GAUCHE

Depuis la Révolution ce sont toujours les marginaux, les criminels et délinquants que la gauche mobilise
Spread the love


Depuis la Révolution ce sont toujours les marginaux, les criminels et délinquants que la gauche mobilise 

Par Michel Janva 

Depuis la Révolution ce sont toujours les marginaux, les criminels et délinquants que la gauche mobilise

Les partisans de Joe Biden ne reculent devant rien : le milliardaire et ancien maire de New York, Michael Bloomberg, a levé plus de vingt millions de dollars pour payer les dettes d’anciens détenus en Floride afin qu’ils puissent voter à l’élection présidentielle du 3 novembre.

Certains estiment que cet argent pourrait affecter le résultat de la présidentielle, en raison du rôle crucial de la Floride dans l’issue du scrutin.

Une loi entrée récemment en vigueur dans cet État suspend le droit de vote des criminels qui ont purgé la peine de prison à laquelle ils ont été condamnés mais ont encore des amendes ou des frais de justice à payer. Michael Bloomberg justifie donc :

«Le droit de vote est fondamental pour notre démocratie et aucun Américain ne devrait être privé de ce droit». «En travaillant avec la FRRC, nous sommes déterminés à mettre fin à la déchéance électorale et à la discrimination qui en a toujours été la cause».

La gauche Black Lives Matter, celle qui protège les voyous, les racailles et les criminels, tente le tout pour le tout pour faire pencher la balance.

Les gauchistes ramassent tout ce qui est pourri… ils font les poubelles pour nous sortir les plus belles saloperies, à commencer par les doubles nationalités exotiques plus proches des bananiers que des majestueux chênes !

La municipalité communiste de Stains contrainte d’effacer la fresque en hommage au délinquant Adama Traore

Mise en demeure par la préfecture de Seine-Saint-Denis, la municipalité communiste de Stains a été contrainte d’effacer la fresque en hommage à Adama Traore.

Personne n’a été surpris que des communistes honorent un délinquant, et, a-t-on appris depuis, qui a violé un co-détenu. La préfecture de Saint-Denis a cependant mal vécu l’expérience, et a imposé aux communistes d’effacer la fresque.

Ce qu’ils ont fait.

Mais ces vicieux de communistes (pléonasme), n’ont pas attendu 24 heures pour réagir.

Le lendemain, et au même endroit, le maire inaugurait une fresque à la gloire de la députée Obono, sans doute pour la remercier de vomir la France.

Certes, une fresque anti-policiers a été remplacée par une autre, anti-France. Mais ça reste en famille, et Obono n’est pas une reprise de justice – jusqu’à preuve du contraire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

La supercherie de la gauche mitterrandienne, dévoilée

Cette fois, c’est pour de vrai, comme disent les gamins. Le peuple a compris l’immense imposture dont il a été la victime.

La gauche politique, toutes tendances confondues, n’est pas la gauche historique.

 La droite politique, toutes tendances confondues, n’est pas la droite.

Les grands partis qui ont dominé le paysage politique français, se sont effondrés lors des dernières élections. La supercherie a fait long feu. Le roi est nu. 

Mitterrand a fait de la vie politique une sorte de jeu de rôles, dans lequel chaque acteur occupant le devant de la scène joue à la perfection le rôle qu’on attend qu’il joue.

Mitterrand est une espèce de Rastignac qui, par la ruse, un cynisme machiavélique, avec sa bande de copains, s’est emparé du pouvoir, de tous les pouvoirs.

Mitterrand ne croit en rien si ce n’est en lui, en son moi qu’il met au-dessus de tout. Il a perverti en profondeur le jeu politique français. On pourrait dire qu’il l’a subverti, pour ne pas dire détruit. Il a remplacé les vrais représentants, ceux qui étaient l’expression des grands courants politiques en France, par des « acteurs », des « comédiens » qui jouent le jeu qu’on attend qu’ils jouent. 

Pour parvenir à ce résultat proprement hallucinant, Mitterrand a éliminé les « vieux dirigeants ». Étant devenu titulaire du label « gauche », il placardise la totalité de la vieille garde socialiste, puis il marginalise de plus en plus le Parti communiste qui l’a porté au pouvoir. Pour neutraliser et diviser la droite classique, il fait la promotion d’un minuscule parti d’extrême droite, le Front National. 

Il parvient à ce bouleversement du paysage politique, en enrôlant tous les ex-soixante-huitards et en prenant appui sur une nouvelle caste : celle des premiers de la classe des « Grandes Écoles », c’est-à-dire de gens qui comprennent très vite ce qu’il faut faire pour plaire au Maître et obtenir les meilleurs notes-postes. 

Les Premiers de la Classe ont fait tandem avec les arrivistes de tous bords, c’est-à-dire des êtres sans morale, sans traditions, sans scrupules. Des êtres animés (comme lui) par un seul et unique objectif : la réussite de leur carrière. 

Pour continuer à faire croire que l’on défend le « peuple », on fait du sous-prolétariat le modèle incontournable. On met systématiquement les « sans » en avant : sans-papiers, sans domicile fixe, sans emploi, sans morale, sans principe

Le culte  des « sans », celui des migrants, plus celui de la mère nature… crée le cocktail de la nouvelle mouture idéologique de la culpabilité et de la faute. Le peuple français, désigné comme le responsable de tous les maux, doit être puni. Il est livré sans défense à la canaille des rues et aux appétits du fisc. 

Ce trio improbable et étonnant (gauche libertaire, arrivistes, premiers de la classe) a produit la terrible situation dans laquelle la France se trouve actuellement : un grand pays dévasté, en voie de sous-développement, dont une grande partie des élites dirigeantes s’est enrichie sans complexe.

La France ressemble à un géant dont la tête est reliée au corps par le fil du mensonge et de la tromperie.

Le pouvoir pour asseoir sa domination n’a d’autre choix que l’institutionnalisation de la dictature politico-médicale.

Le peuple, réduit à la condition humiliante de malade incapable de se prendre médicalement en charge, doit faire l’objet d’une surveillance permanente de la part des pouvoirs publics et de la police.

Le pouvoir, pour nous sauver, doit nous soigner, c’est-à-dire nous séparer les uns des autres, nous contraindre à porter un masque dans l’espace public, voire nous faire vivre sous la menace constante d’un renfermement général. 

Nous ne disposons que d’une seule et unique arme pour combattre légalement cette nouvelle forme de dictature : le contentieux. Il faut nous regrouper et contester devant les tribunaux cette politique confiscatoire, dangereuse, nocive pour la santé, pour l’économie, l’emploi, la culture… en tout premier lieu, il faut nous mobiliser pour défendre les enfants devenus otages d’une idéologie mortifère.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Le socialisme est opportuniste, criminel et destructeur de civilisations

Le gauchiste cet idiot utile est la prostituée de tout système destructeur

« Le socialisme est opportuniste, criminel et destructeur de civilisations» 

Citation : « Le socialisme est une philosophie de l’échec, un principe de l’ignorance et l’évangile de la jalousie. Winston Churchill. »

Le pire c’est que la gauche, les pseudo-socialistes, les bobos, ne savent même pas ce qu’est, ni ce que fut le vrai socialisme. 
Ils sont comme un club de copains, une nébuleuse opaque au niveau national, avec de pseudo-intellectuels satisfaits, suffisants et arrogants qui se prétendent les « gentils », le « camp du Bien » et la « bien-pensance », mais ne sont que des consuméristes ordinaires de base qui critiquent et détruisent tout ce qui n’est pas eux.

Leur haine de la religion catholique (l’opium des peuples, selon Marx) est stupéfiante, comme si les catholiques étaient les pires monstres de la création… 
Mais en fait, c’est précisément la bonne morale chrétienne qui les emmerde, car elle ne vient pas d’eux. 
Alors, ils ont remplacé la morale chrétienne pour se prétendre eux-mêmes les gentils et le camp du Bien. 
Idéologues, mais sans idées. Pas davantage de créativité ni de capacité à comprendre le monde et à proposer des solutions. 
La gauche est porteuse de néant. 
Ils ne sont que des baudruches boursoufflées et leurs pensées sont celles du parti. 
D’ailleurs, leur haine de la religion catholique est en totale contradiction avec leur surprenant amour immodéré et inconditionnel de l’islam… 
Bref, des crétins, des imbéciles, des ignares qui ne savent que détruire les sociétés et les cultures dans lesquelles ils vivent grassement sans se donner la peine de faire le moindre effort.

Ce sont eux qui ont détruit la France. Macron ne fait que parachever le travail. 
« La gauche a choisi de trahir les chrétiens, les juifs et tous les Français » : 
https://ripostelaique.com/la-gauche-a-choisi-de-trahir-les-chretiens-les-juifs-et-tous-les-francais.html

Avant de m’intéresser à la politique, toute ma vie j’ai eu des tas d’amis et de copains gauchistes et des membres de la famille plus ou moins éloignés, mais je ne m’en occupais pas.

