Immigration africaine, une richesse en N/B !

Spread the love

Non seulement ces gens désertent leur pays ce qui prouve leur lâcheté et leur peu de qualité morale, mais en plus les islamos gauchistes leur offrent des bons jobs à la place des français au chômage, qui ont le désagrément d’avoir affaire à des racistes haineux de la France, pour nous contrôler !!! Dur, dur d’être français et de rester calme… car ce type bon à rien recruté par idéologie suicidaire réclame 180 000 € à ces connards de blancs !
Ces gens circoncis et non adaptés à notre climat sont tout le temps malade… et ce n’est pas notre médecine chimique débile qui va acclimater des exotiques !


Insolite

Insolite. Tiemokho Touré, l’histoire d’un contrôleur SNCF payé à ne rien faire

06/11/2020 04:26 

Un contrôleur de la SNCF perçoit un salaire pour rester à la maison depuis cinq ans. Au motif que la société n’a pas de poste à lui proposer. Une histoire « kafkaïenne », aux frais des contribuables.

Tiemokho Touré, salarié de train fantôme à la SNCF ?

Dans une France endettée à hauteur de 119,8 % du PIB en cette fin d’année 2020, l’affaire qui va suivre pourraient prêter à sourire s’il n’était question d’une nouvelle gabegie d’argent public. Le quotidien Le Parisien nous raconte ainsi la curieuse histoire d’un contrôleur d’Île-de-France.

Tiemokho Touré, âgé de 44 ans, est salarié de la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) depuis 22 ans. Mais il a passé les cinq dernières années de sa carrière à accomplir une tâche un peu spéciale : rester chez lui ! En effet, suite à un arrêt maladie de quelques années après avoir subi du harcèlement de la part de certains collègues, il souhaite reprendre le travail. Problème : tandis qu’il veut retrouver un poste de contrôleur à la gare de Lyon, la SNCF lui propose un emploi à l’accueil des voyageurs. Ce qu’il refuse.

Depuis, l’homme perçoit donc son salaire tout en restant chez lui faute d’affectation. En parallèle, le conseil de discipline de la société ferroviaire le poursuit pour « absence injustifiée », sans qu’aucune sanction ne soit prononcée. Et, tandis que les deux parties se renvoient mutuellement la responsabilité de la situation, l’argent public continue de rémunérer ce poste imaginaire…

Devant le conseil de prud’hommes de Bobigny

L’affaire a été portée devant le conseil de prud’hommes de Bobigny (Seine-Saint-denis) le 3 novembre dernier. Tiemokho Touré, qui n’a plus exercé de fonctions depuis 2009 tout en percevant son salaire, « veut travailler », insiste son avocat face aux conseillers prud’hommes. Tout en décrivant la situation comme étant « kafkaïenne » : « Il est payé avec votre argent à rester chez lui ! ». Voilà qui est plutôt bien résumé.

SNCF
Tiemokho Touré. Source : Le Parisien

L’employé sans emploi, en plus de son affectation comme contrôleur à la gare de Lyon, réclame aussi une indemnité de 180 000 euros auprès de la SNCF.

Du côté de cette dernière, on rétorque que le salarié a déjà perçu un dédommagement de 45 000 euros en 2009 tandis qu’il a bénéficié d’une qualification supérieure. Mais aurait toujours décliné les propositions de postes de la SNCF par la suite. Une histoire qui semble tourner en rond, aux frais des contribuables. Mais qui pourrait enfin trouver un terme le 16 février 2021, date à laquelle doit être rendu le jugement.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*