Giscard nous a bien trahi

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

A La Une03/12/2020 04:48

Valéry Giscard d’Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils un éloge unanime ? Parce qu’il a incarné l’accélération du déclin en « adaptant la France » comme il le disait à Philippe Meyer dans l’émission l’esprit public. C’était l’homme du « libéralisme avancé ».

Que recouvre cette adaptation ?

Abandon de souveraineté

Européiste convaincu, il a favorisé le renforcement des institutions de Bruxelles à qui il a délégué une partie significative de notre souveraineté. Cela s’est traduit par l’ouverture des frontières.

De plus, avec l’instauration du SME – Système monétaire européen – il enclenche la procédure qui fera remplacer le Franc par l’Euro.

Immigration facilitée

Avec la complicité active de Jacques Chirac, il a instauré le regroupement familial, vecteur essentiel d’une immigration de peuplement. Ce sera, beaucoup trop tard, « son plus grand regret ».

Affaiblissement de la famille

En instaurant le divorce par consentement mutuel, il favorise l’éclatement des familles. En autorisant l’interruption volontaire de grossesse sans prendre en compte l’avis du futur père, il a rompu l’équilibre du couple.

Destruction de l’ORTF et pouvoir des médias

En changeant le statut de l’audiovisuel public, qui était la voix de la France, il a permis sa prise de contrôle par les journalistes militants de gauche.

Comme dans le même temps, il joue sur la communication de type People à la mode américaine, ce qui lui valut le titre de « Kennedy français ». On le voit torse nu dans un vestiaire d’une équipe de football, en famille, jouer de l’accordéon, dînant dans des familles etc…, il permet aux journalistes de renforcer leur pouvoir.

Dévalorisation de la fonction présidentielle

Ce faisant et supprimant les symboles du pouvoir, il détruit l’aspect solennel de la fonction présidentielle. Ainsi, pour son investiture, il s’y rend à pied en costume de ville sans porter la grand’ croix de la légion d’honneur.

Perte de la souveraineté populaire au profit  des juges

En suscitant la loi constitutionnelle du 29 octobre 1974, qui a permis au Conseil Constitutionnel de censurer des lois votées par le Parlement, il a supprimé la souveraineté populaire portée par les députés et sénateurs, élus du peuple. Il a ouvert la voie à la prise de pouvoir des juges, mouvement renforcé par les tribunaux de l’Europe de Bruxelles.

Nivellement de l’Éducation Nationale

Avec la loi Haby, instituant le collège unique, dans la continuité des réformes initiés par Edgard Faure après 1968, il a accéléré le nivellement par le bas de l’école et conforté le pédagogisme, dont on mesure aujourd’hui les conséquences dans le niveau de l’orthographe et de la culture générale ( littérature, histoire, géographie ) des jeunes générations.

Un libéral avancé

Est-il juste de le présenter comme un homme de centre droit? En réalité, il était un libéral avancé tant en économie qu’en vision sociétale, soumis aux modes et aux idées du système. C’est ainsi qu’il a déclaré  « avec la mort du président Mao Tsétoung s’éteint un phare de la pensée mondiale », omettant sa responsabilité de millions de morts en Chine.

Jean Theme

Encore une décrépitude qui a couté une fortune aux français trahis par un mondialiste…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*