À partir du jour où j’ai commencé à exprimer mes idées libérales, patriotiques et identitaires, ils m’ont tous tourné le dos, craché à la figure et viré de leur vie. Leur vrai visage m’était donc apparu et je ne les ai pas regrettés… Aujourd’hui, je n’ai pratiquement plus d’amis, sans compter ceux qui sont déjà morts. Mais au fond, ma vie est plus claire. De toute façon, les gens comme nous (qui ne sont soumis à aucun dogme) se font beaucoup d’ennemis et notre vie est assez solitaire. Ce qui explique aussi que dans la famille, j’ai eu très tôt beaucoup d’intérêt et d’affection pour notre cousin Michel Droit, un homme formidable qui aurait salué ma démarche sur RL.
J’ai d’ailleurs créé une page en son honneur : http://jenmore.free.fr/lettrouv.html

La gauche est une engeance tout aussi dangereuse et nuisible que l’islam dont les gauchistes lèchent les babouches (et pas que) avec délices et il faudrait pouvoir les neutraliser, comme les musulmans. 
Mais, qui va faire ça… ? 
Les « gentils » et les « bien-pensants » sont en fait des gens haineux, violents et sans aucun respect de l’homme et de ses droits. 
La gauche est aussi le parti le plus traître qui soit : 
« 100 ans de trahisons socialistes (des origines à nos jours) » : 
http://www.frico-racing.com/2017/02/la-longue-histoires-des-trahisons-socialistes.html

« La trahison de la gauche française » : 
https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201505141016076807/

Je me suis souvent demandé ce qui pouvait, dans la gauche, attirer les gens. En fait, c’est, souvent héréditaire. 
Grands-parents socialistes, parents gauchistes, enfants crétins. 

Aujourd’hui, un autre fléau est venu apporter son soutien aux deux premiers (gauche et islam) : l’UE. 
L’Union européenne, née du cerveau de Jean Monnet et de ses copains pour faire un monde réservé aux riches, est un vrai cauchemar pour les libertés, la démocratie et les vrais droits de l’homme. 
L’UE est là, soutenue par les mondialistes, pour créer un nouvel ordre mondial (le NOM) destiné à infantiliser et appauvrir les masses laborieuses et en tirer de la main-d’œuvre à bon marché pour les grandes entreprises. 

Certains chefs d’État (suivez mon regard) profitent de la dictature de l’UE pour se dédouaner eux-mêmes de leurs crimes et trahisons contre leur peuple. 

Une chose très importante donne de la force et des adhérents à la gauche, ce sont les enfants. 
En général, la famille gauchiste fait des gosses comme des lapins et comme les mu… ses amis. 
Les enfants sont des éponges et ils sont nourris à l’idéologie gauchiste de papa et maman dès le premier biberon au cours de journées et de soirées entre amis gauchistes où on refait le monde et où on crache sur la droite, l’église, les « fachos », etc. 

Partout dans le monde, depuis plus d’un siècle, socialistes et communistes ont semé la mort (au moins 150 millions de morts et de disparus), la guerre et la destruction, partout dans le monde, et ont mis en place des dictatures sanglantes sous l’appellation ô combien hypocrite de « démocraties populaires… » qui n’ont rien de démocratique ni de populaire. 

Une vidéo qui fait le tour de ce qu’est vraiment la gauche :
« La gauche, ennemie jurée du peuple »

Le socialisme est une doctrine politique et économique qui vise, à l’inverse du modèle libéral, à réformer le système de propriété privée des moyens de production et d’échange et à l’appropriation de ceux-ci par la collectivité. 

Les valeurs fondamentales du socialisme sont : l’absence de classes (au moins à ses origines), l’égalité des chances, la justice sociale, la répartition équitable des ressources, la solidarité, la lutte contre l’individualisme, l’intérêt général partagé et prévalant sur les intérêts particuliers… 

Ces valeurs utopiques sembleraient encore aujourd’hui justes et légitimes pour préparer un meilleur avenir aux hommes, après des périodes où la justice était une chose très floue pour les citoyens et les travailleurs. Mais la réalité de la vie d’aujourd’hui est tout autre. 

Dans la théorie politique marxiste, le socialisme est la période de transition entre l’abolition du capitalisme et l’avènement du communisme avec la disparition de l’État. Pendant cette période, la « dictature du prolétariat » s’exerce par l’intermédiaire de l’État sur l’ensemble de la société. Mais ça n’a jamais marché. Une classe bourgeoise dirigeante s’est toujours installée. 

Chez les non marxistes, le socialisme est la dénomination générale des doctrines des partis de gauche qui cherchent à rénover l’organisation de la société en vue de la justice sociale et de l’émancipation individuelle de chacun dans le respect de la dignité. 

Le socialisme, qu’on appelle aussi en France la « gauche » de par sa position géographique dans l’hémicycle du Palais Bourbon, vue depuis le perchoir du président de l’Assemblée nationale, n’est rien d’autre qu’une part malade de la société française, une part idéologiquement abusée, désinformée, manipulée et béate, qui se soumet à un dogme annihilateur de toute forme de libre pensée ou de critique. 

Le socialisme est aujourd’hui un « parasite » de la société française (et pas seulement) qui la ronge, la creuse, la noyaute et se nourrit de sa « substantifique moelle », comme le font beaucoup d’autres parasites du monde animal ou végétal. 

Le drame est que la plupart du temps les parasites finissent par tuer les organismes sur ou dans lesquels ils se sont installés, à force de les vider de leur substance vitale… 

Le socialisme n’apporte jamais rien. Le socialisme, c’est une partie du peuple qui asservit le reste du peuple et finit par le détruire. 

Le socialisme s’installe généralement, se propage et s’épanouit au sein de populations pauvres, peu éduquées, peu instruites et particulièrement béates et naïves. 
Elles sont manipulées et conditionnées par des dirigeants malhonnêtes et sans scrupule qui, eux, savent tirer parti de la situation… 

Être socialiste, c’est facile. Pas besoin du « Socialisme pour les nuls », ni d’un mode d’emploi, ni d’être intelligent (surtout pas, malheureux !), ni cultivé (risqué !) ni d’avoir des idées, ni de réfléchir, à quoi que ce soit. Le matin, tu te lèves, tu ouvres tes volets, tu écoutes gazouiller les oiseaux, gargouiller les fontaines et twitter ton smartphone et tout est clair, limpide, clair et harmonieux. 
Le parti réfléchit pour toi, ses dirigeants ont des idées pour toi et ta cellule te dira la marche à suivre. 
De toute façon, tu es béni et tu as une immunité à vie. 
Tu es du camp du Bien, du camp des gentils et du camp de ceux qui pensent bien. Tu n’as pas besoin d’autre chose. 
Nous appellerons cet état de grâce inné, permanent et si rassurant « l’angélisme gauchiste. » 

De plus, être de gauche apporte un avantage et un confort politiques appréciables qui sont de pouvoir sans cesse réclamer et rouspéter tout et n’importe quoi contre la majorité en place. Car la gauche n’est pas si souvent que ça aux manettes et en général les socialistes adorent rouspéter et c’est même une de leurs activités favorites. Rouspéter leur donne le sentiment d’exister. Et être dans la majorité ne leur permet pas trop de le faire, sauf à critiquer leurs propres élus, ce qui est assez contreproductif… 

On le sait, la rouspétance est avant tout gauchiste et on en est convaincu à voir les manifestations et les défilés gauchistes, avec leurs syndicats, leurs associations, leurs drapeaux palestiniens ou LGBT, leurs fleurs, leurs bougies, leurs photos et leurs nounours… 
La médiocrité est un des grands marqueurs, symboles et mode d’expression gauchistes. 
La médiocrité est leur étendard, leur signe de ralliement et leur signature. 
L’angélisme du camp du Bien, la rouspétance et la médiocrité sont les mamelles desséchées du socialisme contemporain. 

En France, la gauche c’est aussi la gauche « caviar » (ou langouste ou homard), une pseudo-élite d’imbéciles prétentieux et arrogants qui prêchent le « vivre-ensemble », mais vivent dans les quartiers chics pour ne pas côtoyer leurs chères « chances pour la France… » 
C’est un ramassis de traîtres et de bourgeois ignares, gras et bedonnants qui se prennent pour une sorte de peuple élu, des hommes comme Gaston Defferre, Jean-Pierre Chevènement, Pierre Bérégovoy, Édith Cresson, Pierre Mauroy, Michel Rocard, Jacques Delors, François Mitterrand, Henri Emmanuelli, Lionel Jospin, Laurent Fabius, François Hollande, Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry, Jack Lang, Anne Hidalgo, Ségolène Royal, Jean-Christophe Cambadélis ou Jacques Attali, etc. La liste est longue. 

Il ne faut pas oublier aussi les faux socialistes, les opportunistes qui trouvent toujours moyen de s’infiltrer dans le parti et dans des gouvernements de gauche pour faire leur trou, comme Manuel Valls ou Emmanuel Macron, mais ne défendent pas les idées de la gauche. 

Mitterrand lui-même était-il vraiment socialiste ? 
On le soupçonne d’avoir été toute sa vie un opportuniste, socialiste sans convictions, mais attiré, comme beaucoup, par les ors du pouvoir. Son attitude à la Présidence a bien montré la personnalité d’un homme de droite, voire d’un royaliste, orgueilleux, prétentieux et suffisant, menteur et manipulateur pathologique, très éloigné des idées sociales de la gauche, ne vivant que pour lui-même et allant jusqu’à soudoyer grassement des journalistes et des écrivains de gauche pour qu’ils écrivent des livres posthumes à sa gloire… 
Et il se serait bien vu inhumé au Panthéon… 
« … Au fond, il avait opté pour le socialisme par stratégie, celle de l’union de la gauche, seul tremplin plausible pour arriver au pouvoir…» https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-politique/20150228.RUE8096/nous-ne-l-aimions-pas-et-pourtant-mitterrand-etait-il-socialiste.html

« Déjà 40 ans de socialisme pour détruire la France avec l’argent des autres »
https://ripostelaique.com/deja-40-ans-de-socialisme-pour-detruire-la-france-avec-largent-des-autres.html

Ces systèmes (socialisme et communisme) ont donné de l’espoir à des centaines de millions d’humains qui vivaient auparavant dans le désespoir, la souffrance, la maladie, le dénuement, la peur du lendemain, la guerre et parfois la barbarie. 
Lorsque ces régimes se sont mis en place, tous ces humains ont cru que leurs vies allaient changer. 

