », dit l’affiche, où « croisade » signifie « monde chrétien ».

« La réponse est, comme l’a dit le Prophète, de combattre les infidèles jusqu’à ce que la religion appartienne à Allah. » – Musa Cerantonio, Australie.

Une organisation quasi-militaire.

L’obéissance est attendue : le mot « islam » signifie « Soumission »,qui est un mot de code pour « Contrôle ». L’islam est une organisation quasi militaire :

« Les mosquées sont nos casernes, …les fidèles nos soldats », a déclaré Recep Tayyip Erdogan, aujourd’hui président de la Turquie de plus en plus hostile. L’un des poseurs de bombes des attentats de Londres du 7 juillet 2005 Mohammed Sidique Khan, a insisté : « Je suis un soldat et nous sommes en guerre ».

Les Soldats d’Allah s’entraînent pour prendre la relève, et ont déjà établi des zones interdites où la loi islamique est imposée par la force. Les médias les appellent lamentablement « sociétés parallèles ».

Non, pas parallèles. Elles sont sur une trajectoire de collision.


CONFIRMATION.
L’état islamique prélève les organes
des captifs vivants

Irakiens, Syriens, Libyens,  …, voici ce qui se passe chez vous. Tunisiens, Algériens, Marocains, Mauritaniens, voici ce qui risque de vous arriver avec les hyènes islamistes, si vous vous laissez faire…Ils vous dépèceront vivants, après vous avoir « épousé » plusieurs fois, quelque soit votre âge ou votre sexe. Au nom d’Allah et de son Prophète, comme pour le mouton de l’Aïd, ils vous tueront et prélèveront tous vos organes pour les vendre aux mafias israélienne et turques qui ont fait du trafic d’organes un business plus lucratif que celui de la drogue et plus sûr que celui du pétrole, grâce au flux incessant de « prisonniers » et aux « réfugiés » fournis par Daech.  Lorsque je dénonçais ces pratiques dans ce blog  [1], les sceptiques et les pro islamo-terroristes traitaient mes informations de propagande, alors que ces informations provenaient de sources pro islamistes: israéliennes, américaines et turques !!!

organes-hvmfg

Les chrétiens captifs [2], jeunes ou vieux, subissent des prélèvements d’organes et des expériences médicales dans les territoires contrôlés par DAECH… 

« Allahou Akbar » , « Alah Akbar » ! Les médias occidentaux ont dissimulé l’information.

Pourquoi ? Alors que les autorités Syriennes et les autorités Irakiennes disposent de preuves incontestables, de documents écrits, de photos : les prélèvements d’organes sur des captifs vivants sont réalisés, presque chaque jour, dans les hôpitaux de DAECH. …La plupart des médias européens sont au courant, mais dissimulent l’information depuis près d’un an. Une information corroborée par des soldats américains, qui ont découvert une fatwa donnant une justification religieuse à cette pratique.

Ainsi, l’État islamique (EI) a autorisé le prélèvement d’organes dans une fatwa datée du 31 janvier 2015. C’est ce qu’ont découvert les forces spéciales américaines dans des documents récupérés lors d’un raid mené en Syrie, selon l’édition du New York Times citant l’agence de presse Reuters.

Ce document indique qu’il est admis de prélever des organes sur un détenu non musulman ou un apostat dans le but de sauver la vie d’un Musulman, même si cette opération est fatale pour le captif qui la subit.L’authenticité de cette fatwa est attestée. Des responsables de l’administration américaine ont expliqué qu’elle se trouvait « parmi des documents trouvés par les forces spéciales lors d’un raid mené en mai dernier dans l’est de la Syrie ».« La vie et les organes de l’apostat n’ont pas à être respectés et peuvent être impunément retirés », peut-on lire dans cette fatwa n°68 émanant de la « commission des recherches et des fatwas de L’État islamique ».

av eta isl chef
Le chef des criminels de guerre
de l’Etat Islamique (E.I.)

Ce document, à lui seul, ne prouve pas que le trafic d’organes est autorisé. Mais il donne une justification présentée comme religieuse à une pratique dont le gouvernement irakien a accusé le groupe djihadiste. L’ambassadeur irakien aux Nations Unies, Mohamed Ali Alhakim, a annoncé que ce texte devrait être examiné par le Conseil de sécurité des Nations Unies comme preuve potentielle de la pratique du trafic d’organes par l’État islamique, afin de financer ses activités.Des sources officielles américaines ont déclaré que les États-Unis ont déjà récupéré sept téraoctets de données stockées sur des disques durs, des clés USB, des CD, des DVD ou des documents imprimés lors de différents raids menés contre l’organisation terroriste.C’est la première fois qu’un document éclairant sur le fonctionnement interne de l’organisation islamiste est rendu public, à l’exception des documents liés au trafic d’antiquités.Terrorisme en Europe, multiples attentats à Paris, viols massifs de femmes en Allemagne ou en Suède, crucifixion de chrétiens en Syrie et en Irak, prélèvements d’organes sur des captifs vivants et des civils musulmans, chaque jour nous livre son lot d’horreurs sur les méthodes barbares de l’état Islamique et à Al Nostra, mouvement aidé par la France il y a trois ans….Reste une question : qui sont les médecins de la mort travaillant pour l’état islamique, en récitant « Allahou Akbar » (ou « Allah Akbar » pour les Français qui rejoignent DAECH) ? 

Mafia islamiste et trafic d’organes humains8 mai 2013 
La Maffia israélienne. Trafic d’organes humains27 déc. 2015 
Islamisme et « pièces détachées humaines »23 août 2015 

  DAECH : Exécutions de masse pour trafic d’organes humains 27 août 2015  [2] Il n’y a pas que les chrétiens. Tout musulman qui n’adhère pas à la secte islamiste occupant les lieux, est taxé d’apostat, kafir. Donc son sort est encore pire que celui du chrétien ou du Yazidi. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*