Alors, elles ont peut-être commencé à changer, au début, dans l’euphorie de la nouveauté, mais par la suite les dirigeants se sont repliés sur eux-mêmes, se sont regroupés en caste (privilégiée) et se sont éloignés du peuple. Ces régimes se sont alors durcis et la persécution contre les opposants a grandi et est devenu intolérable. 
Peu à peu, ceux qui gouvernaient, comme toujours, ont considéré que le pouvoir qu’ils détenaient leur appartenait et les autorisait à en abuser pour vivre mieux que les autres et déconsidérer les peuples, les mépriser et les écraser. 
La boucle était bouclée. Le rêve était devenu cauchemar. 

La chose est même tellement prévisible et normale en soi, lorsqu’on connaît la nature humaine, qu’on peut même se demander si les peuples qui y ont cru n’étaient pas profondément idiots. La réponse est dans la question. 
Tout cela est simplement le reflet de la nature humaine. 
Et parfois ça va très loin. Pour faire le bonheur et la gloire de l’Allemagne et donc de son peuple, Hitler a finalement détruit l’Allemagne, comme beaucoup de dictateurs l’ont fait dans leur pays. 

Les humains et les peuples aspirent au bonheur. C’est normal. Mais le bonheur de tous ne peut pas être confié à un homme seul, à un gouvernement ou à un État, sans de puissants et solides garde-fous inattaquables. 
Le bonheur est une chose fragile, précaire, toujours remise en question. Le bonheur des peuples ne se trouve jamais dans les discours lénifiants de ceux qui leur font miroiter un monde idyllique. 
Le bonheur, de tout temps, s’est trouvé dans l’effort quotidien de la lutte pour la survie, dans le travail, dans la souffrance liée au travail, dans la préservation de ses valeurs et de ses richesses, si humbles fussent-elles, dans la lutte contre des ennemis toujours prêts à envahir leurs voisins et à les piller du juste fruit de leur travail. 
En bref, le bonheur est dans la paix et la paix est un combat de tous les jours… 
Le bonheur ne peut s’obtenir que par la lutte et parfois la guerre, même en défense, sans parler de guerre offensive. 

Lorsque la paix est acquise et installée, au moins pour un certain temps, le bonheur ne peut être obtenu que par une bonne organisation de la société, par la justice, par le partage et la redistribution équitable des richesses et une saine gestion des affaires de gouvernance de l’état « par la voix du peuple, par le peuple et pour le peuple. » 

Mais dès lors que les affaires de l’État sont déposées entre les mains de personnages élus ou mis en place auxquels on fait confiance, ceux-là considèrent qu’ils sont dépositaires donc « propriétaires » de ce pouvoir. La confiance ne peut pas se donner aveuglément. C’est une grave erreur. 

Dans notre système français, constitutionnel, démocratique, les lois sont trop complexes et le pouvoir de légiférer n’est plus depuis longtemps entre les mains du peuple, mais entre les mains de représentants professionnels qui considèrent que le pouvoir est « leur chose » et qu’une fois qu’ils ont été élus, ils n’ont plus de comptes à rendre à personne et ils ont depuis longtemps créé des lois interdisant au peuple de leur demander des comptes et encore plus de les traduire devant la justice pour les faire condamner pour leurs délits et leurs crimes. 

On le voit aujourd’hui, dans le système Macron qui ne légifère que contre le peuple pour se préserver de toute atteinte de la part du peuple. 
Ce système est corrompu et dans l’échec et ne représente plus du tout la voix ni les intérêts du peuple français. 

Notre système législatif est devenu beaucoup trop lourd et ne peut plus répondre aux attentes du peuple. 
Notre magistrature a depuis longtemps failli à sa mission et ne se contente plus que de se protéger elle-même de ses propres échecs avec son fameux « Syndicat de la magistrature » ouvertement déclaré de gauche, donc dépendant d’une idéologie politique connue pour être totalitaire et criminelle qui lui impose sa volonté et sa façon de rendre la justice. 
On se souvient de la pathétique et désastreuse affaire dite du « mur des cons » qui a souillé l’image de la magistrature française dans son ensemble et a montré à quel point elle avait été noyautée, pourrie et désagrégée par le parti socialiste. 
C’est là une image terriblement effrayante du délitement de notre pays et de ses institutions sous la férule et la pression de ce parti politique qui œuvre souterrainement, depuis des décennies, à imposer ses idées et sa volonté à toutes les strates de l’État. 
https://www.lepoint.fr/justice/mur-des-cons-ce-jugement-est-la-condamnation-d-une-derive-militante-01-02-2019-2290597_2386.php

La gauche, le parti socialiste, sont la pire engeance destructrice qui noyaute la France depuis plus d’un siècle et la ronge de l’intérieur comme une sorte de cancer qui en nécrose tous les organes vitaux. 
En détruisant méthodiquement la France, la gauche n’est d’ailleurs même pas assez subtile pour comprendre qu’elle scie la branche de l’arbre sur laquelle elle est assise. 
Mais on comprend tout ça sans mal dès lors que l’on connaît le niveau intellectuel ou le QI proche de zéro de ses membres. 

« Les échecs de la gauche au pouvoir » :
http://www.zones-subversives.com/2018/03/les-echecs-de-la-gauche-au-pouvoir.html 
« Les trois raisons de l’échec de la gauche européenne » : 
https://www.lefigaro.fr/debats/2009/06/09/01005-20090609ARTFIG00449-les-trois-raisons-de-l-echec-de-la-gauche-europeenne-.php 
« Pour les socialistes en déroute, l’échec, c’est les autres… » : 
https://www.monde-diplomatique.fr/2018/06/HALIMI/58741 
« Pourquoi la gauche a gouverné si peu, et déçu si vite » :
https://www.lesinrocks.com/2018/01/20/idees/idees/pourquoi-la-gauche-gouverne-si-peu-et-decu-si-vite/
« Le socialisme échoue partout dans le monde » :
https://www.contrepoints.org/2018/06/14/318132-le-socialisme-echoue-partout-dans-le-monde

Le ressort du progrès, aujourd’hui on parle de progressisme… avec tout ses délires gauchistes, ne vient pas à l’origine du socialisme… qui aurait libéré l’Homme ? Le progrès, c’est d’abord le savoir, la connaissance, et ensuite les techniques, qui ont été initié à la Renaissance par l’église, notamment par la construction d’un réseau universitaire à travers toute l’Europe et qui pendant des siècles a formée les meilleurs enseignants. Dites ça à un gauchiste et le mec s’arrache les cheveux. Bien sur, l’église a commis quelques graves erreurs : Giordano Bruno, Galilée… en sont quelques tristes exemples. Mais si on veut être honnête, qualité qui n’est pas socialiste, on ne peut pas enlever à l’église ce rôle majeur qui aura été le sien.30 jours plus tôtMireille

Quelle saloperie ce socialisme, avec la gauchiasserie qui nous gouvernent depuis 40 ans, nous sommes gavés de “”valeurs de la République””, et autres bien-pensance . Curieusement, ce sont toujours les mêmes qui sont au pouvoir, pourquoi, parce que toujours réélus par le bon peuple.1 mois plus tôtjacky lanterme

la gauche a été fossoyeur de la france…toujours au c$oté des délinquants contre la police…ils ont squatté et investit la justice pour en faire une force politique pour leur funeste projet d’envahir la france avec leur but ultime la détruire …1 mois plus tôtVauban

Pour être socialiste il faut être un con, un lâche ou un salopard. Vin celui qui continue à y croire, lâche celui qui l’est pour être du côté des « gentils », salopard celui qui l’utilise pour niquer les cons et les laches!1 mois plus tôtFrançois BLANC

“Le vrai socialisme” c’est le marxisme et il ne m’apparaît pas que cette idéologie de merde ait réussi quoi que ce soit de positif depuis 1917 malgré les tentatives successives qui ne servent pas de leçons aux abrutis, puisque seuls les pays de l’Est apparaissent vaccinés contre cette débilité contre nature1 mois plus tôtMartel

“”La gauche a choisi de trahir les chrétiens, les juifs et tous les Français » “”oui oui sauf que la majorité des dirigeants socialos ou communards sont d’origine juive !!!! ce qui explique la haine de la civilisation chrétienne !!!1 mois plus tôtPaskal

“la majorité des dirigeants socialos ou communards sont d’origine juive”
Beaucoup, oui. La majorité ?
Sinon, le judaïsme est une confession et non une origine.1 mois plus tôtPatrick VERRO

Quand les mots ne trompent pas : Gauchir, c’est altérer, déformer, fausser.1 mois plus tôtchrysal id

Faudrait un peu arrêter avec Pétain, tous ces gens qui critiquent son attitude je me demande ce qu’ils auraient souhaité ? Qu’il y ait autant de mort qu’en 1914-18 avec au bout la même défaite ?1 mois plus tôtjean haysoupé

En 40 les socialos qui avaient déclaré la guerre à l’Allemagne furent contraint de recourir au vieux Maréchal qui n’aspirait qu’à une retraite bien méritée.
En 45 ces mêmes crapules socialopes firent un procès au vieux Maréchal pour avoir épargné des souffrances à la France et aux Français.
Plus pourris que des socialopes tu trouves pas!.1 mois plus tôtPaskal

En 1940, la France avait un gouvernement de droite ou centre droit (Alliance démocratique).1 mois plus tôtDenys

(2/2) Parlons a présent de religion et donc du bien et du mal. Le gauchisme est donc le camp du mal qui se déguise en bien contre les chrétiens et les juifs. Comme si les chrétiens et les juifs étaient des alliés naturels ! Toute l’histoire montre le contraire. Les juifs persécutés par les catholiques espagnols se sont réfugiés chez les … musulmans ! Est-ce à dire également que notre civilisation d’abord gréco-romaine méconnaissait le bien ? L’islam raisonne de la même manière en faisant démarrer les compteurs au moment de l’hégire : avant c’était la jâhilîya. Encore de la poudre aux yeux : camp du bien / camp du mal c’est juste un point de vue, celui de l’idéologie dominante. Et le gauchisme s’avère finalement être une morale au sens nietzschéen comme le christianisme et l’islam.1 mois plus tôtDenys

(1/2) Il y aurait tellement de choses à dire sur les contradictions des uns et des autres. Prenons le mot « libéral ». Dans l’une des vidéos, on entend ainsi que la droite libérale progressiste et bourgeoise c’est la gauche. Et Onfray dit que la gauche a fini par allier libéraux et libertaires. Tout le monde est donc d’accord : le libéralisme et la bourgeoisie seraient l’ennemi. Mais les solutions diffèrent : royalistes catholiques d’un côté et souverainistes laïques de l’autre. Les premiers veulent juste restaurer l’aristocratie à la place de la bourgeoisie. Mais les Le Pen sont-ils bourgeois ou aristocrates ? Et Marion n’est-elle pas libérale comme vous ? Tout ça c’est de la poudre aux yeux. Il y aura toujours une oligarchie au-dessus du peuple. Seule la démocratie permet d’en changer.1 mois plus tôtSonja

Etre socialiste c’est être immature. Ceux qui; à l’âge adulte avoue cette erreur de jeunesse commise alors sont des personnes qui maîtrisent enfin leur vie et finissent par la construire sur des racines solides.1 mois plus tôtPhil

Le nationalisme et la nostalgie d’un passé qui n’a jamais existé ne font pas un projet politique et ne feront pas plus le bonheur du peuple que le socialisme ou le capitalisme. M. Droit quelle politique proposée vous ? Ce serait plus intéressant que l’expression d’une rancœur recuite1 mois plus tôtPoton Lahire

Excellent, c’est tout a fait ce que je pense, les socialistes et leurs amis, ont détruit notre France, si on veut sauver notre pays, il faudra d’abord éradiquer la gauche et toutes leurs ramifications, ensuite faire la remigration, et arrêter évidemment toute immigration, sauf des personnes très qualifiés dans des domaines hauts de gamme.
C’est beau de rêver…1 mois plus tôtamril

Et pendant ce temps à freluland :

ça n’a pas l’air de l’empêcher de vivre ses mises en examens et casseroles le benallah.
Bon et le coffre, qu’en pense-t-il le frelucron?1 mois plus tôtbreer

Pour avoir travaillé 26 ans au sein du secteur social, je rejoins vos déclarations, les idées de la gauche sont issue d’une pensée dictatoriale incohérente dont les tenants refusent toutes critiques objectives au nom d’une vision faussée et superficielle de l’humanité.
La sociologie de gauche a empêché la compréhension du psychisme des humains selon leurs appartenances ethniques, culturelles, traditionnelles, familiales, de fait tous les programmes d’intégrations sociaux et éducatifs ont été rendu ineptes, incomplets et insuffisants pour intégrer les milliers de jeunes issus de l’immigration.
Les gens de “gauche” et par répercussion le reste des partis sont responsables du chaos social qui s’accélère, ils sont dans le déni car ils n’ont pas conscience de leurs erreurs et carences.1 mois plus tôtMarnie

Une citation tout-à-fait adaptée : “Christophe Colomb était le premier socialiste: il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait et faisait tout ça aux frais des autres.” Winston Churchill1 mois plus tôtmoreau

Merci pour cet article, Laurent Droit, je confirme que le clan amical tourne le dos à ceux qui pensent autrement que lui en politique, j’en fais les frais également ces dernières années, c’est stupéfiant, et j’ai apprécié Michel Droit . Si ça peut vous consoler ……1 mois plus tôtLaurent Droit

Merci Moreau ! :o)1 mois plus tôtJill

Oui, les dégâts commis par le socialisme depuis
son existence sont incommensurables. Les socialistes, pacifistes à l’époque… Comme antiracistes aujourd’hui ;donc très cons ont assisté les bras croisés à la montée du nazisme ;
ce qui nous a amené au plus grand désastre de
notre histoire. Blum n’affirmait il pas en août 1932 qu’Hitler n’avait aucune chance d’arriver au pouvoir. Il fallut 6 mois au moustachu pour ridiculiser le grand visionnaire.

Si vous comptez en millions de morts, ça fait beaucoup moins que l’islam depuis qu’il existe1 mois plus tôtPaskal

Le socialisme n’est qu’une idée, il n’a pu tuer personne. Avec les Arabes et les Turcs, l’islam est devenu une sorte d’impérialisme en soi. Pas comparable avec le socialisme.1 mois plus tôtJill

Disons le socialisme et ses annexes a fait moins de morts sans doute que l’Islam ;mais avec presque 12 siècles en moins.1 mois plus tôtNuméro 6

Ni islam ni socialisme : l’idéologie génocidaire par excellence est celle qui a établi la propriété privée et gravé dans le marbre que la terre appartient à celui qui en tire le meilleur rendement.., le reste est littérature.1 mois plus tôtBoursin

Churchill avait tout compris, il nous manque des couillus de sa trempe.1 mois plus tôtJoël

“le système Macron qui ne légifère que contre le peuple pour se préserver de toute atteinte de la part du peuple.”
Qui n’est en fait qu’un copié-collé du système UE qu’il chérit.

“…a montré à quel point elle avait été noyautée, pourrie et désagrégée par le parti socialiste.” Même tarif pour l’EN où les plus de 30 000 soi-disant “représentants syndicaux” ne sont en réalité que des agents infiltrés du PS. Cela a été prouvé à maintes reprises.

Il suffit de voir ce qui se passe dans les villes tenues par la gauche (PS, PC, EELV, etc.).1 mois plus tôtLaurent Droit

Tout à fait !1 mois plus tôtvive Duterte

Encore une phrase géniale de Churchill sur cette doctrine infâme :

“Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait… et il faisait tout ça aux frais du contribuable”,1 mois plus tôtZorglub

Cher Laurent, il y avait longtemps que je ne vous avais écrit , sans pour autant ne pas vous lire. Ce que vous venez d’écrire est pure vérité. J’en ai fait l’expérience tout autour de moi et j’en suis arrivé exactement au même résultat que vous; Notre différence vous avez le verbe, je ne l’ai pas alors je me suis recroquevillé sur moi même, ne sortant pratiquement plus de chez moi sauf pour aller m’entrainer au tir au pistolet. Je suis arrivé hélas à une âge ou l’on a plus la fougue de nos 30 ans mais la sagesse de voir tout ce que l’on a vécu .En fait on a survécu tant bien que mal surtout depuis” Fiscard” jusqu’à nos jours.Et je crois que le pire est à venir , car le peuple ne s’est pas encore réveillé .Mais ce jour viendra , quand je ne sais pas , et là……..!!!!1 mois plus tôtLaurent Droit

Merci Zorglub et gardez bon moral quand même !! :o)1 mois plus tôtdidile

Au moins Laurent Joffrin ne triche pas ,il veut réhabiliter la gauche ,avec les intellos ,les artistes ,les gros pontes de la société civile etc
Plombiers ,maçons ,employés ,petits commerçants ,restez là où vous êtes ,c’est à dire nulle part .
On va travailler pour vous mais ne la ramenez pas ,compris ?
Un peu comme les agriculteurs ,pour que les écologistes vous défendent, il faudrait que vos fermes soient situées dans le XVI ème arrondissement de Paris,que vos vaches ne fassent pas de bouses et surtout ,surtout, que vous viviez jusqu’à l’an 10528 pour constater que la terre s’est bien réchauffée.1 mois plus tôtLaurent Droit

:o) :o) :o)1 mois plus tôtjean haysoupé

Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait… et il faisait tout ça aux frais des contribuables.”1 mois plus tôtjean haysoupé

Plus malfaisant qu’un gauchiste tu ne trouves pas!1 mois plus tôtRebellonous

La religion catholique est moralisatrice, conseille ceux qui l’écoutent à se diriger vers ” LE BIEN “, vous dit ce qu’est le mal et vous conseille de l’éviter…Renonces-tu à Satan ? Oui, j’y renonce..Y a-t-il de cela dans le coran ? Ce serait plutôt le contraire…Alors, lorsqu’on est socialiste pour l’islam et contre le catholicisme, la réflexion n’existe pas dans le cerveau de ces gens là, ce sont des tarés irrécupérables.1 mois plus tôtJean-Paul

Excellent article. Excellente analyse. Michel Droit n’aurait pas mieux fait. Merci1 mois plus tôtLaurent Droit

Merci pour le compliment !! :o)1 mois plus tôtdidile

Pourquoi être de gauche ? parce que c’est facile .
On n’est jamais obligé de mettre en pratique les idées qu’on professe .
C’est étonnant quand même que tous ces artistes ,plus gauchistes tu meurs, réunissent tous leurs copains dans une église quand ils décèdent ,obligeant ces malheureux à verser leur obole aux curés, lors de la quête .
Qu’est-ce qu’ils ont souffert, tous, dans leurs résidences secondaires !Ils ne pouvaient même pas rejoindre celles qu’ils avaient à l’étranger.1 mois plus tôtPhilibert

Personne n’oblige les moutons masques 🎭 à allez voir des saltimbanques à 2 balles tels les clavier Jugnot bamboula sy et autres pitres de la secte du peuple “élu” ils ne vivent que subventionnes par le ministère de l’inculture c’est a dire nos impôts préso je préfère regarder les anciens films noir et blanc ou dès westerns (oui je sais ça fait un peu 👴 co..)1 mois plus tôtNuméro 6

Mauvais papier… parce que l’auteur oublie que le but de la politique, c’est la domination d’une élite sur les masses. S’il n’y avait pas eu la Gauche, le système aurait trouvé autre chose pour assujettir les masses. Et en démocratie, l’hypocrisie et la dissimulation sont de mise bien plus qu’en dictature…1 mois plus tôtBoursin

Curieuse notion de la “politique”, enfin dans un cerveau formaté par le marxisme plus rien ne m’étonne. 😀1 mois plus tôtjonathan

S’il n’y avait pas eu la Gauche; il y aurait hue la droite.1 mois plus tôtven85

UMPS,meme combat pour detruire le peuple;cela fait 40ans que cela dure et les moutons de francais,n’ont toujours pas compris,qu’ils se detruisent eux memes,ils preferent diaboliser le seul parti du peuple,EX FN ET RN,le seul qui nous a avertit depuis 40ans et lui n’est pas responsable,n’ayant jamais ete au pouvoir,soit en 2022,LE RN ET MARINE LE PEN,arrivent au pouvoir,soit c’est la fin de la france1 mois plus tôtjonathan

2022 c’est la dernière change, il y aura pas de 2027.1 mois plus tôtPaskal

Une chose existe par rapport à son contraire. S’il n’y avait pas de gauche, il n’y aurait pas de droite non plus. En supposant que gauche et droite ait un sens, ce qui est peut-être beaucoup supposer.1 mois plus tôtPedro de la Mancha

Bonne réflexion, mais il faudrait aussi dire l’évolution sociale et ce qu’a apporté aux prolétaires le socialisme en progrès social, en libertés fondamentales face au pouvoir patronal. Le socialisme d’avant et celui d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir. C’est comme comparer la droite d’aujourd’hui et celle d’hier. Les Socialistes en fait ont toujours méprisé le peuple, ont toujours eu une attitude paternaliste avec les cols bleus. Aujourd’hui nous assistons à un grand n’importe quoi de la vie politique qui va engendrer une catastrophique dictature.
La droite à la remorque de la social démocratie ne peut suffisamment se démarquer. La nature ayant horreur du vide, nous aurons des lendemains douloureux.1 mois plus tôtBoursin

Tu t’y connais toi en analyse politique doudou dis don ! 😁😛😋👎1 mois plus tôtPedro de la Mancha

@boursin
Oui. Par-contre toi tu n’as pas l’air d’avoir la lumière à tous les étages. Mais tu sais profiter des avantages du socialisme, des syndicats, des congés payés, de la sécu. Et tu viens dégueuler ton vomi avec ton air d’attardé?1 mois plus tôtBoursin

Chère Pedzouille de la Mancha
Ouiiinnn ouinnnnn personne t’aime ! snif snifff sale con 🤢
Cordialement1 mois plus tôtPhilibert

Tu nous fatigue ” PET DE RAT” 🐀🐀🐀1 mois plus tôtkounnar

“ce qu’a apporté aux prolétaires le socialisme en progrès social, en libertés fondamentales face au pouvoir patronal.” 🙂
Nous avons habité dans deux pays ayant bien bénéficié de ces “avantages”:
1er exemple une élection qui pourrait correspondre à nos députés
400 candidats du parti
50 candidats assimilés au parti
30 candidats indépendants …arrêtés avant l’élection1 mois plus tôtkounnar

2em exemple autre pays “bénéficiant” du socialisme pour le prolétariat :
baisse de la demande mondiale et du jour au lendemain fermeture des usines, les ouvriers quittent le soir leurs usines et lorsqu’ils reviennent le lendemain matin usines bouclés et salaires non payés…
–1 mois plus tôtPaskal

Le progrès social est venu plutôt du syndicalisme. Le socialisme n’est qu’une idée.1 mois plus tôtBoursin

Cher Paskal
Oui et le progrès social a directement été dans les poches de nos envahisseurs pour leur permettre de se démultiplier plus rapidement sur le dos des Français !
Cordialement1 mois plus tôtles gens

Rectification concernant Marx: «La religion est l’opium du peuple».
La religion en général, pas le catholicisme en particulier.
D’où la difficulté de ceux qui ont reçu le marxisme en héritage et veulent en même temps conquérir le vote des banlieues! D’où l’hypocrisie de la démarche qui finit par être intériorisé et aboutit à une sorte de schizophrénie laquelle est de plus en plus perceptible par la population, ce qui la met mal à l’aise.
D’où l’effondrement du nombre de personnes se sentant de gauche que montre bien le dernier sondage de l’IFOP: 13%, seuls les + de 65 ans dépassant (un peu) ce très faible score
Aujourd’hui, l’athéisme assumé glisse à droite, ce qui est quand même assez historique!
“Étonnant non?” dirait Desproges.
“On vit une époque formidable!” répondrait Reiser.1 mois plus tôtQuidam Lambda

Concernant Marx, c’est tout à fait la bonne citation. Et concernant Freud, il considérait, lui, les religions comme “des délires collectifs”.
Des édifices pour delirer collectivement, il s’en construit pratiquement 1 par jour en France… et beaucoup s’en félicitent, notamment à gauche!
Au fait, qu’en pense le psychanaliste de la France Insoumise, celui qui passe à la télé?1 mois plus tôtChe para siempre !

Sachez quand même qu’il existe à l’Est un très grand pays marxiste fidèle, en cette matière ccomme pour les autres, à la doctrine de Lénine.
C’est à dire non pas éradiquer les religions (ça c’est l’extrême-gauche, les gauchistes, “la maladie iinfantile du communisme”) mais les domestiquer.
Ce qu’ont fait en leur temps la Révolution Française et Napoléon, en somme… mais en moins violent.1 mois plus tôtPaskal

??? A quel pays faites vous allusion ?1 mois plus tôtChe para siempre !

RPC. République Populaire de Chine.
Le plus grand bond civilisationnel de l’histoire de l’humanité!
En même pas 3/4 de siècle, de la famine généralisée à l’exploration de la planète Mars!
En plus, depuis 2 ans, relations très apaisées avec le Vatican: https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Relations_entre_la_Chine_et_le_Saint-Siège.1 mois plus tôtChe para siempre !

Et concernant les Ouïghours, méfiez vous de la propagande ‘bande du Quincy’ https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Pacte_du_Quincy).1 mois plus tôtPaskal

Indéniablement il y a un danger de terrorisme islamique au Turkestan Oriental mais je peux témoigner que le chauvinisme grand han n’est pas une vue de l’esprit. Les Tibétains notamment seraient des ivrognes fouteurs de merde et les Yis des gens à embrouilles.1 mois plus tôtPaskal

Le “marxisme” chinois est fortement teinté de nationalisme, contrairement au bolchévisme avant que Staline découvre le patriotisme avec l’opération Barbarossa.
Les marxistes “orthodoxes” n’ont jamais été en odeur de sainteté en Chine :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Zheng_Chaolin
https://fr.wikipedia.org/wiki/Wang_Fanxi1 mois plus tôtAtaraxophile

Je me permets de rappeler que pour le monothéisme abrahamique, la droite (amin, amen, yamin), c’est le bon côté.
Pour l’Islam, les “Ashâb Al Yamin” (gens de la droite) sont les ” les plus rapprochés d’Allah” (sourate al-Wāqi’a -n° 56, verset 11).
Mais voir aussi Matthieu 25-33: ” …Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père…”.
Bref, pour un croyant, se dire de gauche revient à s’avouer mécréant. Il y a toujours possibilité de taqîya, bien sûr, mais dans ce cas là, elle ronge l’âme… et ne trompe que rarement pour cause de regard honteux.
Du coup, ce que la “gauche” compte gagner d’un côté, régulièrement elle le perd1 mois plus tôtPaskal

“pour un croyant, se dire de gauche revient à s’avouer mécréant”
??? A l’origine dans l’Assemblée, les conservateurs se trouvaient à la droite du président, donc à gauche pour les députés. C’aurait pu être l’inverse.1 mois plus tôtAtaraxophile

Effectivement, en mai 1789, lors de la mise en place des États généraux, le clergé fut assis à la droite du roi, c’est à dire de l’autorité suprême, c’est à dire du représentant de Dieu en France.
Non, ce n’aurait pas pu être l’inverse… désolé!1 mois plus tôtAtaraxophile

Fintronquée
Du coup, ce que la “gauche” compte gagner d’un côté, régulièrement elle le perd plus que largement de l’autre.1 mois plus tôtChristophe L

Les Celtes, les gaulois nos ancêtres, avaient pressenti la nature perverse de la richesse, le clinquant qui débouchait par la conquête d’un pouvoir unique et dévastateur, guidé par leurs intuitions dans leurs clans ou villages il n’y avait pas de chef mais une assemblée qui légiférée généralement sous un chêne ancestral.
L’esprit libre le peuple autochtone ne cherchait ni le pouvoir et ni le bonheur, seulement l’Équilibre qui mène à la Liberté
Dans la guerre des Gaules l’infâme Jules César nous explique qu’il avait compris tout cela en se vantant de l’avoir conquis avec pour finaliter sa mise en esclavage. L’Église Apostolique Romaine a fini le travail avec Carolus Magnus.
La gauche et la droite cosmopolite aujourd’hui n’est que la continuité de l’esprit pervers de la Rome esclavagiste.1 mois plus tôtPaskal

Il y avait des rois chez les Celtes (rix en gaulois, rí en gaélique).1 mois plus tôtJJker

Ri étant un diminutif de roi et maël veut dire chef ou prince et c’est la signification de mon nom.30 jours plus tôtGeorges Favier

attendez ‘socialisme’ ? ah vous parlez du PS : cette mafia qui mit en place urba gracco pour nous rançonner sans merci et qui, démasquée, s’est votée une auto amnistie… pardon, mais dans ce cas où est l’intrigue ?1 mois plus tôtven85

ou de FABIUS et le sang contaminer,qui a tuer des centaines de francais et qui a dit ,responsable mais pas coupable1 mois plus tôtpatphil

ne ps oublier quand même les chrétiens collabos qui comme leur pape ne cessent de laver les babouches,de laisser leurs églises bruler sans rien dire
ou le roi des belges qui s’autoflagelle en repentance
les syndicats etc.1 mois plus tôtPedro de la Mancha

Droite, gauche, Cathos, tous lèchent les babouches à présent. Ils commencent à peine à réaliser l’étendue de leurs erreurs. Mais soyez certains que jamais la note ne leur sera présentée. C’est nous qui allons la payer et qui la patins déjà au quotidien.1 mois plus tôtPedro de la Mancha

“c’est nous qui allons la payer et qui la PAYONS déjà au quotidien”
Putain de suggestion automatique!1 mois plus tôtAtaraxophile

Ne vous faites aucune illusion sur les tenants du monothéisme abrahamique: ils sont issus de la même source et se retrouveront toujours pour tenter de noyer ceux qui n’en viennent pas.
Quant aux églises, elles ne sont pas “leurs”! Elles appartiennent à l’état, aux citoyens, aux laïques… à ceux qui finiront par payer.1 mois plus tôtClodion

Ca fait 39 ans qu’on s’en bouffe du SOCIALIZM !!!
On a vu le résultat mais il semble que certaines âmes au QI de gauchiste n’aient toujours pas intégré la cause du grand malheur qui nous enverra tous outre tombe !!1 mois plus tôtLOCOMOTOV

Le gauchisme aura raison de la Nation française si on n’y met pas un terme d’une force inouïe et ceci DANS LES PLUS BREFS DELAIS. Les mesures les plus drastiques de décontamination systématique devront être mises en oeuvre par une milice spécialement dédiée à la dégauchisation de toutes les strates de la société et dans les moindres recoins ! Et l’on oubliera pas ce qu’on appelle pudiquement la “droite molle” et qui n’est en fait qu’une droite gauchisante tout aussi mortifère pour la Patrie.1 mois plus tôtLaurent Droit

Tout à fait, Locomotov !1 mois plus tôtLOCOMOTOV

Merci à vous Laurent Droit !!!!
Votre approbation me va droit au coeur, moi qui suis tous vos articles dont je partage la quasi-intégralité, bravo à vous !
Bonne journée.1 mois plus tôtBERNARD

Le socialisme et le communisme sont des bisounourseries philosophiques utopiques par le simple fait que :

Homo homini lupus est.

Si vous prenez n’importe quel groupe à qui vous donnez exactement les mêmes richesses à l’origine du fait non pas d’égalité mais d’équité, il faudra très peu de temps pour que certains s’accaparent les biens des autres et donc il y aura des riches et des pauvres. 

C’est dans la nature humaine.. et ceci même Gréta non plus que son collègue Caron n’y peuvent rien, l’homme est à la base un prédateur, sa prédation inclut ses semblables.

Le communisme change seulement, et de manière forcée pour un temps, le sens et la nature de la prédation, mais le naturel reviendra toujours et souvent au galop, comme la nature a repris ses droits sur l’île de Montserrat !1 mois plus tôtbreer

Il suffit de regarder l’Afrique, du nord au sud, combiens de partis dirigeants successifs sur ce continent on floué leur propres populations sans rien changer concernant les mentalités et se sont enrichis à leur détriment, évidemment avec le soutient plus ou moins compréhensifs des dirigeants occidentaux de tous bords politiques.1 mois plus tôtRoger SAINTPIERRE

D’accord, sauf pour l’utilisation du verbe “accaparer”. Pour modifier la répartition entre les riches et les pauvres, il y a avant tout la différence que La Fontaine avait très bien analysée avec “La cigale et la fourmi”.1 mois plus tôt

Gauche veux dire à l’envers ?

Visiblement, pour émouvoir les belles personnes qui dirigent notre pauvre France contemporaine, mieux vaut être une racaille comme Floyd ou Traore, qu’un diplômé et bénévole humanitaire comme ces six jeunes gens tués au Mali. Mieux vaut être tué lors d’une bavure policière, même douteuse, que par des ordures djihadistes. Mieux vaut d’ailleurs être djihadiste emprisonné en Syrie, et que l’on nous implore de rapatrier, la larme à l’œil, au nom de la charité, des droits de l’homme, de l’honneur de la France, qu’une otage au Mali comme Sophie Petronin dont tout le monde se fiche pas mal depuis quatre ans, et qui doit endurer le martyre entre les mains de ses geôliers, et dans l’indifférence générale.
La gauche est décidément une maladie mentale : avec elle, les victimes deviennent les bourreaux, ou alors n’intéressent personne, les bons peuvent mourir dans l’indifférence générale, quand il faudrait tous se mobiliser pour la racaille dès lors qu’elle subit les retombées de ses actes.
C’est cette tournure d’esprit folle, qui relève presque d’un esprit suicidaire, qui tue la France à petit feu, pervertit ses valeurs, la morale publique, l’esprit de sa jeunesse, la motivation et la confiance du peuple. C’est ce sale esprit de gauche dont il faudra un jour se débarrasser une bonne fois pour toutes, si l’on veut vraiment voir renaître notre pays de ses cendres. » Gauche c’est le syndrome de Stockholm !


« De moins en moins d’électeurs se revendiquent de la gauche »

jerome fourquet droite macron
Jérôme Fourquet.

On ne présente plus Jérôme Fourquet de l’Ifop, auteur de L’Archipel français. Dans sa dernière enquête d’opinion, le sondeur et politologue analyse la droitisation de la société française… qui ne profite pas forcément aux partis de droite. D’autant qu’Emmanuel Macron triangule avec brio.

Daoud Boughezala. Dans la dernière enquête d’opinion de l’Ifop pour Le Point, près de quatre Français sur dix (39%) se disent de droite contre seulement 13% qui se situent à gauche. Cette droitisation du corps social est-elle la conséquence d’une accumulation de chocs (Covid, crise sanitaire, économique, insécurité…) ou traduit-elle tendance lourde ?

Jérôme Fourquet. C’est une tendance lourde sans doute renforcée par le climat actuel. Les faits divers indiquant un ensauvagement de la société, la crise économique, les tensions géopolitiques créent un climat propice au conservatisme, à une volonté de conserver l’existant, de rappeler les règles et les normes et de faire appel à une certaine forme d’autorité. Sur un plan politologique, les chiffres nous disent par ailleurs que le clivage gauche-droite n’est pas mort, bien qu’il ne soit plus le clivage politique dominant. Globalement, la droite s’en sort mieux que la gauche.

Si pour toute une partie de la population, cette grille de lecture est moins opérante pour comprendre et percevoir la scène politique (prises de position des uns et des autres), beaucoup continuent de se classer à droite ou à gauche lorsqu’il s’agit de définit leur identité politique individuelle.

En plus du clivage droite-gauche, un clivage puissant s’est installé en France depuis la présidentielle de 2017, comme dans d’autres pays (Brexit au Royaume-Uni, Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil…). On peut l’appeler société ouverte vs société fermée, somewhere vs anywhere, protégés vs exposés. Mais dans des sociétés complexes et archipellisées comme les nôtres, aucun clivage n’est suffisamment puissant pour résumer à lui seul le paysage politique. Si ce nouveau clivage est dominant, le clivage droite-gauche fait néanmoins de la résistance.

Couramment, la gauche désigne le sens contraire de la droite.

gauche

  • tordu, courbe.
  • pataud, maladroit, balourd, engourdi, gourde, rustre, balourde, inélégant, benêt, leste. [antonyme] adroit, habile.
  • [antonyme] droite, dextre, mal dans sa peau.
    C’est exactement cela ; Mal dans sa peau, ce qui est paradoxal face au gauchiste si ridicule ?

Synonymes de Gauche

Bâbord Balourd Lourdaud Fruste Grossier Maladroit Malappris Rustaud Stupide Obtus Rustre Butor Sot Bête Balourde Grossière Maladroite Obtuse Sotte Biais Incliné Penché Biaisé Détour Emprunté Embarrassé Engourdi Gourd Léthargique Inerte Paralysé Raide Rigide Empoté Ankylosé Lent Lourd Endormi Gaffeur Senestre Godiche Naïf Malhabile Inhabile Oblique Tortueuse Sinueuse Courbe Ondoyante Ondulante Tordue Zigzagante Tortueux Sinueux Ondoyant Ondulant Tordu

Synonymes de Droite

Dextre Droit Main Franche Loyale Directe Sincère Honnête Ouverte Cordiale Spontanée Carrée Précise Nette Claire Déclarée Tribord

Nous sommes d’accords qu’après la fonte des neiges, il est difficile de différencier les ordures à travers des traitres… tous d’accord pour s’enrichir sur le dos du peuple qui leur fait béatement confiance… d’ou l’aberration des élections.
Nous pensons qu’il n’y a plus de droite ni de gauche… et pourtant si les mots conservent leur signification il y a bien une gauche utopique dont le cap se situe à la pointe d’une idéologie en « iste »… ce qui est absurde et dangereux… et la droite plus réaliste et « intelligente » qui a le sens de la gestion et des responsabilités ; donc plus virile, ce qui me séduit… mais pourquoi avoir autant de qualités pour être aussi coincé du cul avec une dose de masochisme qui n’avance qu’au fouet avec des œillères ? Pourquoi ces fixations sur des détails futiles ? Pourquoi ces principes cathos à la con aussi débiles que l’idéologie gauchiste !
Quel paradoxe !
L’être humain est tellement faible qu’il est incapable d’aller jusqu’au bout de ses idées ! Et de sa liberté… C’est d’ailleurs toute la psychologie que je développe en tant que maitresse dominatrice ; les meilleurs soumis sont ceux qui à droite cumulent les meilleures réussites sociales… le gauchiste soumis de nature n’offre aucun intérêt pour ce rapport de force car il est naturellement une merde infame… ce n’est pas un jouisseur et il ne pige rien en la nature humaine… de fumer un joint lui suffit ! C’est un lâche… doué de fausses mansuétudes mais qui ne pense qu’à son nombril. *
L’autre paradoxe de la droite, alors qu’elle est plus sincère, c’est d’exhiber sa faiblesse… et d’en faire une force par un défi autodestructeur… il y a quelque chose de suicidaire dans toute nature humaine… avec un gauchiste déjà mort-vivant… une épave létale… et un braves qui lutte pour aller s’écraser contre un mur… mais c’est cela d’être un chevalier… un français de haut niveau ! *Les dons c’est 20% la gauche, 80% la droite !

Démocrates ?

Plutôt …. « dhimmicrates » : car ces « gens » sont, en fait, soumis à leurs propres certitudes « bien pensantes » version autoproclamée …

« Ils » sont tellement certains d’être « bons » … d’être dans le vrai… qu’ils en ont perdu la capacité de douter, de se remettre en question !

C’est une caractéristique des « gens de gauche »….. pas une maladie mentale, mais déjà une névrose !

Etre de gauche n’est pas une opinion, c’est un manque de maturité, une solution de facilité (pour imbécile dans le sens étymologique originel du terme : celui qui a besoin d’un bâton pour avancer !) … une incapacité à comprendre la logique de la Société, de l’Univers … c’est un défaut de jeunesse et finalement un défaut d’éducation !

Depuis des décennies, des « gens de gauche » ( principalement des enseignants) s’échinent à exciter la jeunesse avec un sorte de « gnose » du gauchisme … en fait « ils » prêchent la haine de la Société, la haine de la logique de l’Univers …

Ce sont des « haineux qui luttent contre la haine » ( enfin une certaine haine … celle qu’ils considère comme mauvaise … la bonne « haine » est souhaitée et acceptable !)

Un peu comme le réel fascisme des « antifa » … qui s’avère finalement comme le seul fascisme de notre Société !

Ces mécanismes de la « pensée simpliste » devraient faire l’objet d’études universitaires sérieuses …mais évidemment cela suppose qu’il existe de « vrais universitaires » et non pas des « militants de gauche »camouflés en réels : « âni -versitaires » !

Un constat : le milieu universitaire s’est singulièrement embourbé dans ses certitudes … elle a du chemin à faire ….
Nous pouvons mettre dans cette catégorie de crétins qui ont des certitudes, les imams et les connards qu’ils exploitent !

Le Totalitarisme nouveau est arrivé

Il n’y a rien de plus imprudent que de ne pas comprendre ce qui sous-tend l’action de nos ennemis. La tentation est toujours forte de penser que s’ils raisonnent de travers, c’est sans doute parce qu’ils sont demeurés et/ou de mauvaise foi et qu’il suffit d’attendre pour que les idées saines, les nôtres, triomphent.

Historiquement, rien n’est plus faux. Cette stratégie peut -être en effet extraordinairement dangereuse si vos adversaires se mettent à utiliser des arguments qui peuvent toucher une partie importante de la population et que vous ne les comprenez tout simplement pas, tant ils sont en dehors de vos schémas de pensée habituels. La tentation est alors de vous retirer dans vos certitudes et, se faisant, de laisser le champ libre à l’adversaire. Pour résumer ce que j’essaie de dire, il ne suffit pas que vos idées soient les bonnes, il vous faut aussi comprendre les idées que vous trouvez dangereuses, pour mieux les combattre.

Pourquoi suis-je en train de vous raconter ce qui peut apparaître comme une évidence pour quiconque s’est intéressé un peu à la rhétorique ?

Tout simplement parce qu’aux USA, en France et en Grande-Bretagne nous avons eu depuis quelques mois nombre d’incidents à connotation raciale, ce qui n’est guère nouveau, mais que les explications données à ces incidents étaient par contre complètement nouvelles. Et ces explications ont semblé être acceptées par les média et une grande partie de la population, ce qui était aussi tout à fait inattendu. Ce qui était nouveau, ce n’était donc pas le ou les crimes racistes, c’était l’explication fournie à ces crimes et la réaction des media à ces faits.

Et comme toujours quand quelque chose me surprend, j’essaie de comprendre, et donc je me mets à lire. Et tres rapidement, Emmanuelle me signala un livre dans lequel toute la genèse et les développements de ces nouvelles façons de penser était décrites et fort bien expliquées. Ce livre, paru il y a plus de deux ans, s’appelle « Le multiculturalisme comme Religion Politique », édité chez ‘’Politique Lexio » et son auteur Mathieu Bock-Coté (MBC) est bien connu des lecteurs ou des auditeurs français, bien que vivant au Québec où il enseigne la sociologie. C’est de loin le meilleur livre que j’ai lu sur l’évolution intellectuelle de la gauche depuis 1960, aussi bien en Amérique qu’en France et sur les liens qui unissent ces deux gauches.

Comme à l’accoutumée quand je fais la découverte d’un grand livre, il va se retrouver au dernier étage de ma bibliothèque où il côtoiera les ouvrages de René Girard, Bertrand de Jouvenel, Arnold Toynbee, Soljenitsyne, Bastiat, Tocqueville, Jean-François Revel, Milton Friedman, Von Mises…J’ai souvent écouté ou lu Bock-Coté, j’ai même participé à une émission sur Sud- Radio avec lui, mais je ne me doutais pas qu’il pouvait atteindre ce degré de profondeur. Ceux qui veulent comprendre ce qui nous menace pour mieux lutter pour défendre leurs idées doivent donc lire ce livre.  Pour les cossards parmi les lecteurs (et je sais qu’il y en a, l’étant moi-même), je me vois obligé de faire un petit résumé de cet ouvrage, au risque de trahir la pensée de l’auteur, ce dont je le prie de m’excuser

Commençons par un peu d’histoire. Dans les années 60, en France, un certain nombre de grands esprits, (Foucauld, Derrida, Bourdieu, Lacan…) se rendent compte que le Marxisme tel qu’il est pratiqué en URSS ou en Chine est un désastre. Comme ils haïssent et la démocratie et l’économie de marché, il leur faut inventer quelque chose de nouveau, et ils vont donc s’essayer à « fusionner » le Marxisme, le Freudisme et l’antiracisme.

L’idée est la suivante : l’opposition de base n’est pas entre la bourgeoisie et le prolétariat, mais entre les « oppresseurs » et les « opprimés ».  Cette oppression passe par l’éducation et le langage (le logos) et aussi bien les oppresseurs que les opprimés n’ont pas vraiment conscience de leurs statuts respectifs puisqu’ils attribuent les succès aux mérites des uns et les échecs à l’incompétence des autres. Ni les oppresseurs, ni les opprimés n’ont conscience de cette relation oppresseur/opprimé, ce qui veut dire que tout continue sans qu’aucun effort politique n’ait lieu pour changer quoi que ce soit.

Et c’est là qu’arrivent nos intellectuels français. Pour casser le côté soi-disant « héréditaire » de cette relation dominant-dominé, il faut d’abord détruire l’école, outil de domination, pour libérer les dominés de leur sujétion perpétuelle. La destruction de l’école Républicaine était donc voulue. Et le moins que l’on puisse dire est que les partisans de ces thèses ont parfaitement réussi dans leurs efforts de dynamiter nos systèmes d’enseignement depuis qu’ils s’y sont attelés il y a un peu plus de soixante ans.  Mais, comme l’avait prévu Gramsci, ces idées sont maintenant en train de passer du monde de l’enseignement à la société toute entière ce qui ne manquera pas d’avoir des effets profonds sur nos structures politiques.

Quittons donc l’historique et venons-en aux idées développées par cette nouvelle gauche.

  • L’histoire est toujours racontée par les vainqueurs, et les vainqueurs ont toujours été les plus violents (premier non sequitur). Comme notre civilisation s’est imposée au monde entier, cela veut donc dire qu’elle a été de loin la plus violente (deuxième non sequitur), et la conclusion est qu’ayant été la plus violente elle a été aussi la plus injuste (troisième non sequitur).
  • La bataille à mener n’est donc pas pour le contrôle des moyens de production, comme le pensaient les marxistes, mais sur l’essence même de la civilisation imposée par la majorité. Nos pays doivent abandonner les principes de base qui fondent notre civilisation, c’est à dire le marché libre et le pouvoir dévolu par la majorité des votants à ceux qui vont gouverner au travers d’élections fréquentes et contradictoires. Nos systèmes politiques, basés sur ces deux idées, sont en fait profondément injustes puisque ces principes impliquent la disparition par absorption des cultures minoritaires, la seule façon de cesser d’être opprimé étant de rejoindre la civilisation dominante en intégrant sa culture. Et la disparition d’une culture est un génocide. Toutes les cultures doivent en effet être acceptées comme égales[CG1], la démocratie n’étant pas la dictature de la majorité mais la protection des minorités.
  • Qui plus est, tous les pays dominants se trouvent être de race blanche (autre ânerie). Et donc, toutes les minorités non blanches dans ces pays ont été certainement traitées de façon particulièrement abominable puisque le seul choix qui leur était offert était de disparaitre en abandonnant leur propre culture et en s’assimilant à la culture dominante, ou d’être l’objet d’un racisme perpétuel.
  • Le rôle de l’Etat « juste » dans un tel monde n’est donc plus de s’occuper de la majorité qui l’a élu mais d’aider à la préservation des cultures minoritaires en transférant des ressources prélevées sur la majorité blanche pour que ces cultures minoritaires puissant se développer et survivre.
  • Il n’est pas besoin de signaler à ce point que cela ne peut se faire que si le contrôle de l’état est enlevé à la population blanche majoritaire qui a du mal à comprendre pourquoi elle devrait s’appauvrir au profit exclusif de gens qui refusent de s’intégrer. Ce qui veut dire que les souverainetés nationales doivent être abandonnées pour être transférées à des technocrates non élus travaillant dans des organisations extérieures à chaque pays, qui préfigurent le futur gouvernement mondial.
  • Et donc, ceux qui acceptent ces thèses ne sont favorables ni à des élections, ni à des référendums, ni à des consultations populaires, mais tout comme leurs ancêtres Marxistes, préconisent un gouvernement « mondial », le pouvoir étant exercé par une classe d’inamovibles oints du seigneur, chargés de guider l’humanité vers des lendemains qui chantent puisque dans le monde qu’ils nous préparent toutes les cultures vivront harmonieusement les unes avec les autres.
  • Pour empêcher l’horrible majorité blanche de se révolter, la souveraineté juridique et judiciaire doit être transférée en dehors de chaque pays à des cours de justice internationales qui mettront au point une jurisprudence garantissant la supériorité des droits de l’homme sur les droits des citoyens nationaux.
  • Le meilleur exemple d’une telle démarche se trouve bien sûr dans la construction européenne, que tous les partisans de ces analyses, dans le monde entier, considèrent comme la matrice du futur gouvernement mondial. Et du coup, la moindre tentative d’un pays européen ou d’un autre pour retrouver tout ou partie de sa souveraineté, ou pour préserver son identité nationale (refus de l’immigration), est accueillie avec fureur tant cela apparaît comme un véritable blasphème contre la nouvelle religion.
  • Mais il y a plus: comme chacune des minorités est d’un poids électoral assez faible, le pouvoir en place qui aura accepté l’idée du gouvernement mondial doit tout faire pour fédérer toutes les minorités pour qu’elles se lancent toutes ensemble contre la majorité ; les féministes s’allieront au LBGT et aux mouvements racialistes, les homosexuels avec les tenants des frères musulmans et les écologistes, tout est bon pour occuper le terrain politique, le but restant toujours le même : délégitimer la majorité « historique» et donc raciste en la convainquant qu’elle est à l’origine de tous les crimes de l’histoire..
  • A cet effet, sont créées des administrations spéciales qui financeront toutes les organisations issues de ces minorités, et curieusement dès que l’argent arrive, toute une série de gens, qui ne se rendaient pas compte qu’ils étaient horriblement opprimés, le découvrent avec bonheur et se mettent à battre le pavé des studios de télévision avec beaucoup de conviction.
  • De façon peu surprenante, les partisans du multiculturalisme se trouvent dans les media, chez les bureaucrates non élus, dans les organisations internationales ou les NGO financées par les milliardaires américains que tout le monde connait, ce qui ne surprendra personne. Et comme la Loi est l’’expression de la culture dominante, la respecter c’est faire le jeu des oppresseurs

C’est le combat du Parti Démocrate aux USA, de monsieur Macron en France, de madame Merkel en Allemagne, de la BCE et de Bruxelles aujourd’hui qui ont intégrés toutes ces idées dans leurs programmes ou leurs actions et dont aucun n’entend respecter la Loi des oppresseurs. Nous sommes donc dans une situation curieuse ou ceux mêmes qui sont chargés de faire respecter la Loi sont obligés de cacher leur véritable but quand ils cherchent à se faire élire, qui est de détruire la Nation, source de tous les maux.

Résumons-nous : Il y a quelques années, j’avais mentionné qu’en Océanie, la coutume était de scinder la population en hommes des arbres et en hommes des bateaux : Les hommes des arbres vivait sous leurs arbres (auprès de mon arbre, je vivais heureux… Georges Brassens), tandis que les hommes des bateaux, eux, coupaient les arbres pour faire des pirogues et aller voir si l’ile d’à côté n’était pas plus verte.

Cette distinction s’applique au monde entier : les hommes des arbres sont les locaux, contents de vivre et de mourir là où is sont nés, tandis que les hommes des bateaux, les globalistes, ne pensent qu’à aller voir l’ile d’à côté et cette opposition est beaucoup réelle que la distinction entre la droite et la gauche.  Les locaux veulent gérer leur commune ou leur pays, les internationalistes, le monde.

Et MBC, à ce point du raisonnement mentionne un fait très important : ces croyances, comme c’était le cas pour le Marxisme, sont d’une nature religieuse et ressortent de la Foi. Ce qui veut dire, comme l’a montré Karl Popper que l’on ne peut pas prouver qu’elles sont fausses…Toute opposition, considérée comme un blasphème, est donc instantanément assimilée à un désir de maintenir l’opprimé dans son oppression. Et c’est là que l’on nous ressort à chaque fois « les heures les plus sombres de notre histoire » … Discuter avec des gens qui vous traitent de racistes et d’oppresseur à la moindre objection, garantit que le débat sera bref.

Et voilà comment nous sommes passés du Marxisme scientifique au Marxisme multiculturel, et il est frappant de constater que ni l’un ni l’autre n’admettent la contradiction. Celui qui n’est pas d’accord avec eux est automatiquement un salaud. Les mauvaises idées, fondées sur la haine de l’autre qui ne peut être qu’une ordure puisqu’il n’est pas d’accord avec moi qui suis fondamentalement bon, et l’envie mimétique qui pousse mon adversaire à vouloir me liquider pour s’emparer de ce que je n’ai pu acquérir que par des crimes, ont décidément la vie dure. Comme le disait Soljenitsyne, la frontière entre le bien et le mal passe en chacun d’entre nous. Ces gens pensent au contraire que la frontière se situe en dehors d’eux, ce qui est le cas de tous les gens qui aiment le totalitarisme, qui, du coup, est en train de faire un brillant retour sur la scène politique.

Au XX -ème siècle, nous avons assisté à la victoire de la démocratie et du capitalisme d’abord sur le Nazisme, ensuite sur le Socialisme Scientifique, mais la lutte entre totalitarisme et démocratie ne s’arrêtera jamais, contrairement à ce que pensait Francis Fukuyama.

Au XXI -ème siècle, il va nous falloir nous débarrasser du marxisme multiculturel. Et la guerre a déjà bien commencé. Nous avons connu quelques solides escarmouches : Le Brexit, les dernières élections anglaises, la victoire de Trump aux USA en 2016 peuvent être considérées comme des victoires pour les hommes des arbres, les élections françaises et le changement de majorité en Italie comme des victoires pour les hommes des bateaux. Cet été nous avons assisté à un coup d’état mené par les hommes des bateaux en Europe contre la souveraineté fiscale des nations du vieux continent, et il s’est produit bien entendu sous les applaudissements des médias

Aux USA, le coup d’état contre le Président Trump n’est à ce jour pas éclairci.

Et donc la bataille centrale de notre époque, notre Armageddon, va avoir lieu cette fois ci aux USA entre l’inattendu représentant des hommes des arbres, Donald Trump et les hommes de l’état profond US qui sont les maitres d’œuvre de cette tentative de prise de pouvoir au niveau mondial pour le compte des hommes des bateaux.

  • Si Trump l’emporte et garde le Sénat, alors, on peut espérer que le camp adverse sera saisi d’une immense panique à l’idée de perdre toutes ses prébendes et reconnaîtra sa défaite, ce qui implique un changement de direction, voir un éclatement du parti démocrate, une mise au pas du système judiciaire, qui cesserait d’être l’outil de transformation sociale utilisé par la gauche, pour dire à nouveau le Droit, et une complète transformation des media aux USA, qui redeviendraient des organes d’information à la place d’être des vecteurs de propagande. On peut rêver…
  • Si Trump perd, et surtout s’il perd après des fraudes électorales massives (que les démocrates sont en train de préparer par une utilisation hors norme du vote par correspondance), alors je craindrais le pire tant les risques de guerre civile apparaîtraient aux USA entre les côtes atlantiques et Pacifiques, fiefs électoraux des hommes des bateaux, et le reste du pays.

Jamais, dans ma vie, une élection n’aura été aussi importante, et jamais je n’ai eu aussi peur.

  • La nouvelle inquiétante est que les sondages sont mauvais pour Trump.
  • La bonne nouvelle est que pour la première fois dans l’histoire des USA, près des deux tiers des américains refusent d’indiquer leurs préférences électorales tant les hommes des bateaux font régner la terreur contre tous ceux qui supporteraient le Président sortant, ce qui revient à dire que les sondages ne veulent sans doute pas dire grand-chose.

Nous saurons à quoi nous en tenir le 4 Novembre au matin, sauf si le score était très serré, ce qui serait la pire des situations car elle pourrait facilement nous amener à une guerre civile que je crains par-dessus tout et dont nous avons peut-être vu les prémisses cet été aux USA.

Charles Gave

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*